SlideShare une entreprise Scribd logo

Des pistes pour lutter contre la pénurie d’organes

Des pistes pour lutter contre la pénurie d’organes En 2009, 222 patients sont décédés faute de donneur et nombreux sont ceux qui sont sortis des listes d’attente parce que leur santé s’est trop détériorée pour recevoir un organe. En effet, avec 13 687 inscrits sur liste d’attente pour bénéficier d’une transplantation d’organe pour seulement 4 620 greffes réalisées en 2008, la pénurie de greffons en France est dramatique.

1  sur  2
Télécharger pour lire hors ligne
12 - ANEMF.org n°22 / Décembre 2009
Dossier
Des pistes pour lutter contre
la pénurie d’organes
En 2009, 222 patients sont décédés faute de donneur et nombreux sont ceux
qui sont sortis des listes d’attente parce que leur santé s’est trop détériorée
pour recevoir un organe.
En effet, avec 13 687 inscrits sur liste d’attente pour bénéficier d’une
transplantation d’organe pour seulement 4 620 greffes réalisées en 2008, la
pénurie de greffons en France est dramatique.
Ces chiffres ont ainsi motivé
le gouvernement français à faire
du Don de Vie, avec notamment
le don d’organes, le thème de la
Grande Cause nationale 2009.
Quelles sont les causes de cette
pénurie, et quelles solutions pour-
raient rapidement y remédier ?
Le refus des familles
« par précaution »
Alors qu’un donneur permet de
greffer 4 personnes, en 2008 un
prélèvement sur trois à été re-
fusé, et 6 fois sur
10 par la famille du
donneur.
Un des obstacles
majeurs au don
d’organe est le refus
des familles « par
précaution », tout
simplement parce
que la question n’a
jamais été abordée
avec le défunt, et
que l’urgence et
le contexte de la décision font
souvent peser sur les proches une
responsabilité trop lourde.
En France, le don d’organes
repose, depuis la loi Caillavet de
1976, sur le principe du consen-
tement présumé : chacun d’en-
tre nous est considéré comme un
donneur potentiel après sa mort à
moins de s’y être opposé de son
vivant en s’étant inscrit dans le
Registre National des Refus. C’est
une démarche légale qui assure
de ne pas être prélevé après sa
mort.
La carte de donneur
La démarche officielle pour
être donneur consiste quant à elle
à se faire connaître auprès de se
proches. Porter sur soi une carte
de donneur est un engagement
fort, mais pas suffisant en général
car ce n’est pas un document
légal. Il est donc primordial de
faire connaître sa volonté à ses
proches, pour qu’ils puissent en
témoigner.
En pratique, avant
d’entreprendre un prélèvement,
les équipes de greffe
consultent toujours
lesprochesdudéfunt
pour s’assurer qu’il
n’avaitpasmanifesté
d’opposition au
don, ou qu’il avait
confirmé son ac-
cord pour le don
d’organes.
Un registre
du « oui » ?
En France, la loi présume la
solidarité des citoyens et leur
accord pour donner leurs organes
après leur mort pour sauver un
homme ou améliorer grandement
sa vie. L’Espagne, le Portugal,
l’Italie, la Grèce, la Suède et la
Finlande ont également adopté
le principe de consentement
présumé au nom de la solidarité,
avec un registre du « non ».
D’autres pays européens, com-
me le Danemark, les Pays-Bas,
le Royaume-Uni ou l’Allemagne,
appliquent le régime du consen-
tement explicite et ont donc, par
exemple, un registre du « oui ».
Mais ce système à ses faibles-
ses également, car dans ces pays
peu de personnes font la démar-
che de s’inscrire. Le sujet du don
d’organes est difficile à aborder
puisqu’il pose la question de la
mort, et s’inscrire sur un fichier
du « oui » est un acte fort qui en-
gage le sujet.
Elargir le cercle des
donneurs vivants ?
Dans ce contexte de pénurie
d’organes, le législateur, dans la
loi d’août 2004, a souhaité favori-
ser la greffe à partir d’un donneur
vivant. Selon la loi de 1994, les
donneurs ne pouvaient être que
des parents du 1er degré : parent,
enfant, frère ou sœur et les époux
uniquement en cas d’urgence.
Depuis 2004, le cercle a été
élargi aux personnes suivantes :
Les greffes en chiffres
En 2008
sur 4620 greffes :
2937 reins,
1011 foies,
360 coeurs,
196 poumons,
19 coeurs et poumons,
84 pancréas,
et 13 intestins.
220 reins et 10 foies
provenaient de
donneurs vivants.
enfant, frère ou sœur et les époux
uniquement en cas d’urgence.
puis 2004, le cercle a été
élargi aux personnes suivantes :
APO 22 total_corrigé.indd 12 06/12/2009 21:44:43
Décembre 2009 / ANEMF.org n°22 - 13
les époux sans notion d’urgence,
un grand-parent, l’oncle ou la
tante, le conjoint du père ou de
la mère et toute personne vivant
depuis plus de deux ans avec le
receveur.
Pourtant, l’élargissement
du cercle des donneurs n’a pas
permis d’augmenter de façon
importante le nombre de greffes.
A ce jour, la pratique de la greffe
à partir de donneurs vivants reste
peu développée en France : en
2008, elle ne concerne que 5% des
greffes.
Donner un organe de
son vivant à un ami
Le don d’organes entre vivants
est très développé dans les pays
d’Europe du Nord, les États-Unis
et le Canada : la restriction du
don d’organes au cercle familial
ne se retrouve pas dans les pays
scandinaves et anglo-saxons.
Ils reconnaissent ainsi la
possibilité de faire un don à toute
personne ayant « des relations
affectives étroites » avec le
receveur.
Les pays latins, au contraire, se
veulent plus restrictifs. Ils veulent
protéger les citoyens contre les
risques qui pourraient découler
de la liberté de disposer de ses
organes par exemple une source
de revenu pour les plus démunis
dans les pays défavorisés.
Ainsi, devrait-on permettre le
don entre amis ou même envisager
la possibilité d’un don totalement
altruiste et anonyme ? Un donneur
pourrait alors donner un organe
de son vivant de façon anonyme
et gratuite à un receveur qu’il ne
connaît pas.
Au regard de l’expérience de
certains pays étrangers et du
bilan d’application de la loi de
2004, la question de la création
d’un registre du « oui » ainsi que
la possibilité d’un élargissement
complémentaire du cercle des
donneurs vivants sont donc à
nouveau posées. La révision des
lois de bioéthique, prévue en
2010, apportera, on l’espère, de
nouveaux éléments pour faire
face à la pénurie d’organes.
Pour plus d’informations,
n’hésitez pas à consulter le site
de l’Agence de Biomédecine
http://www.dondorganes.fr/,
ainsi que l’étude « Discussion
sur le consentement présumé ou
explicite pour le don d’organes »
de David Rodríguez-Arias Vailhen,
d’avril 2009 disponible sur
www.ethique.inserm.fr.
Aurore Crastes,
CM Santé Mondiale de l’ANEMF
Quelle est la différence
entre le don d’organes
et le don de son corps à
la science ?
Le don d’organes est, lui,
destiné à sauver directement
des vies humaines par la gref-
fe. Les organes sains sont pré-
levés par une équipe médico-
chirurgicale dans le plus grand
respect du défunt
Après l’acte de prélève-
ment, le corps est rendu aux
proches du donneur pour leur
permettre d’organiser les ob-
sèques comme ils le souhai-
tent. Il n’entraîne aucun frais
pour la famille.
Donner son corps à la scien-
ce revient à léguer son corps à
la faculté pour assurer la for-
mation des futurs médecins.
Le corps n’est jamais rendu à
la famille et des frais doivent
être payés pour l’incinération
ultérieure.
Pour donner son corps à la
science, il faut en faire la de-
mande écrite et signée à une
faculté de médecine disposant
d’un service de don du corps.
Pour donner ses organes
après sa mort, il faut faire
connaître cette colonté à son
entourage.
APO 22 total_corrigé.indd 13 06/12/2009 21:44:53

Recommandé

Plaquette amfe 2014 Association Maladies Foie Enfants
Plaquette amfe 2014 Association Maladies Foie EnfantsPlaquette amfe 2014 Association Maladies Foie Enfants
Plaquette amfe 2014 Association Maladies Foie EnfantsAssociation Maladies Foie
 
Appel au don de sang à Saint-Lary Soulan le 12 juillet
Appel au don de sang à Saint-Lary Soulan le 12 juilletAppel au don de sang à Saint-Lary Soulan le 12 juillet
Appel au don de sang à Saint-Lary Soulan le 12 juilletPhilippe Villette
 
Polit monitor lëtzebuerg rtl luxemburger wort hierscht 2012 volet 5 don d...
Polit monitor lëtzebuerg   rtl  luxemburger wort hierscht 2012  volet 5 don d...Polit monitor lëtzebuerg   rtl  luxemburger wort hierscht 2012  volet 5 don d...
Polit monitor lëtzebuerg rtl luxemburger wort hierscht 2012 volet 5 don d...Luxemburger Wort
 
Guide du don d'organes 2015 de l'Agence de Biomédecine
Guide du don d'organes 2015 de l'Agence de BiomédecineGuide du don d'organes 2015 de l'Agence de Biomédecine
Guide du don d'organes 2015 de l'Agence de BiomédecineAssociation Maladies Foie
 
Don organes agence biomedecine communique presse journee 22 juin 2013
Don organes agence biomedecine communique presse journee 22 juin 2013Don organes agence biomedecine communique presse journee 22 juin 2013
Don organes agence biomedecine communique presse journee 22 juin 2013Association Maladies Foie
 
Greffer pour sauver
Greffer pour sauverGreffer pour sauver
Greffer pour sauverxiab
 

Contenu connexe

Similaire à Des pistes pour lutter contre la pénurie d’organes

Agence de la_biomedecine_-_22_juin_2012___3_
Agence de la_biomedecine_-_22_juin_2012___3_Agence de la_biomedecine_-_22_juin_2012___3_
Agence de la_biomedecine_-_22_juin_2012___3_Association Maladies Foie
 
Questions-réponses autour du consentement pour le don d’organe
Questions-réponses autour du consentement pour le don d’organeQuestions-réponses autour du consentement pour le don d’organe
Questions-réponses autour du consentement pour le don d’organeMede Space
 
Familles homoparentales
Familles homoparentalesFamilles homoparentales
Familles homoparentaleshelenaaldaz
 
Diaporama RéVision Des Lois De BioéThique 2009
Diaporama RéVision Des Lois De BioéThique 2009Diaporama RéVision Des Lois De BioéThique 2009
Diaporama RéVision Des Lois De BioéThique 2009vouloirlafrance
 
News gpa
News gpaNews gpa
News gpaclcom
 
Bulletin d'informations N°38 Avril 2007
Bulletin d'informations N°38 Avril 2007Bulletin d'informations N°38 Avril 2007
Bulletin d'informations N°38 Avril 2007soshepatites
 
Bulletin d'informations N°38 Avril 2007
Bulletin d'informations N°38 Avril 2007Bulletin d'informations N°38 Avril 2007
Bulletin d'informations N°38 Avril 2007soshepatites
 
Num 01 sante d'abord
Num 01 sante d'abordNum 01 sante d'abord
Num 01 sante d'abordleo gnazingbe
 
L'avortement tardif et les infanticides néonataux en europe, eclj, 26 juin 2015
L'avortement tardif et les infanticides néonataux en europe, eclj, 26 juin 2015L'avortement tardif et les infanticides néonataux en europe, eclj, 26 juin 2015
L'avortement tardif et les infanticides néonataux en europe, eclj, 26 juin 2015fpaspousser
 
Bulletin d'informations N°37 décembre 2006
Bulletin d'informations N°37 décembre 2006Bulletin d'informations N°37 décembre 2006
Bulletin d'informations N°37 décembre 2006soshepatites
 
Contraception petit état des lieux.
Contraception   petit état des lieux.Contraception   petit état des lieux.
Contraception petit état des lieux.Réseau Pro Santé
 

Similaire à Des pistes pour lutter contre la pénurie d’organes (20)

Agence de la_biomedecine_-_22_juin_2012___3_
Agence de la_biomedecine_-_22_juin_2012___3_Agence de la_biomedecine_-_22_juin_2012___3_
Agence de la_biomedecine_-_22_juin_2012___3_
 
Questions-réponses autour du consentement pour le don d’organe
Questions-réponses autour du consentement pour le don d’organeQuestions-réponses autour du consentement pour le don d’organe
Questions-réponses autour du consentement pour le don d’organe
 
Il était un foie, le Mag de l'AMFE 2019
Il était un foie, le Mag de l'AMFE 2019Il était un foie, le Mag de l'AMFE 2019
Il était un foie, le Mag de l'AMFE 2019
 
Familles homoparentales
Familles homoparentalesFamilles homoparentales
Familles homoparentales
 
Diaporama RéVision Des Lois De BioéThique 2009
Diaporama RéVision Des Lois De BioéThique 2009Diaporama RéVision Des Lois De BioéThique 2009
Diaporama RéVision Des Lois De BioéThique 2009
 
News gpa
News gpaNews gpa
News gpa
 
News gpa
News gpaNews gpa
News gpa
 
La gpa
La gpaLa gpa
La gpa
 
LEGS_FR
LEGS_FRLEGS_FR
LEGS_FR
 
Trans-Forme
Trans-FormeTrans-Forme
Trans-Forme
 
Bulletin d'informations N°38 Avril 2007
Bulletin d'informations N°38 Avril 2007Bulletin d'informations N°38 Avril 2007
Bulletin d'informations N°38 Avril 2007
 
Bulletin d'informations N°38 Avril 2007
Bulletin d'informations N°38 Avril 2007Bulletin d'informations N°38 Avril 2007
Bulletin d'informations N°38 Avril 2007
 
Num 01 sante d'abord
Num 01 sante d'abordNum 01 sante d'abord
Num 01 sante d'abord
 
Presnet
PresnetPresnet
Presnet
 
L'avortement tardif et les infanticides néonataux en europe, eclj, 26 juin 2015
L'avortement tardif et les infanticides néonataux en europe, eclj, 26 juin 2015L'avortement tardif et les infanticides néonataux en europe, eclj, 26 juin 2015
L'avortement tardif et les infanticides néonataux en europe, eclj, 26 juin 2015
 
Bioéthique
BioéthiqueBioéthique
Bioéthique
 
ESI TU DONNAIS
ESI TU DONNAISESI TU DONNAIS
ESI TU DONNAIS
 
Bulletin d'informations N°37 décembre 2006
Bulletin d'informations N°37 décembre 2006Bulletin d'informations N°37 décembre 2006
Bulletin d'informations N°37 décembre 2006
 
L’anemf.
L’anemf.L’anemf.
L’anemf.
 
Contraception petit état des lieux.
Contraception   petit état des lieux.Contraception   petit état des lieux.
Contraception petit état des lieux.
 

Plus de Réseau Pro Santé

Droit et santé - Acteurs juridiques de santé : rôles et impacts pour les inte...
Droit et santé - Acteurs juridiques de santé : rôles et impacts pour les inte...Droit et santé - Acteurs juridiques de santé : rôles et impacts pour les inte...
Droit et santé - Acteurs juridiques de santé : rôles et impacts pour les inte...Réseau Pro Santé
 
En vue d’une harmonisation des pratiques et de la formation en Europe
En vue d’une harmonisation des pratiques et de la formation en EuropeEn vue d’une harmonisation des pratiques et de la formation en Europe
En vue d’une harmonisation des pratiques et de la formation en EuropeRéseau Pro Santé
 
Biologie médicale - actualités
Biologie médicale - actualitésBiologie médicale - actualités
Biologie médicale - actualitésRéseau Pro Santé
 
Rapport sur la démarche d’accréditation des laboratoire de biologie médicale ...
Rapport sur la démarche d’accréditation des laboratoire de biologie médicale ...Rapport sur la démarche d’accréditation des laboratoire de biologie médicale ...
Rapport sur la démarche d’accréditation des laboratoire de biologie médicale ...Réseau Pro Santé
 
Réforme du troisième cycle - Interview de Anthony Mascle, Président de l’Asso...
Réforme du troisième cycle - Interview de Anthony Mascle, Président de l’Asso...Réforme du troisième cycle - Interview de Anthony Mascle, Président de l’Asso...
Réforme du troisième cycle - Interview de Anthony Mascle, Président de l’Asso...Réseau Pro Santé
 
La résistance aux antimicrobiens : une priorité de Santé Publique, quel rôle ...
La résistance aux antimicrobiens : une priorité de Santé Publique, quel rôle ...La résistance aux antimicrobiens : une priorité de Santé Publique, quel rôle ...
La résistance aux antimicrobiens : une priorité de Santé Publique, quel rôle ...Réseau Pro Santé
 
Réforme des hospitalisations sans consentement.
Réforme des hospitalisations sans consentement.Réforme des hospitalisations sans consentement.
Réforme des hospitalisations sans consentement.Réseau Pro Santé
 
Réforme des hospitalisations sans consentement.
Réforme des hospitalisations sans consentement.Réforme des hospitalisations sans consentement.
Réforme des hospitalisations sans consentement.Réseau Pro Santé
 
Vers un nouveau modèle du système de soins
Vers un nouveau modèle du système de soins  Vers un nouveau modèle du système de soins
Vers un nouveau modèle du système de soins Réseau Pro Santé
 
Interview du docteur isabelle bohl.
Interview du docteur isabelle bohl.Interview du docteur isabelle bohl.
Interview du docteur isabelle bohl.Réseau Pro Santé
 
L’ejd pwg et les spécialités kesako
L’ejd pwg et les spécialités kesako  L’ejd pwg et les spécialités kesako
L’ejd pwg et les spécialités kesako Réseau Pro Santé
 
Le réseau de biologistes labster.
Le réseau de biologistes labster.Le réseau de biologistes labster.
Le réseau de biologistes labster.Réseau Pro Santé
 
Biologie médicale le combat reprend !
Biologie médicale   le combat reprend !Biologie médicale   le combat reprend !
Biologie médicale le combat reprend !Réseau Pro Santé
 
Les prix de thèse décernés.
Les prix de thèse décernés.Les prix de thèse décernés.
Les prix de thèse décernés.Réseau Pro Santé
 
Démographie médicale des anesthésistes réanimateurs proposition d'actions s...
Démographie médicale des anesthésistes réanimateurs   proposition d'actions s...Démographie médicale des anesthésistes réanimateurs   proposition d'actions s...
Démographie médicale des anesthésistes réanimateurs proposition d'actions s...Réseau Pro Santé
 

Plus de Réseau Pro Santé (20)

Droit et santé - Acteurs juridiques de santé : rôles et impacts pour les inte...
Droit et santé - Acteurs juridiques de santé : rôles et impacts pour les inte...Droit et santé - Acteurs juridiques de santé : rôles et impacts pour les inte...
Droit et santé - Acteurs juridiques de santé : rôles et impacts pour les inte...
 
En vue d’une harmonisation des pratiques et de la formation en Europe
En vue d’une harmonisation des pratiques et de la formation en EuropeEn vue d’une harmonisation des pratiques et de la formation en Europe
En vue d’une harmonisation des pratiques et de la formation en Europe
 
Biologie médicale - actualités
Biologie médicale - actualitésBiologie médicale - actualités
Biologie médicale - actualités
 
Rapport sur la démarche d’accréditation des laboratoire de biologie médicale ...
Rapport sur la démarche d’accréditation des laboratoire de biologie médicale ...Rapport sur la démarche d’accréditation des laboratoire de biologie médicale ...
Rapport sur la démarche d’accréditation des laboratoire de biologie médicale ...
 
Réforme du troisième cycle - Interview de Anthony Mascle, Président de l’Asso...
Réforme du troisième cycle - Interview de Anthony Mascle, Président de l’Asso...Réforme du troisième cycle - Interview de Anthony Mascle, Président de l’Asso...
Réforme du troisième cycle - Interview de Anthony Mascle, Président de l’Asso...
 
La résistance aux antimicrobiens : une priorité de Santé Publique, quel rôle ...
La résistance aux antimicrobiens : une priorité de Santé Publique, quel rôle ...La résistance aux antimicrobiens : une priorité de Santé Publique, quel rôle ...
La résistance aux antimicrobiens : une priorité de Santé Publique, quel rôle ...
 
Réforme des hospitalisations sans consentement.
Réforme des hospitalisations sans consentement.Réforme des hospitalisations sans consentement.
Réforme des hospitalisations sans consentement.
 
Réforme des hospitalisations sans consentement.
Réforme des hospitalisations sans consentement.Réforme des hospitalisations sans consentement.
Réforme des hospitalisations sans consentement.
 
Vers un nouveau modèle du système de soins
Vers un nouveau modèle du système de soins  Vers un nouveau modèle du système de soins
Vers un nouveau modèle du système de soins
 
Interview du docteur isabelle bohl.
Interview du docteur isabelle bohl.Interview du docteur isabelle bohl.
Interview du docteur isabelle bohl.
 
L’ordre des médecins.
L’ordre des médecins.L’ordre des médecins.
L’ordre des médecins.
 
L’ejd pwg et les spécialités kesako
L’ejd pwg et les spécialités kesako  L’ejd pwg et les spécialités kesako
L’ejd pwg et les spécialités kesako
 
L’isnih kesako
L’isnih   kesako  L’isnih   kesako
L’isnih kesako
 
Biologiste médical au cea.
Biologiste médical au cea.Biologiste médical au cea.
Biologiste médical au cea.
 
Pharmacien à l'ars.
Pharmacien à l'ars.Pharmacien à l'ars.
Pharmacien à l'ars.
 
Le réseau de biologistes labster.
Le réseau de biologistes labster.Le réseau de biologistes labster.
Le réseau de biologistes labster.
 
Biologie médicale le combat reprend !
Biologie médicale   le combat reprend !Biologie médicale   le combat reprend !
Biologie médicale le combat reprend !
 
L’ondps enquête...
L’ondps enquête...L’ondps enquête...
L’ondps enquête...
 
Les prix de thèse décernés.
Les prix de thèse décernés.Les prix de thèse décernés.
Les prix de thèse décernés.
 
Démographie médicale des anesthésistes réanimateurs proposition d'actions s...
Démographie médicale des anesthésistes réanimateurs   proposition d'actions s...Démographie médicale des anesthésistes réanimateurs   proposition d'actions s...
Démographie médicale des anesthésistes réanimateurs proposition d'actions s...
 

Des pistes pour lutter contre la pénurie d’organes

  • 1. 12 - ANEMF.org n°22 / Décembre 2009 Dossier Des pistes pour lutter contre la pénurie d’organes En 2009, 222 patients sont décédés faute de donneur et nombreux sont ceux qui sont sortis des listes d’attente parce que leur santé s’est trop détériorée pour recevoir un organe. En effet, avec 13 687 inscrits sur liste d’attente pour bénéficier d’une transplantation d’organe pour seulement 4 620 greffes réalisées en 2008, la pénurie de greffons en France est dramatique. Ces chiffres ont ainsi motivé le gouvernement français à faire du Don de Vie, avec notamment le don d’organes, le thème de la Grande Cause nationale 2009. Quelles sont les causes de cette pénurie, et quelles solutions pour- raient rapidement y remédier ? Le refus des familles « par précaution » Alors qu’un donneur permet de greffer 4 personnes, en 2008 un prélèvement sur trois à été re- fusé, et 6 fois sur 10 par la famille du donneur. Un des obstacles majeurs au don d’organe est le refus des familles « par précaution », tout simplement parce que la question n’a jamais été abordée avec le défunt, et que l’urgence et le contexte de la décision font souvent peser sur les proches une responsabilité trop lourde. En France, le don d’organes repose, depuis la loi Caillavet de 1976, sur le principe du consen- tement présumé : chacun d’en- tre nous est considéré comme un donneur potentiel après sa mort à moins de s’y être opposé de son vivant en s’étant inscrit dans le Registre National des Refus. C’est une démarche légale qui assure de ne pas être prélevé après sa mort. La carte de donneur La démarche officielle pour être donneur consiste quant à elle à se faire connaître auprès de se proches. Porter sur soi une carte de donneur est un engagement fort, mais pas suffisant en général car ce n’est pas un document légal. Il est donc primordial de faire connaître sa volonté à ses proches, pour qu’ils puissent en témoigner. En pratique, avant d’entreprendre un prélèvement, les équipes de greffe consultent toujours lesprochesdudéfunt pour s’assurer qu’il n’avaitpasmanifesté d’opposition au don, ou qu’il avait confirmé son ac- cord pour le don d’organes. Un registre du « oui » ? En France, la loi présume la solidarité des citoyens et leur accord pour donner leurs organes après leur mort pour sauver un homme ou améliorer grandement sa vie. L’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Grèce, la Suède et la Finlande ont également adopté le principe de consentement présumé au nom de la solidarité, avec un registre du « non ». D’autres pays européens, com- me le Danemark, les Pays-Bas, le Royaume-Uni ou l’Allemagne, appliquent le régime du consen- tement explicite et ont donc, par exemple, un registre du « oui ». Mais ce système à ses faibles- ses également, car dans ces pays peu de personnes font la démar- che de s’inscrire. Le sujet du don d’organes est difficile à aborder puisqu’il pose la question de la mort, et s’inscrire sur un fichier du « oui » est un acte fort qui en- gage le sujet. Elargir le cercle des donneurs vivants ? Dans ce contexte de pénurie d’organes, le législateur, dans la loi d’août 2004, a souhaité favori- ser la greffe à partir d’un donneur vivant. Selon la loi de 1994, les donneurs ne pouvaient être que des parents du 1er degré : parent, enfant, frère ou sœur et les époux uniquement en cas d’urgence. Depuis 2004, le cercle a été élargi aux personnes suivantes : Les greffes en chiffres En 2008 sur 4620 greffes : 2937 reins, 1011 foies, 360 coeurs, 196 poumons, 19 coeurs et poumons, 84 pancréas, et 13 intestins. 220 reins et 10 foies provenaient de donneurs vivants. enfant, frère ou sœur et les époux uniquement en cas d’urgence. puis 2004, le cercle a été élargi aux personnes suivantes : APO 22 total_corrigé.indd 12 06/12/2009 21:44:43
  • 2. Décembre 2009 / ANEMF.org n°22 - 13 les époux sans notion d’urgence, un grand-parent, l’oncle ou la tante, le conjoint du père ou de la mère et toute personne vivant depuis plus de deux ans avec le receveur. Pourtant, l’élargissement du cercle des donneurs n’a pas permis d’augmenter de façon importante le nombre de greffes. A ce jour, la pratique de la greffe à partir de donneurs vivants reste peu développée en France : en 2008, elle ne concerne que 5% des greffes. Donner un organe de son vivant à un ami Le don d’organes entre vivants est très développé dans les pays d’Europe du Nord, les États-Unis et le Canada : la restriction du don d’organes au cercle familial ne se retrouve pas dans les pays scandinaves et anglo-saxons. Ils reconnaissent ainsi la possibilité de faire un don à toute personne ayant « des relations affectives étroites » avec le receveur. Les pays latins, au contraire, se veulent plus restrictifs. Ils veulent protéger les citoyens contre les risques qui pourraient découler de la liberté de disposer de ses organes par exemple une source de revenu pour les plus démunis dans les pays défavorisés. Ainsi, devrait-on permettre le don entre amis ou même envisager la possibilité d’un don totalement altruiste et anonyme ? Un donneur pourrait alors donner un organe de son vivant de façon anonyme et gratuite à un receveur qu’il ne connaît pas. Au regard de l’expérience de certains pays étrangers et du bilan d’application de la loi de 2004, la question de la création d’un registre du « oui » ainsi que la possibilité d’un élargissement complémentaire du cercle des donneurs vivants sont donc à nouveau posées. La révision des lois de bioéthique, prévue en 2010, apportera, on l’espère, de nouveaux éléments pour faire face à la pénurie d’organes. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter le site de l’Agence de Biomédecine http://www.dondorganes.fr/, ainsi que l’étude « Discussion sur le consentement présumé ou explicite pour le don d’organes » de David Rodríguez-Arias Vailhen, d’avril 2009 disponible sur www.ethique.inserm.fr. Aurore Crastes, CM Santé Mondiale de l’ANEMF Quelle est la différence entre le don d’organes et le don de son corps à la science ? Le don d’organes est, lui, destiné à sauver directement des vies humaines par la gref- fe. Les organes sains sont pré- levés par une équipe médico- chirurgicale dans le plus grand respect du défunt Après l’acte de prélève- ment, le corps est rendu aux proches du donneur pour leur permettre d’organiser les ob- sèques comme ils le souhai- tent. Il n’entraîne aucun frais pour la famille. Donner son corps à la scien- ce revient à léguer son corps à la faculté pour assurer la for- mation des futurs médecins. Le corps n’est jamais rendu à la famille et des frais doivent être payés pour l’incinération ultérieure. Pour donner son corps à la science, il faut en faire la de- mande écrite et signée à une faculté de médecine disposant d’un service de don du corps. Pour donner ses organes après sa mort, il faut faire connaître cette colonté à son entourage. APO 22 total_corrigé.indd 13 06/12/2009 21:44:53