Veille et curation de données - Lyon - 22 janvier 2015

3 556 vues

Publié le

Conférence sur le filtrage de l'information sur Internet avec notamment les techniques de veille et de la curation.

Publié dans : Formation
0 commentaire
7 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 556
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
360
Actions
Partages
0
Téléchargements
63
Commentaires
0
J’aime
7
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Veille et curation de données - Lyon - 22 janvier 2015

  1. 1. La curation de données : usages individuels et pratiques professionnelles Jean-Philippe Accart, documentaliste, enseignant et consultant, directeur de la Bibliothèque de l'École hôtelière de Lausanne – Suisse (www.ehl.ch) jpaccart@gmail.com http://www.jpaccart.ch Twitter : @jpaccart Veille et curation : une nécessaire maîtrise des flux d’information et réflexion sur leur valeur pour l’entreprise Anne-Marie Libmann, directrice des opérations de FLA Consultants et responsable du pôle Russie et pays émergents (www.fla-consultants.com) Co-présidente de l’ADBS, Association des professionnels de l’information amlibmann@fla-consultants.com Twitter : @Flateam 1
  2. 2. La curation de données : usages individuels et pratiques professionnelles Jean-Philippe Accart, documentaliste, enseignant et consultant, directeur de la Bibliothèque de l'École hôtelière de Lausanne – Suisse (www.ehl.ch) jpaccart@gmail.com http://www.jpaccart.ch Twitter : @jpaccart 2
  3. 3. Qu’entend-on par « curation » ? Terme « curation » apparu en 2008-2009 Issu des pays anglo-saxons : le « curator » est la personne qui sélectionne les œuvres d’art en vue d’une exposition en fonction d’un certain type de public  Le « content curator » est la personne qui partage sur Internet ses découvertes numériques sur des sites comme Delicious, Scoopit, Pearltrees, Pinterest… La curation de données - JP Accart - 22.01.2015 - Lyon 3
  4. 4. Qu’entend-on par « curation » ? Selon Véronique Mesguisch « la curation consiste à repérer divers contenus numériques en fonction d’une thématique donnée, de sélectionner et filtrer les plus pertinents, de les organiser, les structurer à travers un dispositif de scénographie et d’en favoriser la diffusion » . dans « Le curateur, cet animal social dans la jungle informationnelle », Documentaliste, sciences de l’information, 2012, vol. 49, n° 1, p. 25 La curation de données - JP Accart - 22.01.2015 - Lyon 4
  5. 5. Rohit Bhargava, spécialiste du marketing digital sur Internet, propose 5 modèles de curation : l’agrégation des sources ; la distillation, c’est-à-dire prendre les éléments essentiels des sources; l’élévation, qui permet de dégager les tendances à partir de données partielles ; le mash-up, technique qui juxtapose et fusionne les contenus ; l’organisation anté-chronologique (du plus récent au plus ancien). http://www.rohitbhargava.com/2009/09/manifesto-for-the-content-curator-the-next-big-social-media-job-of-the-future.html La curation de données - JP Accart - 22.01.2015 - Lyon 5
  6. 6. Documentalistes et curation: Créent leurs propres espaces de curation, utilisant en cela les techniques documentaires apprises, avec de nouveaux contenus ; ils communiquent sur ceux-ci et diffusent l’information vers des communautés ciblées. Maintiennent un thésaurus ou un référentiel en utilisant des formats tel le format RDF. Font en sorte que les données d’archives et les publications puissent être liées, avec une mise en valeur des données structurées. La curation de données - JP Accart - 22.01.2015 - Lyon 6
  7. 7. Documentalistes et curation: Exemple d’Isidore , « première plateforme d’enrichissement et d’accès aux données et documents ouverts de la recherche en sciences humaines et sociales » : -> valoriser thésaurus et référentiels en réalisant des enrichissements sémantiques sur les métadonnées moissonnées par Isidore. -> Méthodes et techniques du web sémantique et du linked data pour proposer – dans une base de données RDF – le résultat de ces métadonnées catégorisées et « augmentées » d’annotations. -> Isidore privilégie les informations structurées.  http://www.rechercheisidore.fr La curation de données - JP Accart - 22.01.2015 - Lyon 7
  8. 8. Veille et curation : une nécessaire maîtrise des flux d’information et réflexion sur leur valeur pour l’entreprise Anne-Marie Libmann, directrice des opérations de FLA Consultants et responsable du pôle Russie et pays émergents (www.fla-consultants.com) Co-présidente de l’ADBS, Association des professionnels de l’information amlibmann@fla-consultants.com Twitter : @Flateam 8ANNE MARIE LIBMANN - FLA CONSULTANTS – 22.01.2015 - LYON
  9. 9. Faut-il opposer Curation et Veille? La curation : un « mouvement » à contre-courant de l’organisation hiérarchisée, centralisée et contrôlée du processus formalisé de la veille en entreprise Le curateur : un « animal social » (V. Mesguich) dans l’immensité numérique; le veilleur : un praticien de l’information au service de l’entreprise La promotion de l’expertise personnelle du curateur, plus que la réponse à un besoin d’information exprimé par une organisation Le « partage pour tous » au lieu d’une diffusion sélective et restreinte aux clients de la veille, …et confidentielle ! La limitation aux sources du web gratuit en « ignorant » les sources professionnelles payantes SE valoriser au détriment d’un auteur relégué aux oubliettes? ANNE MARIE LIBMANN - FLA CONSULTANTS – 22.01.2015 - LYON
  10. 10. De faux ennemis … Des techniques/pratiques en commun : recherche, collecte automatisée, filtrage, agrégation, structuration, diffusion… Un rôle de médiation entre informations et « consommateur » Où commence et où finit la différence entre outils de veille et de curation d’un point de vue technique et fonctionnel ? (où classer Netvibes, Diigo, … et même Knowledge Plaza ou Factiva ?) La différence se résumerait-elle à des objectifs et idéologies différentes ? Quelles leçons tirer de la non émergence de la fonction de curateur en entreprise ? ANNE MARIE LIBMANN - FLA CONSULTANTS – 22.01.2015 - LYON
  11. 11. La curation : des horizons nouveaux pour les veilleurs et professionnels de l’information ? la « scénographie » de l’information (V. Mesguich) ou « mise en flux » (B. Duperrin) : un vrai changement de posture à mettre en œuvre en entreprise Le décloisonnement entre des sphères et des collaborateurs traditionnellement exclus des schémas « classiques » de diffusion dans l’organisation Sourcing : utiliser les curateurs et leurs plates-formes comme des sources de veille d’experts, donc qualifiées et privilégiées Devenir des concepteurs et animateurs de communautés : le cas des RSE ou des portails documentaires ANNE MARIE LIBMANN - FLA CONSULTANTS – 22.01.2015 - LYON
  12. 12. Mais pour tous, priorité à l’organisation et la valeur ! Contribuer à la structuration et l’organisation des flux d’information, quelle que soit la source, doit être une priorité : ◦ Rajouter du buzz au buzz : une perte de temps collective, ◦ En entreprise, la maîtrise des flux d’information est stratégique, car source de productivité (capter, structurer, orienter, capitaliser). La valeur nous semble l’unique credo possible : ◦ Toute activité informationnelle n’a de vraie valeur que si elle répond à une demande (hors cas de sérendipité), ◦ Il faut plus que jamais placer l’activité de veille au cœur de l’opérationnel et de la stratégie de développement ou d’innovation de l’entreprise. ANNE MARIE LIBMANN - FLA CONSULTANTS – 22.01.2015 - LYON
  13. 13. La curation : des horizons nouveaux pour les veilleurs et professionnels de l’information ? la « scénographie » de l’information (V. Mesguich) ou « mise en flux » (B. Duperrin) : un vrai changement de posture à mettre en œuvre en entreprise Le décloisonnement entre des sphères et des collaborateurs traditionnellement exclus des schémas « classiques » de diffusion dans l’organisation Sourcing : utiliser les curateurs et leurs plates-formes comme des sources de veille d’experts, donc qualifiées et privilégiées Devenir des concepteurs et animateurs de communautés : le cas des RSE ou des portails documentaires ANNE MARIE LIBMANN - FLA CONSULTANTS – 22.01.2015 - LYON

×