Le parti pris des choses


      FRANCIS PONGE




Maindron Thomas - Martineau Clément
A court des hâleurs, deux chaînes sans cesses tirant l’impasse à eux sur le grau du roi,
la marmaille au milieu criait près des paniers :
RES
PAUV
s
   heur
pec
Voici l’extrait déclaré aux lanternes :
«D
  em
                                                                                                                  ...
La mer jusqu’à
l’approche de ses
limites est une
chose simple qui
se répète flot par
flot.
La mer jusqu’à
l’approche de ses
limites est une
chose simple qui
se répète flot par
flot.
is que l’air m                               r les variat
Tand                                     i t pa                 ...
jusqu’à leur
               garde roche
                             use de larg
                                         ...
Au contraire des escarbilles qui sont les hôtes des
cendres chaudes, les escargots aiment la terre humide.
GO ON
- Ils avancent collés à elle de tout leur corps -
Ils la traversent.
                                                         Elle les traverse.
Ils en emportent. Ils en ma...
L’
A noter d’ailleurs que s’ils aiment la terre humide ils n’affectionnent pas les endroits où la proportion devient en fa...
eau . nf. Elle est blanche et brillante,
informe et fraîche, passive et obstinée
dans son seul vice: la pesanteur ;
dispos...
Si b
          ie
 n que l’on peut fair
         ed
               el
                      ui




                       ...
...s‘abimer   en   pluie
La pluie
 descend à des
allures diverses.
 Au centre c’est
   un fn rideau
    discontinu,
    une chutte
implacable mais
...
Ceci rend l’atmosphère à
 la fois brumeuse et sêche,
échevelée, où la cigarette est
 toujours posée de travers.
Puis sa personne : Une petite torche beuacoup moins lumineuse que parfumée d’où se détachent et
choient selon un rythme à déterminer un nombre calculable de petites masses de cendes.
ord toutes
                                  ’ab
                                d
                            ,
         ...
qui s’écha
                                                                                             gaz
              ...
Dès lors, le papillon erratique ne se pose plus
                                                         qu’au hasard de s...
Allumette volante, sa flamme n’est pas contagieuse




                      Et d’ailleurs, il arrive trop tard, il ne peu...
Il faut donc attendre jusqu’au printemps...
...où tout reprend force, saute de pierre en pierre et change de pré.
Les ruisseaux se multiplient
Martineau   Maindron
Martineau   Maindron
Martineau   Maindron
Martineau   Maindron
Martineau   Maindron
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Martineau Maindron

1 559 vues

Publié le

Publié dans : Sports, Industrie automobile
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 559
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
27
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Martineau Maindron

  1. 1. Le parti pris des choses FRANCIS PONGE Maindron Thomas - Martineau Clément
  2. 2. A court des hâleurs, deux chaînes sans cesses tirant l’impasse à eux sur le grau du roi,
  3. 3. la marmaille au milieu criait près des paniers :
  4. 4. RES PAUV
  5. 5. s heur pec
  6. 6. Voici l’extrait déclaré aux lanternes :
  7. 7. «D em » i ed r. me e po a sl i ss er v on es s ab ét cr e s in de ts pa ur to r su re rs de a uts s art da qu ns is le tro sa et ble ,
  8. 8. La mer jusqu’à l’approche de ses limites est une chose simple qui se répète flot par flot.
  9. 9. La mer jusqu’à l’approche de ses limites est une chose simple qui se répète flot par flot.
  10. 10. is que l’air m r les variat Tand i t pa ou par un ion re, êm so sd e tracas tu se e sa tempéra e ne h os c mations par lui-m ue for e besoin d’ ême aq iqu in sur ch ’ influ trag ence et d feuillette pourtan te erfciellement t co rne que sup le vo rin, ma lum in eux tome L’autre élém ent plus sta ble qui nou s supporte y plonge ob liquement
  11. 11. jusqu’à leur garde roche use de larg es couteux terreux
  12. 12. Au contraire des escarbilles qui sont les hôtes des cendres chaudes, les escargots aiment la terre humide.
  13. 13. GO ON
  14. 14. - Ils avancent collés à elle de tout leur corps -
  15. 15. Ils la traversent. Elle les traverse. Ils en emportent. Ils en mangent. Ils en excrémentent.
  16. 16. L’ A noter d’ailleurs que s’ils aiment la terre humide ils n’affectionnent pas les endroits où la proportion devient en faveur de
  17. 17. eau . nf. Elle est blanche et brillante, informe et fraîche, passive et obstinée dans son seul vice: la pesanteur ; disposant de moyens exceptionnels pour satisfaire ce vice : contournant, transperçant, érodant, filtrant.
  18. 18. Si b ie n que l’on peut fair ed el ui e qu c el ’on veut .. , e. d çon a fa de s et conduire l’eau d nfn ir e er ou j tica e v lement afn d l ir jail an te de i ns u s s tu ir e e yaux pour fa
  19. 19. ...s‘abimer en pluie
  20. 20. La pluie descend à des allures diverses. Au centre c’est un fn rideau discontinu, une chutte implacable mais relativement e lente de gouttes probablement assez légères, une précipitation sempiternelle p sans vigueur, une fraction intense de r v météore pur. Alors si le soleil apparait tout s’efface bientôt, é o le brillant appareil a s’
  21. 21. Ceci rend l’atmosphère à la fois brumeuse et sêche, échevelée, où la cigarette est toujours posée de travers.
  22. 22. Puis sa personne : Une petite torche beuacoup moins lumineuse que parfumée d’où se détachent et
  23. 23. choient selon un rythme à déterminer un nombre calculable de petites masses de cendes.
  24. 24. ord toutes ’ab d , t les en ... m en s fla es e mm lqu ss que s cl a se e dirigent en n u ait uf fe Le
  25. 25. qui s’écha gaz , les ppe lent nt s u cro o Pui nt ’é s, t tra s an de n dis sfo ho t qu rm mé e le é vec sà sm a s a s se s me contaminée sur e en s u l on ne s ule rampe de papil e
  26. 26. Dès lors, le papillon erratique ne se pose plus qu’au hasard de sa course ou tout comme. Mais comme chaque chenille eut la tête aveuglée et laissée noire, et le torse amaigri par la véritable explosion d’où les ailes symétriques flambèrent.
  27. 27. Allumette volante, sa flamme n’est pas contagieuse Et d’ailleurs, il arrive trop tard, il ne peut que constater les fleurs écloses du printemps
  28. 28. Il faut donc attendre jusqu’au printemps...
  29. 29. ...où tout reprend force, saute de pierre en pierre et change de pré.
  30. 30. Les ruisseaux se multiplient

×