La nouvelle ocm unique julien turenne

2 027 vues

Publié le

"La PAC dans tous ses Etats", conférence le 20 novembre 2014

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 027
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
704
Actions
Partages
0
Téléchargements
138
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La nouvelle ocm unique julien turenne

  1. 1. La nouvelle OCM Unique Julien Turenne Sous-direction des produits et marchés DGPAAT - MAAF
  2. 2. L'OCM unique 2014-2020 s'inscrit : - dans la continuité du cadre établi en 2007 (fusion des 21 OCM sectorielles) ; - dans le nouveau cadre juridique déterminé par le Traité de Lisbonne ;
  3. 3. OCM unique PAC 2014-2020 : le cadre juridique 3 textes de base régissent cette nouvelle OCM à compter du 1er janvier 2014 : - le règlement UE 1308-2013 du Conseil et Parlement du 17 décembre 2013 portant organisation commune des marchés des produits agricoles ; - le règlement du Conseil UE 1370-2013 (dit « 43.3 ») qui prévoit les mesures relatives à la fixation de certaines aides, taux, taxes et restitutions liées à l'OCM ; - le règlement UE du Conseil et du Parlement européen 1306-2013 relatif au financement, à la gestion et au suivi de la PAC. Ce texte horizontal traite des questions liées notamment aux procédures de contrôles, sanctions et garanties.
  4. 4. 4 grandes orientations dans la nouvelle OCM : Maintien d'un filet de sécurité (mesures de marché) Développement d'outils de gestion de crise Evolution des secteurs soumis à régulation des volumes et maintien de programmes spécifiques dans certains secteurs Renforcement des possibilités d'organisation économique
  5. 5. Mesures de marché : adaptation des outils de régulation (1/2) Maintien du mécanisme d'intervention publique : Suivi effectué par la Commission tient compte des coûts de production (particulièrement des intrants) et des tendances du marché ; Produits éligibles : blé tendre, blé dur, orge, maïs, viande bovine, beurre et poudre de lait ; Déclenchement de l'intervention publique étendu pour certains produits : Quelques exemples : * en viande bovine déclenchement si le prix moyen représentatif est inférieur à 85% du seuil de référence (2224 €/t) * allongement de la période d'intervention d'un mois pour le beurre
  6. 6. Mesures de marché : adaptation des outils de régulation (2/2) Déclenchement du stockage privé (art17) : Produits éligibles : sucre blanc, huile d'olive, viande bovine, beurre, viande porcine, viande de mouton, viande de chèvre et extension au lin, à la poudre de lait et au fromage sous IG ; Déclenchement par la Commission en tenant compte des coûts de production et/ou du besoin de répondre rapidement à des développements du marché ayant un effet négatif sur les marges du secteur ; Restitutions à l'exportation (art196) : maintien de l'outil mais montants fixés à zéro pour tous les produits, sauf décisions dans le cadre des mesures de crise.
  7. 7. Exemple pour les produits laitiers : mesures de gestion des marchés Intervention publique beurre matières grasses Marché communautaire Quotas laitiers Lait Intervention publique poudre de lait écrémé Matières protéiques Lait scolaire Stockage privé beurre Stockage privé Gestion de court terme / effet saisonnier Intervention publique Gestion de moyen terme / déséquilibre momentané
  8. 8. Dispositions spécifiques à certains secteurs Maîtrise de la production Maintien d'un dispositif d'encadrement de la production dans le secteur viticole jusqu'en 2030 Prolongation des quotas sucriers jusqu'en 2017 Confirmation de la fin des quotas laitiers en 2015 Programmes sectoriels pour les secteurs viticole, fruits et légumes et oléicole
  9. 9. Amélioration des outils de gestion de crise (1/3) Maintien et amélioration de tous les outils existants qui pourront être réactivés en cas de perturbation du marché, de maladies, de perte de confiance du consommateur, de crises exceptionnelles : - Mesures de prévention des perturbations de marché (art. 219) : Par acte délégué ou dans le cas de mesures d'urgence, la Commission peut procéder à une extension/modification des mesures d'intervention publique /privée, à la mise en place des restitutions à l'exportation, et ou à la suspension des droits à l'importation. - Mesures concernant les maladies animales et la perte de confiance des consommateurs en raison de l'existence de risques pour la santé publique, animale ou végétale (art. 220) : Par acte d’exécution, la Commission est habilitée à prendre des mesures exceptionnelles de soutien de marché.
  10. 10. Amélioration des outils de gestion de crise (2/3) - Mesures destinées à résoudre des problèmes spécifiques (art. 221) : Par acte d'exécution ou dans le cas de la procédure d'urgence, la Commission est habilitée à prendre toutes mesures qui dérogent au règlement OCM unique pour une durée qui n’excède pas 12 mois ; - Accords, décisions et pratiques concertées durant les périodes de déséquilibres graves sur les marchés (art. 222) ; non application de l'article 101 du Traité (ententes) : Par acte d'exécution, la Commission peut autoriser les OP et interprofessions reconnues à prendre des décisions, en dérogation à l'article 101 du Traité, pour stabiliser le marché (retrait, distribution gratuite, planification de la production, promotion, conversion transformation, achat d'intrants...) ; La Commission doit avoir déjà adopté une des mesures de crise (art. 219, 220 ou 221) ou acheté des produits à l'intervention publique ou accordé l'aide au stockage privé.
  11. 11. Amélioration des outils de gestion de crise (3/3) - Utilisation de la réserve de crise (art. 226) : Si le budget de la PAC ne suffit pas à financer les mesures de crise, possibilité de faire appel à une réserve pour les crises dans le secteur agricole. Montant maximal d'environ 400 M€/an, financés par prélèvement sur les droits au paiement de base de l'ensemble des agriculteurs.
  12. 12. OCM unique : un cadre renouvelé pour l'organisation économique (1/3) Organisations de producteurs (OP), Associations d'OP et interprofessions reconnues au niveau européen pour tous les secteurs Critères pour la reconnaissance des OP (art 154, 159, 161) : - Composition : « constituées et contrôlées par des producteurs » - Objectifs précis ; - Disposer de statuts ; - Capacité minimale (nombre minimal de producteurs ou volume minimal de produit commercialisable dans la zone géographique d'opération, efficacité) : à fixer par l'EM (subsidiarité)
  13. 13. OCM unique : un cadre renouvelé pour l'organisation économique (2/3) Les OP, AOP et interprofessions reconnues peuvent bénéficier d'une extension de certaines de leurs décisions et pratiques aux non-membres qui opèrent dans la même zone économique ; Représentativité : rassembler 2/3 du volume de production de la zone économique (hors cas particuliers) et au moins 50% des producteurs (pour les OP) ; critères alternatifs définis dans la LAAF pour les interprofessions ; L'extension peut concerner les contributions financières ; Procédure encadrée : objectifs listés, durée limitée, communication à la Commission, consultation des parties intéressées, intérêt économique général...
  14. 14. OCM unique : un cadre renouvelé pour l'organisation économique (3/3) - Possibilité pour un EM de rendre la contractualisation obligatoire dans un secteur : dispositions inspirées de la LMAP ; - Négociations collectives : les OP reconnues dans les secteurs de la viande bovine, de l'huile d'olive et des grandes cultures peuvent négocier des contrats de livraison pour le compte de leurs membres ; - Reconduction de cette possibilité pour le lait (paquet lait) avec dérogation au droit de la concurrence (fixation du prix) ; - Régulation des volumes pour le jambon sous signe de qualité.
  15. 15. Le secteur laitier : reprise des acquis du « paquet lait » Suppression des quotas laitiers à partir de 2015 ; •Reprise intégrale du « paquet lait » : –La contractualisation : les États Membres (EM) peuvent rendre obligatoire la conclusion et/ou la proposition de contrats écrits entre producteurs et acheteurs de lait cru ; –La reconnaissance d'Organisations de Producteurs (OP) et de leurs associations (AssOP), avec ou sans transfert de propriété, qui permettent aux producteurs de négocier collectivement les termes des contrats, sous conditions, en dérogation du droit de la concurrence ; –La reconnaissance des interprofessions, –À la demande d'une OP, d'une interprofession reconnue ou d'un groupement d'opérateurs (ODG en France), possibilité pour un EM de définir des règles contraignantes portant sur la régulation de l'offre de fromages bénéficiant d'une AOP ou d'une IGP.
  16. 16. Dérogations au droit de la concurrence dans le cadre de l'OCM unique L'article 101 du TFUE (interdiction des ententes et pratiques concertées) peut ne pas s'appliquer : - aux décisions et accords des agriculteurs ou des OP reconnues ; - aux décisions et accords des interprofessions reconnues ; La fixation obligatoire d'un prix identique n'est pas couverte par ces dérogations ; - en cas de crise, la Commission peut autoriser les OP et interprofessions reconnues à prendre des décisions, en dérogation à l'article 101 du Traité, pour stabiliser le marché (retrait, distribution gratuite, planification de la production...) ; A venir : des lignes directrices pour harmoniser les pratiques au sein de l'Union.
  17. 17. Agir sur la qualité et la traçabilité des produits agricoles Normes de commercialisation - Mentions facultatives reconduites ; - Maintien de normes spécifiques pour l'huile d'olive et les olives de tables, les fruits et légumes (frais et transformés), les bananes, les plantes vivantes, les oeufs, la volaille, les matières grasses tartinables et le houblon ; -Listes fermées de standards, pouvant recouvrir la mention du lieu d'origine ou de production ; - Spécificité pour les fruits et légumes (pays d'origine obligatoire) ; - Possibilité de maintenir des normes nationales ; - Articulation avec le règlement INCO
  18. 18. Échanges avec les pays tiers Reconduction de l'existant pour : * les certificats import et export ; * la liste des produits soumis à certificats ; * la gestion des contingents tarifaires ; * le perfectionnement actif ; * la clause de sauvegarde.

×