i-poèmes
à travers la poésie, les frontières et les écrans

i comme i-voix
i comme images
i comme internet
i comme il y a
Source : Christine Jeanney
Le 18 juin 2011 j’ai lancé sur Twitter un appel (du 18 juin) à
don de photos.
Ma demande est la...
Etape 1 : Photographier
= Prendre une photo originale (insolite,

étrange,
amusante,
fascinante,
étonnante ...) de son env...
Etape 2 : Publier
= Partager cette photo sur le réseau
Twitter, où tous les participants pourront
la voir et la récupérer
...
Etape 3 : Choisir
=
Parcourir
l’ensemble
des
tweets
comprenant le hashtag #imivoix et choisir
une photo que l’on trouve in...
Etape 4 : Regarder
1. Description objective de l'image :
– nommez tous les éléments perçus sur la photo
– identifiez les c...
Description imivoix par Mathilde
Photo de Giolucche

Je vois

Des carrés noirs
Des carrés blancs
Une promenade orange
Des ...
Description imivoix par Bénédicte
Photo de Giulia

Je vois des bateaux amarrés
Je vois des lampadaires allumés
Je vois une...
Description imivoix par Giorgia
Photo d’Agathe

Il y un pont probablement construit pour passer sur un fleuve. 
Le pont es...
Etape 5 : Lire
Enfance (III)
Au bois il y a un oiseau, son chant vous arrête et vous
fait rougir.
Il y a une horloge qui n...
Etape 6 : Ecrire

Vous écrirez un poème en prose
inspiré de la photographie que vous
avez choisie et du poème « Enfance »
...
Etape 7 : Publier
1. Publication de chaque fragment sur Twitter avec
photo jointe. Hashtag : #ipoème
Etape 7 : Publier
2. Publication du poème entier sur le blog i-voix
avec photo insérée :
• titre : i-poème – Titre au choi...
Illumination
Il y a une illumination de vie sur
tes rebords de pierre.
Il y a cet arc qui laisse couler ta
vie.
Il y a le ...
La route des souvenirs
Il y aura un jour, quand la route sera sèche, des
étoiles de végétation qui parcourront la barrière...
Imperceptible déclin
Au coucher du soleil, il y a l'ombre, souriante et rose, du
spectre vivant.
Il y a eu une nuit l'extr...
Famille
A la maison il y a une berceuse, qui cajole ses filles
avec amour.
Il y a des fraises, rouges, entières ou coupées...
Sous un pont
Sous un pont, il y a de l'eau
profonde, le va-et-vient des
vagues vous laisse immeubles
et perdus.
Il y a son...
Carrousel

Au centre il y a une roue, sa hauteur vous fait peur mais elle vous fait
amuser.
Il y a un enfant qui ne veut p...
Prolongements
Poèmes rassemblés
dans un livre numérique

Mise en voix (lycéens français et italiens réunis)

Mise en voix ...
Prolongements

Voyage à travers l’écran
i-poème de voyage
Il y avait des volets ouverts.
Il y a eu des draps qui ondulaient à la
fenêtre, comme les ailes d'un ois...
i-poème de voyage

Il y avait la fraîcheur des jours heureux et la chaleur de ceux qui sont perdus.
Il y avait les soupirs...
i-poème de voyage
  

Il y a la douceur bleutée imprimée dans
nos cœurs.
 
Il y a eu nous sur le dos courbé du Vieux
Pont....
i-poèmes
Créations des lycéens français et italiens
du projet eTwinning i-voix
Un travail collaboratif, numérique et poéti...
Présentation du projet i poèmes
Présentation du projet i poèmes
Présentation du projet i poèmes
Présentation du projet i poèmes
Présentation du projet i poèmes
Présentation du projet i poèmes
Présentation du projet i poèmes
Présentation du projet i poèmes
Présentation du projet i poèmes
Présentation du projet i poèmes
Présentation du projet i poèmes
Présentation du projet i poèmes
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Présentation du projet i poèmes

1 525 vues

Publié le

Un travail d'écriture poétique, collaborative et numérique, réalisé conjointement par les premières L du lycée de l’Iroise à Brest et des lycéens italiens apprenant le français au Liceo Cecioni à Livourne dans le cadre du projet eTwinning i-voix. L'expérience des i-poèmes montre comment faire d’internet en général, de Twitter en particulier un réseau à la fois social, créatif et pédagogique.

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 525
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 022
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Présentation du projet i poèmes

  1. 1. i-poèmes à travers la poésie, les frontières et les écrans i comme i-voix i comme images i comme internet i comme il y a
  2. 2. Source : Christine Jeanney Le 18 juin 2011 j’ai lancé sur Twitter un appel (du 18 juin) à don de photos. Ma demande est la plus large et la plus vague possible, aucune consigne sur ce qu’elles peuvent représenter ou leur format, parce que j’aime les surprises. C’est justement ce que je cherche, ne pas savoir à l’avance ce qu’il y aura sur la photo qu’on m’enverra. J’enregistre toutes les photos reçues dans un dossier nommé Todo liste. Chaque matin, j’en choisis une, plutôt à l’instinct, sans idée préconçue, parfois sans même avoir regardé la photo trop précisément, je préfère, il y a là-dedans une sorte de logique qui m’échappe. Je me donne ensuite la journée pour écrire une liste de 4 points /occurrences /choses à faire, à dire ou à penser en réaction / réponse / écho à cette photo, ma « Todo liste ». Le résultat est mis en ligne à 00h01 sur le blog tentatives. Parfois, j’écris le texte d’un seul jet, d’autres fois, il me faut la journée entière et je le modifie jusqu’à 23h59. En fait, c’est presque un jeu de déplacement : la photo se déplace vers moi, elle vient de je ne sais où, et moi je me déplace vers elle, un endroit surprenant, ça donne un texte imprévisible, avec des pistes qui partent presque sans moi, que je n’ai qu’à suivre, ou à débusquer. C’est une drôle d’expérience, à la fois sous contrainte et très libre. C’est ça, les Todo listes. Christine Jeanney
  3. 3. Etape 1 : Photographier = Prendre une photo originale (insolite, étrange, amusante, fascinante, étonnante ...) de son environnement But : faites découvrir à vos camarades une image originale de votre ville (ou région)
  4. 4. Etape 2 : Publier = Partager cette photo sur le réseau Twitter, où tous les participants pourront la voir et la récupérer Consigne : tweeter au moins une photo en utilisant le hashtag #imivoix (pour « image i-voix ») et en précisant le lieu
  5. 5. Etape 3 : Choisir = Parcourir l’ensemble des tweets comprenant le hashtag #imivoix et choisir une photo que l’on trouve intéressante, susceptible d’inspirer l’écriture Conseil : choisir de préférence une photo qui a été envoyée par un élève de l’autre pays et qui n’a pas été encore choisie par quelqu’un
  6. 6. Etape 4 : Regarder 1. Description objective de l'image : – nommez tous les éléments perçus sur la photo – identifiez les caractéristiques iconographiques : couleurs, effets d’ombre ou de lumière, cadrage, jeux sur les lignes, les formes, les plans … 1. Description subjective de l'image : expliquez les effets produits par la photo = sentiments ? sensations ? impressions ? connotations ? rêves ? souvenirs ? réflexions ?...
  7. 7. Description imivoix par Mathilde Photo de Giolucche Je vois Des carrés noirs Des carrés blancs Une promenade orange Des arbres, des arbustes et des palmiers Des plans d'herbe Un banc Une arche beige Un bout de barrière Un lampadaire Un autre lampadaire Encore un lampadaire Une route cachée par les haies Quatre immeubles à gauche Trois immeubles à droite Un tas de fenêtres (au moins cent) Des volets ouverts et des volets fermés Quelques voitures coupées Deux ou trois nuages Un immense ciel bleu Deux antennes qui pointent vers l'infini Des balcons ensoleillés   Caractéristiques iconographiques Jeu de formes avec le carrelage noir et blanc Jeu de lignes avec les poteaux des lampadaires et ceux de l'arche Premier blanc : sol, noir et blanc Second plan : Parc et arche Troisième plan : immeubles et rue Dernier plan : ciel Cadrage un peu penché vers la gauche Cassure entre les couleurs chaleureuses de l'arche et des immeubles et la froideur du sol en premier plan Description subjective Impression de déjà vu car il y a un genre d'arche à Brest (quartier Siam). Mais impression de nouveau car les couleurs sont complètement différentes. Souvenirs de ma mamie qui faisait des crêpes dans la cuisine grâce au sol quadrillé noir et blanc. Nostalgie du ciel bleu qu'on n’a que très rarement à Brest. Souvenir de mes vacances à Montpellier grâce aux couleurs des immeubles. Les lampadaires du premier plan me font penser à des lunes. La route et les voitures sont cachées comme si on voulait les cacher de la beauté de la simplicité. La petite barrière à droite sert à stopper la suite de carrés noirs et blancs qui semblent courir vers l'infini. Les palmiers fanés au milieu me rappellent les palmiers tout secs de la palmeraie de Marrakech.
  8. 8. Description imivoix par Bénédicte Photo de Giulia Je vois des bateaux amarrés Je vois des lampadaires allumés Je vois une foule de gens Je vois des chaises en plastique Je vois des grands bâtiments de chaque côté du canal Je vois des fenêtres Je vois un fil électrique  Je vois un pont joignant les deux quais Je vois des toiles en plastique bleu La lumière des lampadaires se reflète dans l'eau, cela donne l'impression de voir un miroir de la ville. La photo possède des traits linéaires importants. Par exemple les lignes des deux quais ainsi que le contour des immeubles et des fenêtres. Tout cela est très rectiligne, ce qui donne un aspect structuré à la photo. Le dessus du pont est dans cette continuité.  Mais le dessous du pont est en forme de demi cercle, il est en plein milieu de la photo ce qui vient casser ce rythme, il y a comme un rupture. De plus, ce demi cercle est accentué par son reflet dans l'eau. Malgré ça, j'ai l'impression et j'ai envie que cette ville continue avec plus de lumières plus de bateaux, plus gens, plus de reflets... De plus les couleurs font partie intégrante de la photo. Au fond, on remarque une masse colorée, jaune, vert, bleu rouge... Ce qui me donne envie de penser que c'est un arlequin qui déambule dans les rues de la ville. Les façades des bâtiments sont également rehaussées de blanc, de rose ou encore de gris, ce qui se marie bien ensemble. Malgré les nombreux détails présents, l'image reste agréable à regarder. Lorsque j'ai vu cette photo pour la première fois, je n'avais qu'une envie : m'y glisser et siroter un verre au bord du quai ou encore me mêler à cette foule. Cette photo m'a donné envie de danser, il y a comme un aspect festif qui émane d’elle. J'ai juste envie de prendre un bateau et d'aller me balader sur le canal pour m'enfoncer loin, loin dans la nuit !
  9. 9. Description imivoix par Giorgia Photo d’Agathe Il y un pont probablement construit pour passer sur un fleuve.  Le pont est totalement soutenu par des arbres mais loin on peut voir aussi des maisons et d'autres immeubles. Le pont a une forme très particulière, en effet il y a deux grands triangles liés à la rue par des cordes.  Les couleurs sont froides, en effet il y a les différentes nuances vertes des arbres, le bleu de l'eau, le gris du pont, le bleu clair du ciel. Il y un effet d'ombre du pont sur l'eau, le cadrage est d'un côté, les lignes des cordes sont toutes parallèles mais la base du pont est perpendiculaire à la rue. Les formes sont les deux triangles du pont, la ligne du pont où il y a la rue et les cônes des arbres. La photo trasmet une sensation de solitude, selon-moi, parce-que dans le pont il n'y a pas de voitures ou de personnes, dans le ciel il n'y a pas de oiseaux, tout est libre et silencieux. Cette image me souvient d'un jour de pluie (même s'il n'y a pas de neige ou de pluie), quand les personnes sont toutes ou à travailler ou à la maison, quand le climat est froid. Le ciel n'est pas nuageux, mais il y un petit nuage sur le fond, le ciel est triste. Les impressions que j'ai eues quand j'ai vu cette image sont de tristesse et de mélancolie, l'image à un connotation negative selonmoi.
  10. 10. Etape 5 : Lire Enfance (III) Au bois il y a un oiseau, son chant vous arrête et vous fait rougir. Il y a une horloge qui ne sonne pas. Il y a une fondrière avec un nid de bêtes blanches. Il y a une cathédrale qui descend et un lac qui monte. Il y a une petite voiture abandonnée dans le taillis, ou qui descend le sentier en courant, enrubannée. Il y a une troupe de petits comédiens en costumes, aperçus sur la route à travers la lisière du bois. Il y a enfin, quand l’on a faim et soif, quelqu’un qui vous chasse. Arthur Rimbaud Illuminations (1886)
  11. 11. Etape 6 : Ecrire Vous écrirez un poème en prose inspiré de la photographie que vous avez choisie et du poème « Enfance » de Rimbaud.
  12. 12. Etape 7 : Publier 1. Publication de chaque fragment sur Twitter avec photo jointe. Hashtag : #ipoème
  13. 13. Etape 7 : Publier 2. Publication du poème entier sur le blog i-voix avec photo insérée : • titre : i-poème – Titre au choix • catégorie : Poésie – divers • indication dans l’article : « poème en prose réalisé à partir d’une photo de … adressée via Twitter par … »
  14. 14. Illumination Il y a une illumination de vie sur tes rebords de pierre. Il y a cet arc qui laisse couler ta vie. Il y a le lieu, miroir d'embarcations inanimées. Il y a ces grands bâtiments qui sillonnent tes quais, s'engouffrent dans la pénombre de la nuit. Il y aura toi traversé par un canal inabouti . Il y aura toi piétiné par des sandales usées . Il y aura toi éclairé par un semblant d'impatience. Poème en prose écrit par Bénédicte à partir d’une photo partagée par Giulia
  15. 15. La route des souvenirs Il y aura un jour, quand la route sera sèche, des étoiles de végétation qui parcourront la barrière de métal. Il y a l'odeur de la mousse humide qui se mêle à l'odeur de la vie. Il y a une ligne blanche qui aspire la toile sombre du ciel. Il y a des ombres colorées qui dansent comme des petites lumières. Il y a des cailloux brillants qui glissent et des feuilles d'or qui s'immobilisent. Il y a la verdure qui s'écaille sur le mur qui s'égare. Il y a eu une fois sur les branches de cet arbre, un oiseau endormi qui chantait. Il y aura, malgré la neige ou la pluie, un grand feu qui illuminera la nuit. Poème en prose écrit par Léa à partir d’une photo partagée par Elisa
  16. 16. Imperceptible déclin Au coucher du soleil, il y a l'ombre, souriante et rose, du spectre vivant. Il y a eu une nuit l'extrême clarté du brouillard. Il y a eu la crédulité des chaînes libres et sauvages. Il y a eu dans le vide l'envol des plumes vertes. Il y a eu une nuit la cécité saisissante de l'éblouissement. Il y a une brûlure glacée, qui survole de la dentelle obscure. Il y a des rayons aiguisés qui transpercent le ciel de plaies blanches. Il y a un organe asséché, apeuré des couleurs chatoyantes. Il y a de la poussière blanche qui scintille sur des aspérités noirâtres. Il y aura un jour l'insolente rondeur de l'astre qui resplendira. Poème en prose écrit par Jeanne à partir d’une photo partagée par Valerio
  17. 17. Famille A la maison il y a une berceuse, qui cajole ses filles avec amour. Il y a des fraises, rouges, entières ou coupées de moitié, qui, ensemble, peignent des lignes légères, en harmonie. Il y a un nid, mignon et agréable, qui défend les secrets les plus chers d'une famille unie. Il y a une façade de pierres et béton avec des blanches ouvertures qui laissent la place à l'imagination humaine. Il y a mon petit cœur chaviré par mille mémoires, qui joue avec mon triste sourire et mes larmes heureuses. Il y a mon corps encore enfant, qui a besoin d'une étreinte amicale. Il y a, enfin, quand je suis confuse dans un vide infini,  un rayon de lumière qui serre mes mains. Poème en prose écrit par Rebecca à partir d’une photo partagée par Théo
  18. 18. Sous un pont Sous un pont, il y a de l'eau profonde, le va-et-vient des vagues vous laisse immeubles et perdus. Il y a son ombre qui ne manque jamais. Il y a une rue avec la frénésie de la vie de la cité. Il y a la nature qui se tait et la cité qui résonne. Il y a enfin, quand on pense à un pont, quelqu'un qui a peur et qui souffre de vertiges. Poème en prose écrit par Giorgia à partir d’une photo partagée par Agathe
  19. 19. Carrousel Au centre il y a une roue, sa hauteur vous fait peur mais elle vous fait amuser. Il y a un enfant qui ne veut pas rentrer à la maison. Il y a un carrousel avec des jouets colorés. Il y a, enfin, un clocher qui sonne et qui perce le ciel.    Poème en prose écrit par Giulia à partir d’une photo partagée par Margaux
  20. 20. Prolongements Poèmes rassemblés dans un livre numérique Mise en voix (lycéens français et italiens réunis) Mise en voix (et en musique)
  21. 21. Prolongements Voyage à travers l’écran
  22. 22. i-poème de voyage Il y avait des volets ouverts. Il y a eu des draps qui ondulaient à la fenêtre, comme les ailes d'un oiseau. Il y a une petite fille qui aimerait goûter la fraîcheur de l'eau, et frissonner de plaisir aux caresses du vent dans sa nuque. Il y a un miroir bleu et profond dans lequel des vies se reflètent. Il y a eu des voix qui résonnent, des rires qui persistent et des pleurs qui s'oublient. Il y a toi au loin, et moi à l'autre bout du pont. Il y aura nous enlacés entre les vies, qui partagerons nos saveurs. Il y aura des volets fermés. Photo de Florence et poème en prose par Candice
  23. 23. i-poème de voyage Il y avait la fraîcheur des jours heureux et la chaleur de ceux qui sont perdus. Il y avait les soupirs vaporeux et l'ennui des cœurs corrompus. Il y a dans l'obscurité la lumière des mémoires qui recrachent vos souvenirs.  Photo de Livourne et poème en prose par Juliette V.
  24. 24. i-poème de voyage    Il y a la douceur bleutée imprimée dans nos cœurs.   Il y a eu nous sur le dos courbé du Vieux Pont. Il y a eu son corps agité de joailleries. Il y a eu l'extrémité de nos doigts sur les plis de sa vie.   Il y a des voix du monde rond qui jamais ne cesseront. Photo de Florence et poème en prose par Jeanne
  25. 25. i-poèmes Créations des lycéens français et italiens du projet eTwinning i-voix Un travail collaboratif, numérique et poétique réalisé via Twitter http://www.i-voix.net

×