SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  12
Télécharger pour lire hors ligne
Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation
EMBA 2017-2018
Pour les profanes, la blockchain (ou chaine de blocs) est souvent associée à un monde opaque.
Pour les initiés, cette nouvelle technologie pourrait bien être la quatrième révolution
industrielle, tant elle bouleverse les fondamentaux de notre économie.
Banque, finance, notariat, objets connectés, monde du spectacle, philosophie... les champs des
possibles sont aussi vastes que variés1.
Table des matières
Introduction............................................................................................................................................. 2
Comment ça fonctionne ?....................................................................................................................... 3
Des applications à l’infini…...................................................................................................................... 4
Garantie des obligations contractuelles .............................................................................................. 4
Traçabilité ............................................................................................................................................ 4
Conformité........................................................................................................................................... 5
Dématérialisation de la monnaie......................................................................................................... 6
L’émergence de nouveaux business model ......................................................................................... 7
Dépasser l’ubérisation..................................................................................................................... 7
L’impact sur les professions du chiffre............................................................................................ 7
La « barterisation ».......................................................................................................................... 8
Le paradoxe environnemental ................................................................................................................ 9
Conclusion ............................................................................................................................................. 10
Quelques références.......................................................................................................................... 12
1
J’aborderai rapidement les impacts de cette technologie sur la profession réglementée (expertise comptable, commissariat
aux comptes et audit) dans laquelle j’exerce mon activité.
Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation
EMBA 2017-2018
Introduction
Le cabinet américain Gartner publie chaque année son analyse du cycle d’adoption des technologies
et liste les applications qui révolutionneront les marchés dans les dix prochaines années. L’étude est
retranscrite sous forme de courbe, le Hype Cycle, qui met en évidence que les innovations
technologiques se font en deux temps :
- Le premier temps correspond à la découverte : la technologie porte des espoirs démesurés
mais son application déçoit ; soit la technologie crée un nouveau produit ou service et il n’est
pas à la hauteur des attentes, soit il s’agit d’une nouvelle technologie qui remplace une
ancienne, n’apporte pas de valeurs supplémentaires perceptibles mais juste du changement.
- Le second temps (celui qui crée de la valeur) apparaît quand la technologie est intégrée et
mieux connue ; elle s’associe alors naturellement à d’autres connaissances qui, en se
combinant, génèrent de nouveaux usages ou caractéristiques qui portent la valeur.
Dans son édition 2017, Gartner identifie trois grandes familles de technologies émergentes :
l’intelligence artificielle ; les expériences immersives ; les plates-formes numériques, intégrant la
blockchain, qui présentent une mutation des infrastructures, passant d’un modèle en silos fermés à
des écosystèmes ouverts.
Question : La blockchain est-elle bien positionnée sur la courbe de Gartner ?
Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation
EMBA 2017-2018
Gilles BABINET, Digital Champion de la France à la Commission Européenne2
, met en garde contre les
phénomènes de Hype, selon laquelle les innovations « à la mode » connaissent d’abord une phase
d’emballement médiatique très rapide, jusqu’à atteindre un pic où les attentes sont exagérées, avant
une phase décroissante de désillusion (les produits sur le marché ne répondent pas aux très fortes
attentes suscitées), pour finalement atteindre une phase de développement plus lente mais
progressive et solide, avec des produits de 2ème
génération vendus sur un marché devenu plus mature.
« La blockchain change la nature des choses en rendant les échanges plus horizontaux ». Selon Gilles
BABINET, avec l’aplatissement du monde, chacun est en mesure de s’emparer de la connaissance et la
blockchain est amenée à jouer un rôle central dans ce nouveau paradigme.
Comment ça fonctionne ?
Initialement, la technologie blockchain a été mise au point pour permettre la création d’un système
sécurisé des échanges de la cryptomonnaie Bitcoin, par une personnalité « hypothétique », Satoshi
NAGAMOTO. Le Bitcoin est ainsi né après la crise financière de 2008, d'une défiance à l'égard du
système bancaire et financier.
La blockchain repose sur quatre piliers : la décentralisation des données, la sécurité via la
cryptographie, la transparence et l'autonomie.
C’est une technologie de stockage et de transmission d'informations transparente, sécurisée, et
fonctionnant sans organe central de contrôle. Par extension, c'est une base de données qui contient
l'historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Elle est sécurisée
et distribuée, partagée entre ses différents utilisateurs, sans intermédiaire. Cette structure permet à
chacun de vérifier la validité de la chaîne par un système de « minage » (mining).
Dans la blockchain, chaque acteur dispose d'une copie, chacun peut consulter l'historique d'une
transaction et se porter garant de l'intégrité d'une donnée. A chaque nouvelle information inscrite,
l'ensemble de la chaîne est recalculée et cryptée afin de garantir l'authenticité des données.
Ainsi, c'est une base de données indélébile, immuable. Dès qu'une information entre dans la
blockchain, elle est validée par un « mineur » et en quelque sorte gravée dans le « marbre
numérique ».
Ceci pour faire simple car à mon sens, il faut arrêter d’en parler techniquement3
; de la même manière
que les « appli » ont fait oublier les éléments techniques du réseau Internet, il semble maintenant
important de se focaliser sur des cas d'usage en tenant pour acquis que l'infrastructure blockchain est
opérationnelle.
2
C'est-à-dire responsable des enjeux de l'économie numérique et chargé de promouvoir les avantages d'une
société numérique en France.
3
Est-il nécessaire de connaître les avantages compétitifs entre preuves de travail (proof of work), preuve d'enjeu
(proof of stake) ou preuve d'autorité (proof of authority), le hashage, les algorithmes de minage, le rôle d'un oracle
pour un Smart Contract ?
Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation
EMBA 2017-2018
Des applications à l’infini…
Garantie des obligations contractuelles
Les smart contracts constituent l'une des illustrations de l'utilisation de la blockchain pour sécuriser
les transactions contractuelles. Ces protocoles informatiques exécutent automatiquement les termes
d'un contrat ; leur objectif est de satisfaire les conditions contractuelles, comme les termes du
paiement ou ceux de la livraison, mais aussi ceux de la confidentialité, et même de l'exécution des
obligations réciproques.
Le caractère numérique et automatisé du contrat permet à deux partenaires de nouer une relation
commerciale sans qu'ils aient besoin de se faire confiance au préalable, sans autorité ou intervention
centrale. C'est le système lui-même, et non ses agents, qui garantit l'honnêteté de la transaction.
Une fois le contrat respecté entre les différents objets, le paiement se fait de façon automatique.
Par exemple, incorporés dans des objets connectés, ces contrats offriraient la possibilité :
- à une banque de reprendre le contrôle d'un véhicule acheté avec un crédit si l'emprunteur ne
payait pas une mensualité ;
- à un réfrigérateur de constater l’absence d’aliments et de se connecter avec le commerçant
pour demander directement une livraison.
Les champs des possibles sont aussi vastes que variés :
- La chanteuse anglaise Imogen HEAP souhaite utiliser ce procédé pour permettre aux artistes
de gagner immédiatement leurs ayants-droits, sans intermédiaire ;
- Dans les transports, AXA lance une plateforme d'assurance paramétrique, baptisée Fizzy, avec
un contrat intelligent qui déclenche un remboursement dès que le retard est constaté, grâce
à un outil de suivi de vols, sans justificatif.
Traçabilité
La blockchain offre la possibilité d'une multitude de nouveaux business modèles et les entreprises
commencent à comprendre son intérêt pour la traçabilité et l'intégrité de leurs données. Par exemple,
Carrefour a mis en place cette technologie pour garantir le suivi de ses poulets !
La blockchain pourrait profondément moderniser le commerce international, en réduisant fortement
ses coûts et en accélérant significativement les transports de marchandises maritimes, comme l’a
permis le conteneur en son temps. Au-delà du fret maritime, la blockchain représente plus
globalement un nouveau paradigme de standardisation et numérisation des chaînes logistiques, qui
reposent encore aujourd’hui bien souvent sur des documents papiers.
L’armateur danois Maersk, leader mondial du fret maritime, a annoncé début 2017 le lancement d’un
projet pilote fondé sur la technologie blockchain Hyperledger Fabric pour numériser sa chaîne
d’approvisionnement de bout en bout. En permettant l’inscription de façon transparente et inviolable
de chaque déplacement de conteneurs sur une blockchain, Maersk entend améliorer la traçabilité des
millions de conteneurs qui passent entre les mains de multiples parties prenantes - expéditeurs,
transitaires, douanes, transporteurs, ports.
Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation
EMBA 2017-2018
La blockchain est aussi perçue comme une opportunité pour les pays en voie de développement de
réaliser un bon en avant, à l'image de ce qui s'est passé avec l'arrivée de la téléphonie mobile. Par
exemple, elle assure la traçabilité de la fonction cadastrale et permet d'attester que l'on est bien
propriétaire d'un terrain, ce qui est difficile à prouver en Afrique car il n'existe pas de registre fiable.
Conformité
De façon inattendue, Datecoin, un site de rencontres, s’est emparée de la blockchain dans un souci de
conformité, voire de « compatibilité », en remodelant la vie privée avec des technologies de pointe.
L’identification sans ambiguïté des utilisateurs est l’un des problèmes clés des sites rencontres en ligne.
Robots et escrocs ont tendance à voler l’identité des personnes. Les photos attrayantes et les profils
complétés ne garantissent pas que l’on rencontre réellement la même personne. Avec le temps et
l’argent dépensés, les utilisateurs déçus ont tendance à éviter d’utiliser ces services.
Datecoin résout ce problème avec des technologies de pointe, en utilisant l’intelligence artificielle et
la blockchain.
La mécanique de l’identification sans ambiguïté des utilisateurs est assez simple. L’utilisateur autorisé
peut vérifier l’identité du partenaire lors d’une rencontre réelle via une note de transaction chiffrée
dans le registre des données distribuées. Après cela, le partenaire devient autorisé et capable de
confirmer l’identité des autres utilisateurs lors des rencontres réelles.
Dans un premier temps, pour être autorisé, l’utilisateur doit s’inscrire pour au moins un mois et avoir
une connexion sociale stable avec les autres utilisateurs. Ainsi Datecoin peut résoudre non seulement
un problème informatique donné, mais aussi construire un véritable écosystème de personnes qui
pourront valider le profil des autres membres, avec un mécanisme efficace et fiable :
- Habituellement, un utilisateur moyen rencontre plusieurs personnes, de sorte qu’il ou elle
peut au moins vérifier l’identité d’un utilisateur.
- Avec des comptes entièrement vérifiés (2 étapes terminées), la popularité des comptes
partiellement vérifiés (1 étape terminée) diminuera de façon spectaculaire, laissant
pratiquement aucune chance aux utilisateurs non vérifiés.
Enfin, la blockchain minimise les risques de falsification de signature (pour les utilisateurs vérifiés) à
l’étape de la transaction ; et en tant qu’algorithme open-source, la blockchain permet d’identifier
simplement la fraude.
Le traitement des diplômes
A partir du baccalauréat, puis chèrement acquis après de longues années d'études, ce précieux
diplôme se présente sous la forme d'un papier au format A4. Bien que ce support ne réduise en rien
notre satisfaction et la légitimité de notre savoir, il convient de s'interroger sur son évolution.
On peut facilement imaginer une blockchain publique introduite par l'Education nationale qui
permettra d'authentifier le diplôme du candidat. Assurément un gain de temps pour les services RH,
en charge de la vérification des informations présentes sur un CV.
Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation
EMBA 2017-2018
Dématérialisation de la monnaie
Pour Sébastien GOUSPILLOU, co-fondateur et CEO de BigBlock
Data Center à Orvault4
, l’enjeu de l’innovation blockchain ne
relève pas de la traçabilité mais bien du « jeton » (ou token5
) ;
à savoir ce que les crypto-monnaies6
vont permettre dans un
avenir proche, non seulement dans une approche
économique mais surtout sociétale.
En effet, 40% des adultes dans le monde n’ont pas accès à un
compte bancaire alors qu’ils peuvent utiliser facilement le
réseau internet.
Ainsi, comme ils ne disposent pas de canal financier, ils ne peuvent pas rendre leur site web
« marchand ». Il y a donc à travers le monde un potentiel de business en ligne émergent grâce aux
crypto-monnaies. Et qui dit affaires, dit revenus, intégration, éducation, démocratie…. Révolution
sociétale…
L'émergence de cette nouvelle économie suscite pourtant des craintes dans le milieu bancaire. Le
cours des crypto-monnaies varient de façon totalement anarchique. « Il y a un risque concernant la
régulation, le stockage et la transmission des données", estime Sébastien MOLLIN, le directeur régional
de CIC Lyonnaise de Banque7
.
Mais, après avoir dénigré cette technologie qui pouvait leur faire de l’ombre, les banques commencent
à se saisir de cet outil, avec des premières applications concrètes ; par exemple :
- la Banque de France s'apprête à utiliser la blockchain pour gérer les virements SEPA.
- BNP Paribas et EY ont mis en œuvre un pilote de blockchain privée pour comprendre comment
cette technique peut améliorer le fonctionnement de la trésorerie interne de la banque.
Cofondateur de la Maison du Bitcoin, Eric LARCHEVEQUE est directeur général de Ledger, l’une des
startups les plus prometteuses de l’univers blockchain. Son mini-coffre digital pour crypto-monnaies,
fabriqué à Vierzon s’est écoulé à plus d’un million d’exemplaires dans 165 pays (environ un tiers en
Europe, un tiers aux États-Unis et un tiers en Asie). Il espère faire de Ledger un géant technologique
européen des solutions de sécurité.
4
Rencontré sur site le 8 juin 2018, en compagnie de Pierre ALLAIN, Sébastien JONCHERAY – EMBA Audencia, et de Vassil
DIAKOV, Consultant ADQ8.
5 Un « token » est un actif numérique pouvant être transféré sans duplication entre deux parties sur Internet, sans nécessiter
ni accord ni intervention d’un tiers. Il permet ainsi de surmonter un problème encore non-résolu jusqu’à présent : échanger,
sur Internet, de la valeur fondée sur de la rareté en pair à pair, c’est-à-dire d’un individu à un autre, sans passer par une
autorité centrale.
6
Il en existe plus de 1300 à ce jour dont Bitcoin, Ethereum, Ripple, Litecoin, Dash, NEO…
7
La Tribune 24/05/2018–- Blockchain : Une technologie qui amène des changements fondamentaux - Elise Moreau
Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation
EMBA 2017-2018
L’émergence de nouveaux business model
Dépasser l’ubérisation
La Zooz est une start-up israélienne8
qui propose un service de covoiturage entièrement repensé car
décentralisé et détenu par sa communauté. Il permet aux conducteurs et aux passagers de se
connecter en temps réel pour remplir les sièges vides des conducteurs, sans avoir à s’appuyer sur un
acteur intermédiaire pour la mise en relation : tout passe par une plateforme autogérée et
décentralisée.
Le service n’est pas détenu par ses fondateurs ou par un quelconque investisseur extérieur, mais bien
par la communauté de ses utilisateurs.
Les conducteurs sont rémunérés en token (basé sur le bitcoin) stockés sur une blockchain. La valeur
des jetons diminue avec l’augmentation du nombre d’utilisateurs inscrits : le but est de favoriser les
early-adopters afin d’accélérer le développement de l’application, qui ne pourra fonctionner
optimalement que lorsqu’une certaine taille critique aura été atteinte.
L’impact sur les professions du chiffre
L’introduction de la technologie blockchain dans les domaines financiers ouvre la possibilité à un
registre central d’auto-valider les écritures comptables des entreprises grâce à un contrôle
automatique et en temps réel (tenue de la comptabilité, révision comptable, fiches de paie et missions
RH connexes).
A priori, la blockchain remet fondamentalement en cause le rôle actuel des auditeurs et experts-
comptables, et plus largement celui des intermédiaires et autres tiers de confiance (banques, notaires,
cadastre, huissiers, greffes, etc.). Si ce véritable registre notarial en ligne (un grand-livre comptable en
quelque sorte) devait exister, il permettrait de rendre les comptes des sociétés beaucoup plus
transparents, rendant alors caduc le rôle des professionnels du chiffre.
Mais la destruction est aussi souvent créatrice avec les ruptures technologiques. La blockchain s’avère
en effet un puissant levier pour automatiser les missions de base, et donc réduire fortement les coûts
des cabinets.
Finalement, cette innovation vient rappeler une fois encore à la profession qu’elle conservera son
utilité et ses positions qu’à condition d’apporter une couche de valeur ajoutée humaine — via les
missions de conseil — à des services largement banalisés par la vague technologique.
Si les Big4 (Deloitte, KPMG, EY 9
et PWC) se sont emparés de cette question, les quelques 2000 autres
cabinets indépendants en France s’interrogent encore (et toujours…) sur les conséquences de cette
technologie sur l’organisation et l’exercice de la profession.
Quelques usages « faciles » permettraient d'ouvrir l'horizon des opportunités :
8
Cf. learning trip EMBA octobre 2017 sur la transformation digitale – « Israël, start-up nation »
9
EY s’est doté d’un espace collaboratif unique dédié à l’innovation et la production de services en Analytics, Cyber et
Digital, croisant les expertises des quatre métiers du cabinet (audit, conseil, fiscalité et droit, transactions).
Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation
EMBA 2017-2018
- La lettre de mission est obligatoire (article 151 du décret 2012-432 du 30 mars 2012 relatif à
l'exercice de l'activité d'expertise-comptable) : ne pourrait-on pas imaginer une blockchain
privée, sous l'égide de l'Ordre des experts-comptables, qui permettrait de réaliser des lettres
de mission directement depuis une blockchain ?
- L’obligation de reconnaissance du bénéficiaire effectif de la prestation : introduite par la
norme de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, l’expert-
comptable a une obligation de vigilance à l'égard de l'identification du client et du bénéficiaire
effectif de ses prestations. La création d'une blockchain publique par le législateur pourrait
confirmer l'identité numérique des clients et permettrait de répondre de manière positive à
ces obligations normatives.
La « barterisation »10
La cryptographie et la blockchain induisent donc une révolution qui bouleversera la société et
l’économie : la « tokenisation » de presque tout (vie privée, gouvernance, assurance, titres,
communications, transactions immobilières, système bancaire, échanges d’actifs, engagement
contractuel, commerce entre pairs, etc.).
Elle permettra la création d’unités de compte correspondant à la valeur créée, et facilitera les échanges
par compensation (ou barterisation).
Des communautés d’entreprises pourront être créées « de fait », mais plus vraisemblablement dans
des segments économiques, industriels, serviciels, ou commerciaux, eux-mêmes structurés par les
relations « clients fournisseurs », en filières établies historiquement (exemple : céréaliers, minotiers,
boulangers).
Les processus de digitalisation et de dématérialisation créeront les opportunités de développer
beaucoup plus les barters désintermédiés du fait de la confiance dans ces systèmes irréversibles,
infalsifiables et permanents.
Les applications blockchain pourront aussi être d’une extrême utilité également dans les bourses de
valeurs : tous les intermédiaires deviendraient inutiles et disparaitre (crédits documentaires, banque
trustee, intermédiaires en produits financiers, chambre de compensation, etc.).
Pour conclure cette présentation non exhaustive des applications de la technologie blockchain, force
est de constater qu’à l’heure actuelle, nous en sommes encore à une période « chaotique » d’explosion
de projets, d’ICO11
et de crypto-monnaies, etc., sans structuration, organisation ou ordonnancement
spécifique.
E c’est dans ce type de période que la créativité et l’innovation se développent « tout azimut »…
10
Le barter (ou bartering) désigne l'échange de marchandises entre entreprises. Le concept est apparu aux États-Unis dans
les années 1930 et ne concernait que le financement d'émissions radio ou télé, dites soap opera, contre de l'espace
publicitaire. Au fil des années le barter a évolué et reprend à présent l'idée du troc entre les entreprises.
11
N’est pas abordée ici la « folie » des ICO (initial coin offering) représentée par cette animation caractéristique (dataviz) :
https://elementus.io/token-sales-history
Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation
EMBA 2017-2018
Le paradoxe environnemental
La consommation énergétique de la blockchain est souvent pointée du doigt.
Avec l’engouement qu’a connu le Bitcoin, les transactions se sont multipliées et le nombre de mineurs
également.
100 à 120 centres de minage s’ouvrent chaque trimestre dans le monde (la Chine détenait 80% de
cette capacité il y a 2 ans, tombée désormais à 50%, concurrencée par les Pays de l’Est notamment).
Ce phénomène a induit une hausse du volume d’électricité consommée.
La consommation énergétique du Bitcoin entre mars 2017 et février 2018 (source : digiconomist.com)
En effet, un mineur de Bitcoin alloue sa puissance de calcul via son ordinateur afin de réaliser des
calculs complexes. Plus la chaîne de blocs est longue, plus il y a de blocs à vérifier et de transactions à
chiffrer. Ainsi, le minage est plus long et en définitive de plus en plus coûteux et gourmand.
Actuellement, si les mineurs de bitcoin étaient regroupés en un pays, sa consommation énergétique
de 50TWh le placerait à la 48ème
place, juste au-dessus de l’Algérie et en dessous de la Grèce.
« Les problèmes sont le prix du progrès » - Charles Franklin Kettering12
Tenter de résoudre les problèmes rencontrés par le Bitcoin, tant dans son minage que dans ses
transactions, permet un certain progrès dans le monde de la blockchain, voire des innovations.
Des solutions existent :
- pallier les coûts de transaction grandissants du Bitcoin et ses problèmes de scalabilité13
en
passant par des monnaies alternatives comme le Ripple ou l’Ethereum, plus performantes en
cas de montée en charge des utilisateurs ;
- utiliser une technologie partiellement implantée sur la blockchain (le lightning network),
fonctionnant comme une surcouche de la blockchain pour faire passer les transactions « au-
dessus » de cette dernière à l’aide de contrats intelligents, sans avoir à se soucier des frais
parfois exorbitants et du temps d’attente trop long.
12
Ingénieur électricien américain (1876-1958), inventeur du démarreur électrique des voitures, supprimant l'usage de la
manivelle.
13
Capacité à monter en charge (actuellement, pour le Bitcoin, 7 transactions par seconde dans le monde).
Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation
EMBA 2017-2018
Les inconvénients écologiques majeurs du minage (forte consommation électrique et production de
chaleur par les ordinateurs) pourraient à terme se transformer en opportunité :
- L’exploitation « propre » du parc hydroélectrique français, dont seuls 20% appartiennent à
EDF et dont certains sites sont fermés ; on pourrait y associer des fermes de minage qui
consommeraient (tout comme pour un parc éolien) l’excédent électrique non stockable.
- L’exploitation de « chaleur numérique » utilisant l’excédent calorifique des ordinateurs pour
la production d’eau chaude (ce projet est à l’étude par Dalkia).
Conclusion
Si l'essor de la blockchain est si bouleversant, c'est que celle-ci vient transformer deux ordres d'une
importance considérable pour toute société humaine :
- La première transformation, économique, est celle des modes matériels de transaction.
- La seconde, politique, est celle qui voit des réseaux privés se substituer à l'action des
institutions, qui auparavant proposaient une régulation à la fois publique et centralisée.
Légiférer ?
Au lieu de laisser la blockchain se développer seule et risquer de perdre le contrôle en cas de dérives,
la France a choisi la stratégie d'adapter le droit au fur et à mesure de son déploiement, afin de ne pas
bloquer le développement de la technologie, tout en assurant que les objectifs fondamentaux de la
réglementation financière soient respectés (à savoir la protection du consommateur, la stabilité
financière et la lutte contre le blanchiment d'argent).
En 2016, elle a été le premier pays à légiférer, avec une loi sur le financement participatif autorisant
l'utilisation de la blockchain, puis en 201714
sur le transfert de certains titres financiers au moyen d'une
blockchain (ce n’est pas anecdotique puisque le marché des titres concernés représente tout de même
400 milliards d’euros !).
Beaucoup de choses restent à expérimenter et les parlementaires français en ont conscience. Une
mission d'information sur la blockchain est déjà au travail à l'Assemblée nationale15
Cette stratégie à la fois d'accompagnement et d'encadrement, la France veut la porter au-delà de ses
frontières. Avec l'Allemagne, les deux pays ont écrit à leurs partenaires du G20 pour lancer des projets
communs sur la réglementation de la blockchain.
Ou pas !
L’idée de régulation n’est-elle pas antinomique avec le concept même de blockchain ?
Satoshi NAKAMOTO a proposé un changement de paradigme : passer d’un système pyramidal et
centralisé à une société de réseau, décentralisée, gérée par l’ordre spontané.
14
Ordonnance n° 2017-1674 du 8 décembre 2017 relative à l'utilisation d'un dispositif d'enregistrement électronique partagé
pour la représentation et la transmission de titres financiers
15
https://blockchainfrance.net/2018/02/26/lassemblee-nationale-sempare-du-sujet-blockchain/
Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation
EMBA 2017-2018
En économie, un ordre spontané est un ordre social qui émerge spontanément du comportement et
des interactions des individus, sans qu'aucune instance planificatrice ou créatrice n'ait structuré ou
organisé un tel ordre. Ceci n'exclut cependant pas l'existence de règles élaborées qui contribuent à
créer un cadre pour favoriser l'émergence de l'ordre spontané.
La notion d'ordre spontané est un des thèmes centraux de Friedrich HAYEK, économiste et
philosophe ; selon lui, l'ordre qui règne sur un marché libéralisé est un ordre spontané.
Historiquement, cette notion remonte aux Lumières; elle a été reprise par Adam SMITH avec la
fameuse image de la « main invisible » (tout est une question de cycle de pensée !).
Satoshi NAKAMOTO avait parfaitement conscience que s’attaquer au « système » ne faisait aucun
sens. Proposer une alternative sous la forme d’une monnaie et d’un réseau de paiement accessibles à
tous est une bien meilleure idée. Se baser sur Internet, la décentralisation et la cryptographie afin d’en
assurer son intégrité, sa sécurité et sa résistance à la censure, est une révolution !
Ainsi, à mon avis, la blockchain s’inscrit dans une véritable révolution anthropologique qui va au-
delà de la révolution technologique.
Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation
EMBA 2017-2018
Quelques références
 Joël de Rosnay, Jacques Secondi - 30/05/2012 : Les clés du nouveau pouvoir
transversal issu du “chaos numérique” et du “peer-to-peer” par un spécialiste de la
prospective - Le Nouvel Economiste
 Yves Caseau et Serge Soudoplatoff – 06/2016 : La Blockchain, ou la confiance
distribuée - Think Tank Fondapol
 Jacques Favier, Adli Takkal - 24/05/2017 : Bitcoin, la monnaie acéphale - CNRS Edition
 Philippe Simonnot – 03/2017 : Le Bitcoin, un jeu d'enfant - Le Nouvel Economiste
 ADQ8 Consulting – 06/2017 : Blockchain et barter : deux « bouées » de sauvetage pour
les experts comptables ? (https://adq8consulting.blogspot.com/)
 Philippe Gattet, Eline Maurel, Baptiste Giordano – 10/2017 : L’expertise comptable et
l’audit à l’horizon 2019 - Xerfi Précepta
 Etienne Goetz – 16/01/2018 : Le bitcoin est-il vraiment une plaie pour la planète ? -
Les Echos
 Enquête DELOITTE - 02/2018 : Les Français et les nouveaux services financiers -Fintech
et Insurtech, où en sommes-nous ?
 Alain Fauqueur, économiste et ancien expert de l'ONU – 24/04/2018 : Le bitcoin aura
fait progresser la désintermédiation et nourri craintes bancaires et espoirs libertaires
– Le Monde
 Hugues Robert - 01/06/2018 : La blockchain pour les commissaires aux comptes : entre
menace et opportunité - Le Monde du Chiffre
 Laurence Boisseau– 07/06/2018 : L'AMF veut avancer vite sur les ICO - Les Echos
 Robert Skidelsky, professeur d’économie politique à l’université de Warwick -
07/06/2018 : « Pourquoi le bitcoin n'est pas l'avenir de la monnaie » Les Echos
 CCI de Maine-et-Loire Angers - 25 juin 2018 - La blockchain en 2018: enfin business -
ready ?
Le bitcoin n’est qu’un exemple de projet utilisant une blockchain parmi d’autres ! Il est
aujourd’hui possible, par exemple, d’assurer la traçabilité de denrées de manière infalsifiable
grâce à une blockchain. Entre fantasmes et mythes, quelle est la réalité du potentiel des
blockchains pour les TPE/PME aujourd’hui ?

Contenu connexe

Tendances

Dii bostik 2019; La blockchain au service de la tracabilité
Dii bostik 2019; La blockchain au service de la tracabilitéDii bostik 2019; La blockchain au service de la tracabilité
Dii bostik 2019; La blockchain au service de la tracabilitéDr Francoise Truchet
 
Afterwork Blockchain : la prochaine technologie disruptive ?
Afterwork Blockchain : la prochaine technologie disruptive ?Afterwork Blockchain : la prochaine technologie disruptive ?
Afterwork Blockchain : la prochaine technologie disruptive ?OCTO Technology Suisse
 
Conférence Blockchain 14 janvier 2016
Conférence Blockchain 14 janvier 2016Conférence Blockchain 14 janvier 2016
Conférence Blockchain 14 janvier 2016Antoine Wintrebert
 
Blockchain et autres registres distribués
Blockchain et autres registres distribuésBlockchain et autres registres distribués
Blockchain et autres registres distribuésInsitut Louis Bachelier
 
Blockchain et titres financiers : évolution ou révolution ?
Blockchain et titres financiers : évolution ou révolution ?Blockchain et titres financiers : évolution ou révolution ?
Blockchain et titres financiers : évolution ou révolution ?Karima Lachgar
 
What's next for blockchain ? Matinée MEDEF du 27 juin 2016
What's next for blockchain ? Matinée MEDEF du 27 juin 2016What's next for blockchain ? Matinée MEDEF du 27 juin 2016
What's next for blockchain ? Matinée MEDEF du 27 juin 2016Vidal Chriqui
 
La Blockchain: la fin des tiers de confiance?
La Blockchain: la fin des tiers de confiance?La Blockchain: la fin des tiers de confiance?
La Blockchain: la fin des tiers de confiance?Antoine Vigneron
 
Business & Decision - Blockchain et applications : Etat de l'art
Business & Decision - Blockchain et applications : Etat de l'artBusiness & Decision - Blockchain et applications : Etat de l'art
Business & Decision - Blockchain et applications : Etat de l'artBusiness & Decision
 
La blockchain pour les nuls - Petit déjeuner OCTO Technology & d'Alverny
La blockchain pour les nuls - Petit déjeuner OCTO Technology & d'AlvernyLa blockchain pour les nuls - Petit déjeuner OCTO Technology & d'Alverny
La blockchain pour les nuls - Petit déjeuner OCTO Technology & d'AlvernySébastien Bourguignon
 
La blockchain, quand l'individu sert au collectif... malgré lui
La blockchain, quand l'individu sert au collectif... malgré luiLa blockchain, quand l'individu sert au collectif... malgré lui
La blockchain, quand l'individu sert au collectif... malgré luiFrancois Zaninotto
 
Apports et freins de la Blockchain sur le secteur bancaire
Apports et freins de la Blockchain sur le secteur bancaireApports et freins de la Blockchain sur le secteur bancaire
Apports et freins de la Blockchain sur le secteur bancaireDan Ittah
 
Blockchain, mythes et réalités
Blockchain, mythes et réalitésBlockchain, mythes et réalités
Blockchain, mythes et réalitésBackstory
 
Conférence Blockchain OctoTechnology 9 mars 2016
Conférence Blockchain OctoTechnology  9 mars 2016Conférence Blockchain OctoTechnology  9 mars 2016
Conférence Blockchain OctoTechnology 9 mars 2016Antoine Wintrebert
 
IDATE DigiWorld Summit Nov 2016 - Philippe Dewost opening keynote on the Bloc...
IDATE DigiWorld Summit Nov 2016 - Philippe Dewost opening keynote on the Bloc...IDATE DigiWorld Summit Nov 2016 - Philippe Dewost opening keynote on the Bloc...
IDATE DigiWorld Summit Nov 2016 - Philippe Dewost opening keynote on the Bloc...Philippe DEWOST
 

Tendances (20)

Dii bostik 2019; La blockchain au service de la tracabilité
Dii bostik 2019; La blockchain au service de la tracabilitéDii bostik 2019; La blockchain au service de la tracabilité
Dii bostik 2019; La blockchain au service de la tracabilité
 
Marché de la blockchain
Marché de la blockchainMarché de la blockchain
Marché de la blockchain
 
Afterwork Blockchain : la prochaine technologie disruptive ?
Afterwork Blockchain : la prochaine technologie disruptive ?Afterwork Blockchain : la prochaine technologie disruptive ?
Afterwork Blockchain : la prochaine technologie disruptive ?
 
Conférence Blockchain 14 janvier 2016
Conférence Blockchain 14 janvier 2016Conférence Blockchain 14 janvier 2016
Conférence Blockchain 14 janvier 2016
 
Pres blockchain
Pres blockchainPres blockchain
Pres blockchain
 
Blockchain et autres registres distribués
Blockchain et autres registres distribuésBlockchain et autres registres distribués
Blockchain et autres registres distribués
 
Blockchain et titres financiers : évolution ou révolution ?
Blockchain et titres financiers : évolution ou révolution ?Blockchain et titres financiers : évolution ou révolution ?
Blockchain et titres financiers : évolution ou révolution ?
 
What's next for blockchain ? Matinée MEDEF du 27 juin 2016
What's next for blockchain ? Matinée MEDEF du 27 juin 2016What's next for blockchain ? Matinée MEDEF du 27 juin 2016
What's next for blockchain ? Matinée MEDEF du 27 juin 2016
 
La Blockchain: la fin des tiers de confiance?
La Blockchain: la fin des tiers de confiance?La Blockchain: la fin des tiers de confiance?
La Blockchain: la fin des tiers de confiance?
 
Business & Decision - Blockchain et applications : Etat de l'art
Business & Decision - Blockchain et applications : Etat de l'artBusiness & Decision - Blockchain et applications : Etat de l'art
Business & Decision - Blockchain et applications : Etat de l'art
 
La blockchain pour les nuls - Petit déjeuner OCTO Technology & d'Alverny
La blockchain pour les nuls - Petit déjeuner OCTO Technology & d'AlvernyLa blockchain pour les nuls - Petit déjeuner OCTO Technology & d'Alverny
La blockchain pour les nuls - Petit déjeuner OCTO Technology & d'Alverny
 
La technologie Blockchain - 1ere approche
La technologie Blockchain - 1ere approcheLa technologie Blockchain - 1ere approche
La technologie Blockchain - 1ere approche
 
La blockchain, quand l'individu sert au collectif... malgré lui
La blockchain, quand l'individu sert au collectif... malgré luiLa blockchain, quand l'individu sert au collectif... malgré lui
La blockchain, quand l'individu sert au collectif... malgré lui
 
Apports et freins de la Blockchain sur le secteur bancaire
Apports et freins de la Blockchain sur le secteur bancaireApports et freins de la Blockchain sur le secteur bancaire
Apports et freins de la Blockchain sur le secteur bancaire
 
La Blockchain : Au-delà du Bitcoin
La Blockchain : Au-delà du BitcoinLa Blockchain : Au-delà du Bitcoin
La Blockchain : Au-delà du Bitcoin
 
Blockchain, mythes et réalités
Blockchain, mythes et réalitésBlockchain, mythes et réalités
Blockchain, mythes et réalités
 
Conférence Blockchain OctoTechnology 9 mars 2016
Conférence Blockchain OctoTechnology  9 mars 2016Conférence Blockchain OctoTechnology  9 mars 2016
Conférence Blockchain OctoTechnology 9 mars 2016
 
IDATE DigiWorld Summit Nov 2016 - Philippe Dewost opening keynote on the Bloc...
IDATE DigiWorld Summit Nov 2016 - Philippe Dewost opening keynote on the Bloc...IDATE DigiWorld Summit Nov 2016 - Philippe Dewost opening keynote on the Bloc...
IDATE DigiWorld Summit Nov 2016 - Philippe Dewost opening keynote on the Bloc...
 
Formation BLOCKCHAIN
Formation BLOCKCHAINFormation BLOCKCHAIN
Formation BLOCKCHAIN
 
Kevin Bélanger
Kevin BélangerKevin Bélanger
Kevin Bélanger
 

Similaire à La blockchain,une révolution anthropologique ?

La technologie Blockchain: Applications Dans Le Secteur Financier
La technologie Blockchain: Applications Dans Le Secteur FinancierLa technologie Blockchain: Applications Dans Le Secteur Financier
La technologie Blockchain: Applications Dans Le Secteur FinancierHicham Hmimou
 
Livre Blanc Blockchain & Immobilier 26 avril 2016
Livre Blanc Blockchain & Immobilier 26 avril 2016Livre Blanc Blockchain & Immobilier 26 avril 2016
Livre Blanc Blockchain & Immobilier 26 avril 2016ARP-Astrance
 
ne Cartographie de l'Écosystème Blockchain Français
ne Cartographie de l'Écosystème Blockchain Françaisne Cartographie de l'Écosystème Blockchain Français
ne Cartographie de l'Écosystème Blockchain FrançaisBlockchain Innov
 
Rapport - La technologie blockchain promet des transactions programmables san...
Rapport - La technologie blockchain promet des transactions programmables san...Rapport - La technologie blockchain promet des transactions programmables san...
Rapport - La technologie blockchain promet des transactions programmables san...France Stratégie
 
Gt blockchain assises
Gt blockchain assisesGt blockchain assises
Gt blockchain assisesFabMob
 
3 minutes pour comprendre ... la Blockchain
3 minutes pour comprendre ... la Blockchain3 minutes pour comprendre ... la Blockchain
3 minutes pour comprendre ... la BlockchainAlain KHEMILI
 
La Blockchain,définition, cas d'usage, état des lieux et perspectives
La Blockchain,définition, cas d'usage, état des lieux et perspectivesLa Blockchain,définition, cas d'usage, état des lieux et perspectives
La Blockchain,définition, cas d'usage, état des lieux et perspectivesCSA CONSULTING
 
How Blockchain Met Your Team?
How Blockchain Met Your Team?How Blockchain Met Your Team?
How Blockchain Met Your Team?Futurs.io
 
La Blockchain dans l’Immobilier - H2 University
La Blockchain dans l’Immobilier - H2 UniversityLa Blockchain dans l’Immobilier - H2 University
La Blockchain dans l’Immobilier - H2 UniversityH2 University
 
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...La French Team
 
Gouvernance numérique, technologie blockchain et décentralisation de la société
Gouvernance numérique, technologie blockchain et décentralisation de la sociétéGouvernance numérique, technologie blockchain et décentralisation de la société
Gouvernance numérique, technologie blockchain et décentralisation de la sociétéGeoffroi Garon-Épaule
 
Keynote Trend Marketing Conference 2019 - Marrakech - Tendances sur la Blockc...
Keynote Trend Marketing Conference 2019 - Marrakech - Tendances sur la Blockc...Keynote Trend Marketing Conference 2019 - Marrakech - Tendances sur la Blockc...
Keynote Trend Marketing Conference 2019 - Marrakech - Tendances sur la Blockc...Sébastien Bourguignon
 
How blockchainmetyourcomex2018 2
How blockchainmetyourcomex2018 2How blockchainmetyourcomex2018 2
How blockchainmetyourcomex2018 2Loic Poujol
 
Guide Blockchain et Publicité - IAB France
Guide Blockchain et Publicité - IAB FranceGuide Blockchain et Publicité - IAB France
Guide Blockchain et Publicité - IAB FranceFullstaak
 
Technologies de confiance et société ouverte - Communautique
Technologies de confiance et société ouverte - CommunautiqueTechnologies de confiance et société ouverte - Communautique
Technologies de confiance et société ouverte - CommunautiqueGeoffroi Garon-Épaule
 
Cwin16 - Paris - blockchain
Cwin16 - Paris - blockchainCwin16 - Paris - blockchain
Cwin16 - Paris - blockchainCapgemini
 
Bpifrance le lab le numerique deroutant acte 2
Bpifrance le lab le numerique deroutant acte 2Bpifrance le lab le numerique deroutant acte 2
Bpifrance le lab le numerique deroutant acte 2Bpifrance
 
De la Blockchain en Propriété Intellectuelle
De la Blockchain en Propriété IntellectuelleDe la Blockchain en Propriété Intellectuelle
De la Blockchain en Propriété IntellectuelleQuentin Lacour
 

Similaire à La blockchain,une révolution anthropologique ? (20)

Blockchain
BlockchainBlockchain
Blockchain
 
La technologie Blockchain: Applications Dans Le Secteur Financier
La technologie Blockchain: Applications Dans Le Secteur FinancierLa technologie Blockchain: Applications Dans Le Secteur Financier
La technologie Blockchain: Applications Dans Le Secteur Financier
 
Livre Blanc Blockchain & Immobilier 26 avril 2016
Livre Blanc Blockchain & Immobilier 26 avril 2016Livre Blanc Blockchain & Immobilier 26 avril 2016
Livre Blanc Blockchain & Immobilier 26 avril 2016
 
ne Cartographie de l'Écosystème Blockchain Français
ne Cartographie de l'Écosystème Blockchain Françaisne Cartographie de l'Écosystème Blockchain Français
ne Cartographie de l'Écosystème Blockchain Français
 
Rapport - La technologie blockchain promet des transactions programmables san...
Rapport - La technologie blockchain promet des transactions programmables san...Rapport - La technologie blockchain promet des transactions programmables san...
Rapport - La technologie blockchain promet des transactions programmables san...
 
Gt blockchain assises
Gt blockchain assisesGt blockchain assises
Gt blockchain assises
 
3 minutes pour comprendre ... la Blockchain
3 minutes pour comprendre ... la Blockchain3 minutes pour comprendre ... la Blockchain
3 minutes pour comprendre ... la Blockchain
 
La Blockchain,définition, cas d'usage, état des lieux et perspectives
La Blockchain,définition, cas d'usage, état des lieux et perspectivesLa Blockchain,définition, cas d'usage, état des lieux et perspectives
La Blockchain,définition, cas d'usage, état des lieux et perspectives
 
How Blockchain Met Your Team?
How Blockchain Met Your Team?How Blockchain Met Your Team?
How Blockchain Met Your Team?
 
La Blockchain dans l’Immobilier - H2 University
La Blockchain dans l’Immobilier - H2 UniversityLa Blockchain dans l’Immobilier - H2 University
La Blockchain dans l’Immobilier - H2 University
 
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...
 
Gouvernance numérique, technologie blockchain et décentralisation de la société
Gouvernance numérique, technologie blockchain et décentralisation de la sociétéGouvernance numérique, technologie blockchain et décentralisation de la société
Gouvernance numérique, technologie blockchain et décentralisation de la société
 
Keynote Trend Marketing Conference 2019 - Marrakech - Tendances sur la Blockc...
Keynote Trend Marketing Conference 2019 - Marrakech - Tendances sur la Blockc...Keynote Trend Marketing Conference 2019 - Marrakech - Tendances sur la Blockc...
Keynote Trend Marketing Conference 2019 - Marrakech - Tendances sur la Blockc...
 
How blockchainmetyourcomex2018 2
How blockchainmetyourcomex2018 2How blockchainmetyourcomex2018 2
How blockchainmetyourcomex2018 2
 
Guide Blockchain et Publicité - IAB France
Guide Blockchain et Publicité - IAB FranceGuide Blockchain et Publicité - IAB France
Guide Blockchain et Publicité - IAB France
 
Technologies de confiance et société ouverte - Communautique
Technologies de confiance et société ouverte - CommunautiqueTechnologies de confiance et société ouverte - Communautique
Technologies de confiance et société ouverte - Communautique
 
Introduction au web3.pdf
Introduction au web3.pdfIntroduction au web3.pdf
Introduction au web3.pdf
 
Cwin16 - Paris - blockchain
Cwin16 - Paris - blockchainCwin16 - Paris - blockchain
Cwin16 - Paris - blockchain
 
Bpifrance le lab le numerique deroutant acte 2
Bpifrance le lab le numerique deroutant acte 2Bpifrance le lab le numerique deroutant acte 2
Bpifrance le lab le numerique deroutant acte 2
 
De la Blockchain en Propriété Intellectuelle
De la Blockchain en Propriété IntellectuelleDe la Blockchain en Propriété Intellectuelle
De la Blockchain en Propriété Intellectuelle
 

La blockchain,une révolution anthropologique ?

  • 1. Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation EMBA 2017-2018 Pour les profanes, la blockchain (ou chaine de blocs) est souvent associée à un monde opaque. Pour les initiés, cette nouvelle technologie pourrait bien être la quatrième révolution industrielle, tant elle bouleverse les fondamentaux de notre économie. Banque, finance, notariat, objets connectés, monde du spectacle, philosophie... les champs des possibles sont aussi vastes que variés1. Table des matières Introduction............................................................................................................................................. 2 Comment ça fonctionne ?....................................................................................................................... 3 Des applications à l’infini…...................................................................................................................... 4 Garantie des obligations contractuelles .............................................................................................. 4 Traçabilité ............................................................................................................................................ 4 Conformité........................................................................................................................................... 5 Dématérialisation de la monnaie......................................................................................................... 6 L’émergence de nouveaux business model ......................................................................................... 7 Dépasser l’ubérisation..................................................................................................................... 7 L’impact sur les professions du chiffre............................................................................................ 7 La « barterisation ».......................................................................................................................... 8 Le paradoxe environnemental ................................................................................................................ 9 Conclusion ............................................................................................................................................. 10 Quelques références.......................................................................................................................... 12 1 J’aborderai rapidement les impacts de cette technologie sur la profession réglementée (expertise comptable, commissariat aux comptes et audit) dans laquelle j’exerce mon activité.
  • 2. Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation EMBA 2017-2018 Introduction Le cabinet américain Gartner publie chaque année son analyse du cycle d’adoption des technologies et liste les applications qui révolutionneront les marchés dans les dix prochaines années. L’étude est retranscrite sous forme de courbe, le Hype Cycle, qui met en évidence que les innovations technologiques se font en deux temps : - Le premier temps correspond à la découverte : la technologie porte des espoirs démesurés mais son application déçoit ; soit la technologie crée un nouveau produit ou service et il n’est pas à la hauteur des attentes, soit il s’agit d’une nouvelle technologie qui remplace une ancienne, n’apporte pas de valeurs supplémentaires perceptibles mais juste du changement. - Le second temps (celui qui crée de la valeur) apparaît quand la technologie est intégrée et mieux connue ; elle s’associe alors naturellement à d’autres connaissances qui, en se combinant, génèrent de nouveaux usages ou caractéristiques qui portent la valeur. Dans son édition 2017, Gartner identifie trois grandes familles de technologies émergentes : l’intelligence artificielle ; les expériences immersives ; les plates-formes numériques, intégrant la blockchain, qui présentent une mutation des infrastructures, passant d’un modèle en silos fermés à des écosystèmes ouverts. Question : La blockchain est-elle bien positionnée sur la courbe de Gartner ?
  • 3. Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation EMBA 2017-2018 Gilles BABINET, Digital Champion de la France à la Commission Européenne2 , met en garde contre les phénomènes de Hype, selon laquelle les innovations « à la mode » connaissent d’abord une phase d’emballement médiatique très rapide, jusqu’à atteindre un pic où les attentes sont exagérées, avant une phase décroissante de désillusion (les produits sur le marché ne répondent pas aux très fortes attentes suscitées), pour finalement atteindre une phase de développement plus lente mais progressive et solide, avec des produits de 2ème génération vendus sur un marché devenu plus mature. « La blockchain change la nature des choses en rendant les échanges plus horizontaux ». Selon Gilles BABINET, avec l’aplatissement du monde, chacun est en mesure de s’emparer de la connaissance et la blockchain est amenée à jouer un rôle central dans ce nouveau paradigme. Comment ça fonctionne ? Initialement, la technologie blockchain a été mise au point pour permettre la création d’un système sécurisé des échanges de la cryptomonnaie Bitcoin, par une personnalité « hypothétique », Satoshi NAGAMOTO. Le Bitcoin est ainsi né après la crise financière de 2008, d'une défiance à l'égard du système bancaire et financier. La blockchain repose sur quatre piliers : la décentralisation des données, la sécurité via la cryptographie, la transparence et l'autonomie. C’est une technologie de stockage et de transmission d'informations transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. Par extension, c'est une base de données qui contient l'historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Elle est sécurisée et distribuée, partagée entre ses différents utilisateurs, sans intermédiaire. Cette structure permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne par un système de « minage » (mining). Dans la blockchain, chaque acteur dispose d'une copie, chacun peut consulter l'historique d'une transaction et se porter garant de l'intégrité d'une donnée. A chaque nouvelle information inscrite, l'ensemble de la chaîne est recalculée et cryptée afin de garantir l'authenticité des données. Ainsi, c'est une base de données indélébile, immuable. Dès qu'une information entre dans la blockchain, elle est validée par un « mineur » et en quelque sorte gravée dans le « marbre numérique ». Ceci pour faire simple car à mon sens, il faut arrêter d’en parler techniquement3 ; de la même manière que les « appli » ont fait oublier les éléments techniques du réseau Internet, il semble maintenant important de se focaliser sur des cas d'usage en tenant pour acquis que l'infrastructure blockchain est opérationnelle. 2 C'est-à-dire responsable des enjeux de l'économie numérique et chargé de promouvoir les avantages d'une société numérique en France. 3 Est-il nécessaire de connaître les avantages compétitifs entre preuves de travail (proof of work), preuve d'enjeu (proof of stake) ou preuve d'autorité (proof of authority), le hashage, les algorithmes de minage, le rôle d'un oracle pour un Smart Contract ?
  • 4. Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation EMBA 2017-2018 Des applications à l’infini… Garantie des obligations contractuelles Les smart contracts constituent l'une des illustrations de l'utilisation de la blockchain pour sécuriser les transactions contractuelles. Ces protocoles informatiques exécutent automatiquement les termes d'un contrat ; leur objectif est de satisfaire les conditions contractuelles, comme les termes du paiement ou ceux de la livraison, mais aussi ceux de la confidentialité, et même de l'exécution des obligations réciproques. Le caractère numérique et automatisé du contrat permet à deux partenaires de nouer une relation commerciale sans qu'ils aient besoin de se faire confiance au préalable, sans autorité ou intervention centrale. C'est le système lui-même, et non ses agents, qui garantit l'honnêteté de la transaction. Une fois le contrat respecté entre les différents objets, le paiement se fait de façon automatique. Par exemple, incorporés dans des objets connectés, ces contrats offriraient la possibilité : - à une banque de reprendre le contrôle d'un véhicule acheté avec un crédit si l'emprunteur ne payait pas une mensualité ; - à un réfrigérateur de constater l’absence d’aliments et de se connecter avec le commerçant pour demander directement une livraison. Les champs des possibles sont aussi vastes que variés : - La chanteuse anglaise Imogen HEAP souhaite utiliser ce procédé pour permettre aux artistes de gagner immédiatement leurs ayants-droits, sans intermédiaire ; - Dans les transports, AXA lance une plateforme d'assurance paramétrique, baptisée Fizzy, avec un contrat intelligent qui déclenche un remboursement dès que le retard est constaté, grâce à un outil de suivi de vols, sans justificatif. Traçabilité La blockchain offre la possibilité d'une multitude de nouveaux business modèles et les entreprises commencent à comprendre son intérêt pour la traçabilité et l'intégrité de leurs données. Par exemple, Carrefour a mis en place cette technologie pour garantir le suivi de ses poulets ! La blockchain pourrait profondément moderniser le commerce international, en réduisant fortement ses coûts et en accélérant significativement les transports de marchandises maritimes, comme l’a permis le conteneur en son temps. Au-delà du fret maritime, la blockchain représente plus globalement un nouveau paradigme de standardisation et numérisation des chaînes logistiques, qui reposent encore aujourd’hui bien souvent sur des documents papiers. L’armateur danois Maersk, leader mondial du fret maritime, a annoncé début 2017 le lancement d’un projet pilote fondé sur la technologie blockchain Hyperledger Fabric pour numériser sa chaîne d’approvisionnement de bout en bout. En permettant l’inscription de façon transparente et inviolable de chaque déplacement de conteneurs sur une blockchain, Maersk entend améliorer la traçabilité des millions de conteneurs qui passent entre les mains de multiples parties prenantes - expéditeurs, transitaires, douanes, transporteurs, ports.
  • 5. Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation EMBA 2017-2018 La blockchain est aussi perçue comme une opportunité pour les pays en voie de développement de réaliser un bon en avant, à l'image de ce qui s'est passé avec l'arrivée de la téléphonie mobile. Par exemple, elle assure la traçabilité de la fonction cadastrale et permet d'attester que l'on est bien propriétaire d'un terrain, ce qui est difficile à prouver en Afrique car il n'existe pas de registre fiable. Conformité De façon inattendue, Datecoin, un site de rencontres, s’est emparée de la blockchain dans un souci de conformité, voire de « compatibilité », en remodelant la vie privée avec des technologies de pointe. L’identification sans ambiguïté des utilisateurs est l’un des problèmes clés des sites rencontres en ligne. Robots et escrocs ont tendance à voler l’identité des personnes. Les photos attrayantes et les profils complétés ne garantissent pas que l’on rencontre réellement la même personne. Avec le temps et l’argent dépensés, les utilisateurs déçus ont tendance à éviter d’utiliser ces services. Datecoin résout ce problème avec des technologies de pointe, en utilisant l’intelligence artificielle et la blockchain. La mécanique de l’identification sans ambiguïté des utilisateurs est assez simple. L’utilisateur autorisé peut vérifier l’identité du partenaire lors d’une rencontre réelle via une note de transaction chiffrée dans le registre des données distribuées. Après cela, le partenaire devient autorisé et capable de confirmer l’identité des autres utilisateurs lors des rencontres réelles. Dans un premier temps, pour être autorisé, l’utilisateur doit s’inscrire pour au moins un mois et avoir une connexion sociale stable avec les autres utilisateurs. Ainsi Datecoin peut résoudre non seulement un problème informatique donné, mais aussi construire un véritable écosystème de personnes qui pourront valider le profil des autres membres, avec un mécanisme efficace et fiable : - Habituellement, un utilisateur moyen rencontre plusieurs personnes, de sorte qu’il ou elle peut au moins vérifier l’identité d’un utilisateur. - Avec des comptes entièrement vérifiés (2 étapes terminées), la popularité des comptes partiellement vérifiés (1 étape terminée) diminuera de façon spectaculaire, laissant pratiquement aucune chance aux utilisateurs non vérifiés. Enfin, la blockchain minimise les risques de falsification de signature (pour les utilisateurs vérifiés) à l’étape de la transaction ; et en tant qu’algorithme open-source, la blockchain permet d’identifier simplement la fraude. Le traitement des diplômes A partir du baccalauréat, puis chèrement acquis après de longues années d'études, ce précieux diplôme se présente sous la forme d'un papier au format A4. Bien que ce support ne réduise en rien notre satisfaction et la légitimité de notre savoir, il convient de s'interroger sur son évolution. On peut facilement imaginer une blockchain publique introduite par l'Education nationale qui permettra d'authentifier le diplôme du candidat. Assurément un gain de temps pour les services RH, en charge de la vérification des informations présentes sur un CV.
  • 6. Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation EMBA 2017-2018 Dématérialisation de la monnaie Pour Sébastien GOUSPILLOU, co-fondateur et CEO de BigBlock Data Center à Orvault4 , l’enjeu de l’innovation blockchain ne relève pas de la traçabilité mais bien du « jeton » (ou token5 ) ; à savoir ce que les crypto-monnaies6 vont permettre dans un avenir proche, non seulement dans une approche économique mais surtout sociétale. En effet, 40% des adultes dans le monde n’ont pas accès à un compte bancaire alors qu’ils peuvent utiliser facilement le réseau internet. Ainsi, comme ils ne disposent pas de canal financier, ils ne peuvent pas rendre leur site web « marchand ». Il y a donc à travers le monde un potentiel de business en ligne émergent grâce aux crypto-monnaies. Et qui dit affaires, dit revenus, intégration, éducation, démocratie…. Révolution sociétale… L'émergence de cette nouvelle économie suscite pourtant des craintes dans le milieu bancaire. Le cours des crypto-monnaies varient de façon totalement anarchique. « Il y a un risque concernant la régulation, le stockage et la transmission des données", estime Sébastien MOLLIN, le directeur régional de CIC Lyonnaise de Banque7 . Mais, après avoir dénigré cette technologie qui pouvait leur faire de l’ombre, les banques commencent à se saisir de cet outil, avec des premières applications concrètes ; par exemple : - la Banque de France s'apprête à utiliser la blockchain pour gérer les virements SEPA. - BNP Paribas et EY ont mis en œuvre un pilote de blockchain privée pour comprendre comment cette technique peut améliorer le fonctionnement de la trésorerie interne de la banque. Cofondateur de la Maison du Bitcoin, Eric LARCHEVEQUE est directeur général de Ledger, l’une des startups les plus prometteuses de l’univers blockchain. Son mini-coffre digital pour crypto-monnaies, fabriqué à Vierzon s’est écoulé à plus d’un million d’exemplaires dans 165 pays (environ un tiers en Europe, un tiers aux États-Unis et un tiers en Asie). Il espère faire de Ledger un géant technologique européen des solutions de sécurité. 4 Rencontré sur site le 8 juin 2018, en compagnie de Pierre ALLAIN, Sébastien JONCHERAY – EMBA Audencia, et de Vassil DIAKOV, Consultant ADQ8. 5 Un « token » est un actif numérique pouvant être transféré sans duplication entre deux parties sur Internet, sans nécessiter ni accord ni intervention d’un tiers. Il permet ainsi de surmonter un problème encore non-résolu jusqu’à présent : échanger, sur Internet, de la valeur fondée sur de la rareté en pair à pair, c’est-à-dire d’un individu à un autre, sans passer par une autorité centrale. 6 Il en existe plus de 1300 à ce jour dont Bitcoin, Ethereum, Ripple, Litecoin, Dash, NEO… 7 La Tribune 24/05/2018–- Blockchain : Une technologie qui amène des changements fondamentaux - Elise Moreau
  • 7. Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation EMBA 2017-2018 L’émergence de nouveaux business model Dépasser l’ubérisation La Zooz est une start-up israélienne8 qui propose un service de covoiturage entièrement repensé car décentralisé et détenu par sa communauté. Il permet aux conducteurs et aux passagers de se connecter en temps réel pour remplir les sièges vides des conducteurs, sans avoir à s’appuyer sur un acteur intermédiaire pour la mise en relation : tout passe par une plateforme autogérée et décentralisée. Le service n’est pas détenu par ses fondateurs ou par un quelconque investisseur extérieur, mais bien par la communauté de ses utilisateurs. Les conducteurs sont rémunérés en token (basé sur le bitcoin) stockés sur une blockchain. La valeur des jetons diminue avec l’augmentation du nombre d’utilisateurs inscrits : le but est de favoriser les early-adopters afin d’accélérer le développement de l’application, qui ne pourra fonctionner optimalement que lorsqu’une certaine taille critique aura été atteinte. L’impact sur les professions du chiffre L’introduction de la technologie blockchain dans les domaines financiers ouvre la possibilité à un registre central d’auto-valider les écritures comptables des entreprises grâce à un contrôle automatique et en temps réel (tenue de la comptabilité, révision comptable, fiches de paie et missions RH connexes). A priori, la blockchain remet fondamentalement en cause le rôle actuel des auditeurs et experts- comptables, et plus largement celui des intermédiaires et autres tiers de confiance (banques, notaires, cadastre, huissiers, greffes, etc.). Si ce véritable registre notarial en ligne (un grand-livre comptable en quelque sorte) devait exister, il permettrait de rendre les comptes des sociétés beaucoup plus transparents, rendant alors caduc le rôle des professionnels du chiffre. Mais la destruction est aussi souvent créatrice avec les ruptures technologiques. La blockchain s’avère en effet un puissant levier pour automatiser les missions de base, et donc réduire fortement les coûts des cabinets. Finalement, cette innovation vient rappeler une fois encore à la profession qu’elle conservera son utilité et ses positions qu’à condition d’apporter une couche de valeur ajoutée humaine — via les missions de conseil — à des services largement banalisés par la vague technologique. Si les Big4 (Deloitte, KPMG, EY 9 et PWC) se sont emparés de cette question, les quelques 2000 autres cabinets indépendants en France s’interrogent encore (et toujours…) sur les conséquences de cette technologie sur l’organisation et l’exercice de la profession. Quelques usages « faciles » permettraient d'ouvrir l'horizon des opportunités : 8 Cf. learning trip EMBA octobre 2017 sur la transformation digitale – « Israël, start-up nation » 9 EY s’est doté d’un espace collaboratif unique dédié à l’innovation et la production de services en Analytics, Cyber et Digital, croisant les expertises des quatre métiers du cabinet (audit, conseil, fiscalité et droit, transactions).
  • 8. Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation EMBA 2017-2018 - La lettre de mission est obligatoire (article 151 du décret 2012-432 du 30 mars 2012 relatif à l'exercice de l'activité d'expertise-comptable) : ne pourrait-on pas imaginer une blockchain privée, sous l'égide de l'Ordre des experts-comptables, qui permettrait de réaliser des lettres de mission directement depuis une blockchain ? - L’obligation de reconnaissance du bénéficiaire effectif de la prestation : introduite par la norme de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, l’expert- comptable a une obligation de vigilance à l'égard de l'identification du client et du bénéficiaire effectif de ses prestations. La création d'une blockchain publique par le législateur pourrait confirmer l'identité numérique des clients et permettrait de répondre de manière positive à ces obligations normatives. La « barterisation »10 La cryptographie et la blockchain induisent donc une révolution qui bouleversera la société et l’économie : la « tokenisation » de presque tout (vie privée, gouvernance, assurance, titres, communications, transactions immobilières, système bancaire, échanges d’actifs, engagement contractuel, commerce entre pairs, etc.). Elle permettra la création d’unités de compte correspondant à la valeur créée, et facilitera les échanges par compensation (ou barterisation). Des communautés d’entreprises pourront être créées « de fait », mais plus vraisemblablement dans des segments économiques, industriels, serviciels, ou commerciaux, eux-mêmes structurés par les relations « clients fournisseurs », en filières établies historiquement (exemple : céréaliers, minotiers, boulangers). Les processus de digitalisation et de dématérialisation créeront les opportunités de développer beaucoup plus les barters désintermédiés du fait de la confiance dans ces systèmes irréversibles, infalsifiables et permanents. Les applications blockchain pourront aussi être d’une extrême utilité également dans les bourses de valeurs : tous les intermédiaires deviendraient inutiles et disparaitre (crédits documentaires, banque trustee, intermédiaires en produits financiers, chambre de compensation, etc.). Pour conclure cette présentation non exhaustive des applications de la technologie blockchain, force est de constater qu’à l’heure actuelle, nous en sommes encore à une période « chaotique » d’explosion de projets, d’ICO11 et de crypto-monnaies, etc., sans structuration, organisation ou ordonnancement spécifique. E c’est dans ce type de période que la créativité et l’innovation se développent « tout azimut »… 10 Le barter (ou bartering) désigne l'échange de marchandises entre entreprises. Le concept est apparu aux États-Unis dans les années 1930 et ne concernait que le financement d'émissions radio ou télé, dites soap opera, contre de l'espace publicitaire. Au fil des années le barter a évolué et reprend à présent l'idée du troc entre les entreprises. 11 N’est pas abordée ici la « folie » des ICO (initial coin offering) représentée par cette animation caractéristique (dataviz) : https://elementus.io/token-sales-history
  • 9. Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation EMBA 2017-2018 Le paradoxe environnemental La consommation énergétique de la blockchain est souvent pointée du doigt. Avec l’engouement qu’a connu le Bitcoin, les transactions se sont multipliées et le nombre de mineurs également. 100 à 120 centres de minage s’ouvrent chaque trimestre dans le monde (la Chine détenait 80% de cette capacité il y a 2 ans, tombée désormais à 50%, concurrencée par les Pays de l’Est notamment). Ce phénomène a induit une hausse du volume d’électricité consommée. La consommation énergétique du Bitcoin entre mars 2017 et février 2018 (source : digiconomist.com) En effet, un mineur de Bitcoin alloue sa puissance de calcul via son ordinateur afin de réaliser des calculs complexes. Plus la chaîne de blocs est longue, plus il y a de blocs à vérifier et de transactions à chiffrer. Ainsi, le minage est plus long et en définitive de plus en plus coûteux et gourmand. Actuellement, si les mineurs de bitcoin étaient regroupés en un pays, sa consommation énergétique de 50TWh le placerait à la 48ème place, juste au-dessus de l’Algérie et en dessous de la Grèce. « Les problèmes sont le prix du progrès » - Charles Franklin Kettering12 Tenter de résoudre les problèmes rencontrés par le Bitcoin, tant dans son minage que dans ses transactions, permet un certain progrès dans le monde de la blockchain, voire des innovations. Des solutions existent : - pallier les coûts de transaction grandissants du Bitcoin et ses problèmes de scalabilité13 en passant par des monnaies alternatives comme le Ripple ou l’Ethereum, plus performantes en cas de montée en charge des utilisateurs ; - utiliser une technologie partiellement implantée sur la blockchain (le lightning network), fonctionnant comme une surcouche de la blockchain pour faire passer les transactions « au- dessus » de cette dernière à l’aide de contrats intelligents, sans avoir à se soucier des frais parfois exorbitants et du temps d’attente trop long. 12 Ingénieur électricien américain (1876-1958), inventeur du démarreur électrique des voitures, supprimant l'usage de la manivelle. 13 Capacité à monter en charge (actuellement, pour le Bitcoin, 7 transactions par seconde dans le monde).
  • 10. Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation EMBA 2017-2018 Les inconvénients écologiques majeurs du minage (forte consommation électrique et production de chaleur par les ordinateurs) pourraient à terme se transformer en opportunité : - L’exploitation « propre » du parc hydroélectrique français, dont seuls 20% appartiennent à EDF et dont certains sites sont fermés ; on pourrait y associer des fermes de minage qui consommeraient (tout comme pour un parc éolien) l’excédent électrique non stockable. - L’exploitation de « chaleur numérique » utilisant l’excédent calorifique des ordinateurs pour la production d’eau chaude (ce projet est à l’étude par Dalkia). Conclusion Si l'essor de la blockchain est si bouleversant, c'est que celle-ci vient transformer deux ordres d'une importance considérable pour toute société humaine : - La première transformation, économique, est celle des modes matériels de transaction. - La seconde, politique, est celle qui voit des réseaux privés se substituer à l'action des institutions, qui auparavant proposaient une régulation à la fois publique et centralisée. Légiférer ? Au lieu de laisser la blockchain se développer seule et risquer de perdre le contrôle en cas de dérives, la France a choisi la stratégie d'adapter le droit au fur et à mesure de son déploiement, afin de ne pas bloquer le développement de la technologie, tout en assurant que les objectifs fondamentaux de la réglementation financière soient respectés (à savoir la protection du consommateur, la stabilité financière et la lutte contre le blanchiment d'argent). En 2016, elle a été le premier pays à légiférer, avec une loi sur le financement participatif autorisant l'utilisation de la blockchain, puis en 201714 sur le transfert de certains titres financiers au moyen d'une blockchain (ce n’est pas anecdotique puisque le marché des titres concernés représente tout de même 400 milliards d’euros !). Beaucoup de choses restent à expérimenter et les parlementaires français en ont conscience. Une mission d'information sur la blockchain est déjà au travail à l'Assemblée nationale15 Cette stratégie à la fois d'accompagnement et d'encadrement, la France veut la porter au-delà de ses frontières. Avec l'Allemagne, les deux pays ont écrit à leurs partenaires du G20 pour lancer des projets communs sur la réglementation de la blockchain. Ou pas ! L’idée de régulation n’est-elle pas antinomique avec le concept même de blockchain ? Satoshi NAKAMOTO a proposé un changement de paradigme : passer d’un système pyramidal et centralisé à une société de réseau, décentralisée, gérée par l’ordre spontané. 14 Ordonnance n° 2017-1674 du 8 décembre 2017 relative à l'utilisation d'un dispositif d'enregistrement électronique partagé pour la représentation et la transmission de titres financiers 15 https://blockchainfrance.net/2018/02/26/lassemblee-nationale-sempare-du-sujet-blockchain/
  • 11. Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation EMBA 2017-2018 En économie, un ordre spontané est un ordre social qui émerge spontanément du comportement et des interactions des individus, sans qu'aucune instance planificatrice ou créatrice n'ait structuré ou organisé un tel ordre. Ceci n'exclut cependant pas l'existence de règles élaborées qui contribuent à créer un cadre pour favoriser l'émergence de l'ordre spontané. La notion d'ordre spontané est un des thèmes centraux de Friedrich HAYEK, économiste et philosophe ; selon lui, l'ordre qui règne sur un marché libéralisé est un ordre spontané. Historiquement, cette notion remonte aux Lumières; elle a été reprise par Adam SMITH avec la fameuse image de la « main invisible » (tout est une question de cycle de pensée !). Satoshi NAKAMOTO avait parfaitement conscience que s’attaquer au « système » ne faisait aucun sens. Proposer une alternative sous la forme d’une monnaie et d’un réseau de paiement accessibles à tous est une bien meilleure idée. Se baser sur Internet, la décentralisation et la cryptographie afin d’en assurer son intégrité, sa sécurité et sa résistance à la censure, est une révolution ! Ainsi, à mon avis, la blockchain s’inscrit dans une véritable révolution anthropologique qui va au- delà de la révolution technologique.
  • 12. Laure Bernuau-Diakov Management de l’innovation EMBA 2017-2018 Quelques références  Joël de Rosnay, Jacques Secondi - 30/05/2012 : Les clés du nouveau pouvoir transversal issu du “chaos numérique” et du “peer-to-peer” par un spécialiste de la prospective - Le Nouvel Economiste  Yves Caseau et Serge Soudoplatoff – 06/2016 : La Blockchain, ou la confiance distribuée - Think Tank Fondapol  Jacques Favier, Adli Takkal - 24/05/2017 : Bitcoin, la monnaie acéphale - CNRS Edition  Philippe Simonnot – 03/2017 : Le Bitcoin, un jeu d'enfant - Le Nouvel Economiste  ADQ8 Consulting – 06/2017 : Blockchain et barter : deux « bouées » de sauvetage pour les experts comptables ? (https://adq8consulting.blogspot.com/)  Philippe Gattet, Eline Maurel, Baptiste Giordano – 10/2017 : L’expertise comptable et l’audit à l’horizon 2019 - Xerfi Précepta  Etienne Goetz – 16/01/2018 : Le bitcoin est-il vraiment une plaie pour la planète ? - Les Echos  Enquête DELOITTE - 02/2018 : Les Français et les nouveaux services financiers -Fintech et Insurtech, où en sommes-nous ?  Alain Fauqueur, économiste et ancien expert de l'ONU – 24/04/2018 : Le bitcoin aura fait progresser la désintermédiation et nourri craintes bancaires et espoirs libertaires – Le Monde  Hugues Robert - 01/06/2018 : La blockchain pour les commissaires aux comptes : entre menace et opportunité - Le Monde du Chiffre  Laurence Boisseau– 07/06/2018 : L'AMF veut avancer vite sur les ICO - Les Echos  Robert Skidelsky, professeur d’économie politique à l’université de Warwick - 07/06/2018 : « Pourquoi le bitcoin n'est pas l'avenir de la monnaie » Les Echos  CCI de Maine-et-Loire Angers - 25 juin 2018 - La blockchain en 2018: enfin business - ready ? Le bitcoin n’est qu’un exemple de projet utilisant une blockchain parmi d’autres ! Il est aujourd’hui possible, par exemple, d’assurer la traçabilité de denrées de manière infalsifiable grâce à une blockchain. Entre fantasmes et mythes, quelle est la réalité du potentiel des blockchains pour les TPE/PME aujourd’hui ?