SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  11
1
I- Buts et enjeux de l’ergonomie :
a- A quoi sert l’ergonomie ?
**La productivité et l’efficience
La productivité se définit habituellement en termes de production par unité de temps.
L’efficience, quant à elle, inclut d’autres variables, en particulier le rapport coûts/bénéfices.
Sur le plan humain, cela exige de prendre en compte les facteurs qui peuvent pénaliser
l’opérateur humain.
Dans l’industrie, la productivité est relativement facile à déterminer: la quantité
produite peut être mesurée et le temps mis pour la produire peut être enregistré sans difficulté.
Les données relatives à la productivité sont souvent employées pour comparer les méthodes,
les situations et les conditions de travail avant et après une intervention ergonomique, ce qui
conduit à utiliser l’hypothèse de l’équivalence des efforts et autres coûts, car l’approche est
basée sur le principe que la performance de l’opérateur sera aussi bonne que possible dans des
circonstances données. Pour accroître la productivité, l’organisation du travail doit être
améliorée. Cette approche simple est vivement conseillée, à condition que soient dûment pris
en compte les nombreux facteurs de complexité qui peuvent masquer la réalité des choses. La
meilleure sauvegarde est de s’assurer que rien n’a changé entre les situations «avant» et
«après», à l’exception des aspects étudiés.
L’efficience est une mesure plus exhaustive, mais plus délicate dans tous les cas. Elle
nécessite habituellement une définition spécifique pour une situation donnée et, dans
l’évaluation des résultats d’une étude, la pertinence et la validité de cette définition doivent
être vérifiées vis-à-vis des conclusions tirées. Par exemple, est-il plus efficient de faire de la
bicyclette ou de marcher? La bicyclette sera beaucoup plus productive en distance parcourue
sur route dans un temps donné; par ailleurs, elle sera plus efficiente en dépense énergétique
par unité de distance ou dans le cas de l’exercice à domicile parce que la machine utilisée sera
moins chère et plus simple. Par contre, si le but de l’exercice est de dépenser de l’énergie pour
des raisons de santé ou de grimper au sommet d’une montagne en terrain difficile, la marche
sera plus appropriée. Aussi, une mesure d’efficience n’a-t-elle de signification que dans un
contexte bien défini.
**La fiabilité et la qualité
2
C’est aujourd’hui la fiabilité et non plus la productivité qui est la valeur de référence
dans les systèmes de haute technologie (transports aériens, raffineries de pétrole, centrales de
production d’énergie). Les agents affectés à la surveillance de ces systèmes apportent leur
contribution à la productivité et à la sécurité en procédant aux réglages nécessaires pour que
les installations automatiques fonctionnent de manière ininterrompue et dans les limites
prescrites. Ces systèmes sont les plus sûrs soit au repos, soit en régime nominal de croisière.
Ils deviennent plus dangereux dans les phases de transition, c’est-à-dire lorsqu’ils passent
d’un état d’équilibre à un autre; c’est le cas par exemple lors du décollage d’un avion ou
durant la mise à l’arrêt d’une installation fonctionnant en continu. Une fiabilité élevée est un
élément capital, pour des raisons non seulement de sécurité, mais aussi de coût. La fiabilité est
simple à mesurer d’après la performance, mais extrêmement difficile à prédire, sauf en
s’appuyant sur la performance passée de systèmes similaires. Les dysfonctionnements ont
toujours une cause humaine; ils ne sont cependant pas toujours imputables à une erreur de
l’opérateur, mais peuvent trouver leur origine dans un défaut de conception, d’installation ou
de maintenance du système de production. On reconnaît aujourd’hui que les systèmes
complexes faisant appel à des techniques de pointe nécessitent un apport important et continu
de l’ergonomie et, cela, depuis le stade de leur conception jusqu’à l’étude de leurs
défaillances.
La qualité est liée à la fiabilité, mais elle est très difficile, sinon impossible, à mesurer.
Dans les systèmes de production séquentielle ou continue, on avait pour habitude de vérifier
la qualité par le contrôle du produit fini; actuellement, on associe le contrôle de la production
et celui de la qualité. Chaque opérateur assume donc une responsabilité parallèle de contrôleur
de la qualité. Cette méthode se révèle habituellement plus efficace, mais elle peut conduire à
renoncer aux primes et autres mesures d’incitation basées uniquement sur des indicateurs de
production. Du point de vue de l’ergonomie, l’opérateur doit être traité comme une personne
responsable et non comme un robot programmé pour effectuer des tâches répétitives.
**La satisfaction professionnelle et l’épanouissement personnel
Si le travailleur, c’est-à-dire l’opérateur humain, doit être considéré comme une
personne et non comme un robot, il faut aussi admettre qu’il assume des responsabilités et
possède ou observe certaines attitudes, convictions et valeurs. Ce n’est pas toujours facile car
il existe de nombreuses variables, pour la plupart décelables, mais non quantifiables, et
d’importantes différences individuelles et culturelles. Néanmoins, l’ergonomie s’efforce
3
aujourd’hui de concevoir et de gérer le travail de manière qu’il soit aussi satisfaisant que
possible, dans les limites du raisonnable, pour l’opérateur. On peut, à cette fin, recourir aux
techniques d’enquête ou appliquer certains principes basés sur des caractéristiques du travail
telles que l’autonomie et la responsabilisation. Même si cela prend du temps et coûte cher, il
peut être très bénéfique de tenir compte des suggestions des personnes qui font le travail et de
recueillir leur point de vue. Elles peuvent avoir une approche différente de celle du concepteur
et ne pas partager les manières de voir de la personne qui a organisé le travail ou du chef
d’entreprise. Ces différences d’éclairage sont un facteur important et peuvent inciter chacun
des acteurs concernés à jeter un regard neuf sur leur stratégie.
C’est un fait établi que l’être humain ne cesse d’apprendre, du moins si on lui en
donne les moyens. Il faut, pour cela, qu’il puisse tirer les enseignements du passé et du
présent. Par ailleurs, ce retour d’information joue en soi un rôle de stimulant sur la
performance. Ainsi chacun y trouve-t-il son compte: l’exécutant et les responsables (au sens
large) de l’exécution. Les améliorations de la performance peuvent être fort bénéfiques, y
compris sur le plan de l’épanouissement personnel. L’intégration de la dimension
«épanouissement personnel» dans le champ de l’ergonomie nécessite davantage de
compétences de la part du concepteur et du dirigeant mais, si elle est réussie, elle peut
améliorer tous les aspects de la performance humaine évoqués ci-dessus.
Bien souvent, l’ergonomie aura rempli sa mission si elle a su faire naître, chez
l’intéressé, une attitude ou un comportement approprié à la situation. L’individu est la pierre
angulaire de toute entreprise humaine, et la prise en compte systématique de ses qualités, de
ses limites, de ses besoins et de ses aspirations est en soi d’une importance capitale.
**L’ergonomie réduit l’absentéisme :
L’ergonomie réduit l’absentéisme pour cause de maladie et s’avère être une discipline
rentable, comme l’illustre une analyse détaillée des coûts/avantages réalisée par Ford Genk
lors de l’introduction d’un bras robotisé semi-automatique pour soulever et monter les
échappements. Car sur des postes de travail ergonomiques, il y a moins d’accidents et de
4
maladies, et, par conséquent, moins de journées d’absence. Des solutions globales en matière
de sécurité du travail impliquent souvent la prise en compte d’aspects ergonomiques.
b- La roue de l’ergonomie :
La fonction de l’ergonomie peut être mise en évidence à l’aide d’une représentation
simple. La roue de l’ergonomie est subdivisée en trois parties: le centre, le cercle de l’action
et le cercle de la réaction.
Au centre se trouvent l’homme et la tâche. Il faut adapter le travail aux capacités et
aux caractéristiques de l’être humain. Mais l’homme possède aussi une certaine capacité
d’adaptation à la tâche à effectuer. Pour cette raison, nous trouvons également l’homme dans
le cercle de l’action, qui est le domaine de l’ergonomie, en compagnie des facteurs poste de
travail, organisation du travail, environnement de travail et contenu du travail. Tous ces
facteurs influent sur les éléments du cercle de la réaction qui doit impérativement être
puissant et équilibré si on veut obtenir le bien-être au poste de travail et un bon résultat
d’exploitation. Ces deux notions sont inséparables dès qu’il s’agit d’assurer un succès
durable.
5
Le cercle de l’action peut être comparé à un film d’huile dans un roulement. Si l’huile est
absente à un endroit, il se produit des frottements et de la chaleur. Sans apport de lubrifiant, le
roulement se détériore. Les choses se passent de manière analogue dans le monde du travail:
l’ergonomie doit lubrifier le roulement et permettre à la roue d’avancer en évitant au mieux
les pertes dues aux frottements.8
II- Facteurs et acteurs de l’ergonomie :
a- Les facteurs importants de l’ergonomie :
***L’homme
Nous distinguons entre les caractéristiques préétablies, qui ne sont pas ou seulement
difficilement modifiables, telles que:
 le sexe;
 l’âge;
 les dimensions corporelles (anthropométrie) la constitution les caractéristiques
 physiques et fonctionnelles de l’organisme (physiologie).
et les caractéristiques qui sont plus ou moins modifiables, telles que:
 le niveau de formation;
 la dextérité;
 l’expérience;
 la condition physique.
***Le poste de travail
Nous allons maintenant présenter quelques aspects importants de l’aménagement du
poste de travail.
Position assise oudebout?
Cette question est d’une importance fondamentale pour l’aménagement du poste de
travail.
Les activités en position assise se trouvent surtout dans les bureaux et dans
l’administration, tandis que les activités en position debout sont majoritaires dans le domaine
industriel et la vente.
8 Didier Schmitter : « L’ergonomie un facteur de succès pour l’entreprise ». publication : Suvapro.2003.P.10.
6
Les activités mixtes en position assise, debout ou en marche sont idéales, car elles sont
bonnes pour la circulation, la musculature et l’appareil locomoteur. Un poste de travail
combiné assis debout contribue de façon importante au bien-être de la personne. Les disques
intervertébraux sont alimentés en substances nutritives par les mouvements de la colonne
vertébrale, ce qui a pour effet d’améliorer le rendement.
Les dimensions :
La construction de l’équipement de travail et l’aménagement des postes se font d’après
les lois de l’anthropométrie et de la physiologie, tant que le mode opératoire ou le processus
de production n’imposent pas de dimensions particulières.
Les espaces pour les mouvements et les distances de sécurité. Les machines et les
appareils doivent être conçus de telle manière que leur utilisation, leur surveillance et leur
maintenance soient aisées. Le poste de travail adapté à la personne offre suffisamment
d’espace pour les mouvements, et présente les distances de sécurité nécessaires.
Les postures forcées :
Dans la mesure du possible, les postures forcées sont à éviter. En cas de travail
prolongé à l’écran, du mobilier adapté doit permettre le changement de position.
D’occasionnels exercices de stretching ou de gymnastique pendant le travail devraient non
seulement être tolérés, mais aussi encouragés.
Le levage de charges :
L’être humain n’est pas un moyen de levage ou de transport. Le levage fréquent de
charges doit être soit remplacé par une automatisation partielle ou totale du processus, soit
facilité par des aides de levage appropriées. De nombreux accidents avec arrêt de travail sont
consécutifs à des manutentions manuelles ou des postures inadaptées.
La surveillance et la maintenance des installations :
La productivité d’une installation n’est pas seulement influencée par la facilité
d’utilisation, mais aussi par la qualité de la surveillance et de la maintenance. La qualité de la
surveillance est avant tout déterminée par la présentation appropriée des états de
fonctionnement (affichage) et par le bon fonctionnement des éléments de commande
(dispositifs de réglage, poignées) disposés de manière cohérente et fonctionnelle dans le
7
système. La disponibilité d’une installation est dans une large mesure fonction de la
maintenance. C’est pourquoi il est important que les installations soient facilement accessibles
pour des travaux de maintenance et que le personnel dispose de suffisamment de place. La
disponibilité immédiate des éléments suivants est également déterminante: aides de levage,
moyens de transport, outils, appareils de contrôle et pièces de rechange.
***L’organisation du travail
Une organisation du travail adaptée à la situation et à l’être humain influence
notablement le climat d’entreprise, le rendement des employés et la rentabilité du processus
de travail.
Les modes opératoires et les moyens de travail
Pour obtenir une production économique, il est indispensable des choisir des modes
opératoires et des moyens de travail appropriés; ils ont en particulier une grande influence sur
le degré de fatigue et la vitesse avec laquelle elle s’installe. Les modes opératoires qui
demandent une dépense physique fréquente et répétitive devraient si possible être mécanisés
et automatisés. Des efforts physiques importants sur une période prolongée causent de la
fatigue, ainsi qu’une baisse de la concentration et du rendement, avec des effets négatifs
directs sur la rentabilité, la sécurité et la santé.
La planification du travail et la formation
Un travail efficace et sûr, sans risques d’accident, passe par une bonne formation. Les
informations concernant les risques et les instructions d’utilisation sont tout aussi importantes
que les explications concernant la qualité et les délais. Si les personnes, les machines ou les
méthodes sont nouvelles, il faut que la formation soit particulièrement soignée. Dans tous les
cas de figure, cette formation devrait être renouvelée de temps à autre, et sa mise en pratique
vérifiée.
Le temps de travail et les pauses
L’horaire flexible garantit une certaine marge de manœuvre qui permet d’adapter
l’horaire de travail aux besoins personnels. Pour des raisons organisationnelles, techniques ou
économiques, il n’est pas toujours possible d’introduire ce type d’horaire. Les pauses
devraient être adaptées au type d’activité et avoir lieu avant que les réserves en énergie ne
soient trop entamées. Des recherches en physiologie du travail ont établi que la fatigue
n’augmente pas de façon linéaire, mais qu’elle croît d’autant plus rapidement que la personne
8
fatiguée travaille longtemps. De même, la récupération est maximale en début de pause et
l’accroissement de la récupération ne fait que diminuer à mesure que la pause s’allonge. Il en
résulte que, pour une durée totale équivalente, de nombreuses pauses brèves permettent
d’obtenir une meilleure récupération et ralentissent davantage la progression de la fatigue que
des pauses moins nombreuses mais plus longues.
L’évaluation du travail et la rémunération
L’évaluation claire et précise du travail et une rémunération correspondant au
rendement sont –avec l’éloge, la reconnaissance et l’estime de la personne – les conditions du
bien-être, de la motivation et de la volonté de rendement. Cette façon de diriger le personnel
s’est révélée être plus efficace, même en temps de crise, que la pression et la critique.
La marge de responsabilité et de décision
Pour ne pas entraver la créativité et le sens des responsabilités par une organisation
exagérée du travail, il convient de supprimer toutes les contraintes qui ne sont pas absolument
nécessaires, pour les remplacer par des possibilités de décision. Tant que cela ne porte pas
préjudice à d’autres postes de production, à la qualité ou aux délais, la personne devrait
pouvoir définir elle-même le déroulement du travail, dans le cadre de ses moyens et capacités.
Dans de nombreux cas, le regroupement des travaux de planification, d’exécution et de
contrôle représente un enrichissement du travail avec un effet positif sur le processus de
production. L’exécution de plusieurs tâches par rotation périodique à l’intérieur d’un groupe
contribue à diversifier le travail et encourage l’esprit l’équipe et la coopération.
***Le contenu du travail
Le contenu du travail est en fait un sujet faisant partie du chapitre sur l’organisation du
travail. Mais comme ce sujet gagne de plus en plus en importance, il est justifié de le traiter à
part et de façon détaillée. Le contenu du travail peut aussi bien être trop limité que trop
important. Ceci peut entraîner la sous-occupation ou le surmenage en rapport avec la quantité
ou la qualité du travail.
***L’environnement de travail
L’environnement de travail influence dans une large mesure les conditions de travail
et, par conséquent, le bien-être, la sécurité, la satisfaction au travail, la fatigue, la santé et, en
fin de compte, le rendement. L’environnement de travail consiste en: conditions qui sont
imposées par l’exécution du travail conditions qui résultent de l’exécution du travail ou qui
sont modifiées par cette exécution conditions qui proviennent de « l’extérieur », c’est-à-dire
9
des postes de travail voisins. Conditions imposées par l’exécution du travail Font partie de ces
conditions, le climat adapté à l’activité et à la personne, ainsi qu’un éclairage correct.
Le climat est déterminé par la température de l’air, son déplacement et son humidité,
ainsi que par la température à la surface des locaux et des installations. Le climat dit « de
bien-être » dépend aussi de l’importance des mouvements physiques et du travail musculaire.
Ce climat idéal varie avec l’âge, le sexe, la constitution, la santé, l’alimentation et
l’habillement. Le type d’éclairage, l’intensité lumineuse et l’angle d’incidence de la lumière
doivent être adaptés aux besoins visuels. Avec des couleurs, il est possible d’influer sur
l’ambiance et sur la façon de ressentir la température et la distance.
En complément de ce qui précède, il convient de souligner l’importance de l’ordre et
de la propreté dans l’environnement de travail; ils influencent l’ordre et la propreté au poste
de travail et contribuent de façon non négligeable à la qualité du travail, au rendement, ainsi
qu’à la sécurité et à la santé.9
b.les acteurs de l’ergonomie :
La politique de prévention de l’ergonomie en matière d’ergonomie doit aller plus loin
que la simple personne du conseiller en prévention ergonome. Voir schéma suivant
9 Lesfacteursont été prisde : « CUSSTR : Commission Universitaire de Sécurité et Santé au Travail Romande
Version 1, 2005 ; p-3-9.
10
Schéma : les acteurs de l’ergonomie
Source : www.ergonomesite.be
***Les travailleurs :
-signalent les situations pouvant représenter un danger ergonomique ;
-Rapportent les incidents ou évènements à portée ergonomique et qui nécessitent que
l’on agisse ;
-participent aux évaluations des risques en matière d’ergonomie ;
-suivent une formation à l’ergonomie.
***La ligne hiérarchique :
-Identifie les tâches recelant un risque ergonomique ;
-assure le suivi du plan d’action et des mesures de prévention adoptées après
l’évaluation des risques ;
-entreprend immédiatement les actions nécessaires en de risques ergonomiques
manifestes ;
-évalue les actions entreprises pour s’assurer qu’elles sont adptées, efficaces et
durables ;
-veille à ce qu’une formation à l’ergonomie soit prévue pour chacun.
Travailleurs
Ligne hiérarchique
Service de prévention
Groupe de travail ergonomie
Employeur
Service de prévention
Achat/Ingénierie
Management
Instructions
Analyse des risques
Achat-Conception
11
***La direction :
-pourvoit aux moyens nécessaires pour mettre en place un programme ergonomique ;
-s’assure que la stratégie d’analyse des risques est effectivement mise en place et
menée à bien ;
***Les services des achats et le département d’ingénierie :
-achète et conçoit de nouveaux bâtiments, de nouvelles installations ou un nouveau
matériel respectant des critères ergonomiques ;
-Intègre des critères ergonomiques dans le cahier des charges ou les spécifications
édictées pour les nouveaux bâtiments, les nouvelles installations et le nouveau matériel.
***Le service de prévention :
-communique l’ensemble des exigences qui émanent du programme ergonomique ;
-coordonne les actions entreprises dans le cadre du programme ergonomique ;
-développe et exécute une analyse effective des risques relatifs à l’ergonomie :
-implémente le plan intégrant les mesures de prévention.
-procède à une analyse annuelle des absences pour maladie résultant d’une charge
physique ;
-prodigue des conseils ergonomiques aux collaborateurs.
***le groupe de travail en charge de l’ergonomie :
-apporte son soutien à la mise en œuvre du programme ergonomique ;
-se positionne comme point de contact pour les demandes d’évaluation ergonomique ;
-identifie les tâches à haut risque ;
-participe à l’analyse des risques ergonomiques ;
-se réunit régulièrement.10
L’ergonomie joue dons un rôle actif dans le système dynamique de gestion des
risques.
10 Roeland Motmans : « L’ergonomie sur lelieu de travail. » ; ed.Kluwer.2013. P.13

Contenu connexe

Tendances

1-FORMATION HSE généralité HSE.pdf
1-FORMATION HSE généralité HSE.pdf1-FORMATION HSE généralité HSE.pdf
1-FORMATION HSE généralité HSE.pdfAminouAbdou1
 
Les grands défis auxquels fait face la fonction RH du 21e siècle
Les grands défis auxquels fait face la fonction RH du 21e siècleLes grands défis auxquels fait face la fonction RH du 21e siècle
Les grands défis auxquels fait face la fonction RH du 21e siècleNabil Gharib
 
Démarche Qualité Totale, Amdec safe amp50 hagondange
 Démarche Qualité Totale, Amdec safe amp50 hagondange Démarche Qualité Totale, Amdec safe amp50 hagondange
Démarche Qualité Totale, Amdec safe amp50 hagondangeSAGITEC
 
1 generalites chirurgie parodontale
1  generalites chirurgie parodontale1  generalites chirurgie parodontale
1 generalites chirurgie parodontaleAbdeldjalil Gadra
 
La microcirculation-pulpaire-metref
La microcirculation-pulpaire-metrefLa microcirculation-pulpaire-metref
La microcirculation-pulpaire-metrefZakaria Haroun
 
Tumeurs odontogènes : Classification de l'OMS 2017
Tumeurs odontogènes : Classification de l'OMS 2017Tumeurs odontogènes : Classification de l'OMS 2017
Tumeurs odontogènes : Classification de l'OMS 2017musten88
 
Anatomie et physiologie de l edente partiel
Anatomie et physiologie de l edente partielAnatomie et physiologie de l edente partiel
Anatomie et physiologie de l edente partielAbdeldjalil Gadra
 
Etude d'Impact Environnemental.pdf
Etude d'Impact Environnemental.pdfEtude d'Impact Environnemental.pdf
Etude d'Impact Environnemental.pdfKawther MEKNI
 
L’appareil manducateur anatomie
L’appareil manducateur anatomieL’appareil manducateur anatomie
L’appareil manducateur anatomieAbdeldjalil Gadra
 
Notions et moyens de collage
Notions et moyens de collageNotions et moyens de collage
Notions et moyens de collageAbdeldjalil Gadra
 

Tendances (20)

1-FORMATION HSE généralité HSE.pdf
1-FORMATION HSE généralité HSE.pdf1-FORMATION HSE généralité HSE.pdf
1-FORMATION HSE généralité HSE.pdf
 
Alliages dentaire
Alliages dentaire Alliages dentaire
Alliages dentaire
 
Les grands défis auxquels fait face la fonction RH du 21e siècle
Les grands défis auxquels fait face la fonction RH du 21e siècleLes grands défis auxquels fait face la fonction RH du 21e siècle
Les grands défis auxquels fait face la fonction RH du 21e siècle
 
Hse 130902 pase-rev3
Hse 130902 pase-rev3Hse 130902 pase-rev3
Hse 130902 pase-rev3
 
Démarche Qualité Totale, Amdec safe amp50 hagondange
 Démarche Qualité Totale, Amdec safe amp50 hagondange Démarche Qualité Totale, Amdec safe amp50 hagondange
Démarche Qualité Totale, Amdec safe amp50 hagondange
 
1 generalites chirurgie parodontale
1  generalites chirurgie parodontale1  generalites chirurgie parodontale
1 generalites chirurgie parodontale
 
Régime fiscal en Algérie
Régime fiscal en AlgérieRégime fiscal en Algérie
Régime fiscal en Algérie
 
La microcirculation-pulpaire-metref
La microcirculation-pulpaire-metrefLa microcirculation-pulpaire-metref
La microcirculation-pulpaire-metref
 
Le milieu buccal
Le milieu buccalLe milieu buccal
Le milieu buccal
 
Tumeurs odontogènes : Classification de l'OMS 2017
Tumeurs odontogènes : Classification de l'OMS 2017Tumeurs odontogènes : Classification de l'OMS 2017
Tumeurs odontogènes : Classification de l'OMS 2017
 
5 les parodontolyses
5   les parodontolyses5   les parodontolyses
5 les parodontolyses
 
Les dents temporaires
Les dents temporairesLes dents temporaires
Les dents temporaires
 
Anatomie et physiologie de l edente partiel
Anatomie et physiologie de l edente partielAnatomie et physiologie de l edente partiel
Anatomie et physiologie de l edente partiel
 
AMDEC
AMDECAMDEC
AMDEC
 
DEMARCHE QUALITE.pptx
DEMARCHE QUALITE.pptxDEMARCHE QUALITE.pptx
DEMARCHE QUALITE.pptx
 
Etude d'Impact Environnemental.pdf
Etude d'Impact Environnemental.pdfEtude d'Impact Environnemental.pdf
Etude d'Impact Environnemental.pdf
 
Cours 2_SME_UPF.pdf
Cours 2_SME_UPF.pdfCours 2_SME_UPF.pdf
Cours 2_SME_UPF.pdf
 
Les alliages dentaires
Les alliages dentairesLes alliages dentaires
Les alliages dentaires
 
L’appareil manducateur anatomie
L’appareil manducateur anatomieL’appareil manducateur anatomie
L’appareil manducateur anatomie
 
Notions et moyens de collage
Notions et moyens de collageNotions et moyens de collage
Notions et moyens de collage
 

En vedette

Ancient ingredients with modern evidence
Ancient ingredients with modern evidenceAncient ingredients with modern evidence
Ancient ingredients with modern evidenceAmr Helal
 
Factors Associated with Early Growth in Egyptian Infants KAVLE
Factors Associated with Early Growth in Egyptian Infants KAVLEFactors Associated with Early Growth in Egyptian Infants KAVLE
Factors Associated with Early Growth in Egyptian Infants KAVLECORE Group
 
Asrt malaysia itm rice bran projects presentation
Asrt   malaysia  itm rice bran  projects presentationAsrt   malaysia  itm rice bran  projects presentation
Asrt malaysia itm rice bran projects presentationAmr Helal
 
Presentacion de Empresa Sweet Cupcake´s
Presentacion de Empresa Sweet Cupcake´s Presentacion de Empresa Sweet Cupcake´s
Presentacion de Empresa Sweet Cupcake´s brendaprado22
 
Save our children
Save our childrenSave our children
Save our childrenAmr Helal
 
The Different Between Virtual Reality and Augmented Reality, Digiday WTF VR, ...
The Different Between Virtual Reality and Augmented Reality, Digiday WTF VR, ...The Different Between Virtual Reality and Augmented Reality, Digiday WTF VR, ...
The Different Between Virtual Reality and Augmented Reality, Digiday WTF VR, ...Digiday
 

En vedette (11)

Thème13
Thème13Thème13
Thème13
 
Thème12
Thème12Thème12
Thème12
 
Thème02
Thème02Thème02
Thème02
 
Ancient ingredients with modern evidence
Ancient ingredients with modern evidenceAncient ingredients with modern evidence
Ancient ingredients with modern evidence
 
Compare the three hotels
Compare the three hotelsCompare the three hotels
Compare the three hotels
 
Thème08 ( exposé 08)
Thème08 ( exposé 08)Thème08 ( exposé 08)
Thème08 ( exposé 08)
 
Factors Associated with Early Growth in Egyptian Infants KAVLE
Factors Associated with Early Growth in Egyptian Infants KAVLEFactors Associated with Early Growth in Egyptian Infants KAVLE
Factors Associated with Early Growth in Egyptian Infants KAVLE
 
Asrt malaysia itm rice bran projects presentation
Asrt   malaysia  itm rice bran  projects presentationAsrt   malaysia  itm rice bran  projects presentation
Asrt malaysia itm rice bran projects presentation
 
Presentacion de Empresa Sweet Cupcake´s
Presentacion de Empresa Sweet Cupcake´s Presentacion de Empresa Sweet Cupcake´s
Presentacion de Empresa Sweet Cupcake´s
 
Save our children
Save our childrenSave our children
Save our children
 
The Different Between Virtual Reality and Augmented Reality, Digiday WTF VR, ...
The Different Between Virtual Reality and Augmented Reality, Digiday WTF VR, ...The Different Between Virtual Reality and Augmented Reality, Digiday WTF VR, ...
The Different Between Virtual Reality and Augmented Reality, Digiday WTF VR, ...
 

Similaire à Thème03

Perspectives tableau-de-bord
Perspectives tableau-de-bordPerspectives tableau-de-bord
Perspectives tableau-de-bordnodesway
 
Faire de l'agile versus "Etre" agile pour les ESN
Faire de l'agile versus "Etre" agile pour les ESNFaire de l'agile versus "Etre" agile pour les ESN
Faire de l'agile versus "Etre" agile pour les ESNErnst Perpignand
 
Check list pour implémentation du télétravail en Belgique
Check list pour implémentation du télétravail en BelgiqueCheck list pour implémentation du télétravail en Belgique
Check list pour implémentation du télétravail en BelgiqueProf. Jacques Folon (Ph.D)
 
Conférence solutions bpms 2011 - Agilité du SI et agilité de l'entreprise 201...
Conférence solutions bpms 2011 - Agilité du SI et agilité de l'entreprise 201...Conférence solutions bpms 2011 - Agilité du SI et agilité de l'entreprise 201...
Conférence solutions bpms 2011 - Agilité du SI et agilité de l'entreprise 201...BPMSinfo
 
Belharra Cognos Pilotage De La Performance Sept 2009
Belharra Cognos   Pilotage De La Performance   Sept 2009Belharra Cognos   Pilotage De La Performance   Sept 2009
Belharra Cognos Pilotage De La Performance Sept 2009belharra
 
Cours guvernance des systèmes d'information partie 3 prof. Khalifa MANSOURI
Cours guvernance des systèmes d'information partie 3 prof. Khalifa MANSOURICours guvernance des systèmes d'information partie 3 prof. Khalifa MANSOURI
Cours guvernance des systèmes d'information partie 3 prof. Khalifa MANSOURIMansouri Khalifa
 
Systèmes d informations
Systèmes d informationsSystèmes d informations
Systèmes d informationsReda Hassani
 
Mémoire - L'automatisation des tests fonctionnels - Emeline Simon
Mémoire - L'automatisation des tests fonctionnels - Emeline SimonMémoire - L'automatisation des tests fonctionnels - Emeline Simon
Mémoire - L'automatisation des tests fonctionnels - Emeline SimonEmeline Simon
 
Présentation Maîtrise de la Performance - Octobre 2014
Présentation Maîtrise de la Performance - Octobre 2014Présentation Maîtrise de la Performance - Octobre 2014
Présentation Maîtrise de la Performance - Octobre 2014Software AG France Community
 
Conférence du journal Les Affaires. -Comment mobiliser les ressources humaine...
Conférence du journal Les Affaires. -Comment mobiliser les ressources humaine...Conférence du journal Les Affaires. -Comment mobiliser les ressources humaine...
Conférence du journal Les Affaires. -Comment mobiliser les ressources humaine...Mario Deshaies
 
Article production maintenance8_hohmann
Article production maintenance8_hohmannArticle production maintenance8_hohmann
Article production maintenance8_hohmannnesrinne
 
Agilille 2021 - Optimiser votre delivery à l'aide d'une démarche validée scie...
Agilille 2021 - Optimiser votre delivery à l'aide d'une démarche validée scie...Agilille 2021 - Optimiser votre delivery à l'aide d'une démarche validée scie...
Agilille 2021 - Optimiser votre delivery à l'aide d'une démarche validée scie...OCTO Technology
 
Nouvelles Acquisitions FéVrier
Nouvelles Acquisitions FéVrierNouvelles Acquisitions FéVrier
Nouvelles Acquisitions FéVrierguestf4081736
 
Erebus les 6 chantiers pour passer au e-travail
Erebus les 6 chantiers pour passer au e-travailErebus les 6 chantiers pour passer au e-travail
Erebus les 6 chantiers pour passer au e-travailFresson Denis
 
Systeme management-energie-sme-entreprises-parlent-mieux
Systeme management-energie-sme-entreprises-parlent-mieuxSysteme management-energie-sme-entreprises-parlent-mieux
Systeme management-energie-sme-entreprises-parlent-mieuxsarah Benmerzouk
 
Implantation du coût de revient optima 2014 v1 ab extrait slide share
Implantation du coût de revient optima 2014 v1 ab extrait slide shareImplantation du coût de revient optima 2014 v1 ab extrait slide share
Implantation du coût de revient optima 2014 v1 ab extrait slide shareAndré Bélanger
 
IDCC 1951 Avenant 58 relatif à la classification
IDCC 1951 Avenant 58 relatif à la classificationIDCC 1951 Avenant 58 relatif à la classification
IDCC 1951 Avenant 58 relatif à la classificationSociété Tripalio
 

Similaire à Thème03 (20)

Perspectives tableau-de-bord
Perspectives tableau-de-bordPerspectives tableau-de-bord
Perspectives tableau-de-bord
 
Faire de l'agile versus "Etre" agile pour les ESN
Faire de l'agile versus "Etre" agile pour les ESNFaire de l'agile versus "Etre" agile pour les ESN
Faire de l'agile versus "Etre" agile pour les ESN
 
TPM cour1.ppt
TPM cour1.pptTPM cour1.ppt
TPM cour1.ppt
 
Check list pour implémentation du télétravail en Belgique
Check list pour implémentation du télétravail en BelgiqueCheck list pour implémentation du télétravail en Belgique
Check list pour implémentation du télétravail en Belgique
 
Conférence solutions bpms 2011 - Agilité du SI et agilité de l'entreprise 201...
Conférence solutions bpms 2011 - Agilité du SI et agilité de l'entreprise 201...Conférence solutions bpms 2011 - Agilité du SI et agilité de l'entreprise 201...
Conférence solutions bpms 2011 - Agilité du SI et agilité de l'entreprise 201...
 
Belharra Cognos Pilotage De La Performance Sept 2009
Belharra Cognos   Pilotage De La Performance   Sept 2009Belharra Cognos   Pilotage De La Performance   Sept 2009
Belharra Cognos Pilotage De La Performance Sept 2009
 
Cours guvernance des systèmes d'information partie 3 prof. Khalifa MANSOURI
Cours guvernance des systèmes d'information partie 3 prof. Khalifa MANSOURICours guvernance des systèmes d'information partie 3 prof. Khalifa MANSOURI
Cours guvernance des systèmes d'information partie 3 prof. Khalifa MANSOURI
 
Awsm suptem
Awsm suptemAwsm suptem
Awsm suptem
 
Systèmes d informations
Systèmes d informationsSystèmes d informations
Systèmes d informations
 
Mémoire - L'automatisation des tests fonctionnels - Emeline Simon
Mémoire - L'automatisation des tests fonctionnels - Emeline SimonMémoire - L'automatisation des tests fonctionnels - Emeline Simon
Mémoire - L'automatisation des tests fonctionnels - Emeline Simon
 
Présentation Maîtrise de la Performance - Octobre 2014
Présentation Maîtrise de la Performance - Octobre 2014Présentation Maîtrise de la Performance - Octobre 2014
Présentation Maîtrise de la Performance - Octobre 2014
 
smen2 etat_des_lieux
smen2 etat_des_lieuxsmen2 etat_des_lieux
smen2 etat_des_lieux
 
Conférence du journal Les Affaires. -Comment mobiliser les ressources humaine...
Conférence du journal Les Affaires. -Comment mobiliser les ressources humaine...Conférence du journal Les Affaires. -Comment mobiliser les ressources humaine...
Conférence du journal Les Affaires. -Comment mobiliser les ressources humaine...
 
Article production maintenance8_hohmann
Article production maintenance8_hohmannArticle production maintenance8_hohmann
Article production maintenance8_hohmann
 
Agilille 2021 - Optimiser votre delivery à l'aide d'une démarche validée scie...
Agilille 2021 - Optimiser votre delivery à l'aide d'une démarche validée scie...Agilille 2021 - Optimiser votre delivery à l'aide d'une démarche validée scie...
Agilille 2021 - Optimiser votre delivery à l'aide d'une démarche validée scie...
 
Nouvelles Acquisitions FéVrier
Nouvelles Acquisitions FéVrierNouvelles Acquisitions FéVrier
Nouvelles Acquisitions FéVrier
 
Erebus les 6 chantiers pour passer au e-travail
Erebus les 6 chantiers pour passer au e-travailErebus les 6 chantiers pour passer au e-travail
Erebus les 6 chantiers pour passer au e-travail
 
Systeme management-energie-sme-entreprises-parlent-mieux
Systeme management-energie-sme-entreprises-parlent-mieuxSysteme management-energie-sme-entreprises-parlent-mieux
Systeme management-energie-sme-entreprises-parlent-mieux
 
Implantation du coût de revient optima 2014 v1 ab extrait slide share
Implantation du coût de revient optima 2014 v1 ab extrait slide shareImplantation du coût de revient optima 2014 v1 ab extrait slide share
Implantation du coût de revient optima 2014 v1 ab extrait slide share
 
IDCC 1951 Avenant 58 relatif à la classification
IDCC 1951 Avenant 58 relatif à la classificationIDCC 1951 Avenant 58 relatif à la classification
IDCC 1951 Avenant 58 relatif à la classification
 

Plus de MRH 3éme Année TLEMCEN

التسيير التقديري للوظائف و الكفاءات
التسيير التقديري  للوظائف و الكفاءاتالتسيير التقديري  للوظائف و الكفاءات
التسيير التقديري للوظائف و الكفاءاتMRH 3éme Année TLEMCEN
 
التسيير التنبؤي للعمال
التسيير التنبؤي للعمالالتسيير التنبؤي للعمال
التسيير التنبؤي للعمالMRH 3éme Année TLEMCEN
 
Mutations socioéconomiques-et-management-du-changement-en-entreprise
Mutations socioéconomiques-et-management-du-changement-en-entrepriseMutations socioéconomiques-et-management-du-changement-en-entreprise
Mutations socioéconomiques-et-management-du-changement-en-entrepriseMRH 3éme Année TLEMCEN
 
البحث الثاني : تسيير الكفاءات
البحث الثاني :  تسيير الكفاءاتالبحث الثاني :  تسيير الكفاءات
البحث الثاني : تسيير الكفاءاتMRH 3éme Année TLEMCEN
 
البحث الأول : الكفاءة في المؤسسة
البحث الأول : الكفاءة في المؤسسةالبحث الأول : الكفاءة في المؤسسة
البحث الأول : الكفاءة في المؤسسةMRH 3éme Année TLEMCEN
 
البحث الأول : الكفاءة في المؤسسة
البحث الأول :  الكفاءة في المؤسسةالبحث الأول :  الكفاءة في المؤسسة
البحث الأول : الكفاءة في المؤسسةMRH 3éme Année TLEMCEN
 
الببحث الأول من الفصل الثاني : سياسات و وظائف الموارد البشرية
الببحث الأول من الفصل الثاني :  سياسات و وظائف الموارد البشريةالببحث الأول من الفصل الثاني :  سياسات و وظائف الموارد البشرية
الببحث الأول من الفصل الثاني : سياسات و وظائف الموارد البشريةMRH 3éme Année TLEMCEN
 
عناوين لمذكرات تخصص تسيير الموارد البشرية
عناوين لمذكرات تخصص تسيير الموارد البشريةعناوين لمذكرات تخصص تسيير الموارد البشرية
عناوين لمذكرات تخصص تسيير الموارد البشريةMRH 3éme Année TLEMCEN
 
محاضرات المسار الوظيفي
محاضرات المسار الوظيفي محاضرات المسار الوظيفي
محاضرات المسار الوظيفي MRH 3éme Année TLEMCEN
 

Plus de MRH 3éme Année TLEMCEN (20)

التوظيف
التوظيفالتوظيف
التوظيف
 
التسيير التقديري للوظائف و الكفاءات
التسيير التقديري  للوظائف و الكفاءاتالتسيير التقديري  للوظائف و الكفاءات
التسيير التقديري للوظائف و الكفاءات
 
تنمية وتطوير-الكفاءات
تنمية وتطوير-الكفاءاتتنمية وتطوير-الكفاءات
تنمية وتطوير-الكفاءات
 
التسيير التنبؤي للعمال
التسيير التنبؤي للعمالالتسيير التنبؤي للعمال
التسيير التنبؤي للعمال
 
Thème11
Thème11Thème11
Thème11
 
Thème10
Thème10Thème10
Thème10
 
Thème07 ( exposé 07)
Thème07  ( exposé 07)Thème07  ( exposé 07)
Thème07 ( exposé 07)
 
Thème09
Thème09  Thème09
Thème09
 
Thème06
Thème06Thème06
Thème06
 
Thème04
Thème04Thème04
Thème04
 
Thème05
Thème05 Thème05
Thème05
 
Thème01
Thème01Thème01
Thème01
 
Mutations socioéconomiques-et-management-du-changement-en-entreprise
Mutations socioéconomiques-et-management-du-changement-en-entrepriseMutations socioéconomiques-et-management-du-changement-en-entreprise
Mutations socioéconomiques-et-management-du-changement-en-entreprise
 
البحث الثاني : تسيير الكفاءات
البحث الثاني :  تسيير الكفاءاتالبحث الثاني :  تسيير الكفاءات
البحث الثاني : تسيير الكفاءات
 
البحث الأول : الكفاءة في المؤسسة
البحث الأول : الكفاءة في المؤسسةالبحث الأول : الكفاءة في المؤسسة
البحث الأول : الكفاءة في المؤسسة
 
البحث الأول : الكفاءة في المؤسسة
البحث الأول :  الكفاءة في المؤسسةالبحث الأول :  الكفاءة في المؤسسة
البحث الأول : الكفاءة في المؤسسة
 
الببحث الأول من الفصل الثاني : سياسات و وظائف الموارد البشرية
الببحث الأول من الفصل الثاني :  سياسات و وظائف الموارد البشريةالببحث الأول من الفصل الثاني :  سياسات و وظائف الموارد البشرية
الببحث الأول من الفصل الثاني : سياسات و وظائف الموارد البشرية
 
عناوين لمذكرات تخصص تسيير الموارد البشرية
عناوين لمذكرات تخصص تسيير الموارد البشريةعناوين لمذكرات تخصص تسيير الموارد البشرية
عناوين لمذكرات تخصص تسيير الموارد البشرية
 
Theory of organizations
Theory of organizationsTheory of organizations
Theory of organizations
 
محاضرات المسار الوظيفي
محاضرات المسار الوظيفي محاضرات المسار الوظيفي
محاضرات المسار الوظيفي
 

Thème03

  • 1. 1 I- Buts et enjeux de l’ergonomie : a- A quoi sert l’ergonomie ? **La productivité et l’efficience La productivité se définit habituellement en termes de production par unité de temps. L’efficience, quant à elle, inclut d’autres variables, en particulier le rapport coûts/bénéfices. Sur le plan humain, cela exige de prendre en compte les facteurs qui peuvent pénaliser l’opérateur humain. Dans l’industrie, la productivité est relativement facile à déterminer: la quantité produite peut être mesurée et le temps mis pour la produire peut être enregistré sans difficulté. Les données relatives à la productivité sont souvent employées pour comparer les méthodes, les situations et les conditions de travail avant et après une intervention ergonomique, ce qui conduit à utiliser l’hypothèse de l’équivalence des efforts et autres coûts, car l’approche est basée sur le principe que la performance de l’opérateur sera aussi bonne que possible dans des circonstances données. Pour accroître la productivité, l’organisation du travail doit être améliorée. Cette approche simple est vivement conseillée, à condition que soient dûment pris en compte les nombreux facteurs de complexité qui peuvent masquer la réalité des choses. La meilleure sauvegarde est de s’assurer que rien n’a changé entre les situations «avant» et «après», à l’exception des aspects étudiés. L’efficience est une mesure plus exhaustive, mais plus délicate dans tous les cas. Elle nécessite habituellement une définition spécifique pour une situation donnée et, dans l’évaluation des résultats d’une étude, la pertinence et la validité de cette définition doivent être vérifiées vis-à-vis des conclusions tirées. Par exemple, est-il plus efficient de faire de la bicyclette ou de marcher? La bicyclette sera beaucoup plus productive en distance parcourue sur route dans un temps donné; par ailleurs, elle sera plus efficiente en dépense énergétique par unité de distance ou dans le cas de l’exercice à domicile parce que la machine utilisée sera moins chère et plus simple. Par contre, si le but de l’exercice est de dépenser de l’énergie pour des raisons de santé ou de grimper au sommet d’une montagne en terrain difficile, la marche sera plus appropriée. Aussi, une mesure d’efficience n’a-t-elle de signification que dans un contexte bien défini. **La fiabilité et la qualité
  • 2. 2 C’est aujourd’hui la fiabilité et non plus la productivité qui est la valeur de référence dans les systèmes de haute technologie (transports aériens, raffineries de pétrole, centrales de production d’énergie). Les agents affectés à la surveillance de ces systèmes apportent leur contribution à la productivité et à la sécurité en procédant aux réglages nécessaires pour que les installations automatiques fonctionnent de manière ininterrompue et dans les limites prescrites. Ces systèmes sont les plus sûrs soit au repos, soit en régime nominal de croisière. Ils deviennent plus dangereux dans les phases de transition, c’est-à-dire lorsqu’ils passent d’un état d’équilibre à un autre; c’est le cas par exemple lors du décollage d’un avion ou durant la mise à l’arrêt d’une installation fonctionnant en continu. Une fiabilité élevée est un élément capital, pour des raisons non seulement de sécurité, mais aussi de coût. La fiabilité est simple à mesurer d’après la performance, mais extrêmement difficile à prédire, sauf en s’appuyant sur la performance passée de systèmes similaires. Les dysfonctionnements ont toujours une cause humaine; ils ne sont cependant pas toujours imputables à une erreur de l’opérateur, mais peuvent trouver leur origine dans un défaut de conception, d’installation ou de maintenance du système de production. On reconnaît aujourd’hui que les systèmes complexes faisant appel à des techniques de pointe nécessitent un apport important et continu de l’ergonomie et, cela, depuis le stade de leur conception jusqu’à l’étude de leurs défaillances. La qualité est liée à la fiabilité, mais elle est très difficile, sinon impossible, à mesurer. Dans les systèmes de production séquentielle ou continue, on avait pour habitude de vérifier la qualité par le contrôle du produit fini; actuellement, on associe le contrôle de la production et celui de la qualité. Chaque opérateur assume donc une responsabilité parallèle de contrôleur de la qualité. Cette méthode se révèle habituellement plus efficace, mais elle peut conduire à renoncer aux primes et autres mesures d’incitation basées uniquement sur des indicateurs de production. Du point de vue de l’ergonomie, l’opérateur doit être traité comme une personne responsable et non comme un robot programmé pour effectuer des tâches répétitives. **La satisfaction professionnelle et l’épanouissement personnel Si le travailleur, c’est-à-dire l’opérateur humain, doit être considéré comme une personne et non comme un robot, il faut aussi admettre qu’il assume des responsabilités et possède ou observe certaines attitudes, convictions et valeurs. Ce n’est pas toujours facile car il existe de nombreuses variables, pour la plupart décelables, mais non quantifiables, et d’importantes différences individuelles et culturelles. Néanmoins, l’ergonomie s’efforce
  • 3. 3 aujourd’hui de concevoir et de gérer le travail de manière qu’il soit aussi satisfaisant que possible, dans les limites du raisonnable, pour l’opérateur. On peut, à cette fin, recourir aux techniques d’enquête ou appliquer certains principes basés sur des caractéristiques du travail telles que l’autonomie et la responsabilisation. Même si cela prend du temps et coûte cher, il peut être très bénéfique de tenir compte des suggestions des personnes qui font le travail et de recueillir leur point de vue. Elles peuvent avoir une approche différente de celle du concepteur et ne pas partager les manières de voir de la personne qui a organisé le travail ou du chef d’entreprise. Ces différences d’éclairage sont un facteur important et peuvent inciter chacun des acteurs concernés à jeter un regard neuf sur leur stratégie. C’est un fait établi que l’être humain ne cesse d’apprendre, du moins si on lui en donne les moyens. Il faut, pour cela, qu’il puisse tirer les enseignements du passé et du présent. Par ailleurs, ce retour d’information joue en soi un rôle de stimulant sur la performance. Ainsi chacun y trouve-t-il son compte: l’exécutant et les responsables (au sens large) de l’exécution. Les améliorations de la performance peuvent être fort bénéfiques, y compris sur le plan de l’épanouissement personnel. L’intégration de la dimension «épanouissement personnel» dans le champ de l’ergonomie nécessite davantage de compétences de la part du concepteur et du dirigeant mais, si elle est réussie, elle peut améliorer tous les aspects de la performance humaine évoqués ci-dessus. Bien souvent, l’ergonomie aura rempli sa mission si elle a su faire naître, chez l’intéressé, une attitude ou un comportement approprié à la situation. L’individu est la pierre angulaire de toute entreprise humaine, et la prise en compte systématique de ses qualités, de ses limites, de ses besoins et de ses aspirations est en soi d’une importance capitale. **L’ergonomie réduit l’absentéisme : L’ergonomie réduit l’absentéisme pour cause de maladie et s’avère être une discipline rentable, comme l’illustre une analyse détaillée des coûts/avantages réalisée par Ford Genk lors de l’introduction d’un bras robotisé semi-automatique pour soulever et monter les échappements. Car sur des postes de travail ergonomiques, il y a moins d’accidents et de
  • 4. 4 maladies, et, par conséquent, moins de journées d’absence. Des solutions globales en matière de sécurité du travail impliquent souvent la prise en compte d’aspects ergonomiques. b- La roue de l’ergonomie : La fonction de l’ergonomie peut être mise en évidence à l’aide d’une représentation simple. La roue de l’ergonomie est subdivisée en trois parties: le centre, le cercle de l’action et le cercle de la réaction. Au centre se trouvent l’homme et la tâche. Il faut adapter le travail aux capacités et aux caractéristiques de l’être humain. Mais l’homme possède aussi une certaine capacité d’adaptation à la tâche à effectuer. Pour cette raison, nous trouvons également l’homme dans le cercle de l’action, qui est le domaine de l’ergonomie, en compagnie des facteurs poste de travail, organisation du travail, environnement de travail et contenu du travail. Tous ces facteurs influent sur les éléments du cercle de la réaction qui doit impérativement être puissant et équilibré si on veut obtenir le bien-être au poste de travail et un bon résultat d’exploitation. Ces deux notions sont inséparables dès qu’il s’agit d’assurer un succès durable.
  • 5. 5 Le cercle de l’action peut être comparé à un film d’huile dans un roulement. Si l’huile est absente à un endroit, il se produit des frottements et de la chaleur. Sans apport de lubrifiant, le roulement se détériore. Les choses se passent de manière analogue dans le monde du travail: l’ergonomie doit lubrifier le roulement et permettre à la roue d’avancer en évitant au mieux les pertes dues aux frottements.8 II- Facteurs et acteurs de l’ergonomie : a- Les facteurs importants de l’ergonomie : ***L’homme Nous distinguons entre les caractéristiques préétablies, qui ne sont pas ou seulement difficilement modifiables, telles que:  le sexe;  l’âge;  les dimensions corporelles (anthropométrie) la constitution les caractéristiques  physiques et fonctionnelles de l’organisme (physiologie). et les caractéristiques qui sont plus ou moins modifiables, telles que:  le niveau de formation;  la dextérité;  l’expérience;  la condition physique. ***Le poste de travail Nous allons maintenant présenter quelques aspects importants de l’aménagement du poste de travail. Position assise oudebout? Cette question est d’une importance fondamentale pour l’aménagement du poste de travail. Les activités en position assise se trouvent surtout dans les bureaux et dans l’administration, tandis que les activités en position debout sont majoritaires dans le domaine industriel et la vente. 8 Didier Schmitter : « L’ergonomie un facteur de succès pour l’entreprise ». publication : Suvapro.2003.P.10.
  • 6. 6 Les activités mixtes en position assise, debout ou en marche sont idéales, car elles sont bonnes pour la circulation, la musculature et l’appareil locomoteur. Un poste de travail combiné assis debout contribue de façon importante au bien-être de la personne. Les disques intervertébraux sont alimentés en substances nutritives par les mouvements de la colonne vertébrale, ce qui a pour effet d’améliorer le rendement. Les dimensions : La construction de l’équipement de travail et l’aménagement des postes se font d’après les lois de l’anthropométrie et de la physiologie, tant que le mode opératoire ou le processus de production n’imposent pas de dimensions particulières. Les espaces pour les mouvements et les distances de sécurité. Les machines et les appareils doivent être conçus de telle manière que leur utilisation, leur surveillance et leur maintenance soient aisées. Le poste de travail adapté à la personne offre suffisamment d’espace pour les mouvements, et présente les distances de sécurité nécessaires. Les postures forcées : Dans la mesure du possible, les postures forcées sont à éviter. En cas de travail prolongé à l’écran, du mobilier adapté doit permettre le changement de position. D’occasionnels exercices de stretching ou de gymnastique pendant le travail devraient non seulement être tolérés, mais aussi encouragés. Le levage de charges : L’être humain n’est pas un moyen de levage ou de transport. Le levage fréquent de charges doit être soit remplacé par une automatisation partielle ou totale du processus, soit facilité par des aides de levage appropriées. De nombreux accidents avec arrêt de travail sont consécutifs à des manutentions manuelles ou des postures inadaptées. La surveillance et la maintenance des installations : La productivité d’une installation n’est pas seulement influencée par la facilité d’utilisation, mais aussi par la qualité de la surveillance et de la maintenance. La qualité de la surveillance est avant tout déterminée par la présentation appropriée des états de fonctionnement (affichage) et par le bon fonctionnement des éléments de commande (dispositifs de réglage, poignées) disposés de manière cohérente et fonctionnelle dans le
  • 7. 7 système. La disponibilité d’une installation est dans une large mesure fonction de la maintenance. C’est pourquoi il est important que les installations soient facilement accessibles pour des travaux de maintenance et que le personnel dispose de suffisamment de place. La disponibilité immédiate des éléments suivants est également déterminante: aides de levage, moyens de transport, outils, appareils de contrôle et pièces de rechange. ***L’organisation du travail Une organisation du travail adaptée à la situation et à l’être humain influence notablement le climat d’entreprise, le rendement des employés et la rentabilité du processus de travail. Les modes opératoires et les moyens de travail Pour obtenir une production économique, il est indispensable des choisir des modes opératoires et des moyens de travail appropriés; ils ont en particulier une grande influence sur le degré de fatigue et la vitesse avec laquelle elle s’installe. Les modes opératoires qui demandent une dépense physique fréquente et répétitive devraient si possible être mécanisés et automatisés. Des efforts physiques importants sur une période prolongée causent de la fatigue, ainsi qu’une baisse de la concentration et du rendement, avec des effets négatifs directs sur la rentabilité, la sécurité et la santé. La planification du travail et la formation Un travail efficace et sûr, sans risques d’accident, passe par une bonne formation. Les informations concernant les risques et les instructions d’utilisation sont tout aussi importantes que les explications concernant la qualité et les délais. Si les personnes, les machines ou les méthodes sont nouvelles, il faut que la formation soit particulièrement soignée. Dans tous les cas de figure, cette formation devrait être renouvelée de temps à autre, et sa mise en pratique vérifiée. Le temps de travail et les pauses L’horaire flexible garantit une certaine marge de manœuvre qui permet d’adapter l’horaire de travail aux besoins personnels. Pour des raisons organisationnelles, techniques ou économiques, il n’est pas toujours possible d’introduire ce type d’horaire. Les pauses devraient être adaptées au type d’activité et avoir lieu avant que les réserves en énergie ne soient trop entamées. Des recherches en physiologie du travail ont établi que la fatigue n’augmente pas de façon linéaire, mais qu’elle croît d’autant plus rapidement que la personne
  • 8. 8 fatiguée travaille longtemps. De même, la récupération est maximale en début de pause et l’accroissement de la récupération ne fait que diminuer à mesure que la pause s’allonge. Il en résulte que, pour une durée totale équivalente, de nombreuses pauses brèves permettent d’obtenir une meilleure récupération et ralentissent davantage la progression de la fatigue que des pauses moins nombreuses mais plus longues. L’évaluation du travail et la rémunération L’évaluation claire et précise du travail et une rémunération correspondant au rendement sont –avec l’éloge, la reconnaissance et l’estime de la personne – les conditions du bien-être, de la motivation et de la volonté de rendement. Cette façon de diriger le personnel s’est révélée être plus efficace, même en temps de crise, que la pression et la critique. La marge de responsabilité et de décision Pour ne pas entraver la créativité et le sens des responsabilités par une organisation exagérée du travail, il convient de supprimer toutes les contraintes qui ne sont pas absolument nécessaires, pour les remplacer par des possibilités de décision. Tant que cela ne porte pas préjudice à d’autres postes de production, à la qualité ou aux délais, la personne devrait pouvoir définir elle-même le déroulement du travail, dans le cadre de ses moyens et capacités. Dans de nombreux cas, le regroupement des travaux de planification, d’exécution et de contrôle représente un enrichissement du travail avec un effet positif sur le processus de production. L’exécution de plusieurs tâches par rotation périodique à l’intérieur d’un groupe contribue à diversifier le travail et encourage l’esprit l’équipe et la coopération. ***Le contenu du travail Le contenu du travail est en fait un sujet faisant partie du chapitre sur l’organisation du travail. Mais comme ce sujet gagne de plus en plus en importance, il est justifié de le traiter à part et de façon détaillée. Le contenu du travail peut aussi bien être trop limité que trop important. Ceci peut entraîner la sous-occupation ou le surmenage en rapport avec la quantité ou la qualité du travail. ***L’environnement de travail L’environnement de travail influence dans une large mesure les conditions de travail et, par conséquent, le bien-être, la sécurité, la satisfaction au travail, la fatigue, la santé et, en fin de compte, le rendement. L’environnement de travail consiste en: conditions qui sont imposées par l’exécution du travail conditions qui résultent de l’exécution du travail ou qui sont modifiées par cette exécution conditions qui proviennent de « l’extérieur », c’est-à-dire
  • 9. 9 des postes de travail voisins. Conditions imposées par l’exécution du travail Font partie de ces conditions, le climat adapté à l’activité et à la personne, ainsi qu’un éclairage correct. Le climat est déterminé par la température de l’air, son déplacement et son humidité, ainsi que par la température à la surface des locaux et des installations. Le climat dit « de bien-être » dépend aussi de l’importance des mouvements physiques et du travail musculaire. Ce climat idéal varie avec l’âge, le sexe, la constitution, la santé, l’alimentation et l’habillement. Le type d’éclairage, l’intensité lumineuse et l’angle d’incidence de la lumière doivent être adaptés aux besoins visuels. Avec des couleurs, il est possible d’influer sur l’ambiance et sur la façon de ressentir la température et la distance. En complément de ce qui précède, il convient de souligner l’importance de l’ordre et de la propreté dans l’environnement de travail; ils influencent l’ordre et la propreté au poste de travail et contribuent de façon non négligeable à la qualité du travail, au rendement, ainsi qu’à la sécurité et à la santé.9 b.les acteurs de l’ergonomie : La politique de prévention de l’ergonomie en matière d’ergonomie doit aller plus loin que la simple personne du conseiller en prévention ergonome. Voir schéma suivant 9 Lesfacteursont été prisde : « CUSSTR : Commission Universitaire de Sécurité et Santé au Travail Romande Version 1, 2005 ; p-3-9.
  • 10. 10 Schéma : les acteurs de l’ergonomie Source : www.ergonomesite.be ***Les travailleurs : -signalent les situations pouvant représenter un danger ergonomique ; -Rapportent les incidents ou évènements à portée ergonomique et qui nécessitent que l’on agisse ; -participent aux évaluations des risques en matière d’ergonomie ; -suivent une formation à l’ergonomie. ***La ligne hiérarchique : -Identifie les tâches recelant un risque ergonomique ; -assure le suivi du plan d’action et des mesures de prévention adoptées après l’évaluation des risques ; -entreprend immédiatement les actions nécessaires en de risques ergonomiques manifestes ; -évalue les actions entreprises pour s’assurer qu’elles sont adptées, efficaces et durables ; -veille à ce qu’une formation à l’ergonomie soit prévue pour chacun. Travailleurs Ligne hiérarchique Service de prévention Groupe de travail ergonomie Employeur Service de prévention Achat/Ingénierie Management Instructions Analyse des risques Achat-Conception
  • 11. 11 ***La direction : -pourvoit aux moyens nécessaires pour mettre en place un programme ergonomique ; -s’assure que la stratégie d’analyse des risques est effectivement mise en place et menée à bien ; ***Les services des achats et le département d’ingénierie : -achète et conçoit de nouveaux bâtiments, de nouvelles installations ou un nouveau matériel respectant des critères ergonomiques ; -Intègre des critères ergonomiques dans le cahier des charges ou les spécifications édictées pour les nouveaux bâtiments, les nouvelles installations et le nouveau matériel. ***Le service de prévention : -communique l’ensemble des exigences qui émanent du programme ergonomique ; -coordonne les actions entreprises dans le cadre du programme ergonomique ; -développe et exécute une analyse effective des risques relatifs à l’ergonomie : -implémente le plan intégrant les mesures de prévention. -procède à une analyse annuelle des absences pour maladie résultant d’une charge physique ; -prodigue des conseils ergonomiques aux collaborateurs. ***le groupe de travail en charge de l’ergonomie : -apporte son soutien à la mise en œuvre du programme ergonomique ; -se positionne comme point de contact pour les demandes d’évaluation ergonomique ; -identifie les tâches à haut risque ; -participe à l’analyse des risques ergonomiques ; -se réunit régulièrement.10 L’ergonomie joue dons un rôle actif dans le système dynamique de gestion des risques. 10 Roeland Motmans : « L’ergonomie sur lelieu de travail. » ; ed.Kluwer.2013. P.13