Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Valorisation des mâles dans les exploitations du bassin allaitant stratégies et leviers de conduites alimentaires

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Consultez-les par la suite

1 sur 17 Publicité

Valorisation des mâles dans les exploitations du bassin allaitant stratégies et leviers de conduites alimentaires

Télécharger pour lire hors ligne

JT Grand angle viande 2016 - J. Renon, T. Lahémade (CA 71) et D. Bastien (idele)

JT Grand angle viande 2016 - J. Renon, T. Lahémade (CA 71) et D. Bastien (idele)

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Diaporamas pour vous (20)

Similaire à Valorisation des mâles dans les exploitations du bassin allaitant stratégies et leviers de conduites alimentaires (20)

Publicité

Plus par Institut de l'Elevage - Idele (20)

Plus récents (20)

Publicité

Valorisation des mâles dans les exploitations du bassin allaitant stratégies et leviers de conduites alimentaires

  1. 1. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 ©A.Lecerf-CNIEL,VolkerWierzba- Fotolia,CRAPDL-idele,Inra Valorisation des mâles dans les exploitations du bassin allaitant Quelles stratégies alimentaires pour maîtriser les charges ? Didier BASTIEN – Institut de l’Elevage Julien RENON, Thierry LAHEMADE – CA 71 1
  2. 2. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 Des systèmes herbagers dépendants du prix d’achat des aliments pour produire des kg de viande 2 Prédominance des systèmes sans maïs ensilage en zone allaitante charolaise (herbe +/- céréales) • Sur 240 000 mâles vendus, 80% de broutards (dont les ¾ alourdis ou repoussés) Source : Inosys – Réseaux d’élevage Charolais 2015 Augmentation de l’utilisation des concentrés (+34 % en 24 ans, P. Veysset) ... 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 Base100:2010 Indice "Aliments achetés" IPAMPA Viande bovine depuis 1995 Sources : Institut de l'Elevage d'après INSEE et AGRESTE Evolution janvier 1995 – décembre 2004 : + 2% - des valeurs extrêmes : + 22,2 % Evolution janvier 2005 – novembre 2014 : + 34,2% des valeurs extrêmes : + 57,6 % ... remise en question par le contexte économique (et sociétal)
  3. 3. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 Augmenter le niveau d’autonomie des rations pour alourdir ou engraisser les mâles ... 3 Pour maîtriser les charges et mieux valoriser les mâles? • Pour la conduite de broutards repoussés à l’auge • Pour l’engraissement en jeunes bovins Avec quels leviers? • Les céréales pour l’énergie quand on dispose de cultures • L’herbe récoltée précocément pour garantir sa teneur en protéines (PP ou PT longue durée) • Des légumineuses (luzerne ou TV) pour leur teneur en protéines
  4. 4. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 Broutards : des conduites à adapter aux périodes de vente 4  40% vendus entre janv. à avril (50% avec déc.)  Croissances soutenues « à coup » de concentrés (500 à 700 kg / broutard)  Une faible part des fourrages dans les rations (1/4 à 1/3 de la MS) Source : INOSYS Réseau d’élevage Charolais, 2015 €/kg vif 2,4 2,6 2,8 3,0 % ventes Répartition des ventes et des prix de broutards charolais
  5. 5. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 Deux leviers étudiés pour la repousse des broutards ... 5 Augmenter la part des fourrages de qualité dans les régimes, réduire la part des concentrés • Introduire des enrubannages de PT/PN en fauche précoce avec des gradients différents de précocité Passer de croissances soutenues à des croissances modérées A partir de modélisations issues de travaux expérimentaux et d’observations de pratiques en exploitation Foin 1200°C Enrubannage 900°C Enrubannage 800°C Floraison Epiaison Début épiaison 0,55 UFV; 60 PDIN/65 PDIE; 1,30 UEB 0,70 UFV; 80 PDIN/80 PDIE; 1,15 UEB 0,75 UFV; 90 PDIN/85 PDIE; 1,10 UEB
  6. 6. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 11 scénarii étudiés sur broutards charolais repoussés à l’auge 6 • Qualité des fourrages • Niveau de GMQ • Complémentation avant sevrage • Niveau de concentrés Qualité du fourrage + +++ Dossier sur la journée technique de Jalogny 2016 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Broutard de 435 kg vendu à 10 – 12 mois
  7. 7. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 Des concentrés fortement réduits par l’utilisation d’enrubannage précoce 7 Durée de la repousse ≈ 80 jours ≈ 110 jours ≈ 130 jours Quantité de concentrés et de fourrage selon les différentes conduites de repousses étudiées Pour un broutard vendu à 435 kg 23% 46% 33% 44% 55% 36% 46% 56% 50% 66% 75% Part MS fourrages/ration Complémentation avec 180 kg de concentrés Au sevrage : 320 kgv Gain repousse : 115 kgv Sans complémentation Au sevrage : 290 kgv Gain repousse : 145 kgv - 380 kg de concentrés consommés/broutard pour 50 jours de présence en + - 60 à -100 kg de concentrés avec un enrubannage récolté à 800°c /900 °c Scénario n°
  8. 8. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 Au final, un intérêt économique à raisonner en lien avec la date de vente 8 Méthode de calcul - conjoncture 2014 et 2015 • Chiffrage d’un différentiel de coûts de concentrés (céréales autoproduites en situation polycultures, achetées en système herbager) • Sur les fourrages : calcul d’un différentiel des coûts de fertilisation et récolte entre du foin et de l’enrubannage • Avec une pratique d’enrubannage déjà installée sur l’exploitation Bilan avec une introduction d’enrubannage 800°C Une économie de concentrés/broutard de 30 € à 80 € (1400 € à 3800 € pour un cheptel de 100 vêlages) Autres charges (fumure, et méca.) ≈ atténuation de 50 à 60% des économies de concentrés Gain net/broutard (à prix de vente identique) de 10 € à 30 € (500 € à 1400 € pour 100 vêlages) Ralentissement des croissances Peut permettre de profiter d’une remontée des cours
  9. 9. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 Jeunes bovins : les alternatives aux rations à base de céréales 9 Ration de base Céréales à volonté + Complémentaire azoté + Paille Objectif GMQ Au plus près du potentiel Blé + Luzerne enrubannée Blé + Herbe enrubannée Blé + Trèfle violet enrubannée Les alternatives testées
  10. 10. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 La luzerne ou le trèfle violet comme complémentaire protéique : Des performances comparables au tourteau de soja Des rations 100% autonomes en protéines 5 séries d’essais menés à la station de Mauron (CA Bretagne) sur Jeunes Bovins abattus à 435 kg carcasse. (Projet CASDAR NEOBIF 2012-2015) Comparaison Race Lot Ration Valeurs légumineuses enrubannées début bourgeonmt Consommations concentré (kg brut/j) enrubanné (kg MS/j) paille (kg brut/j) GMQ (g/j) UFV /kg de gain de PV t. soja / luzerne enrubannée charolais Soja Luzerne Mélange ad lib* + paille ad lib Blé ad lib + luzerne ad lib 49% MS, 0,66 UFV, 21% MAT, 121 PDIN 9,7 7,6 - 1,0 2,9 - 1645 1615 5,9 5,9 t. soja / trèfle violet enrubanné charolais Soja Trèfle Violet Mélange ad lib* + paille ad lib Blé ad lib + TV ad lib 43% MS, 0,65 UFV 19% MAT, 100 PDIN 10,1 8,4 - 1,2 2,7 - 1685 1695 5,9 6,0 *Composition du mélange : 77% blé, 14 % t. soja, 6% luz. déshy., 1% bicarbonate
  11. 11. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 Un intérêt économique significatif avec la luzerne ou le trèfle violet pour les JB Bilan JB Charolais 435 kg carc/broutard 335 kg vif soja luzerne TV Ecart / t. de soja Surface utilisée (are /JB) 23 + 7,3 + 7,8 Intérêt économique t. soja luzerne TV Charges opérationnelles légumineuses (€/ha) 907 996 Coût alimentaire (€/JB) 355 - 147 - 141 Marge brute (€/JB) 352 + 140 + 138 Marge brute à surface équivalente (€/JB) 406 + 86 + 72 Légumineuses : 7 à 8 ares en + Autant de cultures en - Des charges opé. élevées mais une forte baisse du cout alimentaire (-40%) Une marge améliorée et un gain sur l’EBE en syst. NE d’environ 5%Hyp : blé à 140 €/t et tt soja à 450 €/t Sensibilité aux variations de prix : • + 50 € / t. de t. de soja = + 20 € de marge / JB • + 50 € / t de blé = - 30 € de marge / JB Numéro spécial de Terra sur les journées techniques de Mauron 2015
  12. 12. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 12 Bilan : l’utilisation de la luzerne ou du trèfle violet Points d’intérêt • La richesse en protéine (2 tonnes de protéines / ha) • Le gain économique pour l’exploitation (+10% de revenu pour un syst NE) • L’arrière-effet agronomique • La sécurisation sanitaire / risque acidose • Pas d’impact sur la qualité des carcasses et un enrichissement des viandes en oméga 3 • La baisse de l’empreinte environnementale de la viande Points de vigilance • Besoins en surfaces aux dépens de cultures : attention à ne pas dégrader l’autonomie en énergie et en paille de litière + intégration dans l’assolement • Type de sols (hydromorphie et acidité pour la luzerne) • Intérêt pour les animaux en engraissement (moins pour le troupeau de souche) • Freins : le travail, la technicité, les aléas climatiques
  13. 13. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 Avec de l’herbe en engraissement : des performances liées à la précocité de la fauche Ration céréales + complémentaire Ration herbe (herbe précoce) Ration herbe (herbe tardive) Stade de récolte de l’herbe Ʃ t° ~ 800 °C Ʃ t° ~ 900 °C Composition des rations (% MS, hors paille) Blé aplati 60 % 43 % 45 % Enrubannage herbe - 43 % 42 % CAMV / Tourteau colza 23 % 7 % 10 % Performances GMQ (g/j) 1450 1400 1350 Durée engraissement (j) 300 315 330 Résultats de production de JB Charolais de 435 kg carcasse / broutard de 300 kg (Bilan réalisé à partir d’une synthèse de plusieurs essais Idele – Arvalis : Les Etablières et Jalogny -Projet CASDAR NEOBIF 2012-2015-, Les Bordes 2009-2011) Avec une herbe plus tardive : besoin de plus de concentrés pour moins de performances
  14. 14. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 Avec l’herbe : un intérêt économique dépendant de la conjoncture et du type d’herbe Ration céréales + complémentaire Ration herbe (herbe précoce) Ration herbe (herbe tardive) Bilan de Consommations Paille (kg brut/JB) 500 - 420 - 440 Blé aplati (kg brut/JB) 1900 - 460 - 360 Enrubannage herbe (kg MS/JB) - + 1300 + 1320 CAMV / Tourteau colza (kg brut/JB) 730 - 480 - 400 Économie de concentrés (kg brut /JB) 940 kg 760 kg Résultat économique (écart à la ration de base en €/JB) Avec PT Avec PP intensifiée Avec PT Avec PP intensifiée Blé à 150 €/t et tt colza à 240 €/t (conjoncture 2015) - 45 € 0 € - 80 € - 25 € Blé à 220 €/t et tt colza à 320 €/t (conjoncture 2013) + 35 € + 80 € - 20 € + 35 € Bilan de production de JB Charolais de 435 kg carcasse / broutard de 300 kg Écarts / ration de base Un intérêt économique dans le cas d’une herbe récoltée jeune, issue d’une intensification des prairies, et en conjoncture haute
  15. 15. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 Et sur des rations d’engraissement avec l’ensilage de maïs ? Avec l’herbe ensilée : de 1ers résultats intéressants avec des régimes mixtes herbe / maïs • Une économie de 33% ou 50% de tourteau avec 1/3 ou ½ d’herbe dans la ration • Une baisse de croissance de 50 à 75 g/j et + 10 à 15 j d’engraissement (résultats provisoires programme SOS PROTEIN 2014-2019, + essai Arvalis La Jaillère 2012) Avec la luzerne ou le TV enrubannés : de 1ers résultats décevants avec l’ensilage de maïs • Une baisse de densité énergétique et de niveau protéique dans la ration • Une dégradation de la croissance de 100 à 200 g/j sur la durée d’engraissement Avec le sorgho BMR ensilé • En remplacement du maïs : bonne ingestion mais IC dégradé, besoin de 10 à 20% d’ensilage en plus, donc de rendement en plus • En mélange 50/50 avec le maïs : performances comparables au maïs seul, intérêt dans le cas de rendements améliorés / maïs
  16. 16. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 En conclusion, l’herbe = une alternative possible pour limiter l’achat de concentrés 16 Clé de la réussite : privilégier la qualité au rendement • Organiser son système fourrager (dates de récolte, gestion du pâturage) • Bien gérer la distribution des stocks en hiver (fourrages de qualité pour la repousse et l’engraissement) Des gains économiques à ne pas négliger ... mais qui restent des solutions « d’appoint », • soumises aux aléas climatiques • exigeantes en technicité • insuffisantes (seules) pour solutionner le manque de rentabilité des systèmes allaitants ... • Sélectionner des animaux plus efficaces sur les aliments cellulosiques : programme BEEFALIM 2020 • Vers une évolution plus en profondeur des systèmes de production ?
  17. 17. Conférence Grand Angle Viande - Mardi 15 novembre 2016 ©A.Lecerf-CNIEL,VolkerWierzba- Fotolia,CRAPDL-idele,Inra MERCI DE VOTRE ATTENTION 17 Place aux questions...

×