Article                                                                        Ecrit par : Issam OURRAI                   ...
Bibliographie  1. BIB1 : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/survie/75912  2. BIB2        :      http://www.laro...
PréfaceCet article est le fruit d’une réflexion menée durant plus d’une année sur l’adaptabilité des manuelset méthodes de...
Survie d’une entreprise : Le cas d’une Fusion-acquisitionIl va sans dire que toute proportion étant gardée, les enjeux ne ...
Accord de principe : Si les dirigeants sont d’accord sur cette action, un accord de principe est          établi et les po...
Karl weick définit l’organisation et les rôles dans l’équipe, car l’équipe selon lui est une organisationcorrespondant à c...
Nous allons nous baser sur les rôles tels que définis par Mintzberg, et sur l’article de Karl Weick « Thecollapse of sense...
Cette image prise en compte, et toutes choses étant égales, est intégrée par notre organisationétudiée. Où l’exécutant (Sa...
Ce stage m’a ouvert les yeux sur le fait que l’idée suivante :        “En entreprise, on fait parfois face à des situation...
Conscience microDans cette phase, comme dans un cas de survie humaine, la priorité est la personne en tant quepersonne et ...
Naviguer : Se fixer une direction (direction fixée dans un future donné, d’où l’usage des             techniques de prospe...
ConclusionLes techniques de survies utilisées par les militaires, dans un cadre de bushcraft17 ou d’un accident18peuvent ê...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Survie militaire vs survie d’entreprise

647 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
647
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Survie militaire vs survie d’entreprise

  1. 1. Article Ecrit par : Issam OURRAI Conservatoire National des Arts et Métiers – CNAM - Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Sciences de lAction – LIRSA -1 Article | Survie militaire, survie d’entreprise : Convergence et divergence
  2. 2. Bibliographie 1. BIB1 : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/survie/75912 2. BIB2 : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/fusion-acquisition_fusions- acquisitions/35676 3. BIB3 : The collapse of sensemaking in organizations: The Mann Gulch disaster Weick, Karl E "Administrative Science Quarterly; Dec 1993; 38, 4; ABI/INFORM Global" pg. 628 4. BIB4 : Le management, Voyage au centre des organisations Henry MINTZBERG, Edition d’Organisation – Eyrolles. Deuxième édition revue et corrigée 5. BIB5 : 127 Hours: Between a Rock and a Hard Place Aron Ralston 6. BIB6 : Into the Wild Jon Krakauer 7. BIB7 : 127 Hours: puissant bras-de-fer avec la mort Sonia Sarfati http://moncinema.cyberpresse.ca/nouvelles-et-critiques/critiques/critique-cinema/13318- i127-hoursi-puissant-bras-de-fer-avec-la-mort.html 8. BIB8 : Discovery Channel:Secrets Of Seal Team 6 http://www.youtube.com/watch?v=hrpQJpvQ_vI 9. BIB9: Socom US Navy Seals Documentary http://www.youtube.com/watch?v=jqDDcEkstic 10. BIB10 : SAS Survival Secrets Sabre http://www.youtube.com/watch?v=1I3FVlCUvfc&feature=related 11. BIB11 : SAS Heroes: Last Stand In Oman http://www.youtube.com/watch?v=kxmtbMFGSXo 12. BIB12 : www.stage-de-survie.com 13. BIB13 : Souffrance au travail, la faute au management ? http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-du-personnel/souffrance-au-travail-la-faute-au- management_14242.html 14. BIB 14 : Le « Management de la menace » ou la souffrance au travail http://miconnect.wordpress.com/2011/04/15/le-%C2%AB-management-de-la-menace- %C2%BB-ou-la-souffrance-au-travail/ 2 Bibliographie | Survie militaire, survie d’entreprise : Convergence et divergence
  3. 3. PréfaceCet article est le fruit d’une réflexion menée durant plus d’une année sur l’adaptabilité des manuelset méthodes de survie militaire au monde de l’entreprise.Cette thématique faisant objet d’un travail (Mémoire propédeutique) de recherche, le présent articleintroduira une vision globale du sujet voulu.Pour le terrain, toute ressemblance avec une entreprise réelle est complètement fortuite. Pour ce quiest de la survie, je me baserai sur des connaissances acquises lors de différents stages de survieeffectués en France (Région d’Embrun dans les hautes alpes).Pour la partie team-building, je me baserai sur mon expérience au sein de la section marocained’Amnesty International où je fus coordinateur national du réseau de jeunes chargé de recruter,former et animer les membres de ce réseau.Pour la partie prospective, je me baserai sur un travail effectué dans le cadre d’un master1professionnel au Conservatoire National des Arts et Métiers pour la session de Janvier20112.IntroductionLe dictionnaire Larousse3 défini la survie comme suit : Survie Nom féminin Fait de survivre, de continuer à vivre : Un malade en survie. Prolongement de lexistence au-delà de la mort. Prolongation dune activité au-delà du moment où elle semblait menacée de disparition : La survie dune entreprise.Dans le cadre de cet article, nous allons essayer de faire le parallèle entre survie d’entreprise et lasurvie humaine dans des conditions de crise.Afin de pouvoir étudier les différentes étapes du processus de survie, nous proposons deux cas (unpour la survie humaine et l’autre pour la survie d’une entreprise) : Survie humaine : Cas de survie à un accident (crash d’hélicoptère, accident en nature loin des secours,…)1 Master Droit, économie et gestion mention management spécialité prospective, innovation, stratégie etorganisation (voie professionnelle) http://mip-ms.cnam.fr/masters-licences/master-prospective-innovation-strategie-innovation/master-droit-economie-et-gestion-mention-management-specialite-prospective-innovation-strategie-et-organisation-voie-professionnelle--411282.kjsp?RH=1301314813810&RF=13170309016512 La prospective peut-elle être utilisée comme un moyen de conciliation sociale? « Cas d’application des chartesdes droits de l’Homme au Maroc à l’horizon 2030»3 http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/survie/75912 3 Préface | Survie militaire, survie d’entreprise : Convergence et divergence
  4. 4. Survie d’une entreprise : Le cas d’une Fusion-acquisitionIl va sans dire que toute proportion étant gardée, les enjeux ne sont pas les même. Dans le cas de lasurvie humaine l’enjeu est vital, des vies en dépendent. Par contre dans le cas de la survied’entreprise, seul l’existence économique de l’entreprise est en jeu.La fusion-acquisition est définie par le Larousse4 : Fusion-acquisition Nom féminin Acquisition dune ou plusieurs sociétés par une autre, aboutissant généralement à la création dune nouvelle entité.Avant de commencer à parler de survie, nous allons essayer de poser le cadre du travail, ainsi que lespistes qui seront étudiées. Pour cela nous allons suivre le cheminement suivant : Qu’est-ce qu’un choc, ou du moins la définition que nous allons retenir pour le terme « Choc » Définition de l’entité étudiée Le choc tel que vécu par une équipe dans l’organisation étudiée Convergence et divergence entre le choc étudié et des situations de survie militaire Pistes de réflexion et proposition de méthode ConclusionLe chocKarl Weick, dans son article « The Collapse of Sensemaking in Organizations: The Mann GulchDisaster », défini un choc comme une situation englobant un épisode cosmologique (cosmologyepisode) qui ressemble fortement à une situation de « Vu-jadé ».Une situation de Vu-jadé est définie comme suit par Karl Weick : “vu jàdé-the opposite of déjà vu: Ive never been here before, l have no idea where I am, and I have no idea who can help me”.5Partant de cette définition, que nous adoptons pour cet article, en quoi une opération de fusion-acquisition peut-elle être perçue comme un choc ?Lors d’une opération de fusion-acquisition, il existe plusieurs phases : Discussion/approche : Les dirigeants des deux entreprises (celle qui souhaite procéder à l’acquisition, et celle qui souhaite se faire acquérir) se rencontrent de façon informelle pour discuter de l’opportunité d’une telle action.4 http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/fusion-acquisition_fusions-acquisitions/356765 BIB3, Page2 “Bibliographie” 4 Le choc | Survie militaire, survie d’entreprise : Convergence et divergence
  5. 5. Accord de principe : Si les dirigeants sont d’accord sur cette action, un accord de principe est établi et les pourparlers sont lancés pour conclure l’accord. o Entre temps, une phase de rumeur commence, des informations sur le deal potentiel commencent à être diffusées de façon informelle (Ces informations sont généralement qualifiées de fuites). o Ces fuites peuvent être initiées par les Directions en contact afin de tâter le terrain, et d’essayer d’identifier les signaux faibles avant de procéder à la transaction. Conclusion de l’accord : Si les parties (dirigeants des deux camps) se mettent d’accord sur la transaction, l’opération de fusion-acquisition est conclue. Application de l’accord : Après avoir accompli les formalités, rassuré (du moins essayer de rassurer) les équipes de la société absorbée, signé les contrats et fait appel à une société spécialisée dans la fusion-acquisition afin de définir les étapes et le plan de cette fusion- acquisition. Ceci fait, l’exécution commence, et c’est là où nous nous intéressant à ce processus en nous mettant dans la posture de la société qui se fait acquérir, et en nous positionnant au niveau d’une équipe définie.L’équipe :Imaginons une équipe constituée de trois managers et de huit personnes dépendant directement dela Direction de la société absorbée. Direction Manager BU Manager 4 salariés Distribution équipe 1 Manager équipe 2Fig1 : L’équipePosons en parallèle à cette organisation, l’organisation de l’équipe de pompier qui a été parachutéepour mettre fin à l’incendie de « Mann Gulch ». 5 L’équipe : | Survie militaire, survie d’entreprise : Convergence et divergence
  6. 6. Karl weick définit l’organisation et les rôles dans l’équipe, car l’équipe selon lui est une organisationcorrespondant à cinq critères définit par Mintzberg6, comme suit : Le leader : Evalue la situation, prend des décisions, donne des ordres, donne le rythme, et identifie les voies dévacuation. Le second : Ferme la marche, répète les ordres, vérifie que les ordres sont compris, aide les membres de l’équipe à coordonner leur actions ; tend à se rapprocher de léquipage et plus proche d’eux que ne l’est le leader. L’équipe : Léquipage procède à toutes les tâches nécessaires pour mettre fin au feu.On remarque qu’il existe une ressemblance entre les deux structures, notamment dans la place du« Leader/Manager ». Avant d’aller plus loin, définissons le rôle du manager, pour cela nous allonsadopter la définition donnée par Mintzberg7 : Autorité formalisée et statut Les rôles interpersonnels Le Manager Les rôles liés à l’information Les rôles décisionnels6 The Mann Gulch crew fits the five criteria for a simple organizational structure proposed byMintzberg (1983: 158). These five include coordination by direct supervision, strategy planned at thetop, little formalized behavior, organic structure, and the person in charge tending to formulate plansintuitively, meaning that the plans are generally a direct "extension of his own personality." BIB37 BIB4 ; Page 37 6 L’équipe : | Survie militaire, survie d’entreprise : Convergence et divergence
  7. 7. Nous allons nous baser sur les rôles tels que définis par Mintzberg, et sur l’article de Karl Weick « Thecollapse of sensemaking in organizations: The Mann Gulch disaster », nous allons essayer d’apporterune comparaison entre la survie en entreprise (L’entité définie) et deux cas de survie :Le premier étant l’opération OMAN où une équipe de la « Special Air Service (SAS)8 » (6 personnes) adue survivre à une attaque dévastatrice de 300 combattants.Le deuxième étant le cas de « Aron Ralston » qui, bloqué par un rochet, a du se couper un bras poursurvivre.La cohésion une voie vers le salut (Opération Oman)Dans cette partie, nous allons plus nous inspirer de l’esprit de cette histoire plus que des détails.Lors de l’opération OMAN, une équipe des SAS a été chargée de protéger un village. Pour cela il yavait une organisation à trois étages : Avant-postes : o Constitué d’éléments Omaniens loyalistes. o Chargé de veiller à ce que personne ne puisse traverser la montagne. o Si des éléments hostiles lancent l’attaque, donner l’alerte. Armes lourdes : o Constitué de deux éléments SAS (Une personne d’origine Fidjienne « Ce détail a son importance ») o Dispose d’une arme lourde (Canon) o Dispose d’un mortier a une portée moyenne Dernier rempart : o Constitué de quatre éléments (Une personne d’origine Fidjienne « Ce détail a son importance ») o Armé de mortiers de longue portée, et d’armes automatiques.Un jour, au petit matin, l’équipe des SAS s’est retrouvé faisant face à 300 combattants hostiles (Aprèsque les membres des avant-postes aient étés tués).Après une journée d’affrontement, l’équipe SAS a non seulement survécu, mais a défendu son posteet a accompli sa mission en minimisant les pertes (1 homme mort et un blessé).L’un des épisodes importants qui a constitué cette bataille, c’est l’initiative prise par un élément SASde l’équipe du dernier rempart (L’unique Fidjien) pour aller secourir son ami Fidjien qui faisait partiede l’équipe Armes lourdes (après que ce dernier ait été touché par balle).Grâce à cette cohésion, l’un des mythes fondateur du SAS, l’équipe invisible qui survit à tous et peutaffronter tous les dangers.8 Unité spéciale de l’armée anglaise : http://www.sasspecialairservice.com/ 7 La cohésion une voie vers le salut (Opération Oman) | Survie militaire, survie d’entreprise : Convergence et divergence
  8. 8. Cette image prise en compte, et toutes choses étant égales, est intégrée par notre organisationétudiée. Où l’exécutant (Salarié hors managers) n’hésite pas à prendre des initiatives pour aider lescollègues (Amis) sans attendre d’avoir des instructions du management.Identifier l’essentiel, survivre grâce aux priorités (Aron Ralston)Aron Ralston a vu sa vie bousculer, en pratiquant son sport favori (l’alpinisme), s’est retrouvé le brasbloqué par un rochet pendant 127 heures. Durant cette période, rationalisation de l’usage desressources, tentative de sortie,…En fin de compte, la seule solution devant Aron Ralston était de se couper le bras (En se cassant lebras).Ce qu’on peut retenir de cette expérience, c’est que : Dans des circonstances extrêmes, il faut savoirse séparer de certaines parties encombrantes.Ce qui est un bras pour un être humain, représente une aptitude dans une entreprise. Chose quinous renvoie vers la notion de « Core copetencies9 ».Survivre en 4 étapes : Le bushcraft en entrepriseLors d’un stage de survie que j’ai suivi avec Fred10, quelle fut ma surprise lorsqu’il a annoncé selon luiles quatres étapes de survie, des étapes qu’il résume sous l’homonyme P.L.A.N11. Le P.L.A.N. peut-être résumé comme : P : Pour Protection. La protection passe par quatre étapes : 1. Se protéger soit même (intégrité physique) 2. Vérifier les outils dont on dispose 3. Vérifier l’état du groupe 4. Veiller à l’intégrité des corps des composants du groupe 5. Veiller au mentale du groupe L : Pour Localisation. Où je suis ?. A : Pour Appauvrissement des ressources. Rationnaliser les ressources disponibles et veiller à les maintenir et les approvisionner N : Pour Navigation. Où je veux aller ? Comment y aller ? et comment pouvoir revenir sur mes pas au cas où ? (Revenir et par la même occasion indiquer le chemin à suivre si des équipes sont à notre recherche) .9 http://searchcio-midmarket.techtarget.com/definition/core-competency10 Fred est instructeur en survie pour le compte du site : www.stage-de-survie.com11 Repris par le site http://www.voyage-extreme.com/survivre-a-toutes-les-situations-grace-au-plan/, dont unadministrateur a suivi le même stage que moi. 8 Identifier l’essentiel, survivre grâce aux priorités (Aron Ralston) | Survie militaire, survie d’entreprise : Convergence et divergence
  9. 9. Ce stage m’a ouvert les yeux sur le fait que l’idée suivante : “En entreprise, on fait parfois face à des situations de survie. Quand face à un choc, des groupes/personnes doivent s’organiser pour survivre. Notamment en cas de Fusion- acquisition. Toutes les actions qui suivent la fusion-acquisition peuvent être perçues comme un choc. Pour cela nous allons proposer une méthode de survie inspirer de la survie en forêt et des manuels de survies militaires, ainsi que de la prospective.”La prospective en tant qu’outils de fédération (Proposition deméthode)Nous allons proposer une méthode en cinq étapes :Etapes 0 : Le chocAprès une Fusion-acquisition, des changements se sont produits dans notre entreprise étudiée, deschangements qui on touchés l’équipe étudiée :1. Avant le choc (2 ans avant): Démission de 60% des effectifs.2. Avant le choc : Remplacement de 50% des personnes ayant quittées.3. Equipe sous dimensionnée, charge de travail augmentant, l’équipe s’engage et répond à toutes ses obligations.4. Le rachat.5. Equipe sous dimensionnée, charge de travail augmentant, l’équipe continue son engagement et répond à toutes ses obligations.6. Le mode de management par le MANAGER BU12 (Management par la souffrance1314).7. Absence de sens, le seul sens donné au travail est purement financier (contrats gagnés, chiffre faits, primes {appelés Bonus dans l’organisation étudiée},…)8. Arrivé à la période des bonus, l’équipe étudiée s’est faite dire « Nous avons fait plus que nos chiffre, mais d’autres équipes non, donc les bonus c’est cela ».9. Perte de sens, état de vu jàdéEtapes 1 : La conscienceNous allons découper les phases de conscience, comme dans un accident, conscience micro, macroet globale.12 Fig1 : L’équipe13 http://miconnect.wordpress.com/2011/04/15/le-%C2%AB-management-de-la-menace-%C2%BB-ou-la-souffrance-au-travail/14 http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-du-personnel/souffrance-au-travail-la-faute-au-management_14242.html 9 Ce stage m’a ouvert les yeux sur le fait que l’idée suivante : | Survie militaire, survie d’entreprise : Convergence et divergence
  10. 10. Conscience microDans cette phase, comme dans un cas de survie humaine, la priorité est la personne en tant quepersonne et non en tant que partie de l’organisation.Conscience macroDans cette phase, nous allons nous intéresser à l’équipe étudiée. Comment cette dite équipe pourrasurvivre en tant qu’équipe ?Conscience globaleDans cette phase, nous allons nous intéresser à l’entreprise en tant qu’entité. Comment cetteorganisation pourra survivre en tant qu’entité ?Etapes 2 : La constructionLa construction de la survie, commence par la phase micro, macro et pour finir la global.Conscience microNous définissons la conscience micro comme la prise de conscience au niveau personnel, que lastructure dont on fait partie est en train de changer, et qu’elle passe par un épisode cosmologique15.C’est dans cette phase où l’usage du P.L.A.N se révèle nécessaire. Se protéger : Contre les changements/agressions. Se localiser : Chercher sa place au sein de l’organisation. S’approvisionner : Trouver les ressources morales pour avancer. Naviguer : Se fixer une direction et un but, dans l’absence de leader, pour y arriver.Une fois cette démarche personnelle établie, la transition du niveau micro a macro dépend de larupture du mur de silence.Conscience macroLe mur de silence tombé, des microgroupes se forment en se basant sur les affinités personnelles.Les affinités définies, les microgroupes s’approchent, fusionnent et forment un bloc (Il va sans direque comme dans tous les groupes il existe des personnes qui ne s’associent a aucun groupe et de faitsont hors de tous groupes).De cette conscience des mécanismes se créent, qu’on peut modéliser avec le PLAN : Se protéger : Contre les changements/agressions de la part du management et des autres équipes. Se localiser : Chercher la place du groupe au sein de l’organisation. S’approvisionner : Trouver les ressources morale pour avancer, veiller à ce que le groupe ne se dissout pas.15 BIB3, Page2 “Bibliographie” 10 La prospective en tant qu’outils de fédération (Proposition de méthode) | Survie militaire, survie d’entreprise : Convergence et divergence
  11. 11. Naviguer : Se fixer une direction (direction fixée dans un future donné, d’où l’usage des techniques de prospective) et un but, dans l’absence de leader, pour y arriver.Conscience globaleGénéralement rare, et ne peut être perceptible que quand il est trop tard, à des moments où larupture est inévitable.Cette rupture peut être formalisée par une démission, ou une augmentation du taux de turn over(Dans l’équipe étudiée il est admis qu’un turn over de 60% à 80% tous les deux ans).Une façon alternative, en prenant comme hypothèse que la Direction de l’organisation étudiéedonne de la valeur à ses ressources humaines, serait de maitre en place des questionnaires réguliersen suivant le modèle de l’abaque de renier16 .Les résultats de ce questionnaire peuvent être assez surprenants, reste à ce que cette démarche soitsincère et menant vers une action, car dans le cas contraire ce ne serait qu’une soupape enattendant l’explosion.Cette conscience peut aussi se baser sur une concentration orientée « core competéncies », allantdans des cas extrêmes à l’arrêt d’une activité (Ce qui reviendrait à Aron Ralston se coupant son bras).Un des signaux faibles indiquant cette orientation peut être l’appel à des consultants externes au lieude recruter de nouvelles personnes.Etapes 3 : L’action (vers une résilience)Une fois le choc subi, et les mécanismes acquis. L’organisation (Equipe étudiée) acquière un systèmede rôle virtuel.C’est ce système de rôle virtuel qui permet à l’équipe étudiée de naviguer d’une façon dynamique etproactive face aux problèmes rencontrés.Ces aptitudes : S’adapter aux situations rencontrées. Définir des rôles virtuels en l’absence de leader identifié. En l’absence d’un Manager de BU (Manager au sens de Mintzberg).Ces aptitudes citées sont une sorte de résilience celle vers laquelle l’équipe tend.Etapes 4 : L’évaluationCette approche est basée sur les volontés personnelles, et l’engagement de tous les membres del’équipe (ou du moins d’une partie des membres de l’équipe).Une évaluation permanente est à mettre en œuvre afin de veiller à ce que les liens crées sonttoujours aussi dures et résistants.16 http://escoleta.free.fr/IMG/pdf/abaque_de_Regnier_09.pdf 11 La prospective en tant qu’outils de fédération (Proposition de méthode) | Survie militaire, survie d’entreprise : Convergence et divergence
  12. 12. ConclusionLes techniques de survies utilisées par les militaires, dans un cadre de bushcraft17 ou d’un accident18peuvent être adaptées à une survie en Entreprise. Nonobstant certaines questions restent à poser: Comment faire en sorte que ce savoir soit transmis ? Dans le cas d’absence de volonté collective, des systèmes de coaching peuvent-ils être mis en place ? Qui pourrait être le détenteur de ce rôle ?17 http://fr.wikipedia.org/wiki/Bushcraft18 BIB5 12 Conclusion | Survie militaire, survie d’entreprise : Convergence et divergence

×