Si km rse

359 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
359
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Si km rse

  1. 1. SYSTEMES D’INFORMATION Intelligence économique RSE - BI - KM
  2. 2. Système d’information et aide à la décision L’intelligence économique : L’intelligence économique (business intelligence) est une culture et un mode d’action mettant en œuvre des moyens de gestion stratégique de l’information comme levier au service de la performance économique. « L’intelligence économique peut être définie comme l’ensemble des actions de recherche, de traitement, de diffusion et de protection de l’information utile aux différents acteurs économiques. » « Ces acteurs sont conçus comme un système global destiné à inspirer la stratégie de la direction générale de l’entreprise, tout comme à informer en continu et à innerver ses différents niveaux d’exécution, afin de créer une gestion offensive et collective de l’information, qui devient une richesse principale. »
  3. 3. Système d’information et aide à la décision Les 10 commandements de l’IE : • Définir les besoins en information • Collecter l’information ouverte • Ne pas négliger l’information "informelle • Hiérarchiser et traiter l’information recueillie • Diffuser l’information à point nommé • Mesurer la satisfaction des destinataires • Protéger les données sensibles et le savoir-faire • Influer sur l’environnement • Bannir définitivement la naïveté tout en évitant de verser dans la paranoïa • Obtenir l’adhésion de tous
  4. 4. Système d’information et aide à la décision Les veilles : • la veille technologique, c’est à dire la surveillance des évolutions de l’environnement technologique proche ou lointain de l’entreprise • la veille concurrentielle, c’est la surveillance des activités et des comportements des concurrents directs ou indirects de l’entreprise • la veille commerciale ou marketing, c’est à dire la surveillance du marché (offre, demande, fournisseurs, concurrents, ...) • les veilles : stratégique, économique, image, juridique, sociale, …
  5. 5. Système d’information et aide à la décision Les trois natures de l’information : • L’information blanche correspond à l’information facile à identifier, diffusées sur des supports facilement repérables. Cette information est exacte la plupart du temps • L’information grise est une information exacte mais plus difficile à trouver. Sa recherche va plutôt faire appel aux réseaux de relation, ou aux enquêtes plus ou moins formalisées. • L’information noire, autrement dit, l’espionnage industriel. Cette information doit toujours être vérifiée, car elle est soit brouillée, soit mal cherchée.
  6. 6. Système d’information et aide à la décision Image veille Pays Passable Positive Efficacité veille Très positive Acceptable  Japon USA  Allemagne   France Excellente     Grande Bretagne   Suède   Israël   Corée  
  7. 7. Système d’information et aide à la décision Mise en place d’une veille : l’opération se déroule en 3 phases La première consiste à définir précisément les enjeux de la veille et les champs d’investigation. La seconde phase de l’opération a pour objectif d’évaluer le fonctionnement du système d’information (ou de veille) actuel de l’entreprise. La troisième phase consiste à élaborer un cahier des charges qui défini les objectifs, les moyens à mettre en œuvre et les procédures opérationnelles pour la mise en route du système de veille.
  8. 8. Système d’information et aide à la décision Des liens sur l’IE : http://www.intelligence-economique.gouv.fr/ http://www.aignes.com/ http://www.copernic.com/fr/products/ http://www.articque.com/solutions/nos-exemples.html
  9. 9. BI orienté CRM le géo-marketing -1Mesurer -3- -2- Agir Analyser
  10. 10. Le référentiel client • • • Le référentiel client est la colonne vertébrale du système d’information commercial d’une entreprise Il convient de différencier les informations d’identifications d’une part et les données « métier » d’autre part. L’alimentation du référentiel peut se faire de plusieurs manières – Source interne (force de vente) – Sources externes (Annuaires sociétés, achat fichiers) • L’entretien du fichier est indispensable car il y a des changements en permanence (chaîne de magasins, déménagements, défaillances d’entreprises …)
  11. 11. SYSTEME D’INFORMATION La gestion de la connaissance - KM (The Knowledge Management) ou RSE
  12. 12. La gestion de la connaissance Définitions : • Il s’agit de la gestion, par des moyens informatiques, des informations significatives qui sont acquises par une entreprise et qui y circulent. Le système de gestion des connaissances permet de créer, stocker, transférer et appliquer les connaissances.
  13. 13. La gestion de la connaissance • Le KM/RSE va se charger de transcrire, de capitaliser, et de transmettre les connaissances, non seulement documentaires mais aussi du personnel. Le KM mène : À la gestion de contenu : Recherche, diffusion, archivage… A l’idée de travail collaboratif (groupware)
  14. 14. La gestion de la connaissance La connaissance : - tacite : expérience, savoir-faire, intangible - explicite : formulée, stockée, transmissible, tangible
  15. 15. La gestion de la connaissance Le RSE / KM : Comment mettre en place ? • Se doter d’outils performants pour capitaliser les connaissances Des outils – de recherche de documents et d’expertise – De partage, travail collaboratif, blog, wiki. • Mais le moteur organisationnel du projet KM reste la constitution de Communautés (cellules de circulation du savoir) • Auditer les blocages – Inciter au partage des connaissances – Motiver la communication – Accompagner le changement.
  16. 16. Communauté de Pratiques : CdP • Les CdP sont constituées de pairs possédant de l’expertise sur une question donnée ou montrant un fort intérêt pour celle-ci. • Les membres d’une CdP ne travaillent pas nécessairement ensemble au quotidien, mais approfondissent leurs connaissances d’un sujet en échangeant les uns avec les autres sur une base commune, que ce soit lors de réunions formelles, d’activités sociales ou par l’entremise d’internet. • Une vision professionnelle des réseaux sociaux (linkedin voire facebook) mais sur des objectifs précis.
  17. 17. La gestion de la connaissance La Communauté de Pratiques Comment passer du stade artisanal au processus des connaissances ? 1. 2. 3. 4. Le travail linéaire et routinier : Standardisation et automatisation Le travail courant mais non routinier : Identifier les meilleures pratiques et apprendre à travers des CdP La réflexion : Chercher à résoudre les problèmes de manière collaborative à l’aide des communautés, et se centrer sur l’expertise L’innovation : Accroître la trans-fertilisation via les réseaux. Évolution du concept de Communauté Réseau élargi: Collègues Pas de limites Trans-orga Communautés Informelles : Collègues ou pairs Volontaires Leaders informels Par essaimage Communautés Stratégiques : Collègues ou pairs Objectifs Temps alloué Leaders désignés Financement Centre D’expertise : Experts/collègues Expertise approfondie Personnel alloué Consultation par le mgt
  18. 18. La gestion de la connaissance La Communauté de Pratiques • Les risques d’échec – – – – – – Champ trop large ou trop étroit Relations ambiguës avec l’organisation Pas assez de support de la part de l’organisation Peu de leaders Pas assez de temps alloué Trop de paperasse….
  19. 19. Les réseaux sociaux, pour être reconnu par ses pairs Autre corrélation d'indicateurs intéressante : les cadres annonçant une amélioration des marges de leur employeur sont également ceux qui ont indiqué que les outils sociaux étaient intégrés "au quotidien" dans leur travail. C'est aussi le cas pour les répondants annonçant que leur société est "leader" dans son domaine : ses employés disent utiliser les outils sociaux quotidiennement. Semestre 5 - 2008 19
  20. 20. En conclusion de la partie SI Semestre 5 - 2008 20

×