Le virus de la fièvre chikungunya
 Mise en contexte
 Définition
 Rappel historique et épidémiologique
 Arboviroses
 Le virus
 Quelques définitions
 V...
 Cycle de transmission
 Facteurs d’émergence
 Répartition géographique actuelle
 Surveillance en Haïti
 Notification ...
 Diagnostic biologique de certitude
 Diagnostic différentiel
 Critères d’Hospitalisation
 Traitement
 Prévention
 Bi...
 La santé est un état de complet bien-être
physique, mental et social, et ne consiste pas
seulement en une absence de mal...
 C’est une arbovirose transmise par la piqure
des moustiques Aedes aegypti et albopictus
infectées.(le virus du chikungun...
 Le virus du CHIKUNGUNYA a été isole en
1953 enTanzanie et Ouganda.
 Il vient de la langue SWAHILI = Marcher
courbé
 Les épidémies:Afrique:Tanzanie 1952 avec
150.000 cas, Ouganda 1961-62,
68,82),Afrique du Sud(56,76-77),
Sénégal(60,66,82...
 Arthropod BornedVirus
 CHIKUNGUNYA
 DENGUE
 FIEVRE JAUNE
 ROSS RIVER
 BLUETONGUE
 WEST NILE
 Famille:Togaviridae
 Genre:Alphavirus
 Virus a ARN
 Sérotypes?
 Immunité homologue durable?
 Virulence?
 Réservoir...
 Arthropode:
 Hématophage: Se nourrit du sang
 Agent pathogène: bactérie, virus, parasite
 Anthropophile: affinité pou...
 Moustiques petits insectes, famille des
CULICIDAE, ordre des DIPTERES.
 Tête(yeux, antennes, trompe(2 mandibule, 2
max...
4 stades
 Oeufs(10-300 pour 2-3 jours)
 Larves(5-20mm/ respirer nourrir/4-10 jours)
 Nymphes(ne se nourrissent pas/2-10...
 Femelle hématophage
 transmission verticale
 Nnécessite température >23*C
 Gites: eau propre petites collections
 Pi...
 Ce n’est pas en absorbant le sang mais juste
avant, en injectant un peu de salive
anticoagulante et anesthésiante dans u...
 Une moustique femelle s’infecte en piquant
un humain ou un animal contaminé. L'Aedes
femelle infectante /5-8 jours  vi...
 Croissance démographique anarchique (urbaine,
infrastructures, gestion eau et déchets)
 Les moyens de transports
 Fact...
 Leogane
 Port-au-Prince
 Cabaret
 Pétion-ville
 Coteaux
 Patient  centre de santé notification
direction sanitaire départemental  Le
ministère de la sante publique (section
...
 Période d’incubation: 3-7 jours (12)
 Début brutal: fièvre élevée
 Céphalée (62%)
 Courbatures(mal de dos) (67%)
 Eé...
 Signe spécifique: Douleurs articulaires
intenses prédominants aux
extrémités(chevilles, poignets, interdigital)
+++(87%)...
 Leucopénie: ++(40-69%)
 Lymphopénie: +++(70-100%)
 Neutropénie: +(10-39%)
 Culture des virus (premiers 3 jours de
maladie)
 RT-PCR (jours 1-8)
 Dosage d’anticorps IgM (jour 4 -2 mois)
 IgG ou ...
Tenant compte des caractéristiques
épidémiologiques telles lieu de résidence,
histoire de voyage et l’exposition
 Dengue
 Leptospirose
 Paludisme
 Méningite
 Arthrite post infectieuse
 Rougeole, Rubeole…
 Doute diagnostique
 Fièvre de plus de 5 jours d’évolution
 Douleurs trop violentes
 Vvertiges de position, extrémités...
 Saignement sous cutanés ou par tout orifice
 Vomissement incessant
 Grossesse
 Tous les nouveau-nés et personnes de p...
 Pas de vaccin
 Pas de médicament antiviral spécifique
 Le traitement est symptomatique: -
Acetaminophene ou paracétamo...
-Eduquer le patient et les membres de sa
communauté sur le risque de transmission
-Minimiser la population de vecteur: 1- ...
 -Minimiser le contact vecteur/patient: 1-
moustiquaire imprégnée de permethrine. 2-
couvrir les extrémités par des manch...
 Généralement les symptômes disparaissent
en 1-3 semaines
 Possibilité de rechute des symptômes
rhumatologiques dans les...
 PAHO/CDC: www.paho.org,
www.cdc.gov/chikungunya/pdfs/CHIKV
 World Health Organisation: Guidelines for the
clinical mana...
Epidemie du CHIKUNGUNYA
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Epidemie du CHIKUNGUNYA

947 vues

Publié le

une épidémie toute nouvelle frappe en ce moment Haiti, la maladie du chikungunya. fièvre, forte douleur articulaire et rash cutané caractérisent cette dernière.

Publié dans : Santé & Médecine
1 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
947
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
1
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Epidemie du CHIKUNGUNYA

  1. 1. Le virus de la fièvre chikungunya
  2. 2.  Mise en contexte  Définition  Rappel historique et épidémiologique  Arboviroses  Le virus  Quelques définitions  Vecteurs
  3. 3.  Cycle de transmission  Facteurs d’émergence  Répartition géographique actuelle  Surveillance en Haïti  Notification des cas  Manifestations cliniques/signes biologiques évocateurs
  4. 4.  Diagnostic biologique de certitude  Diagnostic différentiel  Critères d’Hospitalisation  Traitement  Prévention  Bibliographie
  5. 5.  La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.  Répercussion individuelle, sociale, économique et politique
  6. 6.  C’est une arbovirose transmise par la piqure des moustiques Aedes aegypti et albopictus infectées.(le virus du chikungunya)
  7. 7.  Le virus du CHIKUNGUNYA a été isole en 1953 enTanzanie et Ouganda.  Il vient de la langue SWAHILI = Marcher courbé
  8. 8.  Les épidémies:Afrique:Tanzanie 1952 avec 150.000 cas, Ouganda 1961-62, 68,82),Afrique du Sud(56,76-77), Sénégal(60,66,82,96),Nigeria, Zimbabwe, RDC, RCA, Angola Asie(Indonésie(73,79,82- 85,01-05), Asie du sud-est, Philippines(54-56- 68), Inde(63-64400,000 cas), Sri Lanka(1965)Malaisie,Vietnam,Cambodge, Thaïlande, Birmanie.
  9. 9.  Arthropod BornedVirus  CHIKUNGUNYA  DENGUE  FIEVRE JAUNE  ROSS RIVER  BLUETONGUE  WEST NILE
  10. 10.  Famille:Togaviridae  Genre:Alphavirus  Virus a ARN  Sérotypes?  Immunité homologue durable?  Virulence?  Réservoir Homme/ primates et certains vertébrés comme chauve souris.
  11. 11.  Arthropode:  Hématophage: Se nourrit du sang  Agent pathogène: bactérie, virus, parasite  Anthropophile: affinité pour l’homme  Exophile: affinité pour l’extérieur des maisons  Gites:  Vecteurs:
  12. 12.  Moustiques petits insectes, famille des CULICIDAE, ordre des DIPTERES.  Tête(yeux, antennes, trompe(2 mandibule, 2 maxilles, 1hypopharynx, 1 epipharynx)  Thorax(3 paires de pattes, 1 paire d’ailes  Abdomen(8-11 segment/appareil génital).
  13. 13. 4 stades  Oeufs(10-300 pour 2-3 jours)  Larves(5-20mm/ respirer nourrir/4-10 jours)  Nymphes(ne se nourrissent pas/2-10 jours  Imagos(adultes)(1-2 mois, femelle hématophage)
  14. 14.  Femelle hématophage  transmission verticale  Nnécessite température >23*C  Gites: eau propre petites collections  Piqure indolore, vol +_ long 4 km  Exophile et anthropophile  Urbain  Activité diurne(Aube et fin d’après midi)
  15. 15.  Ce n’est pas en absorbant le sang mais juste avant, en injectant un peu de salive anticoagulante et anesthésiante dans un vaisseau sanguin de sa victime, que le moustique infecte l'hôte.
  16. 16.  Une moustique femelle s’infecte en piquant un humain ou un animal contaminé. L'Aedes femelle infectante /5-8 jours  virus dans les glandes salivaire/ qu'après plusieurs jours de développement du virus dans son corps jusqu'à ce qu'il arrive aux glandes salivaires. La femelle devenue infectante toute sa vie, soit environ un mois.
  17. 17.  Croissance démographique anarchique (urbaine, infrastructures, gestion eau et déchets)  Les moyens de transports  Facteurs climatiques  Limitation des moyens financiers (programmes permanentes de lutte anti vectorielle)  Contrôle insuffisant des vecteurs (cout, absence d’adhésion des populations aux mesures de prévention)
  18. 18.  Leogane  Port-au-Prince  Cabaret  Pétion-ville  Coteaux
  19. 19.  Patient  centre de santé notification direction sanitaire départemental  Le ministère de la sante publique (section épidémie)  population/DSD   Notification:  Cas probable, cas possible, cas confirmés.
  20. 20.  Période d’incubation: 3-7 jours (12)  Début brutal: fièvre élevée  Céphalée (62%)  Courbatures(mal de dos) (67%)  Eéruption cutanée  Hémorragies minimes
  21. 21.  Signe spécifique: Douleurs articulaires intenses prédominants aux extrémités(chevilles, poignets, interdigital) +++(87%), mais aussi épaule, genou, colonne vertébrale.
  22. 22.  Leucopénie: ++(40-69%)  Lymphopénie: +++(70-100%)  Neutropénie: +(10-39%)
  23. 23.  Culture des virus (premiers 3 jours de maladie)  RT-PCR (jours 1-8)  Dosage d’anticorps IgM (jour 4 -2 mois)  IgG ou anticorps neutralisant présentant des titres en hausse (14 jours, le premier échantillon étant prélevé après le 7e jour.
  24. 24. Tenant compte des caractéristiques épidémiologiques telles lieu de résidence, histoire de voyage et l’exposition
  25. 25.  Dengue  Leptospirose  Paludisme  Méningite  Arthrite post infectieuse  Rougeole, Rubeole…
  26. 26.  Doute diagnostique  Fièvre de plus de 5 jours d’évolution  Douleurs trop violentes  Vvertiges de position, extrémités froides  Diminution du débit urinaire
  27. 27.  Saignement sous cutanés ou par tout orifice  Vomissement incessant  Grossesse  Tous les nouveau-nés et personnes de plus de 60 ans.
  28. 28.  Pas de vaccin  Pas de médicament antiviral spécifique  Le traitement est symptomatique: - Acetaminophene ou paracétamol. – si forte douleur anti-inflammatoire non stéroïdiens. L’aspirine doit être évitée en raison des risques d’hémorragie ou de syndrome de REYES.
  29. 29. -Eduquer le patient et les membres de sa communauté sur le risque de transmission -Minimiser la population de vecteur: 1- réduire les gites larvaires(action biochimique). 2- éliminer l’eau stagnante des zones péri- domestiques.
  30. 30.  -Minimiser le contact vecteur/patient: 1- moustiquaire imprégnée de permethrine. 2- couvrir les extrémités par des manches longues. 3- moustiquaires pour les portes et les fenêtres des maison
  31. 31.  Généralement les symptômes disparaissent en 1-3 semaines  Possibilité de rechute des symptômes rhumatologiques dans les mois qui suivent  Des séquelles neurologiques, émotionnelles et dermatologiques sont décrites.  La mortalité est rare et survient surtout chez les personnes âgées.
  32. 32.  PAHO/CDC: www.paho.org, www.cdc.gov/chikungunya/pdfs/CHIKV  World Health Organisation: Guidelines for the clinical management of chikungunya fever. New Delhi, 2008. www.searo.who.int/entity/emerging diseases/documents/SEACD 180/en/index.html  El control de las enfermedades transmisibles, 18a ed, David L.Heymann.2005.

×