Constitution Francaise et islam

317 vues

Publié le

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
317
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Constitution Francaise et islam

  1. 1. 1. Démocratie : La France (1) 1) La Nation française, "une et indivisible" est composée de citoyens, elle est la source du droit, elle détient la souveraineté. La souveraineté est déléguée à la Représentation Nationale (ceux qui représentent la Nation / les citoyens) par le vote. 2) La Représentation Nationale donne au pays sa Constitution qui sert de cadre à la Loi et à l’or- ganisation de la société (Gouvernement /Justice). 3) Le Gouvernement et les représentants de la Nation établissent les lois dans le respect du cadre constitutionnel. 4-5) La Loi régule le fonctionnement du gouvernement, de la Justice et de la société. 6) Le Gouvernement gère l’exécutif. 7) La Justice gère le judiciaire.
  2. 2. 8) Les croyances sont l’affaire privée des citoyens, les pratiques cultuelles sont libres dans la me- sure ou elles ne provoquent pas de troubles à l’ordre public (Gouvernement et Justice décident de ce qui est un trouble à l’ordre public).  Constitution Française, article 2 : "Son (la République Française) principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple (1) : Le fonctionnement de la société française est volontairement simplifié afin de mettre en avant le principe démocratique qui régit nos institutions.  Examinons maintenant la société dont l’islam fait activement la promotion depuis 1400 ans. 2. L’islam
  3. 3. Si vous n’êtes pas un musulman, vous êtes un mécréant. Si vous n’êtes pas un juif ou un chrétien ayant accepté la domination de l’islam (un dhim- mi), alors votre vie, votre famille et vos bien appartiennent au premier musulman qui dé- cide de s’en emparer. L’inexistence du moi, la domination du nous est le vrai problème posé par certaines religions. Le pouvoir suprême du pape, l’institution d’une royauté de droit divin, l’investiture canonique, cela fait à peine plus d’un siècle que les Français sont parvenus à s’en débarrasser. Le christianisme a permis l’humanisme et le siècle des lumières...mais par réaction. Par réaction à une véritable tyrannie rampante, sournoise et destructrice instituée par la religion judéo-chrétienne. Le bon sens européen connait cela depuis 2000 ans...alors l’islam est un grand enfant dans cette histoire et les non musulmans connaissent la musique. Pour moi le problème est psychologique. Toutes les religions, sans exception, à des degrés divers, véhiculent la négation du moi. Les su- jets refoulent leurs désirs dans l’inconscient. Pour essayer de les vivre, les projettent sur une per-
  4. 4. sonne, une idée, une oeuvre. Cela peut se vivre d’une manière fusionnelle chez l’artiste, par exemple dans une participation primitive avec la nature, une intercommunication sans parole. Être ou ne pas être ! Ne pas être présente de grands risques en périodes troublées (grèves, révolu- tions, soulèvement, guerres). L’histoire de l’humanité est particulièrement riches d’exemples tous plus ou moins monstrueux. Les êtres humains dont le refoulement et l’inconscience sont le mode d’être le plus coutumier sont en danger, pour eux-même et pour les autres. Dans ma vie professionnelle, sur vingt ans de pratique, j’ai testé 50 à 70 % de clients qui vivaient sous le seuil de la conscience. Cela signifie que ces personnes sont prédisposées à libérer beaucoup de violence quand le frein social ne les retient plus. La libération des frustrations génèrent un potentiel de violence considé- rable. Les religions sont souvent des vecteurs de violence. Quand le frein social n’existe pas, ce qui est le cas dans certains pays arabes, c’est la porte ouverte à la cruauté la plus innommable.

×