Il existe quatre formes principales de cannibalisme criminel :   le cannibalisme sexuel   le cannibalisme d’agression   le...
Le jeune Paul sembla bien supporter la situation : il était poli, bien élevé, bon à l’école, un peu timide, et s’étaitenga...
pouvait plus ressentir du plaisir qu’en violant. Il fallait que toutes les femmes lui soient soumises. Sa réputation fit l...
En octobre 1987, Karla se rendit à une convention avec une amie. Elle rencontraPaul Bernardo, 23 ans, dans un café, lui au...
Mais les enquêteurs mirent ce témoignage de côté, considérant qu’il était le résultat d’une hystérie provoquée par leviol....
aussi logique.Alors que la plupart des gens faisaient les magasins et préparaient les vacances de Noël, Paul Bernardo et K...
beaucoup et il perdait avec elle la possibilité de réaliser ses fantasmes de viol sur une vierge.Karla, elle, bien que sin...
Leslie Mahaffy n’avait que 14 ans quand elle tomba entre les griffes de Paul Bernardo, au milieu de la nuit du 15 juin1991...
Le même jour, en fin de soirée, un couple faisait du canoë sur le lac Gibson lorsqu’ils cognèrent contre un bloc debéton d...
dût également visionner la vidéo que Paul avait faite alors qu’il découpait Leslie Mahaffy en morceaux.Lorsque Paul Bernar...
"violeur de Scarborough". Huit jours plus tard, on leur apprit que les examens supplémentaires du sang et de lasalive de B...
étrangement à celle que Kristen French portait lorsqu’elle avait été enlevée.Des policiers de Toronto interrogèrent Karla ...
Le 28 juin 1993, son procès commença. Elle avait pris soin de se vêtir de façon"correcte" : un mois plus tôt, lors de sa p...
En avril 1994, on annonça que l’audience préliminaire de Bernardo n’aurait pas lieu et qu’on allait directement passerau p...
Leslie et de Kristen étaient diffusées, il devint évident que Bernardo était un abominable pervers sexuel.Karla Homolka fu...
Les terribles cassettes vidéo furent détruites en décembre 2001, après une longue bataille juridique menée par lesfamilles...
ne pas posséder d’arme à feu. Elle aurait également dû subir un test d’ADN avant sa sortie de prison et ne pas seretrouver...
Leslie Mahaffy (14 ans)Enlevée le 14 juin 1991 à une centaine de mètres de chez elle.Torturée, violée et étouffée.Son corp...
sexuelle, pénétrant la dernière avec ses doigts... Elles le décrivaient comme un jeune homme soigné, qui avait debelles de...
rétablir cette image d’homme parfait, aux yeux des autres et à ses propres yeux. Il a répété à Karla qu’il haïssait samère...
parlant d’occultisme, de rituels sataniques et d’histoires d’horreur. Dans l’agenda d’une amie de l’école secondaire,elle ...
qu’elle était une psychopathe dangereuse.On sait par contre qu’elle n’a pas exprimé de remords pour sa participation aux c...
CITATIONS "Le procès... Ça a été comme si ma fille mourait une seconde fois. Pour moi, il y a un sentiment constant de per...
Inexpliqué :Elles tuent pour des raisons totalement inexplicables ou très peu compréhensibles. Parfois, on devrait les jug...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cannibalisme 1

492 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
492
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cannibalisme 1

  1. 1. Il existe quatre formes principales de cannibalisme criminel : le cannibalisme sexuel le cannibalisme d’agression le cannibalisme spirituel et rituel le cannibalisme épicurien / nutritionnelLe cannibalisme épicurien ou nutritionnel est motivé par un amour du goût de la chair ou pour l’appréciation de savaleur nutritionnelle. Cette forme de cannibalisme est sans doute la plus rare. Elle est souvent considérée commeune "sous-motivation" d’autres formes de cannibalismes, comme le cannibalisme sexuel ou le cannibalisme desurvie. Bien qu’il soit rare, plusieurs affaires célèbres peuvent être incluses dans cette catégorie.NOMS : PAUL BERNARDO ET KARLA HOMOLKASURNOM : "KEN ET BARBIE"NES LE : PAUL BERNARDO EST NE LE 27 AOUT 1964, A TORONTO (CANADA). KARLA HOMOLKA EST NEE LE 4 MAI 1970 A PORTCREDIT, PRES DE TORONTO (CANADA)MORTS LE : TOUJOURS VIVANTS TOUS LES DEUX. BERNARDO EST EMPRISONNE AU PENITENCIER DE KINGSTON.HOMOLKA A ETE LIBEREE EN 2005.On les a surnommés "Ken et Barbie" parce qu’ils étaient jeunes, beaux, blonds... et superficiels. Il voulait desesclaves sexuelles à violer, elle les lui fournissait sur un plateau "par amour". Ce couple de Canadiens, mariés, biensous tout rapport, habitant aux alentours de Toronto, a violé au moins 20 femmes, et assassiné 3 adolescentes, dontla propre soeur de Karla. Et, vu les lenteurs de la police, ils n’auraient peut-être jamais été arrêtés si Bernardo n’avaitfini par se lasser d’Homolka et s’était mis la battre, ce qu’elle n’a pu supporter venant de son "chéri".INFORMATIONS PERSONNELLESLa mère de Paul avait été adoptée par un éminent avocat de Toronto, Gerald Eastman, et avait été élevée par desparents doux et heureux.Son époux, Kenneth Bernardo, était fils d’un immigré italien, un homme brutal avec son épouse et ses enfants.Marylin et lui se marièrent en 1960 et s’installèrent dans le quartier de Scarborough, à Toronto. Mais le mariage battitrapidement de l’aile. Tout comme son père, Kenneth Bernardo battait sa femme. Après avoir donné naissance à ungarçon et une fille, Marylin trouva refuge dans les bras d’un ex-petit-ami. Paul fut un enfant illégitime.Le père de Paul l’apprit, mais ne s’en offusqua pas et accepta de reconnaître l’enfant. Il voulait peut-être se fairepardonner ses propres "écarts" : c’était un voyeur et il avait presque violé une fillette.Marylin, dépressive, prit énormément de poids, cessa de s’occuper de sa maison et de ses enfants, et s’enfermadans le sous-sol de leur maison. Kenneth Bernardo, lui, travaillait beaucoup. Les enfants Bernardo se retrouvaientsouvent seuls.Pourtant, pour qui ne connaissait pas l’intimité de la famille, elle semblait heureuse. Les Bernardo partaient souventen vacances, il y avait une piscine dans le jardin, de jolies bicyclettes pour les enfants...
  2. 2. Le jeune Paul sembla bien supporter la situation : il était poli, bien élevé, bon à l’école, un peu timide, et s’étaitengagé chez les scouts. En grandissant, il s’impliqua encore plus dans le scoutisme (une famille de substitution ?) ettravailla comme conseiller pour les enfants durant l’été. Les enfants l’adoraient et il aimait passer du temps avec eux.Les adolescentes l’aimaient également. Il était beau, timide et romantique.Il était également intelligent et travaillait bien au lycée. Il voulait "devenir quelqu’un" et réussir dans la vie.Mais chez Paul comme pour la famille Bernardo, il existait des craquelures dans l’image idyllique. Paul s’était mis àmépriser sa mère. Il se rangeait peu à peu à l’avis de son père, qui lui répétait que les femmes "doivent rester à leurplace". Il se mit à se plaindre de la nourriture et de la manière dont sa mère le traitait. Il accusa sa soeur d’être la"favorite" de sa mère.A 16 ans, Paul se disputa violemment avec sa mère, et celle-ci, dans sa rage, lui révéla qu’il était un enfant illégitime.Paul ne s’en remit jamais. Il fut littéralement anéanti par le fait que sa mère lui ait menti, que sa propre existence soitbasée sur un mensonge. Il se mit à insulter sa mère, la traitant de "putain". Elle lui répondait en le traitant de "bâtard",reportant sans doute sur son fils la haine qu’elle éprouvait pour son époux.Quant à son père, Paul apprit qu’il violait sa soeur depuis des années.Son attitude en général, et plus particulièrement envers les femmes, changea radicalement. Il se lia d’amitié avecune bande de petits voleurs, machos et violents, qui couchaient avec des filles faciles. Son opinion des femmesempira.Il trouva un petit boulot dans la société Amway. Scott Burnside et Alan Cairns dans "Deadly Innocence" décriventcomment Paul fut profondément influencé par les choses qu’il apprit grâce aux personnes qui le recrutèrent. « Paulutilisa les techniques d’Amway dans bien des facettes de sa vie, pas seulement la vente et les affaires, maiségalement dans ses relations personnelles. Il acheta les livres et les cassettes de célèbres experts du "devenez richeet célèbre"... Bien que Paul ne gagna pas beaucoup d’argent chez Amway, la philosophie qu’il adopta grâce à cetteentreprise hautement capitaliste justifia ses propres désirs grossiers et égoïstes. » Il abandonna ses anciens amis etadopta une attitude supérieure.Avec les nouveaux amis de sa bande, il passa ses nuits dans les bars pour embobiner des jeunes filles avec sesmensonges de futur millionnaire et coucher avec elles. Lors de sa première année à l’université, il développa des fantasmes sexuels violents etpervers. Lui qui avait été un amant prévenant et gentil, se mit à battre ses petites amies, à les humilier en public. Il ne
  3. 3. pouvait plus ressentir du plaisir qu’en violant. Il fallait que toutes les femmes lui soient soumises. Sa réputation fit letour de l’université et, rapidement, plus aucune fille ne l’approcha.Il commença également à trafiquer différents objets pour augmenter ses revenus, notamment des cigarettes. Ilvoulait toujours posséder les derniers vêtements à la mode, et il avait besoin de beaucoup d’argent.En 1987, Paul obtint son diplôme et trouva un emploi de comptable dans une grande société. Là aussi, les femmes lefuirent dès que sa réputation fut faite.En mai de la même année, il commit son premier viol dans son quartier natal de Scarborough, sur une femme de 21ans, qu’il sodomisa et brutalisa.Karla Homolka était la fille d’un couple de petits bourgeois tranquilles et aimants, Karel et Dorothy Homolka. Karelavait fui la dictature tchécoslovaque et s’était installé aux USA, où il avait épousé Dorothy et avait créé une petitesociété avec des amis. Son seul défaut était qu’il était un peu porté sur la boisson.Karla avait deux soeurs, Tammy et Lori, avec qui elle s’entendait bien. Blonde aux yeux bleus, mignonne, elle sedébrouillait bien à l’école, où elle était appréciée. Elle faisait partie d’une chorale. Tout le monde savait qu’elle adoraitles animaux et en ferait sûrement son métier. Elle invitait souvent des amis dans la maison familiale, ils discutaient etécoutaient de la musique.Elle se mettait très rarement en colère. Elle avait pourtant un caractère entier et ne faisait rien à moitié : avec elle,c’était tout ou rien.Mais rien ne semblait clocher dans sa vie ou sa personnalité.À la fin du lycée, toutefois, son comportement changea et elle se mit à moins travailler en classe. Elle sortait avecune bande d’amis qui séchaient parfois les cours et buvaient un peu trop. Les parents Karla pensèrent que sonattitude était liée à la "crise de l’adolescence".Avant de rencontrer Paul Bernardo, bien qu’intéressée par les garçons, elle n’était pas sortie avec beaucoup d’entreeux. Elle aima un jeune homme qui repartit chez lui, dans le Kansas. Contre l’avis de ses parents, Karla lui renditvisite et, à 17 ans, elle eut sa première expérience sexuelle.À 17 ans, elle travaillait dans une clinique vétérinaire comme assistante et semblait être une jeune fille "bien soustout rapport", sans aucun problème.
  4. 4. En octobre 1987, Karla se rendit à une convention avec une amie. Elle rencontraPaul Bernardo, 23 ans, dans un café, lui aussi avec un ami. Les filles invitèrent les garçons dans leur chambre pourregarder la télé... À la grande surprise de son amie, Karla coucha avec Paul dès ce soir-là, alors que l’amie de Karlaet celui de Bernardo étaient assis, terriblement gênés, à quelques mètres. Karla Homolka expliqua plus tard à sonamie qu’elle avait su immédiatement qu’ils allaient se marier parce qu’elle était tout de suite tombée amoureuse delui...Paul Bernardo, qui fantasmait sur les adolescentes, manipula facilement la jeune Karla. Il commença par la taquiner,puis arriva en retard à leurs rendez-vous et finalement lui fit réaliser tous ses fantasmes sexuels.Il avait toujours voulu avoir quelqu’un complètement en son pouvoir, comme son père le faisait avec sa mère. Sonrêve se réalisait.Ils devinrent sexuellement obsédés l’un par l’autre. Au contraire des autres filles qui le fuyaient, Karla encourageait lecomportement sadique de Paul. Il lui annonça qu’il avait commencé à violer des femmes dans le quartier deScarborough. Karla lui répondit que c’était "cool" ! En 1988, il avait violé au moins 13 jeunes femmes et n’avait aucune envie de s’arrêter. La policetournait en rond, bien que les enquêteurs aient prélevé des échantillons de spermes et d’autres preuves physiquessur les victimes.Ils possédaient également un très bon portrait-robot, établi grâce aux témoignages de certaines victimes. Toutefois,ils ne le diffusèrent que dans les autres départements de police du Canada et ne le dévoilèrent pas à la populationlocale !En fait, il ne fut diffusé dans les médias qu’en mai 1990 et les policiers furent immédiatement submergés d’appels.Karla savait que Paul était le "violeur de Scarborough" et, au lieu de le dénoncer, elle l’encourageait.L’une des victimes expliqua aux policiers qu’elle avait vu une femme avec le violeur, et qu’elle avait un caméscope.
  5. 5. Mais les enquêteurs mirent ce témoignage de côté, considérant qu’il était le résultat d’une hystérie provoquée par leviol...ll est évident que le portrait-robot ressemblait énormément à Bernardo. En 1990, des amis et des collèguescontactèrent la police, qui alla rendre visite à Bernardo. Il semblait si poli et sympathique que les enquêteurs eurentdu mal à le soupçonner. Ils lui demandèrent malgré tout des échantillons de sang, de salive et de cheveux afin deprocéder à des tests sanguins et ADN. Mais 230 autres hommes avaient fourni des échantillons, et il fallut beaucoupde temps pour réaliser tous les tests ADN.CRIMES ET CHATIMENTS En 1990, ils se fiancèrent. Karla était folle de joie. Pour elle, Paul Bernardo était beau,sophistiqué, intelligent, et... il avait de l’argent. Leur mariage allait être superbe, leurs familles et leurs amis nel’oublieraient jamais. Ses rêves d’adolescentes se réalisaient...Paul était aux yeux de Karla un être unique et parfait. Même sa "sauvagerie" au lit lui plaisait et elle acceptait toutesles demandes de son fiancé, même les plus humiliantes.Paul Bernardo, lui, était très contrarié par le fait que Karla n’était plus vierge et le lui reprochait. Elle aurait dûattendre et rester pure pour lui.Il demanda alors à Karla, comme si c’était tout naturel, de se débrouiller pour qu’il puisse prendre la virginité de sajeune soeur, Tammy, sans qu’elle le sache... ou n’y consente. Il lui demanda tout simplement de la laisser violer sasoeur.Au début, Karla Homolka refusa, mais Paul insista tellement qu’elle finit par se convaincre qu’elle était responsablede son mécontentement et qu’elle devait réparer son erreur. La volonté de Bernardo de filmer le viol lui sembla tout
  6. 6. aussi logique.Alors que la plupart des gens faisaient les magasins et préparaient les vacances de Noël, Paul Bernardo et KarlaHomolka planifiaient tranquillement le viol de Tammy, comme si de rien n’était.Karla Homolka travaillait pour une clinique vétérinaire et avait accès aux drogues et aux calmants qui étaient utiliséssur les animaux. Elle ramena chez elle une bouteille de Halothane, un sédatif deux fois plus fort que le chloroforme etquatre fois plus efficace que l’éther, qui peut être dangereux pour le foie et les muscles. Elle avait aussi "emprunté"quelques comprimés de Halcion, un puissant somnifère qui ne doit pas être mélangé avec de l’alcool. Il existaitcertains risques car elle ne possédait pas l’équipement approprié.Mais Karla se dit qu’elle allait verser du halothane sur un bout de tissu puis le poser sur le visage de sa soeur. Ellevérifierait simplement que Tammy respirait régulièrement. Karla avait tout préparé et organisé.Paul Bernardo réduisit les cachets de Halcion en poudre et les versa dans le verre de Tammy, alors que toute lafamille Homolka regardait un film à la télé, dans la nuit du 23 décembre 1990. Peu après que ses parents soientmontés dans leur chambre pour dormir, laissant Tammy, Karla et Paul dans la chambre d’ami du sous-sol pour qu’ilsregardent un autre film, Tammy sombra dans l’inconscience.C’était le moment qu’ils attendaient, et Paul ne perdit pas de temps : il ordonna à Karla de prendre le halothane et decommencer à filmer avec le caméscope.Paul et Karla couchèrent l’adolescente inconsciente sur le sol et Karla pressa un tissu imbibé de halothane contre sabouche et son nez. Paul la déshabilla, puis la viola. Il ordonna ensuite à Karla de caresser sa soeur, lui indiquantexactement ce qu’il voulait qu’elle fasse. Pendant tout ce temps, le caméscope filmait tout. Paul tourna Tammy sur leventre et la sodomisa. C’est là qu’il remarqua qu’elle ne respirait plus et qu’elle avait vomi.Paul et Karla rhabillèrent Tammy, puis appelèrent une ambulance, mais il était déjà trop tard. L’adolescente mourutavant même de parvenir à l’hôpital.Karla et Paul ne furent aucunement suspectés de la mort de Tammy. Elle avait bu et, bien qu’il y ait une marqueétrange sur son visage - à cause du tissu imbibé de halothane - sa mort fut imputée à un étouffement : elle avaitinspiré ses vomissures dans ses poumons, avait suffoqué et était morte. Selon les récits de toute la famille, Paul fut complètement dévasté quand onlui apprit que Tammy était morte. Non pas qu’il se sentit coupable ou qu’il aimait Tammy, mais elle l’excitait
  7. 7. beaucoup et il perdait avec elle la possibilité de réaliser ses fantasmes de viol sur une vierge.Karla, elle, bien que sincèrement peinée durant les funérailles, se préoccupa rapidement des effets que la mort deTammy pourrait avoir sur ses projets de mariage. Ses parents pensaient qu’il ne serait pas approprié de célébrer legrand mariage festif qui avait été prévu, vu la situation.Cela rendit Karla presque malade.Elle n’était déjà pas très heureuse que Paul ne soit plus le bienvenu en tant qu’hôte dans la maison de ses parents.Ce n’est pas qu’on le soupçonnait de quoi que ce soit, au contraire, mais le reste de la famille ne se sentait pas àl’aise quand il était là, alors qu’ils portaient le deuil. Lorsqu’on lui demanda gentiment de rentrer chez lui, KarlaHomolka partit avec lui.Dans leur nouvelle maison, à Port Dalhousie, ils érigèrent un autel consacré à Tammy, et Paul présenta souvent desphotos d’elle aux invités, leur racontant combien tout le monde l’avait aimé...Peu de temps après le mort de Tammy, Paul et Karla passèrent une soirée dans la chambre de la défunte. Karlarevêtit des vêtements ayant appartenus à sa soeur et ils couchèrent ensemble. Cet épisode fut filmé par leurcaméscope (... et utilisé contre Bernardo durant son procès).Bernardo était extrêmement satisfait de s’être sorti de ce mauvais pas, sans être même soupçonné, ce qui ne fit querenforcer son envie de continuer. De plus, la complète coopération de son esclave sexuelle soumise, Karla, luiprouva qu’il pouvait compter sur elle pour l’aider à réaliser ses fantasmes pervers.Bernardo abandonna son emploi. Ses seuls revenus lui provenaient à présent du trafic de cigarettes entre le Canadaet les États-Unis, qu’il transportait dans sa voiture.Bernardo était toujours ennuyé par la mort de Tammy et la reprochait souvent à Karla. Dans l’espoir de se fairepardonner, Homolka voulut trouver une autre fille qui remplacerait sa soeur. Elle connaissait une adolescente de 15ans, Jane, qui ressemblait beaucoup à Tammy. Jane idolâtrait Karla et accepta avec plaisir son invitation chez elle,en l’absence de Paul.Elles mangèrent puis passèrent des heures à discuter alors que Karla lui faisait boire des verres d’alcool remplisd’Halcion. Lorsque Karla fut certaine que Jane avait sombré dans l’inconscience, elle appela Paul Bernardo, quiarriva rapidement. Il fut ravi de voir à quel point Jane ressemblait à Tammy... et qu’elle était vierge. Ils déshabillèrentl’adolescente et Paul filma Karla qui la caressait et la léchait. Puis, il la viola et la sodomisa. Satisfait, il ordonna àKarla de nettoyer le sang, de laver Jane et de la mettre au lit.Le lendemain, Jane eut la nausée et des douleurs, mais ne comprit pas ce qui s’était passé. Le couple l’a laissarentrer chez elle.CRIMES ET CHATIMENT (SUITE)
  8. 8. Leslie Mahaffy n’avait que 14 ans quand elle tomba entre les griffes de Paul Bernardo, au milieu de la nuit du 15 juin1991. Elle était née le 1er juillet 1976, un "bébé miracle", selon sa mère qui avait eu un cancer des ovaires et n’auraitjamais dû avoir d’enfant. Elle était intelligente et sympathique, mais, arrivée à l’adolescence, comme beaucoup, ellese rebella et fit même des fugues. Classiquement, elle voulait rester dehors, à s’amuser toute la nuit avec ses amis,elle négligeait ses devoirs et séchait les cours.La nuit où elle disparut, elle était sortie avec des amis et, lorsqu’elle rentra chez ses parents, à 2 heures du matin,elle trouva la porte fermée. Elle marchait autour de sa maison, cherchant un moyen d’entrer sans réveiller sesparents, lorsqu’elle rencontra Paul Bernardo, entièrement vêtu de noir, avançant dans son jardin.Elle lui demanda ce qu’il faisait là et il lui répondit tout simplement qu’il rôdait dans le voisinage pour cambrioler desmaisons. Leslie, rebelle et naïve, n’y vit pas de problème. Elle lui demanda s’il avait une cigarette, il répondit parl’affirmative et dit qu’elles étaient dans sa voiture. Elle le suivit jusque-là, il la convainquit de monter sur le siègepassager, puis il la menaça avec un couteau. Il le pointa sur sa gorge, démarra et fonça dans la nuit.Il lui banda les yeux avec un pull à col roulé et la conduisit jusqu’au "petit nid d’amour" qu’il partageait avec Karla.Celle-ci dormait, mais Paul était tellement excité par sa prise qu’il la réveilla pour s’en vanter. Il dit à Karla de resterdans sa chambre, à l’étage. C’était temporaire, évidemment, car il avait l’intention de faire participer Karla à tous les"jeux" qu’il prévoyait pour sa captive. Karla se rendormit, tout simplement.Paul déshabilla Leslie, alluma son caméscope et la viola. Ses cris réveillèrent Karla, qui se joignit à son fiancé. Il luiindiqua ce qu’elle devait faire, puis lui confia le caméscope pour qu’elle le filme alors qu’il sodomisait l’adolescente.Cette fois-ci, le couple n’avait pas l’intention de laisser leur victime partir. Paul l’étouffa et la démembra avec une scieélectrique. Il plaça les morceaux dans des boîtes remplies de ciment frais. Quelques jours plus tard, le 29 juin 1991, Paul et Karla se marièrent. Un mariage très"clinquant" : il eut lieu dans une église située près du lac Niagara, non loin des chutes du même nom. Karla portaitune robe en mousseline et Paul était vêtu de blanc. Ils quittèrent l’église dans une calèche tirée par des chevauxblancs. Ils avaient tout prévu : le champagne, la musique, un faisan farci...Paul Bernardo avait pris soin de régler les détails et avait même demandé au pasteur de les déclarer "homme etépouse" et non pas "mari et femme". Il fut déçu par le cadeau de mariage des parents de Karla, « pas assez cher »,et leur en voulut beaucoup même s’il ne le montra pas ouvertement.
  9. 9. Le même jour, en fin de soirée, un couple faisait du canoë sur le lac Gibson lorsqu’ils cognèrent contre un bloc debéton d’où émergeaient des morceaux de chair et d’os. Ils contactèrent un ami qui les aida à sortir le bloc de l’eau. Ilsreconnurent alors un pied et un mollet, et appelèrent la police.Les enquêteurs sortirent quatre autres blocs du lac. Comme l’eau était peu profonde à cet endroit, les policierspensèrent que l’assassin ne devait pas connaître la région, car il aurait plutôt jeté les blocs de béton depuis le pont,plus loin, là où l’eau était bien plus profonde...Leslie Mahaffy fut identifiée grâce à ses dents.Après une lune de miel d’une semaine à Hawaï, Paul et Karla Bernardo retournèrent chez eux et reprirent leur vie.Mais Bernardo, privé de son divertissement préféré, était enclin à la mauvaise humeur. Karla, l’épouse dévouée,demanda à Jane de venir chez eux. Mais Jane était loin d’être l’esclave sexuelle idéale. D’abord, la jeune fille lescontraria en refusant de laisser Bernardo coucher avec elle (Jane pensait qu’elle était encore vierge). La fellationétait la seule chose qu’elle accepta de faire.Puis, elle parla de Paul à son professeur d’équitation, qui en parla à la mère de Jane. Le résultat fut que Paul et Karlaeurent moins d’occasions de s’amuser avec Jane...Une nuit, les choses dérapèrent à nouveau avec le halothane et Jane arrêta de respirer quelques minutes. Bernardoet Homolka en furent terrifiés et décidèrent de ne plus "inviter" Jane chez eux.Paul et Karla se refermèrent sur eux-mêmes. Les rares amis qui venaient chez eux savaient que Bernardo avaitmauvais caractère et que Karla faisait tout ce qu’il voulait. Il pouvait la traiter comme une esclave ou comme unereine, claquant des doigts pour obtenir à boire ou la couvrant de robes et de bijoux. Il était extrêmement possessif,mais Karla l’était aussi.Le 30 novembre 1991, la vive et jolie Terri Anderson, 14 ans, disparut.Le 16 avril 1992, Kristen French, 15 ans, fut enlevée sur le parking d’une église, devant sept témoins. Karla Homolkaavait fait semblant de s’être perdue et avait demandé son chemin à l’adolescente, l’attirant vers la voiture. Alors queKristen regardait la carte de Karla par la fenêtre, Bernardo avait surgi avec un couteau et l’avait forcé à entrer dans levéhicule.Ils la ramenèrent chez eux et la torturèrent durant trois longues journées.Kristen accepta de faire tout ce que le couple lui demanda, espérant que sa coopération pourrait les pousser à larelâcher. Mais plus elle coopérait et plus Bernardo devenait sadique. Il la viola plusieurs fois, urina sur elle, l’insulta etla força à manger ses propres cheveux après que Karla les ait coupés. Il lui coupa également les ongles afin que sapeau à lui ne puisse être découverte et analysée puis utilisée comme preuve par la suite.Le couple la força même à regarder son père, Doug French, suppliant ses ravisseurs de la libérer, à la télévision. Elle
  10. 10. dût également visionner la vidéo que Paul avait faite alors qu’il découpait Leslie Mahaffy en morceaux.Lorsque Paul Bernardo se fut lassé de Kristen, il l’étrangla avec un câble électrique. Il viola le corps de l’adolescente,encore une fois.Tout, absolument tout fut filmé avec le caméscope.Bernardo abandonna le corps de Kristen French sur la route de Burlington, non loin du cimetière où était enterréLeslie Mahaffy.Le corps nu de Kristen fut découvert le 30 avril 1992 dans un petit dépôt d’ordures.Les enquêteurs créèrent une force spéciale, la "Green Ribbon Task Force", qui allait se consacrer uniquement aumeurtre de Kristen French. Leur quartier général fut établi à St Catherine. On demanda également l’aide du FBI.A la même époque, les 230 tests sanguins dans l’enquête sur le violeur de Scarborough avaient enfin été accomplis.Seuls 5 des 230 échantillons correspondaient au groupe sanguin du violeur. Paul Bernardo était l’un des cinq.Des tests supplémentaires, analysant l’ADN, furent donc demandés sur ces 5 échantillons. Mais à cette époque, le"violeur de Scarborough" ne faisait plus parler de lui et l’affaire n’avait plus ni l’urgence ni la gravité qu’elle avait en1990.Les échantillons furent donc placés en bas de la pile. Peu après, une dame contacta la police pour expliquer qu’elle avait été témoind’une lutte entre un homme et une jeune femme brune, dans une voiture, là où Kristen French avait été enlevée. Ellepensait que le véhicule était une Chevrolet Camaro. Les enquêteurs commencèrent alors à rechercher tous lespropriétaires de Camaro de la région.Pendant ce temps, les enquêteurs de la Task Force suivaient toutes les pistes. Ils reçurent plusieurs appelsconcernant Paul Bernardo et décidèrent de lui rendre visite. Il reçut poliment les policiers, fut très accueillant et admitqu’il avait été soupçonné dans l’affaire du violeur de Scarborough, mais uniquement parce qu’il lui ressemblaitphysiquement. Les enquêteurs notèrent que Bernardo était très coopératif et qu’il conduisait une Nissan couleur orqui ne ressemblait en rien à une Camaro.Ils contactèrent néanmoins leurs collègues de Toronto et leur demandèrent les résultats de leurs enquêtes sur le
  11. 11. "violeur de Scarborough". Huit jours plus tard, on leur apprit que les examens supplémentaires du sang et de lasalive de Bernardo n’avaient pas encore été réalisés...Le 23 mai 1992, on retrouva le corps de Terri Anderson dans le lac Ontario, à Port Dalhousie. Excellente élève,populaire auprès de ses camarades, elle n’avait jamais eu aucun problème. Aussi ses parents furent-ils très surprislorsqu’on leur apprit que Terri s’était accidentellement noyée après avoir bu de la bière et avoir pris du LSD. Lemédecin légiste avait établi la cause de la mort avec beaucoup de difficulté, car le corps de Terri était resté dansl’eau pendant 6 mois. Ses parents et ses amis refusèrent de croire que sous l’influence de quelques bières et d’unpeu d’acide, et dans un état d’engourdissement que ni elle ni ses amis n’avaient remarqué, avait avancé dans leseaux glacées de novembre du Lac Ontario et s’était noyée...On ne sut jamais qui avait tué Terri Anderson et aucune preuve suffisante ne fut présentée au procès de Bernardopour que l’on puisse l’accuser de son meurtre.Paul Bernardo et Karla Homolka passaient entre les mailles du filet et semblaient avoir une chance insolente.Mais leur vie n’allait pas bien pour autant. Paul frappait régulièrement Karla. Sa mère, Marylin, voyait un psychiatre etson père, Kenneth, avait été condamné à 9 mois de prison pour "agression sexuelle sur mineur". Le 6 janvier 1993, lors d’une terrible querelle, Paul Bernardo frappa violemment Karla avec unelampe-torche. Les blessures furent si graves qu’elle fut admise d’urgence à l’hôpital général de St Catherine. Sesparents lui rendirent visite et, la voyant dans cet état, la convainquirent de quitter Bernardo et de porter plainte.Elle alla s’installer chez son oncle et sa tante afin que Bernardo (qui ne les connaissait pas) ne puisse la localiser.Le lendemain, Paul Bernardo fut arrêté par la police, inculpé de coups et blessures, et relâché.Il était fou de rage et, en représailles, il fit changer toutes les serrures de leur maison.En février 1993, le laboratoire forensique de Toronto analysa enfin l’échantillon de sang de Paul Bernardo. Les testsconclurent qu’il était bien le "violeur de Scarborough".Les enquêteurs placèrent Bernardo sous surveillance. Ils apprirent rapidement qu’il avait été inculpé de coups etblessures sur son épouse, Karla. La police de Toronto et la Task Force voulurent interroger Karla. Ils voulurentégalement prendre ses empreintes digitales et l’interroger sur une montre Mickey en sa possession, qui ressemblait
  12. 12. étrangement à celle que Kristen French portait lorsqu’elle avait été enlevée.Des policiers de Toronto interrogèrent Karla durant cinq heures. Ils lui apprirent qu’ils avaient relié les viols deScarborough aux meurtres de French et Mahaffy. Homolka se montra charmante, voir charmeuse, mais n’admit rienface aux enquêteurs. Elle avoua par contre à son oncle que Paul Bernardo était bien le "violeur de Scarborough" etl’assassin des deux adolescentes. Son oncle lui conseilla de prendre un avocat, ce qu’elle fit.Elle demanda à George Walker de la défendre et il accepta. Mais à mesure de ses nombreuses entrevues avecKarla, George Walker réalisa qu’elle n’était pas nécessairement l’innocente victime qu’elle voulait dépeindre.Cependant, il ne comprenait pas vraiment, à ce moment-là, quel rôle exact elle avait eu dans ses crimes.Il tenta de passer un marché afin de protéger sa cliente. Il chercha d’abord à obtenir une immunité totale en échangede la coopération complète de Karla, mais comprit rapidement qu’il n’y parviendrait pas.Le 17 février 1993, Paul Bernardo fut arrêté puis inculpé de 43 viols et agressions sexuelles.Il venait de changer de nom, demande qu’il avait fait des mois auparavant, par convenance personnelle. Il s’appelaità présent Paul Teale.A la mi-février, l’avocat de Karla et Murray Segal, du bureau du procureur, parvinrent à un accord (un "plea bargain",en droit anglo-saxon), qu’ils rendirent public. Karla allait être condamnée à 12 ans de prison pour les meurtres dedeux victimes, Leslie Mahaffy et Kristen French. Elle pourrait être libérée sur parole au 1/4 de sa peine si elle seconduisait bien. En échange, Karla s’engageait à dire absolument toute la vérité sur sa participation aux crimes ettout ce qu’elle savait sur eux.Le 19 février, la police fouilla la maison de Paul et Karla Bernardo. Grâce aux indications de Karla, les enquêteurssaisirent une grande quantité de preuves. Ils emmenèrent tout, des canalisations des toilettes à l’évier de la cuisine.Ils découvrirent que Bernardo avait gardé le compte, par écrit, de tous ses viols à Scarborough.Ils trouvèrent également une collection de livres et des vidéos sur les déviations sexuelles, la pornographie et lestueurs en série : certains appartenaient à Bernardo, d’autres à Karla Homolka.Ils mirent également la main sur une courte vidéo montrant Karla en train de coucher avec deux prostituées, sous lesencouragements de Bernardo.En mars 1993, Karla fut admise dans un hôpital psychiatrique pour une évaluation. On lui donna de lourdes doses decalmants. Elle trouva la force d’écrire une lettre à ses parents et à sa soeur, Lori, où elle leur expliqua que Paul etelle étaient « responsables de la mort de Tammy ». « Il m’a menacée physiquement et m’a abusée émotionnellementlorsque j’ai refusé ».Cette image de femme apeurée et soumise était celle qu’elle allait toujours présenter par la suite.
  13. 13. Le 28 juin 1993, son procès commença. Elle avait pris soin de se vêtir de façon"correcte" : un mois plus tôt, lors de sa première apparition devant le juge, elle était habillée comme une adolescentedélurée et non une jeune femme de 23 ans. Elle avait toutefois gardé son maquillage criard.Le rapport psychiatrique incarna la base du "plea bargain". Le psychologue de Karla, le docteur Malcolm, conclut queKarla « savait ce qui se passait, mais se sentait totalement impuissante et incapable d’agir pour se défendre elle-même ou qui que ce soit d’autre. Elle était, selon moi, paralysée par la peur et, dans cet état, elle est devenueobéissante et s’est occupée d’elle seule ».Le procureur Murray Segal, lui, lut durant 25 minutes une litanie d’agressions, des viols et de tortures plus choquantsles uns que les autres. Selon les journalistes, « c’était un catalogue de dépravation et de mort ».Les mères de Leslie Mahaffy et de Kristen French vinrent expliquer à la barre ce que la mort de leur fille signifiaitpour leur famille. Elles pleurèrent plusieurs fois, et Karla elle-même essuya des larmes, alors qu’elle était restéeimpassible lors de la lecture du procureur.Sachant que la population allait protester contre le "plea bargain", le procureur Murray Segal choisit de faire unedéclaration. « Pourquoi pas une peine plus lourde à la lumière de ces actes abominables ? Parce que sans elle, lavérité sur ces affaires aurait pu ne jamais être connue. Plaider coupable est le signe d’un remords. Son âge, soncasier judiciaire vierge, les abus et l’influence de son époux, et son rôle tout de même secondaire, ont été desfacteurs. Elle ne commettra plus de crime ».En fait, l’accusation ne possédait encore aucune preuve directe contre Bernardo et le témoignage de Karla était lameilleure preuve de la culpabilité du jeune homme. En quelque sorte, l’accusation "ne pouvait pas faire autrement".Le 6 juillet 1993, Karla Homolka fut reconnu coupable des homicides de Leslie Mahaffy et Kristen French, pourlesquels elle avait plaidé coupable, et fut condamnée à une peine totale de 12 ans de prison. La sentence maximumpour l’homicide est, au Canada, la perpétuité, mais le juge nota qu’elle « est réservée aux pires crimes commis parles pires assassins ».Malgré tout, bien des gens furent étonnés par l’indulgence de sa peine, car Homolka pouvait être libérée sur paroledès 1997.En août, elle commença une procédure de divorce.
  14. 14. En avril 1994, on annonça que l’audience préliminaire de Bernardo n’aurait pas lieu et qu’on allait directement passerau procès. Peu après, Karla Homolka et Paul Bernardo furent officiellement divorcés.Le procès de Bernardo ne commença en fait que 2 ans après son arrestation. L’une des raisons de ce délai était queBernardo avait placé son premier avocat, Ken Murray, devant un dilemme moral. Il lui avait confié où se trouvaientles vidéos que Karla et lui avaient filmées durant les viols et les meurtres, pensant qu’ainsi les cassettes netomberaient jamais entre les mains de l’accusation.Néanmoins, l’accusation savait grâce à Karla Homolka que les vidéos existaient et avait enregistré les conversationsentre Murray et Bernardo. La tension monta et Murray finit par craquer. Il fournit à l’accusation le plan qu’avaitdessiné Bernardo et se retira de l’affaire. Un autre avocat, plus aguerri, John Rosen, devint le nouvel avocat deBernardo.Les policiers trouvèrent les cassettes dans le plafond de la salle de bains de Bernardo. Le 18 mai 1995, le procès de Paul Bernardo commença. Les cassettes vidéo étaientdes preuves à charge extrêmement importantes. Bernardo était accusé de deux meurtres avec préméditation, dedeux viols aggravés, de deux enlèvements, de deux "détentions de force" et d’avoir "accompli des indignités sur uncorps humain".Le premier jour, le procureur Ray Houlahan décrivit une avalanche de dégradations sexuelles, de brutalités et demeurtres. Il expliqua en détail que l’accusation pensait que Paul avait tout d’abord dominé Karla Homolka, laréduisant au rôle de victime consentante par des abus physiques et mentaux systématiques. Puis il l’avait utiliséepour réaliser ses fantasmes sexuels dans le viol de Tammy Homolka. Incapable de se libérer du contrôle deBernardo et terrifiée par la possibilité qu’il révèle à ses parents son rôle dans la mort de sa soeur, elle avait alors prispart aux viols et aux meurtres de Kristen French et Leslie Mahaffy.Le procureur projeta certaines parties des vidéos de Bernardo et Homolka. Il commença par une cassette où KarlaHomolka se masturbait pour exciter Bernardo. Elle lui disait qu’elle allait lui ramener des vierges de 13 ans pour qu’illes viole. Le dialogue était une énonciation de tous les fantasmes sexuels de Bernardo, dans le but de l’amener àl’orgasme. Karla jouait le rôle de l’esclave sexuel et Bernardo était « le roi ». Alors que d’autres vidéos de Jane, de
  15. 15. Leslie et de Kristen étaient diffusées, il devint évident que Bernardo était un abominable pervers sexuel.Karla Homolka fut appelée à la barre afin d’expliquer ce qui s’était passé. Elle décrivit sa relation avec Bernardocomme une suite de dégradations sexuelles empirant de jour en jour. Il lui avait fait porter un collier de chien et l’avaitquasiment étranglée pour satisfaire ses fantasmes sadiques. Il lui avait dit qu’elle n’était rien sans lui et la traitait de"pute" et de "traînée".Homolka décrivit ensuite les enlèvements, les viols, les tortures et les meurtres. Elle révéla que Bernardo avait coupéles tendons de ses victimes, alors qu’elles étaient encore vivantes, afin de les empêcher de s’enfuir.L’avocat de Bernardo attaqua la crédibilité de Karla Homolka. Il voulut montrer qu’elle n’avait pas été une victime,contrairement à ce qu’elle disait, mais une participante enthousiaste aux viols et aux meurtres.Toutefois, que Karla soit innocente ou coupable importait peu à présent, et cela ne sauva pas Paul Bernardo.Le 1er septembre 1995, il fut reconnu coupable de tous les crimes dont il était accusé et condamné à la prison à vie.Il devait encore être jugé pour le meurtre de Tammy Homolka et les viols de Scarborough. Il pouvait faire appel etêtre libéré sur parole après 25 ans de prison.Le 3 novembre 1995, Bernardo fut déclaré coupable de plusieurs des viols de Scarborough et fut déclaré "crimineldangereux" (dangerous offender). Dans le système judiciaire canadien, cela signifie qu’il sera emprisonnéindéfiniment.Il est incarcéré au pénitencier de Kingston, dans une cellule qui l’isole des autres détenus, pour sa propre sécurité, etest filmé 24h sur 24 par une caméra de surveillance. Paul Bernardo est soupçonné du meurtre d’Elizabeth Bain, une étudiante de 22 ans qui habitaitdans le quartier de Scarborough. Elle disparut le 19 juin 1990. Son petit ami de l’époque, Robert Baltovich a étéreconnu coupable de ce meurtre le 31 mars 1992.En 2004, un juge a cassé ce jugement, considérant que l’enquête avait été mal menée et que certains témoignagesavaient été négligés. Des témoins ont notamment vu Elizabeth Bain partir avec un jeune homme blond qui aurait puêtre Bernardo.Robert Baltovich attend encore son nouveau jugement.
  16. 16. Les terribles cassettes vidéo furent détruites en décembre 2001, après une longue bataille juridique menée par lesfamilles Mahaffy et French.Karla Homolka fut d’abord incarcérée à la prison québécoise de Joliette, considérée comme un "club Med" mais oùles détenues doivent travailler et pointer si elles veulent manger. En 1997, elle déclina une possibilité de demandersa libération sur parole, déclarant qu’elle craignait pour sa vie si elle était libérée. Elle suivit des cours depsychologie. Elle continuait à se préoccuper de son apparence et faisait de l’exercice.Puis, les autorités, poussées par l’opinion publique, commencèrent à réaliser qu’elles avaient peut-être, malgré tout,commis une erreur en ne condamnant Karla Homolka qu’à 12 ans de prison.En avril 2001, Homolka fut transférée dans une prison de haute sécurité, à Sainte-Anne-des-Plaines. Là, ellen’étudiait plus, ne travaillait plus, et passait ses journées à regarder la télé ou à discuter avec ses codétenues,meurtrières comme elle.Elle fut transférée dans une autre aile lorsque l’on apprit qu’elle avait une relation avec un détenu masculin, unfrançais, assassin et pervers sexuel violent.Le 17 janvier 2003, le bureau national des libérations sur paroles a ordonné que Karla Homolka reste en prisonjusqu’à ce que les 12 années auxquelles elle a été condamnée soient totalement passées.En juin 2003, Homolka est retourné à la prison de Joliette, dans une nouvelle aile de sécurité maximum. Karla Homolka a été libérée en juillet 2005, à l’âge de 35 ans, et a exprimé dans une interviewtélévisée son désir de s’installer à Montréal.Suite à l’indignation de la population canadienne et aux efforts des procureurs généraux de l’Ontario et du Québec,un juge a décidé que des restrictions devraient être appliquées à Homolka (une première au Québec).Elle aurait dû : suivre une thérapie se présenter une fois par mois à la police aviser si elle doit quitter la ville pour plus de 48 heures ne pas fréquenter une personne possédant un casier judiciaire pour crime avec violence ne pas avoir de drogue en sa possession
  17. 17. ne pas posséder d’arme à feu. Elle aurait également dû subir un test d’ADN avant sa sortie de prison et ne pas seretrouver en position d’autorité avec des jeunes de moins de 16 ans. Elle n’aurait pas pu communiquer ni avec PaulBernardo et sa famille, ni avec les familles des victimes.Karla Homolka aurait été passible d’emprisonnement si elle ne respectait pas les conditions prescrites par la Cour. Mais, quelques semaines plus tard, un autre juge a cassé ce jugement, indiquantque la loi devait être respectée et que ces restrictions étaient, en quelque sorte, illégales, puisque que Karla Homolkaavait accompli l’intégralité de sa peine d’emprisonnement. L’état avait "signé un contrat" avec elle et se devait de lerespecter.Karla Homolka est donc libre comme l’air, bien qu’elle représente toujours un possible danger pour la société, car ellen’a pas modifié son comportement. Elle se considère toujours comme une victime "qui n’a rien fait de mal" et, mêmeen prison, elle a noué une relation avec un pervers sexuel violent (comme l’était Bernardo).Sa relation avec Bernardo ayant joué un rôle primordial dans son passage à l’acte criminel, il reste à espérer queHomolka ne rencontrera pas un homme du même genre, et que l’on n’entendra plus jamais parler d’elle.Aux dernières nouvelles, elle a changé de nom. Elle s’était installé au Québec, où elle a accouché d’un garçon en2007. Elle vivrait à présent dans les Caraïbes avec son enfant et son nouveau conjointPaul Bernardo, dans le quartier de Scarborough, à Toronto, a agressé et violé une vingtaine de femmes entre 1987et 1990. Karla a parfois filmé ses "aventures".Tammy Homolka (16 ans)La soeur de Karla. Droguée et violée dans la maison de leurs parents. La drogue, l’alcool et les sévices de PaulBernardo ont provoqué des vomissements.Morte étouffée, le 23 décembre 1990 dans sa chambre, deux jours avant Noël.
  18. 18. Leslie Mahaffy (14 ans)Enlevée le 14 juin 1991 à une centaine de mètres de chez elle.Torturée, violée et étouffée.Son corps fut retrouvé le 29 juin1991, découpé en morceaux et caché dans des blocs de ciment jetés dans le LacGibson.Kristen French (15 ans)Enlevée le 16 avril 1992 sur le parking d’une église.Torturée, violée et étranglée.Son corps fut retrouvé le 30 avril 1992 dans un fossé, au bord d’une route.MODUS OPERANDIPour les viols :Il y a quasiment eu deux "périodes" pour les viols.Bernardo a d’abord été très violent. Durant les premières agressions, les jeunes victimes étaient saisies par derrière,la nuit, et menacée avec un couteau. Bernardo les sodomisait violemment et les forçait à lui faire une fellation. Il luiest également arrivé d’entrer par surprise dans des habitations où des jeunes femmes vivaient seules. Si ellestentaient de résister, il les tailladait avec son couteau. Karla Homolka a parfois filmé ces viols avec leur caméscope.Durant les dernières agressions, les femmes venaient toutes de descendre d’un bus, elles étaient accostées parderrière, Bernardo avait été rude, mais ne les avait pas vraiment "violées". Il les avait caressées d’une manière
  19. 19. sexuelle, pénétrant la dernière avec ses doigts... Elles le décrivaient comme un jeune homme soigné, qui avait debelles dents et ne sentait pas mauvais.Que ce soit durant les premiers ou les derniers viols, Bernardo leur parlait tout le temps pendant qu’il les agressait, etil voulait les entendre dire des choses spécifiques, sur le fait qu’il était fort et tout puissant, et qu’elles aimaient cequ’il leur faisait.Bernardo a agressé des adolescentes et des jeunes femmes d’une vingtaine d’années.Le charme, la gentillesse de Paul Bernardo, lui auraient permis d’attirer facilement ses proies, mais il préférait fairepreuve de brutalité.Pour les meurtres :Karla Homolka a aidé Paul Bernardo à violer et à tuer deux de leurs trois victimes. Elle a offert sa soeur Tammy "sur un plateau" à Bernardo, prenant même soin de fournir les drogues. Elle a servi d’appât pour attirer Kristen French jusqu’à leur voiture, afin que Bernardo puisse forcer l’adolescente àmonter à l’intérieur. Bernardo a profité de sa "bonne fortune" lorsqu’il a rencontré Leslie Mahaffy, par hasard, en plein milieu de la nuit.Tammy Homolka a été violée dans la maison des parents de Karla. Leslie Mahaffy et Kristen French ont étéramenées chez Bernardo et Homolka, dans leur voiture, et ont subi les pires sévices dans l’habitation même.Bernardo tenait toujours à ce que ses viols et ses meurtres soient filmés, dans les moindres détails.MOTIVATIONSPaul Bernardo :Un ami de Paul Bernardo, qui était resté en contact avec lui après sa condamnation, a répondu aux questions desjournalistes en 2002. Il a expliqué qu’il ne parle plus à Bernardo depuis un moment. Pourquoi ? Parce que PaulBernardo, comme tous les psychopathes, est totalement égoïste : « Son point de vue sur le monde se ramènetoujours à lui, lui, lui... Il pense toujours que la plupart des gens ont une bonne opinion de lui, qu’il n’est pas aussimauvais qu’on le dit. Je pense qu’il vit dans un monde irréel. Il a une vision complètement déformée du monde ».Bernardo était obsédé par l’argent et par son apparence physique. Il avait une très haute opinion de lui-même.Lorsque sa mère lui a révélé qu’il était un "bâtard", tout son système de croyances, son monde, ses rêves d’avenir,tout s’effondra. Bernardo en conçut une haine viscérale contre sa mère... et les femmes en général. Et il voulut
  20. 20. rétablir cette image d’homme parfait, aux yeux des autres et à ses propres yeux. Il a répété à Karla qu’il haïssait samère.C’est un sadique sexuel classique. Pour lui, le plaisir sexuel ne pouvait être obtenu qu’en humiliant, en dégradant, enviolant, en possédant une femme. C’était un voyeur, même à l’âge adulte, il se masturbait souvent et ne pouvaitconcevoir une relation sexuelle avec Karla Homolka sans menottes, sans fouet, sans "bondage", etc.Bernardo a commencé à violer 6 mois avant de rencontrer Homolka et a continué durant plusieurs années.Les violeurs en série sont des êtres plutôt rares. Ils réalisent invariablement un fantasme étrange, très personnel, etles détails de leurs crimes permettent de les reconnaître.Bernardo ne voulait pas que ses victimes le regardent (pour ne pas le reconnaître), il les attaquait de dos (pour nepas voir leur visage et pour les "dépersonnaliser") et les faisaient s’agenouiller (pour les humilier et nourrir sonfantasme de domination). Il les menaçait avec un couteau, les tirait par les cheveux et les tailladait souvent avec sonarme. Les viols pouvaient durer plus d’une heure. Il s’en prenait surtout à des adolescentes et voulait que Karlas’habille comme une adolescente. Sans doute avait-il peur de la sexualité avec une femme "mûre".Il est assez étrange que Bernardo ait d’abord été très violent, puis soit devenu moins brutal avec ses victimes.Généralement, c’est plutôt le contraire, il y a un crescendo dans la violence. Est-ce parce qu’il obtenait "assez deplaisir" avec les meurtres et les nombreux visionnages des vidéos ? Se sentait-il "rassasié" au point de plus ressentirle besoin de violer ? Est-ce parce que Karla Homolka réalisait la plupart de ses fantasmes, même les pires ?On sait qu’il a d’abord été un gentil petit ami pour Karla mais qu’il est graduellement devenu un amant jaloux, puis un"maître" dominateur et violent. Il lui a d’abord expliqué comment se vêtir et se coiffer, puis lui a dit où elle pouvait alleret ne pas aller. Il l’a enjointe à ne plus voir ses amis parce qu’ils ou elles étaient « immatures et stupides ». Il l’aencouragée à boire de l’alcool. Dans leur vie intime, il a commencé à réclamer des fellations. Quand Karla aconsenti, il est passé à la sodomie. Elle a fini par accepter de porter un collier de chien et une laisse ou desmenottes, et a laissé Bernardo l’insulter et l’humilier.Bernardo a réduit Karla Homolka en une « propriété sexuelle obéissante » (dixit le profiler Roy Hazelwood).Karla Homolka :Karla Homolka adorait les animaux et ne supportait pas que l’on fasse de mal à une mouche. Elle était gentille,travaillait bien tant à l’école qu’au cabinet vétérinaire, et avait de l’humour. C’était une adolescente immature maissympathique.Mais malgré son passé sans histoire, Karla avait un côté sombre inconnu de sa famille et de ses amis. Par exemple,elle était attirée par les livres racontant des crimes, réels ou imaginaires, les plus macabres et par les ouvrages
  21. 21. parlant d’occultisme, de rituels sataniques et d’histoires d’horreur. Dans l’agenda d’une amie de l’école secondaire,elle a écrit un jour : « C’est la mort qui nous mène. La mort est une jouissance. J’aime la mort. Tuons ce foutu monde». Ses fantasmes sexuels tournaient également autour du sado-masochisme.Paul Bernardo a été l’élément déclencheur, chez elle. Après l’avoir rencontré, elle n’a plus été la même. Sa vie s’esttransformée. Il était son prince charmant, son rêve devenu réalité. Son existence lui semblait ennuyeuse lorsqu’il étaitabsent et elle ne pouvait plus s’imaginer vivre sans lui.Après sa rencontre avec Paul Bernardo, les amis et les parents de Karla remarquèrent un grand changement en elle.Alors qu’elle avait son petit caractère et ses opinions propres, son monde se mit à tourner uniquement autour de"Paul" : comment il était, ce qu’il aimait faire, ce qu’il disait, ce qu’il penserait de telle ou telle choses... Bien qu’ilssoient séparés par deux heures de trajet en voiture, il lui rendait visite tous les week-ends et, finalement, les parentsde Karla l’autorisèrent à passer la nuit chez eux, avec Karla, pour qu’il n’ait pas à refaire le long trajet de retour lesoir.Leur relation prit rapidement une nouvelle forme : Paul contrôlait Karla dans sa manière de s’habiller, de se maquiller,pour ses goûts musicaux et pour tout le reste. Elle était heureuse qu’il le fasse, lui envoyait des cartes postales etdes lettres chaque jour quand ils n’étaient pas ensemble, s’écoulant en déclarations d’amour et de dévotion.Bien que Paul sortit avec d’autres femmes au même moment, ce que Karla ignorait, elle ne doutait pas qu’ils seraienttrès bientôt mariés.Elle voulait tellement le garder auprès d’elle qu’elle était prête à faire n’importe quoi pour lui. Elle ne posa donc pastrop de question lorsqu’il lui demanda de l’aider à violer sa petite soeur, Tammy, 6 mois avant qu’ils ne soient mariés.Ils se marièrent le 29 juin, et après une lune de miel à Hawaï, ils s’installèrent dans leur petite maison de style CapeCod dans un quartier petit bourgeois appelé Port Dalhousie. C’était bien plus cher que ce qu’aucun de leurs amisn’aurait pu se permettre, et les gens se demandèrent comment le jeune couple se débrouillait. Mais c’était la maisonde leur rêve et ils semblaient parfaitement heureux. Cela se termina quand Paul battit brutalement Karla, la laissantavec deux yeux pochés et plusieurs contusions sur tout le corps.Dans les mois qui suivirent, elle se retourna contre son mari et chercha conseil auprès d’un avocat auquel elleraconta une histoire de kidnappings, de tortures, de viols, et de meurtres.Au procès de Paul Bernardo, elle l’accusa de tout, absolument tout, et réussit à convaincre le jury qu’il était bien lemonstre que le procureur affirmait.Toutefois, les jurés ne furent pas convaincus de son innocence à elle. Et le public ne le fut pas non plus.Les avis des experts sont partagés sur la personnalité de Karla. L’un d’eux a dit tout simplement qu’il ne trouvaitaucune explication au "vide moral" de Karla Homolka. La majorité des spécialistes ont vu en elle une femme battueet une victime consentante de Bernardo. Deux experts - diligentés par le département de la Justice - ont déclaré
  22. 22. qu’elle était une psychopathe dangereuse.On sait par contre qu’elle n’a pas exprimé de remords pour sa participation aux crimes et qu’elle a montré très peud’émotions durant son procès, alors que l’on expliquait ce que les jeunes victimes avaient subi.Une chose est certaine : Karla Homolka a participé activement aux enlèvements, aux orgies sexuelles et auxmeurtres, comme en témoignent les vidéos. Elle était la "rabatteuse" de jeunes vierges que voulait violer PaulBernardo.Parmi les explications avancées pour expliquer le comportement de Karla Homolka, certains ont avancé qu’elle étaitexcitée par la menace qu’elle ressentait avec Bernardo. On a parlé de "paraphilie" ou de "hybristophilie".L’hybristophile (du grec "hybrizein", commettre un outrage contre quelqu’un et de "philie", qui aime) est excitésexuellement par le fait de savoir que son partenaire a commis un acte violent tel qu’un viol, un meurtre ou uncambriolage de banque. Bonnie Parker (l’amie de Clyde Barrow) était sûrement une hybristophile.Selon le professeur John Money, un spécialiste en sexologie, « le comportement de l’hybristophile n’est pascomplaisant, mais complice : la complaisance signifie que vous suivez des instructions ; la complicité signifie quevous devenez volontairement l’équivalent du partenaire ».Stephen Williams, dans ces différents ouvrages, donne un avis qui me semble intéressant : il avance que Karla avaitle besoin de satisfaire tous les désirs de son mari, qui ne l’a battue sérieusement qu’une seule fois (à coups delampe de poche).Il écrit : « Paul parlait à Karla des jeunes vierges qu’il aimerait violer et Karla l’encourageait à vivre ses fantasmes.Depuis le tout début de leur relation, alors qu’elle avait 17 ans et lui 26, jusqu’au moment de leur arrestation, Karla futl’ange maudit qui inspira Paul Bernardo à violer au moins dix-neuf femmes, toutes des inconnues. Selon letémoignage de Paul Bernardo, aucune femme n’a été tuée à la suite de ces viols. Aucune ne mourut quand il agissaitseul... »D’un autre côté, une majorité de personnes pense que si Karla Homolka n’avait pas rencontré Paul Bernardo, ellen’aurait jamais commis de tels crimes ou ne s’en serait jamais rendue complice. On sait que Karla était bien plus unecomplice qu’une initiatrice des meurtres. Elle n’était pas une victime, mais elle n’était pas la dominatrice du couple.Entre le moment où Karla Homolka et Paul Bernardo se sont rencontrés, en octobre 1987, et celui où ils ont tuéTammy Homolka, 16 ans, en décembre 1990, ils se sont engagés de plus en plus profondément dans les déviancessexuelles, et ont fini par commettre d’horribles meurtres.Séparément, il est possible qu’ils n’auraient pas commis de meurtres. Mais le fait de se rencontrer et d’agir ensembleles a poussé toujours plus loin, jusqu’au point de non-retour.
  23. 23. CITATIONS "Le procès... Ça a été comme si ma fille mourait une seconde fois. Pour moi, il y a un sentiment constant de perte,la perte irrémédiable de votre enfant. Lorsque mon frère est mort, j’ai perdu une partie de mon passé. Lorsque mafille est morte, j’ai perdu une partie de mon avenir" : Mme Debbie Mahaffy, mère de Leslie. "Tu sais ce que j’aimerais faire ? Je voudrais dessiner des points partout sur le corps de quelqu’un, prendre uncouteau et jouer à "relier les points". Je verserais ensuite du vinaigre partout" : Karla Homolka, 17 ans, à son amieTracy. "Elles (les vidéos) montrent son attitude envers ses victimes : alors qu’il les avilissait brutalement, il leur ordonnaitde le remercier et de demander qu’il continue. Il pensait que ces filles n’étaient rien et n’a eu aucune hésitation à lestuer" : l’accusation durant le procès de Paul Bernardo.Les tueuses en série2. Celles qui agissent avec un(e) partenaire : Couple tueur :Elles tuent ou participent aux meurtres avec (au moins) une autre personne. Elles représentent un tiers des femmestueuses en série. Généralement, le couple est formé d’un homme et d’une femme (les crimes sont souvent de naturesexuelle et la femme est plus jeune que l’homme), plus rarement de deux femmes (elles ont généralement le mêmeâge et tuent plus longtemps). Il existe parfois des "équipes" de membres d’une même famille, qui tuent pendant unou deux ans tout au plus. Les prédateurs sexuels :Elles tuent dans des actes de type clairement sexuel. Elles sont extrêmement rares. Les seules connues sontGwendolyn Graham et Catherine May Wood, un couple d’infirmières qui tuait par perversité sexuelle. Psychotique :Elles tuent sans raison et par la suite, on les juge folles. Souvent, on pense que ce sont des "anges de la mort" oudes "veuves noires" mais on réalise qu’elles souffrent par exemple du "Syndrome de Munchausen par procuration",qui les pousse à rendre malade ou tuer, parfois même leurs propres enfants, pour qu’on les plaigne et lessoutienne...
  24. 24. Inexpliqué :Elles tuent pour des raisons totalement inexplicables ou très peu compréhensibles. Parfois, on devrait les juger folles,mais on les condamne comme si elles étaient saines d’esprit. Irrésolu :Des meurtres irrésolus qui pourraient être attribués à une ou des femme(s).Ces tueuses sont souvent jeunes, agressives, vicieuses dans leurs attaques, parfois désorganisées et généralementincapables de planifier leurs crimes avec soin. Elles attaquent le plus souvent leurs victimes dans des lieux divers etdifférents. Elles ont tendance à préférer utiliser une arme à feu, une arme blanche, voire même la torture.La femme tueuse en série évite le plus souvent les crimes sanguinaires, les boucheries. Elle préfère le poison ou lasuffocation... lorsqu’elle agit seule. Quand elle tue avec une autre personne, et plus particulièrement un homme, ellese laisse entraîner à plus de frénésie.

×