SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  22
Télécharger pour lire hors ligne
DOSSIER D’INFORMATION



                        UN AN D’ACTIONS EN HAÏTI
                                  M is e à j o ur : 2 2 d éc e m br e 2 0 10




         REMERCIEMENTS                                                                        2

         COMMUNIQUÉ                                                                           3

         INTRODUCTION                                                                         4

         LOCALISATION DES PROJETS                                                             7

         SYNTHÈSE DES ACTIONS ENGAGÉES                                                        8

         CHIFFRES CLÉS                                                                        9

         SANTÉ ET PROTECTION                                                                 10

         LOGISTIQUE HUMANITAIRE ET RÉPONSE AUX BESOINS DE BASE                               16

         L’UTILISATION DES DONS                                                              20



                 Pour plus d’informations : www.handicap-international.fr


Contact presse : Sophie Mazoyer – 04 26 68 76 47 – 06 60 97 09 38 – smazoyer@handicap-international.fr
REMERCIEMENTS




       Handicap International tient à remercier les dizaines de milliers de donateurs individuels qui ont
       répondu à ses appels d’urgence pour Haïti et qui continuent de soutenir ses actions en faveur de la
       population haïtienne, victime du séisme du 12 janvier 2010.

       Le 3 février 2010, l’ambassadeur de France en Haïti, Monsieur Didier Le Bret, s’est vu décerner le
       prix Claude Érignac pour sa gestion efficace et courageuse de la crise. Il a choisi de remettre la
       moitié du montant de son prix à Handicap International pour soutenir les actions de l’association
       auprès du peuple haïtien, l’autre moitié étant destinée à la création d' fonds en faveur du
                                                                                 un
       personnel haïtien de l'ambassade.

       Depuis le début de l’intervention de Handicap International en réponse au séisme, les actions de
       l’association ont été soutenues par :

            des organismes publics : Agence canadienne de développement international (ACDI),
            Commission européenne (Service d’aide humanitaire - ECHO), Coopération britannique
            (DFID), Gouvernement flamand, Grand Lyon, ministère français des Affaires étrangères,
            ministère luxembourgeois des Affaires étrangères, Organisation mondiale de la Santé,
            Programme alimentaire mondial, Région Île-de-France, Région Rhône-Alpes, Swedish
            International Development Cooperation Agency (Sida), USAID/OFDA, USAID/Leahy War
            Victims Fund, Ville d’Annecy, Ville de Lyon, Ville de Munich ;

            des institutions et entreprises privées : Aktion Deutschland Hilft, American Academy of
            Orthopaedic Surgeons, American Friends Service Committee, American Red Cross, Bette
            Middler Family Foundation, Fondation Abbé Pierre, Fondation EDF, Fondation de France,
            Fondation Eden, Fondation Groupe SEB, Fondation Soros, Freedom of Mobility Foundation /
            MV Transportation, Inc., Fundación León Jimenes, Grande Mosquée de Lyon, Hôpital
            Assistance Belgique, Lycée français de New York, Mutualité française, NPD Group, Inc.
            Emergency Fund, Rheingold Family Foundation, sanofi-aventis, ShelterBox, T. Rowe Price
            Foundation.


Crédits photo :
Page 1 : © Department for International Development - Russell Watkins - Pages 2, 4, 5, 6, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18 : ©
William Daniels / Handicap International - Pages 8, 11 : © Federico Saracini / Handicap International - Pages 11, 14, 17, 19 © S. Sommella
/ Handicap International - Page 12 : © S. Lubrano / Handicap International - Page 14 : © T. Calvot / Handicap International - Page 16 : ©
Handicap International - Page 17 : © O. Dorighel / Handicap International - Page 18 : © L. Radick / Handicap International - Page 18 : © F.
Berthaut / Handicap International - Page 19 © D. Sacca / Handicap International

                                                                    2
COMMUNIQUÉ

               Un an d’actions en Haïti auprès des plus vulnérables :
                       Handicap International livre son bilan

Lyon, le 22 décembre 2010. Près d’un an après le séisme dévastateur du 12 janvier, Handicap
International dresse un bilan d’étape de son intervention en Haïti en faveur des personnes les plus
vulnérables. Mis en œuvre par une équipe de 540 personnes, dont 60 expatriés, c’est le plus important
déploiement de l’histoire de l’association. Séisme, intempéries, choléra, violences électorales…
L’urgence n’a jamais cessé au cours de cette année. L’association s’engage sur trois à cinq ans en
Haïti, pour contribuer au relèvement du pays.

Depuis un an : soutien aux personnes blessées, amputées et handicapées

Handicap International est intervenue de janvier à juillet en soutien à une vingtaine d’hôpitaux, pour la prise en
charge des blessés, et a progressivement déplacé ses activités dans des antennes de quartier. 82 000
séances de rééducation physique et de soins de base ont été prodiguées, 10 000 blessés ont bénéficié de
soins de réadaptation fonctionnelle et 25 000 personnes ont suivi des séances de soutien psychosocial. Dès
janvier, Handicap International a évalué le nombre d’amputés liés au séisme entre 2 000 et 4 000 et le besoin
en prothèses de membre inférieur à un minimum de 1 000. A ce jour, elle a appareillé plus de 900 personnes
en prothèses et en orthèses. Depuis novembre, l’association développe une campagne spécifique de
prévention du choléra pour pallier la difficulté d’accès des populations les plus vulnérables aux dispositifs d’aide
et d’information.

Couverture des besoins de première nécessité et coordination avec les autres acteurs de l’aide

Grâce à sa flotte de 70 camions, Handicap International a acheminé 20 000 tonnes d’aide humanitaire depuis
le 14 janvier, pour une centaine d’organisations, contribuant ainsi à la coordination entre les acteurs de l’aide.
Depuis le 22 octobre, ce sont plus de 400 tonnes d’aide spécifique contre le choléra qui ont été transportées.
L’association a aussi assuré des distributions. Elle a fourni plus de 5 000 tentes à plus de 26 000 personnes,
distribué plus de 30 000 matériels divers couvrant les besoins de 43 000 personnes et plus de 36 tonnes de
nourriture. Plus de 4 000 personnes ont bénéficié de ses projets de travail contre rémunération (« cash for
work »). Pour les plus vulnérables, Handicap International a également démarré un programme de construction
de 1 000 habitats transitoires, anticycloniques, parasismiques et accessibles aux personnes à mobilité réduite,
qui prendra toute son ampleur en 2011.

Une action sur la durée pour accompagner la reconstruction du pays

« La sortie de crise humanitaire, initialement prévue à l’automne, a été retardée par une succession
d’événements dramatiques pour le pays : les intempéries, le climat de violence et le choléra, » commente
Jean-Marc Boivin, directeur général de Handicap International France. L’association va faire évoluer son action
par paliers successifs vers des activités de plus long terme. La mise en place d’un habitat temporaire digne
pour les populations sinistrées isolées ou vulnérables deviendra un axe majeur. L’accompagnement et la
rééducation des blessés continueront, en se concentrant progressivement sur les cas les plus graves et les
personnes handicapées. Début 2011, l’association proposera des formations diplômantes au personnel haïtien
de rééducation et d’appareillage. L’objectif sous-tendant ces actions est de renforcer les capacités des
professionnels Haïtiens et de leur transférer à terme la gestion de ces projets.

L’utilisation des dons

En faveur de ses actions d’urgence en Haïti, Handicap International a recueilli 5,5 millions d’euros de dons
privés en France – dont 2 millions via la Fondation de France – et 1,5 millions à l’étranger. Elle a également
reçu 8,8 millions d’euros de financements institutionnels. Les dépenses engagées sur l’année 2010 s’élèvent à
près de 11 millions d’euros. Après consultation de ses donateurs, l’association a décidé de conserver près de
1,5 millions d’euros pour financer la poursuite de ses actions en Haïti, et de mutualiser 3,3 millions d’euros au
profit de l’ensemble de ses programmes.

                                                         3
INTRODUCTION




Le 12 janvier 2010 à 16h53 (heure locale), Haïti, l’un des États les plus pauvres de la planète, a été
frappé par un tremblement de terre de magnitude 7 sur l’échelle de Richter. Alors composée d’une
centaine de personnes, l’équipe de Handicap International présente sur place est sortie indemne de la
catastrophe et a pu participer immédiatement aux secours. Dans les semaines qui ont suivi, un
programme pluridisciplinaire de réponse à la catastrophe a été mis sur pied. Cet accompagnement de
la population haïtienne devrait se prolonger sur les trois à cinq ans à venir.


Le plus important programme de l’histoire de Handicap International
Au cours de l’année 2010, l’effectif de Handicap International en Haïti a pu dépasser 600 personnes, comptant
jusqu’à 80 expatriés, pour s’établir aujourd’hui à 540 personnes, dont une soixantaine d’expatriés. La plupart
des pôles d’expertise de l’association a été représentée sur cette mission.

L’action de l’association en Haïti repose sur trois volets principaux :
    la prise en charge et l’accompagnement dans la durée des personnes blessées, amputées et paralysées,
    en termes de réadaptation fonctionnelle – appareillage et rééducation – et de soutien psychosocial ;
    la réponse aux besoins spécifiques des plus vulnérables, notamment par des distributions ciblées et la
    fourniture d’abris transitoires ;
    la gestion d’une plateforme logistique de transport d’aide humanitaire, en soutien de la communauté des
    acteurs de l’aide.

Depuis le mois d’octobre, Handicap International participe également à la réponse apportée par les acteurs de
la solidarité internationale à l’épidémie de choléra.


Plaidoyer pour la prise en compte des plus vulnérables
Dans les contextes d’urgence humanitaire, la vocation première de Handicap International est d’agir auprès
des personnes les plus vulnérables et des exclus, avec une attention particulière pour les personnes en
situation de handicap. Face à l’immensité des besoins, cette frange de la population est facilement oubliée,
laissée pour compte par les dispositifs d’aide. C’est en participant à l’organisation des secours, et en exerçant
un plaidoyer inlassable auprès de tous les autres acteurs de l’aide, que l’association peut exercer ce mandat le
plus efficacement possible.
                                                       4
Dans tous les secteurs de l’aide, et notamment dans les domaines transversaux de la protection ou de la
gestion de camps, Handicap International diffuse les principes généraux de protection et d’inclusion des
personnes vulnérables ou en situation de handicap. Elle rappelle aux différents acteurs – agences des Nations
unies, ONG membres des cellules de coordination sectorielle (clusters), Commission intérimaire de
reconstruction pour Haiti, etc. – leurs responsabilités envers ces personnes, à travers des messages de
sensibilisation, des recommandations, du soutien technique, des sessions de formation, la diffusion de
documentations et de guides techniques.

Haïti connaît une longue histoire d’exclusion des personnes handicapées, communément appelées les
« kokobés » (les bons à rien). Il s’agit aussi, dans ce pays, d’éviter que les personnes nouvellement
handicapées suite au séisme, malgré leur grand nombre et le contexte exceptionnel, ne soient fortement
marginalisées. Le travail des équipes de Handicap International intègre des actions spécifiques et adaptées
aux situations de précarité généralisée en milieu urbain, tel que le volet Protection de son programme Santé,
qui vise à réduire les situations d’abus et de violence dont peuvent être victimes les plus vulnérables.


Séisme, intempéries, choléra, violences… Une juxtaposition de crises
Le séisme du 12 janvier 2010 a été le plus violent enregistré dans la région depuis 200 ans. Son épicentre
étant situé à 15 kilomètres de la capitale Port-au-Prince, il a occasionné un bilan humain très lourd, tuant
probablement près de 230 000 personnes (autant que le tsunami en Asie, le 26 décembre 2004) et en blessant
plus de 300 000.

Un million et demi de personnes ont perdu leur
toit. L’aide internationale a rapidement contribué
à leur fournir des abris de fortune, mais ce qui
devait être provisoire dure toujours, face à la
lenteur du processus de reconstruction. Fin
novembre, selon l’Organisation internationale
                            1
pour les migrations (OIM) , environ un million de
personnes se trouvaient encore dans près de
                                                 2
1 200 sites de regroupement. Plus de 661 000
autres s’étaient déplacées en province et le plus
souvent installées dans des familles d’accueil.
La saison des pluies du printemps a mis en
évidence la précarité des conditions de vie des
personnes sinistrées. Le 5 novembre, le cyclone
Tomas, d’un impact relativement limité, a créé la
panique et mis en évidence l’absence de
structures adaptées pour répondre à une
nouvelle catastrophe naturelle.

Dans le même temps, une épidémie de choléra est apparue brutalement, causant plus de 2 000 décès et
                                                3
40 000 hospitalisations, d’après le Gouvernement . Cette propagation devrait s’étendre encore dans les mois à
     4
venir . L'
         Organisation mondiale de la Santé (OMS) redoutait le 26 novembre que l'  épidémie de choléra en Haïti
ne touche jusqu' 400 000 personnes. Près d’un an après le séisme, Haïti, frappé par le choléra, se retrouve
                 à
aujourd’hui à nouveau plongé dans un contexte d’urgence majeure.

Dès novembre, Handicap International a adapté son dispositif en fonction de trois objectifs :
   assurer dans la sécurité la continuité des opérations engagées depuis janvier, pour ne pas doublement
   pénaliser les plus faibles ;
   mener des activités complémentaires de prévention, afin que les populations que l’association accompagne
   ne soient pas laissées en marge des actions de prévention globales et bénéficient des connaissances
   indispensables pour éviter la contamination ;
   contribuer efficacement à la réponse à l’épidémie à l’échelle du pays, en renforçant la plateforme logistique
   qu’elle gère en partenariat avec le Programme alimentaire mondial (PAM), afin d’acheminer du matériel
   humanitaire spécifique pour les organisations mobilisées contre la maladie.

1
  Organisation internationale pour les migrations, Displacement Tracking Matrix du 9 décembre 2010.
2
  Gouvernement haïtien.
3
  Groupe de Santé (ministère de la Santé publique et de la Population et OMS), le 8 décembre 2010.
4
  Ministère de la Santé publique et de la Population, 3 décembre 2010.
                                                                   5
Le choléra, conjugué à un contexte électoral tendu, a entraîné des mouvements de violence. Le premier tour
des scrutins présidentiel et législatif du 28 novembre a avivé des tensions dans l’ensemble du pays.
L’insécurité engendrée représente un obstacle supplémentaire à la mise en œuvre des actions de solidarité.
Les dissensions politiques entre les deux tours de scrutin, le second tour étant prévu le 16 janvier 2011,
pourraient faire perdurer ces violences.


L’importance de la coordination avec les autres acteurs
Dans les suites du séisme, l’organisation de l’aide a été rendue difficile par la destruction et la désorganisation
des centres de décision, par la multiplicité et l’hétérogénéité des acteurs présents. Handicap International a
cependant établi d’excellentes collaborations avec de nombreuses organisations. Parmi elles, on compte tout
                               5                                                   6           7
d’abord ses partenaires directs , mais aussi de nombreux acteurs internationaux et haïtiens .

Handicap International contribue à optimiser la coordination de l’aide humanitaire en assurant l’acheminement
d’aide pour le compte d’une centaine d’organisations, grâce à la flotte de 70 camions de sa plateforme
logistique.


                                                                              À partir du 26 janvier 2010, les Nations unies et
                                                                              l’OMS ont confié à Handicap International et à
                                                                              l'organisation        allemande       Christoffel-
                                                                              Blindenmission (CBM) la mission de coordonner
                                                                              conjointement, pour l'  ensemble du pays, toutes
                                                                              les actions de réadaptation des blessés,
                                                                              d' appareillage et d'  assistance aux personnes
                                                                              handicapées. Les deux entités ont collaboré
                                                                              avec le ministère haïtien de la Santé publique et
                                                                              de la Population (MSPP) et la secrétairerie
                                                                              d’État     à    l’Intégration   des   personnes
                                                                              handicapées (SEIPH), pour la coordination
                                                                              entre les acteurs internationaux et nationaux de
                                                                              l’aide intervenant dans les domaines liés au
                                                                              handicap.

              er
Depuis le 1 décembre, restaurant les autorités haïtiennes dans leurs responsabilités et prérogatives en la
matière, Handicap International a transmis le relais au MSPP, tout en restant un membre actif du groupe de
travail « Réadaptation, inclusion et situation de handicap ».


Une projection sur trois à cinq ans d’actions
L’association entend maintenir son action dans la durée pour permettre aux acteurs haïtiens de se renforcer et
de gérer eux-mêmes, à terme, les différents volets mis en place. Handicap International inscrit son action en
Haïti dans un continuum Urgence-Réhabilitation-Développement de trois à cinq ans, qui est un modèle
classique des actions de solidarité internationale.

Parallèlement à la réponse à l’épidémie de choléra, qui devrait donner lieu à des projets additionnels début
2011, Handicap International développe la phase de post-urgence de son intervention. Après l’appareillage
temporaire d’urgence mis en place fin février, l’association produit désormais des prothèses définitives dans
son centre d’appareillage de Port-au-Prince. Elle a démarré des activités de construction spécifiques, pour
doter les populations sinistrées, isolées ou vulnérables d’un habitat temporaire digne, anticyclonique,
parasismique et accessible.



5
  Chistoffel-Blindenmission (CBM), Healing Hands for Haiti, le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP), la secrétairerie
d’État à l’Intégration des personnes handicapées (SEIPH) et le Programme alimentaire mondial (PAM).
6
  ACTED, Action contre la Faim, Adventist Development and Relief Agency (ADRA), Arbeiter-Samariter-Bund Deutschland (ASB), Chaîne
de l’espoir/Alima, Croix-Rouge, Douleurs sans Frontières, Médecins du Monde, Médecins sans Frontières, Merlin, Organisation
internationale pour les migrations (OIM), Oxfam, Partners in Health, ShelterBox, Solidarités International, Terre des Hommes…
7
  Comité communal de la Protection civile (CCPC) de Petit-Goâve et Grand-Goâve, ou encore des structures de santé et des associations.
                                                                    6
Des actions de transition vers le développement sont engagées et devraient se poursuivre au moins
jusqu’en 2012. Les activités de réadaptation vont évoluer vers une approche plus communautaire, impliquant
les proches des patients, et s’appuyer de plus en plus sur les structures de santé locales. Une première phase
de formation accélérée de personnel haïtien de rééducation et d'     appareillage sera organisée, ainsi que le
renforcement des capacités des partenaires locaux. Progressivement, l’accompagnement et la rééducation des
blessés par le personnel de Handicap International se concentreront sur les cas les plus complexes,
notamment les personnes paralysées.

La phase dédiée au développement sur le long terme pourrait débuter dès 2011. Elle devrait essentiellement
porter sur l’appui aux acteurs haïtiens, structures de santé et partenaires associatifs, pour l’assistance aux
personnes handicapées. Dans ce cadre, l’association met en place un programme de transfert de
compétences, avec l’ouverture prochaine d’une formation diplômante d’orthoprothésiste, conforme aux
standards internationaux. Cette phase aura pour objectif principal de participer à la création des ressources et
des capacités inexistantes ou insuffisantes dans le pays, afin qu’Haïti trouve les moyens de se relever de ses
épreuves et de construire son développement.




                         LOCALISATION DES PROJETS




                                                       7
SYNTHÈSE
                 DES ACTIONS ENGAGÉES


Santé et protection
 Soutien aux hôpitaux pour la prise en charge des
 blessés (jusqu’en juillet 2010).
 Fourniture de matériel orthopédique, d’aides à la
 mobilité et de matériel spécifique.
 Appareillage orthopédique (prothèses et orthèses).
 Assistance      aux        personnes   vulnérables,
 particulièrement les personnes en situation de
 handicap, au sein des communautés ; activités de
 protection.
 Soutien psychosocial communautaire.
 Actions de prévention du choléra.


Réponse aux besoins de base
 Distribution de tentes, de nourriture et de matériel
 de première nécessité pour les sinistrés,
 particulièrement les plus vulnérables (jusqu’en août
 2010, puis lors de la violente tempête du 24
 septembre et du cyclone Tomas).
 Travail contre rémunération (« cash for work »,
 jusqu’en août).
 Construction d’habitats transitoires anticycloniques,
 parasismiques et accessibles aux personnes à
 mobilité réduite.


Logistique humanitaire
 Acheminement d’aide humanitaire et gestion de la
 plateforme logistique inter-agences du Programme
 alimentaire mondial (PAM).
 Soutien aux ONG engagées dans la lutte contre le
 choléra.




                                      8
CHIFFRES CLÉS



          Ressources humaines
            Près de 540 personnes, dont une soixantaine d’expatriés.
            Depuis le 14 janvier 2010, environ 170 expatriés, de plus de 20 nationalités
            différentes8 ont été envoyés en Haïti par Handicap International.
            Depuis janvier, des formations ont été organisées pour plus de 600 personnels
            haïtiens.


          Santé
            Plus de 10 000 bénéficiaires des activités de santé.
            Plus de 82 000 séances de soins de base ou de rééducation physique prodiguées.
            Près de 5 600 aides techniques – aides à la mobilité, matériel orthopédique et
            matériel spécifique – ont été distribuées.
            Prothèses : 426 bénéficiaires enregistrés (appareillés ou en cours d’appareillage).
            Orthèses : 465 bénéficiaires enregistrés (idem).


          Soutien psychosocial
            Près de 25 000 bénéficiaires, dont 500 sont suivis régulièrement.


          Logistique / distributions / « cash for work »
            Près de 20 000 tonnes d’aide acheminées – nourriture, matériel de première
            urgence, matériel médical, matériels de reconstruction… – depuis le 14 janvier 2010
            pour le compte d’une centaine d’organisations.
            Plus de 5 000 tentes distribuées pour plus de 26 000 personnes.
            Plus de 30 000 matériels divers distribués pour plus de 43 000 personnes.
            Plus de 36 tonnes de nourriture pour plus de 10 000 personnes.
            Plus de 4 000 personnes ont bénéficié des activités de « cash for work ».
            Plus de 80 habitats transitoires, pour 330 bénéficiaires.




8
 Australienne, autrichienne, américaine, belge, canadienne, colombienne, française, finlandaise, japonaise, libanaise, luxembourgeoise,
nicaraguayenne, pakistanaise, philippine, salvadorienne, suisse, togolaise…
                                                                    9
SANTÉ ET PROTECTION

Handicap International mène ses activités de santé en coordination avec le Gouvernement haïtien et
d’autres acteurs clés du secteur, internationaux et nationaux. Sur place, l’équipe Santé est
actuellement composée de 149 personnes (dont 22 expatriés), réparties entre deux centres
                                                         9
d’appareillage et de réadaptation, six Antennes Handicap et neuf équipes mobiles. Le personnel
haïtien recruté compte principalement des professionnels de la réadaptation et des travailleurs
communautaires.


300 000 BLESSÉS
Le gouvernement haïtien a estimé à plus de 300 000 le nombre de blessés suite au séisme. Ce bilan
considérable a constitué un défi historique pour les acteurs de l’aide humanitaire, au vu de la faiblesse des
capacités de soins dans le pays après la catastrophe.

Un nombre très élevé d’amputations
Au cours des premières semaines après le
séisme, seuls les cas les plus graves pouvaient
être admis. Certains patients présentant des
fractures fermées devaient repartir sans
traitement, en attendant que les cas les plus
urgents aient pu être traités. De nombreux
patients qui n’avaient pas encore reçu de soins se
sont présentés dans un second temps dans les
hôpitaux avec des complications et des infections
graves. Les amputations ont de ce fait représenté
une part exceptionnellement importante des
opérations chirurgicales effectuées par les
praticiens. Réalisées dans des conditions
extrêmement difficiles, certaines ont dû faire
l’objet de reprises chirurgicales.

L’équipe Santé de Handicap International en Haïti a produit fin janvier un rapport sur la situation des personnes
blessées. Elle y évaluait le nombre d’amputés entre 2 000 et 4 000 et le besoin en prothèses de membre
inférieur à un minimum de 1 000. Cette estimation prudente était le résultat de visites directes dans 17 hôpitaux
et de recueils d’information par téléphone ou par courriel auprès de la plupart des autres structures de santé du
pays ayant effectué des opérations, ainsi qu’auprès des autorités compétentes. Cette évaluation n’a pas été
démentie depuis lors et elle fait foi pour la plupart des acteurs présents. Elle n’a pu être affinée, dans la mesure
où le recueil d’informations à l’échelle du pays demeure difficile, et où les critères de recueil des données d’une
organisation à une autre sont trop disparates.


Appui aux hôpitaux
Dès le 17 janvier 2010 et jusqu’au mois de juillet, Handicap International est intervenue dans une vingtaine
d’hôpitaux et de structures médicales de Port-au-Prince et de son agglomération. Cet appui avait pour objectif
d’éviter, par des soins de réadaptation postopératoire notamment, que les personnes blessées et/ou
paralysées ne développent des séquelles définitives. Dans ce cadre, les membres de Handicap International
ont assuré 25 000 séances de rééducation auprès de 1 800 patients et distribué plus de 1 200 matériels divers
(béquilles, fauteuils roulants, déambulateurs, matelas…). L’activité dans les hôpitaux a progressivement
diminué jusqu’à cesser complètement en juillet, car les blessés du séisme y étaient désormais beaucoup moins
nombreux. Ils sont souvent retournés vivre avec leurs familles. Dans le même temps, Handicap International
renforçait son action au sein même des communautés.

9
  Les Antennes Handicap sont des points d’accueil de proximité pour les personnes handicapées et les plus vulnérables, qui permettent de
recenser leurs besoins et de leur fournir une aide adaptée.
                                                                  10
APPAREILLAGE ORTHOPÉDIQUE ET RÉADAPTATION FONCTIONNELLE

L’appareillage a débuté en mars
En partenariat avec l’association Healing Hands for Haiti, Handicap International a aménagé un centre
d’appareillage et de réadaptation fonctionnelle dans un ancien entrepôt près du Champ-de-Mars. L’équipe du
centre se compose de 48 personnes, dont 14 expatriés avec parmi eux, une équipe issue de l’Université Don
Bosco au Salvador. L’effectif est renforcé par six membres de Healing Hands for Haïti. À ce jour, dix
personnels haïtiens d’appareillage et de rééducation suivent une formation au centre.

Depuis l’ouverture du centre début mars, 883 patients ont été enregistrés, dont 426 pour recevoir une prothèse
                    10
et 465 une orthèse . Près de 4 500 séances de rééducation ont eu lieu. N.B. : environ une dizaine d’autres
organisations met également en œuvre des actions d’appareillage.

Dans un premier temps, des prothèses temporaires d’urgence ont été fournies aux personnes amputées des
membres inférieurs. Étape indispensable dans le processus d’appareillage, ces prothèses provisoires
permettent de remettre très vite le patient en position debout, de le préparer à recevoir une prothèse définitive
et de favoriser sa réinsertion rapide dans la société.

La production de prothèses définitives, plus longues à fabriquer mais plus esthétiques et plus durables, a
débuté dès le mois d’avril. Elles sont conçues pour durer entre trois et cinq ans pour un adulte, mais doivent
être changées tous les six mois pour un enfant en pleine croissance. La production de prothèses temporaires a
pratiquement cessé en septembre. L’association prévoit de débuter en janvier 2011 l’appareillage de
personnes amputées de membres supérieurs.


10
   Une orthèse est un appareillage qui corrige la déficience d’un membre ou de la colonne vertébrale. Exemples : atèle, minerve, corset. À
la différence de l’orthèse, la prothèse remplace un membre ou un organe absents.
                                                                    11
« Au centre d’appareillage, certains moments sont magiques »
                                  Pascal Kodjo Agbegnedo est formateur orthoprothésiste togolais.

                                  Je travaille à l' atelier d'
                                                             appareillage de Port-au-Prince, auprès des
                                  personnes amputées. Je fabrique des prothèses et orthèses sur mesure en
                                  fonction de leur morphologie, je les pose et les adapte, et mes collègues
                                  kinésithérapeutes et ergothérapeutes assurent une rééducation physique
                                  adaptée à la vie des personnes. Certains jours sont magiques, comme
                                  lorsque nous avons pu mettre une prothèse à un bébé de 17 mois.
                                  Maintenant, il marche mieux que tout le monde !

                                  Nous formons du personnel haïtien sur place. C’est essentiel pour la
                                  pérennité des actions, et particulièrement pour assurer le suivi des
                                  personnes appareillées. La prothèse d' patient devra être changée,
                                                                             un
                                  réparée ou adaptée tout au long de sa vie.



Deux équipes mobiles d’appareillage
Le centre d’appareillage dispose de deux
équipes mobiles, dont la vocation est de se
rendre dans les communautés et les Antennes
Handicap. Après la livraison des prothèses et
orthèses, elles assurent un suivi technique des
personnes appareillées, procèdent à des
ajustements et des petites réparations. Les
visites à domicile sont l’occasion d’étudier
l’environnement des bénéficiaires, d’évaluer
leurs besoins, de distribuer des aides
techniques et du matériel de première nécessité
ou encore de référencer les patients auprès de
l’équipe psychosociale.

Le rôle de l’équipe mobile affectée à Petit-
Goâve, une zone éloignée de Port-au-Prince,
consiste à prendre les mesures et à réaliser les
moulages des moignons des personnes
amputées suivies à l’Antenne Handicap locale. Munie des prothèses réalisées au centre d’appareillage,
l’équipe retourne sur le terrain pour effectuer les essayages sur les patients. À l’issue de ce processus, les
thérapeutes de l’antenne assurent la rééducation des patients dans la durée.


Un second centre de réadaptation et d’appareillage
                                                  Handicap International Belgique a entamé son intervention
                                                  en Haïti le 18 janvier pour assurer des soins de
                                                  kinésithérapie au sein de trois hôpitaux de Médecins sans
                                                  Frontières Belgique. À partir du mois de mars, l’équipe a
                                                  concentré son intervention sur l'hôpital de Sarthe. Depuis,
                                                  l’association est toujours active dans cet hôpital, où elle
                                                  gère un centre de réadaptation et d’appareillage. À la mi-
                                                  septembre, 3 489 patients avaient été pris en charge au
                                                  centre. L’équipe sur place est composée en permanence
                                                  d’une trentaine de personnes, dont 8 expatriés.




                                                     12
Formation de personnel haïtien
L’objectif de Handicap International est de créer et de coordonner une capacité de réadaptation et
d’appareillage sur le long terme, en formant du personnel haïtien pour en assurer la pérennité. Des techniciens
expatriés travaillent en collaboration avec du personnel haïtien et expatrié de l’association Healing Hands for
Haiti, avant que d’autres Haïtiens puissent être formés. Six personnes suivent déjà une formation continue sur
les métiers de techniciens en appareillage. Quatre assistants de rééducation haïtiens sont également en
formation depuis octobre.

En lien avec Healing Hands for Haïti, l’association devrait également proposer en 2011 une formation de
techniciens orthoprothésistes de niveau 2, s’étalant sur deux ans et demi et correspondant à des standards
internationaux reconnus. Les modules de formation théoriques, destinés à plus d’une vingtaine d’Haïtiens,
seront assurés par des enseignants de l’Université Don Bosco (Salvador). Les techniciens orthoprothésistes
ainsi formés devraient pouvoir prendre le relai des équipes expatriées dépêchées en Haïti après le
tremblement de terre, et assurer le suivi des patients appareillés sur la durée.



SUIVI ET SOINS DANS LES COMMUNAUTÉS

Six Antennes Handicap (quatre à Port-au-Prince,
une à Petit-Goâve et une aux Gonaïves) ont été
mises sur pied en collaboration avec l’organisation
allemande CBM et la secrétairerie d’État à
l’Intégration des personnes handicapées, et avec le
concours d’associations de personnes handicapées
haïtiennes. L’effectif des Antennes Handicap est à
ce jour composé de 101 personnes, dont 8
expatriés. L’objectif de ces antennes est d’améliorer
les conditions de protection et d’accès aux services
des personnes handicapées et des autres
personnes vulnérables (personnes âgées, malades,
isolées…). Six équipes mobiles rayonnent à partir
de chacune de ces antennes, sillonnant quartiers et
faubourgs de la capitale comme Carrefour, Delmas
ou le Champs de Mars, et interviennent dans un
camp de plus de 40 000 personnes à Pétion-Ville.


                                                        Cette présence au sein des communautés permet
                                                        d’assurer des soins de base, des activités de rééducation
                                                        physique pour les personnes handicapées, du soutien
                                                        psychosocial, et de distribuer des aides à la mobilité et du
                                                        matériel nécessaire à la vie quotidienne, comme les
                                                        matelas et les moustiquaires. Les équipes mobiles ont
                                                        également pour mission d’identifier et de référencer les
                                                        personnes présentant des besoins spécifiques auprès de
                                                        structures adaptées, par exemple des organisations qui
                                                        assurent des distributions ciblées de nourriture pour les
                                                        enfants malnutris ou celles qui apportent un soutien
                                                        psychologique individuel.




                                                         13
Une équipe de soins à domicile pour les paraplégiques et tétraplégiques
Dans l’extrême précarité du contexte haïtien, les personnes
paraplégiques et tétraplégiques, qui ont besoin d’une prise
en charge spécifique et constante, sont particulièrement en
danger. Mise en place en juin 2010, une équipe mobile
composée d’un kinésithérapeute, d’un ergothérapeute et
d’un travailleur communautaire intervient à Port-au-Prince et
en périphérie, pour leur prodiguer des soins de réadaptation,
les orienter vers des structures médicales quand c’est
nécessaire, évaluer leurs besoins en termes d’aides
techniques et de matériel de première nécessité, et assurer
les distributions correspondantes. L’équipe mobile
développe également des actions de sensibilisation et de
prévention du choléra ciblées sur cette catégorie de
patients, que les dispositifs habituels de prévention
atteignent rarement.



SOUTIEN PSYCHOSOCIAL




Au sein des Antennes Handicap, des animations récréatives et des groupes de parole permettent aux
personnes accueillies de partager leur expérience avec d’autres victimes, et ainsi d’apporter une première
réponse aux souffrances psychiques liées au séisme. Les travailleurs psychosociaux de chaque antenne se
rendent dans les communautés pour assurer un suivi. Ils mesurent le niveau de détresse de la famille,
identifient d’éventuels conflits familiaux et réfèrent les personnes vers un soutien psychologique individuel si
nécessaire. Le cas échéant, ils évaluent le niveau d’intégration des personnes handicapées et sensibilisent leur
entourage.

Dans le centre d’appareillage, les personnes amputées bénéficient de consultations individuelles avec des
travailleurs psychosociaux de manière à évaluer la condition psychologique de chacun. Un suivi est assuré tout
au long du processus d’appareillage et au-delà, quand ces patients regagnent leurs communautés.

Dans une perspective à plus long terme, Handicap International participe aux deux groupes de travail « Santé
mentale » et « Inclusion, Réadaptation et Situation de handicap », qui rassemblent des acteurs haïtiens et
internationaux. L’association contribue ainsi à l’élaboration du Plan national sur la question de la Santé mentale
et au Plan national concernant l’Inclusion des personnes handicapées.




                                                       14
PROTECTION

                                                                              La protection des personnes vulnérables en
                                                                              situation de crise constitue un enjeu majeur
                                                                              de toute action en situation d’urgence. Dans
                                                                              des contextes de grande précarité, de
                                                                              tensions exacerbées et d’instabilité sociale,
                                                                              les personnes vulnérables, et notamment les
                                                                              personnes      handicapées,      doivent   être
                                                                              protégées contre les risques de violences,
                                                                              d’exploitation      ou    d’abus.     Handicap
                                                                              International veille donc à la mise en place de
                                                                              mesures de protection spécifiques au sein de
                                                                              ses propres actions et participe aux espaces
                                                                              de coordination internationaux dédiés à ces
                                                                              questions.

                                                                L’association met en place des activités de
                                                                protection pour intervenir auprès des cas les
plus difficiles rencontrés dans les communautés (violences psychologiques, physiques, sexuelles). S’appuyant
sur le travail d’identification réalisé dans les communautés auprès des personnes vulnérables, ces actions
visent également à améliorer et à développer le référencement vers d’autres institutions engagées dans la
protection – dans le domaine des violences basées sur le genre, des violences domestiques, de la protection
de l’enfance… – et à vérifier que l’ensemble des services disponibles (accès aux sanitaires, aux distributions
d’aide et de nourriture…) soit accessible aux personnes handicapées.



PRÉVENTION DU CHOLÉRA

Depuis le 19 octobre 2010, date de l’identification d’une épidémie de choléra en Haïti, l’activité des équipes
Santé a été fortement impactée, et les dispositifs ont été revus afin d’intégrer des volets de sensibilisation et de
prévention. Dès le 26 octobre, Handicap International a lancé une campagne d’information spécifique à
destination des personnes les plus vulnérables. Une sensibilisation personnalisée est effectuée, permettant de
pallier les difficultés d’accès de ces personnes aux efforts de sensibilisation de masse. Elle inclut également
l’entourage immédiat de la personne vulnérable, sa famille et ses voisins.

La sensibilisation est assurée grâce au redéploiement des effectifs des Antennes Handicap. Au total, vingt
équipes sont réparties sur le terrain et s’assurent que les personnes ont intégré les dangers du choléra et les
méthodes de prévention. Une sensibilisation est également effectuée afin d' éviter la stigmatisation des malades
                                                         11
et encourager la solidarité. Des kits hygiène et choléra sont également distribués, dans un premier temps à
400 familles des Gonaïves. Enfin, l’atelier de fabrication dédié à la construction des abris transitoires à Petit-
Goâve s’est également mobilisé pour la production d’une centaine de lits adaptés pour les centres de
traitement du choléra de Petit-Goâve, de Grand-Goâve, de Miragoâne et des Cayes.

Les activités de soutien psychosocial ont été temporairement suspendues afin de sensibiliser un maximum de
personnes. Les équipes de sensibilisation sont néanmoins attentives aux besoins spécifiques de soutien, qui
sont alors référés à la cellule psychosociale. Certaines Antennes Handicap sont temporairement fermées au
public mais assurent une permanence pour l’information des visiteurs sur l’adaptation des activités et la
sensibilisation aux mesures de prévention. Les équipes mobiles de réadaptation et celle dédiée à l'    assistance
aux blessés médullaires (paraplégiques et tétraplégiques) continuent leurs activités et sensibilisent les patients
et leurs familles.

Handicap International a également largement diffusé des recommandations pour la prise en considération des
personnes handicapées dans la gestion de la réponse au choléra, notamment auprès des acteurs intervenant
dans les domaines de la santé, de la protection et de la gestion de camps.

11
  Les kits sont composés d’un seau en plastique avec couvercle, d’un sac pour conserver ses affaires au sec, d’une couverture polaire,
d’une serviette de bain, d’une éponge, de savons solides, de tablettes de purification de l’eau et de sachets de solutions orales de
réhydratation.
                                                                 15
LOGISTIQUE HUMANITAIRE
                     ET RÉPONSE AUX BESOINS DE BASE




Face à une population privée de ses moyens d’existence, l’exercice du mandat de Handicap International
auprès des plus vulnérables passe par la participation à l’organisation et à la coordination logistiques
des secours et la couverture des besoins de base. L’association gère une plateforme de transport
d’aide humanitaire au service de l’ensemble des acteurs de solidarité présents en Haïti. Depuis fin
octobre 2010, cette chaîne logistique est engagée dans la réponse à l’épidémie de choléra. La réponse
aux besoins quotidiens essentiels des sinistrés haïtiens s’est traduite par des distributions d’aide, par
des activités « cash for work » et désormais par la construction d’habitats transitoires pour des
populations vulnérables et isolées.


GESTION DE LA PLATEFORME LOGISTIQUE INTER-AGENCES
La plateforme logistique d’acheminement d’aide humanitaire, gérée en partenariat avec le Programme
alimentaire mondial (PAM), était en place depuis 2008, suite au passage de plusieurs ouragans. L’équipe
Logistique humanitaire de Handicap International compte environ 160 personnes (dont 5 expatriés), réparties
sur quatre bases opérationnelles (Port-au-Prince, Cap-Haïtien, Les Gonaïves et Jacmel). Elle gère une flotte de
70 camions : une cinquantaine de 6x6 tout-terrain pouvant transporter chacun 3,5 tonnes de marchandises
dans des zones difficilement accessibles. L’association coordonne aussi une vingtaine de camions-plateaux
mis à disposition par la Fondation Clinton, capables de transporter 8 tonnes de fret, utilisés principalement
dans les zones urbaines. L’association a également géré, à partir de février 2010, deux entrepôts de stockage
de l’aide humanitaire, d’une capacité respective de 2 500 et 3 000 m². Le premier a fermé en juin, le second en
septembre.

Depuis le 14 janvier, Handicap
International a acheminé près de
20 000 tonnes d’aide, dont 9 000
tonnes de nourriture, pour le compte
                                12
d’une centaine d’organisations , dont
une      quinzaine     de    structures
           13
haïtiennes . Entre le 22 octobre et le
4 décembre 2010, la plateforme a
déjà permis de transporter 394 tonnes
d'aide      spécifique    pour      les
organisations engagées dans la
prévention et le traitement du choléra
à Port-au-Prince, à Cap-Haïtien, aux
Gonaïves, à Saint-Marc et à Jacmel.



12
   Agences onusiennes, Action contre la Faim, Caritas, Croix-Rouge, Food for the Poor, Fraternité Notre Dame, Médecins du Monde,
Mercy Corps, Oxfam, Pompiers sans Frontières, Plan, Première Urgence, Save The Children, Secours Islamique, World Vision…
13
   Acrecom, Croix-Rouge haïtienne, Dinepa, Espoir de l’Horizon, Meyer, ministère de la Santé publique et de la Population, Santo 19,
Signeau…
                                                                16
DISTRIBUTION D’AIDE D’URGENCE ET « CASH FOR WORK »

Les activités de distribution menées par Handicap International prennent en compte les besoins spécifiques
des personnes handicapées, vulnérables et âgées, notamment en termes de facilité d’accès à l’aide et
d’adaptation à leurs conditions de mobilité.

Petit-Goâve et Grand-Goâve




Situées à environ dix kilomètres de l’épicentre du séisme, ces deux zones d’intervention ont été détruites à
60 % et représentent à elles seules environ 50 000 personnes affectées. Les reliefs montagneux qui les
environnent ont eu un accès plus restreint à l’aide.

Plus de 1 000 ShelterBoxes, d’une valeur unitaire de 750 euros, ont été données par l’association du même
nom (voir www.shelterbox.org) à Handicap International, qui les a distribuées dans les zones rurales les plus
affectées. Les ShelterBoxes sont des malles en plastique contenant une tente pouvant accueillir 10 personnes
et du matériel pour organiser la vie quotidienne dans un tel abri pendant plusieurs mois : tapis de sol,
couvertures, réchaud, ustensiles de cuisine, jerricans, système de purification d'
                                                                                 eau, scie, hache, pelle, cordes,
moustiquaires et pack d'activités pour les enfants.

L’association a par ailleurs distribué plus de 4 500 tentes (bénéficiaires : plus de 23 000 personnes), ainsi que
36 tonnes de nourriture à plus de 2 000 foyers (plus 10 000 personnes) et près de 30 000 matériels divers à
plus de 8 000 foyers (plus de 42 000 personnes). L’aide non alimentaire distribuée était essentiellement
constituée de matériels indispensables à la vie quotidienne, comme des bâches plastiques, des cordes, des
jerricans, des kits de cuisine et d’hygiène, des matelas, des couvertures, des nattes, des moustiquaires…

Dans les régions montagneuses (les mornes), particulièrement inaccessibles, Handicap International et ses
partenaires ont effectué les distributions par hélicoptère le plus souvent, ou par camion quand c’était possible.

Port-au-Prince et agglomération
À Port-au-Prince, où se concentre l’aide internationale et haïtienne, Handicap International a développé une
base de données recensant les personnes particulièrement vulnérables, comme les familles de personnes
handicapées. Elle est renseignée par les équipes Santé de l’association et par ses partenaires. C’est en faveur
de cette population particulièrement fragile que l’association intervient, en termes de distributions et d’abris.

Plus de 660 tentes ont été distribuées, pour abriter 3 000 personnes. Plus de 1 300 matériels divers ont
également été fournis à plus de 430 foyers (plus de 2 100 personnes). Il s’agissait là aussi de couvrir des
besoins de la vie quotidienne. 45 abris d’urgence ont été construits de mai à août 2010. Ces abris étaient
constitués d’une ossature en bois, de bâches plastiques ou de contreplaqué pour les murs et d’un toit en tôle.
Pour chacun d’eux, une mise en accessibilité pour les personnes à mobilité réduite a été effectuée. La
distribution de tentes et la construction d’abris ont pu s’accompagner de petits travaux de déblaiement ou
d’aménagements, qui ont donné lieu à des activités de « cash for work ».
                                                       17
Travail contre rémunération
Les projets dits de « cash for work » permettent aux
populations de percevoir un revenu grâce à une
activité ponctuelle, généralement de déblaiement
manuel. La rémunération correspond au salaire
minimum haïtien de 200 gourdes (4 euros) par jour.
Entre mai et août 2010, Handicap International a
engagé trois programmes de ce type, qui ont impliqué
plus de 600 personnes (4 000 bénéficiaires directs au
total) : un chantier de réhabilitation de la route des
Palmes,      au    sommet      des    mornes    (zones
montagneuses) de Petit-Goâve et Grand-Goâve, un
chantier de démolition et de déblaiement de maisons
à Petit-Goâve, menée en collaboration avec la
direction de la Protection civile et un chantier de
fabrication d’abris d’urgence à Port-au-Prince.


L’impact de la saison cyclonique
Suite à la tempête qui s’est produite fin septembre 2010, Handicap International a mené une évaluation
spécifique auprès de 500 personnes des Antennes Handicap, parmi les plus vulnérables. Chaque personne a
été contactée pour connaître ses besoins en tentes et bâches en plastique. Des distributions ont été faites pour
répondre aux besoins spécifiques. Les abris d’urgence construits à Port-au-Prince (ossature bois, murs bâches
plastiques, toit tôle et dalle ciment) ont bien résisté. En prévision du passage du cyclone Tomas, le 5
novembre, l’association a en outre mené des actions d’identification et de prévention à l’attention des plus
vulnérables et a veillé à ce que les plus fragiles d’entre eux soient transportés vers des abris sûrs.




CONSTRUCTION D’HABITATS TRANSITOIRES




Handicap International a entamé en Haïti un projet de construction de plus de 1 000 habitats transitoires,
anticycloniques, parasismiques et accessibles aux personnes à mobilité réduite. Ces habitats sont destinés en
priorité aux populations les plus vulnérables. D’ici à septembre 2011, 5 000 personnes pourront être logées à
Petit-Goâve, Grand-Goâve et dans les zones montagneuses alentour.




                                                      18
Ces habitations sont théoriquement conçues pour durer entre trois et cinq ans. Toutefois, bien entretenues,
elles pourront durer davantage, leur structure étant conçue pour résister aux intempéries. Elles sont
constituées d’une ossature en bois, de parois en lames de bois tressées et d’une toiture limitant les prises au
vent. Le sol est formé d’un plancher ou d’une dalle, surélevés pour préserver les occupants de l’humidité lors
des pluies. Si nécessaire, les habitats transitoires sont munis d’une rampe pour les rendre accessibles.

D’une surface habitable de 18 m², complétés d’une terrasse couverte de 6 m², ces habitats peuvent accueillir
une famille de cinq personnes. Des modules de surfaces différentes sont également prévus pour s’adapter à la
taille des familles et à celle du terrain de construction. Formés d’éléments préfabriqués, les habitats transitoires
sont préparés en kits et transportés sur le terrain, avant d’être montés avec les familles, afin qu’elles se les
approprient pleinement et qu’elles soient en mesure d’en assurer l’entretien.

Fin octobre 2010, les 80 premiers habitats transitoires avaient été livrés, permettant l’installation de plus de 330
personnes. Plusieurs autres ont été livrés à Grand-Goâve, où Médecins du Monde les a aménagés en
dispensaires, en collaboration avec le ministère haïtien de la Santé publique et de la Population.




Accessibilité
Handicap International apporte son expertise dans le domaine de l’accessibilité à plusieurs autres associations.
Elle intervient aussi dans plusieurs groupes de travail rassemblant des acteurs humanitaires présents en Haïti.
Sa mission est de promouvoir l’accessibilité des bâtiments existants – structures médicales, latrines dans les
zones de regroupement des personnes sinistrées… – et d’assurer la prise en compte des contraintes et
principes d’accessibilité dans les opérations de reconstruction. Par ses actions de plaidoyer, Handicap
International sensibilise ses partenaires, les ONG, les structures médicales, à l’inclusion des personnes
handicapées dans toutes les étapes de la réponse à l’urgence et facilite leur accès à l’aide.

L’ensemble des projets de Handicap International (en particulier les abris transitoires) prend en compte les
contraintes d’accessibilité.


                                                        19
L’UTILISATION DES DONS



Quelles décisions ont été prises sur l’utilisation des dons ?



En réponse à l’urgence en Haïti, la Fédération Handicap International a reçu 5 512 214 euros de dons
privés (donateurs et parrains) en France et 1 491 244 euros ailleurs dans le monde (Allemagne, Canada,
Etats-Unis, Luxembourg, Royaume-Uni, Suisse).

L’association a par ailleurs reçu 8 781 703 euros de fonds institutionnels publics (provenant d’institutions
internationales, de gouvernements et de collectivités territoriales) et privés (provenant d’associations,
d’entreprises, fondations).

Ces montants sont à la hauteur de l’ampleur historique de la catastrophe en Haïti, qui a suscité une
mobilisation planétaire gigantesque. Dans sa logique d’intervention et en application de son mandat, Handicap
International est cependant attentive à ne pas établir de discrimination, liée à un différentiel de médiatisation ou
de compassion, entre les populations auprès desquelles elle est susceptible d’intervenir.

Il ne paraît pas pertinent d’immobiliser sur un compte des sommes qui se révèleraient manifestement
supérieures aux besoins, au risque de négliger des pays où la détresse des populations serait moins bien
entendue. Sur ce point, Handicap International a toujours souhaité se mettre dans un rapport d’explication et de
transparence vis-à-vis de ses donateurs.

L’association informe systématiquement ses donateurs, dès les courriers d’appel au don, que si le montant des
s’avérait était supérieur aux besoins de l’action évoquée dans l’appel, l’association affecterait alors le don là où
elle le jugerait le plus utile. Dans le cas de l’urgence Haïti, l’avis des donateurs a de surcroît été sollicité.


LES DONATEURS DE HANDICAP INTERNATIONAL FRANCE ONT ÉTÉ CONSULTÉS
SUR L’UTILISATION DE LEURS DONS
La consultation a eu lieu entre le 3 mars et le 19 avril. Elle s’adressait aux donateurs de Handicap International
ayant répondu au courrier d’appel au don de l’association sur l’urgence Haïti. Une lettre-questionnaire
accompagnait les reçus fiscaux. Les donateurs étaient invités à se prononcer sur l’utilisation de leur don, entre
une utilisation exclusive en faveur des actions en Haïti et une mutualisation de ces fonds au profit de
l’ensemble des actions de l’association, en fonction des priorités constatées sur le terrain. La réponse était
gratuite pour le donateur, une enveloppe préaffranchie étant jointe.

La confiance que les donateurs de Handicap International placent dans les décisions de l’association a été
illustrée avec éloquence par les résultats de cette consultation. Plus de 81 % des réponses exprimées étaient
en faveur de la mutualisation des dons au profit de l’ensemble des actions de l’association. Le choix des
personnes qui ont demandé l’affectation de leur don à Haïti a été strictement respecté.

Remarque : d’autres modalités de don ont automatiquement donné lieu à une affectation aux actions en Haïti :
dons via la Fondation de France ou le portail Aiderdonner.com, parrainage (don mensuel) du programme Haïti,
coupon-réponse précisant le souhait d’affectation sur Haïti, dons spontanés pour Haïti.




                                                        20
L’AFFECTATION DES DONS PRIVÉS
Suite à la consultation des donateurs, le conseil d’administration de Handicap International a décidé de répartir
les dons privés reçus de la manière suivante : 3 708 367 euros (soit 3 560 000 euros, frais de gestion déduits)
affectés aux actions en Haïti, et 3 295 091 euros mutualisés, c’est-à-dire affectés au budget « toutes
missions ».



               DONS PRIVÉS REÇUS                                      AFFECTATION DES DONS


              En France : 5 512 214                                 Actions en Haïti : 3 708 367
              (donateurs et parrains)                        (soit 3 560 000 frais de gestion déduits)

                                                             Budget toutes missions (suite au courrier
 Dans les associations Handicap International
                                                               individuel aux donateurs français) :
           à l’étranger : 1 491 244
                                                                           3 295 091


L’UTILISATION EN HAÏTI DES SOMMES COLLECTÉES EN 2010
Au 23 novembre, les actions engagées par Handicap International en Haïti pour l’année 2010
correspondaient à un montant de 10 908 406 euros. Les fonds privés affectés au programme Haïti sont
utilisés en complément des fonds institutionnels obtenus (8 781 703 euros ont été obtenus de bailleurs de
fonds institutionnels publics et privés).




              DÉPENSES ENGAGÉES                                    FINANCEMENT DES ACTIONS
                EN HAÏTI EN 2010                                   ENGAGÉES EN HAÏTI EN 2010


    Santé, soins et réadaptation : 3 564 341

 Aide et soutien aux personnes handicapées et               Fonds institutionnels publics : 6 404 949
   aux populations vulnérables : 1 256 422
                                                             Fonds institutionnels privés : 2 376 754
   Réhabilitation et construction : 2 088 409
                                                                 Dons privés engagés : 2 126 704
   Gestion & distribution d’aide humanitaire :
                   3 999 234

                TOTAL : 10 908 406                                       TOTAL : 10 908 406


                    Solde des dons privés à reporter sur les années suivantes :
                                           1 433 297


A ce stade, Handicap International juge raisonnable de conserver 1 433 297 euros de dons privés pour financer
la continuité des actions en Haïti au cours des deux prochaines années.

Il n’est par ailleurs pas exclu qu’au cours des prochaines années, ce montant s’avère insuffisant et que
l’association soit amenée à puiser dans son budget « toutes missions » pour financer la poursuite de son
programme en Haïti. C’est le cas aujourd’hui pour les projets en Indonésie et au Sri Lanka initiés à l’occasion
du tsunami.

                                                       21
VENTILATION DES SOMMES ENGAGÉES EN 2010 PAR POSTES BUDGÉTAIRES
Sur les 10,9 millions d’euros engagés en Haïti cette année, les missions sociales sur le terrain représentent
98,6% des dépenses (dont 5,1% de coûts de pilotage des projets), et les frais de fonctionnement (dont des
coûts fixes de structure) 1,4% des dépenses.




                                  1,4%


                                                                                      Missions sociales
                                                                                      Frais de fonctionnement


                                                98,6%




Comment l’utilisation des dons est-elle contrôlée ?



LES PROCESSUS DÉCISIONNELS ET DE CONTRÔLE EN INTERNE
Toutes les décisions liées à l’urgence Haïti (l’intervention et ses modalités, l’affectation des dons, etc.) ont été
prises suivant les procédures habituelles de l’association et ont nécessité des consultations, des validations et
des rendus de comptes à tous les niveaux (directions des programmes, comité de direction, bureau, conseil
d’administration, rendu de comptes devant l’assemblée générale).

Ces procédures sont conformes aux règles fixées par le Comité de la charte de déontologie des organisations
sociales et humanitaires faisant appel à la générosité du public (www.comitecharte.org). Le comité poursuit
deux objectifs : élaborer collectivement une déontologie concernant la rigueur budgétaire et la transparence
des comptes, et l’améliorer en permanence ; contrôler annuellement le respect de la charte par les
organisations.

Lorsque Handicap International soutient financièrement un partenaire local, un contrat écrit est signé avec cette
organisation qui prévoit expressément la justification et le contrôle des dépenses engagées par le partenaire.


LES NOMBREUX CONTRÔLES EXTERNES
Handicap International est une association à but non lucratif du type Loi 1901, fondée à Lyon en 1982 et
reconnue d’utilité publique par l’Etat en 1997. A ce titre, elle peut être à tout moment soumise à un contrôle de
la Cour des comptes et de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas).

Un commissaire aux comptes indépendant garantit chaque année la sincérité des comptes de Handicap
International, lesquels sont rendus publics.

Enfin, les bailleurs de fonds institutionnels de l’association réalisent des audits systématiques sur les projets de
l’association qu’ils financent.




                                                        22

Contenu connexe

En vedette

Lucibel annonce son projet d’introduction en bourse.
Lucibel annonce son projet d’introduction en bourse.Lucibel annonce son projet d’introduction en bourse.
Lucibel annonce son projet d’introduction en bourse.Lucibel SA
 
Una tasca diaria a educació infantil
Una tasca diaria a educació infantilUna tasca diaria a educació infantil
Una tasca diaria a educació infantilROSARIO V
 
La Telematicay Educacion 1
La Telematicay Educacion 1La Telematicay Educacion 1
La Telematicay Educacion 1solvasquez
 
Youtube Media Player 07
Youtube Media Player 07Youtube Media Player 07
Youtube Media Player 07Diablofontecha
 
Boletin Agosto 2004
Boletin Agosto 2004Boletin Agosto 2004
Boletin Agosto 2004INAH
 
Ame gallery -le monde de l'art selon e.t.- reportage photographique d'antoine...
Ame gallery -le monde de l'art selon e.t.- reportage photographique d'antoine...Ame gallery -le monde de l'art selon e.t.- reportage photographique d'antoine...
Ame gallery -le monde de l'art selon e.t.- reportage photographique d'antoine...Antoine Mercier-ame
 
Les TI dans l'industrie bancaire en 2013 : 2013 executive outlook IT and FSI
Les TI dans l'industrie bancaire en 2013 : 2013  executive outlook IT and FSI Les TI dans l'industrie bancaire en 2013 : 2013  executive outlook IT and FSI
Les TI dans l'industrie bancaire en 2013 : 2013 executive outlook IT and FSI Delphine Pramotton
 
Présentation windows vs mac_final
Présentation  windows vs mac_finalPrésentation  windows vs mac_final
Présentation windows vs mac_finalmarwaba
 
Ados et réseaux sociaux : présentation à Ermont
Ados et réseaux sociaux : présentation à ErmontAdos et réseaux sociaux : présentation à Ermont
Ados et réseaux sociaux : présentation à ErmontGérard Marquié
 
Ki supafil 2012 fr-lr
Ki supafil 2012 fr-lrKi supafil 2012 fr-lr
Ki supafil 2012 fr-lrEuropages2
 
M7 lesson 2 3 solve equations pdf part 1
M7 lesson 2 3 solve equations pdf part 1M7 lesson 2 3 solve equations pdf part 1
M7 lesson 2 3 solve equations pdf part 1lothomas
 
UCS Athlétisme Bilan saison 2012 2013 Groupe Hosr Stade - presentation
UCS Athlétisme Bilan saison 2012 2013 Groupe Hosr Stade - presentationUCS Athlétisme Bilan saison 2012 2013 Groupe Hosr Stade - presentation
UCS Athlétisme Bilan saison 2012 2013 Groupe Hosr Stade - presentationdavidlong58
 
Presentación
PresentaciónPresentación
Presentaciónpilardr8
 
Paris je t’aime 2
Paris je t’aime 2Paris je t’aime 2
Paris je t’aime 2adecraene
 

En vedette (20)

Lucibel annonce son projet d’introduction en bourse.
Lucibel annonce son projet d’introduction en bourse.Lucibel annonce son projet d’introduction en bourse.
Lucibel annonce son projet d’introduction en bourse.
 
Una tasca diaria a educació infantil
Una tasca diaria a educació infantilUna tasca diaria a educació infantil
Una tasca diaria a educació infantil
 
La Telematicay Educacion 1
La Telematicay Educacion 1La Telematicay Educacion 1
La Telematicay Educacion 1
 
Youtube Media Player 07
Youtube Media Player 07Youtube Media Player 07
Youtube Media Player 07
 
Novela
NovelaNovela
Novela
 
Boletin Agosto 2004
Boletin Agosto 2004Boletin Agosto 2004
Boletin Agosto 2004
 
Guide touristique
Guide touristiqueGuide touristique
Guide touristique
 
Materiales1c
Materiales1cMateriales1c
Materiales1c
 
Ame gallery -le monde de l'art selon e.t.- reportage photographique d'antoine...
Ame gallery -le monde de l'art selon e.t.- reportage photographique d'antoine...Ame gallery -le monde de l'art selon e.t.- reportage photographique d'antoine...
Ame gallery -le monde de l'art selon e.t.- reportage photographique d'antoine...
 
Les TI dans l'industrie bancaire en 2013 : 2013 executive outlook IT and FSI
Les TI dans l'industrie bancaire en 2013 : 2013  executive outlook IT and FSI Les TI dans l'industrie bancaire en 2013 : 2013  executive outlook IT and FSI
Les TI dans l'industrie bancaire en 2013 : 2013 executive outlook IT and FSI
 
Présentation windows vs mac_final
Présentation  windows vs mac_finalPrésentation  windows vs mac_final
Présentation windows vs mac_final
 
Slides
Slides Slides
Slides
 
Ados et réseaux sociaux : présentation à Ermont
Ados et réseaux sociaux : présentation à ErmontAdos et réseaux sociaux : présentation à Ermont
Ados et réseaux sociaux : présentation à Ermont
 
Irrigasc
IrrigascIrrigasc
Irrigasc
 
Ki supafil 2012 fr-lr
Ki supafil 2012 fr-lrKi supafil 2012 fr-lr
Ki supafil 2012 fr-lr
 
M7 lesson 2 3 solve equations pdf part 1
M7 lesson 2 3 solve equations pdf part 1M7 lesson 2 3 solve equations pdf part 1
M7 lesson 2 3 solve equations pdf part 1
 
UCS Athlétisme Bilan saison 2012 2013 Groupe Hosr Stade - presentation
UCS Athlétisme Bilan saison 2012 2013 Groupe Hosr Stade - presentationUCS Athlétisme Bilan saison 2012 2013 Groupe Hosr Stade - presentation
UCS Athlétisme Bilan saison 2012 2013 Groupe Hosr Stade - presentation
 
Chaumont en page
Chaumont en pageChaumont en page
Chaumont en page
 
Presentación
PresentaciónPresentación
Presentación
 
Paris je t’aime 2
Paris je t’aime 2Paris je t’aime 2
Paris je t’aime 2
 

Similaire à Haiti, un an après

Présentation Croix-Rouge Française Lille 2008
Présentation Croix-Rouge Française Lille 2008Présentation Croix-Rouge Française Lille 2008
Présentation Croix-Rouge Française Lille 2008Pierre NOEL
 
Rencontre ongs
Rencontre ongsRencontre ongs
Rencontre ongsxavijarque
 
Rencontre ongs
Rencontre ongsRencontre ongs
Rencontre ongsxavijarque
 
Rencontre ongs
Rencontre ongsRencontre ongs
Rencontre ongsxavijarque
 
Secours Islamique France - Rapport d'activités 2006
Secours Islamique France - Rapport d'activités 2006Secours Islamique France - Rapport d'activités 2006
Secours Islamique France - Rapport d'activités 2006Secours Islamique France
 
CARE Réponse en Haïti, 3 mois après
CARE Réponse en Haïti, 3 mois aprèsCARE Réponse en Haïti, 3 mois après
CARE Réponse en Haïti, 3 mois aprèsCARE France
 
Séisme en Haïti, 1 an après : bilan des actions de CARE
Séisme en Haïti, 1 an après : bilan des actions de CARESéisme en Haïti, 1 an après : bilan des actions de CARE
Séisme en Haïti, 1 an après : bilan des actions de CARECARE France
 
SOS Hépatites Rapport d'activité 2018
SOS Hépatites Rapport d'activité 2018SOS Hépatites Rapport d'activité 2018
SOS Hépatites Rapport d'activité 2018soshepatites
 
RAPPORT FINANCIER 2012 d'Amnesty International France
RAPPORT FINANCIER 2012 d'Amnesty International FranceRAPPORT FINANCIER 2012 d'Amnesty International France
RAPPORT FINANCIER 2012 d'Amnesty International FranceAmnesty International France
 
HI 52 - Séisme en Haïti :
HI 52 - Séisme en Haïti :HI 52 - Séisme en Haïti :
HI 52 - Séisme en Haïti :Bernard hardy
 
Rapport Annuel Handicap International 2008
Rapport Annuel Handicap International 2008Rapport Annuel Handicap International 2008
Rapport Annuel Handicap International 2008Handicap International
 
S 04f - Rapport sur l'eau insalubre : Première cause de mortalité (French)
S 04f - Rapport sur l'eau insalubre : Première cause de mortalité (French)S 04f - Rapport sur l'eau insalubre : Première cause de mortalité (French)
S 04f - Rapport sur l'eau insalubre : Première cause de mortalité (French)Bernard hardy
 
Salon Des Solidarités 2014 Guide Visiteur
Salon Des Solidarités 2014 Guide VisiteurSalon Des Solidarités 2014 Guide Visiteur
Salon Des Solidarités 2014 Guide VisiteurAsso Asah
 
Metiers humanitaires
Metiers humanitairesMetiers humanitaires
Metiers humanitairesaksinka
 
Bulletin Seisme 25 Jan 2010
Bulletin Seisme 25 Jan 2010Bulletin Seisme 25 Jan 2010
Bulletin Seisme 25 Jan 2010Marwane Bejgane
 

Similaire à Haiti, un an après (20)

Présentation Croix-Rouge Française Lille 2008
Présentation Croix-Rouge Française Lille 2008Présentation Croix-Rouge Française Lille 2008
Présentation Croix-Rouge Française Lille 2008
 
Rencontre ongs
Rencontre ongsRencontre ongs
Rencontre ongs
 
Rencontre ongs
Rencontre ongsRencontre ongs
Rencontre ongs
 
Rencontre ongs
Rencontre ongsRencontre ongs
Rencontre ongs
 
Secours Islamique France - Rapport d'activités 2006
Secours Islamique France - Rapport d'activités 2006Secours Islamique France - Rapport d'activités 2006
Secours Islamique France - Rapport d'activités 2006
 
Dossier croix rouge
Dossier croix rougeDossier croix rouge
Dossier croix rouge
 
CARE Réponse en Haïti, 3 mois après
CARE Réponse en Haïti, 3 mois aprèsCARE Réponse en Haïti, 3 mois après
CARE Réponse en Haïti, 3 mois après
 
Séisme en Haïti, 1 an après : bilan des actions de CARE
Séisme en Haïti, 1 an après : bilan des actions de CARESéisme en Haïti, 1 an après : bilan des actions de CARE
Séisme en Haïti, 1 an après : bilan des actions de CARE
 
SOS Hépatites Rapport d'activité 2018
SOS Hépatites Rapport d'activité 2018SOS Hépatites Rapport d'activité 2018
SOS Hépatites Rapport d'activité 2018
 
Mda
MdaMda
Mda
 
RAPPORT FINANCIER 2012 d'Amnesty International France
RAPPORT FINANCIER 2012 d'Amnesty International FranceRAPPORT FINANCIER 2012 d'Amnesty International France
RAPPORT FINANCIER 2012 d'Amnesty International France
 
HI 52 - Séisme en Haïti :
HI 52 - Séisme en Haïti :HI 52 - Séisme en Haïti :
HI 52 - Séisme en Haïti :
 
Rapport Annuel Handicap International 2008
Rapport Annuel Handicap International 2008Rapport Annuel Handicap International 2008
Rapport Annuel Handicap International 2008
 
Tdh Haiti - Un an après le tremblement de terre
Tdh Haiti - Un an après le tremblement de terreTdh Haiti - Un an après le tremblement de terre
Tdh Haiti - Un an après le tremblement de terre
 
S 04f - Rapport sur l'eau insalubre : Première cause de mortalité (French)
S 04f - Rapport sur l'eau insalubre : Première cause de mortalité (French)S 04f - Rapport sur l'eau insalubre : Première cause de mortalité (French)
S 04f - Rapport sur l'eau insalubre : Première cause de mortalité (French)
 
Salon Des Solidarités 2014 Guide Visiteur
Salon Des Solidarités 2014 Guide VisiteurSalon Des Solidarités 2014 Guide Visiteur
Salon Des Solidarités 2014 Guide Visiteur
 
Metiers humanitaires
Metiers humanitairesMetiers humanitaires
Metiers humanitaires
 
Bulletin Seisme 25 Jan 2010
Bulletin Seisme 25 Jan 2010Bulletin Seisme 25 Jan 2010
Bulletin Seisme 25 Jan 2010
 
Croix rouge-en-chiffres-2020
Croix rouge-en-chiffres-2020Croix rouge-en-chiffres-2020
Croix rouge-en-chiffres-2020
 
ONG/marketing alteratif
ONG/marketing alteratifONG/marketing alteratif
ONG/marketing alteratif
 

Plus de Handicap International

Sustainable 101 – Bridging the gap between policy and practice
Sustainable 101 – Bridging the gap between policy and practiceSustainable 101 – Bridging the gap between policy and practice
Sustainable 101 – Bridging the gap between policy and practiceHandicap International
 
Jaarrapport Handicap International 2008
Jaarrapport  Handicap International 2008Jaarrapport  Handicap International 2008
Jaarrapport Handicap International 2008Handicap International
 
Fatal Footprint: The global Human Impact on Clustermunition
Fatal Footprint: The global Human Impact on ClustermunitionFatal Footprint: The global Human Impact on Clustermunition
Fatal Footprint: The global Human Impact on ClustermunitionHandicap International
 
Financieel verslag 2007 handicap international
Financieel verslag 2007 handicap internationalFinancieel verslag 2007 handicap international
Financieel verslag 2007 handicap internationalHandicap International
 
Jaarrapport Handicap International 2009
Jaarrapport Handicap International 2009Jaarrapport Handicap International 2009
Jaarrapport Handicap International 2009Handicap International
 

Plus de Handicap International (18)

Brouette
BrouetteBrouette
Brouette
 
Financieel Rapport 2009
Financieel Rapport  2009Financieel Rapport  2009
Financieel Rapport 2009
 
Rapport Annuel Handicap International
Rapport Annuel Handicap InternationalRapport Annuel Handicap International
Rapport Annuel Handicap International
 
Rapport Financier 2009
Rapport Financier 2009Rapport Financier 2009
Rapport Financier 2009
 
Berekeningen legaten
Berekeningen legatenBerekeningen legaten
Berekeningen legaten
 
Sustainable 101 – Bridging the gap between policy and practice
Sustainable 101 – Bridging the gap between policy and practiceSustainable 101 – Bridging the gap between policy and practice
Sustainable 101 – Bridging the gap between policy and practice
 
Jaarrapport Handicap International 2008
Jaarrapport  Handicap International 2008Jaarrapport  Handicap International 2008
Jaarrapport Handicap International 2008
 
Landmine Monitor 2006
Landmine Monitor 2006Landmine Monitor 2006
Landmine Monitor 2006
 
Fatal Footprint: The global Human Impact on Clustermunition
Fatal Footprint: The global Human Impact on ClustermunitionFatal Footprint: The global Human Impact on Clustermunition
Fatal Footprint: The global Human Impact on Clustermunition
 
Financieel verslag 2007 handicap international
Financieel verslag 2007 handicap internationalFinancieel verslag 2007 handicap international
Financieel verslag 2007 handicap international
 
Geef het leven door !
Geef het leven door !Geef het leven door !
Geef het leven door !
 
Voices from the ground
Voices from the groundVoices from the ground
Voices from the ground
 
Landmine Monitor 2009
Landmine Monitor 2009Landmine Monitor 2009
Landmine Monitor 2009
 
Cluster Munition Monitor
Cluster Munition MonitorCluster Munition Monitor
Cluster Munition Monitor
 
Ban Newsletter
Ban NewsletterBan Newsletter
Ban Newsletter
 
Vivre avec un handicap au Burundi
Vivre avec un handicap au BurundiVivre avec un handicap au Burundi
Vivre avec un handicap au Burundi
 
Haiti - one year later
Haiti -  one year laterHaiti -  one year later
Haiti - one year later
 
Jaarrapport Handicap International 2009
Jaarrapport Handicap International 2009Jaarrapport Handicap International 2009
Jaarrapport Handicap International 2009
 

Haiti, un an après

  • 1. DOSSIER D’INFORMATION UN AN D’ACTIONS EN HAÏTI M is e à j o ur : 2 2 d éc e m br e 2 0 10 REMERCIEMENTS 2 COMMUNIQUÉ 3 INTRODUCTION 4 LOCALISATION DES PROJETS 7 SYNTHÈSE DES ACTIONS ENGAGÉES 8 CHIFFRES CLÉS 9 SANTÉ ET PROTECTION 10 LOGISTIQUE HUMANITAIRE ET RÉPONSE AUX BESOINS DE BASE 16 L’UTILISATION DES DONS 20 Pour plus d’informations : www.handicap-international.fr Contact presse : Sophie Mazoyer – 04 26 68 76 47 – 06 60 97 09 38 – smazoyer@handicap-international.fr
  • 2. REMERCIEMENTS Handicap International tient à remercier les dizaines de milliers de donateurs individuels qui ont répondu à ses appels d’urgence pour Haïti et qui continuent de soutenir ses actions en faveur de la population haïtienne, victime du séisme du 12 janvier 2010. Le 3 février 2010, l’ambassadeur de France en Haïti, Monsieur Didier Le Bret, s’est vu décerner le prix Claude Érignac pour sa gestion efficace et courageuse de la crise. Il a choisi de remettre la moitié du montant de son prix à Handicap International pour soutenir les actions de l’association auprès du peuple haïtien, l’autre moitié étant destinée à la création d' fonds en faveur du un personnel haïtien de l'ambassade. Depuis le début de l’intervention de Handicap International en réponse au séisme, les actions de l’association ont été soutenues par : des organismes publics : Agence canadienne de développement international (ACDI), Commission européenne (Service d’aide humanitaire - ECHO), Coopération britannique (DFID), Gouvernement flamand, Grand Lyon, ministère français des Affaires étrangères, ministère luxembourgeois des Affaires étrangères, Organisation mondiale de la Santé, Programme alimentaire mondial, Région Île-de-France, Région Rhône-Alpes, Swedish International Development Cooperation Agency (Sida), USAID/OFDA, USAID/Leahy War Victims Fund, Ville d’Annecy, Ville de Lyon, Ville de Munich ; des institutions et entreprises privées : Aktion Deutschland Hilft, American Academy of Orthopaedic Surgeons, American Friends Service Committee, American Red Cross, Bette Middler Family Foundation, Fondation Abbé Pierre, Fondation EDF, Fondation de France, Fondation Eden, Fondation Groupe SEB, Fondation Soros, Freedom of Mobility Foundation / MV Transportation, Inc., Fundación León Jimenes, Grande Mosquée de Lyon, Hôpital Assistance Belgique, Lycée français de New York, Mutualité française, NPD Group, Inc. Emergency Fund, Rheingold Family Foundation, sanofi-aventis, ShelterBox, T. Rowe Price Foundation. Crédits photo : Page 1 : © Department for International Development - Russell Watkins - Pages 2, 4, 5, 6, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18 : © William Daniels / Handicap International - Pages 8, 11 : © Federico Saracini / Handicap International - Pages 11, 14, 17, 19 © S. Sommella / Handicap International - Page 12 : © S. Lubrano / Handicap International - Page 14 : © T. Calvot / Handicap International - Page 16 : © Handicap International - Page 17 : © O. Dorighel / Handicap International - Page 18 : © L. Radick / Handicap International - Page 18 : © F. Berthaut / Handicap International - Page 19 © D. Sacca / Handicap International 2
  • 3. COMMUNIQUÉ Un an d’actions en Haïti auprès des plus vulnérables : Handicap International livre son bilan Lyon, le 22 décembre 2010. Près d’un an après le séisme dévastateur du 12 janvier, Handicap International dresse un bilan d’étape de son intervention en Haïti en faveur des personnes les plus vulnérables. Mis en œuvre par une équipe de 540 personnes, dont 60 expatriés, c’est le plus important déploiement de l’histoire de l’association. Séisme, intempéries, choléra, violences électorales… L’urgence n’a jamais cessé au cours de cette année. L’association s’engage sur trois à cinq ans en Haïti, pour contribuer au relèvement du pays. Depuis un an : soutien aux personnes blessées, amputées et handicapées Handicap International est intervenue de janvier à juillet en soutien à une vingtaine d’hôpitaux, pour la prise en charge des blessés, et a progressivement déplacé ses activités dans des antennes de quartier. 82 000 séances de rééducation physique et de soins de base ont été prodiguées, 10 000 blessés ont bénéficié de soins de réadaptation fonctionnelle et 25 000 personnes ont suivi des séances de soutien psychosocial. Dès janvier, Handicap International a évalué le nombre d’amputés liés au séisme entre 2 000 et 4 000 et le besoin en prothèses de membre inférieur à un minimum de 1 000. A ce jour, elle a appareillé plus de 900 personnes en prothèses et en orthèses. Depuis novembre, l’association développe une campagne spécifique de prévention du choléra pour pallier la difficulté d’accès des populations les plus vulnérables aux dispositifs d’aide et d’information. Couverture des besoins de première nécessité et coordination avec les autres acteurs de l’aide Grâce à sa flotte de 70 camions, Handicap International a acheminé 20 000 tonnes d’aide humanitaire depuis le 14 janvier, pour une centaine d’organisations, contribuant ainsi à la coordination entre les acteurs de l’aide. Depuis le 22 octobre, ce sont plus de 400 tonnes d’aide spécifique contre le choléra qui ont été transportées. L’association a aussi assuré des distributions. Elle a fourni plus de 5 000 tentes à plus de 26 000 personnes, distribué plus de 30 000 matériels divers couvrant les besoins de 43 000 personnes et plus de 36 tonnes de nourriture. Plus de 4 000 personnes ont bénéficié de ses projets de travail contre rémunération (« cash for work »). Pour les plus vulnérables, Handicap International a également démarré un programme de construction de 1 000 habitats transitoires, anticycloniques, parasismiques et accessibles aux personnes à mobilité réduite, qui prendra toute son ampleur en 2011. Une action sur la durée pour accompagner la reconstruction du pays « La sortie de crise humanitaire, initialement prévue à l’automne, a été retardée par une succession d’événements dramatiques pour le pays : les intempéries, le climat de violence et le choléra, » commente Jean-Marc Boivin, directeur général de Handicap International France. L’association va faire évoluer son action par paliers successifs vers des activités de plus long terme. La mise en place d’un habitat temporaire digne pour les populations sinistrées isolées ou vulnérables deviendra un axe majeur. L’accompagnement et la rééducation des blessés continueront, en se concentrant progressivement sur les cas les plus graves et les personnes handicapées. Début 2011, l’association proposera des formations diplômantes au personnel haïtien de rééducation et d’appareillage. L’objectif sous-tendant ces actions est de renforcer les capacités des professionnels Haïtiens et de leur transférer à terme la gestion de ces projets. L’utilisation des dons En faveur de ses actions d’urgence en Haïti, Handicap International a recueilli 5,5 millions d’euros de dons privés en France – dont 2 millions via la Fondation de France – et 1,5 millions à l’étranger. Elle a également reçu 8,8 millions d’euros de financements institutionnels. Les dépenses engagées sur l’année 2010 s’élèvent à près de 11 millions d’euros. Après consultation de ses donateurs, l’association a décidé de conserver près de 1,5 millions d’euros pour financer la poursuite de ses actions en Haïti, et de mutualiser 3,3 millions d’euros au profit de l’ensemble de ses programmes. 3
  • 4. INTRODUCTION Le 12 janvier 2010 à 16h53 (heure locale), Haïti, l’un des États les plus pauvres de la planète, a été frappé par un tremblement de terre de magnitude 7 sur l’échelle de Richter. Alors composée d’une centaine de personnes, l’équipe de Handicap International présente sur place est sortie indemne de la catastrophe et a pu participer immédiatement aux secours. Dans les semaines qui ont suivi, un programme pluridisciplinaire de réponse à la catastrophe a été mis sur pied. Cet accompagnement de la population haïtienne devrait se prolonger sur les trois à cinq ans à venir. Le plus important programme de l’histoire de Handicap International Au cours de l’année 2010, l’effectif de Handicap International en Haïti a pu dépasser 600 personnes, comptant jusqu’à 80 expatriés, pour s’établir aujourd’hui à 540 personnes, dont une soixantaine d’expatriés. La plupart des pôles d’expertise de l’association a été représentée sur cette mission. L’action de l’association en Haïti repose sur trois volets principaux : la prise en charge et l’accompagnement dans la durée des personnes blessées, amputées et paralysées, en termes de réadaptation fonctionnelle – appareillage et rééducation – et de soutien psychosocial ; la réponse aux besoins spécifiques des plus vulnérables, notamment par des distributions ciblées et la fourniture d’abris transitoires ; la gestion d’une plateforme logistique de transport d’aide humanitaire, en soutien de la communauté des acteurs de l’aide. Depuis le mois d’octobre, Handicap International participe également à la réponse apportée par les acteurs de la solidarité internationale à l’épidémie de choléra. Plaidoyer pour la prise en compte des plus vulnérables Dans les contextes d’urgence humanitaire, la vocation première de Handicap International est d’agir auprès des personnes les plus vulnérables et des exclus, avec une attention particulière pour les personnes en situation de handicap. Face à l’immensité des besoins, cette frange de la population est facilement oubliée, laissée pour compte par les dispositifs d’aide. C’est en participant à l’organisation des secours, et en exerçant un plaidoyer inlassable auprès de tous les autres acteurs de l’aide, que l’association peut exercer ce mandat le plus efficacement possible. 4
  • 5. Dans tous les secteurs de l’aide, et notamment dans les domaines transversaux de la protection ou de la gestion de camps, Handicap International diffuse les principes généraux de protection et d’inclusion des personnes vulnérables ou en situation de handicap. Elle rappelle aux différents acteurs – agences des Nations unies, ONG membres des cellules de coordination sectorielle (clusters), Commission intérimaire de reconstruction pour Haiti, etc. – leurs responsabilités envers ces personnes, à travers des messages de sensibilisation, des recommandations, du soutien technique, des sessions de formation, la diffusion de documentations et de guides techniques. Haïti connaît une longue histoire d’exclusion des personnes handicapées, communément appelées les « kokobés » (les bons à rien). Il s’agit aussi, dans ce pays, d’éviter que les personnes nouvellement handicapées suite au séisme, malgré leur grand nombre et le contexte exceptionnel, ne soient fortement marginalisées. Le travail des équipes de Handicap International intègre des actions spécifiques et adaptées aux situations de précarité généralisée en milieu urbain, tel que le volet Protection de son programme Santé, qui vise à réduire les situations d’abus et de violence dont peuvent être victimes les plus vulnérables. Séisme, intempéries, choléra, violences… Une juxtaposition de crises Le séisme du 12 janvier 2010 a été le plus violent enregistré dans la région depuis 200 ans. Son épicentre étant situé à 15 kilomètres de la capitale Port-au-Prince, il a occasionné un bilan humain très lourd, tuant probablement près de 230 000 personnes (autant que le tsunami en Asie, le 26 décembre 2004) et en blessant plus de 300 000. Un million et demi de personnes ont perdu leur toit. L’aide internationale a rapidement contribué à leur fournir des abris de fortune, mais ce qui devait être provisoire dure toujours, face à la lenteur du processus de reconstruction. Fin novembre, selon l’Organisation internationale 1 pour les migrations (OIM) , environ un million de personnes se trouvaient encore dans près de 2 1 200 sites de regroupement. Plus de 661 000 autres s’étaient déplacées en province et le plus souvent installées dans des familles d’accueil. La saison des pluies du printemps a mis en évidence la précarité des conditions de vie des personnes sinistrées. Le 5 novembre, le cyclone Tomas, d’un impact relativement limité, a créé la panique et mis en évidence l’absence de structures adaptées pour répondre à une nouvelle catastrophe naturelle. Dans le même temps, une épidémie de choléra est apparue brutalement, causant plus de 2 000 décès et 3 40 000 hospitalisations, d’après le Gouvernement . Cette propagation devrait s’étendre encore dans les mois à 4 venir . L' Organisation mondiale de la Santé (OMS) redoutait le 26 novembre que l' épidémie de choléra en Haïti ne touche jusqu' 400 000 personnes. Près d’un an après le séisme, Haïti, frappé par le choléra, se retrouve à aujourd’hui à nouveau plongé dans un contexte d’urgence majeure. Dès novembre, Handicap International a adapté son dispositif en fonction de trois objectifs : assurer dans la sécurité la continuité des opérations engagées depuis janvier, pour ne pas doublement pénaliser les plus faibles ; mener des activités complémentaires de prévention, afin que les populations que l’association accompagne ne soient pas laissées en marge des actions de prévention globales et bénéficient des connaissances indispensables pour éviter la contamination ; contribuer efficacement à la réponse à l’épidémie à l’échelle du pays, en renforçant la plateforme logistique qu’elle gère en partenariat avec le Programme alimentaire mondial (PAM), afin d’acheminer du matériel humanitaire spécifique pour les organisations mobilisées contre la maladie. 1 Organisation internationale pour les migrations, Displacement Tracking Matrix du 9 décembre 2010. 2 Gouvernement haïtien. 3 Groupe de Santé (ministère de la Santé publique et de la Population et OMS), le 8 décembre 2010. 4 Ministère de la Santé publique et de la Population, 3 décembre 2010. 5
  • 6. Le choléra, conjugué à un contexte électoral tendu, a entraîné des mouvements de violence. Le premier tour des scrutins présidentiel et législatif du 28 novembre a avivé des tensions dans l’ensemble du pays. L’insécurité engendrée représente un obstacle supplémentaire à la mise en œuvre des actions de solidarité. Les dissensions politiques entre les deux tours de scrutin, le second tour étant prévu le 16 janvier 2011, pourraient faire perdurer ces violences. L’importance de la coordination avec les autres acteurs Dans les suites du séisme, l’organisation de l’aide a été rendue difficile par la destruction et la désorganisation des centres de décision, par la multiplicité et l’hétérogénéité des acteurs présents. Handicap International a cependant établi d’excellentes collaborations avec de nombreuses organisations. Parmi elles, on compte tout 5 6 7 d’abord ses partenaires directs , mais aussi de nombreux acteurs internationaux et haïtiens . Handicap International contribue à optimiser la coordination de l’aide humanitaire en assurant l’acheminement d’aide pour le compte d’une centaine d’organisations, grâce à la flotte de 70 camions de sa plateforme logistique. À partir du 26 janvier 2010, les Nations unies et l’OMS ont confié à Handicap International et à l'organisation allemande Christoffel- Blindenmission (CBM) la mission de coordonner conjointement, pour l' ensemble du pays, toutes les actions de réadaptation des blessés, d' appareillage et d' assistance aux personnes handicapées. Les deux entités ont collaboré avec le ministère haïtien de la Santé publique et de la Population (MSPP) et la secrétairerie d’État à l’Intégration des personnes handicapées (SEIPH), pour la coordination entre les acteurs internationaux et nationaux de l’aide intervenant dans les domaines liés au handicap. er Depuis le 1 décembre, restaurant les autorités haïtiennes dans leurs responsabilités et prérogatives en la matière, Handicap International a transmis le relais au MSPP, tout en restant un membre actif du groupe de travail « Réadaptation, inclusion et situation de handicap ». Une projection sur trois à cinq ans d’actions L’association entend maintenir son action dans la durée pour permettre aux acteurs haïtiens de se renforcer et de gérer eux-mêmes, à terme, les différents volets mis en place. Handicap International inscrit son action en Haïti dans un continuum Urgence-Réhabilitation-Développement de trois à cinq ans, qui est un modèle classique des actions de solidarité internationale. Parallèlement à la réponse à l’épidémie de choléra, qui devrait donner lieu à des projets additionnels début 2011, Handicap International développe la phase de post-urgence de son intervention. Après l’appareillage temporaire d’urgence mis en place fin février, l’association produit désormais des prothèses définitives dans son centre d’appareillage de Port-au-Prince. Elle a démarré des activités de construction spécifiques, pour doter les populations sinistrées, isolées ou vulnérables d’un habitat temporaire digne, anticyclonique, parasismique et accessible. 5 Chistoffel-Blindenmission (CBM), Healing Hands for Haiti, le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP), la secrétairerie d’État à l’Intégration des personnes handicapées (SEIPH) et le Programme alimentaire mondial (PAM). 6 ACTED, Action contre la Faim, Adventist Development and Relief Agency (ADRA), Arbeiter-Samariter-Bund Deutschland (ASB), Chaîne de l’espoir/Alima, Croix-Rouge, Douleurs sans Frontières, Médecins du Monde, Médecins sans Frontières, Merlin, Organisation internationale pour les migrations (OIM), Oxfam, Partners in Health, ShelterBox, Solidarités International, Terre des Hommes… 7 Comité communal de la Protection civile (CCPC) de Petit-Goâve et Grand-Goâve, ou encore des structures de santé et des associations. 6
  • 7. Des actions de transition vers le développement sont engagées et devraient se poursuivre au moins jusqu’en 2012. Les activités de réadaptation vont évoluer vers une approche plus communautaire, impliquant les proches des patients, et s’appuyer de plus en plus sur les structures de santé locales. Une première phase de formation accélérée de personnel haïtien de rééducation et d' appareillage sera organisée, ainsi que le renforcement des capacités des partenaires locaux. Progressivement, l’accompagnement et la rééducation des blessés par le personnel de Handicap International se concentreront sur les cas les plus complexes, notamment les personnes paralysées. La phase dédiée au développement sur le long terme pourrait débuter dès 2011. Elle devrait essentiellement porter sur l’appui aux acteurs haïtiens, structures de santé et partenaires associatifs, pour l’assistance aux personnes handicapées. Dans ce cadre, l’association met en place un programme de transfert de compétences, avec l’ouverture prochaine d’une formation diplômante d’orthoprothésiste, conforme aux standards internationaux. Cette phase aura pour objectif principal de participer à la création des ressources et des capacités inexistantes ou insuffisantes dans le pays, afin qu’Haïti trouve les moyens de se relever de ses épreuves et de construire son développement. LOCALISATION DES PROJETS 7
  • 8. SYNTHÈSE DES ACTIONS ENGAGÉES Santé et protection Soutien aux hôpitaux pour la prise en charge des blessés (jusqu’en juillet 2010). Fourniture de matériel orthopédique, d’aides à la mobilité et de matériel spécifique. Appareillage orthopédique (prothèses et orthèses). Assistance aux personnes vulnérables, particulièrement les personnes en situation de handicap, au sein des communautés ; activités de protection. Soutien psychosocial communautaire. Actions de prévention du choléra. Réponse aux besoins de base Distribution de tentes, de nourriture et de matériel de première nécessité pour les sinistrés, particulièrement les plus vulnérables (jusqu’en août 2010, puis lors de la violente tempête du 24 septembre et du cyclone Tomas). Travail contre rémunération (« cash for work », jusqu’en août). Construction d’habitats transitoires anticycloniques, parasismiques et accessibles aux personnes à mobilité réduite. Logistique humanitaire Acheminement d’aide humanitaire et gestion de la plateforme logistique inter-agences du Programme alimentaire mondial (PAM). Soutien aux ONG engagées dans la lutte contre le choléra. 8
  • 9. CHIFFRES CLÉS Ressources humaines Près de 540 personnes, dont une soixantaine d’expatriés. Depuis le 14 janvier 2010, environ 170 expatriés, de plus de 20 nationalités différentes8 ont été envoyés en Haïti par Handicap International. Depuis janvier, des formations ont été organisées pour plus de 600 personnels haïtiens. Santé Plus de 10 000 bénéficiaires des activités de santé. Plus de 82 000 séances de soins de base ou de rééducation physique prodiguées. Près de 5 600 aides techniques – aides à la mobilité, matériel orthopédique et matériel spécifique – ont été distribuées. Prothèses : 426 bénéficiaires enregistrés (appareillés ou en cours d’appareillage). Orthèses : 465 bénéficiaires enregistrés (idem). Soutien psychosocial Près de 25 000 bénéficiaires, dont 500 sont suivis régulièrement. Logistique / distributions / « cash for work » Près de 20 000 tonnes d’aide acheminées – nourriture, matériel de première urgence, matériel médical, matériels de reconstruction… – depuis le 14 janvier 2010 pour le compte d’une centaine d’organisations. Plus de 5 000 tentes distribuées pour plus de 26 000 personnes. Plus de 30 000 matériels divers distribués pour plus de 43 000 personnes. Plus de 36 tonnes de nourriture pour plus de 10 000 personnes. Plus de 4 000 personnes ont bénéficié des activités de « cash for work ». Plus de 80 habitats transitoires, pour 330 bénéficiaires. 8 Australienne, autrichienne, américaine, belge, canadienne, colombienne, française, finlandaise, japonaise, libanaise, luxembourgeoise, nicaraguayenne, pakistanaise, philippine, salvadorienne, suisse, togolaise… 9
  • 10. SANTÉ ET PROTECTION Handicap International mène ses activités de santé en coordination avec le Gouvernement haïtien et d’autres acteurs clés du secteur, internationaux et nationaux. Sur place, l’équipe Santé est actuellement composée de 149 personnes (dont 22 expatriés), réparties entre deux centres 9 d’appareillage et de réadaptation, six Antennes Handicap et neuf équipes mobiles. Le personnel haïtien recruté compte principalement des professionnels de la réadaptation et des travailleurs communautaires. 300 000 BLESSÉS Le gouvernement haïtien a estimé à plus de 300 000 le nombre de blessés suite au séisme. Ce bilan considérable a constitué un défi historique pour les acteurs de l’aide humanitaire, au vu de la faiblesse des capacités de soins dans le pays après la catastrophe. Un nombre très élevé d’amputations Au cours des premières semaines après le séisme, seuls les cas les plus graves pouvaient être admis. Certains patients présentant des fractures fermées devaient repartir sans traitement, en attendant que les cas les plus urgents aient pu être traités. De nombreux patients qui n’avaient pas encore reçu de soins se sont présentés dans un second temps dans les hôpitaux avec des complications et des infections graves. Les amputations ont de ce fait représenté une part exceptionnellement importante des opérations chirurgicales effectuées par les praticiens. Réalisées dans des conditions extrêmement difficiles, certaines ont dû faire l’objet de reprises chirurgicales. L’équipe Santé de Handicap International en Haïti a produit fin janvier un rapport sur la situation des personnes blessées. Elle y évaluait le nombre d’amputés entre 2 000 et 4 000 et le besoin en prothèses de membre inférieur à un minimum de 1 000. Cette estimation prudente était le résultat de visites directes dans 17 hôpitaux et de recueils d’information par téléphone ou par courriel auprès de la plupart des autres structures de santé du pays ayant effectué des opérations, ainsi qu’auprès des autorités compétentes. Cette évaluation n’a pas été démentie depuis lors et elle fait foi pour la plupart des acteurs présents. Elle n’a pu être affinée, dans la mesure où le recueil d’informations à l’échelle du pays demeure difficile, et où les critères de recueil des données d’une organisation à une autre sont trop disparates. Appui aux hôpitaux Dès le 17 janvier 2010 et jusqu’au mois de juillet, Handicap International est intervenue dans une vingtaine d’hôpitaux et de structures médicales de Port-au-Prince et de son agglomération. Cet appui avait pour objectif d’éviter, par des soins de réadaptation postopératoire notamment, que les personnes blessées et/ou paralysées ne développent des séquelles définitives. Dans ce cadre, les membres de Handicap International ont assuré 25 000 séances de rééducation auprès de 1 800 patients et distribué plus de 1 200 matériels divers (béquilles, fauteuils roulants, déambulateurs, matelas…). L’activité dans les hôpitaux a progressivement diminué jusqu’à cesser complètement en juillet, car les blessés du séisme y étaient désormais beaucoup moins nombreux. Ils sont souvent retournés vivre avec leurs familles. Dans le même temps, Handicap International renforçait son action au sein même des communautés. 9 Les Antennes Handicap sont des points d’accueil de proximité pour les personnes handicapées et les plus vulnérables, qui permettent de recenser leurs besoins et de leur fournir une aide adaptée. 10
  • 11. APPAREILLAGE ORTHOPÉDIQUE ET RÉADAPTATION FONCTIONNELLE L’appareillage a débuté en mars En partenariat avec l’association Healing Hands for Haiti, Handicap International a aménagé un centre d’appareillage et de réadaptation fonctionnelle dans un ancien entrepôt près du Champ-de-Mars. L’équipe du centre se compose de 48 personnes, dont 14 expatriés avec parmi eux, une équipe issue de l’Université Don Bosco au Salvador. L’effectif est renforcé par six membres de Healing Hands for Haïti. À ce jour, dix personnels haïtiens d’appareillage et de rééducation suivent une formation au centre. Depuis l’ouverture du centre début mars, 883 patients ont été enregistrés, dont 426 pour recevoir une prothèse 10 et 465 une orthèse . Près de 4 500 séances de rééducation ont eu lieu. N.B. : environ une dizaine d’autres organisations met également en œuvre des actions d’appareillage. Dans un premier temps, des prothèses temporaires d’urgence ont été fournies aux personnes amputées des membres inférieurs. Étape indispensable dans le processus d’appareillage, ces prothèses provisoires permettent de remettre très vite le patient en position debout, de le préparer à recevoir une prothèse définitive et de favoriser sa réinsertion rapide dans la société. La production de prothèses définitives, plus longues à fabriquer mais plus esthétiques et plus durables, a débuté dès le mois d’avril. Elles sont conçues pour durer entre trois et cinq ans pour un adulte, mais doivent être changées tous les six mois pour un enfant en pleine croissance. La production de prothèses temporaires a pratiquement cessé en septembre. L’association prévoit de débuter en janvier 2011 l’appareillage de personnes amputées de membres supérieurs. 10 Une orthèse est un appareillage qui corrige la déficience d’un membre ou de la colonne vertébrale. Exemples : atèle, minerve, corset. À la différence de l’orthèse, la prothèse remplace un membre ou un organe absents. 11
  • 12. « Au centre d’appareillage, certains moments sont magiques » Pascal Kodjo Agbegnedo est formateur orthoprothésiste togolais. Je travaille à l' atelier d' appareillage de Port-au-Prince, auprès des personnes amputées. Je fabrique des prothèses et orthèses sur mesure en fonction de leur morphologie, je les pose et les adapte, et mes collègues kinésithérapeutes et ergothérapeutes assurent une rééducation physique adaptée à la vie des personnes. Certains jours sont magiques, comme lorsque nous avons pu mettre une prothèse à un bébé de 17 mois. Maintenant, il marche mieux que tout le monde ! Nous formons du personnel haïtien sur place. C’est essentiel pour la pérennité des actions, et particulièrement pour assurer le suivi des personnes appareillées. La prothèse d' patient devra être changée, un réparée ou adaptée tout au long de sa vie. Deux équipes mobiles d’appareillage Le centre d’appareillage dispose de deux équipes mobiles, dont la vocation est de se rendre dans les communautés et les Antennes Handicap. Après la livraison des prothèses et orthèses, elles assurent un suivi technique des personnes appareillées, procèdent à des ajustements et des petites réparations. Les visites à domicile sont l’occasion d’étudier l’environnement des bénéficiaires, d’évaluer leurs besoins, de distribuer des aides techniques et du matériel de première nécessité ou encore de référencer les patients auprès de l’équipe psychosociale. Le rôle de l’équipe mobile affectée à Petit- Goâve, une zone éloignée de Port-au-Prince, consiste à prendre les mesures et à réaliser les moulages des moignons des personnes amputées suivies à l’Antenne Handicap locale. Munie des prothèses réalisées au centre d’appareillage, l’équipe retourne sur le terrain pour effectuer les essayages sur les patients. À l’issue de ce processus, les thérapeutes de l’antenne assurent la rééducation des patients dans la durée. Un second centre de réadaptation et d’appareillage Handicap International Belgique a entamé son intervention en Haïti le 18 janvier pour assurer des soins de kinésithérapie au sein de trois hôpitaux de Médecins sans Frontières Belgique. À partir du mois de mars, l’équipe a concentré son intervention sur l'hôpital de Sarthe. Depuis, l’association est toujours active dans cet hôpital, où elle gère un centre de réadaptation et d’appareillage. À la mi- septembre, 3 489 patients avaient été pris en charge au centre. L’équipe sur place est composée en permanence d’une trentaine de personnes, dont 8 expatriés. 12
  • 13. Formation de personnel haïtien L’objectif de Handicap International est de créer et de coordonner une capacité de réadaptation et d’appareillage sur le long terme, en formant du personnel haïtien pour en assurer la pérennité. Des techniciens expatriés travaillent en collaboration avec du personnel haïtien et expatrié de l’association Healing Hands for Haiti, avant que d’autres Haïtiens puissent être formés. Six personnes suivent déjà une formation continue sur les métiers de techniciens en appareillage. Quatre assistants de rééducation haïtiens sont également en formation depuis octobre. En lien avec Healing Hands for Haïti, l’association devrait également proposer en 2011 une formation de techniciens orthoprothésistes de niveau 2, s’étalant sur deux ans et demi et correspondant à des standards internationaux reconnus. Les modules de formation théoriques, destinés à plus d’une vingtaine d’Haïtiens, seront assurés par des enseignants de l’Université Don Bosco (Salvador). Les techniciens orthoprothésistes ainsi formés devraient pouvoir prendre le relai des équipes expatriées dépêchées en Haïti après le tremblement de terre, et assurer le suivi des patients appareillés sur la durée. SUIVI ET SOINS DANS LES COMMUNAUTÉS Six Antennes Handicap (quatre à Port-au-Prince, une à Petit-Goâve et une aux Gonaïves) ont été mises sur pied en collaboration avec l’organisation allemande CBM et la secrétairerie d’État à l’Intégration des personnes handicapées, et avec le concours d’associations de personnes handicapées haïtiennes. L’effectif des Antennes Handicap est à ce jour composé de 101 personnes, dont 8 expatriés. L’objectif de ces antennes est d’améliorer les conditions de protection et d’accès aux services des personnes handicapées et des autres personnes vulnérables (personnes âgées, malades, isolées…). Six équipes mobiles rayonnent à partir de chacune de ces antennes, sillonnant quartiers et faubourgs de la capitale comme Carrefour, Delmas ou le Champs de Mars, et interviennent dans un camp de plus de 40 000 personnes à Pétion-Ville. Cette présence au sein des communautés permet d’assurer des soins de base, des activités de rééducation physique pour les personnes handicapées, du soutien psychosocial, et de distribuer des aides à la mobilité et du matériel nécessaire à la vie quotidienne, comme les matelas et les moustiquaires. Les équipes mobiles ont également pour mission d’identifier et de référencer les personnes présentant des besoins spécifiques auprès de structures adaptées, par exemple des organisations qui assurent des distributions ciblées de nourriture pour les enfants malnutris ou celles qui apportent un soutien psychologique individuel. 13
  • 14. Une équipe de soins à domicile pour les paraplégiques et tétraplégiques Dans l’extrême précarité du contexte haïtien, les personnes paraplégiques et tétraplégiques, qui ont besoin d’une prise en charge spécifique et constante, sont particulièrement en danger. Mise en place en juin 2010, une équipe mobile composée d’un kinésithérapeute, d’un ergothérapeute et d’un travailleur communautaire intervient à Port-au-Prince et en périphérie, pour leur prodiguer des soins de réadaptation, les orienter vers des structures médicales quand c’est nécessaire, évaluer leurs besoins en termes d’aides techniques et de matériel de première nécessité, et assurer les distributions correspondantes. L’équipe mobile développe également des actions de sensibilisation et de prévention du choléra ciblées sur cette catégorie de patients, que les dispositifs habituels de prévention atteignent rarement. SOUTIEN PSYCHOSOCIAL Au sein des Antennes Handicap, des animations récréatives et des groupes de parole permettent aux personnes accueillies de partager leur expérience avec d’autres victimes, et ainsi d’apporter une première réponse aux souffrances psychiques liées au séisme. Les travailleurs psychosociaux de chaque antenne se rendent dans les communautés pour assurer un suivi. Ils mesurent le niveau de détresse de la famille, identifient d’éventuels conflits familiaux et réfèrent les personnes vers un soutien psychologique individuel si nécessaire. Le cas échéant, ils évaluent le niveau d’intégration des personnes handicapées et sensibilisent leur entourage. Dans le centre d’appareillage, les personnes amputées bénéficient de consultations individuelles avec des travailleurs psychosociaux de manière à évaluer la condition psychologique de chacun. Un suivi est assuré tout au long du processus d’appareillage et au-delà, quand ces patients regagnent leurs communautés. Dans une perspective à plus long terme, Handicap International participe aux deux groupes de travail « Santé mentale » et « Inclusion, Réadaptation et Situation de handicap », qui rassemblent des acteurs haïtiens et internationaux. L’association contribue ainsi à l’élaboration du Plan national sur la question de la Santé mentale et au Plan national concernant l’Inclusion des personnes handicapées. 14
  • 15. PROTECTION La protection des personnes vulnérables en situation de crise constitue un enjeu majeur de toute action en situation d’urgence. Dans des contextes de grande précarité, de tensions exacerbées et d’instabilité sociale, les personnes vulnérables, et notamment les personnes handicapées, doivent être protégées contre les risques de violences, d’exploitation ou d’abus. Handicap International veille donc à la mise en place de mesures de protection spécifiques au sein de ses propres actions et participe aux espaces de coordination internationaux dédiés à ces questions. L’association met en place des activités de protection pour intervenir auprès des cas les plus difficiles rencontrés dans les communautés (violences psychologiques, physiques, sexuelles). S’appuyant sur le travail d’identification réalisé dans les communautés auprès des personnes vulnérables, ces actions visent également à améliorer et à développer le référencement vers d’autres institutions engagées dans la protection – dans le domaine des violences basées sur le genre, des violences domestiques, de la protection de l’enfance… – et à vérifier que l’ensemble des services disponibles (accès aux sanitaires, aux distributions d’aide et de nourriture…) soit accessible aux personnes handicapées. PRÉVENTION DU CHOLÉRA Depuis le 19 octobre 2010, date de l’identification d’une épidémie de choléra en Haïti, l’activité des équipes Santé a été fortement impactée, et les dispositifs ont été revus afin d’intégrer des volets de sensibilisation et de prévention. Dès le 26 octobre, Handicap International a lancé une campagne d’information spécifique à destination des personnes les plus vulnérables. Une sensibilisation personnalisée est effectuée, permettant de pallier les difficultés d’accès de ces personnes aux efforts de sensibilisation de masse. Elle inclut également l’entourage immédiat de la personne vulnérable, sa famille et ses voisins. La sensibilisation est assurée grâce au redéploiement des effectifs des Antennes Handicap. Au total, vingt équipes sont réparties sur le terrain et s’assurent que les personnes ont intégré les dangers du choléra et les méthodes de prévention. Une sensibilisation est également effectuée afin d' éviter la stigmatisation des malades 11 et encourager la solidarité. Des kits hygiène et choléra sont également distribués, dans un premier temps à 400 familles des Gonaïves. Enfin, l’atelier de fabrication dédié à la construction des abris transitoires à Petit- Goâve s’est également mobilisé pour la production d’une centaine de lits adaptés pour les centres de traitement du choléra de Petit-Goâve, de Grand-Goâve, de Miragoâne et des Cayes. Les activités de soutien psychosocial ont été temporairement suspendues afin de sensibiliser un maximum de personnes. Les équipes de sensibilisation sont néanmoins attentives aux besoins spécifiques de soutien, qui sont alors référés à la cellule psychosociale. Certaines Antennes Handicap sont temporairement fermées au public mais assurent une permanence pour l’information des visiteurs sur l’adaptation des activités et la sensibilisation aux mesures de prévention. Les équipes mobiles de réadaptation et celle dédiée à l' assistance aux blessés médullaires (paraplégiques et tétraplégiques) continuent leurs activités et sensibilisent les patients et leurs familles. Handicap International a également largement diffusé des recommandations pour la prise en considération des personnes handicapées dans la gestion de la réponse au choléra, notamment auprès des acteurs intervenant dans les domaines de la santé, de la protection et de la gestion de camps. 11 Les kits sont composés d’un seau en plastique avec couvercle, d’un sac pour conserver ses affaires au sec, d’une couverture polaire, d’une serviette de bain, d’une éponge, de savons solides, de tablettes de purification de l’eau et de sachets de solutions orales de réhydratation. 15
  • 16. LOGISTIQUE HUMANITAIRE ET RÉPONSE AUX BESOINS DE BASE Face à une population privée de ses moyens d’existence, l’exercice du mandat de Handicap International auprès des plus vulnérables passe par la participation à l’organisation et à la coordination logistiques des secours et la couverture des besoins de base. L’association gère une plateforme de transport d’aide humanitaire au service de l’ensemble des acteurs de solidarité présents en Haïti. Depuis fin octobre 2010, cette chaîne logistique est engagée dans la réponse à l’épidémie de choléra. La réponse aux besoins quotidiens essentiels des sinistrés haïtiens s’est traduite par des distributions d’aide, par des activités « cash for work » et désormais par la construction d’habitats transitoires pour des populations vulnérables et isolées. GESTION DE LA PLATEFORME LOGISTIQUE INTER-AGENCES La plateforme logistique d’acheminement d’aide humanitaire, gérée en partenariat avec le Programme alimentaire mondial (PAM), était en place depuis 2008, suite au passage de plusieurs ouragans. L’équipe Logistique humanitaire de Handicap International compte environ 160 personnes (dont 5 expatriés), réparties sur quatre bases opérationnelles (Port-au-Prince, Cap-Haïtien, Les Gonaïves et Jacmel). Elle gère une flotte de 70 camions : une cinquantaine de 6x6 tout-terrain pouvant transporter chacun 3,5 tonnes de marchandises dans des zones difficilement accessibles. L’association coordonne aussi une vingtaine de camions-plateaux mis à disposition par la Fondation Clinton, capables de transporter 8 tonnes de fret, utilisés principalement dans les zones urbaines. L’association a également géré, à partir de février 2010, deux entrepôts de stockage de l’aide humanitaire, d’une capacité respective de 2 500 et 3 000 m². Le premier a fermé en juin, le second en septembre. Depuis le 14 janvier, Handicap International a acheminé près de 20 000 tonnes d’aide, dont 9 000 tonnes de nourriture, pour le compte 12 d’une centaine d’organisations , dont une quinzaine de structures 13 haïtiennes . Entre le 22 octobre et le 4 décembre 2010, la plateforme a déjà permis de transporter 394 tonnes d'aide spécifique pour les organisations engagées dans la prévention et le traitement du choléra à Port-au-Prince, à Cap-Haïtien, aux Gonaïves, à Saint-Marc et à Jacmel. 12 Agences onusiennes, Action contre la Faim, Caritas, Croix-Rouge, Food for the Poor, Fraternité Notre Dame, Médecins du Monde, Mercy Corps, Oxfam, Pompiers sans Frontières, Plan, Première Urgence, Save The Children, Secours Islamique, World Vision… 13 Acrecom, Croix-Rouge haïtienne, Dinepa, Espoir de l’Horizon, Meyer, ministère de la Santé publique et de la Population, Santo 19, Signeau… 16
  • 17. DISTRIBUTION D’AIDE D’URGENCE ET « CASH FOR WORK » Les activités de distribution menées par Handicap International prennent en compte les besoins spécifiques des personnes handicapées, vulnérables et âgées, notamment en termes de facilité d’accès à l’aide et d’adaptation à leurs conditions de mobilité. Petit-Goâve et Grand-Goâve Situées à environ dix kilomètres de l’épicentre du séisme, ces deux zones d’intervention ont été détruites à 60 % et représentent à elles seules environ 50 000 personnes affectées. Les reliefs montagneux qui les environnent ont eu un accès plus restreint à l’aide. Plus de 1 000 ShelterBoxes, d’une valeur unitaire de 750 euros, ont été données par l’association du même nom (voir www.shelterbox.org) à Handicap International, qui les a distribuées dans les zones rurales les plus affectées. Les ShelterBoxes sont des malles en plastique contenant une tente pouvant accueillir 10 personnes et du matériel pour organiser la vie quotidienne dans un tel abri pendant plusieurs mois : tapis de sol, couvertures, réchaud, ustensiles de cuisine, jerricans, système de purification d' eau, scie, hache, pelle, cordes, moustiquaires et pack d'activités pour les enfants. L’association a par ailleurs distribué plus de 4 500 tentes (bénéficiaires : plus de 23 000 personnes), ainsi que 36 tonnes de nourriture à plus de 2 000 foyers (plus 10 000 personnes) et près de 30 000 matériels divers à plus de 8 000 foyers (plus de 42 000 personnes). L’aide non alimentaire distribuée était essentiellement constituée de matériels indispensables à la vie quotidienne, comme des bâches plastiques, des cordes, des jerricans, des kits de cuisine et d’hygiène, des matelas, des couvertures, des nattes, des moustiquaires… Dans les régions montagneuses (les mornes), particulièrement inaccessibles, Handicap International et ses partenaires ont effectué les distributions par hélicoptère le plus souvent, ou par camion quand c’était possible. Port-au-Prince et agglomération À Port-au-Prince, où se concentre l’aide internationale et haïtienne, Handicap International a développé une base de données recensant les personnes particulièrement vulnérables, comme les familles de personnes handicapées. Elle est renseignée par les équipes Santé de l’association et par ses partenaires. C’est en faveur de cette population particulièrement fragile que l’association intervient, en termes de distributions et d’abris. Plus de 660 tentes ont été distribuées, pour abriter 3 000 personnes. Plus de 1 300 matériels divers ont également été fournis à plus de 430 foyers (plus de 2 100 personnes). Il s’agissait là aussi de couvrir des besoins de la vie quotidienne. 45 abris d’urgence ont été construits de mai à août 2010. Ces abris étaient constitués d’une ossature en bois, de bâches plastiques ou de contreplaqué pour les murs et d’un toit en tôle. Pour chacun d’eux, une mise en accessibilité pour les personnes à mobilité réduite a été effectuée. La distribution de tentes et la construction d’abris ont pu s’accompagner de petits travaux de déblaiement ou d’aménagements, qui ont donné lieu à des activités de « cash for work ». 17
  • 18. Travail contre rémunération Les projets dits de « cash for work » permettent aux populations de percevoir un revenu grâce à une activité ponctuelle, généralement de déblaiement manuel. La rémunération correspond au salaire minimum haïtien de 200 gourdes (4 euros) par jour. Entre mai et août 2010, Handicap International a engagé trois programmes de ce type, qui ont impliqué plus de 600 personnes (4 000 bénéficiaires directs au total) : un chantier de réhabilitation de la route des Palmes, au sommet des mornes (zones montagneuses) de Petit-Goâve et Grand-Goâve, un chantier de démolition et de déblaiement de maisons à Petit-Goâve, menée en collaboration avec la direction de la Protection civile et un chantier de fabrication d’abris d’urgence à Port-au-Prince. L’impact de la saison cyclonique Suite à la tempête qui s’est produite fin septembre 2010, Handicap International a mené une évaluation spécifique auprès de 500 personnes des Antennes Handicap, parmi les plus vulnérables. Chaque personne a été contactée pour connaître ses besoins en tentes et bâches en plastique. Des distributions ont été faites pour répondre aux besoins spécifiques. Les abris d’urgence construits à Port-au-Prince (ossature bois, murs bâches plastiques, toit tôle et dalle ciment) ont bien résisté. En prévision du passage du cyclone Tomas, le 5 novembre, l’association a en outre mené des actions d’identification et de prévention à l’attention des plus vulnérables et a veillé à ce que les plus fragiles d’entre eux soient transportés vers des abris sûrs. CONSTRUCTION D’HABITATS TRANSITOIRES Handicap International a entamé en Haïti un projet de construction de plus de 1 000 habitats transitoires, anticycloniques, parasismiques et accessibles aux personnes à mobilité réduite. Ces habitats sont destinés en priorité aux populations les plus vulnérables. D’ici à septembre 2011, 5 000 personnes pourront être logées à Petit-Goâve, Grand-Goâve et dans les zones montagneuses alentour. 18
  • 19. Ces habitations sont théoriquement conçues pour durer entre trois et cinq ans. Toutefois, bien entretenues, elles pourront durer davantage, leur structure étant conçue pour résister aux intempéries. Elles sont constituées d’une ossature en bois, de parois en lames de bois tressées et d’une toiture limitant les prises au vent. Le sol est formé d’un plancher ou d’une dalle, surélevés pour préserver les occupants de l’humidité lors des pluies. Si nécessaire, les habitats transitoires sont munis d’une rampe pour les rendre accessibles. D’une surface habitable de 18 m², complétés d’une terrasse couverte de 6 m², ces habitats peuvent accueillir une famille de cinq personnes. Des modules de surfaces différentes sont également prévus pour s’adapter à la taille des familles et à celle du terrain de construction. Formés d’éléments préfabriqués, les habitats transitoires sont préparés en kits et transportés sur le terrain, avant d’être montés avec les familles, afin qu’elles se les approprient pleinement et qu’elles soient en mesure d’en assurer l’entretien. Fin octobre 2010, les 80 premiers habitats transitoires avaient été livrés, permettant l’installation de plus de 330 personnes. Plusieurs autres ont été livrés à Grand-Goâve, où Médecins du Monde les a aménagés en dispensaires, en collaboration avec le ministère haïtien de la Santé publique et de la Population. Accessibilité Handicap International apporte son expertise dans le domaine de l’accessibilité à plusieurs autres associations. Elle intervient aussi dans plusieurs groupes de travail rassemblant des acteurs humanitaires présents en Haïti. Sa mission est de promouvoir l’accessibilité des bâtiments existants – structures médicales, latrines dans les zones de regroupement des personnes sinistrées… – et d’assurer la prise en compte des contraintes et principes d’accessibilité dans les opérations de reconstruction. Par ses actions de plaidoyer, Handicap International sensibilise ses partenaires, les ONG, les structures médicales, à l’inclusion des personnes handicapées dans toutes les étapes de la réponse à l’urgence et facilite leur accès à l’aide. L’ensemble des projets de Handicap International (en particulier les abris transitoires) prend en compte les contraintes d’accessibilité. 19
  • 20. L’UTILISATION DES DONS Quelles décisions ont été prises sur l’utilisation des dons ? En réponse à l’urgence en Haïti, la Fédération Handicap International a reçu 5 512 214 euros de dons privés (donateurs et parrains) en France et 1 491 244 euros ailleurs dans le monde (Allemagne, Canada, Etats-Unis, Luxembourg, Royaume-Uni, Suisse). L’association a par ailleurs reçu 8 781 703 euros de fonds institutionnels publics (provenant d’institutions internationales, de gouvernements et de collectivités territoriales) et privés (provenant d’associations, d’entreprises, fondations). Ces montants sont à la hauteur de l’ampleur historique de la catastrophe en Haïti, qui a suscité une mobilisation planétaire gigantesque. Dans sa logique d’intervention et en application de son mandat, Handicap International est cependant attentive à ne pas établir de discrimination, liée à un différentiel de médiatisation ou de compassion, entre les populations auprès desquelles elle est susceptible d’intervenir. Il ne paraît pas pertinent d’immobiliser sur un compte des sommes qui se révèleraient manifestement supérieures aux besoins, au risque de négliger des pays où la détresse des populations serait moins bien entendue. Sur ce point, Handicap International a toujours souhaité se mettre dans un rapport d’explication et de transparence vis-à-vis de ses donateurs. L’association informe systématiquement ses donateurs, dès les courriers d’appel au don, que si le montant des s’avérait était supérieur aux besoins de l’action évoquée dans l’appel, l’association affecterait alors le don là où elle le jugerait le plus utile. Dans le cas de l’urgence Haïti, l’avis des donateurs a de surcroît été sollicité. LES DONATEURS DE HANDICAP INTERNATIONAL FRANCE ONT ÉTÉ CONSULTÉS SUR L’UTILISATION DE LEURS DONS La consultation a eu lieu entre le 3 mars et le 19 avril. Elle s’adressait aux donateurs de Handicap International ayant répondu au courrier d’appel au don de l’association sur l’urgence Haïti. Une lettre-questionnaire accompagnait les reçus fiscaux. Les donateurs étaient invités à se prononcer sur l’utilisation de leur don, entre une utilisation exclusive en faveur des actions en Haïti et une mutualisation de ces fonds au profit de l’ensemble des actions de l’association, en fonction des priorités constatées sur le terrain. La réponse était gratuite pour le donateur, une enveloppe préaffranchie étant jointe. La confiance que les donateurs de Handicap International placent dans les décisions de l’association a été illustrée avec éloquence par les résultats de cette consultation. Plus de 81 % des réponses exprimées étaient en faveur de la mutualisation des dons au profit de l’ensemble des actions de l’association. Le choix des personnes qui ont demandé l’affectation de leur don à Haïti a été strictement respecté. Remarque : d’autres modalités de don ont automatiquement donné lieu à une affectation aux actions en Haïti : dons via la Fondation de France ou le portail Aiderdonner.com, parrainage (don mensuel) du programme Haïti, coupon-réponse précisant le souhait d’affectation sur Haïti, dons spontanés pour Haïti. 20
  • 21. L’AFFECTATION DES DONS PRIVÉS Suite à la consultation des donateurs, le conseil d’administration de Handicap International a décidé de répartir les dons privés reçus de la manière suivante : 3 708 367 euros (soit 3 560 000 euros, frais de gestion déduits) affectés aux actions en Haïti, et 3 295 091 euros mutualisés, c’est-à-dire affectés au budget « toutes missions ». DONS PRIVÉS REÇUS AFFECTATION DES DONS En France : 5 512 214 Actions en Haïti : 3 708 367 (donateurs et parrains) (soit 3 560 000 frais de gestion déduits) Budget toutes missions (suite au courrier Dans les associations Handicap International individuel aux donateurs français) : à l’étranger : 1 491 244 3 295 091 L’UTILISATION EN HAÏTI DES SOMMES COLLECTÉES EN 2010 Au 23 novembre, les actions engagées par Handicap International en Haïti pour l’année 2010 correspondaient à un montant de 10 908 406 euros. Les fonds privés affectés au programme Haïti sont utilisés en complément des fonds institutionnels obtenus (8 781 703 euros ont été obtenus de bailleurs de fonds institutionnels publics et privés). DÉPENSES ENGAGÉES FINANCEMENT DES ACTIONS EN HAÏTI EN 2010 ENGAGÉES EN HAÏTI EN 2010 Santé, soins et réadaptation : 3 564 341 Aide et soutien aux personnes handicapées et Fonds institutionnels publics : 6 404 949 aux populations vulnérables : 1 256 422 Fonds institutionnels privés : 2 376 754 Réhabilitation et construction : 2 088 409 Dons privés engagés : 2 126 704 Gestion & distribution d’aide humanitaire : 3 999 234 TOTAL : 10 908 406 TOTAL : 10 908 406 Solde des dons privés à reporter sur les années suivantes : 1 433 297 A ce stade, Handicap International juge raisonnable de conserver 1 433 297 euros de dons privés pour financer la continuité des actions en Haïti au cours des deux prochaines années. Il n’est par ailleurs pas exclu qu’au cours des prochaines années, ce montant s’avère insuffisant et que l’association soit amenée à puiser dans son budget « toutes missions » pour financer la poursuite de son programme en Haïti. C’est le cas aujourd’hui pour les projets en Indonésie et au Sri Lanka initiés à l’occasion du tsunami. 21
  • 22. VENTILATION DES SOMMES ENGAGÉES EN 2010 PAR POSTES BUDGÉTAIRES Sur les 10,9 millions d’euros engagés en Haïti cette année, les missions sociales sur le terrain représentent 98,6% des dépenses (dont 5,1% de coûts de pilotage des projets), et les frais de fonctionnement (dont des coûts fixes de structure) 1,4% des dépenses. 1,4% Missions sociales Frais de fonctionnement 98,6% Comment l’utilisation des dons est-elle contrôlée ? LES PROCESSUS DÉCISIONNELS ET DE CONTRÔLE EN INTERNE Toutes les décisions liées à l’urgence Haïti (l’intervention et ses modalités, l’affectation des dons, etc.) ont été prises suivant les procédures habituelles de l’association et ont nécessité des consultations, des validations et des rendus de comptes à tous les niveaux (directions des programmes, comité de direction, bureau, conseil d’administration, rendu de comptes devant l’assemblée générale). Ces procédures sont conformes aux règles fixées par le Comité de la charte de déontologie des organisations sociales et humanitaires faisant appel à la générosité du public (www.comitecharte.org). Le comité poursuit deux objectifs : élaborer collectivement une déontologie concernant la rigueur budgétaire et la transparence des comptes, et l’améliorer en permanence ; contrôler annuellement le respect de la charte par les organisations. Lorsque Handicap International soutient financièrement un partenaire local, un contrat écrit est signé avec cette organisation qui prévoit expressément la justification et le contrôle des dépenses engagées par le partenaire. LES NOMBREUX CONTRÔLES EXTERNES Handicap International est une association à but non lucratif du type Loi 1901, fondée à Lyon en 1982 et reconnue d’utilité publique par l’Etat en 1997. A ce titre, elle peut être à tout moment soumise à un contrôle de la Cour des comptes et de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). Un commissaire aux comptes indépendant garantit chaque année la sincérité des comptes de Handicap International, lesquels sont rendus publics. Enfin, les bailleurs de fonds institutionnels de l’association réalisent des audits systématiques sur les projets de l’association qu’ils financent. 22