SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  55
Télécharger pour lire hors ligne
Splénomég
alie
CHU Tizi Ouzou
Service de médecine
interne
Dr MERABET- Dr ARTBAS
Rappel anatomique
la rate est située dans l'hypocondre
gauche derrière la cage costal
entre la 9e et la 11e côte
transversalement entre la ligne axillaire
moyenne et la ligné axillaire postérieure
sur une hauteur de 5 à 6 cm. Elle est
limitée en haut par le diaphragme, en bas
par l'angle colique gauche, en dedans par
l'estomac et en arrière par le rein gauche.
Normalement, la rate pèse de 150 à
200g, elle ne déborde pas le rebord
costal gauche; sauf chez le
nourrisson et le jeune enfant chez
lesquels le pôle inférieur peut être
palpé lors de l'inspiration profonde.
La rate a la forme d'un tétraèdre à
grand axe oblique en bas, en avant
et en dehors : la face postéro-
externe convexe
(diaphragmatique) et la face
antéro-interne concave (gastrique)
sont séparées par le bord antérieur
ou bord crénelé qui présente des
incisures caractéristiques.
Fonctions
de
la rate
Fonction hématopoïétique
• A l'état normal chez le foetus, la rate a une fonction
hématopoïétique (production de globules rouges, de
globules blancs et de plaquettes) entre le 5e et le 7e
mois, puis cette fonction diminue et disparaît avant la
naissance
• Dans certains cas pathologiques, cette fonction
hématopoïétique réapparaît notamment au cours de
certaines hémopathies.
Fonction de défense
• est sous la dépendance du tissu lymphoïde et du tissu
réticuloendothélial.
• Cette fonction de la rate est surtout importante chez
l'enfant.
Fonction hémolytique
• A l'état normal : les globules rouges arrivés au terme de
leur vie de 120 jours sont détruits dans la moelle (50
%), le foie (25 %) et la rate (25 %).
• — Au cours de l'hémolyse pathologique : les globules
rouges anormaux sont préférentiellement détruits au
niveau de la rate.
Fonction hémodynamique
• la rate est branchée en dérivation sur le système porte;
• elle contribue à l'équilibre du flux sanguin portai et elle en
subit les variations de pression
Fonction de la rate
- siège mineur de l’hématopoïèse pendant la vie
fœtale, elle n’a plus d’activité érythropoïétique après la
naissance
- stockage : ≈ 30% du pool plaquettaire pas pour les
globules rouges
- synthèse des anticorps (IgM surtout) lors de la réponse
immunitaire primitive
- phagocytose des particules étrangères et des globules
rouges anormaux
- élimination des débris cellulaires (corps de Jolly)
Physiopathologie des splénomégalies
Une hémopathie dans ce cas, la rate peut :
— Soit reprendre sa fonction hématopoïétique, il en est ainsi chez l'adulte au cours de
l’ostéomyélofibrose ou splénomégalie myéloïde où la rate prend le relais de la moelle
osseuse pour assurer l'hématopoïèse.
— Soit être le siège d'une prolifération maligne lymphoïde : lymphome et leucémie
lymphoïde chronique ou myéloïde : leucémie myéloïde chronique.
Une hyperhémolyse : au cours des anémies hémolytiques, la rate, lieu de destruction
privilégié des globules rouges pathologiques s'hypertrophie. Ainsi, les splénomégalies
dites hématologiques sont dues à une hémopathie ou à une hyperhémolyse.
Une infection sévère : notamment au cours des septicémies, la rate assure ses
fonctions de défense et s'hypertrophie, réalisant une splénomégalie dite infectieuse.
Une maladie de surcharge : les cellules macrophagiques du système
réticuloendothélial de la rate assurent leur fonction d'épuration réalisant une
splénomégalie de surcharge.
Une hypertension portale : la rate subit l'augmentation de pression qui règne dans le
système porte et s'hypertrophie : réalisant une splénomégalie dite congestive.
mécanismes responsables
d’une splénomégalie
- augmentation de la cellularité
(macrophages, lymphocytes)
- augmentation de la pression dans le système porte
- séquestration splénique des globules rouges
- métaplasie myéloïde
- prolifération cellulaire maligne (le plus souvent
lymphoïde)
- surcharge (maladies métaboliques)
- maladies granulomateuse
conséquences d’une
splénomégalie
• hypersplénisme
- lié à la séquestration splénique anormale des
hématies et des leucocytes et accrue pour les
plaquettes
- se traduit par une (des) cytopénie(s) modérée(s)
sans conséquence propre
• hémodilution
• fausse anémie (intérêt éventuel de la masse
sanguine)
• hypertension portale « d’apport », si rate très
volumineuse
• diminution des taux de facteur V et de cholestérol
Diagnostic D’une
Splénomégalie
TOUTE RATE PALPABLE CHEZ
L’ADULTE EST PATHOLOGIQUE
TOUTE RATE PALPABLE CHEZ
L’ADULTE EST PATHOLOGIQUE
CIRCONSTANCES DE
DÉCOUVERTE
- douleurs, pesanteur de l’hypochondre gauche
- anomalie(s) de l ’hémogramme (du à l’hypersplénisme)
- recherche systématique d’une splénomégalie dans un
contexte où sa présence peut apporter un élément
diagnostique supplémentaire
Comment reconnaître une grosse rate?
Le diagnostic de
splénomégalie
est clinique
L'INSPECTION
a peu d'intérêt en pratique; une volumineuse splénomégalie
peut être visible à jour frisant sous forme d'une voussure de
l'hypocondre gauche.
LA PERCUSSION
• Une rate normale est percutable entre la 9e et la 11e
côte, il est recommandé de pratiquer la percussion sur le
malade en position debout, en expiration afin de dégager
la rate des sonorités gastrique, colique et pulmonaire.
• Une splénomégalie qui déborde largement le rebord costal
gauche est mate à la percussion.
LA PALPATION
est le temps essentiel de l'examen clinique pour reconnaître
la splénomégalie et en préciser les caractères
 Deux techniques
 Patient en décubitus dorsal Jambes fléchies,
paroi abdominale détendue; examinateur à
droite, main à plat sur l'abdomen déprimant
doucement la paroi.
 le malade est allongé sur un plan dur, les
oreillers auront été enlevés, l'examinateur se
place à droite du malade, la palpation commence
au niveau de la fosse iliaque gauche et remonte
vers le haut pour rencontrer le pôle inférieur de
la rate qui vient buter contre les doigts lors de
l'inspiration profonde;
 Patient en décubitus latéral droit
 Le patient soulève le bras gauche derrière la tête. La
palpation débute bas, dans la fosse iliaque
droite, pour détecter les splénomégalies
volumineuses. Puis elle remonte progressivement
vers la région sous-costale. On demande au patient
d'inspirer profondément. En cas de splénomégalie le
pôle inférieur vient buter conte les doigts de
l'examinateur car la rate est mobile à l'inspiration.
Son bord antéro-interne crénelé est caractéristique.
 en décubitus latéral droit, le malade est couché sur
le côté droit, les membres inférieurs légèrement
fléchis, l'examinateur se place à gauche du malade et
place les doigts de sa main gauche en crochet sous le
rebord costal gauche, on demande au sujet de
respirer à fond le pôle inférieur de la rate vient
buter contre les doigts lors de l'inspiration profonde;
cette dernière technique de palpation permet de
rechercher les splénomégalies de petite taille.
- Résultats : la splénomégalie est reconnue sur les
caractères suivants :
- le bord antérieur crénelé avec ses deux ou trois
incisures superposées est le caractère le plus spécifique
en faveur de la splénomégalie;
- la mobilité lors des mouvements respiratoires : ce
caractère n'est pas spécifique car le rein est également
mobile avec les mouvements respiratoires;
- l'absence de contact lombaire : la splénomégalie n'est
pas palpable dans la fosse lombaire gauche, en fait une
rate très volumineuse et latéralisée peut être perçue au
niveau de la fosse lombaire;
- le pôle supérieur de la splénomégalie n'est jamais
palpable.
 En résumé, au terme de l'examen clinique
dans les cas habituels, la splénomégalie
réalise une tuméfaction de l'hypocondre
gauche qui possède les caractères suivants :
elle est mate à la percussion, elle est mobile
avec les mouvements respiratoires, elle ne
donne pas de contact lombaire, son pôle
supérieur n'est pas palpable et enfin Surtout
son bord antérieur est crénelé.
 L'examinateur peut aussi se mettre à gauche
et à la tête du patient, main à plat sur la
paroi thoracique, les doigts en crochets en
région sous costale. On demande au patient
d’inspirer profondément. En cas de
splénomégalie le pôle inférieur vient buter
conte les doigts de l’examinateur car la rate
est mobile à l’inspiration. Son bord antéro-
interne crénelé est caractéristique.
- rate 0 : est une rate de volume normal, non palpable même
en inspiration profonde;
- rate 1 : est une rate palpable lors de l'inspiration profonde
ce qui est normal chez le nourrisson, mais pathologique chez
l'adulte;
- rate 2 : est une rate palpable lors de la respiration
normale, mais qui ne dépasse pas une horizontale passant à
égale distance entre le rebord costal et l'ombilic;
- rate 3 : est une rate qui descend au-dessous de cette
ligne, mais qui ne dépasse pas l'horizontale passant par
l'ombilic;
- rate 4 : est une rate qui descend au-dessous de
l'ombilic, mais ne dépasse pas une ligne passant à égale
distance entre l'ombilic et la symphyse pubienne;
- rate 5 : est une rate qui descend au-dessous de cette ligne
et qui est palpable dans la fosse iliaque gauche.
Les contours de la rate une fois délimités par
la palpation pourront être tracés sur la peau à
l'aide d'un crayon feutre et un calque pourra
être fait qui constituera un document et qui
permettra de suivre l'évolution dans le temps.
- Sa consistance : ferme et élastique le plus
souvent, parfois dure lorsque la splénomégalie
est ancienne.
- Sa surface : régulière le plus souvent ou
parfois irrégulière.
- Sa sensibilité : en règle indolore, parfois
sensible.
seront parfois nécessaires dans les cas difficiles pour affirmer qu'une tuméfaction
de l'hypocondre gauche est bien une splénomégalie en particulier lorsque le bord
antérieur crénelé n'est pas nettement palpable.
Echographie abdominale :l’ examen de choix.+++
La radiographie de l'abdomen sans préparation : peut montrer l'ombre
homogène de la rate qui contraste avec les viscères voisins de l'estomac et le
côlon.
TDM ET IRM abdominale
 Notre expérience nous a montré que les gros reins gauches sont le piège diagnostique le
plus fréquent.
Certes, un gros rein donne le contact lombaire, n'est pas mobile à l'inspiration profonde, est
barré en avant par la sonorité colique. Mais ces données séméiologiques peuvent faire défaut;
en particulier, une grosse rate donne très souvent un contact lombaire et se trouve parfois fixée
dans l'hypochondre gauche, car environnée de "périsplénite". C'est dire l'importance de
l'échographie et éventuellement une urotomographie rénale.
 Les autres pièges de diagnostic sont plus rares :
- gros lobe gauche hépatique,
- tumeur de la grande courbure gastrique ou de la queue du pancréas,
- cancer de l'angle gauche du colon,
- parfois, des adénopathies mésentériques volumineuses peuvent simuler une splénomégalie,
les associations étant particulièrement fréquentes,
- tumeurs surrénaliennes.
L'interrogatoire : va rechercher systématiquement la notion de signes généraux : fièvre et
amaigrissement; la notion d'hémorragies digestives, la notion de consanguinité et de
splénomégalie familiale.
L'examen clinique recherche :
— Des signes d'hypertension portale : une ascite, une circulation veineuse collatérale
abdominale; des hémorroïdes.
— Une modification de volume du foie, un ictère.
— Des signes hématologiques : une pâleur cutanéo-muqueuse, des adénopathies, des douleurs
osseuses provoquées, un purpura pétéchial et ecchymotique.
Les examens complémentaires de routine seront systématiquement demandés .
— Un hémogramme et un frottis sanguin.
— Un taux de réticulocytes.
— Un dosage de la bilirubine indirecte.
— Une exploration fonctionnelle hépatique.
D'autres examens complémentaires spécialisés seront demandés en fonction du contexte
clinique et biologique.
Quelle est la
cause de cette
splénomégalie
Les grosses rates évoluant dans un contexte fébrile
ou riche en symptômes d'accompagnement
 Elles appartiennent au tableau clinique de certaines septicémies : maladie
d'Osler, brucellose, typhoïde.
 Un lupus érythémateux aigu disséminé avec ses manifestations
cutanées, articulaires, rénales et cardiopéricardiques entraîne souvent une
discrète splénomégalie.
 La sarcoïdose est une maladie inflammatoire systémique de cause
inconnue, qui atteint préférentiellement les poumons, mais peut atteindre
n'importe quel organe, y compris la rate.
 Une très discrète splénomégalie accompagne la mononucléose infectieuse.
 Une grosse rate accompagne parfois les adénopathies d'un malade ayant
une primo-infection par le HIV.
 Une grosse rate reconnue chez un malade subictérique avec ascite et
œdème des membres inférieurs, circulation collatérale abdominale évoque à
l'évidence une cirrhose décompensée.
 Parfois, c'est un malade fébrile, de retour d'un pays impaludé: la grosse rate
doit faire penser à un paludisme et faire rechercher le parasite sur étalement
de sang.
Les grosses rates isolées
évoquant une hémopathie
 La splénomégalie est fréquente dans
certaines hémopathies facilement
évoquées par ailleurs
Les syndromes
myéloprolifératifs
 La splénomégalie myéloïde chronique
(=myélofibrose idiopathique) et la
leucémie myéloïde chronique ont
souvent comme unique syndrome
clinique, une volumineuse rate.
L'hémogramme évoque le diagnostic
qu'il faudra confirmer par des moyens
complémentaires (biopsie de moelle
pour la SMC, caryotype pour la LMC).
 Une grosse rate au cours d'une
polyglobulie est un bon signe
d'orientation en faveur d'une maladie de
Vaquez; mais elle n'est présente que
dans 75% des cas.
Lymphomes malins
 La maladie de Hodgkin dans sa forme
splénomégalique isolée est rare, souvent
accompagnée d'une fièvre.
 Elle peut faire croire à une maladie
infectieuse si on ne prend soin de faire
une tomodensitométrie qui montrera de
volumineux ganglions de la région rétro-
péritonéale.
 Il est par contre fréquent que les LMNH
se manifestent par une grosse rate
isolée (lymphomes centrocytiques
nodulaires).
Syndromes
lymphoprolifératifs
 La splénomégalie est associée le plus
souvent LLC si l'on retrouve une
lymphocytose sanguine et médullaire,
parfois, dans la maladie de
Waldenström si, à une prolifération
lymphoplasmocytaire sanguine et
médullaire, s'associe une globuline
IgM monoclonale dans le sérum.
. Une anémie hémolytique
 Une hémolyse avec grosse rate doit faire
évoquer une anémie hémolytique congénitale
: MinkowskiChauffard (la splénectomie y est
la règle), les thalassémies et autres
hémoglobinopathies telle une drépanocytose
(une électrophorèse de l'hémoglobine en
assurera le diagnostic).
 Parfois si l'hémolyse est brutale ou si elle se
prolonge, une anémie hémolytique acquise
provoquée par des auto-anticorps anti-
érythrocytaires (anémie hémolytique auto-
immune) peut s'accompagner d'une
splénomégalie.
. L'hypersplénisme
 C'est un syndrome dont la reconnaissance
est loin de résoudre le diagnostic étiologique
de cette grosse rate. Il est caractérisé par :
 une grosse rate présente depuis plusieurs
mois,
 une cytopénie périphérique (le plus souvent
leucopénie et thrombopénie modérée),
 une moelle riche,
 une séquestration dans la rate de cellules
marquées par un isotope adéquat.
 Les signes hématologiques sont ici
secondaires à la grosse rate quelle que soit
son étiologie :
hématologique, HTP, parasitaire, etc...
Les grosses rates
d'hypertensions portale (HTP)
 - les cirrhoses sont les causes les plus
fréquentes de ces splénomégalies par HTP. Il
semblerait que les cirrhoses post-
hépatitiques entraînent des splénomégalies
plus importantes que celles entraînées par
l'alcool.
 - plus rarement, c'est un bloc supra hépatique
qui est responsable de l'HTP : thrombose des
veines sushépatiques ou syndrome de Budd
Chiari (rare).
 - parfois, la grosse rate accompagne les HTP
par bloc pré-hépatique :
. compression extrinsèque de la veine porte ou
splénique (cancer du pancréas, pancréatite
chronique, adénopathies tuberculeuses ou
métastatiques de la région) : HTP
segmentaires.
. malformation congénitale veineuse : striction
Les grosses rates isolées
d'autres étiologies sont
l'exception
On y retrouve :
- des maladies parasitaires : le Kala-Azar (le
splénogramme y est ici utile) se voit en France et
en Afrique du Nord; le kyste hydatique de la rate
est exceptionnel,
- des kystes spléniques congénitaux ou des
tumeurs de la rate (fibrosarcome, angiomes),
- des maladies de surcharge (congénitales) : la
maladie de Gaucher (surtout dans la forme de
l'adulte) et la maladie de Niemann-Pick (chez le
nourrisson) ne sont diagnostiquées que si l'on
retrouve les cellules
caractéristiques sur le myélogramme ou le
splénogramme. On peut aussi doser dans le
sérum l'enzyme déficitaire.
Il est des cas où aucune étiologie ne peut être
retrouvée. La splénectomie est alors, révélant
généralement un lymphome splénique primitif.
Splénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabet

Contenu connexe

Tendances

Encephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatiqueEncephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatiqueClaude EUGENE
 
Hernies diaphragmatiques ai
Hernies diaphragmatiques aiHernies diaphragmatiques ai
Hernies diaphragmatiques aiHana Hanouna
 
Pneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine Pioche
Pneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine PiochePneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine Pioche
Pneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine PiochePierre-Antoine PIOCHE
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirClaude EUGENE
 
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysieDg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysieDr. Kerfah Soumia
 
Le syndrome cavitaire
Le syndrome cavitaireLe syndrome cavitaire
Le syndrome cavitairehind henzazi
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguëdrchamadi
 
Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012Hassan HAMALA
 
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) Dr. Kerfah Soumia
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireDr. Kerfah Soumia
 
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennesBronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennesMehdy Wayzani
 
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05 Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05 Abdennadher Mahdi
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireDr. Kerfah Soumia
 
35 Cas cliniques en Neuro-imagerie d'urgence.pptx
35 Cas cliniques en Neuro-imagerie d'urgence.pptx35 Cas cliniques en Neuro-imagerie d'urgence.pptx
35 Cas cliniques en Neuro-imagerie d'urgence.pptxMarieChhim1
 

Tendances (20)

Encephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatiqueEncephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatique
 
Foie cardiaque
Foie cardiaqueFoie cardiaque
Foie cardiaque
 
Hernies diaphragmatiques ai
Hernies diaphragmatiques aiHernies diaphragmatiques ai
Hernies diaphragmatiques ai
 
Pneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine Pioche
Pneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine PiochePneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine Pioche
Pneumopathies Interstitielles Diffuses - Pierre-Antoine Pioche
 
AVC ischémique
AVC ischémiqueAVC ischémique
AVC ischémique
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
 
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysieDg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysie
 
Le syndrome cavitaire
Le syndrome cavitaireLe syndrome cavitaire
Le syndrome cavitaire
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
 
Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012
 
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaire
 
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennesBronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
 
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05 Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaire
 
Abcès du poumon
Abcès du poumonAbcès du poumon
Abcès du poumon
 
35 Cas cliniques en Neuro-imagerie d'urgence.pptx
35 Cas cliniques en Neuro-imagerie d'urgence.pptx35 Cas cliniques en Neuro-imagerie d'urgence.pptx
35 Cas cliniques en Neuro-imagerie d'urgence.pptx
 
Les hépatomégalies 2012
Les hépatomégalies 2012Les hépatomégalies 2012
Les hépatomégalies 2012
 
Examen neurologique
Examen neurologiqueExamen neurologique
Examen neurologique
 
Examen clinique
Examen cliniqueExamen clinique
Examen clinique
 

En vedette

Anus douloureux
Anus douloureuxAnus douloureux
Anus douloureuxalioukaour
 
Le manuel du généraliste 2 les recommandations thérapeutiques
Le manuel du généraliste 2 les recommandations thérapeutiquesLe manuel du généraliste 2 les recommandations thérapeutiques
Le manuel du généraliste 2 les recommandations thérapeutiquesdrmouheb
 
Cat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueCat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueassadn2
 
Cat devant des vomissents
Cat devant des vomissentsCat devant des vomissents
Cat devant des vomissentskillua zoldyck
 
Dermatologie 6e édition decembre 2014
Dermatologie 6e édition decembre 2014Dermatologie 6e édition decembre 2014
Dermatologie 6e édition decembre 2014misterlamine
 
Cat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestiveCat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestiveHamlaoui Saddek
 
Dcem1 hémogramme,splénomégalie,adénopathie
Dcem1 hémogramme,splénomégalie,adénopathieDcem1 hémogramme,splénomégalie,adénopathie
Dcem1 hémogramme,splénomégalie,adénopathiePianissimoSiriusH
 
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUS
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUSFRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUS
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUSMede Space
 
Hépatite chronique c
Hépatite chronique cHépatite chronique c
Hépatite chronique cAhmed Mestiri
 
Conduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatiqueConduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatiqueimma-dr
 
Hépatite C_ stratégie diagnostique et suivi virologique.ppt
Hépatite C_ stratégie diagnostique et suivi virologique.pptHépatite C_ stratégie diagnostique et suivi virologique.ppt
Hépatite C_ stratégie diagnostique et suivi virologique.pptodeckmyn
 
Tumeurs primitives du foie
Tumeurs primitives du foieTumeurs primitives du foie
Tumeurs primitives du foieRose De Sable
 
Ag hbs positif que faire
Ag hbs positif que faire Ag hbs positif que faire
Ag hbs positif que faire Salim KHELIF
 
Bernard hépatites b et c du 2012 final
Bernard  hépatites b et c du 2012 finalBernard  hépatites b et c du 2012 final
Bernard hépatites b et c du 2012 finalodeckmyn
 
Cat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagieCat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagieSalim KHELIF
 

En vedette (20)

Anus douloureux
Anus douloureuxAnus douloureux
Anus douloureux
 
Le manuel du généraliste 2 les recommandations thérapeutiques
Le manuel du généraliste 2 les recommandations thérapeutiquesLe manuel du généraliste 2 les recommandations thérapeutiques
Le manuel du généraliste 2 les recommandations thérapeutiques
 
Cat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueCat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chronique
 
Cat devant des vomissents
Cat devant des vomissentsCat devant des vomissents
Cat devant des vomissents
 
Dermatologie 6e édition decembre 2014
Dermatologie 6e édition decembre 2014Dermatologie 6e édition decembre 2014
Dermatologie 6e édition decembre 2014
 
Cat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestiveCat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestive
 
1 - anatomie generale
1 - anatomie generale 1 - anatomie generale
1 - anatomie generale
 
Dcem1 hémogramme,splénomégalie,adénopathie
Dcem1 hémogramme,splénomégalie,adénopathieDcem1 hémogramme,splénomégalie,adénopathie
Dcem1 hémogramme,splénomégalie,adénopathie
 
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUS
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUSFRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUS
FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU RADIUS
 
Cat colite grave
Cat colite graveCat colite grave
Cat colite grave
 
Hépatite chronique c
Hépatite chronique cHépatite chronique c
Hépatite chronique c
 
Amp gastrites casablanca 2011
Amp gastrites casablanca 2011Amp gastrites casablanca 2011
Amp gastrites casablanca 2011
 
Conduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatiqueConduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatique
 
Hépatite C_ stratégie diagnostique et suivi virologique.ppt
Hépatite C_ stratégie diagnostique et suivi virologique.pptHépatite C_ stratégie diagnostique et suivi virologique.ppt
Hépatite C_ stratégie diagnostique et suivi virologique.ppt
 
Syndro hepatrenal 2
Syndro hepatrenal 2Syndro hepatrenal 2
Syndro hepatrenal 2
 
Tumeurs primitives du foie
Tumeurs primitives du foieTumeurs primitives du foie
Tumeurs primitives du foie
 
Les ictères 2012
Les ictères 2012Les ictères 2012
Les ictères 2012
 
Ag hbs positif que faire
Ag hbs positif que faire Ag hbs positif que faire
Ag hbs positif que faire
 
Bernard hépatites b et c du 2012 final
Bernard  hépatites b et c du 2012 finalBernard  hépatites b et c du 2012 final
Bernard hépatites b et c du 2012 final
 
Cat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagieCat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagie
 

Similaire à Splénomégalie dr merabet

Hernies internes : types, diagnostic et traitements
Hernies internes : types, diagnostic et traitementsHernies internes : types, diagnostic et traitements
Hernies internes : types, diagnostic et traitementsHugo Lebrun
 
Echo monitorage ovulation 2009
Echo monitorage ovulation   2009Echo monitorage ovulation   2009
Echo monitorage ovulation 2009nefissahamoud
 
hernie diaph.pptx
hernie diaph.pptxhernie diaph.pptx
hernie diaph.pptxSamia Benn
 
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenAscite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenArbaoui Bouzid
 
Syndrome d'epanchement liquidien
Syndrome d'epanchement liquidienSyndrome d'epanchement liquidien
Syndrome d'epanchement liquidienhind henzazi
 
AFFECTIONS GYNECOLOGIQUES
AFFECTIONS GYNECOLOGIQUESAFFECTIONS GYNECOLOGIQUES
AFFECTIONS GYNECOLOGIQUESMede Space
 
Complément de Gastrologie
Complément de GastrologieComplément de Gastrologie
Complément de GastrologieMede Space
 
fichier_produit_2620.pdf
fichier_produit_2620.pdffichier_produit_2620.pdf
fichier_produit_2620.pdfOuafi Benayad
 
Colonet pathologies
Colonet pathologiesColonet pathologies
Colonet pathologiesEgn Njeba
 
Topographie musculaire de la paroi abdominale
Topographie musculaire de la paroi abdominaleTopographie musculaire de la paroi abdominale
Topographie musculaire de la paroi abdominaleIsomorphisme
 
Chirurgie orthopédique pédiatrique
Chirurgie orthopédique pédiatrique  Chirurgie orthopédique pédiatrique
Chirurgie orthopédique pédiatrique ROBERT ELBAUM
 
GROSSESSE EXTRA.pdf
GROSSESSE EXTRA.pdfGROSSESSE EXTRA.pdf
GROSSESSE EXTRA.pdfClaudioKufe
 
Abdomen sans préparation
Abdomen sans préparationAbdomen sans préparation
Abdomen sans préparationimma-dr
 
Syndrome extrapyramidal
Syndrome extrapyramidalSyndrome extrapyramidal
Syndrome extrapyramidalNabil Fercha
 
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09raymondteyrouz
 

Similaire à Splénomégalie dr merabet (20)

fichier_produit_2056.pdf
fichier_produit_2056.pdffichier_produit_2056.pdf
fichier_produit_2056.pdf
 
Hernies internes : types, diagnostic et traitements
Hernies internes : types, diagnostic et traitementsHernies internes : types, diagnostic et traitements
Hernies internes : types, diagnostic et traitements
 
Echo monitorage ovulation 2009
Echo monitorage ovulation   2009Echo monitorage ovulation   2009
Echo monitorage ovulation 2009
 
hernie diaph.pptx
hernie diaph.pptxhernie diaph.pptx
hernie diaph.pptx
 
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenAscite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
 
Syndrome d'epanchement liquidien
Syndrome d'epanchement liquidienSyndrome d'epanchement liquidien
Syndrome d'epanchement liquidien
 
AFFECTIONS GYNECOLOGIQUES
AFFECTIONS GYNECOLOGIQUESAFFECTIONS GYNECOLOGIQUES
AFFECTIONS GYNECOLOGIQUES
 
Complément de Gastrologie
Complément de GastrologieComplément de Gastrologie
Complément de Gastrologie
 
fichier_produit_2620.pdf
fichier_produit_2620.pdffichier_produit_2620.pdf
fichier_produit_2620.pdf
 
Colonet pathologies
Colonet pathologiesColonet pathologies
Colonet pathologies
 
Topographie musculaire de la paroi abdominale
Topographie musculaire de la paroi abdominaleTopographie musculaire de la paroi abdominale
Topographie musculaire de la paroi abdominale
 
Les vertiges
Les vertigesLes vertiges
Les vertiges
 
Traumato hanche
 Traumato hanche Traumato hanche
Traumato hanche
 
Chirurgie orthopédique pédiatrique
Chirurgie orthopédique pédiatrique  Chirurgie orthopédique pédiatrique
Chirurgie orthopédique pédiatrique
 
GROSSESSE EXTRA.pdf
GROSSESSE EXTRA.pdfGROSSESSE EXTRA.pdf
GROSSESSE EXTRA.pdf
 
Arthrite juvenile ic
Arthrite juvenile icArthrite juvenile ic
Arthrite juvenile ic
 
Abdomen sans préparation
Abdomen sans préparationAbdomen sans préparation
Abdomen sans préparation
 
Syndrome extrapyramidal
Syndrome extrapyramidalSyndrome extrapyramidal
Syndrome extrapyramidal
 
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
 
Doc 10149
Doc 10149Doc 10149
Doc 10149
 

Plus de killua zoldyck

Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©nauxkillua zoldyck
 
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-20132.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013killua zoldyck
 
S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)killua zoldyck
 
Troubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairTroubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairkillua zoldyck
 
Therapeutique oculaire
Therapeutique oculaireTherapeutique oculaire
Therapeutique oculairekillua zoldyck
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelkillua zoldyck
 
Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]killua zoldyck
 
Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2killua zoldyck
 
Les différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgencesLes différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgenceskillua zoldyck
 
Cat tres pratique copyinternet
Cat tres pratique   copyinternetCat tres pratique   copyinternet
Cat tres pratique copyinternetkillua zoldyck
 
Guide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologieGuide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologiekillua zoldyck
 
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaireManifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinairekillua zoldyck
 
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)killua zoldyck
 

Plus de killua zoldyck (20)

071 hausfater
071 hausfater071 hausfater
071 hausfater
 
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
 
Megaœsophage
MegaœsophageMegaœsophage
Megaœsophage
 
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-20132.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
 
Megaœsophage
MegaœsophageMegaœsophage
Megaœsophage
 
S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)
 
Troubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairTroubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculair
 
Les cataractes
Les cataractesLes cataractes
Les cataractes
 
Therapeutique oculaire
Therapeutique oculaireTherapeutique oculaire
Therapeutique oculaire
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuel
 
Les glaucomes
Les glaucomesLes glaucomes
Les glaucomes
 
Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]
 
Pancréatite aiguë
Pancréatite aiguëPancréatite aiguë
Pancréatite aiguë
 
Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2
 
Les différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgencesLes différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgences
 
Orl
OrlOrl
Orl
 
Cat tres pratique copyinternet
Cat tres pratique   copyinternetCat tres pratique   copyinternet
Cat tres pratique copyinternet
 
Guide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologieGuide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologie
 
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaireManifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
 
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
 

Splénomégalie dr merabet

  • 1. Splénomég alie CHU Tizi Ouzou Service de médecine interne Dr MERABET- Dr ARTBAS
  • 2. Rappel anatomique la rate est située dans l'hypocondre gauche derrière la cage costal entre la 9e et la 11e côte transversalement entre la ligne axillaire moyenne et la ligné axillaire postérieure sur une hauteur de 5 à 6 cm. Elle est limitée en haut par le diaphragme, en bas par l'angle colique gauche, en dedans par l'estomac et en arrière par le rein gauche.
  • 3.
  • 4. Normalement, la rate pèse de 150 à 200g, elle ne déborde pas le rebord costal gauche; sauf chez le nourrisson et le jeune enfant chez lesquels le pôle inférieur peut être palpé lors de l'inspiration profonde. La rate a la forme d'un tétraèdre à grand axe oblique en bas, en avant et en dehors : la face postéro- externe convexe (diaphragmatique) et la face antéro-interne concave (gastrique) sont séparées par le bord antérieur ou bord crénelé qui présente des incisures caractéristiques.
  • 5.
  • 6.
  • 7.
  • 8.
  • 9.
  • 10.
  • 12. Fonction hématopoïétique • A l'état normal chez le foetus, la rate a une fonction hématopoïétique (production de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes) entre le 5e et le 7e mois, puis cette fonction diminue et disparaît avant la naissance • Dans certains cas pathologiques, cette fonction hématopoïétique réapparaît notamment au cours de certaines hémopathies.
  • 13. Fonction de défense • est sous la dépendance du tissu lymphoïde et du tissu réticuloendothélial. • Cette fonction de la rate est surtout importante chez l'enfant.
  • 14. Fonction hémolytique • A l'état normal : les globules rouges arrivés au terme de leur vie de 120 jours sont détruits dans la moelle (50 %), le foie (25 %) et la rate (25 %). • — Au cours de l'hémolyse pathologique : les globules rouges anormaux sont préférentiellement détruits au niveau de la rate.
  • 15. Fonction hémodynamique • la rate est branchée en dérivation sur le système porte; • elle contribue à l'équilibre du flux sanguin portai et elle en subit les variations de pression
  • 16. Fonction de la rate - siège mineur de l’hématopoïèse pendant la vie fœtale, elle n’a plus d’activité érythropoïétique après la naissance - stockage : ≈ 30% du pool plaquettaire pas pour les globules rouges - synthèse des anticorps (IgM surtout) lors de la réponse immunitaire primitive - phagocytose des particules étrangères et des globules rouges anormaux - élimination des débris cellulaires (corps de Jolly)
  • 17. Physiopathologie des splénomégalies Une hémopathie dans ce cas, la rate peut : — Soit reprendre sa fonction hématopoïétique, il en est ainsi chez l'adulte au cours de l’ostéomyélofibrose ou splénomégalie myéloïde où la rate prend le relais de la moelle osseuse pour assurer l'hématopoïèse. — Soit être le siège d'une prolifération maligne lymphoïde : lymphome et leucémie lymphoïde chronique ou myéloïde : leucémie myéloïde chronique. Une hyperhémolyse : au cours des anémies hémolytiques, la rate, lieu de destruction privilégié des globules rouges pathologiques s'hypertrophie. Ainsi, les splénomégalies dites hématologiques sont dues à une hémopathie ou à une hyperhémolyse. Une infection sévère : notamment au cours des septicémies, la rate assure ses fonctions de défense et s'hypertrophie, réalisant une splénomégalie dite infectieuse. Une maladie de surcharge : les cellules macrophagiques du système réticuloendothélial de la rate assurent leur fonction d'épuration réalisant une splénomégalie de surcharge. Une hypertension portale : la rate subit l'augmentation de pression qui règne dans le système porte et s'hypertrophie : réalisant une splénomégalie dite congestive.
  • 18. mécanismes responsables d’une splénomégalie - augmentation de la cellularité (macrophages, lymphocytes) - augmentation de la pression dans le système porte - séquestration splénique des globules rouges - métaplasie myéloïde - prolifération cellulaire maligne (le plus souvent lymphoïde) - surcharge (maladies métaboliques) - maladies granulomateuse
  • 19. conséquences d’une splénomégalie • hypersplénisme - lié à la séquestration splénique anormale des hématies et des leucocytes et accrue pour les plaquettes - se traduit par une (des) cytopénie(s) modérée(s) sans conséquence propre • hémodilution • fausse anémie (intérêt éventuel de la masse sanguine) • hypertension portale « d’apport », si rate très volumineuse • diminution des taux de facteur V et de cholestérol
  • 21. TOUTE RATE PALPABLE CHEZ L’ADULTE EST PATHOLOGIQUE TOUTE RATE PALPABLE CHEZ L’ADULTE EST PATHOLOGIQUE
  • 22. CIRCONSTANCES DE DÉCOUVERTE - douleurs, pesanteur de l’hypochondre gauche - anomalie(s) de l ’hémogramme (du à l’hypersplénisme) - recherche systématique d’une splénomégalie dans un contexte où sa présence peut apporter un élément diagnostique supplémentaire
  • 23. Comment reconnaître une grosse rate? Le diagnostic de splénomégalie est clinique
  • 24. L'INSPECTION a peu d'intérêt en pratique; une volumineuse splénomégalie peut être visible à jour frisant sous forme d'une voussure de l'hypocondre gauche.
  • 25. LA PERCUSSION • Une rate normale est percutable entre la 9e et la 11e côte, il est recommandé de pratiquer la percussion sur le malade en position debout, en expiration afin de dégager la rate des sonorités gastrique, colique et pulmonaire. • Une splénomégalie qui déborde largement le rebord costal gauche est mate à la percussion.
  • 26. LA PALPATION est le temps essentiel de l'examen clinique pour reconnaître la splénomégalie et en préciser les caractères
  • 28.  Patient en décubitus dorsal Jambes fléchies, paroi abdominale détendue; examinateur à droite, main à plat sur l'abdomen déprimant doucement la paroi.  le malade est allongé sur un plan dur, les oreillers auront été enlevés, l'examinateur se place à droite du malade, la palpation commence au niveau de la fosse iliaque gauche et remonte vers le haut pour rencontrer le pôle inférieur de la rate qui vient buter contre les doigts lors de l'inspiration profonde;
  • 29.
  • 30.  Patient en décubitus latéral droit  Le patient soulève le bras gauche derrière la tête. La palpation débute bas, dans la fosse iliaque droite, pour détecter les splénomégalies volumineuses. Puis elle remonte progressivement vers la région sous-costale. On demande au patient d'inspirer profondément. En cas de splénomégalie le pôle inférieur vient buter conte les doigts de l'examinateur car la rate est mobile à l'inspiration. Son bord antéro-interne crénelé est caractéristique.  en décubitus latéral droit, le malade est couché sur le côté droit, les membres inférieurs légèrement fléchis, l'examinateur se place à gauche du malade et place les doigts de sa main gauche en crochet sous le rebord costal gauche, on demande au sujet de respirer à fond le pôle inférieur de la rate vient buter contre les doigts lors de l'inspiration profonde; cette dernière technique de palpation permet de rechercher les splénomégalies de petite taille.
  • 31.
  • 32. - Résultats : la splénomégalie est reconnue sur les caractères suivants : - le bord antérieur crénelé avec ses deux ou trois incisures superposées est le caractère le plus spécifique en faveur de la splénomégalie; - la mobilité lors des mouvements respiratoires : ce caractère n'est pas spécifique car le rein est également mobile avec les mouvements respiratoires; - l'absence de contact lombaire : la splénomégalie n'est pas palpable dans la fosse lombaire gauche, en fait une rate très volumineuse et latéralisée peut être perçue au niveau de la fosse lombaire; - le pôle supérieur de la splénomégalie n'est jamais palpable.
  • 33.  En résumé, au terme de l'examen clinique dans les cas habituels, la splénomégalie réalise une tuméfaction de l'hypocondre gauche qui possède les caractères suivants : elle est mate à la percussion, elle est mobile avec les mouvements respiratoires, elle ne donne pas de contact lombaire, son pôle supérieur n'est pas palpable et enfin Surtout son bord antérieur est crénelé.
  • 34.  L'examinateur peut aussi se mettre à gauche et à la tête du patient, main à plat sur la paroi thoracique, les doigts en crochets en région sous costale. On demande au patient d’inspirer profondément. En cas de splénomégalie le pôle inférieur vient buter conte les doigts de l’examinateur car la rate est mobile à l’inspiration. Son bord antéro- interne crénelé est caractéristique.
  • 35. - rate 0 : est une rate de volume normal, non palpable même en inspiration profonde; - rate 1 : est une rate palpable lors de l'inspiration profonde ce qui est normal chez le nourrisson, mais pathologique chez l'adulte; - rate 2 : est une rate palpable lors de la respiration normale, mais qui ne dépasse pas une horizontale passant à égale distance entre le rebord costal et l'ombilic; - rate 3 : est une rate qui descend au-dessous de cette ligne, mais qui ne dépasse pas l'horizontale passant par l'ombilic; - rate 4 : est une rate qui descend au-dessous de l'ombilic, mais ne dépasse pas une ligne passant à égale distance entre l'ombilic et la symphyse pubienne; - rate 5 : est une rate qui descend au-dessous de cette ligne et qui est palpable dans la fosse iliaque gauche.
  • 36. Les contours de la rate une fois délimités par la palpation pourront être tracés sur la peau à l'aide d'un crayon feutre et un calque pourra être fait qui constituera un document et qui permettra de suivre l'évolution dans le temps. - Sa consistance : ferme et élastique le plus souvent, parfois dure lorsque la splénomégalie est ancienne. - Sa surface : régulière le plus souvent ou parfois irrégulière. - Sa sensibilité : en règle indolore, parfois sensible.
  • 37.
  • 38.
  • 39. seront parfois nécessaires dans les cas difficiles pour affirmer qu'une tuméfaction de l'hypocondre gauche est bien une splénomégalie en particulier lorsque le bord antérieur crénelé n'est pas nettement palpable. Echographie abdominale :l’ examen de choix.+++ La radiographie de l'abdomen sans préparation : peut montrer l'ombre homogène de la rate qui contraste avec les viscères voisins de l'estomac et le côlon. TDM ET IRM abdominale
  • 40.  Notre expérience nous a montré que les gros reins gauches sont le piège diagnostique le plus fréquent. Certes, un gros rein donne le contact lombaire, n'est pas mobile à l'inspiration profonde, est barré en avant par la sonorité colique. Mais ces données séméiologiques peuvent faire défaut; en particulier, une grosse rate donne très souvent un contact lombaire et se trouve parfois fixée dans l'hypochondre gauche, car environnée de "périsplénite". C'est dire l'importance de l'échographie et éventuellement une urotomographie rénale.  Les autres pièges de diagnostic sont plus rares : - gros lobe gauche hépatique, - tumeur de la grande courbure gastrique ou de la queue du pancréas, - cancer de l'angle gauche du colon, - parfois, des adénopathies mésentériques volumineuses peuvent simuler une splénomégalie, les associations étant particulièrement fréquentes, - tumeurs surrénaliennes.
  • 41. L'interrogatoire : va rechercher systématiquement la notion de signes généraux : fièvre et amaigrissement; la notion d'hémorragies digestives, la notion de consanguinité et de splénomégalie familiale. L'examen clinique recherche : — Des signes d'hypertension portale : une ascite, une circulation veineuse collatérale abdominale; des hémorroïdes. — Une modification de volume du foie, un ictère. — Des signes hématologiques : une pâleur cutanéo-muqueuse, des adénopathies, des douleurs osseuses provoquées, un purpura pétéchial et ecchymotique. Les examens complémentaires de routine seront systématiquement demandés . — Un hémogramme et un frottis sanguin. — Un taux de réticulocytes. — Un dosage de la bilirubine indirecte. — Une exploration fonctionnelle hépatique. D'autres examens complémentaires spécialisés seront demandés en fonction du contexte clinique et biologique.
  • 42. Quelle est la cause de cette splénomégalie
  • 43. Les grosses rates évoluant dans un contexte fébrile ou riche en symptômes d'accompagnement  Elles appartiennent au tableau clinique de certaines septicémies : maladie d'Osler, brucellose, typhoïde.  Un lupus érythémateux aigu disséminé avec ses manifestations cutanées, articulaires, rénales et cardiopéricardiques entraîne souvent une discrète splénomégalie.  La sarcoïdose est une maladie inflammatoire systémique de cause inconnue, qui atteint préférentiellement les poumons, mais peut atteindre n'importe quel organe, y compris la rate.  Une très discrète splénomégalie accompagne la mononucléose infectieuse.  Une grosse rate accompagne parfois les adénopathies d'un malade ayant une primo-infection par le HIV.  Une grosse rate reconnue chez un malade subictérique avec ascite et œdème des membres inférieurs, circulation collatérale abdominale évoque à l'évidence une cirrhose décompensée.  Parfois, c'est un malade fébrile, de retour d'un pays impaludé: la grosse rate doit faire penser à un paludisme et faire rechercher le parasite sur étalement de sang.
  • 44. Les grosses rates isolées évoquant une hémopathie  La splénomégalie est fréquente dans certaines hémopathies facilement évoquées par ailleurs
  • 45. Les syndromes myéloprolifératifs  La splénomégalie myéloïde chronique (=myélofibrose idiopathique) et la leucémie myéloïde chronique ont souvent comme unique syndrome clinique, une volumineuse rate. L'hémogramme évoque le diagnostic qu'il faudra confirmer par des moyens complémentaires (biopsie de moelle pour la SMC, caryotype pour la LMC).  Une grosse rate au cours d'une polyglobulie est un bon signe d'orientation en faveur d'une maladie de Vaquez; mais elle n'est présente que dans 75% des cas.
  • 46. Lymphomes malins  La maladie de Hodgkin dans sa forme splénomégalique isolée est rare, souvent accompagnée d'une fièvre.  Elle peut faire croire à une maladie infectieuse si on ne prend soin de faire une tomodensitométrie qui montrera de volumineux ganglions de la région rétro- péritonéale.  Il est par contre fréquent que les LMNH se manifestent par une grosse rate isolée (lymphomes centrocytiques nodulaires).
  • 47. Syndromes lymphoprolifératifs  La splénomégalie est associée le plus souvent LLC si l'on retrouve une lymphocytose sanguine et médullaire, parfois, dans la maladie de Waldenström si, à une prolifération lymphoplasmocytaire sanguine et médullaire, s'associe une globuline IgM monoclonale dans le sérum.
  • 48. . Une anémie hémolytique  Une hémolyse avec grosse rate doit faire évoquer une anémie hémolytique congénitale : MinkowskiChauffard (la splénectomie y est la règle), les thalassémies et autres hémoglobinopathies telle une drépanocytose (une électrophorèse de l'hémoglobine en assurera le diagnostic).  Parfois si l'hémolyse est brutale ou si elle se prolonge, une anémie hémolytique acquise provoquée par des auto-anticorps anti- érythrocytaires (anémie hémolytique auto- immune) peut s'accompagner d'une splénomégalie.
  • 49. . L'hypersplénisme  C'est un syndrome dont la reconnaissance est loin de résoudre le diagnostic étiologique de cette grosse rate. Il est caractérisé par :  une grosse rate présente depuis plusieurs mois,  une cytopénie périphérique (le plus souvent leucopénie et thrombopénie modérée),  une moelle riche,  une séquestration dans la rate de cellules marquées par un isotope adéquat.  Les signes hématologiques sont ici secondaires à la grosse rate quelle que soit son étiologie : hématologique, HTP, parasitaire, etc...
  • 51.  - les cirrhoses sont les causes les plus fréquentes de ces splénomégalies par HTP. Il semblerait que les cirrhoses post- hépatitiques entraînent des splénomégalies plus importantes que celles entraînées par l'alcool.  - plus rarement, c'est un bloc supra hépatique qui est responsable de l'HTP : thrombose des veines sushépatiques ou syndrome de Budd Chiari (rare).  - parfois, la grosse rate accompagne les HTP par bloc pré-hépatique : . compression extrinsèque de la veine porte ou splénique (cancer du pancréas, pancréatite chronique, adénopathies tuberculeuses ou métastatiques de la région) : HTP segmentaires. . malformation congénitale veineuse : striction
  • 52. Les grosses rates isolées d'autres étiologies sont l'exception
  • 53. On y retrouve : - des maladies parasitaires : le Kala-Azar (le splénogramme y est ici utile) se voit en France et en Afrique du Nord; le kyste hydatique de la rate est exceptionnel, - des kystes spléniques congénitaux ou des tumeurs de la rate (fibrosarcome, angiomes), - des maladies de surcharge (congénitales) : la maladie de Gaucher (surtout dans la forme de l'adulte) et la maladie de Niemann-Pick (chez le nourrisson) ne sont diagnostiquées que si l'on retrouve les cellules caractéristiques sur le myélogramme ou le splénogramme. On peut aussi doser dans le sérum l'enzyme déficitaire. Il est des cas où aucune étiologie ne peut être retrouvée. La splénectomie est alors, révélant généralement un lymphome splénique primitif.