JOURNEE TECHNIQUE DU 9 NOVEMBRE 2011 - PARISPUNAISES DES LITS                Cimex lectularius                BIOLOGIE ET ...
2              QU’EST CE QU’UNE PUNAISE ?    Rostre articulé avec stylets = Insecte piqueur - suceur                      ...
3      Cimex lectularius est un des rares insectes à être presque exclusivement         associé à l’homme. Association rem...
4                                   PUNAISE DE LIT    Ce terme regroupe deux espèces :    - Cimex lectularius (A)    - Cim...
5      PHYLOGÉNIE ET RÉGIMES ALIMENTAIRES DES CIMICOMORPHA    Cladogramme d’après Schuh & Stys, 1991, simplifié           ...
6    Hématophagie ancienne                                         Hématophagie « récente »          Cimicidae            ...
MORPHOLOGIE - BIOLOGIE
8                                 CYCLE BIOLOGIQUE DES CIMICIDAE                                             ADULTES      ...
9                                CYCLE BIOLOGIQUE DES CIMICIDAE        Difficile de repérer les premiers stades non gorgé...
10                                        HEMATOPHAGIE      Piqûre irritante pouvant provoquer des réactions allergiques....
11                                         HEMATOPHAGIE     Exemple d’inégalité de la réponse aux piqûres de Cimex lectula...
12                                  HEMATOPHAGIE      Repas :                       0.34 mg                              ...
13                                HEMATOPHAGIE     Pour repérer leur présence et leurs cachettes : les déjections (= sang ...
14                               HEMATOPHAGIE     A différencier des déjections de blattes plus claires et plus petites   ...
15              ORGANES SENSORIELS : LES ANTENNES     Appendices très importants puisqu’elles portent les principaux     r...
16           ORGANES SENSORIELS : LES ANTENNES     APPLICATION : système de piégeage                                      ...
17                                   SECRETIONS Glandes métathoraciques                                          Sécrétion...
18                                           PHEROMONES     Plus de 10 composés identifiés : nonanal, decanal, (E)-2-hexen...
19                     PHEROMONES SEXUELLES      Peu connues, peut être inexistantes      Stimuli visuels - Pourquoi? Ca...
20                   PHEROMONES D’AGREGATION     La plus intéressante car peut permettre se regrouper les punaises dans un...
21                       PHEROMONES D’AGREGATION     Application : Pièges et surveillance     (la meilleure surveillance :...
22     INSEMINATION TRAUMATIQUE EXTRA GENITALE (I.T.E)                Prof. Jacques CARAYON              Laboratoire d’ent...
23                                     INSEMINATION TRAUMATIQUE Mâle : un organe perforant                                ...
24     BIOLOGIE - COMPORTEMENT
25                   BIOLOGIE           Moeurs nocturnes - lucifuge     CAS n°1                                         CA...
26                               BIOLOGIE     Un corps très plat qui lui permet de se glisser dans les moindres           ...
27           ROLE VECTEUR DE CIMEX LECTULARIUS ET C. HEMIPTERUS      Nombreux organismes pathogènes     trouvés chez Cime...
28     SUR LE TERRAIN…
29     Projet Hospitalier de Recherche Clinique         Provence Alpes Cote d’Azur - AP-Hop.Paris Créteil-Bobigny         ...
30                        LUTTE : DEBUT D’INFESTATION      Détection difficile     - visuel parfois long et laborieux : r...
31                                       LUTTE : INFESTATION MASSIVE     GROS TRAVAIL DE PREPARATION A COORDONNER AVEC SER...
32                  LUTTE : HABITAT COLLECTIF         DISSEMINATION VERTICALE AU SEIN D’UN BATIMENT HLM  3ème étage       ...
33     LUTTE : HABITAT COLLECTIF
34                          RESISTANCE AUX INSECTICIDES      Principalement aux Pyréthrénoïdes  agissent sur le système ...
35     AVANT GUERRE
36                        RESISTANCE DES “DECIDEURS”      Peu de prise de conscience du problème au sein des municipalités...
37     MERCI POUR VOTRE ATTENTION     THANKS FOR YOUR ATTENTION                                           jmberenger@free....
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Punaises edialux 9/11/2011

2 069 vues

Publié le

Punaises de lits - Cimex Lectularius
Journée technique du 9/11/2011 - Paris

Publié dans : Santé & Médecine
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Punaises edialux 9/11/2011

  1. 1. JOURNEE TECHNIQUE DU 9 NOVEMBRE 2011 - PARISPUNAISES DES LITS Cimex lectularius BIOLOGIE ET COMPORTEMENT Jean-Michel BERENGERUnité de recherche sur les maladies infectieuses et tropicales émergentes, Faculté de Médecine de la Timone, 27 Boulevard Jean Moulin, 13385 MARSEILLE cedex 05 – jmberenger@free.fr
  2. 2. 2 QU’EST CE QU’UNE PUNAISE ? Rostre articulé avec stylets = Insecte piqueur - suceur rostre stylets Ca Cs
  3. 3. 3 Cimex lectularius est un des rares insectes à être presque exclusivement associé à l’homme. Association remontant à l’aube de l’humanité…. Espèce la plus primitive est parasite de chauves-souris (Primicimex) En 1965, découverte d’une population sauvage de C. lectularius dans une grotte d’Afghanistan (Usinger & Povolny 1966)
  4. 4. 4 PUNAISE DE LIT Ce terme regroupe deux espèces : - Cimex lectularius (A) - Cimex hemipterus (B)  Inféodées à l’homme A B * Cacodnus vicinus Cimex pipistrelli Leptocimex boueti Paracimex sp. Principales caractéristiques biologiques - Hématophagie: parasites obligatoires de mammifères, oiseaux - Insémination traumatique
  5. 5. 5 PHYLOGÉNIE ET RÉGIMES ALIMENTAIRES DES CIMICOMORPHA Cladogramme d’après Schuh & Stys, 1991, simplifié Pachynomidae Reduviidae Velocipedidae Microphysidae Joppeicidae Thaumastocoridae Entomophages Miridae Tingidae Phytophages Medocostidae Hématophages Nabidae Lasiochilidae Plokiophilidae Lyctocoridae Anthocoridae Cimicidae Polyctenidae
  6. 6. 6 Hématophagie ancienne Hématophagie « récente » Cimicidae Antennes : Triatominae 3600 récepteurs Antennes : 56 récepteurs Pas d’ocelles Ocelles présents Ailes vestigiales ailes mycétomes Transmission symbiontes Pas de mycétomes Pas de transmission symbiontes : cleptohématophagie fécès
  7. 7. MORPHOLOGIE - BIOLOGIE
  8. 8. 8 CYCLE BIOLOGIQUE DES CIMICIDAE ADULTES 5,5 mm Stade adulte en 45 j. à 11 mois OEUF I 1,5 mm ♀ ♂ 1 mm Repas de sang Repas de sang V II 4,5 mm 2 mm Repas de sang Repas de sang IIIPaurométaboles Repas de 2,5 mm IV sang3 à 4 générations/an si conditions idéales 3 mm
  9. 9. 9 CYCLE BIOLOGIQUE DES CIMICIDAE  Difficile de repérer les premiers stades non gorgés… 1,5 mm 2 2 m mm Immatures stade I gorgés – OK VISIBLES ! Immature stade I non gorgé – SIC !! Immature stade II  ainsi que les oeufs Éclosion 7 à 15 j plus tard – résistants aux insecticides
  10. 10. 10 HEMATOPHAGIE  Piqûre irritante pouvant provoquer des réactions allergiques. Réaction différente suivant les personnes  Composés anesthésiants et anticoagulants dans la salive : Hyaluronidase, histamine, substances contractant les muscles lisses … Effet sur les personnes :  Spoliation sanguine : Au moins 1 cas d’anémie sévère décrit (Pritchard et al. 2009)  Réponse immunitaire = cas de décès décrits  Psychologiques, insomnies  Infection secondaire  Coût Pascal DELAUNAY
  11. 11. 11 HEMATOPHAGIE Exemple d’inégalité de la réponse aux piqûres de Cimex lectularius chez un couple MADAME Aucune démangeaison, piqûres peu visibles, passées inaperçues MONSIEUR Prurit +++, insomnie, nervosité
  12. 12. 12 HEMATOPHAGIE  Repas : 0.34 mg 7,09 mg Stade I = 3 minutes ♂ = 0,34 mg ♀ = 7,81 mg Stade V Adulte = 10 à 15 minutes  Changement de stade + nécessaire pour la production d’oeufs  L’insecte absorbe de 4 à 5 fois son poids de corps.  Peuvent survivre plus d’un an et demi sans nourriture  Le mâle recherche en priorité les femelles qui viennent de faire un repas Mycétomes et symbiontes : vitaux pour la digestion du sang
  13. 13. 13 HEMATOPHAGIE Pour repérer leur présence et leurs cachettes : les déjections (= sang digéré) déposées généralement en dehors du lieu de repos ( ) *
  14. 14. 14 HEMATOPHAGIE A différencier des déjections de blattes plus claires et plus petites Regroupement de blattes + déjections
  15. 15. 15 ORGANES SENSORIELS : LES ANTENNES Appendices très importants puisqu’elles portent les principaux récepteurs (56) surtout des trichobotries = soies sensorielles  Phéromones : Bases chimiques du comportement et de la vie sociale  Hématophagie : recherche de l’hôte  CO2, odeur, chaleur CO2 > odeur > chaleur CHALEUR CO2 ODEUR
  16. 16. 16 ORGANES SENSORIELS : LES ANTENNES APPLICATION : système de piégeage CHALEUR (37°C) PHEROMONE ? CO2 PHEROMONE CHALEUR Rivnay (1932), Marx (1955), Aboul Nasr et al. (1967), Wang et al. (2009), Anderson et al. (2009)
  17. 17. 17 SECRETIONS Glandes métathoraciques Sécrétions produites par :  Glandes métathoraciques  Glandes dorso abdominales PHEROMONES Glandes dorso abdominales Siljander et al. (2008); Reinhardt et al. (2007)
  18. 18. 18 PHEROMONES Plus de 10 composés identifiés : nonanal, decanal, (E)-2-hexenal, (E)-2-octenal, (2 E, 4 E)-octadienal, benzaldehyde, (+) - et (-) -limonene, sulcatone, benzyl alcool Trois principaux types de phéromones :  Phéromones d’alarme : bien connue [(E)-2-hexenal, (E)-2-octenal] AGITATION DISPERSION Phéromones d’agrégation  Phéromones sexuelles
  19. 19. 19 PHEROMONES SEXUELLES  Peu connues, peut être inexistantes  Stimuli visuels - Pourquoi? Car le mâle ne reconnaît pas un autre mâle d’une femelle Donc pas d’intérêt
  20. 20. 20 PHEROMONES D’AGREGATION La plus intéressante car peut permettre se regrouper les punaises dans un piège Essais existent en imprégnant un papier filtre et vérifiant l’attraction
  21. 21. 21 PHEROMONES D’AGREGATION Application : Pièges et surveillance (la meilleure surveillance : le personnel ou personne sur les lieux) colle Conseil : imprégner avec une solution d’eau physiologique + déjections et macérat de punaises.
  22. 22. 22 INSEMINATION TRAUMATIQUE EXTRA GENITALE (I.T.E) Prof. Jacques CARAYON Laboratoire d’entomologie du M.N.H.N.
  23. 23. 23 INSEMINATION TRAUMATIQUE Mâle : un organe perforant Femelle : un système paragénital ♂ ♀ Paramère modifié du mâle (clichés J. Carayon)
  24. 24. 24 BIOLOGIE - COMPORTEMENT
  25. 25. 25 BIOLOGIE Moeurs nocturnes - lucifuge CAS n°1 CAS n°2 CAS n°3
  26. 26. 26 BIOLOGIE Un corps très plat qui lui permet de se glisser dans les moindres recoins
  27. 27. 27 ROLE VECTEUR DE CIMEX LECTULARIUS ET C. HEMIPTERUS  Nombreux organismes pathogènes trouvés chez Cimex lectularius et C. hemipterus  Aucune preuve de transmission à l’homme actuellement. Quelques suspicions (Hépatite B) mais écartées par Jupp et al (1991) Pas considéré comme vecteur mais…  Possible vecteurs de bactéries multi résistantes aux antibiotiques (Staphylococcus aureus) - Lowe et al. 2011 – Bedbugs as vectors for drug-resistant bacteria  Espèces voisines peuvent transmettre des virus : - Virus Fort Morgan (Williams et al. ,1980) al. - Virus encéphalite de l’ouest aux oiseaux en Amérique du nord (Brown & Brown, 2005) - Virus Kaeng Khoi aux chauves souris et homme (?) en Asie (Williams et al., 1976) al., D’après Usinger 1966, Monography of Cimicidae.
  28. 28. 28 SUR LE TERRAIN…
  29. 29. 29 Projet Hospitalier de Recherche Clinique Provence Alpes Cote d’Azur - AP-Hop.Paris Créteil-Bobigny Pascal DELAUNAY « INFECTIOLOGIE (bactériologie – virologie)» « GENETIQUE DES POPULATIONS » « RESISTANCE AUX INSECTICIDES » « ELEVAGE » 2011 - 2013
  30. 30. 30 LUTTE : DEBUT D’INFESTATION  Détection difficile - visuel parfois long et laborieux : recherche punaises ou traces - détecteurs électroniques  fiable? Basés sur le dégagement de CO2 - détecteurs carton - chien (95% réussite) CDC 3000 Généralement les punaises sont localisées sur ou près du lieu de repos  aspirateur  insecticide classique (exceptionnel)  surveillance
  31. 31. 31 LUTTE : INFESTATION MASSIVE GROS TRAVAIL DE PREPARATION A COORDONNER AVEC SERVICES SOCIAUX, OFFICE HLM, MAIRIE… 1 - supprimer toutes les caches : détapissage, bouchage fissures, plinthes à sceller, prises électriques… 2 - mobilier, literie, rideaux… à inspecter, traiter, remplacer ?  congélation (72H min), chaleur, housse… 3 - Destruction mécanique : aspirateur, vapeur 4 - Traitement chimique : 3 traitements avec des produits différents.
  32. 32. 32 LUTTE : HABITAT COLLECTIF DISSEMINATION VERTICALE AU SEIN D’UN BATIMENT HLM 3ème étage ETAPE 1 : FAIRE LA “CARTOGRAPHIE” DE L’IMMEUBLE vues supérieures de 3 étages Appartement infesté 2ème étage Gaine = voie de communication Tuyau 1er chauffage étage Blattes en train de coloniser un appartement inhabité
  33. 33. 33 LUTTE : HABITAT COLLECTIF
  34. 34. 34 RESISTANCE AUX INSECTICIDES  Principalement aux Pyréthrénoïdes  agissent sur le système nerveux  Résistance des punaises : enzymes qui désactivent les insecticides et système nerveux qui résiste aux effets toxiques.  Bien connue aux USA et étude récente montre que pour tuer des punaises résistantes : 5200 fois plus de deltaméthrine, 111 fois plus de beta-cyfluthrine  En Angleterre, bendiocarb et α-cyperméthrine  0 – 28% seulement de mortalité chez des populations résistantes En France :  Import de punaises résistantes, USA ou Canada par exemple  Les pyréthrénoides sont les plus vendus aux particuliers  Vente A-PAR en pharmacie JUSQU’A 100% DE RESISTANCE  Insecticides utilisés tous les jours
  35. 35. 35 AVANT GUERRE
  36. 36. 36 RESISTANCE DES “DECIDEURS” Peu de prise de conscience du problème au sein des municipalités et autorités sanitaires. Mais c’est peut être en train d’évoluer…  Pas de coordination propriétaires – locataires – syndics  Beaucoup de temps perdu et des années de retard… MOTS-CLES SUR GOOGLE BED BUGS - monde CIMEX - France
  37. 37. 37 MERCI POUR VOTRE ATTENTION THANKS FOR YOUR ATTENTION jmberenger@free.fr Publicité de rue des années 1920

×