Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Diaporama A Propos

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Prochain SlideShare
Altics Tests Utilisateurs
Altics Tests Utilisateurs
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 10 Publicité

Diaporama A Propos

Télécharger pour lire hors ligne

Ce blog raconte en image une histoire singulière, celle de cinq faons de chevreuils (Capreolus capreolus) élevés par des humains. Josette, Julia (deux femelles) et Jambon (un mâle) proviennent d’enclos de reproduction où vivent des chevreuils adultes. Joffroy et Joselin (deux mâles) ont été apportés à des services vétérinaires par des promeneurs. Durant leur trois premiers mois de vie, les cinq faons ont été nourris au biberon. Ensuite, ils ont été nourris avec un aliment spécifique distribué sous forme de granulés. Au cours de leur développement, ils ont vécu dans plusieurs enclos successifs, et ont chaque jour passé une demi-heure à trois heures en présence d’un humain cherchant à favoriser les contacts « homme – animal ». Ces animaux, une fois adulte, vivront en captivité dans des enclos de 5000 m2, et participeront à des programmes de recherche (non invasifs) sur le comportement du chevreuil.

Ce blog raconte en image une histoire singulière, celle de cinq faons de chevreuils (Capreolus capreolus) élevés par des humains. Josette, Julia (deux femelles) et Jambon (un mâle) proviennent d’enclos de reproduction où vivent des chevreuils adultes. Joffroy et Joselin (deux mâles) ont été apportés à des services vétérinaires par des promeneurs. Durant leur trois premiers mois de vie, les cinq faons ont été nourris au biberon. Ensuite, ils ont été nourris avec un aliment spécifique distribué sous forme de granulés. Au cours de leur développement, ils ont vécu dans plusieurs enclos successifs, et ont chaque jour passé une demi-heure à trois heures en présence d’un humain cherchant à favoriser les contacts « homme – animal ». Ces animaux, une fois adulte, vivront en captivité dans des enclos de 5000 m2, et participeront à des programmes de recherche (non invasifs) sur le comportement du chevreuil.

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Les utilisateurs ont également aimé (20)

Publicité

Diaporama A Propos

×