Jouanelle

1 602 vues

Publié le

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 602
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 130
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Jouanelle

  1. 1. Et si la campagne électorale qui vient était utile ? Cette fois-ci nous y sommes : Dans un peu moins d’un an, seront élus les femmes et les hommes qui siégeront à l’assemblée unique de la Collectivité Territoriale de Martinique. Nous le savons depuis quelques jours, cette élection aura lieu en décembre 2015 (En même temps que s’achèvera le chantier de notre Transport Commun en Site Propre, le désormais fameux TCSP, si les promesses sont tenues…). Avec cette élection se conclura un long cycle de l’histoire politique de la Martinique. Celui-ci a débuté en 1946 avec le vote par les parlementaires français conduits par Aimé CESAIRE de la loi de départementalisation des « quatre vielles ». 75 ans de lutte politique ponctuée d’épisodes nombreux (convention du Morne Rouge les 16, 17 et 18 août 1971, censure par le Conseil Constitutionnel en décembre 1982 de la loi du 2 mars 1982 portant assemblée unique qui était la traduction législative de la 58ème des 110 propositions du programme du candidat à l’élection présidentielle François MITTERAND, vote de la loi créant les régions d’outre-mer en 1983, échec de la proposition d ’assemblée unique le 7 décembre 2003 , double consultation du peuple martiniquais les 10 et 24 janvier 2010, vote enfin de la loi du 27 juillet 2011 relative aux collectivités territoriales de Guyane et de Martinique ) Pendant ces 75 années, « assimilationnistes », « autonomistes » et « indépendantistes » se sont affrontés à propos de la sempiternelle « question du statut». Pendant toute cette période, les solutions pratiques relatives au développement économique de notre pays étaient dans le meilleur
  2. 2. des cas reléguées au second plan des préoccupations des différents leaders politiques, du moins dans leur expression publique lors des campagnes électorales. Cette fois ci, ce débat est clos ! Plus question d’y revenir, sauf à être de véritables imposteurs tentant d’agiter un vieux hochet pour détourner l’attention des questions fondamentales ! Plus de prétexte pour ne pas aborder les problèmes criants de ce pays ! Plus d’alibi donc pour se dispenser de répondre aux questions qui préoccupent les citoyennes et citoyens, éventuellement électeurs et électrices ! Cela suffit ! Il importe maintenant d’arrêter de discuter de la forme de la table carrée, ronde ou ovale ! Le débat est tranché par la loi du 27 juillet 2011. Il n’y a plus qu’une seule chose à faire : s’asseoir à cette table si on a réussi à être choisi par les citoyens électeurs et travailler. Travailler dur parce qu’il y a urgence et urgence extrême. C’est une des raisons pour lesquelles cette élection de décembre 2015 est particulièrement importante pour l’avenir de la Martinique. Plus importante en tout cas que toutes les cantonales et régionales précédentes : Le mode de scrutin qui a été retenu est en effet sans pitié pour les vaincus qui se retrouveront dans l’opposition dans le meilleur des cas pour au moins 6 années. La situation qui résultera cette élection peut être caractérisée par la formule « The winner takes all ! ». Il n’y aura pas de contre-pouvoir au sein de
  3. 3. l’assemblée. Les 51 membres de l’Assemblée de Martinique seront élus au sein d’une circonscription électorale unique divisée en 4 sections géographiques où s’appliquera un scrutin proportionnel de liste à 2 tours avec une prime majoritaire de 25% des sièges restant à attribuer pour la liste arrivée en tête. Autant dire que les vaincus auront des miettes… Il est donc absolument fondamental de s’assurer que la démocratie fonctionnera et celles et ceux qui seront sur la ligne de départ de cette campagne électorale auront un véritable programme économique et pourront en débattre sérieusement devant les électrices et électeurs. Les médias principaux de ce pays auront d’ailleurs à cet égard une très importante responsabilité puisqu’ils pourront contraindre les candidats à s’exprimer sur les questions économiques auxquelles ceux-ci devront apporter des réponses efficientes une fois élus. Certes, les expériences précédentes quant à la prise en compte des réalités économiques n’incitent guère à l’optimisme. Mais il est difficile, quand on a un minimum de sens des réalités, de ne pas se rendre compte que nous avons jusque-là vécu sur un modèle économique aujourd’hui à bout de souffle. Les transferts publics ont depuis des années une très forte tendance à diminuer, tendance qui est en train de s’accélérer. Le projet de loi de finances prévoit qu’en 2015, la réduction des dotations aux collectivités territoriales sera de 3,67 milliards d’euros, première étape d’une baisse de 11 milliards sur trois ans ! A travers le « Livre bleu », les 130 chefs d’entreprises qui y ont travaillé avec Contact-Entreprises et Martinique Développement ont livré leur vision d’une Martinique plus ouverte sur la nouvelle
  4. 4. économie du 21ème siècle. Ils ont également proposé 21 idées « pour voir l’avenir de la Martinique en bleu ». Il est tout à fait impératif que les militantes et militants ainsi que les leaders des différents partis politiques qui se présenteront au suffrage des électrices et électeurs en décembre 2015 fassent le même type d’exercice. Les questions en effet ne manquent pas : Comment sauver notre agriculture en la structurant de manière assez solide pour qu’elle résiste à la conquête totale de notre marché par les firmes extérieures ? Comment transformer la dynamique de vieillissement de notre population qui apparait aujourd’hui comme un handicap paralysant en un atout se fondant sut les modèles extérieurs offerts par des sociétés confrontées au même défi ? Comment, puisque nous sommes une ile, transformer la mer en un outil de développement puissamment créateur d’emplois ? Comment sortir la Martinique de sa dépendance addictive aux énergies fossiles et accélérer sa transition énergétique vers une économie décarbonée ? Comment valoriser et accompagner systématiquement la créativité et les recherches d’innovation qui se manifestent quotidiennement dans de très nombreuses entreprises martiniquaises ? Ce sont là que quelques-unes des interrogations auxquelles devront répondre nos candidats. Et si, grâce au sens des responsabilités de celles et ceux qui briguent nos suffrages, ces thématiques se trouvent au centre des
  5. 5. débats électoraux, enfin, pour la première fois, la campagne électorale qui vient aura été utile. Jean-Paul JOUANELLE Délégué général de Contact-Entreprises

×