SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  57
Télécharger pour lire hors ligne
1990.
4 Groupe n° 16 - 2007 21 avril 2007
5 Groupe n° 46 - 2009 14 novembre 2009
1. Le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine a rassemblé dans cet ouvrage les principales règles
de signalisation maritimes (description des feux et balisages), les principaux signaux de communication et de
transmission (marée, port, détresse, tempête et éléments essentiels du Code international de signaux) et certaines
informations utiles aux navigateurs (code de l’état de la mer, code des vitesses du vent, etc.).
L’Ouvrage n° 3C n’est qu’un résumé des connaissances indispensables au navigateur dans ces diverses matières que
l’Ouvrage n° 1, les Instructions Nautiques et le Code international de signaux traitent complètement.
Il décrit en particulier les marques du Système mondial de Balisage Maritime de l’AISM, Régions A et B, adopté
le 15 avril 1982.
2. Cet ouvrage annule et remplace l’Ouvrage n° 2C (Règles de balisage du Système A), édition 1977 ; le Système A,
dont la mise en place s’était effectuée progressivement depuis 1977, est en effet remplacé par le Système de Balisage
Maritime de l’AISM Région A qui en est très voisin.
Il annule et remplace également l’Ouvrage n° 1C, édition 1972.
3. La présente édition annule et remplace l’édition 1983. L’ouvrage n° 3C est à jour des renseignements parvenus au
Service Hydrographique et Océanographique de la Marine à la date du 1er janvier 1987.
—17.1 —
Bouée d'épave en cas d'urgence (adoptée par l'AISM en 2006)*
Couleur : nombre identique de bandes de couleur bleue et jaune de même dimension
(4 bandes minimum, 8 bandes maximum)
Forme : Bouée à fuseau ou espar dont la taille varie en fonction de l'emplacement
Voyant (le cas échéant) : Croix jaune en position droite
FEU :
Couleur : BLEU et JAUNE
Rythme : Feu à éclats alternatif** bleu et jaune d'une seconde à 0,5 seconde d'intervalle :
Bleu 1 s + 0,5 s + Jaune 1 s + 0,5 s = 3 s
Portée (nominale) : 4 milles marins
* La bouée d'épave en cas d'urgence est maintenue en place jusqu'à ce que :
- l'épave soit bien connue et ait été mentionnée dans les publications nautiques ;
- l'épave ait fait l'objet d'un relevé complet et que l'on dispose de renseignements précis tels que la position et la profondeur d'eau mini-
male au-dessus de l'épave ;
- une forme de signalisation permanente de l'épave soit assurée.
** La caractéristique du feu a été choisie pour éviter la confusion avec les feux bleus permettant d'identifier les services de sécurité, de sûreté et
d'urgence.
— 17.2 —
REVÊTEMENTS RÉTRORÉFLÉCHISSANTS
Il existe deux codes pour l'utilisation des revêtements rétroréfléchissants, le code standard, qui est
notamment appliqué en France, et le code détaillé, code plus élaboré essentiellement appliqué dans les eaux
des États scandinaves pour leurs petits chenaux et archipels.
Les revêtements ne sont pas visibles s'ils ne sont pas éclairés par un projecteur pointé dans leur direction. Il s'agit
de films de petites dimensions, principalement en forme de rectangle, de triangle et de carré, collés sur le corps ou le
voyant des bouées et des balises non lumineuses. Les films ainsi collés ne renvoient la lumière que dans la direction du
projecteur, avec une faible dispersion . Ils ne rendent pas plus visible une marque située dans une zone où l'on bénéfi-
cie d'un éclairage ambiant important et ne sont efficaces que si l'observateur dispose d'un projecteur à côté de lui.
Les matériaux utilisés sont tels que, de jour, la couleur du support sur lequel est collé le revêtement n'est pas modi-
fiée : la couleur du film perceptible de jour peut être très différente de celle de nuit (par exemple, noir de jour et blanc de
nuit). Les films blancs, noirs et jaunes (couleur de jour) présentent de nuit le même aspect blanc lorsqu'ils sont éclairés
par un projecteur pointé dans leur direction.
L'utilisation des revêtements rétroréfléchissants sur les marques passives n'est pas systématique. Le code utilisé,
lorsqu'il est connu, est indiqué dans les Instructions Nautiques de la région considérée.
1 — Marques latérales et marques spéciales (codes standard et détaillé identiques).
— Marques latérales vertes : une bande horizontale verte ou une forme
verte identique à celle du voyant.
(Régions A et B) (Région A) (Région B)
— Marques latérales rouges : une bande horizontale rouge ou une forme
rouge identique à celle du voyant.
— Marques spéciales : une bande horizontale, un X ou un symbole jaune*.
* jaune orangé, d’aspect blanc de nuit lorsque éclairé par un projecteur
2 — Code standard. Marques d’eaux saines, marques de danger isolé et marques cardinales :
une ou plusieurs bandes horizontales, lettres, chiffres ou symboles, blancs.
3 — Code détaillé.
— Marques d’eaux saines : combinaison de bandes horizontales ou verticales rouges
et blanches, comprenant au moins une bande de chaque couleur.
— Marques de danger isolé : bandes horizontales, bleues et rouges, comprenant au
moins une bande de chaque couleur.
— Marques cardinales Nord : une bande horizontale bleue sur la partie noire
de la marque et une bande horizontale jaune** sur la partie jaune de la marque.
— Marques cardinales Est : deux bandes horizontales bleues sur la partie
supérieure de la marque.
— Marques cardinales Sud : une bande horizontale jaune** sur la partie jaune
de la marque et une bande horizontale bleue sur la partie noire de la marque.
— Marques cardinale ouest : deux bandes horizontales jaunes** sur la partie
supérieure jaune de la marque.
** jaune citron, d’aspect blanc de nuit lorsque éclairé par un projecteur
— 17.3 —
Coups de canon ou
autres signaux explosifs
toutes les minutes environ
Son continu produit par
un appareil quelconque pour
signaux de brume
Fusées ou bombes à étoiles rouges
lancées une à une à courts intervalles (1)
voir NOTA en bas
de page
NC
du Code international de signaux
Signal de grande distance
(pavillon carré avec boule ou
objet analogue, couleur indifférente)
Flammes produites en brûlant
un baril de goudron ou d'huile
Fusée à parachute (1) ou feu
à main produisant
une lumière rouge
Fumigène orange
Mouvements lents et répétés
de haut en bas des bras étendus
de chaque côté du corps
Repérage aérien
Colorant
RÉPONSES des STATIONS ou NAVIRES de SAUVETAGE
bang bang bang
De jour De nuit
Signal à fumée orange
Feu combiné avec un signal sonore (éclair)
consistant en trois signaux simples tirés
à 1 minute d'intervalle.
Fusée à étoiles blanches, signal consistant en
trois signaux simples tirés
à 1 minute d'intervalle.
(1) Une fusée rouge émise par un sous-marin indique qu'il est en difficulté et qu'il devra faire surface d'urgence. Les navires marchands qui
aperçoivent ce signal doivent s'en écarter et ne pas stopper leurs hélices. Ils doivent se tenir prêts à assister le sous-marin.
(Règle 16 - Chapitre V de la Convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer)
« Nous vous voyons - Secours vous sera porté dès que possible »
NOTA : Bien que les fusées projetant les étoiles ne soient plus réglementaires (à la suite d’amendements à la convention sur la sauvegarde de la
vie humaine en mer) elles continuent d’être présentées dans ce tableau qui est extrait du Code International des signaux que l’OMI n’a pas
encore modifié. Par arrêté du 20 janvier 1989 le Ministère délégué chargé de la mer a supprimé les fusées à étoiles du matériel obligatoire et
les a remplacées par des fusées à parachute.
SIGNAUX DE DÉTRESSE
SIGNAUX DE DÉTRESSE
— 34 —
Signal SOS émis par tout système de signalisation
Signal radiotéléphonique «MAYDAY» émis sur VHF
canal 16 et/ou sur 2182 kHz.
signal indicatif et de la position du navire.
Alerte de détresse émise par ASN sur VHF canal 70 ou
sur les fréquences MF/HF dédiées.
Alerte de détresse émise par la station terrienne du navire
(STN Inmarsat ou autre prestataire de service agréé par
l’OMI).
Signaux transmis par les radiobalises de localisation des
sinistres
–––
A.I.S.M......................................................................................................................................................... 11
Aperçu.......................................................................................................................................................... 45
Code international de signaux....................................................................................................................... 44 à 52
17.1
Épave (bouée d’épave en cas d’urgence) ..................................................................................................... 17.2
S
Scintillant (feux)............................................................................................................................... ........... 7 et 9
Secteur (feux)............................................................................................................................................... 9
R
Revêtements rétroréfléchissants ................................................................................................................... 17.3
Signalisation maritime

Contenu connexe

Tendances

Chemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voie
Chemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voieChemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voie
Chemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voieAdel Nehaoua
 
Voiture électrique : mobilité du futur
Voiture électrique : mobilité du futur Voiture électrique : mobilité du futur
Voiture électrique : mobilité du futur Abdelhakim Baazizi
 
Chapitre 10 flambement
Chapitre 10 flambementChapitre 10 flambement
Chapitre 10 flambementMouna Souissi
 
Les etude de marche
Les etude de marcheLes etude de marche
Les etude de marcheTaha Can
 
Sécurité fonctionnelle et niveaux d'intégrité de sécurité (SIL)
Sécurité fonctionnelle et niveaux d'intégrité de sécurité (SIL)Sécurité fonctionnelle et niveaux d'intégrité de sécurité (SIL)
Sécurité fonctionnelle et niveaux d'intégrité de sécurité (SIL)Gimélec
 
APPROBATION PLANS DE POSTE.pptx
APPROBATION PLANS DE POSTE.pptxAPPROBATION PLANS DE POSTE.pptx
APPROBATION PLANS DE POSTE.pptxmohamed896991
 
EPI et (anti)CHUTE // EN 795 - code du Bien-Être
EPI et (anti)CHUTE // EN 795 - code du Bien-ÊtreEPI et (anti)CHUTE // EN 795 - code du Bien-Être
EPI et (anti)CHUTE // EN 795 - code du Bien-ÊtreBernard Legros
 
Pfe.gc.0144
Pfe.gc.0144Pfe.gc.0144
Pfe.gc.0144dopascal
 
Guide De LéLingeur
Guide De LéLingeurGuide De LéLingeur
Guide De LéLingeuryouri59490
 
2 cacul vectoriel des forces
2 cacul vectoriel des forces2 cacul vectoriel des forces
2 cacul vectoriel des forcesrichardpleau
 
Approche de la maintenance industrielle
Approche de la maintenance industrielleApproche de la maintenance industrielle
Approche de la maintenance industrielleRached Douahchia
 
Conception du tableau électrique dans Caneco BT 5.5
Conception du tableau électrique dans Caneco BT 5.5Conception du tableau électrique dans Caneco BT 5.5
Conception du tableau électrique dans Caneco BT 5.5ALPI
 
Nike du site web au magasin
Nike   du site web au magasinNike   du site web au magasin
Nike du site web au magasinCyril ZAIDAN
 
Contrat de-transport-maritime-international
Contrat de-transport-maritime-internationalContrat de-transport-maritime-international
Contrat de-transport-maritime-internationalRabah HELAL
 

Tendances (20)

Theorie navire
  Theorie navire  Theorie navire
Theorie navire
 
Chemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voie
Chemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voieChemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voie
Chemins de fer chapitre 2 : géométrie de la voie
 
Voiture électrique : mobilité du futur
Voiture électrique : mobilité du futur Voiture électrique : mobilité du futur
Voiture électrique : mobilité du futur
 
Chapitre 10 flambement
Chapitre 10 flambementChapitre 10 flambement
Chapitre 10 flambement
 
Les etude de marche
Les etude de marcheLes etude de marche
Les etude de marche
 
Sécurité fonctionnelle et niveaux d'intégrité de sécurité (SIL)
Sécurité fonctionnelle et niveaux d'intégrité de sécurité (SIL)Sécurité fonctionnelle et niveaux d'intégrité de sécurité (SIL)
Sécurité fonctionnelle et niveaux d'intégrité de sécurité (SIL)
 
08 les epi
08 les epi08 les epi
08 les epi
 
Cours elingage
Cours elingageCours elingage
Cours elingage
 
APPROBATION PLANS DE POSTE.pptx
APPROBATION PLANS DE POSTE.pptxAPPROBATION PLANS DE POSTE.pptx
APPROBATION PLANS DE POSTE.pptx
 
EPI et (anti)CHUTE // EN 795 - code du Bien-Être
EPI et (anti)CHUTE // EN 795 - code du Bien-ÊtreEPI et (anti)CHUTE // EN 795 - code du Bien-Être
EPI et (anti)CHUTE // EN 795 - code du Bien-Être
 
Final lella
Final lellaFinal lella
Final lella
 
Pfe.gc.0144
Pfe.gc.0144Pfe.gc.0144
Pfe.gc.0144
 
La logistique urbaine
La logistique urbaineLa logistique urbaine
La logistique urbaine
 
Génie civil
Génie civilGénie civil
Génie civil
 
Guide De LéLingeur
Guide De LéLingeurGuide De LéLingeur
Guide De LéLingeur
 
2 cacul vectoriel des forces
2 cacul vectoriel des forces2 cacul vectoriel des forces
2 cacul vectoriel des forces
 
Approche de la maintenance industrielle
Approche de la maintenance industrielleApproche de la maintenance industrielle
Approche de la maintenance industrielle
 
Conception du tableau électrique dans Caneco BT 5.5
Conception du tableau électrique dans Caneco BT 5.5Conception du tableau électrique dans Caneco BT 5.5
Conception du tableau électrique dans Caneco BT 5.5
 
Nike du site web au magasin
Nike   du site web au magasinNike   du site web au magasin
Nike du site web au magasin
 
Contrat de-transport-maritime-international
Contrat de-transport-maritime-internationalContrat de-transport-maritime-international
Contrat de-transport-maritime-international
 

En vedette

Nakamura iteso ponencia_28_feb_2014
Nakamura iteso ponencia_28_feb_2014Nakamura iteso ponencia_28_feb_2014
Nakamura iteso ponencia_28_feb_2014Hatsuko Nakamura
 
Adrien Mörk
Adrien MörkAdrien Mörk
Adrien MörkUlysseD
 
Diaporama pour la délégation russe
Diaporama pour la délégation russeDiaporama pour la délégation russe
Diaporama pour la délégation russeCQH
 
José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014
José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014
José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014José-Xavier Polet
 
Trabajo practico °11
Trabajo practico °11Trabajo practico °11
Trabajo practico °11aguchoperondi
 
Inria Workshop 2 - Présentation Anne-Céline Lamballe - Innovative City 2013
  Inria Workshop 2 - Présentation Anne-Céline Lamballe - Innovative City 2013  Inria Workshop 2 - Présentation Anne-Céline Lamballe - Innovative City 2013
Inria Workshop 2 - Présentation Anne-Céline Lamballe - Innovative City 2013iCOMMUNITY
 
ecosistemas, fibra óptica, generador de electricidad y sistema de generación ...
ecosistemas, fibra óptica, generador de electricidad y sistema de generación ...ecosistemas, fibra óptica, generador de electricidad y sistema de generación ...
ecosistemas, fibra óptica, generador de electricidad y sistema de generación ...bbminina
 
Le champ des possibles
Le champ des possiblesLe champ des possibles
Le champ des possiblesmarkeambard
 
Trabajo practico °3
Trabajo practico °3Trabajo practico °3
Trabajo practico °3aguchoperondi
 
Bibnum calibre juillet2013
Bibnum calibre juillet2013Bibnum calibre juillet2013
Bibnum calibre juillet2013chauvinclo
 
Clubs utilisateurs ENT l'Educ de Normandie : conclusions par départements
Clubs utilisateurs ENT l'Educ de Normandie : conclusions par départementsClubs utilisateurs ENT l'Educ de Normandie : conclusions par départements
Clubs utilisateurs ENT l'Educ de Normandie : conclusions par départementsJean-Baptiste Lesaulnier
 
Yessenia sanchez
Yessenia sanchezYessenia sanchez
Yessenia sanchezyessenia19
 
Trabajo practico 9 y 10 Lucila Zamora
Trabajo practico 9 y 10 Lucila ZamoraTrabajo practico 9 y 10 Lucila Zamora
Trabajo practico 9 y 10 Lucila Zamoraluly-z
 
Delachambre juliette comparaison_tutorat_2
Delachambre juliette comparaison_tutorat_2Delachambre juliette comparaison_tutorat_2
Delachambre juliette comparaison_tutorat_2umberine
 
La biodiversidad diapositiva1
La biodiversidad diapositiva1La biodiversidad diapositiva1
La biodiversidad diapositiva1Natalia Marengo
 

En vedette (20)

Nakamura iteso ponencia_28_feb_2014
Nakamura iteso ponencia_28_feb_2014Nakamura iteso ponencia_28_feb_2014
Nakamura iteso ponencia_28_feb_2014
 
Adrien Mörk
Adrien MörkAdrien Mörk
Adrien Mörk
 
Diaporama pour la délégation russe
Diaporama pour la délégation russeDiaporama pour la délégation russe
Diaporama pour la délégation russe
 
Bonjour
BonjourBonjour
Bonjour
 
José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014
José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014
José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014
 
Trabajo practico °11
Trabajo practico °11Trabajo practico °11
Trabajo practico °11
 
Inria Workshop 2 - Présentation Anne-Céline Lamballe - Innovative City 2013
  Inria Workshop 2 - Présentation Anne-Céline Lamballe - Innovative City 2013  Inria Workshop 2 - Présentation Anne-Céline Lamballe - Innovative City 2013
Inria Workshop 2 - Présentation Anne-Céline Lamballe - Innovative City 2013
 
ecosistemas, fibra óptica, generador de electricidad y sistema de generación ...
ecosistemas, fibra óptica, generador de electricidad y sistema de generación ...ecosistemas, fibra óptica, generador de electricidad y sistema de generación ...
ecosistemas, fibra óptica, generador de electricidad y sistema de generación ...
 
Día de la alimentación 2014
Día de la alimentación 2014Día de la alimentación 2014
Día de la alimentación 2014
 
Le champ des possibles
Le champ des possiblesLe champ des possibles
Le champ des possibles
 
Trabajo practico °3
Trabajo practico °3Trabajo practico °3
Trabajo practico °3
 
Frances Mariajose
Frances MariajoseFrances Mariajose
Frances Mariajose
 
Bibnum calibre juillet2013
Bibnum calibre juillet2013Bibnum calibre juillet2013
Bibnum calibre juillet2013
 
Clubs utilisateurs ENT l'Educ de Normandie : conclusions par départements
Clubs utilisateurs ENT l'Educ de Normandie : conclusions par départementsClubs utilisateurs ENT l'Educ de Normandie : conclusions par départements
Clubs utilisateurs ENT l'Educ de Normandie : conclusions par départements
 
Ganglia
GangliaGanglia
Ganglia
 
Yessenia sanchez
Yessenia sanchezYessenia sanchez
Yessenia sanchez
 
Trabajo practico 9 y 10 Lucila Zamora
Trabajo practico 9 y 10 Lucila ZamoraTrabajo practico 9 y 10 Lucila Zamora
Trabajo practico 9 y 10 Lucila Zamora
 
Delachambre juliette comparaison_tutorat_2
Delachambre juliette comparaison_tutorat_2Delachambre juliette comparaison_tutorat_2
Delachambre juliette comparaison_tutorat_2
 
La biodiversidad diapositiva1
La biodiversidad diapositiva1La biodiversidad diapositiva1
La biodiversidad diapositiva1
 
Eje tematico 2 epi pdf
Eje tematico 2  epi pdfEje tematico 2  epi pdf
Eje tematico 2 epi pdf
 

Dernier

Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdfEtude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdfsnapierala
 
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...Faga1939
 
Le Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloud
Le Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloudLe Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloud
Le Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloudOCTO Technology
 
Milo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IA
Milo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IAMilo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IA
Milo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IAUGAIA
 
Intelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imagination
Intelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imaginationIntelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imagination
Intelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imaginationTony Aubé
 
La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...
La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...
La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...OCTO Technology
 
GUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - Montréal
GUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - MontréalGUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - Montréal
GUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - MontréalNicolas Georgeault
 

Dernier (7)

Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdfEtude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
 
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
 
Le Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloud
Le Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloudLe Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloud
Le Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloud
 
Milo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IA
Milo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IAMilo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IA
Milo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IA
 
Intelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imagination
Intelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imaginationIntelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imagination
Intelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imagination
 
La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...
La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...
La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...
 
GUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - Montréal
GUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - MontréalGUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - Montréal
GUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - Montréal
 

Signalisation maritime

  • 1.
  • 2.
  • 3.
  • 4.
  • 5. 1990. 4 Groupe n° 16 - 2007 21 avril 2007 5 Groupe n° 46 - 2009 14 novembre 2009
  • 6. 1. Le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine a rassemblé dans cet ouvrage les principales règles de signalisation maritimes (description des feux et balisages), les principaux signaux de communication et de transmission (marée, port, détresse, tempête et éléments essentiels du Code international de signaux) et certaines informations utiles aux navigateurs (code de l’état de la mer, code des vitesses du vent, etc.). L’Ouvrage n° 3C n’est qu’un résumé des connaissances indispensables au navigateur dans ces diverses matières que l’Ouvrage n° 1, les Instructions Nautiques et le Code international de signaux traitent complètement. Il décrit en particulier les marques du Système mondial de Balisage Maritime de l’AISM, Régions A et B, adopté le 15 avril 1982. 2. Cet ouvrage annule et remplace l’Ouvrage n° 2C (Règles de balisage du Système A), édition 1977 ; le Système A, dont la mise en place s’était effectuée progressivement depuis 1977, est en effet remplacé par le Système de Balisage Maritime de l’AISM Région A qui en est très voisin. Il annule et remplace également l’Ouvrage n° 1C, édition 1972. 3. La présente édition annule et remplace l’édition 1983. L’ouvrage n° 3C est à jour des renseignements parvenus au Service Hydrographique et Océanographique de la Marine à la date du 1er janvier 1987.
  • 7.
  • 8.
  • 9.
  • 10.
  • 11.
  • 12.
  • 13.
  • 14.
  • 15.
  • 16.
  • 17.
  • 18.
  • 19.
  • 21. Bouée d'épave en cas d'urgence (adoptée par l'AISM en 2006)* Couleur : nombre identique de bandes de couleur bleue et jaune de même dimension (4 bandes minimum, 8 bandes maximum) Forme : Bouée à fuseau ou espar dont la taille varie en fonction de l'emplacement Voyant (le cas échéant) : Croix jaune en position droite FEU : Couleur : BLEU et JAUNE Rythme : Feu à éclats alternatif** bleu et jaune d'une seconde à 0,5 seconde d'intervalle : Bleu 1 s + 0,5 s + Jaune 1 s + 0,5 s = 3 s Portée (nominale) : 4 milles marins * La bouée d'épave en cas d'urgence est maintenue en place jusqu'à ce que : - l'épave soit bien connue et ait été mentionnée dans les publications nautiques ; - l'épave ait fait l'objet d'un relevé complet et que l'on dispose de renseignements précis tels que la position et la profondeur d'eau mini- male au-dessus de l'épave ; - une forme de signalisation permanente de l'épave soit assurée. ** La caractéristique du feu a été choisie pour éviter la confusion avec les feux bleus permettant d'identifier les services de sécurité, de sûreté et d'urgence. — 17.2 —
  • 22. REVÊTEMENTS RÉTRORÉFLÉCHISSANTS Il existe deux codes pour l'utilisation des revêtements rétroréfléchissants, le code standard, qui est notamment appliqué en France, et le code détaillé, code plus élaboré essentiellement appliqué dans les eaux des États scandinaves pour leurs petits chenaux et archipels. Les revêtements ne sont pas visibles s'ils ne sont pas éclairés par un projecteur pointé dans leur direction. Il s'agit de films de petites dimensions, principalement en forme de rectangle, de triangle et de carré, collés sur le corps ou le voyant des bouées et des balises non lumineuses. Les films ainsi collés ne renvoient la lumière que dans la direction du projecteur, avec une faible dispersion . Ils ne rendent pas plus visible une marque située dans une zone où l'on bénéfi- cie d'un éclairage ambiant important et ne sont efficaces que si l'observateur dispose d'un projecteur à côté de lui. Les matériaux utilisés sont tels que, de jour, la couleur du support sur lequel est collé le revêtement n'est pas modi- fiée : la couleur du film perceptible de jour peut être très différente de celle de nuit (par exemple, noir de jour et blanc de nuit). Les films blancs, noirs et jaunes (couleur de jour) présentent de nuit le même aspect blanc lorsqu'ils sont éclairés par un projecteur pointé dans leur direction. L'utilisation des revêtements rétroréfléchissants sur les marques passives n'est pas systématique. Le code utilisé, lorsqu'il est connu, est indiqué dans les Instructions Nautiques de la région considérée. 1 — Marques latérales et marques spéciales (codes standard et détaillé identiques). — Marques latérales vertes : une bande horizontale verte ou une forme verte identique à celle du voyant. (Régions A et B) (Région A) (Région B) — Marques latérales rouges : une bande horizontale rouge ou une forme rouge identique à celle du voyant. — Marques spéciales : une bande horizontale, un X ou un symbole jaune*. * jaune orangé, d’aspect blanc de nuit lorsque éclairé par un projecteur 2 — Code standard. Marques d’eaux saines, marques de danger isolé et marques cardinales : une ou plusieurs bandes horizontales, lettres, chiffres ou symboles, blancs. 3 — Code détaillé. — Marques d’eaux saines : combinaison de bandes horizontales ou verticales rouges et blanches, comprenant au moins une bande de chaque couleur. — Marques de danger isolé : bandes horizontales, bleues et rouges, comprenant au moins une bande de chaque couleur. — Marques cardinales Nord : une bande horizontale bleue sur la partie noire de la marque et une bande horizontale jaune** sur la partie jaune de la marque. — Marques cardinales Est : deux bandes horizontales bleues sur la partie supérieure de la marque. — Marques cardinales Sud : une bande horizontale jaune** sur la partie jaune de la marque et une bande horizontale bleue sur la partie noire de la marque. — Marques cardinale ouest : deux bandes horizontales jaunes** sur la partie supérieure jaune de la marque. ** jaune citron, d’aspect blanc de nuit lorsque éclairé par un projecteur — 17.3 —
  • 23.
  • 24.
  • 25.
  • 26.
  • 27.
  • 28.
  • 29.
  • 30.
  • 31.
  • 32.
  • 33.
  • 34.
  • 35.
  • 36.
  • 37. Coups de canon ou autres signaux explosifs toutes les minutes environ Son continu produit par un appareil quelconque pour signaux de brume Fusées ou bombes à étoiles rouges lancées une à une à courts intervalles (1) voir NOTA en bas de page NC du Code international de signaux Signal de grande distance (pavillon carré avec boule ou objet analogue, couleur indifférente) Flammes produites en brûlant un baril de goudron ou d'huile Fusée à parachute (1) ou feu à main produisant une lumière rouge Fumigène orange Mouvements lents et répétés de haut en bas des bras étendus de chaque côté du corps Repérage aérien Colorant RÉPONSES des STATIONS ou NAVIRES de SAUVETAGE bang bang bang De jour De nuit Signal à fumée orange Feu combiné avec un signal sonore (éclair) consistant en trois signaux simples tirés à 1 minute d'intervalle. Fusée à étoiles blanches, signal consistant en trois signaux simples tirés à 1 minute d'intervalle. (1) Une fusée rouge émise par un sous-marin indique qu'il est en difficulté et qu'il devra faire surface d'urgence. Les navires marchands qui aperçoivent ce signal doivent s'en écarter et ne pas stopper leurs hélices. Ils doivent se tenir prêts à assister le sous-marin. (Règle 16 - Chapitre V de la Convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer) « Nous vous voyons - Secours vous sera porté dès que possible » NOTA : Bien que les fusées projetant les étoiles ne soient plus réglementaires (à la suite d’amendements à la convention sur la sauvegarde de la vie humaine en mer) elles continuent d’être présentées dans ce tableau qui est extrait du Code International des signaux que l’OMI n’a pas encore modifié. Par arrêté du 20 janvier 1989 le Ministère délégué chargé de la mer a supprimé les fusées à étoiles du matériel obligatoire et les a remplacées par des fusées à parachute. SIGNAUX DE DÉTRESSE SIGNAUX DE DÉTRESSE — 34 — Signal SOS émis par tout système de signalisation Signal radiotéléphonique «MAYDAY» émis sur VHF canal 16 et/ou sur 2182 kHz. signal indicatif et de la position du navire. Alerte de détresse émise par ASN sur VHF canal 70 ou sur les fréquences MF/HF dédiées. Alerte de détresse émise par la station terrienne du navire (STN Inmarsat ou autre prestataire de service agréé par l’OMI). Signaux transmis par les radiobalises de localisation des sinistres –––
  • 38.
  • 39.
  • 40.
  • 41.
  • 42.
  • 43.
  • 44.
  • 45.
  • 46.
  • 47.
  • 48.
  • 49.
  • 50.
  • 51.
  • 52.
  • 53.
  • 54.
  • 55. A.I.S.M......................................................................................................................................................... 11 Aperçu.......................................................................................................................................................... 45 Code international de signaux....................................................................................................................... 44 à 52 17.1 Épave (bouée d’épave en cas d’urgence) ..................................................................................................... 17.2
  • 56. S Scintillant (feux)............................................................................................................................... ........... 7 et 9 Secteur (feux)............................................................................................................................................... 9 R Revêtements rétroréfléchissants ................................................................................................................... 17.3