SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  60
Télécharger pour lire hors ligne
Édition 2014
GUIDE DE COMMUNICATION
A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION
A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
Édition 2014
Manuel réalisé par:
Kerim Bouzouita
Asma Ben Ayed
Caricatures par:
Willis from Tunis
Supervisé pour le PNUD par:
Mohamed El Mounir
Relecture assurée par:
Chirine Ben Abdallah
Claire Cabrol
Nadia Khammari
Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) accompagne le
processus de transition en Tunisie, en favorisant la mise en place d’un dialogue
inclusif, permettant à l’ensemble des acteurs, notamment la société civile, de
participer à cette phase importante de l’histoire du pays, afin qu’elle devienne,
à terme, un acteur incontournable du développement de la société. La priorité
du PNUD est de renforcer le rôle et la place de la société civile dans une Tunisie
démocratique et en pleine mutation. À cet effet, il met son expertise à la disposition
de ses partenaires en vue de les accompagner dans la réussite de leurs projets et
de leur permettre d’atteindre leurs objectifs.
Dans le cadre de la mise en place de leurs activités, les organisations de la
société civile (OSC) sont amenées à faire du plaidoyer et à conduire des actions
de sensibilisation et de vulgarisation, qui supposent la maîtrise des outils de
communication modernes.
C’est dans cet esprit que le PNUD a réalisé ce guide, dont l’objectif est de présenter,
de manière pratique et simplifiée, les bases de la communication interne et externe
à l’usage des OSC, ainsi que les instruments de sensibilisation et de plaidoyer dont
elles doivent disposer pour mener à bien leur mission.
Conçu sous une forme à la fois ludique et pédagogique et agrémenté de caricatures,
cet ouvrage pratique se propose de mettre à la disposition des OSC un ensemble
d’outils et de conseils utiles, qui leur permettront d’assurer leur communication au
quotidien.
PREFACE
SOMMAIRE
L’approche	4
Fondamentaux de la communication des OSC	 5
L’attitude du professionnel, l’éthique du militant	 6
Une compétence au service de la performance	 8
Comment communiquer ? proximité et participation	 9
Les dimensions de la communication associative	 10
Le plan d’action de la communication interne	 19
L’évaluation de la communication interne	 19
Assurer le financement de l’association	 20
La communication externe	 22
Informer, la médiatisation des activités et des résultats	 23
Modifier les comportements	 29
Promouvoir l’association	 34
Le plaidoyer et la sensibilisation	 43
Le plaidoyer	 44
La sensibilisation	 51
4
Destiné aux organisations nouvellement créées aussi bien qu’à celles
expérimentées, ce guide est conçu pour le renforcement des capacités des OSC en
matière de communication, de sensibilisation et de plaidoyer.
Une approche participative a été adoptée, permettant de répondre aux besoins
des associations. A cette fin, des entretiens semi-directifs ont été menés avec des
acteurs de la société civile actifs sous forme de groupes de discussion.
Un constat de terrain a permis d’essayer de dégager les faiblesses structurelles
davantage liées aux associations qu’à leur environnement. Après analyse et
synthèse des entretiens, les recommandations suivantes ont été dégagées, servant
de base pour élaborer ce guide :
●	Facile d’accès grâce à l’utilisation d’un vocabulaire simple
●	Attrayant par son graphisme et ses illustrations
●	Favorisant l’échange d’expériences et la diffusion des bonnes pratiques notamment
	 à travers une boîte à outils les englobant
●	Présentant des fiches pratiques et des conseils
L'approche
FONDAMENTAUX
DE LA COMMUNICATION
A l’USAGE DES OSC
6
A propos de la communication et de l’information
L’expérience des OSC révèle souvent l’existence d’une confusion importante et
nuisant aux performances d’une association. Cette confusion classique s’immisce
entre le concept de communication et celui d’information.
L’information existe indépendamment de sa transmission. Cependant, ramenée
au niveau de notre existence sociale, l’information ne peut exister de manière
autonome et sans rapport avec la communication. Elle est la matière première de
la communication et son contenu. Autrement dit, la communication est le partage
d’informations, elle consiste à faire circuler l’information (un message, une idée,
une opinion, une règle, etc.) entre plusieurs protagonistes par le biais d’un média
(la voix humaine, une page manuscrite, la télévision, la radio, le téléphone ou bien
un courrier électronique, etc.).
La communication est un échange qui implique l’existence d’une information et
d’au moins deux protagonistes. Mais cela ne suffit pas, la communication étant par
excellence un processus participatif.
La communication associative
La communication associative découle du concept assez controversé du
marketing associatif*. Quand on évoque ce concept, des voix s’élèvent souvent
pour le dénoncer car, justement, on l’associe au marketing commercial* et à ses
techniques de vente et de manipulation. Or, le marketing associatif, de par ses
objectifs en faveur de l’intérêt général, loin des objectifs commerciaux et financiers
dumarketing*classiqueestavanttoutunedémarche.C’estuneffortderéflexionqui
consiste à conjuguer trois variables : objectifs, cibles et moyens de communication
afin de permettre à l’association de cibler son public pour mieux communiquer avec
lui dans le but d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés.
1. L’attitude du professionnel, l’éthique du militant
RECOMMANDATIONS POUR UNE ÉCOUTE EFFICACE
Accepter l’autre et son « modèle du monde » donc l’écouter
avec empathie*.
● Etre disponible.
● Poser des questions pour s’efforcer de comprendre ce qui
est dit, ce qui ne veut pas dire accepter ou approuver.
● Eviter les interprétations, les jugements et les projections.
* Les termes avec un astérisque sont expliqués dans le glossaire en fin du document
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
7
Aujourd’hui, cette démarche du marketing associatif semble incontournable au sein
des associations si elles veulent poursuivre leurs missions caritatives* et étendre
leurs actions. Dans cette logique, s’ensuit un autre concept non moins important :
La communication associative. Celle-ci s’impose pour plusieurs raisons :
- Elle garantit la visibilité, la notoriété* et la pérennité* des associations.
- Elle permet l’instauration d’un climat de confiance, d’échange et de partage entre
les différents acteurs aussi bien en interne qu’en externe.
- Elle permet aux associations de se démarquer les unes des autres pour collecter
des fonds, recruter des bénévoles et défendre leur cause.
Il s’agit, à terme, de donner au public l’envie de soutenir l’association. La
communication associative est, à ce titre, essentielle et plurielle puisqu’elle
varie en fonction de la spécificité de l’objet de chaque OSC. Il faut noter que les
associations n’ont pas besoin d’avoir une stratégie de communication élaborée
mais une méthode régulière de communication. La communication n’est pas figée,
elle est à repenser et à adapter à chaque contexte et à chaque objet.
La logique du lien social
S’associer émaneavant tout d’une volontéde créer du liensocial. Ilest donclogique
que cela se reflète dans la communication d’une OSC ancrée dans les valeurs de
fraternité et de solidarité active.
Pour réussir l’interaction, il faut modéliser la structure de la coopération en mettant
en commun informations, valeurs et émotions, de manière à faciliter la réalisation
d’unprojetdéfiniencommun.Ilestimportantdesaisirtoutdesuitelerôleparticulier
des OSC dans la société. Ce rôle échappe au modèle mercantile* dominant régissant
les échanges et s’articulant autour de l’intérêt individuel. Lorsque le marché
exclut ceux qui ne peuvent devenir ses clients et lorsque l’Etat exclut ceux qui ne
bénéficient pas du statut de citoyen à part entière, les OSC prennent le relais et se
chargent de créer du lien social par leur effort de solidarité.
L’art de construire le rapport interpersonnel est la condition nécessaire à une
communication efficace car il permet d’instaurer une harmonie profonde et
inconsciente qui facilitera l’échange. Il s’agit de créer une relation de confiance
et de respect mutuel (position gagnant/gagnant), conformes aux besoins
fondamentaux de l’être (sécurité – reconnaissance).
La philosophie de communication d’une association reflète sa volonté de créer du
lien social. Cette communication relationnelle* tire ses fondements de la volonté
de partage. Elle crée une relation basée sur l’intérêt pour la découverte d’autrui,
pour l’échange et pour la compréhension mutuelle. Elle implique une participation
active et consciente des individus. Elle résulte d’une décision individuelle qui prend
racinedansl’envied’agir.Cetteenvieestprincipalementmotivéepartroiséléments
: l’estime et la confiance en soi, l’estime et la confiance en l’autre et l’intérêt pour
le projet. Mais cet intérêt n’est pas financier : il est idéologique (la participation est
le moyen de faire progresser ses idées), psychologique (la participation contribue
à améliorer la confiance en soi) et social (la participation permet d’exercer une
nouvelle fonction, d’acquérir des compétences, de faire de nouvelles rencontres).
8
Les OSC représentent l’intérêt général et la défense des causes qui font partie d’un
espace public non marchand*. L’une des différences fondamentales qui résident
entre la communication des OSC et celle des entreprises est l’estime que chacune
porte à son public.
L’éthique* de la conviction suppose que les OSC agissent par motivation pour
l’intérêt public. Le respect de cette éthique et le développement de stratégies
articulées autour de la relation sont les principaux moyens de faire primer
le lien social* sur la marchandise.
2. Une compétence au service de la
performance
Communication interne et communication externe
Quand est-ce qu’une OSC communique ? Pourquoi une OSC communique ?
Avantderépondre,ilconvientdedistinguerdeuxprincipauxtypesdecommunication
àl’usaged’uneOSC:lacommunicationinterneetlacommunicationexterne.
La communication interne concerne essentiellement le bureau exécutif, les
membres actifs, les adhérents et les bénévoles. Les informer de l’actualité de
l’association, les mobiliser pour un projet ou une action et les motiver, sont des
vecteurs de la communication interne. Il s’agit d’une compétence collective qui
permet la création et le maintien de la bonne dynamique et du bon fonctionnement
de l’association.
La communication externe concerne, l’ensemble des protagonistes de l’univers
d’actiondanslesactivitésquotidiennes:convaincreunbailleurdefond,promouvoir
une action ou un projet que l’association mène, sensibiliser l’opinion publique
sur une question donnée, faire passer son message durant une conférence de
presse, faire du plaidoyer auprès des décideurs politiques afin de promulguer ou
de modifier un texte de loi, gagner en visibilité dans l’espace public, négocier avec
des prestataires, etc. Voilà autant d’occasions où l’OSC est amenée à communiquer
avec l’extérieur.
Les champs de la communication associative externe
En étudiant toutes les activités de l’association, il devient facile de définir
les différents axes sur lesquels travailler.
Le schéma ci-dessous résume ces axes :
La communication associative est - avant tout - une question stratégique.
Elle fait appel à un large éventail de compétences, d’outils et de
méthodes. Elle cherche à dynamiser la performance dans les différentes
activités d’une OSC. Elle touche en profondeur le fonctionnement d’une
association. Elle est à la fois la clef d’un management efficace et d’une
visibilité d’action* optimale.
Visibilité médias, membres, bailleurs de fonds,
décideurs politiques, partenaires, bénévoles
Sensibilisation
Opinion publique
Plaidoyer
Décideurs politiques
Recrutement
Membres
Mobilisation
Bénévoles
Financement
Bailleurs de fonds
COMMENT
COMMUNIQUER ?
PROXIMITÉ ET PARTICIPATION
10
Les programmes de communication devraient exploiter toutes les infrastructures
et les canaux médiatiques* modernes et traditionnels disponibles et les orchestrer
de façon synergique. L’association de plusieurs méthodes et outils avec les
filières interpersonnelles* multiplie l’impact des campagnes de communication,
qui sont de plus en plus utilisées pour appuyer des priorités de développement
clairement établies.
Ainsi, la communication associative empruntera davantage les supports qui
permettront de tisser des liens de proximité avec le citoyen. Elle favorisera par
conséquent :
	 Les modes de communication directe et participative : réunions, salons, foires,
spectacles de rue… et toutes les formes de relations publiques : invitations,
partenariat privé ou public, relations presse (communiqués, publireportages,
articles…).
	 L’utilisation des « petits médias » : tracts, affiches, affichettes, prospectus,
banderoles….
	 L’utilisation des technologies de l’information et de la communication : sites
web, newsletter, e-mail, numéros verts….
Cependant, dans certaines régions, notamment les villages et les agglomérations
d’habitantsoùl’accèsàcesformesdecommunicationconsidéréescommemodernes
est inexistant, il faut recourir à des formes de communication plus traditionnelles
telles que le crieur public1
, la poésie, les proverbes, les chants, les récits et les
contes lors de rencontres traditionnelles comme les mariages, les fêtes religieuses,
les jours de marché, la préparation des provisions alimentaires annuelles (aoula),
les travaux saisonniers dans les champs, etc.
Ainsi, la culture et l’histoire jouent un rôle important dans le développement social
d’une collectivité. La préservation des formes traditionnelles de communication et
lechangementsocialnesontpasincompatibles.Cettecommunicationtraditionnelle
peut ainsi se révéler importante pour faciliter l’apprentissage, l’évolution des
comportements, la participation et le dialogue à des fins de développement.
Par ailleurs, dans certains contextes, les associations ont davantage intérêt à
associer les méthodes traditionnelles et modernes de communication. Elles
peuvent ainsi améliorer la qualité et la portée de leurs programmes. De plus, les
1 Le crieur public constitue un relais de transmission oral. Il s’agit d’une personne - un homme en général
- chargée d’annoncer l’information au public.
associations gagnent à utiliser des techniques et des méthodes de communication
participatives pour instaurer un climat de confiance, améliorer les liens entre
l’ensemble des intervenants et garantir ainsi la réussite des actions entreprises.
Certains médias comme la télévision, la radio et l’affichage peuvent être utilisés
par les associations pour faire passer un message au grand public. Seulement, le
recours à ces grands médias n’est pas à la portée de toutes les associations. Ce
sont en effet des moyens de communication certes efficaces et avec un fort impact
auprès du grand public mais onéreux en termes de coûts de conception et d’achat
d’espace ; et par conséquent non accessibles aux jeunes associations ne disposant
pas de moyens financiers suffisants.
POURQUOI UNE OSC DOIT-ELLE COMMUNIQUER ?
Les dimensions de la communication associative
Le premier objectif pour une association consiste à motiver les gens aussi bien en
interne qu’en externe. Les types d’engagements étant différents, il est nécessaire
pour l’association d’élaborer des actions spécifiques pour chaque public cible .
Avec les sympathisants*, l’objectif est de garder le contact et de les faire adhérer ;
Avec les adhérents, le but est de les fidéliser en les impliquant toujours plus dans
la vie de l’association.
Objectif spécifique 1 : Améliorer la communication interne
La communication interne occupe une large place dans les stratégies de
communication des OSC. Il faut entretenir la mobilisation et la motivation
des bénévoles, qui constituent la force de l’OSC en leur déléguant certaines
responsabilités, et en les impliquant dans la mise en oeuvre de la stratégie de
l’OSC ainsi que dans les processus de décision. Il s’agit également de fidéliser les
adhérents en leur proposant de s’investir et en continuant de les informer par des
mailing ou des newsletter. Cela permet d’instaurer un climat favorable à une bonne
circulation de l’information.
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
11
●	 La disponibilité de l’information
L’information est au cœur du fonctionnement de l’association. Elle est la première
dimension à considérer, car elle est la matière première de la communication
interne.
La bonne émission, la bonne transmission et la bonne réception des messages sont
les garants de l’efficacité du travail d’équipe.
●	 La convivialité
La convivialité est la condition incontournable de l’instauration d’un bon climat
relationnel entre les membres. À titre individuel, chacun a besoin d’évoluer dans
un cadre associatif dans lequel la communication sociale est positive. En effet, le
statut de bénévole suscite parfois des difficultés à supporter un environnement
d’activisme* où les échanges humains sont faibles ou conflictuels. Une relation
totalement dénuée de sentiments ne peut conduire qu’à un monde de relations
artificielles, source d’une ambiance sans attrait voire repoussante, de stress et qui
peut potentiellement miner le champ d’activités. Dès lors, la convivialité doit être
considérée comme un objectif stratégique qui nécessite une attention particulière
et des outils adaptés.
Les activités de développement de convivialité se planifient à l’avance. A ce titre, il
convient d’intégrer dans le calendrier des activités et des événements de détente
et de relaxation durant lesquels tous les membres se retrouvent amicalement. À
titre d’exemple, il est recommandé de planifier une fête à la fin de chaque activité
ou lorsqu’un projet arrive à terme.
CONSEILS
●	Être sélectifs dans la diffusion de l’information.
●	Rechercherl’équilibreentresur-informationetsous-information.
●	S’assurer que l’ensemble des membres de l’association soit régulièrement
	 tenu au courant de l’état d’avancement des projets et des actions en cours.
●	Faire en sorte d’informer régulièrement les membres de l’actualité de
	 l’OSC,afind’éviterlasous-information,premièrecausededésengagement
	 des membres d’une association.
●	Harmoniser la communication de l’association. Afin d’être correctement
transmise, l’information doit être simple, précise, complète et utile.
CARTE D’IDENTITE ASSOCIATIVE
1. Qui sommes-nous ?
• Quand ? une à trois dates importantes dans le parcours de
l’association (exemple : date de création, date d’obtention d’un prix,
etc.)
• Qui ? les fondateurs de l’association.
• Pourquoi ? la raison humaine pour laquelle l’association a été créée.
• Pour qui ? les bénéficiaires des projets de l’association.
• Où ? le lieu de création ou la région géographique d'intérêt
..............................................................................................................
..............................................................................................................
..............................................................................................................
2. Pourquoi nous sommes-nous associés ?
En 3 lignes, il faut pouvoir expliquer à quelqu’un qui ne connaît pas
les activités et les résultats que l’OSC veut atteindre.
..............................................................................................................
..............................................................................................................
..............................................................................................................
3. Quelles sont nos trois valeurs fondatrices ?
Astuce : classez les trois valeurs par ordre d’importance.
..............................................................................................................
..............................................................................................................
..............................................................................................................
4. Maintenant, en récapitulant les trois points précédents,
nous pouvons rédiger un texte qui présente notre OSC :
..............................................................................................................
..............................................................................................................
..............................................................................................................
..............................................................................................................
..............................................................................................................
12
●	 La participation
La logique participative* offre plusieurs avantages :
●	 Elle permet à chacun d’être actif et acteur dans la vie de l’association;
●	 Elle stimule l’intelligence collective* et connective des membres. Les solutions
qui seront proposées correspondront aux réalités et au quotidien de l’association;
●	 Elle valorise les compétences et les talents et procure, individuellement, une
reconnaissancetaciteessentielleàl’implicationactivedanslavied’uneassociation;
●	 Elle permet la responsabilisation des membres lors de la prise de décision, les
mettant dans une posture psychologique orientée vers la résolution de problèmes.
●	 L’adhésion collective (voir plus loin «le recrutement des bénévoles»)
Afin de remporter l’adhésion collective, il est important de revenir à la première
dimension de la communication interne, c’est-à-dire, la disponibilité de
l’information. Pour l’établissement d’un listing régulièrement mis à jour, il est
conseillé de disposer de :
1. Annuaire téléphonique
2. Liste de diffusion des adresses électroniques
3. Liste des comptes Facebook
Il est également fortement apprécié de multiplier les canaux de transmission de
l’information. Ainsi, au lieu de n’utiliser qu’un seul canal, utiliser simultanément
les trois listings pour s’assurer que l’information soit transmise à l’ensemble des
membres.
Les outils de la communication interne
●	 Les outils stratégiques
« On ne peut pas réussir sa communication externe si l’on ne sait pas communiquer
eninterne».C’estuneaffirmationquiimpliquel’intérêt delacommunicationinterne
entre l’ensemble des membres de l’association. Celle-ci repose sur des objectifs
et des valeurs partagés par tous les membres . Avant de pouvoir communiquer
aux autres, il est essentiel de savoir formuler l’essence et les objectifs du projet
associatif à soi-même.
FICHE PRATIQUE N°1 - DIAGNOSTIC DE LA COMMUNICATION
INTERNE
Astuce :
Faites également remplir cette matrice par différents membres de votre
association lors des réunions et comparez vos résultats. Vous
collecterez un maximum d’informations utiles et vous vous engagerez
dans une démarche participative valorisant l’intelligence de chacun.
FORCES
Disponibilité
de l’information
Convivialité
Participation
Adhésion
collective
FAIBLESSE
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
13
●	 Les outils techniques : des solutions pour mieux communiquer
	 Des répertoires à jour :
Un répertoire est une liste qui regroupe les coordonnées des contacts utiles à l’OSC.
Cette solution est essentielle pour diffuser l’information auprès des membres et
adhérents.
Un répertoire téléphonique, un répertoire des adresses électroniques et un
annuaire des listes de comptes Facebook qui peuvent être utilisés simultanément
pour la diffusion de l’information augmenteront les chances d’une information pour
qu’elle atteigne les membres et attire leur attention.
Pournousaideràcréeretàmettreàjourlesrépertoires,plusieurssolutionsgratuites
en ligne existent. Ces applications ont l’avantage de sauvegarder le répertoire
sur un serveur distant, afin d’éviter tout risque de perte totale et irréversible de
données.
	 Liste de diffusion intelligente par courrier électronique
Cet outil permet de trouver l’équilibre entre sous-information et surinformation. Il
évite également que quelqu’un soit oublié lors de la saisie manuelle des adresses
e-mail ou que le message soit envoyé à quelqu’un qui n’est pas concerné par
l’information. C’est l’équivalent d’un « e-mail groupé ». Au lieu d’envoyer plusieurs
e-mails à l’ensemble des destinataires du message ou de sélectionner tous les
noms des contacts sur le même e-mail, l’expéditeur de l’information aura juste à
envoyer son message à une seule adresse, celle de la liste de diffusion et le serveur
se charge de distribuer celui-ci à tous les membres de la liste. À part l’envoi de
messages, la liste de diffusion permet aussi de recevoir les réponses de l’ensemble
des personnes du groupe de cette liste. Ces derniers peuvent ainsi soumettre leurs
idées et recevoir, en retour, l’avis des autres membres de la liste.
De plus, chaque membre du groupe a la possibilité de stocker l’ensemble ou une
partie du contenu de la liste sur son PC, simplement en conservant les messages.
CONSEIL
Pour renforcer l’intégration des nouveaux membres, le recours au Shuffling est
recommandé, c’est-à-dire mélanger les personnes de différentes anciennetés,
régions et âges. Cela créera des liens entre des personnes qui sont initialement peu
enclines à faire connaissance spontanément.
14
●	 Les événements festifs
Les événements festifs sont le meilleur moyen de créer et de maintenir un esprit
d’équipe positif. Une animation événementielle originale reste le moyen le plus
efficace pour allier engagement militant et détente. Il est important que les
événements soient organisés sur une base régulière. Tous les trimestres, à chaque
fin de projet, pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux adhérents ou pour fêter
l’anniversaire de l’un des membres, toutes les occasions sont bonnes pour faire la
fête!
●	 Les agendas en ligne
Les agendas en ligne sont un excellent moyen de diffuser l’information auprès
de tous les membres et adhérents. Ainsi, l’information sur les événements, dates
importantes, etc. sera disponible partout et à tout moment. L’avantage est de
pouvoir partager facilement cet agenda entre plusieurs collaborateurs avec des
droits d’accès personnalisés. Ainsi, certains utilisateurs pourront uniquement
visionner les rendez-vous, alors que d’autres pourront les modifier.
Plusieurs solutions gratuites existent. :
- L’agenda en ligne de Google : www.google.com/calendar
- Le calendrier en ligne Hotmail de Microsoft : calendar.live.com
●	 Les organisateurs de rendez-vous en ligne
Organiser un rendez-vous qui réunit plusieurs dizaines de personnes peut parfois se
révéler compliqué. Heureusement que des outils existent pour faciliter la tâche. Ces
organisateurs prennent en considération les disponibilités de chacun et les croisent
automatiquement pour donner les fenêtres de disponibilités collectives.
Des solutions gratuites existent sur le web :
- www.doodle.com (gratuit)
- www.framadate.org (gratuit)
- www.nuages.domainepublic.net (gratuit)
- www.clicrdv.com (payant)
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
15
●	 Les éditeurs de textes collaboratifs et de partage de fichiers en ligne
Les éditeurs de textes collaboratifs permettent de créer un espace collaboratif pour
partager les idées en temps réel ou en différé avec les membres et adhérents sous
formedetexte.Unéditeurdetextecollaboratifressembleàunlogicieldetraitement
de texte classique sauf qu’il permet à plusieurs personnes de contribuer à la
rédaction d’un document. Par exemple, en cas de rédaction d’un communiqué de
presse ou d’une note conceptuelle d’un projet, il est possible de le faire de manière
collective. Cela donnera d’emblée à la production une dimension participative sans
compter le gain de temps assuré grâce à l’effort partagé.
- www.libreoffice.org
- www.framapad.org
Il existe également des outils gratuits en ligne pour stocker et partager des
fichiers en ligne. Les deux plus utilisés sont DropBox et Google Drive. Selon leurs
fonctionnalités respectives, ils servent à :
- Partager des documents
- Constituer un dossier de travail accessible aux membres du groupe
- Rédiger un document de manière collective.
●	 Le code éthique
L’adhésion à l’association témoigne de la volonté de l’adhérent de participer à des
projets d’intérêt public. L’élaboration d’un code éthique* s’inscrit dans une logique
de transparence dans les relations entre l’association et ses membres et dans le
respect des valeurs fondatrices de celle-ci. Il a également pour objet de prévenir les
risques liés à des conflits d’intérêts*. Ce document doit être présenté et signé par
toute personne souhaitant adhérer à l’association
CONSEILS
Le code éthique :
● Doit être synthétique.
● Peut être présenté sous forme de grandes valeurs universelles
expliquées et contextualisées dans le cadre de l’association.
● Peut être imprimé en grand format et accroché de manière visible dans
les locaux.
16
●	 La newsletter
La newsletter ou lettre d’information est un moyen incontournable de diffuser
régulièrement l’actualité auprès des membres de l’OSC mais aussi auprès de
ses partenaires. Elle renforce aussi le sentiment d’appartenance des membres
à leur association. Sa fréquence de diffusion est variable selon les activités de
l’association. Cependant, il est important de garder un rythme relativement
constant. Son contenu doit être synthétique et concis : aller droit au but et viser
uniquement l’essentiel. Bien qu’elle soit consultable sur le site, l’association peut
aussi proposer aux internautes qui le désirent, de s’abonner gratuitement afin de la
recevoir dès sa parution.
●	 Le journal interne
Lejournalinternenécessiteunemiseàjourrégulièredesinformations.Sapériodicité
est fixée en fonction du volume d’informations et de la taille de l’association. Un
minimum de quatre numéros par an est requis pour fidéliser le public.
Il contient tout d’abord un éditorial qui met en lumière une des priorités de
l’association. Viennent ensuite les rubriques abordant des thèmes variés, par
exemple, les actions en cours, les nouveaux projets… et enfin, les entrefilets
rassemblent des informations pratiques (coordonnées, calendrier…). Les
illustrations occupent une place primordiale et permettent de montrer les activités
menées par l’association sur le terrain.
Les petites associations, qui disposent de moins de moyens, préfèrent les feuillets
d’information, qui sont moins lourdes à réaliser.
●	 Le blog collectif
Un blog est une sorte de journal électronique. Son éditeur publie régulièrement
de nouveaux articles, souvent courts (250 à 800 mots) pour rendre compte d’une
actualité vécue. Il s’agit en quelque sorte du journal de bord de l’association. Les
membres peuvent partager leur expérience sous forme de billets, de photos ou de
vidéos qui seront automatiquement datés lors de leur publication. Le blog collectif
est un excellent moyen de renforcer l’esprit d’équipe tout en s’ouvrant sur le monde
extérieur. Cet outil technique peut aussi constituer un moyen efficace et original
pour faire connaître l’association et attirer de nouveaux membres.
●	 Les réunions internes
Une réunion est un outil technique régi par des codes et des méthodes. Le succès
d’une réunion dépend de sa préparation et de la qualité de son animation.
Bien qu’elles soient devancées par la technologie, les réunions internes restent un
rendez-vous privilégié. Les réunions consomment généralement du temps parce
qu’elles impliquent un déplacement physique jusqu’au lieu de rencontre. Il est
donc très important de bien gérer la fréquence des réunions internes. Dans le cadre
associatif et dans les activités bénévoles, le temps est très précieux, il faut savoir
le gérer habilement.
CONSEILS
● Planifier une réunion s’organise et ne s’improvise pas. il convient donc
de l’organiser sur une base régulière et à l’avance.
● Rédiger toujours l’ordre du jour de la réunion (ne dépassant pas une
page) et s’assurer que les personnes concernées par la réunion l’ont bien
reçu trois jours à l’avance.
● Cibler les personnes à convier.
● Désigner à l’avance un responsable de réunion. C’est la personne la
plus compétente sur le ou les sujets qui seront abordés. Il rappellera
l’ordre du jour avant de distribuer équitablement le temps de parole et
s’assurera que l’ensemble des points soient abordés. Il est, en quelque
sorte, l’arbitre de la réunion.
● Synthétiser les décisions qui ont été prises dans un document de
référence ou un procès verbal qui devra parvenir dans un délai de douze
heures aux personnes concernées.
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
17
Objectif spécifique 2 : Recruter des bénévoles
Le recrutement de bénévoles, que ce soit pour une activité ou pour siéger au comité
de l’association, passe par cinq étapes :
●	 Définir le travail : Quand on recrute des bénévoles, la première étape consiste
à définir le type de travail à faire. Cela permet à l’organisme de s’assurer qu’il
choisit la personne qui convient le mieux au poste à combler. Les responsables
du recrutement et les bénévoles éventuels doivent donc tous bien savoir en quoi
consiste le travail.
●	 Déterminer les capacités requises : Une fois le travail bien défini, on détermine
les qualités requises pour l’effectuer. Cela permet de mieux identifier les candidats
bénévoles. La description de tâches est un instrument utile. Elle énumère les
qualités requises dans l’accomplissement d’une tâche. Elle décrit de façon explicite
les attentes des personnes et les exigences du poste de bénévolat. Elle donne, en
outre, aux bénévoles une idée de leur rôle au sein de l’organisme ou de l’activité.
●	 Dresser la liste des candidats possibles : Une fois les profils identifiés, on dresse
la liste des candidats possibles, ainsi que les moyens de les contacter.
●	 Communiquer avec le candidat : Lors de la rencontre ou de l’entretien, il faut
présenter au candidat les avantages qu’il aurait à adhérer à votre organisme ou à
participer bénévolement à votre activité.
●	 Confirmer votre engagement et le sien : Lors de l’événement, assurez-vous
d’avoir une personne responsable des bénévoles.
Un agenda de la journée et une liste des participants sont à communiquer aux
bénévoles.Cesontdesrenseignementssupplémentairesqu’ilspeuventutiliserpour
retrouver d’autres bénévoles, ce qui peut renforce leur sentiment d’appartenance
et valorise leur engagement.
N’oubliez pas d’envoyer une lettre de remerciement à tous vos bénévoles à la suite
de l’événement.
18
CONSEILS
● Lors d’une activité, laissez vos candidats choisir leurs tâches. Certains
bénévoles ont des préférences.
● Indiquez aux bénévoles que vous leur offrez des « avantages » : Coupons
de repas gratuits, boissons gratuites, des tee-shirts gratuits, plusieurs
pauses pour s’amuser, etc.
● Assurez-vous d’avoir autant de détails sur le profil du candidat lors du
premier contact.
Outils pour le recrutement des bénévoles :
●	 Le recrutement de bouche à oreille : une invitation en face à face ou par
téléphone est le mode le plus efficace. Penser à solliciter d’anciens bénévoles et les
nouveaux arrivants dans la communauté. Penser également à prospecter auprès
de votre cercle de proches en passant en revue les gens que vous côtoyez sur une
base quotidienne, hebdomadaire et mensuelle, c’est-à-dire la famille, les amis, les
collègues de travail…
●	 Les annonces à travers la radio
●	 Affichage dans les lieux spécifiques : supermarchés, centres commerciaux,
bibliothèques, hôpitaux, les centres de loisirs, les clubs sociaux, les lycées et les
universités…
●	 Etiquettes et Post-it dans les vitrines et étalages des magasins et commerces
●	 Les annonces dans les journaux communautaires
●	 Bulletins d’informations d’autres organismes associatifs
●	 Distribution d’affichettes, dépliants, flyers… dans les lieux de fréquentation
de la cible : devant les établissements éducatifs, les clubs sportifs, sur la plage,
les cafés, les stations de transport en commun, lors des manifestations sportives,
culturelles…
●	 Sur le net : site de l’OSC ou sites partenaires
Les différents types de bénévoles
Les différents profils listés ci-dessous représentent d’une manière exhaustive la
majorité des types de personnalités de bénévoles. Seulement, ces profils peuvent
se recouper et un bénévole peut en cumuler plusieurs.
●	 Les hommes de réseaux : Ils apportent à l’association leurs relations
●	 Les techniciens : Ils mettent leurs compétences au service de l’association
●	 Les laboureurs : Ils réalisent un travail pratique considérable
●	 Les passifs : Des figures passives agissant dans la routine
●	 Les fondateurs : Piliers de l’association. Ils contribuent à la consolidation de son
	identité
●	 Les profiteurs : Ils recherchent des retombées personnelles
●	 Les passionnés : Leur attitude vis-à-vis de l’association n’est pas rationnelle
●	 Les râleurs : Ils sont « anti-tout » et ils le disent
●	 Les conservateurs : Ils freinent des évolutions et manifestent une peur du
	changement
●	 Lespionniers:Ilssontporteursd’idéesversdenouvellesvoiesdedéveloppement
	 de l’OSC
●	 Les multicartes : Ils adhèrent à beaucoup d’associations et sont difficiles à gérer
●	 Les futurs présidents : Habiles et diplomates, Ils apportent souvent beaucoup à
	 l’association, mais pour une motivation claire : la présidence
CONSEILS
● Les jeunes de 15 à 24 ans sont très heureux de faire du bénévolat, car
ceci favorise leurs chances de trouver un emploi (le bénévolat peut être
indiqué sur leur C.V. )
● Choisissez des couples impliqués dans le bénévolat. Ils apprécient des
activités qu’ils peuvent faire ensemble.
● Les personnes seules : choisissez des personnes qui ont un besoin de
rencontrer d’autres gens.
● Les baby-boomers et leurs précieuses connaissances - ils ont beaucoup
d’expérience à offrir aux organismes.
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
19
L’évaluation de la communication interne
L’évaluation continue permet d’évaluer la performance de la communication
interne.
Plusieurs méthodes sont disponibles comme le focus group, l’entretien individuel,
le questionnaire ou encore le brainstorming. Comme signalé dans la première
section, la communication dans le cadre associatif s’appuie essentiellement sur la
relation interpersonnelle. En ce sens, les entretiens sont privilégiés, qu’ils soient
collectifs ou individuels, ils seront une occasion supplémentaire pour valoriser le
point de vue et l’expérience des membres.
La FICHE PRATIQUE n°3 oriente dans l’évaluation de la communication interne.
FICHE PRATIQUE N°3 - L’EVALUATION DE LA COMMUNICATION
INTERNE
PARTIE I - AUTO-EVALUATION
Avons-nous élaboré un plan de communication interne ? oui non
Avons-nous mis en place des outils techniques prévus
dans ce plan ?
oui non
Est-ce que ces outils techniques sont couramment
utilisés par nos membres ?
oui non
Si non, pourquoi ?
...............................................................................................................
...............................................................................................................
Relevons-nous des conflits à cause d’un problème lié à
information ?
oui non
PARTIE II - GUIDE D’ENTRETIEN À ADMINISTRER AUX
MEMBRES (entretiens individuels ou collectifs)
Est-ce que l’information vous est transmise dans de bons
délais ?
oui non
Que pensez-vous de la clarté de l’information dans notre association ?
...............................................................................................................
...............................................................................................................
...............................................................................................................
Que pensez-vous des outils que nous utilisons pour communiquer entre
nous ?
...............................................................................................................
..............................................................................................................
Comment peut-on améliorer notre communication interne ?
...............................................................................................................
...............................................................................................................
...............................................................................................................
Le plan d’action de la communication interne
Pour mettre en oeuvre la stratégie de communication, il faut privilégier un plan qui
définit les actions à mener, leur timing et les responsabilités.
La FICHE PRATIQUE n°2 permettra de formaliser cette dernière étape.
FICHE PRATIQUE N°2 - SOLUTIONS POUR LA COMMUNICATION
INTERNE
Disponibilité
de l’information
Convivialité
Participation
Adhésion
collective
FAIBLESSES
SOLUTIONS
TECHNIQUES
RESPONSABLES
SOLUTIONS
DATE DE MISE
EN OEUVRE
20
Assurer le financement de l’association
Un des principaux objectifs d’une association est d’assurer son financement à
travers les collectes de fonds afin de pouvoir couvrir ses frais de structure et les
investissements liés à la prochaine collecte ainsi que de mener à bien les actions
en cours. La mobilisation des ressources est indissociable de la communication.
Lorsqu’elle communique bien sur ses réalisations, une OSC a d’autant plus de
chances de convaincre ses bailleurs de fonds. On trouve trois modes de financement
selon les besoins et les orientations de l’association.
●	 Lesfondsprivés:ilspermettentauxassociationsdeconserverleurindépendance
	 d’action vis-à-vis des bailleurs de fonds publics
●	 Les fonds publics
●	 Le financement mixte permet un équilibre entre les fonds privés et publics
Objectif spécifique 1 : diversifier et développer les ressources
●	 Les prestations de service : organisation de séjours, cours de sport, conseil,
location de matériel, formation…
●	 Les ventes de biens : calendriers, revues, produits confectionnés par les
membres, tenues, accessoires, gadgets…
●	 Les produits des manifestations : kermesses, fêtes annuelles, concerts,
spectacles, rencontres sportives, expositions, concours, conférences, ventes au
déballage (brocantes, braderies, marchés aux puces, vide-greniers…), organisation
de repas, loteries et tombolas
●	 Lesproduits-partage:C’estuneformedepartenariatentrel’OSCetlesentreprises
commerciales où l’association accepte de laisser apparaître temporairement son
nom sur un produit. L’entreprise partenaire augmente alors son prix de vente
habituel et reverse la différence à l’association ou dans certains cas, l’entreprise
n’augmente pas le prix mais revoit sa marge à la baisse
Cette méthode permet à l’association de pénétrer dans les foyers sans frais ,
par l’intermédiaire d’un produit. Pour le consommateur, c’est une manière de
transformer un acte banal en un acte de générosité qui lui donne un sentiment
d’accomplissement
●	 Les achats solidaires et les boutiques en ligne
●	 Les OSC tunisiennes devraient penser à développer ces deux pratiques qui ont
fait par ailleurs leurs preuves auprès d’agences internationales comme l’UNICEF.
L’idée est de proposer des produits (calendriers, agendas, cartes postales) à la
vente sur le site de l’association. Une autre possibilité de financement pour l’OSC,
consiste à développer des activités Génératrices de Revenus (AGR)
●	 Le sponsoring : Le sponsoring suppose une contrepartie publicitaire et peut
être considéré comme la vente d’une prestation de service publicitaire par
l’association pour le compte d’une entreprise. L’association accepte alors de faire
de la publicité (présence du logo* sur les billets de spectacle, présence d’affiches
lors des manifestations…), pour une entreprise identifiée comme étant le sponsor.
En contrepartie, l’entreprise accorde une aide financière, technique ou logistique à
l’association
Objectif spécifique 2 : mobiliser des ressources externes
●	 Le mécénat*
C’est une forme noble de parrainage. Le mécène, contrairement au sponsor, apporte
son aide mais ne réclame pas de contrepartie publicitaire. Le mécénat peut prendre
plusieurs formes :
- Mécénat financier : Soutien financier direct
- Mécénat en nature : Remise d’un bien (équipement sportif), de marchandises
(produits alimentaires), mise à disposition de matériel ou de locaux (matériel sono,
bail gratuit)
- Mécénat technologique : Mise à disposition par le mécène de son savoir-faire ou
de ses compétences techniques (formation, expertise, conseil…)
- Mécénat de compétences : Mise à disposition gratuite de salariés rémunérés par
le mécène ou prestations de services non rémunérées
●	 Les fondations
Repérer, dans l’ensemble du monde des fondations celles susceptibles de financer
des actions de l’association et leur présenter un projet écrit adapté à leurs attentes
et répondant à leur cahier des charges. (Portail des fondations et du mécénat –
www.fondations.org)
●	 Les dons : Les donations englobent les dons de tout bien (mobilier, immobilier)
ou valeur de manière gratuite. Ils peuvent être effectués sans acte notarié, sous
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
21
CONSEILS
La condition sine qua non du don est la confiance que le donateur
peut placer dans l’association. En effet, ne pouvant obtenir de preuve
matérielle de la bonne utilisation de son don, le donateur s’en remet
aux informations que l’association veut bien lui donner. Il faut donc
communiquer avec le donateur pour gagner sa confiance, qui ne peut
être acquise qu’à travers la transparence sur la gestion des dons.
Construisez un discours destiné aux donateurs en anticipant ces
questions:
• Qui êtes-vous ? Que faites-vous ?
• Pourquoi c’est important ? Pourquoi c’est urgent ?
• En quoi êtes-vous les mieux placés pour répondre au besoin ?
• Quelles sont vos garanties ?
• En quoi êtes-vous différents des autres ? Qu’apportez-vous de plus/
mieux ? Pourquoi vous ?
• Pourquoi avez-vous besoin de moi ? Que me proposez-vous
concrètement ?
• Quel sera l’impact ? Quels seront mes bénéfices ?
diverses formes (argent liquide, chèque bancaire, aide en nature, abandon de
créance…)
●	 Les subventions publiques : Les subventions publiques se traduisent par des
subventions de fonctionnement, d’investissement, sur projet (dans le cadre d’un
appel à projets), aides à l’emploi…
●	 Ledonenligne:D’unsimpleclic,untransfertdefondsestaccompli,leplussouvent,
àtraversleremplissaged’unformulairededonsenligne.Pourcela,l’OSCdoitéquiper
son site de tous les dispositifs nécessaires, c’est-à-dire le paiement sécurisé en ligne
et le traitement bancaire associé. Si le don en ligne est plus simple à faire, le message
d’appel au don doit être accrocheur c’est-à-dire clair et percutant
Il est recommandé, dans un souci de transparence et pour rassurer les donateurs,
d’ajouter sur le site une rubrique informant les donateurs sur la destination et la
gestion financière de leurs dons.
Il n’existe pas d’études ou d’enquêtes relatives au marché du don en Tunisie, ni sur le
profil du donateur tunisien. Cependant, sur le plan mondial, des recherches dans le
domainedudonetdel’humanitaireontpermisdedresserleportraitdudonateurtype2
.
Ce dernier a la cinquantaine passée, une profession agréable et de moins en moins
prenante, des revenus confortables, un niveau d’études supérieur et une grande
culture acquise par la lecture, les journaux, la radio, la télévision et les liens sociaux.
Ce portrait type ne répond en aucun cas à toutes les situations et les contextes
afférents au monde associatif de par le monde. Il peut être nuancé compte tenu des
missions des associations, de l’âge de leurs donateurs, de la structuration de leurs
financements et surtout de l’appartenance culturelle et géographique des donateurs.
Typologie des donateurs3
● Les « Eprouvés » : Ce sont des donateurs jeunes, entre 30 et 40 ans, de catégorie
socio-professionnelle modeste. Soit, ils ont déjà vécu des situations difficiles soit ils
côtoient encore la pauvreté dans leur vie quotidienne et ils ont ainsi bénéficié de la
générosité des autres. Leurs dons sont modestes, le plus souvent de main en main
ou en nature. Le geste de don est très peu rationalisé.
● Les « Militants » : Ce sont de jeunes adultes qualifiés qui ont des convictions
politiqueset/oudespréoccupationsmorales/spirituelles.Leursdonssontréfléchis,
programmés, souvent réguliers. Ils vont de préférence vers des associations qui se
positionnent comme des « contre-pouvoirs » par rapport aux institutions et à l’Etat.
●Les«Epargnés»:Ce sont des personnes âgées de 40 à 60 ans, aisées socialement
et économiquement, qui se sentent privilégiées et épargnées par le sort et en
conçoivent une dette à l’égard des moins favorisés. Leur don est motivé par le souci
de préserver un équilibre perçu comme instable entre les pauvres et les riches,
leurs dons sont le plus souvent réguliers et vont en général à plusieurs associations,
perçues à la fois comme relais et palliatif aux insuffisances de l’Etat.
● Les « Généreux » : Ce sont le plus souvent des seniors de catégorie
socioprofessionnelle supérieure, parfois retraités, qui conçoivent le don comme
une forme de responsabilité découlant de leur statut social.
L’acte de don est rationnel, planifié et s’inscrit dans une pratique choisie ou héritée,
la tradition familiale étant un facteur déterminant dans le comportement de ce type
dedonateurs.
2 - Portrait inspiré d’une description de Gérard Gendre, « Les stratégies de la générosité », éditions Economica, Paris,
1996.	
3 - Typologie présentée par Gérard Gendre, « Les stratégies de la générosité », éditions Economica, Paris, 1996.
22
LA
COMMUNICATION
EXTERNE
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
23
Informer, la médiatisation des activités et des résultats
Cette étape est essentielle dans l’activité associative. L’objectif d’informer
s’accompagne très souvent d’un autre objectif : celui de sensibiliser et parfois
même d’éduquer. Ainsi, l’association se voit contrainte d’informer deux cibles
différentes à deux niveaux différents:
- D’abord informer sur ses activités, ses réalisations, ses besoins auprès de ses
bailleurs de fonds et auprès du grand public
- Ensuite informer sur une nouvelle règle, un concept, une loi, une situation etc.
auprès d’une population cible bien définie
Les méthodes d’information et de sensibilisation sont diverses : campagnes de
presse, conférences, campagnes publicitaires médiatiques, rapports pour les
pouvoirs publics, tracts, journaux de l’association.
Objectif spécifique 1 : informer les médias sur ses activités
L’information des médias se traduit par l’établissement de bonnes relations
presse. Celles-ci constituent pour les OSC un outil de communication essentiel leur
permettant une diffusion de leurs informations à moindre coût. Cependant, il existe
certains risques à ne pas négliger telle que la déformation de l’information lors de
sa retranscription dans la presse. C’est pourquoi la rédaction des documents doit
être minutieuse, afin d’éviter toute ambiguïté et toute confusion pour ne pas ternir
l’image de l’association auprès de son public.
Les méthodes innovantes
●	 Impliquer les journalistes
Les associations qui désirent médiatiser un événement, leurs organisations ou
leurs idées se retrouvent souvent confrontées à un obstacle majeur : le refus des
journalistes. En effet, ceux-ci établissent des critères de médiatisation adaptés à
ce qu’ils pensent être les attentes de leurs lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs.
Face à cette situation de recherche de l’audimat, une stratégie efficace consiste à
impliquer le journaliste sur le sujet auquel l’association souhaite le sensibiliser dès
le début de l’action et durant toutes les phases de sa réalisation.
●	 Développer un partenariat OSC/Presse
La collaboration avec la presse sur de nouvelles bases d’échange nécessite
d’entamer le dialogue avec les journalistes à travers des journées d’informations,
FICHE PRATIQUE N°4 - FICHE CONTACT JOURNALISTE
Média : ......................................................................
Prénom.................................... Nom..............................................
Adresse postale : ............................................................
Téléphone bureau : ............................Téléphone mobile : ...........................
Fax................................. E-mail .................................................................
Spécialité : ...................................................
Centres d’intérêt : ............................... ........................... ............................
Date dernier contact Sujet
Date prévues du
prochain contact
jour/mois/année jour/mois+1/année
24
Modèle-exemple de communiqué de presse
Logo de l’association
Notre logo doit être placé dans l’en-tête
du communiqué
Communiqué de presse
Mention à placer à côté du logo ou en
gros caractères (taille 16 au minimum).
Pour publication immédiate
Il est important de préciser cette
information. Parfois, l’émetteur d’un
communiqué souhaite une publication
différée. Cela diminue les chances de
publication de notre communiqué.
Tunis, le 13 juin 2013 Le lieu et la date.
Quelle est la place de la victime dans la justice
transitionnelle?
Le titre doit :
1. Etre attirant.
2. Annoncer clairement le contenu
du communiqué.
Soucieuse de soutenir la transition
démocratique, l’Association Tunisienne pour
la Justice Transitionnelle (ATJT) révélera
la semaine prochaine les résultats de la
première étude sur la place de la victime dans
le processus de justice transitionnelle.
Le chapeau doit :
Résumer en une ou deux phrases
l’essentiel du message que nous voulons
faire passer.
L’ATJT a chargé un groupe de 5 experts
internationaux d’une étude comparative sur
la place de la victime dans le projet de loi
pour la justice transitionnelle élaboré par le
gouvernement tunisien. Les résultats seront
rendus publics lors d’une conférence de
presse
Le paragraphe n°1 doit :
Traiter le sujet de manière factuelle en
répondant aux questions suivantes : Qui ?
Quoi? Quand ? Comment ? Pourquoi ?
«Il ne peut y avoir de transition démocratique
sans justice transitionnelle. L’étude de l’ATJT
vient au bon moment pour nous éclairer sur
les choix historiques de la Tunisie dans cet
important dossier», explique Maitre Dhaker
Foulène, expert international, dont l’équipe a
élaboré le projet de justice transitionnelle en
Tchekozlomanie en 1996.
Le paragraphe n°2 doit (optionnel) :
Appuyer le propos par le témoignage
d’un expert reconnu dans le domaine
concerné.
Fin communiqué
Cette mention précise que le communiqué
est bien terminé et qu’il n’a pas de suite sur
une autre page.
Pour plus d’informations :
Mme Miriam Foulène
Tél fixe. 00216 -71 111 1111
Tél mob. 00216 -98 111 1111
Fax. 00216 -71 211 1111
E-mail : Miriamfoulene@asso.org
Coordonnées complètes de la personne
à contacter.
des tables rondes… afin d’initier la réflexion sur :
- La valorisation de l’éthique sur le commercial : société civile, journalistes, ONG,
pouvoir publics… devraient multiplier les occasions de rencontre et de réflexion
pour débattre des priorités dans le traitement de l’actualité. Dans une Tunisie
postrévolutionnaire, il serait opportun de repenser la mission journalistique en
dégageant des priorités en fonction d’autres critères que les intérêts de l’audimat,
les intérêts politiques et promotionnels traditionnels.
- Reconsidérer la valeur « temps » : en privilégiant la démarche analytique et
compréhensive des événements. Ce qui se traduit par le fait de prendre le temps
d’expliquer un événement, une situation plutôt que de se contenter de publier des
«images choc».
- Préserver la dignité humaine : en évitant les images qui montrent de façon
ostentatoire la détresse humaine. Les victimes restent des personnes humaines :
montrer leur souffrance, certes, mais en respectant leur intégrité.
Les méthodes classiques
●	 Un annuaire à jour
Comme toute entreprise, un média vit des changements permanents. Il est donc
important pour l’association de maintenir l’annuaire des contacts média et des
journalistes à jour. Y consacrer une matinée à chaque début de trimestre permet
d’actualiser cette base de données et de la maintenir à jour.
●	 Les fiches de contact des journalistes (voir FICHE PRATIQUE n°4)
Les fiches contact des journalistes sont un outil essentiel pour construire une
relation positive avec les médias et garantir une couverture ciblée des activités de
l’association. Ces fiches doivent contenir les coordonnées du journaliste, ainsi que
ses domaines de couverture médiatique.
●	 Le communiqué de presse
Le communiqué de presse est un document incontournable de toute opération
presse. Il est destiné à l’ensemble des médias ciblés afin qu’ils transmettent les
informations auprès de leurs publics respectifs. En général, un communiqué de
presse est un document factuel*. Dans le monde des OSC, le communiqué sert
également à exprimer une prise de position de l’OSC concernant une question
d’actualité comme une violation des droits humains, etc.
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
25
26
●	 Le dossier de presse
Le dossier de presse est un document essentiel pour présenter l’association au
monde médiatique. Il s’adresse aux journalistes, pour les inviter à une conférence
de presse, pour les sensibiliser à travers une campagne d’information etc. Pour les
journalistes, c’est un document de travail utile qui leur permet de disséminer* en
connaissance de cause une information émise par l’association.
Sa présentation est généralement la suivante : une page de titre, une de sommaire,
une fiche par sujet traité avec des titres pour chaque paragraphe (éventuellement
illustré). Chaque point clé est développé plus en profondeur dans un paragraphe.
De plus, nous retrouverons en bas de chaque page, l’intitulé du dossier et le nom
de l’association.
●	 La conférence de presse
La conférence de presse est un outil majeur dans les relations presse mais à
manipuler avec parcimonie. Il faut veiller à n’organiser une conférence que lorsqu’il
y a de la matière car convier les journalistes pour des informations sans grande
importance ou simplement pour informer sur une activité risque d’entrainer des
effets autres que ceux escomptés. Il serait donc préférable et même recommandé
de recourir à cet outil quand il s’agit de présenter ou de restituer des résultats. Il
vaut mieux dire « voilà ce que j’ai fait » plutôt que « voilà ce que je vais faire ». Une
conférence de presse doit remplir quatre objectifs :
-	 Une présence médiatique importante.
-	 Des retombées médiatiques importantes.
-	 Une bonne compréhension du sujet ou du message communiqué aux médias.
-	 Une ambiance conviviale et un échange courtois et amical avec les journalistes
présents.
Objectif spécifique 2 : Communiquer efficacement avec un journaliste
●	 Préparez le terrain
1. Evaluez si les médias peuvent vous apporter de l’aide :en aidant à médiatiser
votre action et déterminer le bon timing pour contacter la presse.
2. Rédigez un message court et efficace : Votre message doit être concis, efficace
et ne pas dépasser 30 secondes : Utilisez des verbes énergiques et positifs :
« j’ai lancé mon projet » est mieux que « je démarre mon projet».
FICHE PRATIQUE N°5 - LA CONFERENCE DE PRESSE
L’objectif de la conférence de
presse
Les messages à faire passer
Le ton ( ) expert ( ) alerte ( ) festif
Les supports visuels ou
audio-visuels à utiliser par les
intervenants (photos, vidéos)
Le format ( ) plénière ( ) petit-déjeuner ( ) déjeuner
Date et lieu
Les supports visuels pour
l’habillage de la salle (affiches,
banderoles)
Budget
Le dossier de presse
( ) papier ( ) mémoire flash
( ) papier et mémoire flash
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
27
3. Mettez en avant un aspect de votre action facile à médiatiser :
- Le timing : Donnez les dates phares de votre combat. Pourquoi est-ce important
de se mobiliser maintenant ? Quelles sont les évolutions attendues demain, l’année
prochaine ?
- L’impact : Combien de personnes sont touchées par votre problématique ? C’est
important pour les journalistes de pouvoir quantifier l’impact de votre action.
- Spécificité nationale, régionale ou locale : La majorité des journaux sont centrés
sur une zone géographique : internationale, nationale, régionale. Contactez les
journalistes proches de votre région.
- Stars : Les journalistes adorent parler de stars. Avez-vous un personnage public
(sportif, acteur, expert…) qui milite dans votre association ? C’est important de le
citer.
- Fait divers : Les journalistes relaient facilement les faits divers. N’hésitez pas à
partir d’un exemple concret pour parler de votre combat.
4. Déterminez un support de communication : vidéo, image, son : Une chance de
plus pour être médiatisé est d’ajouter un élément vidéo, une photo, ou un message
audio. Compilez l’ensemble de ces éléments et communiquez-les aux journalistes à
qui vous vous adressez.
5. Argumentez vos propos à l’aide d’articles, de références : Vous pouvez
également ajouter à votre communiqué de presse un article, un témoignage, une
étude ou des copies de mails, donnant de la crédibilité à votre combat.
●	 Rédigez un article sur votre combat
1. Trouvez des médias qui ont déjà publié des articles sur votre sujet et identifiez
des journalistes intéressés par votre sujet : Avec cette précieuse liste, vous
pouvez envoyer un email personnel à chacun résumant votre combat. N’oubliez
pas d’indiquer vos coordonnées et un lien vers votre site web si vous en possédez.
2. Ecrire et envoyer votre article : votre article doit répondre aux questions
suivantes : Qui? Comment? Quand? Quoi? Où? A quel effet?
N’hésitez pas à contacter les journalistes pour être sûrs qu’ils ont bien reçu votre
email. Soyez poli et professionnel. Les journalistes sont très sollicités et n’ont pas
28
beaucoup de temps pour échanger avec vous.
Soyez donc succinct.
Votre appel doit être sympathique et non agressif
pour les convaincre de couvrir votre actualité.
3. Répertorier les informations relatives à des
« success stories » vécues par votre association
ou par l’un de ses membres et rédiger un papier
dans ce sens en argumentant à l’aide de photos, de
témoignages etc.
4. Accompagner votre document par une
présentation rapide de votre association, de ses
principales réalisations et de ses méthodes de
travail sur le terrain.
5. Archivez les articles reprenant votre cause
●	 Préparez-vous pour une interview
1. Ecrivez 3 arguments : Mettez sur papier les trois
arguments principaux que vous allez développer
pendant votre entretien.
2. Préparez votre présentation : Ecrivez une phrase
qui vous présente, qui êtes-vous, quelles sont vos
fonctions, vos responsabilités ? Trouvez dans votre
parcours ce qui va vous donner le plus de crédibilité
face aux journalistes.
●	 Couverture médiatique
1. Communiquez les articles de presse à vos
partenaires
2. Remerciez le journaliste pour son article : Restez
encontactaveclejournalistequiaécritunarticlesur
votre combat. N’oubliez pas de le remercier et de lui
donnerrégulièrementdenouvellesinformations.
Structure d’une
invitation à
une conférence
de presse
Logo
Le logo doit être
assez grand pour
être visible sans
efforts
Mention
«Invitation»
et titre
La mention
«Invitation
Conférence»
doit-être en haut
du carton dans
la plus grande
typographie
utilisée dans
l’invitation (au
moins 18 pxl).
Le titre doit à
être court et
accrocheur
Date,
heure et
lieu
La date et le lieu
doivent figurer
immédiatement
sous le titre
Sujet
Le sujet de la
conférence doit
être décrit en
trois lignes.
Informa-
tions utiles
et contacts
Adresse du lieu
de la conférence,
prénom et nom
de la personne,
numéro de
téléphone, email
Plan
d’accès
En option, nous
gagnerons à
rajouter un plan
d’accès au verso
de l’invitation
Après l’événement
La rédaction du compte-rendu
Un compte-rendu détaillé doit être élaboré portant sur la forme et le fond de la
conférence avec les informations suivantes : la liste des médias et des journalistes
présents, les principales questions posées, le nombre d’interviews, la clarté du
message et les problèmes techniques (s’il y en a eu). Ce compte-rendu sera partagé
avec l’ensemble des membres.
L’envoi du dossier de presse
Un dossier de presse accompagné de visuels (photos en haute définition de la
conférence, etc.) est envoyé à tous les médias et aux journalistes qui ne se sont pas
déplacés à la conférence de presse
La gestion des demandes des journalistes
Les journalistes attendent d’un service de presse (même celui d’une nouvelle
Pendant l’événement
Le jour J, un ensemble de paramètres doivent être maîtrisés afin que tout se passe
dans les meilleures conditions.
La FICHE PRATIQUE n°6 aidera à prévenir de l’oubli.
FICHE PRATIQUE N°6 - CHECK LIST TECHNIQUE
Signalétique ( ) vérifié
Nombre et disposition des chaises ( ) vérifié
Fonctionnement des prises électriques ( ) vérifié
Fonctionnement des lumières ( ) vérifié
Fonctionnement du matériel de sonorisation ( ) vérifié
Fonctionnement du matériel de projection ( ) vérifié
Habillage visuel ( ) vérifié
Buffet et rafraîchissements ( ) vérifié
Le dossier de presse ( ) vérifié
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
29
association) qu’il soit rapide et rigoureux. Toutes les demandes sont traitées dans
les quatre heures qui suivent la conférence.
La collecte des retombées
Le press-book* d’une conférence de presse est l’indicateur le plus important du
succès d’un événement. Il a aussi valeur de mémoire et servira auprès des bailleurs
de fonds et des partenaires comme témoignage de la dynamique de l’OSC.
L’évaluation de la stratégie presse
Avons-nous une bonne stratégie presse ? C’est la question à laquelle l’évaluation
stratégique va répondre.
L’évaluation fait partie intégrante de la stratégie. C’est en quelque sorte le
baromètre qui va permettre d’évaluer la progression. L’évaluation d’une action
de relations presse consiste à analyser les retombées médiatiques concernant
l’association, une à deux fois par an.
Les étapes d’évaluation de notre stratégie presse
Repérer nos sources d’information
Savoir ce que la presse dit de nous nécessite de mettre en oeuvre une veille média
permanente. Pour le moment, il n’existe aucun outil automatisant totalement
cette veille. Nous devrons donc, en partie, opérer manuellement. Pour cela, il nous
faudra systématiquement consulter les titres de presse après chaque événement
médiatique ou opération de relations presse organisée par notre OSC. Il existe
des outils électroniques gratuits qui permettent l’automatisation d’une partie de
ce travail. Ces outils ne concernent pas seulement la presse électronique, mais
également la presse papier.
Les outils presse des moteurs de recherche : plusieurs moteurs de recherche sur
Internet permettent d’accéder directement aux articles de presse qui traitent de
l’association. Ces outils permettent également de filtrer les résultats par date de
parution de l’article, etc.
Les outils d’alerte électronique : ces outils peuvent alerter en temps réel à chaque
fois qu’un mot renseigné auparavant (comme le nom de l’association ou celui d’un
événement organisé) apparaît dans la presse électronique ou, plus largement, sur
Internet..
Modifier les comportements
Il arrive parfois que les associations se substituent aux services publics pour la
promotion de nouveaux gestes en faveur de l’environnement, de la santé, de la
citoyenneté… C’est donc tout naturellement que les missions et les objectifs de
communication des associations ont, entre autres, pour objectifs de modifier les
comportements et les modes de vie de la population.
Généralement, la modification des attitudes ou des comportements humains
passe par des campagnes d’envergure qui utilisent plusieurs moyens et supports
de communication. Seulement, dans le cas de la communication associative, ces
campagnes médiatiques ne sont pas toujours pertinentes et réalisables en raison
notamment des moyens dont dispose l’association, car ces campagnes coûtent
généralement cher et surtout, en raison de la spécificité de certains bénéficiaires
du travail associatif, souvent difficiles d’accès et parfois même, non exposées aux
moyens médiatiques classiques. Avec ces groupes spécifiques, il est nécessaire
d’adapter les messages, le ton des messages et les vecteurs de communication à
leurs attentes et à leurs besoins. Cela nécessite non seulement une connaissance
fine de ces groupes cibles mais aussi une maîtrise des différents outils et des
vecteurs adéquats.
Les publics cibles de la communication associative :
Les femmes
La cible féminine constitue très souvent la cible de communication privilégiée
des associations, à la fois comme acteur et bénéficiaire. Cette cible se décline en
plusieurs sous-ensembles : la femme rurale, la citadine, la femme battue, la mère
célibataire, l’ouvrière, l’analphabète, la ménagère, l’active… Leur identification
dépend étroitement du thème de communication et de la mission principale de
l’action associative.
●	 La femme rurale
Elle joue un rôle important dans l’activité agricole. Les études démographiques
montrent que la présence féminine en milieu rural est plus importante que
la présence masculine en raison de l’exode rural qui touche plus les hommes
que les femmes. Outre le travail domestique, elle travaille dans les champs, à
l’élevage et parfois même assure une activité artisanale. Elle fréquente les lieux
de socialisation traditionnels comme le hammam, le dispensaire, les fêtes et les
30
occasions familiales, les sources d’eau, les jours de marché etc. en l’absence de
structures de divertissements et de loisirs. Elle se distingue également par un faible
taux de scolarisation.
●	 Comment communiquer avec les femmes ?
- Aller à leur rencontre;
- Privilégier la communication directe et de groupe;
- Choisir un porte-parole femme qui parle le langage de la région;
- Eviter les attitudes ostentatoires et accusatrices;
- Respecter les traditions d’usage et se plier aux convenances locales;
- Prendre le temps d’expliquer en s’aidant d’un support audio-visuel;
- Les aider à s’exprimer et à partager leur expérience.
Les jeunes
Les jeunes constituent une des cibles les plus difficiles à atteindre en termes de
communication:L’utilisationdesmoyensdecommunicationenconstantemutation,
langage spécifique, communautés hétérogènes, intérêts divers et immédiats,
tranches d’âges flexibles etc. sont autant d’éléments à prendre en considération
pour toute stratégie qui leur est destinée.
Sur le critère de l’âge, le jeune est couramment désigné comme appartenant à une
tranche d’âge allant de 12 à 25 ans. Cependant, dans ce large éventail, il y a :
- Les préadolescents et adolescents : Pour la plupart scolarisés, ils constituent le
public des collégiens et des lycéens. Ils sont très réceptifs à l’action et sont encore
facilement consommateurs de services.
- Les étudiants : Public très exigeant et captif. Leurs attentes concernent beaucoup
plus sur le soutien à leur cursus. Ils ont des soucis de logement, de santé et se
trouvent souvent en dehors de la cellule familiale. Les étudiants constituent un
public relais à forte notoriété capable de fédérer et de s’engager.
- Les décrochés : Ils se trouvent en dehors des structures classiques et formelles.
Ils nécessitent un besoin fort de soutien et constituent souvent la cible prioritaire
d’actions de communication sociale.
●	 Communiquer efficacement avec les jeunes
- Les jeunes ont besoin d’être traités avec respect, dignité et d’être acceptés en
tant qu’individus.
- Les guider à l’aide d’exemples et d’instructions.
- Les féliciter pour leurs accomplissements et les aider sans porter de jugement
lorsqu’ils commettent des erreurs.
- Ils se fient aux adultes pour leur donner la liberté de tester leurs compétences et
leurs habiletés à prendre de bonnes décisions.
- Etre flexible et encourager leurs suggestions pour obtenir le succès.
Objectif spécifique 1 : Modifier le comportement des femmes rurales à des fins de
développement
Les moyens médiatiques
●	 La radio
Elle constitue le moyen le plus puissant et le plus économique pour atteindre
les populations rurales dans les régions isolées. C’est un outil important pour la
diffusionrapidedemessagessurdenouveauxconceptsettechniquesdeproduction
agricole, sur la santé, la nutrition, le planning familial et autres questions sociales
et culturelles.
Cependant, il faut faire preuve de créativité en utilisant la radio à des fins de
changement des comportements. Il est nécessaire de pallier le manque d’image
par une créativité vocale et musicale plus développée et plus recherchée. Une
fois ces principes pris en compte, la radio s’avère un vecteur de communication
très pertinent. Elle peut promouvoir le dialogue et la discussion sur les principaux
thèmes de développement rural et servir de tribune pour exprimer les opinions, les
besoins et les aspirations des femmes rurales.
Lesprogrammesradiosontplusefficaceslorsqu’ilssontréalisésaveclaparticipation
du public, lorsqu’ils comprennent des émissions en direct, des jeux-concours et des
débats dans les langues locales et qu’ils tiennent compte des traditions et de la
culture locale.
Les moyens scripto-audiovisuels
Les médias scripto-audio et visuels (diapositives, films, cassettes audio, boîtes à
images, affiches, dépliants, etc.) sont des outils précieux pour le travail de groupe
en milieu rural, aussi bien pour la sensibilisation que pour la formation sur un sujet
donné. Ils sont utilisés avec les femmes à l’heure et à l’endroit qui leur conviennent
: les agricultrices n’ont ni le temps ni l’argent pour se rendre aux centres de
formation et souvent, pour des raisons culturelles, ils ne peuvent assister à une
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
31
session de formation en présence d’hommes. Les matériels scripto-audiovisuels
peuvent arriver jusque dans les villages et être montrés aux femmes lorsqu’elles se
sont libérées de leurs tâches ménagères, agricoles, etc.
●	 La vidéo
Elle facilite la compréhension. Elle est complétée par des guides imprimés à la
présentation simple, comportant beaucoup d’illustrations et peu de texte et qui
servent également de «mémoire» pour les apprenants.
●	 La vidéo participative
Le concept de la vidéo participative implique que la production de contenus vidéo
puisse impliquer les femmes rurales - moyennant une formation de base – leur
permettant ainsi d’articuler leurs propres besoins et de raconter leurs anecdotes
personnelles. À travers leurs témoignages, le récit de leurs expériences et leurs
histoires racontées, les femmes créent-elles mêmes la vidéo..
Quand les femmes rurales se voient sur un écran en train de montrer une technique
ou d’exprimer une opinion et qu’elles réalisent que des gens influents, qu’elles
n’auront vraisemblablement jamais l’occasion de rencontrer, les verront et les
écouteront, elles deviennent plus sûres d’elles et se sentent plus à l’aise pour
partager leurs opinions et leurs connaissances avec les autres.
L’utilisation de la vidéo participative offre un outil précieux à tous ceux qui
souhaitent responsabiliser les communautés et changer les comportements.
L’expérience a démontré que les femmes qui acquièrent des compétences en
matière de communication et d’animation grâce à leur participation deviennent des
animatrices crédibles et capables de disséminer leurs connaissances.
●	 Le langage des diapositives
Il s’agit de présenter des diapositives devant un groupe de femmes et qui permet de
créer le débat autour de la problématique soulevée pour dégager des solutions aux
problèmes et envisager des actions communes. Les présentations doivent se faire
dans un langage compréhensible par l’auditoire en évitant les mots techniques et
les concepts difficiles.
32
Règles pour la création de diapositives
-	 Votre public ne peut retenir que 5 idées par diapositive
-	 Gardez une taille de police minimum de 18 points
-	 Utilisez les puces et ne formulez pas de phrases complètes
-	 Limitez-vous à un seul sujet par diapositive
-	 Utilisez peu de texte et plus de graphiques, de photos, d’animations etc.
-	 Calculez 1 à 2 minutes environ de présentation par diapositive
●	 Albums photo et expositions
Ces supports sont utilisés comme «mémoire de groupe» et de moyens de partage
des expériences entre les groupements féminins et les communautés.
Médias traditionnels
Dans certains villages isolés, les femmes rurales analphabètes, en particulier,
n’échangent d’informations que lors des festivités locales, des réunions familiales,
des associations traditionnelles et religieuses, des rencontres avec les vendeurs
itinérants, lorsqu’elles vont au marché ou puiser de l’eau. Ces formes traditionnelles
de communication peuvent se révéler des filières importantes pour faciliter
l’apprentissage, l’évolution des comportements, la participation et le dialogue à
des fins de développement. Ainsi, les femmes conservent leur identité culturelle
tout en acquérant une autonomie sociale.
Par ailleurs, la participation des artistes populaires locaux et des personnages de
notoriété locale garantit le respect des valeurs, la crédibilité, l’efficacité des actions
entreprises et leur impact sur les connaissances, les attitudes et le comportement
d’autres femmes.
Objectif spécifique 2 : Modifier le comportement des jeunes
La communication avec les jeunes emprunte deux voies principales : les supports
et outils liés aux technologies de l’information et de la communication (TIC), avec
Internet au premier rang et la communication directe en face à face pour les franges
difficiles qui sont en rupture avec les moyens classiques d’éducation ou qui ne
peuvent accéder à ces supports technologiques faute de moyens.
Les outils de communication privilégiés
Dans leurs échanges, les jeunes recherchent essentiellement la rapidité,
l’accessibilité, la facilité de l’utilisation et les coûts faibles. Ils sont par ailleurs
sensibles aux messages simples et riches en couleurs. Ainsi, on retrouve :
●	 Le téléphone mobile : il demeure le moyen le plus utilisé par les jeunes pour
s’informer et faire passer une information;
●	 Les SMS : sont également très prisés par les jeunes;
●	 Facebook : est en tête des réseaux sociaux les plus utilisés par les jeunes
tunisiens4
. Ce sont les 18-24 ans qui utilisent le plus Facebook. Ils représentent
39% de l’ensemble des utilisateurs tunisiens estimés à plus de quatre millions,
contre 29% pour les 25-34 ans. Les adolescents (16-17 ans) arrivent en 3ème place
des plus grands utilisateurs de Facebook avec un taux de 10%.
La communication directe
Sur certaines problématiques sensibles et face à des jeunes ne disposant pas de
supportstechnologiques,lacommunicationdirecteàtraverslesentretiensdemeure
le principal outil à développer pour agir sur les attitudes et les comportements des
jeunes. Qu’ils soient individuels ou de groupe, pour être efficaces et percutants, ces
entretiens doivent s’adapter aux différents profils. Ainsi :
●	 Le bavard
- Le laisser s’exprimer mais aussi rappeler la nécessité de distribuer la parole
équitablement entre les différents membres du groupe.
- Lui donner le rôle de « présidence », ce qui l’obligerait à distribuer la parole.
●	 Le critique systématique
Il critique systématiquement toutes les propositions sans qu’il y ait un apport réel,
il retarde la marche de la discussion. Pour lui, c’est une manière de s’affirmer, qu’il
ne faut pas contrer mais mettre au service du groupe.
- Lui témoigner de la sympathie (sourires, regards, acquiescement) pour essayer de
désamorcer son attitude négative.
4 - http://gs.statcounter.com/#social_media-TN-monthly-201001-201403-bar
http://www.socialbakers.com/facebook-statistics/tunisia
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
33
●	 L’opposant agressif
Son discours est agressif vis-à-vis des membres du groupe et de l’animateur.
- L’agression doit être prise avec humour comme les provocations.
- Ne pas succomber à ses attaques et l’obliger à raisonner sur les faits de discussion
et non sur les personnes (questions nettes sur des faits, des cas…).
●	 Le raisonneur
Veut donner l’impression qu’il sait tout et peut raisonner à l’infini sur tout sujet dans
tous les détails.
- Eviter des discussions ou les polémiques avec lui.
- Recourir à l’humour et ne pas laisser ses raisonnements agresser les participants.
- Proposer son raisonnement au groupe qui lui dit ce qu’il pense.
●	 L’egocentrique
Il n’arrive pas à s’investir dans la dynamique du groupe et ramène tout à son cas
personnel et à ses problèmes.
- Permettre à cette personne d’exprimer son problème, de se « vider ». Tant qu’il
n’aura pas déballé son problème, il ne pourra pas adopter une attitude d’écoute.
- Recadrer cette personne dans les limites du sujet posé et dans le cadre des
intérêts du groupe.
●	 Le silencieux
- Lui accorder une place centrale et le regarder fréquemment.
- Lui poser des questions simples, directes à réponses courtes pour le mettre en
confiance.
- Ne pas laisser une réaction négative, impulsive lui couper la parole et la lui
redonner si cela arrive.
- Eviter toute attitude ironique.
●	 L’approbateur suiviste
Toujours d’accord avec le dernier qui a parlé ou avec l’animateur.
- L’aider à exprimer ses idées personnelles.
- Le rassurer par rapport à ses craintes de dire des bêtises ou d’être jugé.
●	 Le scrupuleux
Il s’arrête sur les détails et freine les échanges.
- Lui demander souvent de retrouver le fil de la discussion
- Le solliciter pour proposer des résumés d’arguments.
●	 Le participant de mauvaise foi
Généralement bloqué dans une opinion, il nie les évidences que le groupe lui
propose et agace les autres.
- Lui poser des questions claires, précises, sur des faits concrets.
- L’interrompre dans ses développements abstraits en lui demandant des preuves
de ce qu’il avance.
●	 Le plaisantin
Faire rire le groupe a pour fonction de détendre l’atmosphère, de créer un climat de
sympathie. Si un participant s’arroge cette « mission », il ne faut pas qu’il s’accapare
ce rôle et qu’il freine l’évolution de la discussion.
●	 Le fugueur
Il fuit par de nombreux moyens la discussion qui le gêne, l’ennuie ou qui devient
dangereuse ou compromettante. Ainsi il peut faire des plaisanteries, faire des
apartés, faire dévier le sujet.
- Proposer au groupe de réfléchir à la façon dont le participant s’évade dans un
moment de tension.
34
Promouvoir l’association
Une association doit faire sa propre promotion pour plusieurs raisons : exister,
se démarquer, se faire connaître auprès du grand public et des institutions, se
positionner par rapport à une cause, afficher ses particularités, ses principes
et même sa méthodologie. Cette visibilité participe à l’atteinte des objectifs
stratégiques de l’association : la collecte de fonds et la mobilisation.
Objectif spécifique 1 : Améliorer la visibilité de l’association
La communication graphique
Il est nécessaire de prendre en compte les différentes identités de l’association :
L’identité physique qu’on peut observer à travers le résultat de ses actions, son
rapport annuel, l’identité psychologique, plus visuelle à travers son logo, son
slogan, celle relationnelle à travers son travail de sensibilisation et de collecte de
fonds et, enfin, celle culturelle liée à son histoire.
Les premiers éléments de la communication d’une OSC sont le slogan et le logo. Les
deux doivent être simples, mémorisables, durables, cohérents, et valorisants. Le
choix de la typographie est important, et le langage utilisé se veut compréhensible
et adapté au public. Ils permettent de construire l’image, l’identité graphique de
l’OSC, de se démarquer des autres et de s’inscrire dans l’imaginaire collectif.
●	 Le logo
Le logo est une représentation graphique qui sert à identifier, à différencier
et à communiquer les valeurs de l’association. C’est un symbole qui produira
immédiatement chez les personnes qui le verront une image mentale de l’OSC.
L’OSC peut réaliser elle-même son logo ou faire appel à un designer graphiste
amateur. Quel que soit le choix, voici la démarche en quatre étapes :
	 Définir l’identité de l’association
-	 Quelles sont nos trois valeurs fondatrices ?
-	 Si notre OSC était une saison, laquelle serait-ce ?
-	 Si notre OSC était un livre célèbre, lequel serait-ce ?
-	 Si notre OSC était un animal, lequel serait-ce ?
-	 Si notre OSC était un métier, lequel serait-ce ?
-	 Si notre OSC était un sentiment, lequel serait-ce ?
Cette première étape permettra de situer l’univers symbolique de l’OSC, constitué
de couleurs et d’objets.
	 Déterminer le type de logo
- Le logo alphanumérique ou logotype : Ce type de logo est exclusivement
composé d’un texte, comme par exemple le nom de l’association ou de ses initiales
si le nom est composé de plus de deux mots. Dans les deux cas, le texte est stylisé
pour correspondre à l’identité de l’association. Simple à lire, ce type de logo est
également le plus simple à réaliser.
- Le logo icotype : Ce type de logo présente exclusivement une image. Pour les OSC,
c’est souvent un objet qui évoque, par le symbole, le travail de l’organisation. Le
principal avantage de ce type de logo est qu’il est instantanément reconnaissable.
- Le logo mixte : Ce type de logo mélange tout simplement les deux types
précédents. C’est le type le plus fréquent pour les OSC
	 Les couleurs du logo
Le choix des couleurs est à la fois un choix stratégique et esthétique.
Chaque couleur est associée à un univers de sens.
Le choix des couleurs de l’OSC se fait donc en fonction de son identité déduite lors
de la première étape. Le tableau suivant aidera à choisir parmi les couleurs les plus
fréquentes dans les logos.
Le choix des couleurs se fera en fonction de leur accord, de leur harmonie et de
la mission de l’OSC. Par exemple, lorsqu’une association agit sur la pauvreté et la
précarité, une impression en noir et blanc est beaucoup mieux perçue. Au contraire,
une association d’aide aux enfants défavorisés, utilisera davantage des couleurs et
la quadrichromie car son objectif est de vendre de l’espoir.
Blanc Noir Rouge Vert Bleu
Pureté Mystère Force Calme Sagesse
Neutralité Noblesse Passion Nature Confiance
Innocence Elégance Action Espérance Sécurité
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
35
	 Tester notre logo
Une fois l’esquisse du logo prête, il est recommandé de la tester auprès d’un
échantillon de quinze personnes représentant les acteurs du monde associatif et
leur demander de répondre aux deux questions suivantes :
- Que vous évoque notre logo ?
- Vous trouvez notre logo :
. ( ) Facile à reconnaître 		 . ( ) Difficile à reconnaître
. ( ) Pas très agréable 		 . ( ) Agréable
L’obtention de moins de 80% d’avis positifs, appelle à revoir le logo.
Le logo du PNUD à titre d’exemple
	 ● Ne pas déformer les proportions du logo!
	 ● Ne pas modifier la police typographique du slogan!
	 ● Ne pas réarranger la forme du logo!
	 ● Ne pas changer les couleurs du logo!
	 ● Ne pas rajouter une image de fond au logo!
	 ● Ne pas rajouter un contour au logo!
36
●	 L’affiche et la bannière
L’affiche ou la bannière est porteuse d’un message. Tout comme le logo, elle
cherche à informer.
L’affichage en tant que média de masse, comme la télévision et la radio, est peu
utilisé par les associations du fait de son coût élevé. Cependant, l’affichage à travers
la conception d’affiches et leur emplacement dans des lieux ciblés est souvent
utilisé en complément d’autres vecteurs de communication ou dans le cadre d’une
manifestation ponctuelle.
Avec l’avènement de la communication digitale, Les affiches et les bannières
sont devenues électroniques et sont désormais un support de communication
incontournable.
La logique de conception d’une bannière électronique est sensiblement la même
que celle d’une affiche. Dans les deux cas, elles privilégient l’image au détriment
du texte et contiennent peu d’informations. Dans la pratique, elles sont souvent
cliquables et dirigent l’internaute vers un site web qui fournira davantage
d’informations.
Objectif spécifique 2 : Améliorer la notoriété de l’association
La communication événementielle
La communication événementielle consiste à créer des événements pour rendre
visibles les activités des OSC et pour accroître la crédibilité de la cause soutenue
auprès d’un large public et marquer ainsi les esprits dans un univers saturé par une
multitude d’autres formes de communication.
Un événement est par essence ponctuel, organisé essentiellement pour attirer
l’attention et marquer les esprits. Pour cela, il se doit d’être bien organisé et original
sur le fond et la forme. On en distingue plusieurs types : les concerts de soutien, les
shows télévisés (le Téléthon, les émissions de collecte de fonds…), les journées
mondiales ou nationales (contre la lèpre, la faim, le sida…).
De plus, un événement est avant tout un acte qui a une portée stratégique et qui
permet à l’OSC de :
-	 Se bâtir une image positive.
-	 Accroître sa notoriété en existant sur la scène publique.
-	 Renforcer la cohésion interne grâce au travail d’équipe et au sentiment de fierté
ressenti par les membres à l’issue de l’événement.
CONSEILS
Pour créer une bonne affiche, les étapes suivantes sont à suivre:
Quel format ?
Généralement, le format est choisi en fonction de l’endroit où l’affiche sera disposée.
Quel contenu informatif ?
Pour ne pas oublier une information importante sur l’affiche, il est conseillé de
répondre aux sept questions suivantes.
- Qui ? : Qui organise l’événement ? Qui communique ?
- Pourquoi ? : Quels sont les objectifs de l’affiche ou de son objet ? (Un événement,
une campagne ?)
- A qui ? : Quel est le public concerné à qui l’information est destinée ?
- Comment ? : Déroulement de l’événement ou comment participer à promouvoir
l’objet de l’affiche ?
- Quand ? : A quelle date et à quelle heure se tiendra l’événement ?
- Où ? : A quel endroit ?
- Quel contenu iconographique ?
Il est préférable d’utiliser le moins de mots et de maximiser l’espace dédié à l’image.
Le choix des images se fera en tenant compte de deux objectifs : Attirer l’œil du
passant et transmettre un message fort.
BONNE PRATIQUE
Afindesensibiliserl’opinionpublique
sur l’absence de rampes d’accès aux
lieux publics pour les citoyens en chaises
roulantes, plusieurs associations à
travers le monde organisent des mises
ensituation.Lespassantssontinvitésà
emprunter une chaise roulante pour
quelques minutes afin de vivre
les difficultés qu’affrontent au
quotidien les personnes à
mobilité réduite.
GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014
37
●	 Les actions de proximité
Ce type d’opération est assez courant et peut prendre plusieurs formes. Il peut
s’agir, entre autres, de collecte de nourriture ou de vêtements. Cette pratique est
notamment utilisée pour intervenir dans les cas d’urgence. Les collectes ont alors
lieu dans les grandes surfaces commerciales ou dans les établissements scolaires.
Ce mode de communication reste parfaitement accessible aux petites associations qui
peuvent, selon leurs moyens et leur créativité, organiser un évènement à leur portée.
●	 Les salons
Ce type de manifestation est de plus en plus fréquent en Occident et plusieurs
associations et ONG internationales participent à des salons réunissant les
partenaires et les acteurs influents dans le domaine de l’humanitaire et du caritatif.
Alors qu’en Tunisie, ce type de manifestation n’est pas très développé.
Il serait donc opportun de réfléchir, surtout après le boom fulgurant des associations
nées après le 14 janvier 2011, à mettre en place de tels événements. Les
associations devraient également prendre conscience qu’un esprit fédérateur est
nécessaire entre les divers acteurs de la société civile nationale pour continuer à
progresser.
●	 L’action symbolique
Les OSC choisissent parfois de créer l’événement à travers une action symbolique.
Les manifestations et les marches sont les formes les plus fréquentes. Cependant,
ce ne sont pas forcément les plus efficaces pour faire passer un message.
Contrairement à ce que l’on pense parfois, ce n’est pas forcément le nombre de
participants dans une manifestation qui fait sa réussite. C’est avant tout son
originalité qui en fera un événement médiatique. En pratique, si l’action symbolique
est bien médiatisée, elle peut toucher des millions de lecteurs, d’auditeurs et de
téléspectateurs.
●	 La mise en situation
C’est une forme de manifestation très efficace lorsqu’il s’agit de promouvoir les
droits des minorités. Il s’agit de faire vivre au passant une expérience sensorielle
afin qu’il partage, durant un court instant, les situations des minorités dont nous
défendons la cause.
●	 La manifestation intelligente
La manifestation intelligente s’articule souvent autour d’une activité originale
ou inattendue qui attire aussi bien les passants que les médias. La visibilité de la
manifestation se traduit par la mise en relief d’éléments sonores (musique, baffles,
hauts-parleurs…) et d’éléments visuels qui permettent l’identification de l’action :
tenues vestimentaires (casquettes, t-shirts, pin’s…), matériel (véhicules, podium,
présentoir, banderoles, poster…).
Quelques exemples :
- Opération de nettoyage des plages;
- Collecte de bouteilles consignées;
- Ventes de produits, pâtisseries maison, chocolaterie, confiserie …
- Evénement sportif;
- Ateliers de travaux manuels;
- Spectacle d’artistes amateurs;
- Entretien des espaces verts publics, tonte de gazon, ramassage de feuilles,
élagage des arbres…
- Peinture de visage dans un lieu public ou lors d’un événement local.
BONNE PRATIQUE
À la veille de la journée mondiale du livre, plusieurs
acteursdelasociétéciviletunisiennesesontmobilisés
en organisant la manifestation Tunis lit. Les citoyens ont
été invités à venir avec un livre et à lire ensemble dans
la rue.
Bien que les participants furent à peine plus d’une
centaine à Tunis, moins d’une cinquantaine
à Monastir et pas plus de trois à Tozeur,
l’événement a bénéficié d’un excellent
relais médiatique de par son
originalité.
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS

Contenu connexe

Tendances

Plan de communication digitale
Plan de communication digitalePlan de communication digitale
Plan de communication digitaleTarik Zghinou
 
Plan De Communication Com45 Juin 2008
Plan De Communication Com45 Juin 2008Plan De Communication Com45 Juin 2008
Plan De Communication Com45 Juin 2008Rodolphe Champagne
 
[MÉMOIRE] Améliorer l'image de marque d'une entreprise sur les médias sociaux...
[MÉMOIRE] Améliorer l'image de marque d'une entreprise sur les médias sociaux...[MÉMOIRE] Améliorer l'image de marque d'une entreprise sur les médias sociaux...
[MÉMOIRE] Améliorer l'image de marque d'une entreprise sur les médias sociaux...Adrien Bourzat
 
Rapport de Stage de fin d'études - Chargée de communication chez Business Fabrik
Rapport de Stage de fin d'études - Chargée de communication chez Business FabrikRapport de Stage de fin d'études - Chargée de communication chez Business Fabrik
Rapport de Stage de fin d'études - Chargée de communication chez Business FabrikEmeline CONTAT
 
Booster la communication de votre association !
Booster la communication de votre association ! Booster la communication de votre association !
Booster la communication de votre association ! Emna Idbichou
 
De l'importance de la communication externe
De l'importance de la communication externeDe l'importance de la communication externe
De l'importance de la communication externeJulie Dardelet
 
le pilotage de la communication externe dans une organisation internationale ...
le pilotage de la communication externe dans une organisation internationale ...le pilotage de la communication externe dans une organisation internationale ...
le pilotage de la communication externe dans une organisation internationale ...Yannel Umba
 
Mémoire : La communication par les médias sociaux au sein des collectivités t...
Mémoire : La communication par les médias sociaux au sein des collectivités t...Mémoire : La communication par les médias sociaux au sein des collectivités t...
Mémoire : La communication par les médias sociaux au sein des collectivités t...Mathilde Verdan
 
La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]
La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]
La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]Maxime Orven
 
LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX
LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX
LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX Oussama Belakhdar
 
Benchmarking
BenchmarkingBenchmarking
BenchmarkingOmar BE
 
Community Management-Cours 1.pdf
Community Management-Cours 1.pdfCommunity Management-Cours 1.pdf
Community Management-Cours 1.pdfhani586
 
Politique de communication-marketing
Politique de communication-marketingPolitique de communication-marketing
Politique de communication-marketingsouka ina
 
Mémoire communication digitale (extrait)
Mémoire communication digitale (extrait)Mémoire communication digitale (extrait)
Mémoire communication digitale (extrait)Adrien Tilhet-Prat
 
Guide montage projet
Guide montage projetGuide montage projet
Guide montage projetAsso Asah
 
Communication interne en entreprise
Communication  interne en entrepriseCommunication  interne en entreprise
Communication interne en entrepriseLotfi Mekouar
 
Présentation cours atelier soft skills
Présentation cours atelier soft skillsPrésentation cours atelier soft skills
Présentation cours atelier soft skillsPrénom Nom de famille
 
Techniques de communication ppt
Techniques de communication pptTechniques de communication ppt
Techniques de communication ppt056611678
 
Stratégie de communication 2.0
Stratégie de communication 2.0Stratégie de communication 2.0
Stratégie de communication 2.0Hugo Vicard
 

Tendances (20)

Plan de communication digitale
Plan de communication digitalePlan de communication digitale
Plan de communication digitale
 
Plan De Communication Com45 Juin 2008
Plan De Communication Com45 Juin 2008Plan De Communication Com45 Juin 2008
Plan De Communication Com45 Juin 2008
 
[MÉMOIRE] Améliorer l'image de marque d'une entreprise sur les médias sociaux...
[MÉMOIRE] Améliorer l'image de marque d'une entreprise sur les médias sociaux...[MÉMOIRE] Améliorer l'image de marque d'une entreprise sur les médias sociaux...
[MÉMOIRE] Améliorer l'image de marque d'une entreprise sur les médias sociaux...
 
Rapport de Stage de fin d'études - Chargée de communication chez Business Fabrik
Rapport de Stage de fin d'études - Chargée de communication chez Business FabrikRapport de Stage de fin d'études - Chargée de communication chez Business Fabrik
Rapport de Stage de fin d'études - Chargée de communication chez Business Fabrik
 
Booster la communication de votre association !
Booster la communication de votre association ! Booster la communication de votre association !
Booster la communication de votre association !
 
Communication des associations
Communication des associationsCommunication des associations
Communication des associations
 
De l'importance de la communication externe
De l'importance de la communication externeDe l'importance de la communication externe
De l'importance de la communication externe
 
le pilotage de la communication externe dans une organisation internationale ...
le pilotage de la communication externe dans une organisation internationale ...le pilotage de la communication externe dans une organisation internationale ...
le pilotage de la communication externe dans une organisation internationale ...
 
Mémoire : La communication par les médias sociaux au sein des collectivités t...
Mémoire : La communication par les médias sociaux au sein des collectivités t...Mémoire : La communication par les médias sociaux au sein des collectivités t...
Mémoire : La communication par les médias sociaux au sein des collectivités t...
 
La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]
La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]
La communication digitale et l’événementiel [Mémoire de fin d'étude - Master 2]
 
LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX
LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX
LE MARKETING DES RESEAUX SOCIAUX
 
Benchmarking
BenchmarkingBenchmarking
Benchmarking
 
Community Management-Cours 1.pdf
Community Management-Cours 1.pdfCommunity Management-Cours 1.pdf
Community Management-Cours 1.pdf
 
Politique de communication-marketing
Politique de communication-marketingPolitique de communication-marketing
Politique de communication-marketing
 
Mémoire communication digitale (extrait)
Mémoire communication digitale (extrait)Mémoire communication digitale (extrait)
Mémoire communication digitale (extrait)
 
Guide montage projet
Guide montage projetGuide montage projet
Guide montage projet
 
Communication interne en entreprise
Communication  interne en entrepriseCommunication  interne en entreprise
Communication interne en entreprise
 
Présentation cours atelier soft skills
Présentation cours atelier soft skillsPrésentation cours atelier soft skills
Présentation cours atelier soft skills
 
Techniques de communication ppt
Techniques de communication pptTechniques de communication ppt
Techniques de communication ppt
 
Stratégie de communication 2.0
Stratégie de communication 2.0Stratégie de communication 2.0
Stratégie de communication 2.0
 

Similaire à GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS

L'expert communiquer, sensibiliser, plaider — le guide du pnud pour la socié...
L'expert  communiquer, sensibiliser, plaider — le guide du pnud pour la socié...L'expert  communiquer, sensibiliser, plaider — le guide du pnud pour la socié...
L'expert communiquer, sensibiliser, plaider — le guide du pnud pour la socié...alaeddine mahouachi
 
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la soci...
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la soci...L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la soci...
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la soci...Kerim Bouzouita
 
Mona 2017 / Webséminaire : Les bonnes questions à se poser avant de mettre en...
Mona 2017 / Webséminaire : Les bonnes questions à se poser avant de mettre en...Mona 2017 / Webséminaire : Les bonnes questions à se poser avant de mettre en...
Mona 2017 / Webséminaire : Les bonnes questions à se poser avant de mettre en...MONA
 
Communication interne: un outil de management
Communication interne: un outil de management Communication interne: un outil de management
Communication interne: un outil de management Sanae HANINE
 
Livret - Une aventure collaborative
Livret - Une aventure collaborativeLivret - Une aventure collaborative
Livret - Une aventure collaborativeChaireMIS
 
PMO Areas of expertise.pptx
PMO  Areas of expertise.pptxPMO  Areas of expertise.pptx
PMO Areas of expertise.pptxOumaimaBENGUIT1
 
COMMUNICATION INTERNE : DE L'ACTION A L'INTERACTION
COMMUNICATION INTERNE : DE L'ACTION A L'INTERACTIONCOMMUNICATION INTERNE : DE L'ACTION A L'INTERACTION
COMMUNICATION INTERNE : DE L'ACTION A L'INTERACTIONDECIDEUR
 
Coopérer, tendance 7 du cahier de tendances C-Campus
Coopérer, tendance 7 du cahier de tendances C-CampusCoopérer, tendance 7 du cahier de tendances C-Campus
Coopérer, tendance 7 du cahier de tendances C-CampusErwan Hernot
 
Vers un nouveau dialogue social territorial
Vers un nouveau dialogue social territorial Vers un nouveau dialogue social territorial
Vers un nouveau dialogue social territorial CJD Côte d'Emeraude
 
Guide montage de projet
Guide montage de projetGuide montage de projet
Guide montage de projetJamaity
 
Guide montage VO Preview (3) (4).pdf
Guide montage VO Preview (3) (4).pdfGuide montage VO Preview (3) (4).pdf
Guide montage VO Preview (3) (4).pdfJamaity
 
Guide de gestion du cycles de projets
Guide de gestion du cycles de projetsGuide de gestion du cycles de projets
Guide de gestion du cycles de projetsJamaity
 
Mémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociaux
Mémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociauxMémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociaux
Mémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociauxNina Mangeot
 
Guide de gouvernance associative
Guide de gouvernance associativeGuide de gouvernance associative
Guide de gouvernance associativeJamaity
 
Les usages des Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE)
Les usages des Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE)Les usages des Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE)
Les usages des Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE)CYB@RDECHE
 
"Enjeux de la communication responsable"
 "Enjeux de la communication responsable" "Enjeux de la communication responsable"
"Enjeux de la communication responsable"ADHERE RH
 

Similaire à GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS (20)

L'expert communiquer, sensibiliser, plaider — le guide du pnud pour la socié...
L'expert  communiquer, sensibiliser, plaider — le guide du pnud pour la socié...L'expert  communiquer, sensibiliser, plaider — le guide du pnud pour la socié...
L'expert communiquer, sensibiliser, plaider — le guide du pnud pour la socié...
 
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la soci...
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la soci...L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la soci...
L'Expert : communiquer, sensibiliser, plaider — Le Guide du PNUD pour la soci...
 
Mona 2017 / Webséminaire : Les bonnes questions à se poser avant de mettre en...
Mona 2017 / Webséminaire : Les bonnes questions à se poser avant de mettre en...Mona 2017 / Webséminaire : Les bonnes questions à se poser avant de mettre en...
Mona 2017 / Webséminaire : Les bonnes questions à se poser avant de mettre en...
 
Communication interne: un outil de management
Communication interne: un outil de management Communication interne: un outil de management
Communication interne: un outil de management
 
Communication sociale au Sénégal
Communication sociale au SénégalCommunication sociale au Sénégal
Communication sociale au Sénégal
 
Livret - Une aventure collaborative
Livret - Une aventure collaborativeLivret - Une aventure collaborative
Livret - Une aventure collaborative
 
PMO Areas of expertise
PMO  Areas of expertisePMO  Areas of expertise
PMO Areas of expertise
 
PMO Areas of expertise.pptx
PMO  Areas of expertise.pptxPMO  Areas of expertise.pptx
PMO Areas of expertise.pptx
 
COMMUNICATION INTERNE : DE L'ACTION A L'INTERACTION
COMMUNICATION INTERNE : DE L'ACTION A L'INTERACTIONCOMMUNICATION INTERNE : DE L'ACTION A L'INTERACTION
COMMUNICATION INTERNE : DE L'ACTION A L'INTERACTION
 
Coopérer, tendance 7 du cahier de tendances C-Campus
Coopérer, tendance 7 du cahier de tendances C-CampusCoopérer, tendance 7 du cahier de tendances C-Campus
Coopérer, tendance 7 du cahier de tendances C-Campus
 
7 coopérer
7 coopérer7 coopérer
7 coopérer
 
Vers un nouveau dialogue social territorial
Vers un nouveau dialogue social territorial Vers un nouveau dialogue social territorial
Vers un nouveau dialogue social territorial
 
Guide montage de projet
Guide montage de projetGuide montage de projet
Guide montage de projet
 
Syntec Conseil en Relations Publics - Présentation 2011
Syntec Conseil en Relations Publics - Présentation 2011Syntec Conseil en Relations Publics - Présentation 2011
Syntec Conseil en Relations Publics - Présentation 2011
 
Guide montage VO Preview (3) (4).pdf
Guide montage VO Preview (3) (4).pdfGuide montage VO Preview (3) (4).pdf
Guide montage VO Preview (3) (4).pdf
 
Guide de gestion du cycles de projets
Guide de gestion du cycles de projetsGuide de gestion du cycles de projets
Guide de gestion du cycles de projets
 
Mémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociaux
Mémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociauxMémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociaux
Mémoire de fin d'études : Créer de l'engagement sur les réseaux sociaux
 
Guide de gouvernance associative
Guide de gouvernance associativeGuide de gouvernance associative
Guide de gouvernance associative
 
Les usages des Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE)
Les usages des Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE)Les usages des Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE)
Les usages des Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE)
 
"Enjeux de la communication responsable"
 "Enjeux de la communication responsable" "Enjeux de la communication responsable"
"Enjeux de la communication responsable"
 

Plus de Jamaity

guide-de-la-sante-mentale.pdf
guide-de-la-sante-mentale.pdfguide-de-la-sante-mentale.pdf
guide-de-la-sante-mentale.pdfJamaity
 
guide de la santé mentale.pdf
guide de la santé mentale.pdfguide de la santé mentale.pdf
guide de la santé mentale.pdfJamaity
 
Guide Plaidoyer jamaity
Guide Plaidoyer jamaity Guide Plaidoyer jamaity
Guide Plaidoyer jamaity Jamaity
 
GUIDE ON MAIN FUNDING OPPORTUNITIES FOR STARTUPS AND NON PROFIT ORGANIZATIONS...
GUIDE ON MAIN FUNDING OPPORTUNITIES FOR STARTUPS AND NON PROFIT ORGANIZATIONS...GUIDE ON MAIN FUNDING OPPORTUNITIES FOR STARTUPS AND NON PROFIT ORGANIZATIONS...
GUIDE ON MAIN FUNDING OPPORTUNITIES FOR STARTUPS AND NON PROFIT ORGANIZATIONS...Jamaity
 
2021 CIVIL SOCIETY ORGANIZATION SUSTAINABILITY INDEX (ENG)
2021 CIVIL SOCIETY ORGANIZATION SUSTAINABILITY INDEX (ENG)2021 CIVIL SOCIETY ORGANIZATION SUSTAINABILITY INDEX (ENG)
2021 CIVIL SOCIETY ORGANIZATION SUSTAINABILITY INDEX (ENG)Jamaity
 
Rapport 2021 programme régional UICN.pdf
Rapport 2021 programme régional UICN.pdfRapport 2021 programme régional UICN.pdf
Rapport 2021 programme régional UICN.pdfJamaity
 
Guide Plaidoyer AECID - Final.pdf
Guide Plaidoyer AECID - Final.pdfGuide Plaidoyer AECID - Final.pdf
Guide Plaidoyer AECID - Final.pdfJamaity
 
Guide Fundraising.pdf
Guide Fundraising.pdfGuide Fundraising.pdf
Guide Fundraising.pdfJamaity
 
ETUDE FTDES Droit Logement Migrants AR.pdf
ETUDE FTDES Droit Logement Migrants AR.pdfETUDE FTDES Droit Logement Migrants AR.pdf
ETUDE FTDES Droit Logement Migrants AR.pdfJamaity
 
ETUDE FTDES Droit Logement Migrants FR.pdf
ETUDE FTDES Droit Logement Migrants FR.pdfETUDE FTDES Droit Logement Migrants FR.pdf
ETUDE FTDES Droit Logement Migrants FR.pdfJamaity
 
Bulletin 200 days after Article 80-Concentration of powers (2).pdf
Bulletin 200 days after Article 80-Concentration of powers (2).pdfBulletin 200 days after Article 80-Concentration of powers (2).pdf
Bulletin 200 days after Article 80-Concentration of powers (2).pdfJamaity
 
The Covid-19 pandemic & the evolution of migration intentions among Tunisian ...
The Covid-19 pandemic & the evolution of migration intentions among Tunisian ...The Covid-19 pandemic & the evolution of migration intentions among Tunisian ...
The Covid-19 pandemic & the evolution of migration intentions among Tunisian ...Jamaity
 
Ftdes migration covid_ar
Ftdes migration covid_arFtdes migration covid_ar
Ftdes migration covid_arJamaity
 
CSOSI Middle East North Africa-2020
CSOSI Middle East North Africa-2020CSOSI Middle East North Africa-2020
CSOSI Middle East North Africa-2020Jamaity
 
Diaspora organizations and their humanitarian response in tunisia
Diaspora organizations and their humanitarian response in tunisiaDiaspora organizations and their humanitarian response in tunisia
Diaspora organizations and their humanitarian response in tunisiaJamaity
 
Deconstruire le mythe de la surete en Tunisie
Deconstruire le mythe de la surete en TunisieDeconstruire le mythe de la surete en Tunisie
Deconstruire le mythe de la surete en TunisieJamaity
 
La Tunisie, porte de l'Afrique et frontiere de l'Europe
La Tunisie, porte de l'Afrique et frontiere de l'EuropeLa Tunisie, porte de l'Afrique et frontiere de l'Europe
La Tunisie, porte de l'Afrique et frontiere de l'EuropeJamaity
 
Refoulement par procuration
Refoulement par procurationRefoulement par procuration
Refoulement par procurationJamaity
 
Profil genre tunisie_2021
Profil genre tunisie_2021Profil genre tunisie_2021
Profil genre tunisie_2021Jamaity
 
Accès-des-femmes-victimes-a-la-justice-Ar
Accès-des-femmes-victimes-a-la-justice-ArAccès-des-femmes-victimes-a-la-justice-Ar
Accès-des-femmes-victimes-a-la-justice-ArJamaity
 

Plus de Jamaity (20)

guide-de-la-sante-mentale.pdf
guide-de-la-sante-mentale.pdfguide-de-la-sante-mentale.pdf
guide-de-la-sante-mentale.pdf
 
guide de la santé mentale.pdf
guide de la santé mentale.pdfguide de la santé mentale.pdf
guide de la santé mentale.pdf
 
Guide Plaidoyer jamaity
Guide Plaidoyer jamaity Guide Plaidoyer jamaity
Guide Plaidoyer jamaity
 
GUIDE ON MAIN FUNDING OPPORTUNITIES FOR STARTUPS AND NON PROFIT ORGANIZATIONS...
GUIDE ON MAIN FUNDING OPPORTUNITIES FOR STARTUPS AND NON PROFIT ORGANIZATIONS...GUIDE ON MAIN FUNDING OPPORTUNITIES FOR STARTUPS AND NON PROFIT ORGANIZATIONS...
GUIDE ON MAIN FUNDING OPPORTUNITIES FOR STARTUPS AND NON PROFIT ORGANIZATIONS...
 
2021 CIVIL SOCIETY ORGANIZATION SUSTAINABILITY INDEX (ENG)
2021 CIVIL SOCIETY ORGANIZATION SUSTAINABILITY INDEX (ENG)2021 CIVIL SOCIETY ORGANIZATION SUSTAINABILITY INDEX (ENG)
2021 CIVIL SOCIETY ORGANIZATION SUSTAINABILITY INDEX (ENG)
 
Rapport 2021 programme régional UICN.pdf
Rapport 2021 programme régional UICN.pdfRapport 2021 programme régional UICN.pdf
Rapport 2021 programme régional UICN.pdf
 
Guide Plaidoyer AECID - Final.pdf
Guide Plaidoyer AECID - Final.pdfGuide Plaidoyer AECID - Final.pdf
Guide Plaidoyer AECID - Final.pdf
 
Guide Fundraising.pdf
Guide Fundraising.pdfGuide Fundraising.pdf
Guide Fundraising.pdf
 
ETUDE FTDES Droit Logement Migrants AR.pdf
ETUDE FTDES Droit Logement Migrants AR.pdfETUDE FTDES Droit Logement Migrants AR.pdf
ETUDE FTDES Droit Logement Migrants AR.pdf
 
ETUDE FTDES Droit Logement Migrants FR.pdf
ETUDE FTDES Droit Logement Migrants FR.pdfETUDE FTDES Droit Logement Migrants FR.pdf
ETUDE FTDES Droit Logement Migrants FR.pdf
 
Bulletin 200 days after Article 80-Concentration of powers (2).pdf
Bulletin 200 days after Article 80-Concentration of powers (2).pdfBulletin 200 days after Article 80-Concentration of powers (2).pdf
Bulletin 200 days after Article 80-Concentration of powers (2).pdf
 
The Covid-19 pandemic & the evolution of migration intentions among Tunisian ...
The Covid-19 pandemic & the evolution of migration intentions among Tunisian ...The Covid-19 pandemic & the evolution of migration intentions among Tunisian ...
The Covid-19 pandemic & the evolution of migration intentions among Tunisian ...
 
Ftdes migration covid_ar
Ftdes migration covid_arFtdes migration covid_ar
Ftdes migration covid_ar
 
CSOSI Middle East North Africa-2020
CSOSI Middle East North Africa-2020CSOSI Middle East North Africa-2020
CSOSI Middle East North Africa-2020
 
Diaspora organizations and their humanitarian response in tunisia
Diaspora organizations and their humanitarian response in tunisiaDiaspora organizations and their humanitarian response in tunisia
Diaspora organizations and their humanitarian response in tunisia
 
Deconstruire le mythe de la surete en Tunisie
Deconstruire le mythe de la surete en TunisieDeconstruire le mythe de la surete en Tunisie
Deconstruire le mythe de la surete en Tunisie
 
La Tunisie, porte de l'Afrique et frontiere de l'Europe
La Tunisie, porte de l'Afrique et frontiere de l'EuropeLa Tunisie, porte de l'Afrique et frontiere de l'Europe
La Tunisie, porte de l'Afrique et frontiere de l'Europe
 
Refoulement par procuration
Refoulement par procurationRefoulement par procuration
Refoulement par procuration
 
Profil genre tunisie_2021
Profil genre tunisie_2021Profil genre tunisie_2021
Profil genre tunisie_2021
 
Accès-des-femmes-victimes-a-la-justice-Ar
Accès-des-femmes-victimes-a-la-justice-ArAccès-des-femmes-victimes-a-la-justice-Ar
Accès-des-femmes-victimes-a-la-justice-Ar
 

GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS

  • 1. Édition 2014 GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS
  • 2.
  • 3. GUIDE DE COMMUNICATION A L’USAGE DES ASSOCIATIONS Édition 2014 Manuel réalisé par: Kerim Bouzouita Asma Ben Ayed Caricatures par: Willis from Tunis Supervisé pour le PNUD par: Mohamed El Mounir Relecture assurée par: Chirine Ben Abdallah Claire Cabrol Nadia Khammari
  • 4. Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) accompagne le processus de transition en Tunisie, en favorisant la mise en place d’un dialogue inclusif, permettant à l’ensemble des acteurs, notamment la société civile, de participer à cette phase importante de l’histoire du pays, afin qu’elle devienne, à terme, un acteur incontournable du développement de la société. La priorité du PNUD est de renforcer le rôle et la place de la société civile dans une Tunisie démocratique et en pleine mutation. À cet effet, il met son expertise à la disposition de ses partenaires en vue de les accompagner dans la réussite de leurs projets et de leur permettre d’atteindre leurs objectifs. Dans le cadre de la mise en place de leurs activités, les organisations de la société civile (OSC) sont amenées à faire du plaidoyer et à conduire des actions de sensibilisation et de vulgarisation, qui supposent la maîtrise des outils de communication modernes. C’est dans cet esprit que le PNUD a réalisé ce guide, dont l’objectif est de présenter, de manière pratique et simplifiée, les bases de la communication interne et externe à l’usage des OSC, ainsi que les instruments de sensibilisation et de plaidoyer dont elles doivent disposer pour mener à bien leur mission. Conçu sous une forme à la fois ludique et pédagogique et agrémenté de caricatures, cet ouvrage pratique se propose de mettre à la disposition des OSC un ensemble d’outils et de conseils utiles, qui leur permettront d’assurer leur communication au quotidien. PREFACE
  • 5. SOMMAIRE L’approche 4 Fondamentaux de la communication des OSC 5 L’attitude du professionnel, l’éthique du militant 6 Une compétence au service de la performance 8 Comment communiquer ? proximité et participation 9 Les dimensions de la communication associative 10 Le plan d’action de la communication interne 19 L’évaluation de la communication interne 19 Assurer le financement de l’association 20 La communication externe 22 Informer, la médiatisation des activités et des résultats 23 Modifier les comportements 29 Promouvoir l’association 34 Le plaidoyer et la sensibilisation 43 Le plaidoyer 44 La sensibilisation 51
  • 6. 4 Destiné aux organisations nouvellement créées aussi bien qu’à celles expérimentées, ce guide est conçu pour le renforcement des capacités des OSC en matière de communication, de sensibilisation et de plaidoyer. Une approche participative a été adoptée, permettant de répondre aux besoins des associations. A cette fin, des entretiens semi-directifs ont été menés avec des acteurs de la société civile actifs sous forme de groupes de discussion. Un constat de terrain a permis d’essayer de dégager les faiblesses structurelles davantage liées aux associations qu’à leur environnement. Après analyse et synthèse des entretiens, les recommandations suivantes ont été dégagées, servant de base pour élaborer ce guide : ● Facile d’accès grâce à l’utilisation d’un vocabulaire simple ● Attrayant par son graphisme et ses illustrations ● Favorisant l’échange d’expériences et la diffusion des bonnes pratiques notamment à travers une boîte à outils les englobant ● Présentant des fiches pratiques et des conseils L'approche
  • 8. 6 A propos de la communication et de l’information L’expérience des OSC révèle souvent l’existence d’une confusion importante et nuisant aux performances d’une association. Cette confusion classique s’immisce entre le concept de communication et celui d’information. L’information existe indépendamment de sa transmission. Cependant, ramenée au niveau de notre existence sociale, l’information ne peut exister de manière autonome et sans rapport avec la communication. Elle est la matière première de la communication et son contenu. Autrement dit, la communication est le partage d’informations, elle consiste à faire circuler l’information (un message, une idée, une opinion, une règle, etc.) entre plusieurs protagonistes par le biais d’un média (la voix humaine, une page manuscrite, la télévision, la radio, le téléphone ou bien un courrier électronique, etc.). La communication est un échange qui implique l’existence d’une information et d’au moins deux protagonistes. Mais cela ne suffit pas, la communication étant par excellence un processus participatif. La communication associative La communication associative découle du concept assez controversé du marketing associatif*. Quand on évoque ce concept, des voix s’élèvent souvent pour le dénoncer car, justement, on l’associe au marketing commercial* et à ses techniques de vente et de manipulation. Or, le marketing associatif, de par ses objectifs en faveur de l’intérêt général, loin des objectifs commerciaux et financiers dumarketing*classiqueestavanttoutunedémarche.C’estuneffortderéflexionqui consiste à conjuguer trois variables : objectifs, cibles et moyens de communication afin de permettre à l’association de cibler son public pour mieux communiquer avec lui dans le but d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés. 1. L’attitude du professionnel, l’éthique du militant RECOMMANDATIONS POUR UNE ÉCOUTE EFFICACE Accepter l’autre et son « modèle du monde » donc l’écouter avec empathie*. ● Etre disponible. ● Poser des questions pour s’efforcer de comprendre ce qui est dit, ce qui ne veut pas dire accepter ou approuver. ● Eviter les interprétations, les jugements et les projections. * Les termes avec un astérisque sont expliqués dans le glossaire en fin du document
  • 9. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 7 Aujourd’hui, cette démarche du marketing associatif semble incontournable au sein des associations si elles veulent poursuivre leurs missions caritatives* et étendre leurs actions. Dans cette logique, s’ensuit un autre concept non moins important : La communication associative. Celle-ci s’impose pour plusieurs raisons : - Elle garantit la visibilité, la notoriété* et la pérennité* des associations. - Elle permet l’instauration d’un climat de confiance, d’échange et de partage entre les différents acteurs aussi bien en interne qu’en externe. - Elle permet aux associations de se démarquer les unes des autres pour collecter des fonds, recruter des bénévoles et défendre leur cause. Il s’agit, à terme, de donner au public l’envie de soutenir l’association. La communication associative est, à ce titre, essentielle et plurielle puisqu’elle varie en fonction de la spécificité de l’objet de chaque OSC. Il faut noter que les associations n’ont pas besoin d’avoir une stratégie de communication élaborée mais une méthode régulière de communication. La communication n’est pas figée, elle est à repenser et à adapter à chaque contexte et à chaque objet. La logique du lien social S’associer émaneavant tout d’une volontéde créer du liensocial. Ilest donclogique que cela se reflète dans la communication d’une OSC ancrée dans les valeurs de fraternité et de solidarité active. Pour réussir l’interaction, il faut modéliser la structure de la coopération en mettant en commun informations, valeurs et émotions, de manière à faciliter la réalisation d’unprojetdéfiniencommun.Ilestimportantdesaisirtoutdesuitelerôleparticulier des OSC dans la société. Ce rôle échappe au modèle mercantile* dominant régissant les échanges et s’articulant autour de l’intérêt individuel. Lorsque le marché exclut ceux qui ne peuvent devenir ses clients et lorsque l’Etat exclut ceux qui ne bénéficient pas du statut de citoyen à part entière, les OSC prennent le relais et se chargent de créer du lien social par leur effort de solidarité. L’art de construire le rapport interpersonnel est la condition nécessaire à une communication efficace car il permet d’instaurer une harmonie profonde et inconsciente qui facilitera l’échange. Il s’agit de créer une relation de confiance et de respect mutuel (position gagnant/gagnant), conformes aux besoins fondamentaux de l’être (sécurité – reconnaissance). La philosophie de communication d’une association reflète sa volonté de créer du lien social. Cette communication relationnelle* tire ses fondements de la volonté de partage. Elle crée une relation basée sur l’intérêt pour la découverte d’autrui, pour l’échange et pour la compréhension mutuelle. Elle implique une participation active et consciente des individus. Elle résulte d’une décision individuelle qui prend racinedansl’envied’agir.Cetteenvieestprincipalementmotivéepartroiséléments : l’estime et la confiance en soi, l’estime et la confiance en l’autre et l’intérêt pour le projet. Mais cet intérêt n’est pas financier : il est idéologique (la participation est le moyen de faire progresser ses idées), psychologique (la participation contribue à améliorer la confiance en soi) et social (la participation permet d’exercer une nouvelle fonction, d’acquérir des compétences, de faire de nouvelles rencontres).
  • 10. 8 Les OSC représentent l’intérêt général et la défense des causes qui font partie d’un espace public non marchand*. L’une des différences fondamentales qui résident entre la communication des OSC et celle des entreprises est l’estime que chacune porte à son public. L’éthique* de la conviction suppose que les OSC agissent par motivation pour l’intérêt public. Le respect de cette éthique et le développement de stratégies articulées autour de la relation sont les principaux moyens de faire primer le lien social* sur la marchandise. 2. Une compétence au service de la performance Communication interne et communication externe Quand est-ce qu’une OSC communique ? Pourquoi une OSC communique ? Avantderépondre,ilconvientdedistinguerdeuxprincipauxtypesdecommunication àl’usaged’uneOSC:lacommunicationinterneetlacommunicationexterne. La communication interne concerne essentiellement le bureau exécutif, les membres actifs, les adhérents et les bénévoles. Les informer de l’actualité de l’association, les mobiliser pour un projet ou une action et les motiver, sont des vecteurs de la communication interne. Il s’agit d’une compétence collective qui permet la création et le maintien de la bonne dynamique et du bon fonctionnement de l’association. La communication externe concerne, l’ensemble des protagonistes de l’univers d’actiondanslesactivitésquotidiennes:convaincreunbailleurdefond,promouvoir une action ou un projet que l’association mène, sensibiliser l’opinion publique sur une question donnée, faire passer son message durant une conférence de presse, faire du plaidoyer auprès des décideurs politiques afin de promulguer ou de modifier un texte de loi, gagner en visibilité dans l’espace public, négocier avec des prestataires, etc. Voilà autant d’occasions où l’OSC est amenée à communiquer avec l’extérieur. Les champs de la communication associative externe En étudiant toutes les activités de l’association, il devient facile de définir les différents axes sur lesquels travailler. Le schéma ci-dessous résume ces axes : La communication associative est - avant tout - une question stratégique. Elle fait appel à un large éventail de compétences, d’outils et de méthodes. Elle cherche à dynamiser la performance dans les différentes activités d’une OSC. Elle touche en profondeur le fonctionnement d’une association. Elle est à la fois la clef d’un management efficace et d’une visibilité d’action* optimale. Visibilité médias, membres, bailleurs de fonds, décideurs politiques, partenaires, bénévoles Sensibilisation Opinion publique Plaidoyer Décideurs politiques Recrutement Membres Mobilisation Bénévoles Financement Bailleurs de fonds
  • 12. 10 Les programmes de communication devraient exploiter toutes les infrastructures et les canaux médiatiques* modernes et traditionnels disponibles et les orchestrer de façon synergique. L’association de plusieurs méthodes et outils avec les filières interpersonnelles* multiplie l’impact des campagnes de communication, qui sont de plus en plus utilisées pour appuyer des priorités de développement clairement établies. Ainsi, la communication associative empruntera davantage les supports qui permettront de tisser des liens de proximité avec le citoyen. Elle favorisera par conséquent : Les modes de communication directe et participative : réunions, salons, foires, spectacles de rue… et toutes les formes de relations publiques : invitations, partenariat privé ou public, relations presse (communiqués, publireportages, articles…). L’utilisation des « petits médias » : tracts, affiches, affichettes, prospectus, banderoles…. L’utilisation des technologies de l’information et de la communication : sites web, newsletter, e-mail, numéros verts…. Cependant, dans certaines régions, notamment les villages et les agglomérations d’habitantsoùl’accèsàcesformesdecommunicationconsidéréescommemodernes est inexistant, il faut recourir à des formes de communication plus traditionnelles telles que le crieur public1 , la poésie, les proverbes, les chants, les récits et les contes lors de rencontres traditionnelles comme les mariages, les fêtes religieuses, les jours de marché, la préparation des provisions alimentaires annuelles (aoula), les travaux saisonniers dans les champs, etc. Ainsi, la culture et l’histoire jouent un rôle important dans le développement social d’une collectivité. La préservation des formes traditionnelles de communication et lechangementsocialnesontpasincompatibles.Cettecommunicationtraditionnelle peut ainsi se révéler importante pour faciliter l’apprentissage, l’évolution des comportements, la participation et le dialogue à des fins de développement. Par ailleurs, dans certains contextes, les associations ont davantage intérêt à associer les méthodes traditionnelles et modernes de communication. Elles peuvent ainsi améliorer la qualité et la portée de leurs programmes. De plus, les 1 Le crieur public constitue un relais de transmission oral. Il s’agit d’une personne - un homme en général - chargée d’annoncer l’information au public. associations gagnent à utiliser des techniques et des méthodes de communication participatives pour instaurer un climat de confiance, améliorer les liens entre l’ensemble des intervenants et garantir ainsi la réussite des actions entreprises. Certains médias comme la télévision, la radio et l’affichage peuvent être utilisés par les associations pour faire passer un message au grand public. Seulement, le recours à ces grands médias n’est pas à la portée de toutes les associations. Ce sont en effet des moyens de communication certes efficaces et avec un fort impact auprès du grand public mais onéreux en termes de coûts de conception et d’achat d’espace ; et par conséquent non accessibles aux jeunes associations ne disposant pas de moyens financiers suffisants. POURQUOI UNE OSC DOIT-ELLE COMMUNIQUER ? Les dimensions de la communication associative Le premier objectif pour une association consiste à motiver les gens aussi bien en interne qu’en externe. Les types d’engagements étant différents, il est nécessaire pour l’association d’élaborer des actions spécifiques pour chaque public cible . Avec les sympathisants*, l’objectif est de garder le contact et de les faire adhérer ; Avec les adhérents, le but est de les fidéliser en les impliquant toujours plus dans la vie de l’association. Objectif spécifique 1 : Améliorer la communication interne La communication interne occupe une large place dans les stratégies de communication des OSC. Il faut entretenir la mobilisation et la motivation des bénévoles, qui constituent la force de l’OSC en leur déléguant certaines responsabilités, et en les impliquant dans la mise en oeuvre de la stratégie de l’OSC ainsi que dans les processus de décision. Il s’agit également de fidéliser les adhérents en leur proposant de s’investir et en continuant de les informer par des mailing ou des newsletter. Cela permet d’instaurer un climat favorable à une bonne circulation de l’information.
  • 13. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 11 ● La disponibilité de l’information L’information est au cœur du fonctionnement de l’association. Elle est la première dimension à considérer, car elle est la matière première de la communication interne. La bonne émission, la bonne transmission et la bonne réception des messages sont les garants de l’efficacité du travail d’équipe. ● La convivialité La convivialité est la condition incontournable de l’instauration d’un bon climat relationnel entre les membres. À titre individuel, chacun a besoin d’évoluer dans un cadre associatif dans lequel la communication sociale est positive. En effet, le statut de bénévole suscite parfois des difficultés à supporter un environnement d’activisme* où les échanges humains sont faibles ou conflictuels. Une relation totalement dénuée de sentiments ne peut conduire qu’à un monde de relations artificielles, source d’une ambiance sans attrait voire repoussante, de stress et qui peut potentiellement miner le champ d’activités. Dès lors, la convivialité doit être considérée comme un objectif stratégique qui nécessite une attention particulière et des outils adaptés. Les activités de développement de convivialité se planifient à l’avance. A ce titre, il convient d’intégrer dans le calendrier des activités et des événements de détente et de relaxation durant lesquels tous les membres se retrouvent amicalement. À titre d’exemple, il est recommandé de planifier une fête à la fin de chaque activité ou lorsqu’un projet arrive à terme. CONSEILS ● Être sélectifs dans la diffusion de l’information. ● Rechercherl’équilibreentresur-informationetsous-information. ● S’assurer que l’ensemble des membres de l’association soit régulièrement tenu au courant de l’état d’avancement des projets et des actions en cours. ● Faire en sorte d’informer régulièrement les membres de l’actualité de l’OSC,afind’éviterlasous-information,premièrecausededésengagement des membres d’une association. ● Harmoniser la communication de l’association. Afin d’être correctement transmise, l’information doit être simple, précise, complète et utile. CARTE D’IDENTITE ASSOCIATIVE 1. Qui sommes-nous ? • Quand ? une à trois dates importantes dans le parcours de l’association (exemple : date de création, date d’obtention d’un prix, etc.) • Qui ? les fondateurs de l’association. • Pourquoi ? la raison humaine pour laquelle l’association a été créée. • Pour qui ? les bénéficiaires des projets de l’association. • Où ? le lieu de création ou la région géographique d'intérêt .............................................................................................................. .............................................................................................................. .............................................................................................................. 2. Pourquoi nous sommes-nous associés ? En 3 lignes, il faut pouvoir expliquer à quelqu’un qui ne connaît pas les activités et les résultats que l’OSC veut atteindre. .............................................................................................................. .............................................................................................................. .............................................................................................................. 3. Quelles sont nos trois valeurs fondatrices ? Astuce : classez les trois valeurs par ordre d’importance. .............................................................................................................. .............................................................................................................. .............................................................................................................. 4. Maintenant, en récapitulant les trois points précédents, nous pouvons rédiger un texte qui présente notre OSC : .............................................................................................................. .............................................................................................................. .............................................................................................................. .............................................................................................................. ..............................................................................................................
  • 14. 12 ● La participation La logique participative* offre plusieurs avantages : ● Elle permet à chacun d’être actif et acteur dans la vie de l’association; ● Elle stimule l’intelligence collective* et connective des membres. Les solutions qui seront proposées correspondront aux réalités et au quotidien de l’association; ● Elle valorise les compétences et les talents et procure, individuellement, une reconnaissancetaciteessentielleàl’implicationactivedanslavied’uneassociation; ● Elle permet la responsabilisation des membres lors de la prise de décision, les mettant dans une posture psychologique orientée vers la résolution de problèmes. ● L’adhésion collective (voir plus loin «le recrutement des bénévoles») Afin de remporter l’adhésion collective, il est important de revenir à la première dimension de la communication interne, c’est-à-dire, la disponibilité de l’information. Pour l’établissement d’un listing régulièrement mis à jour, il est conseillé de disposer de : 1. Annuaire téléphonique 2. Liste de diffusion des adresses électroniques 3. Liste des comptes Facebook Il est également fortement apprécié de multiplier les canaux de transmission de l’information. Ainsi, au lieu de n’utiliser qu’un seul canal, utiliser simultanément les trois listings pour s’assurer que l’information soit transmise à l’ensemble des membres. Les outils de la communication interne ● Les outils stratégiques « On ne peut pas réussir sa communication externe si l’on ne sait pas communiquer eninterne».C’estuneaffirmationquiimpliquel’intérêt delacommunicationinterne entre l’ensemble des membres de l’association. Celle-ci repose sur des objectifs et des valeurs partagés par tous les membres . Avant de pouvoir communiquer aux autres, il est essentiel de savoir formuler l’essence et les objectifs du projet associatif à soi-même. FICHE PRATIQUE N°1 - DIAGNOSTIC DE LA COMMUNICATION INTERNE Astuce : Faites également remplir cette matrice par différents membres de votre association lors des réunions et comparez vos résultats. Vous collecterez un maximum d’informations utiles et vous vous engagerez dans une démarche participative valorisant l’intelligence de chacun. FORCES Disponibilité de l’information Convivialité Participation Adhésion collective FAIBLESSE
  • 15. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 13 ● Les outils techniques : des solutions pour mieux communiquer Des répertoires à jour : Un répertoire est une liste qui regroupe les coordonnées des contacts utiles à l’OSC. Cette solution est essentielle pour diffuser l’information auprès des membres et adhérents. Un répertoire téléphonique, un répertoire des adresses électroniques et un annuaire des listes de comptes Facebook qui peuvent être utilisés simultanément pour la diffusion de l’information augmenteront les chances d’une information pour qu’elle atteigne les membres et attire leur attention. Pournousaideràcréeretàmettreàjourlesrépertoires,plusieurssolutionsgratuites en ligne existent. Ces applications ont l’avantage de sauvegarder le répertoire sur un serveur distant, afin d’éviter tout risque de perte totale et irréversible de données. Liste de diffusion intelligente par courrier électronique Cet outil permet de trouver l’équilibre entre sous-information et surinformation. Il évite également que quelqu’un soit oublié lors de la saisie manuelle des adresses e-mail ou que le message soit envoyé à quelqu’un qui n’est pas concerné par l’information. C’est l’équivalent d’un « e-mail groupé ». Au lieu d’envoyer plusieurs e-mails à l’ensemble des destinataires du message ou de sélectionner tous les noms des contacts sur le même e-mail, l’expéditeur de l’information aura juste à envoyer son message à une seule adresse, celle de la liste de diffusion et le serveur se charge de distribuer celui-ci à tous les membres de la liste. À part l’envoi de messages, la liste de diffusion permet aussi de recevoir les réponses de l’ensemble des personnes du groupe de cette liste. Ces derniers peuvent ainsi soumettre leurs idées et recevoir, en retour, l’avis des autres membres de la liste. De plus, chaque membre du groupe a la possibilité de stocker l’ensemble ou une partie du contenu de la liste sur son PC, simplement en conservant les messages. CONSEIL Pour renforcer l’intégration des nouveaux membres, le recours au Shuffling est recommandé, c’est-à-dire mélanger les personnes de différentes anciennetés, régions et âges. Cela créera des liens entre des personnes qui sont initialement peu enclines à faire connaissance spontanément.
  • 16. 14 ● Les événements festifs Les événements festifs sont le meilleur moyen de créer et de maintenir un esprit d’équipe positif. Une animation événementielle originale reste le moyen le plus efficace pour allier engagement militant et détente. Il est important que les événements soient organisés sur une base régulière. Tous les trimestres, à chaque fin de projet, pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux adhérents ou pour fêter l’anniversaire de l’un des membres, toutes les occasions sont bonnes pour faire la fête! ● Les agendas en ligne Les agendas en ligne sont un excellent moyen de diffuser l’information auprès de tous les membres et adhérents. Ainsi, l’information sur les événements, dates importantes, etc. sera disponible partout et à tout moment. L’avantage est de pouvoir partager facilement cet agenda entre plusieurs collaborateurs avec des droits d’accès personnalisés. Ainsi, certains utilisateurs pourront uniquement visionner les rendez-vous, alors que d’autres pourront les modifier. Plusieurs solutions gratuites existent. : - L’agenda en ligne de Google : www.google.com/calendar - Le calendrier en ligne Hotmail de Microsoft : calendar.live.com ● Les organisateurs de rendez-vous en ligne Organiser un rendez-vous qui réunit plusieurs dizaines de personnes peut parfois se révéler compliqué. Heureusement que des outils existent pour faciliter la tâche. Ces organisateurs prennent en considération les disponibilités de chacun et les croisent automatiquement pour donner les fenêtres de disponibilités collectives. Des solutions gratuites existent sur le web : - www.doodle.com (gratuit) - www.framadate.org (gratuit) - www.nuages.domainepublic.net (gratuit) - www.clicrdv.com (payant)
  • 17. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 15 ● Les éditeurs de textes collaboratifs et de partage de fichiers en ligne Les éditeurs de textes collaboratifs permettent de créer un espace collaboratif pour partager les idées en temps réel ou en différé avec les membres et adhérents sous formedetexte.Unéditeurdetextecollaboratifressembleàunlogicieldetraitement de texte classique sauf qu’il permet à plusieurs personnes de contribuer à la rédaction d’un document. Par exemple, en cas de rédaction d’un communiqué de presse ou d’une note conceptuelle d’un projet, il est possible de le faire de manière collective. Cela donnera d’emblée à la production une dimension participative sans compter le gain de temps assuré grâce à l’effort partagé. - www.libreoffice.org - www.framapad.org Il existe également des outils gratuits en ligne pour stocker et partager des fichiers en ligne. Les deux plus utilisés sont DropBox et Google Drive. Selon leurs fonctionnalités respectives, ils servent à : - Partager des documents - Constituer un dossier de travail accessible aux membres du groupe - Rédiger un document de manière collective. ● Le code éthique L’adhésion à l’association témoigne de la volonté de l’adhérent de participer à des projets d’intérêt public. L’élaboration d’un code éthique* s’inscrit dans une logique de transparence dans les relations entre l’association et ses membres et dans le respect des valeurs fondatrices de celle-ci. Il a également pour objet de prévenir les risques liés à des conflits d’intérêts*. Ce document doit être présenté et signé par toute personne souhaitant adhérer à l’association CONSEILS Le code éthique : ● Doit être synthétique. ● Peut être présenté sous forme de grandes valeurs universelles expliquées et contextualisées dans le cadre de l’association. ● Peut être imprimé en grand format et accroché de manière visible dans les locaux.
  • 18. 16 ● La newsletter La newsletter ou lettre d’information est un moyen incontournable de diffuser régulièrement l’actualité auprès des membres de l’OSC mais aussi auprès de ses partenaires. Elle renforce aussi le sentiment d’appartenance des membres à leur association. Sa fréquence de diffusion est variable selon les activités de l’association. Cependant, il est important de garder un rythme relativement constant. Son contenu doit être synthétique et concis : aller droit au but et viser uniquement l’essentiel. Bien qu’elle soit consultable sur le site, l’association peut aussi proposer aux internautes qui le désirent, de s’abonner gratuitement afin de la recevoir dès sa parution. ● Le journal interne Lejournalinternenécessiteunemiseàjourrégulièredesinformations.Sapériodicité est fixée en fonction du volume d’informations et de la taille de l’association. Un minimum de quatre numéros par an est requis pour fidéliser le public. Il contient tout d’abord un éditorial qui met en lumière une des priorités de l’association. Viennent ensuite les rubriques abordant des thèmes variés, par exemple, les actions en cours, les nouveaux projets… et enfin, les entrefilets rassemblent des informations pratiques (coordonnées, calendrier…). Les illustrations occupent une place primordiale et permettent de montrer les activités menées par l’association sur le terrain. Les petites associations, qui disposent de moins de moyens, préfèrent les feuillets d’information, qui sont moins lourdes à réaliser. ● Le blog collectif Un blog est une sorte de journal électronique. Son éditeur publie régulièrement de nouveaux articles, souvent courts (250 à 800 mots) pour rendre compte d’une actualité vécue. Il s’agit en quelque sorte du journal de bord de l’association. Les membres peuvent partager leur expérience sous forme de billets, de photos ou de vidéos qui seront automatiquement datés lors de leur publication. Le blog collectif est un excellent moyen de renforcer l’esprit d’équipe tout en s’ouvrant sur le monde extérieur. Cet outil technique peut aussi constituer un moyen efficace et original pour faire connaître l’association et attirer de nouveaux membres. ● Les réunions internes Une réunion est un outil technique régi par des codes et des méthodes. Le succès d’une réunion dépend de sa préparation et de la qualité de son animation. Bien qu’elles soient devancées par la technologie, les réunions internes restent un rendez-vous privilégié. Les réunions consomment généralement du temps parce qu’elles impliquent un déplacement physique jusqu’au lieu de rencontre. Il est donc très important de bien gérer la fréquence des réunions internes. Dans le cadre associatif et dans les activités bénévoles, le temps est très précieux, il faut savoir le gérer habilement. CONSEILS ● Planifier une réunion s’organise et ne s’improvise pas. il convient donc de l’organiser sur une base régulière et à l’avance. ● Rédiger toujours l’ordre du jour de la réunion (ne dépassant pas une page) et s’assurer que les personnes concernées par la réunion l’ont bien reçu trois jours à l’avance. ● Cibler les personnes à convier. ● Désigner à l’avance un responsable de réunion. C’est la personne la plus compétente sur le ou les sujets qui seront abordés. Il rappellera l’ordre du jour avant de distribuer équitablement le temps de parole et s’assurera que l’ensemble des points soient abordés. Il est, en quelque sorte, l’arbitre de la réunion. ● Synthétiser les décisions qui ont été prises dans un document de référence ou un procès verbal qui devra parvenir dans un délai de douze heures aux personnes concernées.
  • 19. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 17 Objectif spécifique 2 : Recruter des bénévoles Le recrutement de bénévoles, que ce soit pour une activité ou pour siéger au comité de l’association, passe par cinq étapes : ● Définir le travail : Quand on recrute des bénévoles, la première étape consiste à définir le type de travail à faire. Cela permet à l’organisme de s’assurer qu’il choisit la personne qui convient le mieux au poste à combler. Les responsables du recrutement et les bénévoles éventuels doivent donc tous bien savoir en quoi consiste le travail. ● Déterminer les capacités requises : Une fois le travail bien défini, on détermine les qualités requises pour l’effectuer. Cela permet de mieux identifier les candidats bénévoles. La description de tâches est un instrument utile. Elle énumère les qualités requises dans l’accomplissement d’une tâche. Elle décrit de façon explicite les attentes des personnes et les exigences du poste de bénévolat. Elle donne, en outre, aux bénévoles une idée de leur rôle au sein de l’organisme ou de l’activité. ● Dresser la liste des candidats possibles : Une fois les profils identifiés, on dresse la liste des candidats possibles, ainsi que les moyens de les contacter. ● Communiquer avec le candidat : Lors de la rencontre ou de l’entretien, il faut présenter au candidat les avantages qu’il aurait à adhérer à votre organisme ou à participer bénévolement à votre activité. ● Confirmer votre engagement et le sien : Lors de l’événement, assurez-vous d’avoir une personne responsable des bénévoles. Un agenda de la journée et une liste des participants sont à communiquer aux bénévoles.Cesontdesrenseignementssupplémentairesqu’ilspeuventutiliserpour retrouver d’autres bénévoles, ce qui peut renforce leur sentiment d’appartenance et valorise leur engagement. N’oubliez pas d’envoyer une lettre de remerciement à tous vos bénévoles à la suite de l’événement.
  • 20. 18 CONSEILS ● Lors d’une activité, laissez vos candidats choisir leurs tâches. Certains bénévoles ont des préférences. ● Indiquez aux bénévoles que vous leur offrez des « avantages » : Coupons de repas gratuits, boissons gratuites, des tee-shirts gratuits, plusieurs pauses pour s’amuser, etc. ● Assurez-vous d’avoir autant de détails sur le profil du candidat lors du premier contact. Outils pour le recrutement des bénévoles : ● Le recrutement de bouche à oreille : une invitation en face à face ou par téléphone est le mode le plus efficace. Penser à solliciter d’anciens bénévoles et les nouveaux arrivants dans la communauté. Penser également à prospecter auprès de votre cercle de proches en passant en revue les gens que vous côtoyez sur une base quotidienne, hebdomadaire et mensuelle, c’est-à-dire la famille, les amis, les collègues de travail… ● Les annonces à travers la radio ● Affichage dans les lieux spécifiques : supermarchés, centres commerciaux, bibliothèques, hôpitaux, les centres de loisirs, les clubs sociaux, les lycées et les universités… ● Etiquettes et Post-it dans les vitrines et étalages des magasins et commerces ● Les annonces dans les journaux communautaires ● Bulletins d’informations d’autres organismes associatifs ● Distribution d’affichettes, dépliants, flyers… dans les lieux de fréquentation de la cible : devant les établissements éducatifs, les clubs sportifs, sur la plage, les cafés, les stations de transport en commun, lors des manifestations sportives, culturelles… ● Sur le net : site de l’OSC ou sites partenaires Les différents types de bénévoles Les différents profils listés ci-dessous représentent d’une manière exhaustive la majorité des types de personnalités de bénévoles. Seulement, ces profils peuvent se recouper et un bénévole peut en cumuler plusieurs. ● Les hommes de réseaux : Ils apportent à l’association leurs relations ● Les techniciens : Ils mettent leurs compétences au service de l’association ● Les laboureurs : Ils réalisent un travail pratique considérable ● Les passifs : Des figures passives agissant dans la routine ● Les fondateurs : Piliers de l’association. Ils contribuent à la consolidation de son identité ● Les profiteurs : Ils recherchent des retombées personnelles ● Les passionnés : Leur attitude vis-à-vis de l’association n’est pas rationnelle ● Les râleurs : Ils sont « anti-tout » et ils le disent ● Les conservateurs : Ils freinent des évolutions et manifestent une peur du changement ● Lespionniers:Ilssontporteursd’idéesversdenouvellesvoiesdedéveloppement de l’OSC ● Les multicartes : Ils adhèrent à beaucoup d’associations et sont difficiles à gérer ● Les futurs présidents : Habiles et diplomates, Ils apportent souvent beaucoup à l’association, mais pour une motivation claire : la présidence CONSEILS ● Les jeunes de 15 à 24 ans sont très heureux de faire du bénévolat, car ceci favorise leurs chances de trouver un emploi (le bénévolat peut être indiqué sur leur C.V. ) ● Choisissez des couples impliqués dans le bénévolat. Ils apprécient des activités qu’ils peuvent faire ensemble. ● Les personnes seules : choisissez des personnes qui ont un besoin de rencontrer d’autres gens. ● Les baby-boomers et leurs précieuses connaissances - ils ont beaucoup d’expérience à offrir aux organismes.
  • 21. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 19 L’évaluation de la communication interne L’évaluation continue permet d’évaluer la performance de la communication interne. Plusieurs méthodes sont disponibles comme le focus group, l’entretien individuel, le questionnaire ou encore le brainstorming. Comme signalé dans la première section, la communication dans le cadre associatif s’appuie essentiellement sur la relation interpersonnelle. En ce sens, les entretiens sont privilégiés, qu’ils soient collectifs ou individuels, ils seront une occasion supplémentaire pour valoriser le point de vue et l’expérience des membres. La FICHE PRATIQUE n°3 oriente dans l’évaluation de la communication interne. FICHE PRATIQUE N°3 - L’EVALUATION DE LA COMMUNICATION INTERNE PARTIE I - AUTO-EVALUATION Avons-nous élaboré un plan de communication interne ? oui non Avons-nous mis en place des outils techniques prévus dans ce plan ? oui non Est-ce que ces outils techniques sont couramment utilisés par nos membres ? oui non Si non, pourquoi ? ............................................................................................................... ............................................................................................................... Relevons-nous des conflits à cause d’un problème lié à information ? oui non PARTIE II - GUIDE D’ENTRETIEN À ADMINISTRER AUX MEMBRES (entretiens individuels ou collectifs) Est-ce que l’information vous est transmise dans de bons délais ? oui non Que pensez-vous de la clarté de l’information dans notre association ? ............................................................................................................... ............................................................................................................... ............................................................................................................... Que pensez-vous des outils que nous utilisons pour communiquer entre nous ? ............................................................................................................... .............................................................................................................. Comment peut-on améliorer notre communication interne ? ............................................................................................................... ............................................................................................................... ............................................................................................................... Le plan d’action de la communication interne Pour mettre en oeuvre la stratégie de communication, il faut privilégier un plan qui définit les actions à mener, leur timing et les responsabilités. La FICHE PRATIQUE n°2 permettra de formaliser cette dernière étape. FICHE PRATIQUE N°2 - SOLUTIONS POUR LA COMMUNICATION INTERNE Disponibilité de l’information Convivialité Participation Adhésion collective FAIBLESSES SOLUTIONS TECHNIQUES RESPONSABLES SOLUTIONS DATE DE MISE EN OEUVRE
  • 22. 20 Assurer le financement de l’association Un des principaux objectifs d’une association est d’assurer son financement à travers les collectes de fonds afin de pouvoir couvrir ses frais de structure et les investissements liés à la prochaine collecte ainsi que de mener à bien les actions en cours. La mobilisation des ressources est indissociable de la communication. Lorsqu’elle communique bien sur ses réalisations, une OSC a d’autant plus de chances de convaincre ses bailleurs de fonds. On trouve trois modes de financement selon les besoins et les orientations de l’association. ● Lesfondsprivés:ilspermettentauxassociationsdeconserverleurindépendance d’action vis-à-vis des bailleurs de fonds publics ● Les fonds publics ● Le financement mixte permet un équilibre entre les fonds privés et publics Objectif spécifique 1 : diversifier et développer les ressources ● Les prestations de service : organisation de séjours, cours de sport, conseil, location de matériel, formation… ● Les ventes de biens : calendriers, revues, produits confectionnés par les membres, tenues, accessoires, gadgets… ● Les produits des manifestations : kermesses, fêtes annuelles, concerts, spectacles, rencontres sportives, expositions, concours, conférences, ventes au déballage (brocantes, braderies, marchés aux puces, vide-greniers…), organisation de repas, loteries et tombolas ● Lesproduits-partage:C’estuneformedepartenariatentrel’OSCetlesentreprises commerciales où l’association accepte de laisser apparaître temporairement son nom sur un produit. L’entreprise partenaire augmente alors son prix de vente habituel et reverse la différence à l’association ou dans certains cas, l’entreprise n’augmente pas le prix mais revoit sa marge à la baisse Cette méthode permet à l’association de pénétrer dans les foyers sans frais , par l’intermédiaire d’un produit. Pour le consommateur, c’est une manière de transformer un acte banal en un acte de générosité qui lui donne un sentiment d’accomplissement ● Les achats solidaires et les boutiques en ligne ● Les OSC tunisiennes devraient penser à développer ces deux pratiques qui ont fait par ailleurs leurs preuves auprès d’agences internationales comme l’UNICEF. L’idée est de proposer des produits (calendriers, agendas, cartes postales) à la vente sur le site de l’association. Une autre possibilité de financement pour l’OSC, consiste à développer des activités Génératrices de Revenus (AGR) ● Le sponsoring : Le sponsoring suppose une contrepartie publicitaire et peut être considéré comme la vente d’une prestation de service publicitaire par l’association pour le compte d’une entreprise. L’association accepte alors de faire de la publicité (présence du logo* sur les billets de spectacle, présence d’affiches lors des manifestations…), pour une entreprise identifiée comme étant le sponsor. En contrepartie, l’entreprise accorde une aide financière, technique ou logistique à l’association Objectif spécifique 2 : mobiliser des ressources externes ● Le mécénat* C’est une forme noble de parrainage. Le mécène, contrairement au sponsor, apporte son aide mais ne réclame pas de contrepartie publicitaire. Le mécénat peut prendre plusieurs formes : - Mécénat financier : Soutien financier direct - Mécénat en nature : Remise d’un bien (équipement sportif), de marchandises (produits alimentaires), mise à disposition de matériel ou de locaux (matériel sono, bail gratuit) - Mécénat technologique : Mise à disposition par le mécène de son savoir-faire ou de ses compétences techniques (formation, expertise, conseil…) - Mécénat de compétences : Mise à disposition gratuite de salariés rémunérés par le mécène ou prestations de services non rémunérées ● Les fondations Repérer, dans l’ensemble du monde des fondations celles susceptibles de financer des actions de l’association et leur présenter un projet écrit adapté à leurs attentes et répondant à leur cahier des charges. (Portail des fondations et du mécénat – www.fondations.org) ● Les dons : Les donations englobent les dons de tout bien (mobilier, immobilier) ou valeur de manière gratuite. Ils peuvent être effectués sans acte notarié, sous
  • 23. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 21 CONSEILS La condition sine qua non du don est la confiance que le donateur peut placer dans l’association. En effet, ne pouvant obtenir de preuve matérielle de la bonne utilisation de son don, le donateur s’en remet aux informations que l’association veut bien lui donner. Il faut donc communiquer avec le donateur pour gagner sa confiance, qui ne peut être acquise qu’à travers la transparence sur la gestion des dons. Construisez un discours destiné aux donateurs en anticipant ces questions: • Qui êtes-vous ? Que faites-vous ? • Pourquoi c’est important ? Pourquoi c’est urgent ? • En quoi êtes-vous les mieux placés pour répondre au besoin ? • Quelles sont vos garanties ? • En quoi êtes-vous différents des autres ? Qu’apportez-vous de plus/ mieux ? Pourquoi vous ? • Pourquoi avez-vous besoin de moi ? Que me proposez-vous concrètement ? • Quel sera l’impact ? Quels seront mes bénéfices ? diverses formes (argent liquide, chèque bancaire, aide en nature, abandon de créance…) ● Les subventions publiques : Les subventions publiques se traduisent par des subventions de fonctionnement, d’investissement, sur projet (dans le cadre d’un appel à projets), aides à l’emploi… ● Ledonenligne:D’unsimpleclic,untransfertdefondsestaccompli,leplussouvent, àtraversleremplissaged’unformulairededonsenligne.Pourcela,l’OSCdoitéquiper son site de tous les dispositifs nécessaires, c’est-à-dire le paiement sécurisé en ligne et le traitement bancaire associé. Si le don en ligne est plus simple à faire, le message d’appel au don doit être accrocheur c’est-à-dire clair et percutant Il est recommandé, dans un souci de transparence et pour rassurer les donateurs, d’ajouter sur le site une rubrique informant les donateurs sur la destination et la gestion financière de leurs dons. Il n’existe pas d’études ou d’enquêtes relatives au marché du don en Tunisie, ni sur le profil du donateur tunisien. Cependant, sur le plan mondial, des recherches dans le domainedudonetdel’humanitaireontpermisdedresserleportraitdudonateurtype2 . Ce dernier a la cinquantaine passée, une profession agréable et de moins en moins prenante, des revenus confortables, un niveau d’études supérieur et une grande culture acquise par la lecture, les journaux, la radio, la télévision et les liens sociaux. Ce portrait type ne répond en aucun cas à toutes les situations et les contextes afférents au monde associatif de par le monde. Il peut être nuancé compte tenu des missions des associations, de l’âge de leurs donateurs, de la structuration de leurs financements et surtout de l’appartenance culturelle et géographique des donateurs. Typologie des donateurs3 ● Les « Eprouvés » : Ce sont des donateurs jeunes, entre 30 et 40 ans, de catégorie socio-professionnelle modeste. Soit, ils ont déjà vécu des situations difficiles soit ils côtoient encore la pauvreté dans leur vie quotidienne et ils ont ainsi bénéficié de la générosité des autres. Leurs dons sont modestes, le plus souvent de main en main ou en nature. Le geste de don est très peu rationalisé. ● Les « Militants » : Ce sont de jeunes adultes qualifiés qui ont des convictions politiqueset/oudespréoccupationsmorales/spirituelles.Leursdonssontréfléchis, programmés, souvent réguliers. Ils vont de préférence vers des associations qui se positionnent comme des « contre-pouvoirs » par rapport aux institutions et à l’Etat. ●Les«Epargnés»:Ce sont des personnes âgées de 40 à 60 ans, aisées socialement et économiquement, qui se sentent privilégiées et épargnées par le sort et en conçoivent une dette à l’égard des moins favorisés. Leur don est motivé par le souci de préserver un équilibre perçu comme instable entre les pauvres et les riches, leurs dons sont le plus souvent réguliers et vont en général à plusieurs associations, perçues à la fois comme relais et palliatif aux insuffisances de l’Etat. ● Les « Généreux » : Ce sont le plus souvent des seniors de catégorie socioprofessionnelle supérieure, parfois retraités, qui conçoivent le don comme une forme de responsabilité découlant de leur statut social. L’acte de don est rationnel, planifié et s’inscrit dans une pratique choisie ou héritée, la tradition familiale étant un facteur déterminant dans le comportement de ce type dedonateurs. 2 - Portrait inspiré d’une description de Gérard Gendre, « Les stratégies de la générosité », éditions Economica, Paris, 1996. 3 - Typologie présentée par Gérard Gendre, « Les stratégies de la générosité », éditions Economica, Paris, 1996.
  • 25. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 23 Informer, la médiatisation des activités et des résultats Cette étape est essentielle dans l’activité associative. L’objectif d’informer s’accompagne très souvent d’un autre objectif : celui de sensibiliser et parfois même d’éduquer. Ainsi, l’association se voit contrainte d’informer deux cibles différentes à deux niveaux différents: - D’abord informer sur ses activités, ses réalisations, ses besoins auprès de ses bailleurs de fonds et auprès du grand public - Ensuite informer sur une nouvelle règle, un concept, une loi, une situation etc. auprès d’une population cible bien définie Les méthodes d’information et de sensibilisation sont diverses : campagnes de presse, conférences, campagnes publicitaires médiatiques, rapports pour les pouvoirs publics, tracts, journaux de l’association. Objectif spécifique 1 : informer les médias sur ses activités L’information des médias se traduit par l’établissement de bonnes relations presse. Celles-ci constituent pour les OSC un outil de communication essentiel leur permettant une diffusion de leurs informations à moindre coût. Cependant, il existe certains risques à ne pas négliger telle que la déformation de l’information lors de sa retranscription dans la presse. C’est pourquoi la rédaction des documents doit être minutieuse, afin d’éviter toute ambiguïté et toute confusion pour ne pas ternir l’image de l’association auprès de son public. Les méthodes innovantes ● Impliquer les journalistes Les associations qui désirent médiatiser un événement, leurs organisations ou leurs idées se retrouvent souvent confrontées à un obstacle majeur : le refus des journalistes. En effet, ceux-ci établissent des critères de médiatisation adaptés à ce qu’ils pensent être les attentes de leurs lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs. Face à cette situation de recherche de l’audimat, une stratégie efficace consiste à impliquer le journaliste sur le sujet auquel l’association souhaite le sensibiliser dès le début de l’action et durant toutes les phases de sa réalisation. ● Développer un partenariat OSC/Presse La collaboration avec la presse sur de nouvelles bases d’échange nécessite d’entamer le dialogue avec les journalistes à travers des journées d’informations, FICHE PRATIQUE N°4 - FICHE CONTACT JOURNALISTE Média : ...................................................................... Prénom.................................... Nom.............................................. Adresse postale : ............................................................ Téléphone bureau : ............................Téléphone mobile : ........................... Fax................................. E-mail ................................................................. Spécialité : ................................................... Centres d’intérêt : ............................... ........................... ............................ Date dernier contact Sujet Date prévues du prochain contact jour/mois/année jour/mois+1/année
  • 26. 24 Modèle-exemple de communiqué de presse Logo de l’association Notre logo doit être placé dans l’en-tête du communiqué Communiqué de presse Mention à placer à côté du logo ou en gros caractères (taille 16 au minimum). Pour publication immédiate Il est important de préciser cette information. Parfois, l’émetteur d’un communiqué souhaite une publication différée. Cela diminue les chances de publication de notre communiqué. Tunis, le 13 juin 2013 Le lieu et la date. Quelle est la place de la victime dans la justice transitionnelle? Le titre doit : 1. Etre attirant. 2. Annoncer clairement le contenu du communiqué. Soucieuse de soutenir la transition démocratique, l’Association Tunisienne pour la Justice Transitionnelle (ATJT) révélera la semaine prochaine les résultats de la première étude sur la place de la victime dans le processus de justice transitionnelle. Le chapeau doit : Résumer en une ou deux phrases l’essentiel du message que nous voulons faire passer. L’ATJT a chargé un groupe de 5 experts internationaux d’une étude comparative sur la place de la victime dans le projet de loi pour la justice transitionnelle élaboré par le gouvernement tunisien. Les résultats seront rendus publics lors d’une conférence de presse Le paragraphe n°1 doit : Traiter le sujet de manière factuelle en répondant aux questions suivantes : Qui ? Quoi? Quand ? Comment ? Pourquoi ? «Il ne peut y avoir de transition démocratique sans justice transitionnelle. L’étude de l’ATJT vient au bon moment pour nous éclairer sur les choix historiques de la Tunisie dans cet important dossier», explique Maitre Dhaker Foulène, expert international, dont l’équipe a élaboré le projet de justice transitionnelle en Tchekozlomanie en 1996. Le paragraphe n°2 doit (optionnel) : Appuyer le propos par le témoignage d’un expert reconnu dans le domaine concerné. Fin communiqué Cette mention précise que le communiqué est bien terminé et qu’il n’a pas de suite sur une autre page. Pour plus d’informations : Mme Miriam Foulène Tél fixe. 00216 -71 111 1111 Tél mob. 00216 -98 111 1111 Fax. 00216 -71 211 1111 E-mail : Miriamfoulene@asso.org Coordonnées complètes de la personne à contacter. des tables rondes… afin d’initier la réflexion sur : - La valorisation de l’éthique sur le commercial : société civile, journalistes, ONG, pouvoir publics… devraient multiplier les occasions de rencontre et de réflexion pour débattre des priorités dans le traitement de l’actualité. Dans une Tunisie postrévolutionnaire, il serait opportun de repenser la mission journalistique en dégageant des priorités en fonction d’autres critères que les intérêts de l’audimat, les intérêts politiques et promotionnels traditionnels. - Reconsidérer la valeur « temps » : en privilégiant la démarche analytique et compréhensive des événements. Ce qui se traduit par le fait de prendre le temps d’expliquer un événement, une situation plutôt que de se contenter de publier des «images choc». - Préserver la dignité humaine : en évitant les images qui montrent de façon ostentatoire la détresse humaine. Les victimes restent des personnes humaines : montrer leur souffrance, certes, mais en respectant leur intégrité. Les méthodes classiques ● Un annuaire à jour Comme toute entreprise, un média vit des changements permanents. Il est donc important pour l’association de maintenir l’annuaire des contacts média et des journalistes à jour. Y consacrer une matinée à chaque début de trimestre permet d’actualiser cette base de données et de la maintenir à jour. ● Les fiches de contact des journalistes (voir FICHE PRATIQUE n°4) Les fiches contact des journalistes sont un outil essentiel pour construire une relation positive avec les médias et garantir une couverture ciblée des activités de l’association. Ces fiches doivent contenir les coordonnées du journaliste, ainsi que ses domaines de couverture médiatique. ● Le communiqué de presse Le communiqué de presse est un document incontournable de toute opération presse. Il est destiné à l’ensemble des médias ciblés afin qu’ils transmettent les informations auprès de leurs publics respectifs. En général, un communiqué de presse est un document factuel*. Dans le monde des OSC, le communiqué sert également à exprimer une prise de position de l’OSC concernant une question d’actualité comme une violation des droits humains, etc.
  • 27. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 25
  • 28. 26 ● Le dossier de presse Le dossier de presse est un document essentiel pour présenter l’association au monde médiatique. Il s’adresse aux journalistes, pour les inviter à une conférence de presse, pour les sensibiliser à travers une campagne d’information etc. Pour les journalistes, c’est un document de travail utile qui leur permet de disséminer* en connaissance de cause une information émise par l’association. Sa présentation est généralement la suivante : une page de titre, une de sommaire, une fiche par sujet traité avec des titres pour chaque paragraphe (éventuellement illustré). Chaque point clé est développé plus en profondeur dans un paragraphe. De plus, nous retrouverons en bas de chaque page, l’intitulé du dossier et le nom de l’association. ● La conférence de presse La conférence de presse est un outil majeur dans les relations presse mais à manipuler avec parcimonie. Il faut veiller à n’organiser une conférence que lorsqu’il y a de la matière car convier les journalistes pour des informations sans grande importance ou simplement pour informer sur une activité risque d’entrainer des effets autres que ceux escomptés. Il serait donc préférable et même recommandé de recourir à cet outil quand il s’agit de présenter ou de restituer des résultats. Il vaut mieux dire « voilà ce que j’ai fait » plutôt que « voilà ce que je vais faire ». Une conférence de presse doit remplir quatre objectifs : - Une présence médiatique importante. - Des retombées médiatiques importantes. - Une bonne compréhension du sujet ou du message communiqué aux médias. - Une ambiance conviviale et un échange courtois et amical avec les journalistes présents. Objectif spécifique 2 : Communiquer efficacement avec un journaliste ● Préparez le terrain 1. Evaluez si les médias peuvent vous apporter de l’aide :en aidant à médiatiser votre action et déterminer le bon timing pour contacter la presse. 2. Rédigez un message court et efficace : Votre message doit être concis, efficace et ne pas dépasser 30 secondes : Utilisez des verbes énergiques et positifs : « j’ai lancé mon projet » est mieux que « je démarre mon projet». FICHE PRATIQUE N°5 - LA CONFERENCE DE PRESSE L’objectif de la conférence de presse Les messages à faire passer Le ton ( ) expert ( ) alerte ( ) festif Les supports visuels ou audio-visuels à utiliser par les intervenants (photos, vidéos) Le format ( ) plénière ( ) petit-déjeuner ( ) déjeuner Date et lieu Les supports visuels pour l’habillage de la salle (affiches, banderoles) Budget Le dossier de presse ( ) papier ( ) mémoire flash ( ) papier et mémoire flash
  • 29. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 27 3. Mettez en avant un aspect de votre action facile à médiatiser : - Le timing : Donnez les dates phares de votre combat. Pourquoi est-ce important de se mobiliser maintenant ? Quelles sont les évolutions attendues demain, l’année prochaine ? - L’impact : Combien de personnes sont touchées par votre problématique ? C’est important pour les journalistes de pouvoir quantifier l’impact de votre action. - Spécificité nationale, régionale ou locale : La majorité des journaux sont centrés sur une zone géographique : internationale, nationale, régionale. Contactez les journalistes proches de votre région. - Stars : Les journalistes adorent parler de stars. Avez-vous un personnage public (sportif, acteur, expert…) qui milite dans votre association ? C’est important de le citer. - Fait divers : Les journalistes relaient facilement les faits divers. N’hésitez pas à partir d’un exemple concret pour parler de votre combat. 4. Déterminez un support de communication : vidéo, image, son : Une chance de plus pour être médiatisé est d’ajouter un élément vidéo, une photo, ou un message audio. Compilez l’ensemble de ces éléments et communiquez-les aux journalistes à qui vous vous adressez. 5. Argumentez vos propos à l’aide d’articles, de références : Vous pouvez également ajouter à votre communiqué de presse un article, un témoignage, une étude ou des copies de mails, donnant de la crédibilité à votre combat. ● Rédigez un article sur votre combat 1. Trouvez des médias qui ont déjà publié des articles sur votre sujet et identifiez des journalistes intéressés par votre sujet : Avec cette précieuse liste, vous pouvez envoyer un email personnel à chacun résumant votre combat. N’oubliez pas d’indiquer vos coordonnées et un lien vers votre site web si vous en possédez. 2. Ecrire et envoyer votre article : votre article doit répondre aux questions suivantes : Qui? Comment? Quand? Quoi? Où? A quel effet? N’hésitez pas à contacter les journalistes pour être sûrs qu’ils ont bien reçu votre email. Soyez poli et professionnel. Les journalistes sont très sollicités et n’ont pas
  • 30. 28 beaucoup de temps pour échanger avec vous. Soyez donc succinct. Votre appel doit être sympathique et non agressif pour les convaincre de couvrir votre actualité. 3. Répertorier les informations relatives à des « success stories » vécues par votre association ou par l’un de ses membres et rédiger un papier dans ce sens en argumentant à l’aide de photos, de témoignages etc. 4. Accompagner votre document par une présentation rapide de votre association, de ses principales réalisations et de ses méthodes de travail sur le terrain. 5. Archivez les articles reprenant votre cause ● Préparez-vous pour une interview 1. Ecrivez 3 arguments : Mettez sur papier les trois arguments principaux que vous allez développer pendant votre entretien. 2. Préparez votre présentation : Ecrivez une phrase qui vous présente, qui êtes-vous, quelles sont vos fonctions, vos responsabilités ? Trouvez dans votre parcours ce qui va vous donner le plus de crédibilité face aux journalistes. ● Couverture médiatique 1. Communiquez les articles de presse à vos partenaires 2. Remerciez le journaliste pour son article : Restez encontactaveclejournalistequiaécritunarticlesur votre combat. N’oubliez pas de le remercier et de lui donnerrégulièrementdenouvellesinformations. Structure d’une invitation à une conférence de presse Logo Le logo doit être assez grand pour être visible sans efforts Mention «Invitation» et titre La mention «Invitation Conférence» doit-être en haut du carton dans la plus grande typographie utilisée dans l’invitation (au moins 18 pxl). Le titre doit à être court et accrocheur Date, heure et lieu La date et le lieu doivent figurer immédiatement sous le titre Sujet Le sujet de la conférence doit être décrit en trois lignes. Informa- tions utiles et contacts Adresse du lieu de la conférence, prénom et nom de la personne, numéro de téléphone, email Plan d’accès En option, nous gagnerons à rajouter un plan d’accès au verso de l’invitation Après l’événement La rédaction du compte-rendu Un compte-rendu détaillé doit être élaboré portant sur la forme et le fond de la conférence avec les informations suivantes : la liste des médias et des journalistes présents, les principales questions posées, le nombre d’interviews, la clarté du message et les problèmes techniques (s’il y en a eu). Ce compte-rendu sera partagé avec l’ensemble des membres. L’envoi du dossier de presse Un dossier de presse accompagné de visuels (photos en haute définition de la conférence, etc.) est envoyé à tous les médias et aux journalistes qui ne se sont pas déplacés à la conférence de presse La gestion des demandes des journalistes Les journalistes attendent d’un service de presse (même celui d’une nouvelle Pendant l’événement Le jour J, un ensemble de paramètres doivent être maîtrisés afin que tout se passe dans les meilleures conditions. La FICHE PRATIQUE n°6 aidera à prévenir de l’oubli. FICHE PRATIQUE N°6 - CHECK LIST TECHNIQUE Signalétique ( ) vérifié Nombre et disposition des chaises ( ) vérifié Fonctionnement des prises électriques ( ) vérifié Fonctionnement des lumières ( ) vérifié Fonctionnement du matériel de sonorisation ( ) vérifié Fonctionnement du matériel de projection ( ) vérifié Habillage visuel ( ) vérifié Buffet et rafraîchissements ( ) vérifié Le dossier de presse ( ) vérifié
  • 31. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 29 association) qu’il soit rapide et rigoureux. Toutes les demandes sont traitées dans les quatre heures qui suivent la conférence. La collecte des retombées Le press-book* d’une conférence de presse est l’indicateur le plus important du succès d’un événement. Il a aussi valeur de mémoire et servira auprès des bailleurs de fonds et des partenaires comme témoignage de la dynamique de l’OSC. L’évaluation de la stratégie presse Avons-nous une bonne stratégie presse ? C’est la question à laquelle l’évaluation stratégique va répondre. L’évaluation fait partie intégrante de la stratégie. C’est en quelque sorte le baromètre qui va permettre d’évaluer la progression. L’évaluation d’une action de relations presse consiste à analyser les retombées médiatiques concernant l’association, une à deux fois par an. Les étapes d’évaluation de notre stratégie presse Repérer nos sources d’information Savoir ce que la presse dit de nous nécessite de mettre en oeuvre une veille média permanente. Pour le moment, il n’existe aucun outil automatisant totalement cette veille. Nous devrons donc, en partie, opérer manuellement. Pour cela, il nous faudra systématiquement consulter les titres de presse après chaque événement médiatique ou opération de relations presse organisée par notre OSC. Il existe des outils électroniques gratuits qui permettent l’automatisation d’une partie de ce travail. Ces outils ne concernent pas seulement la presse électronique, mais également la presse papier. Les outils presse des moteurs de recherche : plusieurs moteurs de recherche sur Internet permettent d’accéder directement aux articles de presse qui traitent de l’association. Ces outils permettent également de filtrer les résultats par date de parution de l’article, etc. Les outils d’alerte électronique : ces outils peuvent alerter en temps réel à chaque fois qu’un mot renseigné auparavant (comme le nom de l’association ou celui d’un événement organisé) apparaît dans la presse électronique ou, plus largement, sur Internet.. Modifier les comportements Il arrive parfois que les associations se substituent aux services publics pour la promotion de nouveaux gestes en faveur de l’environnement, de la santé, de la citoyenneté… C’est donc tout naturellement que les missions et les objectifs de communication des associations ont, entre autres, pour objectifs de modifier les comportements et les modes de vie de la population. Généralement, la modification des attitudes ou des comportements humains passe par des campagnes d’envergure qui utilisent plusieurs moyens et supports de communication. Seulement, dans le cas de la communication associative, ces campagnes médiatiques ne sont pas toujours pertinentes et réalisables en raison notamment des moyens dont dispose l’association, car ces campagnes coûtent généralement cher et surtout, en raison de la spécificité de certains bénéficiaires du travail associatif, souvent difficiles d’accès et parfois même, non exposées aux moyens médiatiques classiques. Avec ces groupes spécifiques, il est nécessaire d’adapter les messages, le ton des messages et les vecteurs de communication à leurs attentes et à leurs besoins. Cela nécessite non seulement une connaissance fine de ces groupes cibles mais aussi une maîtrise des différents outils et des vecteurs adéquats. Les publics cibles de la communication associative : Les femmes La cible féminine constitue très souvent la cible de communication privilégiée des associations, à la fois comme acteur et bénéficiaire. Cette cible se décline en plusieurs sous-ensembles : la femme rurale, la citadine, la femme battue, la mère célibataire, l’ouvrière, l’analphabète, la ménagère, l’active… Leur identification dépend étroitement du thème de communication et de la mission principale de l’action associative. ● La femme rurale Elle joue un rôle important dans l’activité agricole. Les études démographiques montrent que la présence féminine en milieu rural est plus importante que la présence masculine en raison de l’exode rural qui touche plus les hommes que les femmes. Outre le travail domestique, elle travaille dans les champs, à l’élevage et parfois même assure une activité artisanale. Elle fréquente les lieux de socialisation traditionnels comme le hammam, le dispensaire, les fêtes et les
  • 32. 30 occasions familiales, les sources d’eau, les jours de marché etc. en l’absence de structures de divertissements et de loisirs. Elle se distingue également par un faible taux de scolarisation. ● Comment communiquer avec les femmes ? - Aller à leur rencontre; - Privilégier la communication directe et de groupe; - Choisir un porte-parole femme qui parle le langage de la région; - Eviter les attitudes ostentatoires et accusatrices; - Respecter les traditions d’usage et se plier aux convenances locales; - Prendre le temps d’expliquer en s’aidant d’un support audio-visuel; - Les aider à s’exprimer et à partager leur expérience. Les jeunes Les jeunes constituent une des cibles les plus difficiles à atteindre en termes de communication:L’utilisationdesmoyensdecommunicationenconstantemutation, langage spécifique, communautés hétérogènes, intérêts divers et immédiats, tranches d’âges flexibles etc. sont autant d’éléments à prendre en considération pour toute stratégie qui leur est destinée. Sur le critère de l’âge, le jeune est couramment désigné comme appartenant à une tranche d’âge allant de 12 à 25 ans. Cependant, dans ce large éventail, il y a : - Les préadolescents et adolescents : Pour la plupart scolarisés, ils constituent le public des collégiens et des lycéens. Ils sont très réceptifs à l’action et sont encore facilement consommateurs de services. - Les étudiants : Public très exigeant et captif. Leurs attentes concernent beaucoup plus sur le soutien à leur cursus. Ils ont des soucis de logement, de santé et se trouvent souvent en dehors de la cellule familiale. Les étudiants constituent un public relais à forte notoriété capable de fédérer et de s’engager. - Les décrochés : Ils se trouvent en dehors des structures classiques et formelles. Ils nécessitent un besoin fort de soutien et constituent souvent la cible prioritaire d’actions de communication sociale. ● Communiquer efficacement avec les jeunes - Les jeunes ont besoin d’être traités avec respect, dignité et d’être acceptés en tant qu’individus. - Les guider à l’aide d’exemples et d’instructions. - Les féliciter pour leurs accomplissements et les aider sans porter de jugement lorsqu’ils commettent des erreurs. - Ils se fient aux adultes pour leur donner la liberté de tester leurs compétences et leurs habiletés à prendre de bonnes décisions. - Etre flexible et encourager leurs suggestions pour obtenir le succès. Objectif spécifique 1 : Modifier le comportement des femmes rurales à des fins de développement Les moyens médiatiques ● La radio Elle constitue le moyen le plus puissant et le plus économique pour atteindre les populations rurales dans les régions isolées. C’est un outil important pour la diffusionrapidedemessagessurdenouveauxconceptsettechniquesdeproduction agricole, sur la santé, la nutrition, le planning familial et autres questions sociales et culturelles. Cependant, il faut faire preuve de créativité en utilisant la radio à des fins de changement des comportements. Il est nécessaire de pallier le manque d’image par une créativité vocale et musicale plus développée et plus recherchée. Une fois ces principes pris en compte, la radio s’avère un vecteur de communication très pertinent. Elle peut promouvoir le dialogue et la discussion sur les principaux thèmes de développement rural et servir de tribune pour exprimer les opinions, les besoins et les aspirations des femmes rurales. Lesprogrammesradiosontplusefficaceslorsqu’ilssontréalisésaveclaparticipation du public, lorsqu’ils comprennent des émissions en direct, des jeux-concours et des débats dans les langues locales et qu’ils tiennent compte des traditions et de la culture locale. Les moyens scripto-audiovisuels Les médias scripto-audio et visuels (diapositives, films, cassettes audio, boîtes à images, affiches, dépliants, etc.) sont des outils précieux pour le travail de groupe en milieu rural, aussi bien pour la sensibilisation que pour la formation sur un sujet donné. Ils sont utilisés avec les femmes à l’heure et à l’endroit qui leur conviennent : les agricultrices n’ont ni le temps ni l’argent pour se rendre aux centres de formation et souvent, pour des raisons culturelles, ils ne peuvent assister à une
  • 33. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 31 session de formation en présence d’hommes. Les matériels scripto-audiovisuels peuvent arriver jusque dans les villages et être montrés aux femmes lorsqu’elles se sont libérées de leurs tâches ménagères, agricoles, etc. ● La vidéo Elle facilite la compréhension. Elle est complétée par des guides imprimés à la présentation simple, comportant beaucoup d’illustrations et peu de texte et qui servent également de «mémoire» pour les apprenants. ● La vidéo participative Le concept de la vidéo participative implique que la production de contenus vidéo puisse impliquer les femmes rurales - moyennant une formation de base – leur permettant ainsi d’articuler leurs propres besoins et de raconter leurs anecdotes personnelles. À travers leurs témoignages, le récit de leurs expériences et leurs histoires racontées, les femmes créent-elles mêmes la vidéo.. Quand les femmes rurales se voient sur un écran en train de montrer une technique ou d’exprimer une opinion et qu’elles réalisent que des gens influents, qu’elles n’auront vraisemblablement jamais l’occasion de rencontrer, les verront et les écouteront, elles deviennent plus sûres d’elles et se sentent plus à l’aise pour partager leurs opinions et leurs connaissances avec les autres. L’utilisation de la vidéo participative offre un outil précieux à tous ceux qui souhaitent responsabiliser les communautés et changer les comportements. L’expérience a démontré que les femmes qui acquièrent des compétences en matière de communication et d’animation grâce à leur participation deviennent des animatrices crédibles et capables de disséminer leurs connaissances. ● Le langage des diapositives Il s’agit de présenter des diapositives devant un groupe de femmes et qui permet de créer le débat autour de la problématique soulevée pour dégager des solutions aux problèmes et envisager des actions communes. Les présentations doivent se faire dans un langage compréhensible par l’auditoire en évitant les mots techniques et les concepts difficiles.
  • 34. 32 Règles pour la création de diapositives - Votre public ne peut retenir que 5 idées par diapositive - Gardez une taille de police minimum de 18 points - Utilisez les puces et ne formulez pas de phrases complètes - Limitez-vous à un seul sujet par diapositive - Utilisez peu de texte et plus de graphiques, de photos, d’animations etc. - Calculez 1 à 2 minutes environ de présentation par diapositive ● Albums photo et expositions Ces supports sont utilisés comme «mémoire de groupe» et de moyens de partage des expériences entre les groupements féminins et les communautés. Médias traditionnels Dans certains villages isolés, les femmes rurales analphabètes, en particulier, n’échangent d’informations que lors des festivités locales, des réunions familiales, des associations traditionnelles et religieuses, des rencontres avec les vendeurs itinérants, lorsqu’elles vont au marché ou puiser de l’eau. Ces formes traditionnelles de communication peuvent se révéler des filières importantes pour faciliter l’apprentissage, l’évolution des comportements, la participation et le dialogue à des fins de développement. Ainsi, les femmes conservent leur identité culturelle tout en acquérant une autonomie sociale. Par ailleurs, la participation des artistes populaires locaux et des personnages de notoriété locale garantit le respect des valeurs, la crédibilité, l’efficacité des actions entreprises et leur impact sur les connaissances, les attitudes et le comportement d’autres femmes. Objectif spécifique 2 : Modifier le comportement des jeunes La communication avec les jeunes emprunte deux voies principales : les supports et outils liés aux technologies de l’information et de la communication (TIC), avec Internet au premier rang et la communication directe en face à face pour les franges difficiles qui sont en rupture avec les moyens classiques d’éducation ou qui ne peuvent accéder à ces supports technologiques faute de moyens. Les outils de communication privilégiés Dans leurs échanges, les jeunes recherchent essentiellement la rapidité, l’accessibilité, la facilité de l’utilisation et les coûts faibles. Ils sont par ailleurs sensibles aux messages simples et riches en couleurs. Ainsi, on retrouve : ● Le téléphone mobile : il demeure le moyen le plus utilisé par les jeunes pour s’informer et faire passer une information; ● Les SMS : sont également très prisés par les jeunes; ● Facebook : est en tête des réseaux sociaux les plus utilisés par les jeunes tunisiens4 . Ce sont les 18-24 ans qui utilisent le plus Facebook. Ils représentent 39% de l’ensemble des utilisateurs tunisiens estimés à plus de quatre millions, contre 29% pour les 25-34 ans. Les adolescents (16-17 ans) arrivent en 3ème place des plus grands utilisateurs de Facebook avec un taux de 10%. La communication directe Sur certaines problématiques sensibles et face à des jeunes ne disposant pas de supportstechnologiques,lacommunicationdirecteàtraverslesentretiensdemeure le principal outil à développer pour agir sur les attitudes et les comportements des jeunes. Qu’ils soient individuels ou de groupe, pour être efficaces et percutants, ces entretiens doivent s’adapter aux différents profils. Ainsi : ● Le bavard - Le laisser s’exprimer mais aussi rappeler la nécessité de distribuer la parole équitablement entre les différents membres du groupe. - Lui donner le rôle de « présidence », ce qui l’obligerait à distribuer la parole. ● Le critique systématique Il critique systématiquement toutes les propositions sans qu’il y ait un apport réel, il retarde la marche de la discussion. Pour lui, c’est une manière de s’affirmer, qu’il ne faut pas contrer mais mettre au service du groupe. - Lui témoigner de la sympathie (sourires, regards, acquiescement) pour essayer de désamorcer son attitude négative. 4 - http://gs.statcounter.com/#social_media-TN-monthly-201001-201403-bar http://www.socialbakers.com/facebook-statistics/tunisia
  • 35. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 33 ● L’opposant agressif Son discours est agressif vis-à-vis des membres du groupe et de l’animateur. - L’agression doit être prise avec humour comme les provocations. - Ne pas succomber à ses attaques et l’obliger à raisonner sur les faits de discussion et non sur les personnes (questions nettes sur des faits, des cas…). ● Le raisonneur Veut donner l’impression qu’il sait tout et peut raisonner à l’infini sur tout sujet dans tous les détails. - Eviter des discussions ou les polémiques avec lui. - Recourir à l’humour et ne pas laisser ses raisonnements agresser les participants. - Proposer son raisonnement au groupe qui lui dit ce qu’il pense. ● L’egocentrique Il n’arrive pas à s’investir dans la dynamique du groupe et ramène tout à son cas personnel et à ses problèmes. - Permettre à cette personne d’exprimer son problème, de se « vider ». Tant qu’il n’aura pas déballé son problème, il ne pourra pas adopter une attitude d’écoute. - Recadrer cette personne dans les limites du sujet posé et dans le cadre des intérêts du groupe. ● Le silencieux - Lui accorder une place centrale et le regarder fréquemment. - Lui poser des questions simples, directes à réponses courtes pour le mettre en confiance. - Ne pas laisser une réaction négative, impulsive lui couper la parole et la lui redonner si cela arrive. - Eviter toute attitude ironique. ● L’approbateur suiviste Toujours d’accord avec le dernier qui a parlé ou avec l’animateur. - L’aider à exprimer ses idées personnelles. - Le rassurer par rapport à ses craintes de dire des bêtises ou d’être jugé. ● Le scrupuleux Il s’arrête sur les détails et freine les échanges. - Lui demander souvent de retrouver le fil de la discussion - Le solliciter pour proposer des résumés d’arguments. ● Le participant de mauvaise foi Généralement bloqué dans une opinion, il nie les évidences que le groupe lui propose et agace les autres. - Lui poser des questions claires, précises, sur des faits concrets. - L’interrompre dans ses développements abstraits en lui demandant des preuves de ce qu’il avance. ● Le plaisantin Faire rire le groupe a pour fonction de détendre l’atmosphère, de créer un climat de sympathie. Si un participant s’arroge cette « mission », il ne faut pas qu’il s’accapare ce rôle et qu’il freine l’évolution de la discussion. ● Le fugueur Il fuit par de nombreux moyens la discussion qui le gêne, l’ennuie ou qui devient dangereuse ou compromettante. Ainsi il peut faire des plaisanteries, faire des apartés, faire dévier le sujet. - Proposer au groupe de réfléchir à la façon dont le participant s’évade dans un moment de tension.
  • 36. 34 Promouvoir l’association Une association doit faire sa propre promotion pour plusieurs raisons : exister, se démarquer, se faire connaître auprès du grand public et des institutions, se positionner par rapport à une cause, afficher ses particularités, ses principes et même sa méthodologie. Cette visibilité participe à l’atteinte des objectifs stratégiques de l’association : la collecte de fonds et la mobilisation. Objectif spécifique 1 : Améliorer la visibilité de l’association La communication graphique Il est nécessaire de prendre en compte les différentes identités de l’association : L’identité physique qu’on peut observer à travers le résultat de ses actions, son rapport annuel, l’identité psychologique, plus visuelle à travers son logo, son slogan, celle relationnelle à travers son travail de sensibilisation et de collecte de fonds et, enfin, celle culturelle liée à son histoire. Les premiers éléments de la communication d’une OSC sont le slogan et le logo. Les deux doivent être simples, mémorisables, durables, cohérents, et valorisants. Le choix de la typographie est important, et le langage utilisé se veut compréhensible et adapté au public. Ils permettent de construire l’image, l’identité graphique de l’OSC, de se démarquer des autres et de s’inscrire dans l’imaginaire collectif. ● Le logo Le logo est une représentation graphique qui sert à identifier, à différencier et à communiquer les valeurs de l’association. C’est un symbole qui produira immédiatement chez les personnes qui le verront une image mentale de l’OSC. L’OSC peut réaliser elle-même son logo ou faire appel à un designer graphiste amateur. Quel que soit le choix, voici la démarche en quatre étapes : Définir l’identité de l’association - Quelles sont nos trois valeurs fondatrices ? - Si notre OSC était une saison, laquelle serait-ce ? - Si notre OSC était un livre célèbre, lequel serait-ce ? - Si notre OSC était un animal, lequel serait-ce ? - Si notre OSC était un métier, lequel serait-ce ? - Si notre OSC était un sentiment, lequel serait-ce ? Cette première étape permettra de situer l’univers symbolique de l’OSC, constitué de couleurs et d’objets. Déterminer le type de logo - Le logo alphanumérique ou logotype : Ce type de logo est exclusivement composé d’un texte, comme par exemple le nom de l’association ou de ses initiales si le nom est composé de plus de deux mots. Dans les deux cas, le texte est stylisé pour correspondre à l’identité de l’association. Simple à lire, ce type de logo est également le plus simple à réaliser. - Le logo icotype : Ce type de logo présente exclusivement une image. Pour les OSC, c’est souvent un objet qui évoque, par le symbole, le travail de l’organisation. Le principal avantage de ce type de logo est qu’il est instantanément reconnaissable. - Le logo mixte : Ce type de logo mélange tout simplement les deux types précédents. C’est le type le plus fréquent pour les OSC Les couleurs du logo Le choix des couleurs est à la fois un choix stratégique et esthétique. Chaque couleur est associée à un univers de sens. Le choix des couleurs de l’OSC se fait donc en fonction de son identité déduite lors de la première étape. Le tableau suivant aidera à choisir parmi les couleurs les plus fréquentes dans les logos. Le choix des couleurs se fera en fonction de leur accord, de leur harmonie et de la mission de l’OSC. Par exemple, lorsqu’une association agit sur la pauvreté et la précarité, une impression en noir et blanc est beaucoup mieux perçue. Au contraire, une association d’aide aux enfants défavorisés, utilisera davantage des couleurs et la quadrichromie car son objectif est de vendre de l’espoir. Blanc Noir Rouge Vert Bleu Pureté Mystère Force Calme Sagesse Neutralité Noblesse Passion Nature Confiance Innocence Elégance Action Espérance Sécurité
  • 37. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 35 Tester notre logo Une fois l’esquisse du logo prête, il est recommandé de la tester auprès d’un échantillon de quinze personnes représentant les acteurs du monde associatif et leur demander de répondre aux deux questions suivantes : - Que vous évoque notre logo ? - Vous trouvez notre logo : . ( ) Facile à reconnaître . ( ) Difficile à reconnaître . ( ) Pas très agréable . ( ) Agréable L’obtention de moins de 80% d’avis positifs, appelle à revoir le logo. Le logo du PNUD à titre d’exemple ● Ne pas déformer les proportions du logo! ● Ne pas modifier la police typographique du slogan! ● Ne pas réarranger la forme du logo! ● Ne pas changer les couleurs du logo! ● Ne pas rajouter une image de fond au logo! ● Ne pas rajouter un contour au logo!
  • 38. 36 ● L’affiche et la bannière L’affiche ou la bannière est porteuse d’un message. Tout comme le logo, elle cherche à informer. L’affichage en tant que média de masse, comme la télévision et la radio, est peu utilisé par les associations du fait de son coût élevé. Cependant, l’affichage à travers la conception d’affiches et leur emplacement dans des lieux ciblés est souvent utilisé en complément d’autres vecteurs de communication ou dans le cadre d’une manifestation ponctuelle. Avec l’avènement de la communication digitale, Les affiches et les bannières sont devenues électroniques et sont désormais un support de communication incontournable. La logique de conception d’une bannière électronique est sensiblement la même que celle d’une affiche. Dans les deux cas, elles privilégient l’image au détriment du texte et contiennent peu d’informations. Dans la pratique, elles sont souvent cliquables et dirigent l’internaute vers un site web qui fournira davantage d’informations. Objectif spécifique 2 : Améliorer la notoriété de l’association La communication événementielle La communication événementielle consiste à créer des événements pour rendre visibles les activités des OSC et pour accroître la crédibilité de la cause soutenue auprès d’un large public et marquer ainsi les esprits dans un univers saturé par une multitude d’autres formes de communication. Un événement est par essence ponctuel, organisé essentiellement pour attirer l’attention et marquer les esprits. Pour cela, il se doit d’être bien organisé et original sur le fond et la forme. On en distingue plusieurs types : les concerts de soutien, les shows télévisés (le Téléthon, les émissions de collecte de fonds…), les journées mondiales ou nationales (contre la lèpre, la faim, le sida…). De plus, un événement est avant tout un acte qui a une portée stratégique et qui permet à l’OSC de : - Se bâtir une image positive. - Accroître sa notoriété en existant sur la scène publique. - Renforcer la cohésion interne grâce au travail d’équipe et au sentiment de fierté ressenti par les membres à l’issue de l’événement. CONSEILS Pour créer une bonne affiche, les étapes suivantes sont à suivre: Quel format ? Généralement, le format est choisi en fonction de l’endroit où l’affiche sera disposée. Quel contenu informatif ? Pour ne pas oublier une information importante sur l’affiche, il est conseillé de répondre aux sept questions suivantes. - Qui ? : Qui organise l’événement ? Qui communique ? - Pourquoi ? : Quels sont les objectifs de l’affiche ou de son objet ? (Un événement, une campagne ?) - A qui ? : Quel est le public concerné à qui l’information est destinée ? - Comment ? : Déroulement de l’événement ou comment participer à promouvoir l’objet de l’affiche ? - Quand ? : A quelle date et à quelle heure se tiendra l’événement ? - Où ? : A quel endroit ? - Quel contenu iconographique ? Il est préférable d’utiliser le moins de mots et de maximiser l’espace dédié à l’image. Le choix des images se fera en tenant compte de deux objectifs : Attirer l’œil du passant et transmettre un message fort. BONNE PRATIQUE Afindesensibiliserl’opinionpublique sur l’absence de rampes d’accès aux lieux publics pour les citoyens en chaises roulantes, plusieurs associations à travers le monde organisent des mises ensituation.Lespassantssontinvitésà emprunter une chaise roulante pour quelques minutes afin de vivre les difficultés qu’affrontent au quotidien les personnes à mobilité réduite.
  • 39. GUIDE DE COMMUNICATION à l’usage des associations - 2014 37 ● Les actions de proximité Ce type d’opération est assez courant et peut prendre plusieurs formes. Il peut s’agir, entre autres, de collecte de nourriture ou de vêtements. Cette pratique est notamment utilisée pour intervenir dans les cas d’urgence. Les collectes ont alors lieu dans les grandes surfaces commerciales ou dans les établissements scolaires. Ce mode de communication reste parfaitement accessible aux petites associations qui peuvent, selon leurs moyens et leur créativité, organiser un évènement à leur portée. ● Les salons Ce type de manifestation est de plus en plus fréquent en Occident et plusieurs associations et ONG internationales participent à des salons réunissant les partenaires et les acteurs influents dans le domaine de l’humanitaire et du caritatif. Alors qu’en Tunisie, ce type de manifestation n’est pas très développé. Il serait donc opportun de réfléchir, surtout après le boom fulgurant des associations nées après le 14 janvier 2011, à mettre en place de tels événements. Les associations devraient également prendre conscience qu’un esprit fédérateur est nécessaire entre les divers acteurs de la société civile nationale pour continuer à progresser. ● L’action symbolique Les OSC choisissent parfois de créer l’événement à travers une action symbolique. Les manifestations et les marches sont les formes les plus fréquentes. Cependant, ce ne sont pas forcément les plus efficaces pour faire passer un message. Contrairement à ce que l’on pense parfois, ce n’est pas forcément le nombre de participants dans une manifestation qui fait sa réussite. C’est avant tout son originalité qui en fera un événement médiatique. En pratique, si l’action symbolique est bien médiatisée, elle peut toucher des millions de lecteurs, d’auditeurs et de téléspectateurs. ● La mise en situation C’est une forme de manifestation très efficace lorsqu’il s’agit de promouvoir les droits des minorités. Il s’agit de faire vivre au passant une expérience sensorielle afin qu’il partage, durant un court instant, les situations des minorités dont nous défendons la cause. ● La manifestation intelligente La manifestation intelligente s’articule souvent autour d’une activité originale ou inattendue qui attire aussi bien les passants que les médias. La visibilité de la manifestation se traduit par la mise en relief d’éléments sonores (musique, baffles, hauts-parleurs…) et d’éléments visuels qui permettent l’identification de l’action : tenues vestimentaires (casquettes, t-shirts, pin’s…), matériel (véhicules, podium, présentoir, banderoles, poster…). Quelques exemples : - Opération de nettoyage des plages; - Collecte de bouteilles consignées; - Ventes de produits, pâtisseries maison, chocolaterie, confiserie … - Evénement sportif; - Ateliers de travaux manuels; - Spectacle d’artistes amateurs; - Entretien des espaces verts publics, tonte de gazon, ramassage de feuilles, élagage des arbres… - Peinture de visage dans un lieu public ou lors d’un événement local. BONNE PRATIQUE À la veille de la journée mondiale du livre, plusieurs acteursdelasociétéciviletunisiennesesontmobilisés en organisant la manifestation Tunis lit. Les citoyens ont été invités à venir avec un livre et à lire ensemble dans la rue. Bien que les participants furent à peine plus d’une centaine à Tunis, moins d’une cinquantaine à Monastir et pas plus de trois à Tozeur, l’événement a bénéficié d’un excellent relais médiatique de par son originalité.