Graphisme

371 vues

Publié le

Présentation des outils de communication

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
371
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Graphisme

  1. 1. + Portfolio Graphisme
  2. 2. +  Création des outils de communication pour PLIM  Signature des mails Exemples de réalisation
  3. 3. + Flyers
  4. 4. + Outils de promotion
  5. 5. + Dossier de presse
  6. 6. + Exemples de réalisation  Outil de promotion de l’agence Hémisphère Sud dans le cadre d’un appel d’offre (étiquette de boîte conserve)
  7. 7. + Exemples de réalisation  Projet d’études : créer une campagne d’affichage pour le lancement d’un parc animalier
  8. 8. + Exemples de réalisation  Mise en page de la plaquette commerciale de l’agence de conseil delCadi
  9. 9. +
  10. 10. + Exemples de réalisation  Mise en page du dossier de presse du Château de Larose Trintaudon DOSSIER DE PRESSE OsezlaraisonVIGNOBLE RESPONSABLE
  11. 11. + 4 UNE VALEUR SÛRE AU COEUR DU MÉDOC SITUE ENTRE PAUILLAC ET SAINT-JULIENß Ce vignoble créé de toutes pièces en 1838 par Henri Delaroze (alors maire de Saint Laurent Médoc), entre landes, bois, pins et ajoncs, s’étendait sur 15,95 hectares et s’intégrait dans un ensemble plus vaste de 217,88 hectares, le domaine Perganson. Au gré de différentes successions, son extension suivit. Le Château Larose Trintaudon résiste aux péripéties de l’histoire et parvient toujours à se relever. Aux années de gloire (il est considéré pendant tout le XIXe siècle comme l’un des plus beaux du Médoc) succèdent les années noires. Après deux épidémies (de phylloxéra et de mildiou) et une extravagante tentative de métamorphose en exploitation laitière (par l’un de ses propriétaires « gentleman farmer » russe) Larose Trintaudon se dirige petit à petit vers la ruine. RECONNU COMME UN CLASSIQUE DE L’APPELLATIONß Depuis 1986, année d’acquisition du Château Larose Trintaudon par les Assurances Générales de France (A.G.F devenu Allianz), ce vignoble planté sur de belles croupes graveleuses entre Pauillac et Saint-Julien, se fait une place parmi les grands. Sa superficie, considérée comme la plus vaste du médoc avec 225 hectares, et sa commercialisation de plus d’un million deux cent mille bouteilles par an révèlent d’années en années son potentiel exceptionnel. Élaboré avec les meilleurs soins, d’un rapport qualité-prix-plaisir particulièrement remarquable, ces crus bourgeois du Haut-Médoc sont désormais reconnus comme des classiques de l’appellation. 5 UNE HISTOIRE RICHE EN REBONDISSEMENTS DES DEBUTS PROMETTEURSß En 1719, à l’occasion d’une vente aux enchères, Jean-Pierre du Pontet devient propriétaire du domaine Perganson. Un siècle plus tard, un certain Henry Delarose hérite du domaine et commercialise son millésime sous deux marques : 80 tonneaux de Larose Perganson et pour la première fois 60 tonneaux de Larose Trintaudon. En 1858-1859, le Comte Ernest de Lahens entre en possession du domaine et fait construire à portée de regard du Château de Perganson (aujourd’hui en ruines), le Château de Trintaudon surmonté de sa tour si particulière. Dès la première édition de « Bordeaux et ses Vins » aux éditions Féret en 1850, Larose Trintaudon est classé en première position. Il produit alors 20 à 30 tonneaux. (à titre de comparaison, il faut savoir que la plupart des crus bourgeois, artisans et paysans produisent en moyenne 10 à 20 tonneaux.) Il est par la suite répertorié comme Cru Bourgeois puis comme Cru Bourgeois Supérieur (1874), classement qu’il conservera. Médaillé à plusieurs reprises (Médailles d’or et d’argent à l’Exposition universelle de Bordeaux de 1882, à l’Exposition de Paris de 1889, à l’Exposition d’Amsterdam en 1884), le « Grand Vin de Larose » était très apprécié des connaisseurs. En 1872 : le comte Ernest de Lahens agrandi son domaine par l’incorporation de la propriété du Pateau couvrant désormais une superficie de 345 hectares. DECLIN ET RENAISSANCEß Dès la fin du XIXème siècle, la propriété fait face à des évènements inattendus mêlant à la fois une mauvaise gestion du patrimoine et des causes naturelles destructrices (phylhoxéra, mildiou). C’est ainsi que la « valse » de la vente des châteaux a commencé, entraînant destruction,

×