Le Thermalisme

1 246 vues

Publié le

voila mon petit Travail Sur le thermalisme et l'utilisation des eaux thermale dans la cure (thérapeutique) et aussi dans le cadre juridique avec exemple de l’Algérie et la France

Publié dans : Environnement
  • Soyez le premier à commenter

Le Thermalisme

  1. 1. Présenter par: ZEMOUR Youcef. Chargé de Cours : Mr.BORSALI.T Exposé République Algérienne Démocratique et Populaire Université de Mohamed Ben Ahmed Oran 2 Faculté des sciences de la terre et de l’univers Master 2 Eau souterraine et environnement Année universitaire 2015/2016
  2. 2. Plan de travail 1. Introduction 2. Les eaux thermales 3. Le thermalisme 4. L’eau thermale pour un usage thérapeutique 5. Le thermalisme Français 6. Le thermalisme Algérien 6.1 Les sources thermales de l’Algérie 6.2 Les stations thermales médicalisées 7. Décrets sur les eaux thermales et le thermalisme (Algérie) 8. conclusion
  3. 3. L’existence des stations thermales a pour fondement l’exploitation de sources minérales aux vertus thérapeutiques reconnues, Le mot « thermalisme » est employé pour la première fois en 1845 et il est régi par des textes nombreux qui forment un cadre juridique à l’activité thermale. 1.Introduction
  4. 4. 2.Les Eaux thermales Les eaux thermales sont des eaux minérales naturelles provenant de nappes souterraines, auxquelles sont attribuées des propriétés thérapeutiques en raison de leur composition chimique ou de leur température. Au sens strict, une eau thermale est une eau chaude mais les expressions eau thermale et eau minérale sont le plus souvent employées, comme dans le présent rapport, de façon indifférenciée.
  5. 5. 3.Le thermalisme Le thermalisme se définit comme l'ensemble des moyens médicaux, sociaux, sanitaires, administratifs, et d'accueil, mis en œuvre pour l'utilisation à des fins thérapeutiques d'agents naturels que sont les eaux minérales et eaux thermales, les gaz thermaux, et les boues thermales. Il recouvre l’ensemble des activités se rapportant à la thérapeutique thermale, ou crénothérapie.
  6. 6. 4.L’eau thermale pour un usage thérapeutique  La cure comprend :  des traitements à base de boue : bains complets ou applications locales  des traitements complémentaires à base d’eau : bains, douches, massages sous l’eau, rééducation en piscine, cures de boissons  Les soins sont dispensés par un personnel qualifié (kinésithérapeutes, infirmières, agents de soins thermaux) les soins proposés sont variés.
  7. 7. 5.Thermalisme en France
  8. 8.  La France est le troisième pays en Europe après l’Allemagne et l’Italie. Elle compte aujourd’hui 108 stations et 112 établissements thermaux habilités par le ministère de la Santé. Elles sont, pour la plupart, situées dans les massifs montagneux. En France, les cures thermales remboursées par la Sécurité sociale sont systématiquement délivrées sur une période de trois semaines. Les pratiques thermales sont variables d’une station à l’autre mais peuvent être regroupées sous différentes catégories. Elles avaient été recensées dans les différents établissements français par le Syndicat des médecins thermaux en 2004
  9. 9. 5.1.Législation régissant les eaux thermales:  Obligation :  Concernant le transport des eaux thermales, toute livraison ou administration d'eau thermale (exploitation, buvette, établissement thermal, embouteillage,) doit être autorisée par le Ministère chargé de la Santé, en application du décret n° 57-404 du 28 mars 1957 : «Le transport de l'eau minérale en tout récipient autre que ceux autorisés par la distribution au consommateur final est interdit»  L’article 28 de la loi n° 96-452 du 28 mai 1996 a créé une base juridique indiscutable pour les relations conventionnelles entre les établissements thermaux et l’assurance maladie  Un arrêté du 8 juin 1960 a fixé la durée normale d’une cure thermale de 18 jours à 21 jours, durée reprise par la convention puisque les soins doivent être répartis sur 18 jours.
  10. 10. La circulaire DGS/VS4/200/336 du 19 juin 2000 relative a la gestion du risque microbien lié a l’eau minéral dans les établissements thermaux, elle impose l’absence des microorganismes a l’émergence, aux stockage et en point d’usage thérapeutique de l’eau et renforcent notamment la fréquence de contrôle de l’eau minérale naturelle a ces différents points . L’arrêté définit en outre des nouvelles modalité du gestion du risque présence d’une contamination microbiologique de l’eau.
  11. 11. 6.Le thermalisme Algérien Aujourd’hui comme dans le passé les stations thermales sont très sollicitées par les algériens pour divers traitements d’ordre rhumatologique, et dermatologique …
  12. 12. 6.1. Les sources thermales de l’Algérie Il existe sur le territoire algérien plus de 200 sources thermales d’après les études réalisées à ce sujet, ce nombre croit régulièrement quand on se déplace vers l’Est. Les températures mesurées à l’émergence varient de 19°C à Ben Haroune à 98 °C à Hammam Meskoutine.
  13. 13. 6.2 Les stations thermales médicalisées: Parmi les nombreuses stations thermales qui existent en Algérie , huit seulement sont médicalisées , il s’agit des stations thermales:  Hammam Bouhanifia (Mascara).  Hammam Bouhadjar (Ain Temouchent).  Hammam Boughrara (Tlemcen).  Hammam Rabbi (Saida).  Hammam Righa (Ain Defla)  Hammam Guergour (Setif).  Hammam Salhine (Biskra).  Hammam Meskoutine (Guelma). Ces stations thermales sont gérées par la Société Algérienne de Thermalisme et sont conventionnées avec les différentes caisses de sécurité sociale (CNAS, Casnos, caisse militaire)
  14. 14. Hammam Boughrara La station thermale de hammam Boughrara est mise en exploitation en 1974, ses eaux sulfatées et bicarbonatées sodiques, émergent à une température de 45°C. Les indications thérapeutiques sont d’ordre rhumatologiques, dermatologiques, gynécologiques et respiratoires. Les techniques thermales consistent en des bains simples, bains carbo-gazeux, bains locaux, douches au jet, auxquelles s’ajoutent des soins complémentaires : thermothérapie (infrarouges et applications de paraffine), électrothérapie, massage à sec.
  15. 15. Hammam Bouhadjar La station thermale est mise en exploitation en 1974, on y dénombre une quarantaine de sources en majorité chaudes, entre 35 et 72°C. Les indications thérapeutiques principales sont les rhumatismes et les séquelles de traumatismes ostéoarticulaires qui regroupent 85% des curistes. Qualité de ses eaux : Eaux Chlorurées Sodiques (70 ° C).
  16. 16. Hammam Bouhanifia Les eaux thermales jaillissent à des températures entre 20 et 70°C. Les principales maladies traitées sont le rhumatisme dégénératif (arthrose), le rhumatisme inflammatoire chronique, les séquelles de traumatisme et tous les autres cas liés aux problèmes de la sphère (ORL).
  17. 17. Hammam Rabbi la station thermale de Hammam Rabbi est mise en exploitation en 1970, son eau a des origines profondes et arrive en surface sous pression à une température moyenne de 40°C et un débit moyen de 8 l/s. Les eaux thermale de hammam Rabbi traitent les affectations en : Dermatologie, douleurs rhumatismales aiguës, articulaires, fièvres anémiques, affections cutanées et respiratoires.
  18. 18. Hammam Righa Les eaux sont sulfatées calciques hyperthermales (54 °C). Les techniques de cure sont classiques : balnéation générale et locale, douches au jet et affusions, massages sous l’eau, mésothérapie à sec, électrothérapie, rééducation et enveloppements de paraffine.
  19. 19. hammam Guerguour Les études physico-chimiques faites à diverses reprises ont toutes conclu à la radioactivité des eaux thermales et minérales, elles sont classées au 1er rang en Algérie et au 3ème rang mondial après les bains de Brembach (Allemagne) et les bains de Jachimov (Tchécoslovaquie), son taux de radioactivité est de 122 milli microcuries/l. Elles se placent de par leur composition chimique dans le groupe des eaux sulfatées-calciques et chlorurée sodiques dont les eaux sont hyperthermales à une température avoisinant 44°C
  20. 20. Dans le cadre du développement du tourisme thermal en Algérie, le gouvernement décida la construction d’un complexe thermal au milieu des années soixante dix au niveau d’un ancien site romain qui surplombe le village de Hammam Guerguour sur une superficie de 14 hectares, Il fut inauguré le 20 juin 1987. Aujourd’hui la station thermale de hammam Guerguour accueille des curistes pendant toute l’année pour des soins rhumatologiques et neurologiques, elle ne cesse de prendre de l’ampleur et de l’estime auprès de toutes les personnes qui s’y rendent.
  21. 21. Hammam Meskoutine Il existe neuf sources hyperthermales dont la température de l’eau varie entre 90 et 98°C, le débit total des sources actuelles n’est pas inférieur à 55 l/s. Les eaux sont d’une nature saline, avec une odeur sulfureuse, leurs faciès chimique est bicarbonaté calciques, chloruré sodique, radioactives, avec dégagement d’hydrogène sulfuré. Les indications sont prioritairement rhumatologiques mais aussi respiratoires (ORL et bronches).
  22. 22. Hammam Salhine Hammam Salhine est fréquenté par de nombreux curistes, il enregistre jusqu’à 700 000 visiteurs par an. Il a été aménagé le 20 Septembre 1988 sur la base de l’ancienne source. La température des eaux avoisine 70 °C, elles sont sulfurées et chlorurées sodiques avec un débit de 65 l/s. leur composition chimique leur confère des thérapeutiques indiquées pour les maladies rhumatismales, respiratoires et dermatologiques.
  23. 23. 7. Décrets sur les eaux thermales et le thermalisme (Algerie) D'après le Journal officiel de la République Algérienne N° 13 (3 Safar 1428, 21 février 2007) Décret exécutif n° 07-69 du Aouel Safar 1428 correspondant au 19 février 2007 fixant les conditions et les modalités d'octroi de la concession d'utilisation et d'exploitation des eaux thermales. le décret exécutif n° 94-41 du 17 Chaâbane 1414 correspondant au 29 janvier 1994 portant définition des eaux thermales et réglementant leur protection et leur exploitation.
  24. 24. Définition : Art. 2. : Les eaux thermales sont des eaux captées à partir d'une émergence naturelle ou d'un forage qui, en raison de la nature spéciale de leurs principes, de la stabilité de leurs caractéristiques physiques et de leur composition chimique, peuvent avoir des propriétés thérapeutiques. Art. 5. : Est considéré comme établissement thermal tout établissement utilisant l'eau thermale et ses dérivés à des fins thérapeutiques et de remise en forme.
  25. 25. De la reconnaissance, de la classification, de la surveillance et de la protection des eaux thermales:  Art. 7. . Les eaux thermales font l'objet d’une reconnaissance et sont soumises impérativement à des analyses bactériologiques.  Art. 8. . La reconnaissance des eaux thermales consiste en l'évaluation de l'importance de leurs ressources, l'identification de leurs caractéristiques et la détermination des propriétés thérapeutiques et des soins curatifs correspondants.  Art. 12. . Les eaux thermales doivent faire l'objet d'une surveillance continue des institutions compétentes de l'Etat. La surveillance des eaux thermales au sens du présent décret a pour objet le contrôle de leur stabilité et de leur qualité et peut s'étendre aux installations de leur captage, leur adduction et aux moyens de leur transport
  26. 26. Des conditions d'octroi de la concession: Art. 25. . Le demandeur d'une concession d'utilisation et d'exploitation des eaux thermales doit : 1 - être soit : -propriétaire du terrain sur lequel se trouve le griffon de la source thermale. -justifier d'une aptitude professionnelle, en rapport avec l'activité ou recourir à la collaboration permanente et effective d'une personne physique, chargée de diriger les structures de soins thérapeutiques et de remise en forme, répondant à l'une des conditions suivantes : • soit titulaire d'un diplôme en médecine, • soit titulaire d'un diplôme de technicien supérieur de la santé publique exerçant sous la direction d'un médecin conventionné.
  27. 27. Des modalités d'octroi de la concession Art. 42. Les eaux thermales sont soumises au contrôle inopiné ou annoncé des services de l'État Art. 45. Sans préjudice des dispositions législatives et réglementaires en matière de contrôle, le concessionnaire est tenu d'effectuer, sous le contrôle des services compétents des administrations chargées du thermalisme, de la santé et de l'environnement, chacun en ce qui le concerne, et suivant leurs instructions : -la surveillance et le contrôle de l'eau conformément aux prescriptions législatives et réglementaires en vigueur
  28. 28. Comité technique du thermalisme:  Art. 46. . Il est institué, auprès du ministre chargé du thermalisme, un comité technique du thermalisme chargé : - de donner un avis technique sur le classement des eaux thermales . -de proposer au ministre chargé du thermalisme la déclaration d'intérêt public de certaines sources de haute valeur thérapeutique -d'émettre un avis relatif au plan national de surveillance et de promotion des eaux thermales
  29. 29. 8. Conclusion: Les eaux minérales naturelles exploitées dans les établissements thermaux ont une forte spécificité qui les distingue des eaux destinées à la consommation humaine utilisées dans les centres de balnéothérapie. Elles doivent avoir des propriétés favorables à la santé et respecter des critères précis comme l’origine profonde, la stabilité de leur composition chimique et une pureté originelle notamment microbiologique.
  30. 30. Merci Pour Votre Attention
  31. 31. Références  Guigue S., 1947, ‘‘ Les sources thermo minérales de l’Algérie’’, Etude géochimique, Bulletin du service de la carte géologique de l’Algérie, série 3, volume 2.  Boughalali M, 2003, ‘‘Thermalisme et thalassothérapie en Algérie’’, communication, Revue la Presse thermale et climatique 2003, pp 140,165. Société française d’hydrologie et de climatologie médicale, 2003.  Journal officiel de la République Algérienne N° 13  Boyer M. Le thermalisme dans le grand sud-est de la France. Presses universitaires de Grenoble. Grenoble 2005.

×