SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  6
Télécharger pour lire hors ligne
Introduction
                      Pathos et empathie




    Le pathos et l’empathie règnent aujourd’hui sur l’art contem-
porain. De l’intrusion du spectaculaire et du scandaleux dans
l’exposition Sensation, à Londres en 1997, à l’apologie du mélo
de l’exposition Des souris et des hommes, à Berlin en 2006, en
passant par le mode subtil des expériences sensorielles partout
réactivé, la tendance à l’interpellation directe du spectateur n’a
fait que se confirmer. Le pathos, terme qui désigne toutes les
catégories des émotions et du sensible, depuis le rire jusqu’aux
pleurs, est l’instrument de cette interpellation. L’analyse réflexive,
la position critique et la distanciation de l’artiste qui gouver-
naient le radicalisme des avant-gardes, se trouvent débordées de
toutes parts par la vague de fond de l’émotion. Ce sentiment,
qu’on avait cru révolu, ou du moins impropre à rendre compte
des modes d’action et des enjeux modernes, réapparaît avec force
dans toutes les formes artistiques. La question de l’art, telle que
la posent les nouvelles générations d’artistes, n’est plus priori-
tairement d’informer, d’initier, de questionner le spectateur,
mais tout d’abord de le toucher. La position même de l’artiste,
dans son rapport au monde comme dans son rapport à l’art,
relève plus souvent de l’affect et d’un fonctionnement empa-
thique que du concept et de la critique. Tous les modes opéra-
toires traditionnellement associés à la naissance de l’émotion

                                  7
l a r eva n c h e d e s é m ot i o n s

sont de retour au premier plan de la création : la tragédie, le
drame, la comédie se déploient à travers les différentes formes et
techniques artistiques, qu’il s’agisse des médiums classiques de la
peinture, de la sculpture ou du dessin, dont on a vu la réaffir-
mation, ou des installations, du film et des médias numériques.
La littérature retrouve une place tutélaire, qu’elle partage cepen-
dant avec ces nouvelles sources d’inspiration que sont pour notre
monde moderne le documentaire, le sitcom, le docu-fiction et
tous autres archétypes médiatiques inventés pour un public à la
recherche de sensations.
    Est-ce au public, qui a longtemps accusé l’art de se détourner
de ces voies naturelles d’expression que sont le beau et l’émo-
tion, que répondent aujourd’hui les artistes ? Ce mouvement
correspond-il plutôt à une remise en cause interne de la moder-
nité, ou plutôt de la doxa moderniste ? Est-ce l’état du monde,
les soubresauts de la conscience qui dictent à l’artiste une atti-
tude humaniste et passionnelle ? L’art se sent-il amené à investir
un champ dont il avait laissé plutôt l’apanage à la religion et à la
politique ? Ou, enfin, peut-on voir là une influence de la mon-
dialisation, qui infiltre ses agents exogènes au cœur du concept
occidental d’avant-garde ? Le phénomène est trop large pour
que toutes ces causes ne soient pas présentes, et inextricable-
ment mêlées. Mais aucune ne rend compte exactement de ce
qui gouverne un univers de la création si divers et si éclaté qu’il
a lui-même renoncé à s’auto-analyser. Reste qu’en raison même
de cet éclatement, de l’atomisation des pratiques et des écoles, de
la dispersion des champs de force dans les périphéries, un tel
phénomène, malgré les formes extrêmement diverses qu’il peut
revêtir, est la manifestation significative d’une osmose entre les
pratiques artistiques et les grands mouvements qui traversent la
société. Notre étude n’entend pas discerner si l’art anticipe ou
fait écho à un état du monde, mais plutôt analyser le phéno-

                                    8
pat h o s e t e m pat h i e

mène en tant que tel, comme manifestation et signe d’un renou-
veau de l’expérience artistique et de la pensée esthétique.
    Pour cela, c’est dans les œuvres et chez les artistes qu’il faut
rechercher le sens et les visées d’un tel renversement de la pers-
pective théorique de l’art. Chez des artistes phares tout d’abord,
comme Robert Morris, Christian Boltanski ou Annette Messa-
ger, qui, de filiation avant-gardiste, ont cependant intégré dans
leur œuvre la force subversive et antimoderne du pathos. Parmi
les générations suivantes, les exemples d’artistes intégrant le
pathos comme une composante de base de leur pratique artis-
tique sont nombreux, et nous prendrons pour exemple les
œuvres de trois d’entre eux : Maurizio Cattelan, Pierre Huyghe
et Peter Doig. Mon choix s’est porté volontairement sur des
artistes qui s’inscrivent dans la filiation de l’avant-gardisme et
qui allient une maîtrise conceptuelle avec les modalités parfois
les plus extrêmes du pathos. Enfin, par l’analyse de grandes thé-
matiques qui traversent l’art de notre temps, comme la Vanité, le
simulacre animal, la crise ou le trauma, nous évoquerons trans-
versalement l’apport des nombreux artistes acquis à ce mouve-
ment de fond et qui en explorent les potentialités formelles et
critiques.
    Le début du XXIe siècle a vu l’art réinvestir le champ de la
sensation et des émotions et mettre en scène les différents ter-
rains d’expression du pathos. Mais à ce mouvement s’en associe
un autre, qui en est le corollaire inédit et surprenant : le primat
accordé à l’empathie dans le geste créateur même. De très nom-
breuses œuvres en témoignent, la pratique citationniste des
années 1980 est réactivée, mais sous une forme nouvelle, inté-
grant tout l’éventail des esthétiques et des médias. À la différence
des pratiques postmodernes du « citationnisme » ou du « simu-
lationnisme », cette tendance traduit moins l’appropriation cri-
tique de nouveaux champs de référence, que l’adhésion sans

                                  9
l a r eva n c h e d e s é m ot i o n s

distance aux esthétiques revisitées : une appropriation empa-
thique, affranchie des critères esthétiques ou critiques qui
conduisent ordinairement à la citation. Ainsi a-t-on vu, par
exemple, resurgir les esthétiques des années 1950 dans toutes
leurs composantes, qu’il s’agisse de l’art cinétique et de l’op art,
mais aussi des formes jugées il y a peu obsolètes de l’abstraction
organique géométrisante. Les artistes, guidés par leurs affinités
électives, pourront s’attacher à l’une de ces formes artistiques, ou
plutôt naviguer librement de l’une à l’autre. Une grande partie du
travail d’Ugo Rondinone, l’un des artistes exemplaires de la nou-
velle scène internationale, est basée sur une adhésion empathique
à des références issues d’esthétiques et d’époques différentes,
qu’il s’agisse des cibles d’inspiration géo-pop, des grands pay-
sages au trait démarqués de gravures romantiques, ou des formes
directement référées au minimalisme qui constituent le vocabu-
laire de base de ses installations. De même, Daniel Richter aspire
au sein de sa pratique picturale des systèmes formels indiffé-
remment abstraits ou figuratifs, empruntés à divers courants du
modernisme comme à l’art populaire. Cet usage d’une esthé-
tique explicitement référencée, qui procède moins de la citation
que de la symbiose, induit une relation immédiate de l’artiste à
des phénomènes passés, astylistique et fondamentalement ana-
chronique. Là encore, c’est au registre de l’émotion qu’il est fait
appel, non pas dans l’esthétique ou dans la narration portées par
l’œuvre, mais par la modalité créative choisie par l’artiste, qui
choisit d’annihiler toute distance historique et critique entre
l’œuvre et son référent.
    Le phénomène de la réintroduction du pathos et de l’empa-
thie dans l’art n’est pas une manifestation interne au champ
artistique, il correspond au contraire à l’exacerbation des sensi-
bilités dans les sociétés de ce nouveau siècle. Le XXIe siècle est né
sous l’emprise de l’émotion. Au-delà des facteurs objectifs que

                                   10
pat h o s e t e m pat h i e

sont les guerres, les révisions et les procès historiques conduits
durant ces dernières années, auxquels s’ajoute l’angoisse géné-
rée par la montée en puissance du terrorisme et les menaces éco-
logiques, les mentalités sont désormais marquées par une
affectivité démultipliée et une emprise nouvelle du sensible sur
la raison. La presse d’opinion a consacré de nombreux articles à
cette émergence du sensible et du subjectif dans la vie publique,
qui transforme les codes sociaux et les comportements indi-
viduels. Se laisser aller aux pleurs, registre le plus tabou dans
l’exercice du pouvoir, n’est plus l’exclusive des femmes, dont
l’émotivité a longtemps été sujet de raillerie, mais touche aussi
les hommes publics représentatifs des plus hautes instances.
Dans ce début du XXIe siècle, les hommes politiques comme les
chefs d’entreprise pleurent devant les caméras qui, loin de se
détourner pudiquement, valorisent tout au contraire cette
expression directe d’une humanité fragile. De même l’humour,
la colère sont des registres qui s’invitent volontiers au plus haut
rang des affaires publiques, sans menacer pour cela la crédibilité
de ses acteurs. En réinvestissant le territoire du pathos, l’art se
situe donc de plain-pied avec une société qui réagit à la chute des
utopies et à l’aspiration à un réenchantement du monde par le
dévoilement de la sphère intime. On assiste ainsi, dans la vie
sociale, politique, culturelle, à un mouvement de socialisation
du subjectif qui cherche sa voie entre un réinvestissement social
du religieux et l’essor d’un nouvel humanisme philosophique.
    « Empathy can change the world » : l’empathie peut transfor-
mer le monde, proclamait en 1991, dans une œuvre manifeste,
l’une des principales représentantes du courant postconceptuel
des années 1980, l’artiste américaine Barbara Kruger. Avec la
mutation aujourd’hui opérée du concept vers l’affect, l’art nous
propose peut-être une nouvelle méthode pour changer le
monde. Une méthode qui se détourne des fondamentaux du

                                  11
l a r eva n c h e d e s é m ot i o n s

modernisme, sans invalider pourtant les espoirs du projet
moderne. Une méthode qui, en abolissant la distance critique
du sujet au monde, réinvente un potentiel critique affranchi des
cadres ou des dogmes idéologiques.

Contenu connexe

Tendances

Metaphores_du_pouvoir_dans_la_prose_historique_roumaine_AM_UPB_27_mai_2011
Metaphores_du_pouvoir_dans_la_prose_historique_roumaine_AM_UPB_27_mai_2011Metaphores_du_pouvoir_dans_la_prose_historique_roumaine_AM_UPB_27_mai_2011
Metaphores_du_pouvoir_dans_la_prose_historique_roumaine_AM_UPB_27_mai_2011Andreea-Olivia Matei
 
Le primitivisme en peinture dans la continuité de l'istoria albertienne
Le primitivisme en peinture dans la continuité de l'istoria albertienneLe primitivisme en peinture dans la continuité de l'istoria albertienne
Le primitivisme en peinture dans la continuité de l'istoria albertienneJoin-Lambert Blaise
 
Histoire du XVII au XIX siècle
Histoire du XVII au XIX siècleHistoire du XVII au XIX siècle
Histoire du XVII au XIX sièclecesttresjoli
 
Symbolisme et modernité
Symbolisme et modernitéSymbolisme et modernité
Symbolisme et modernitéBac Français
 
Parret - Sémiotique et esthétique en interface.pdf
Parret - Sémiotique et esthétique en interface.pdfParret - Sémiotique et esthétique en interface.pdf
Parret - Sémiotique et esthétique en interface.pdfModeleElose
 
L'antagonique ou l'agonique
L'antagonique ou l'agoniqueL'antagonique ou l'agonique
L'antagonique ou l'agoniqueAbou Aziz
 
La Destinée de l'Art
La Destinée de l'ArtLa Destinée de l'Art
La Destinée de l'ArtAzzam Madkour
 
Pres mouvements littéraires du romantisme au surréalisme.
Pres mouvements littéraires du romantisme au surréalisme.Pres mouvements littéraires du romantisme au surréalisme.
Pres mouvements littéraires du romantisme au surréalisme.Philippe Campet
 
Le surréalisme par giuseppina martoriello
Le surréalisme par giuseppina martorielloLe surréalisme par giuseppina martoriello
Le surréalisme par giuseppina martoriellogiuseppina martoriello
 
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2Azzam Madkour
 
Note reflexive atelier theatre michael kwan
Note reflexive atelier theatre michael kwanNote reflexive atelier theatre michael kwan
Note reflexive atelier theatre michael kwanBlogGES
 

Tendances (13)

Metaphores_du_pouvoir_dans_la_prose_historique_roumaine_AM_UPB_27_mai_2011
Metaphores_du_pouvoir_dans_la_prose_historique_roumaine_AM_UPB_27_mai_2011Metaphores_du_pouvoir_dans_la_prose_historique_roumaine_AM_UPB_27_mai_2011
Metaphores_du_pouvoir_dans_la_prose_historique_roumaine_AM_UPB_27_mai_2011
 
Le primitivisme en peinture dans la continuité de l'istoria albertienne
Le primitivisme en peinture dans la continuité de l'istoria albertienneLe primitivisme en peinture dans la continuité de l'istoria albertienne
Le primitivisme en peinture dans la continuité de l'istoria albertienne
 
SEF Notices automne 2018
SEF Notices automne 2018SEF Notices automne 2018
SEF Notices automne 2018
 
Histoire du XVII au XIX siècle
Histoire du XVII au XIX siècleHistoire du XVII au XIX siècle
Histoire du XVII au XIX siècle
 
Symbolisme et modernité
Symbolisme et modernitéSymbolisme et modernité
Symbolisme et modernité
 
Parret - Sémiotique et esthétique en interface.pdf
Parret - Sémiotique et esthétique en interface.pdfParret - Sémiotique et esthétique en interface.pdf
Parret - Sémiotique et esthétique en interface.pdf
 
L'antagonique ou l'agonique
L'antagonique ou l'agoniqueL'antagonique ou l'agonique
L'antagonique ou l'agonique
 
La Destinée de l'Art
La Destinée de l'ArtLa Destinée de l'Art
La Destinée de l'Art
 
Pres mouvements littéraires du romantisme au surréalisme.
Pres mouvements littéraires du romantisme au surréalisme.Pres mouvements littéraires du romantisme au surréalisme.
Pres mouvements littéraires du romantisme au surréalisme.
 
Le surréalisme par giuseppina martoriello
Le surréalisme par giuseppina martorielloLe surréalisme par giuseppina martoriello
Le surréalisme par giuseppina martoriello
 
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire-partie 2
 
Note reflexive atelier theatre michael kwan
Note reflexive atelier theatre michael kwanNote reflexive atelier theatre michael kwan
Note reflexive atelier theatre michael kwan
 
NSK
NSKNSK
NSK
 

En vedette

Amistad
AmistadAmistad
Amistadtamy93
 
Hotpotatoes
HotpotatoesHotpotatoes
Hotpotatoeseukkio
 
Características socioculturales del pueblo maya
Características socioculturales del pueblo mayaCaracterísticas socioculturales del pueblo maya
Características socioculturales del pueblo mayaupoepereira
 
Greis titulos pagina
Greis titulos paginaGreis titulos pagina
Greis titulos paginagreis puentes
 
ImagenesRepaso
ImagenesRepasoImagenesRepaso
ImagenesRepasoDavid
 
Ponencia enrique gonzalez
Ponencia enrique gonzalezPonencia enrique gonzalez
Ponencia enrique gonzalezmktfarma
 
Reglamento de avaluacion
Reglamento de avaluacionReglamento de avaluacion
Reglamento de avaluacionucabderecho
 
Catalogue 3
Catalogue 3Catalogue 3
Catalogue 3domfeste
 
5 pintura barroca
5 pintura barroca5 pintura barroca
5 pintura barrocaStudioiw
 
De donde eran adan y eva
De donde eran adan y evaDe donde eran adan y eva
De donde eran adan y evaHector
 
Procesamiento de la informacion
Procesamiento de la informacionProcesamiento de la informacion
Procesamiento de la informacionEric Parra
 
Trabajo de egipto para frances alexandra jimenez garro
Trabajo de egipto para frances alexandra jimenez garroTrabajo de egipto para frances alexandra jimenez garro
Trabajo de egipto para frances alexandra jimenez garrocariam
 
Tarea (2)laura
Tarea (2)lauraTarea (2)laura
Tarea (2)lauralaura
 
Trabajo marta y zaida egipto nefertari
Trabajo marta y zaida  egipto nefertariTrabajo marta y zaida  egipto nefertari
Trabajo marta y zaida egipto nefertaricariam
 

En vedette (20)

Amistad
AmistadAmistad
Amistad
 
Hotpotatoes
HotpotatoesHotpotatoes
Hotpotatoes
 
Características socioculturales del pueblo maya
Características socioculturales del pueblo mayaCaracterísticas socioculturales del pueblo maya
Características socioculturales del pueblo maya
 
Carabela power
Carabela powerCarabela power
Carabela power
 
Sfsic17 pierre quettier
Sfsic17 pierre quettierSfsic17 pierre quettier
Sfsic17 pierre quettier
 
Encuestas
EncuestasEncuestas
Encuestas
 
Greis titulos pagina
Greis titulos paginaGreis titulos pagina
Greis titulos pagina
 
ImagenesRepaso
ImagenesRepasoImagenesRepaso
ImagenesRepaso
 
La novela
La novelaLa novela
La novela
 
Ponencia enrique gonzalez
Ponencia enrique gonzalezPonencia enrique gonzalez
Ponencia enrique gonzalez
 
Aelia et la souris
Aelia et la sourisAelia et la souris
Aelia et la souris
 
Reglamento de avaluacion
Reglamento de avaluacionReglamento de avaluacion
Reglamento de avaluacion
 
Catalogue 3
Catalogue 3Catalogue 3
Catalogue 3
 
5 pintura barroca
5 pintura barroca5 pintura barroca
5 pintura barroca
 
De donde eran adan y eva
De donde eran adan y evaDe donde eran adan y eva
De donde eran adan y eva
 
pres4
pres4pres4
pres4
 
Procesamiento de la informacion
Procesamiento de la informacionProcesamiento de la informacion
Procesamiento de la informacion
 
Trabajo de egipto para frances alexandra jimenez garro
Trabajo de egipto para frances alexandra jimenez garroTrabajo de egipto para frances alexandra jimenez garro
Trabajo de egipto para frances alexandra jimenez garro
 
Tarea (2)laura
Tarea (2)lauraTarea (2)laura
Tarea (2)laura
 
Trabajo marta y zaida egipto nefertari
Trabajo marta y zaida  egipto nefertariTrabajo marta y zaida  egipto nefertari
Trabajo marta y zaida egipto nefertari
 

Similaire à Arte postconceptual

Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs  Le Mensonge Dans La Figure De L’ArtGerms  Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Artgerms
 
Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs  Le Mensonge Dans La Figure De L’ArtGerms  Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Artgerms
 
Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2
Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2
Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2germs
 
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestatairesChapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestatairesAzzam Madkour
 
C o n f é r e n c e juvignac v 03.01 09 12 2014
C o n f é r e n c e juvignac v 03.01  09 12 2014C o n f é r e n c e juvignac v 03.01  09 12 2014
C o n f é r e n c e juvignac v 03.01 09 12 2014José-Xavier Polet
 
Pres mouvements littéraires 2016
Pres mouvements littéraires 2016Pres mouvements littéraires 2016
Pres mouvements littéraires 2016Philippe Campet
 
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégrationChapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégrationAzzam Madkour
 
Avant propos- La Destinée de l'art
Avant propos- La Destinée de l'artAvant propos- La Destinée de l'art
Avant propos- La Destinée de l'artAzzam Madkour
 
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaireChapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaireAzzam Madkour
 
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...Azzam Madkour
 
Conférence à Pamiers - Front populaire de Libération du cerveau FPLC Janvier...
Conférence à Pamiers - Front populaire de Libération du cerveau  FPLC Janvier...Conférence à Pamiers - Front populaire de Libération du cerveau  FPLC Janvier...
Conférence à Pamiers - Front populaire de Libération du cerveau FPLC Janvier...José-Xavier Polet
 
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...Azzam Madkour
 
Tableau mouvements-litteraires
Tableau mouvements-litterairesTableau mouvements-litteraires
Tableau mouvements-litterairesBenjii Le Guen
 
Dossier-artistique-Dispak-Dispach.pdf
Dossier-artistique-Dispak-Dispach.pdfDossier-artistique-Dispak-Dispach.pdf
Dossier-artistique-Dispak-Dispach.pdfgekoy1
 
Comment parler d'art contemporain en milieu scolaire
Comment parler d'art contemporain en milieu scolaireComment parler d'art contemporain en milieu scolaire
Comment parler d'art contemporain en milieu scolaireMarcela Spezzapria
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...Azzam Madkour
 

Similaire à Arte postconceptual (20)

Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs  Le Mensonge Dans La Figure De L’ArtGerms  Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
 
Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs  Le Mensonge Dans La Figure De L’ArtGerms  Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
 
Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2
Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2
Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2
 
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestatairesChapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 1- Les arts contestataires
 
C o n f é r e n c e juvignac v 03.01 09 12 2014
C o n f é r e n c e juvignac v 03.01  09 12 2014C o n f é r e n c e juvignac v 03.01  09 12 2014
C o n f é r e n c e juvignac v 03.01 09 12 2014
 
Pres mouvements littéraires 2016
Pres mouvements littéraires 2016Pres mouvements littéraires 2016
Pres mouvements littéraires 2016
 
Ritournelles
RitournellesRitournelles
Ritournelles
 
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégrationChapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
Chapitre VI: Les nouvelles tendances- 2- Les arts d'intégration
 
Avant propos- La Destinée de l'art
Avant propos- La Destinée de l'artAvant propos- La Destinée de l'art
Avant propos- La Destinée de l'art
 
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaireChapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
 
Romantisme
RomantismeRomantisme
Romantisme
 
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 1- Les bases de la culture- La Des...
 
Conférence à Pamiers - Front populaire de Libération du cerveau FPLC Janvier...
Conférence à Pamiers - Front populaire de Libération du cerveau  FPLC Janvier...Conférence à Pamiers - Front populaire de Libération du cerveau  FPLC Janvier...
Conférence à Pamiers - Front populaire de Libération du cerveau FPLC Janvier...
 
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
Chapitre III: Vers une épuration de l'art- 2- L'abstraction et l'épuration de...
 
Tableau mouvements-litteraires
Tableau mouvements-litterairesTableau mouvements-litteraires
Tableau mouvements-litteraires
 
Modernisme - questions de théorie.pdf
Modernisme - questions de théorie.pdfModernisme - questions de théorie.pdf
Modernisme - questions de théorie.pdf
 
Dossier-artistique-Dispak-Dispach.pdf
Dossier-artistique-Dispak-Dispach.pdfDossier-artistique-Dispak-Dispach.pdf
Dossier-artistique-Dispak-Dispach.pdf
 
Désir de livres
Désir de livresDésir de livres
Désir de livres
 
Comment parler d'art contemporain en milieu scolaire
Comment parler d'art contemporain en milieu scolaireComment parler d'art contemporain en milieu scolaire
Comment parler d'art contemporain en milieu scolaire
 
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...
Chapitre V- Vers une réalisation de l'art- 1-Le malaise de la société industr...
 

Arte postconceptual

  • 1. Introduction Pathos et empathie Le pathos et l’empathie règnent aujourd’hui sur l’art contem- porain. De l’intrusion du spectaculaire et du scandaleux dans l’exposition Sensation, à Londres en 1997, à l’apologie du mélo de l’exposition Des souris et des hommes, à Berlin en 2006, en passant par le mode subtil des expériences sensorielles partout réactivé, la tendance à l’interpellation directe du spectateur n’a fait que se confirmer. Le pathos, terme qui désigne toutes les catégories des émotions et du sensible, depuis le rire jusqu’aux pleurs, est l’instrument de cette interpellation. L’analyse réflexive, la position critique et la distanciation de l’artiste qui gouver- naient le radicalisme des avant-gardes, se trouvent débordées de toutes parts par la vague de fond de l’émotion. Ce sentiment, qu’on avait cru révolu, ou du moins impropre à rendre compte des modes d’action et des enjeux modernes, réapparaît avec force dans toutes les formes artistiques. La question de l’art, telle que la posent les nouvelles générations d’artistes, n’est plus priori- tairement d’informer, d’initier, de questionner le spectateur, mais tout d’abord de le toucher. La position même de l’artiste, dans son rapport au monde comme dans son rapport à l’art, relève plus souvent de l’affect et d’un fonctionnement empa- thique que du concept et de la critique. Tous les modes opéra- toires traditionnellement associés à la naissance de l’émotion 7
  • 2. l a r eva n c h e d e s é m ot i o n s sont de retour au premier plan de la création : la tragédie, le drame, la comédie se déploient à travers les différentes formes et techniques artistiques, qu’il s’agisse des médiums classiques de la peinture, de la sculpture ou du dessin, dont on a vu la réaffir- mation, ou des installations, du film et des médias numériques. La littérature retrouve une place tutélaire, qu’elle partage cepen- dant avec ces nouvelles sources d’inspiration que sont pour notre monde moderne le documentaire, le sitcom, le docu-fiction et tous autres archétypes médiatiques inventés pour un public à la recherche de sensations. Est-ce au public, qui a longtemps accusé l’art de se détourner de ces voies naturelles d’expression que sont le beau et l’émo- tion, que répondent aujourd’hui les artistes ? Ce mouvement correspond-il plutôt à une remise en cause interne de la moder- nité, ou plutôt de la doxa moderniste ? Est-ce l’état du monde, les soubresauts de la conscience qui dictent à l’artiste une atti- tude humaniste et passionnelle ? L’art se sent-il amené à investir un champ dont il avait laissé plutôt l’apanage à la religion et à la politique ? Ou, enfin, peut-on voir là une influence de la mon- dialisation, qui infiltre ses agents exogènes au cœur du concept occidental d’avant-garde ? Le phénomène est trop large pour que toutes ces causes ne soient pas présentes, et inextricable- ment mêlées. Mais aucune ne rend compte exactement de ce qui gouverne un univers de la création si divers et si éclaté qu’il a lui-même renoncé à s’auto-analyser. Reste qu’en raison même de cet éclatement, de l’atomisation des pratiques et des écoles, de la dispersion des champs de force dans les périphéries, un tel phénomène, malgré les formes extrêmement diverses qu’il peut revêtir, est la manifestation significative d’une osmose entre les pratiques artistiques et les grands mouvements qui traversent la société. Notre étude n’entend pas discerner si l’art anticipe ou fait écho à un état du monde, mais plutôt analyser le phéno- 8
  • 3. pat h o s e t e m pat h i e mène en tant que tel, comme manifestation et signe d’un renou- veau de l’expérience artistique et de la pensée esthétique. Pour cela, c’est dans les œuvres et chez les artistes qu’il faut rechercher le sens et les visées d’un tel renversement de la pers- pective théorique de l’art. Chez des artistes phares tout d’abord, comme Robert Morris, Christian Boltanski ou Annette Messa- ger, qui, de filiation avant-gardiste, ont cependant intégré dans leur œuvre la force subversive et antimoderne du pathos. Parmi les générations suivantes, les exemples d’artistes intégrant le pathos comme une composante de base de leur pratique artis- tique sont nombreux, et nous prendrons pour exemple les œuvres de trois d’entre eux : Maurizio Cattelan, Pierre Huyghe et Peter Doig. Mon choix s’est porté volontairement sur des artistes qui s’inscrivent dans la filiation de l’avant-gardisme et qui allient une maîtrise conceptuelle avec les modalités parfois les plus extrêmes du pathos. Enfin, par l’analyse de grandes thé- matiques qui traversent l’art de notre temps, comme la Vanité, le simulacre animal, la crise ou le trauma, nous évoquerons trans- versalement l’apport des nombreux artistes acquis à ce mouve- ment de fond et qui en explorent les potentialités formelles et critiques. Le début du XXIe siècle a vu l’art réinvestir le champ de la sensation et des émotions et mettre en scène les différents ter- rains d’expression du pathos. Mais à ce mouvement s’en associe un autre, qui en est le corollaire inédit et surprenant : le primat accordé à l’empathie dans le geste créateur même. De très nom- breuses œuvres en témoignent, la pratique citationniste des années 1980 est réactivée, mais sous une forme nouvelle, inté- grant tout l’éventail des esthétiques et des médias. À la différence des pratiques postmodernes du « citationnisme » ou du « simu- lationnisme », cette tendance traduit moins l’appropriation cri- tique de nouveaux champs de référence, que l’adhésion sans 9
  • 4. l a r eva n c h e d e s é m ot i o n s distance aux esthétiques revisitées : une appropriation empa- thique, affranchie des critères esthétiques ou critiques qui conduisent ordinairement à la citation. Ainsi a-t-on vu, par exemple, resurgir les esthétiques des années 1950 dans toutes leurs composantes, qu’il s’agisse de l’art cinétique et de l’op art, mais aussi des formes jugées il y a peu obsolètes de l’abstraction organique géométrisante. Les artistes, guidés par leurs affinités électives, pourront s’attacher à l’une de ces formes artistiques, ou plutôt naviguer librement de l’une à l’autre. Une grande partie du travail d’Ugo Rondinone, l’un des artistes exemplaires de la nou- velle scène internationale, est basée sur une adhésion empathique à des références issues d’esthétiques et d’époques différentes, qu’il s’agisse des cibles d’inspiration géo-pop, des grands pay- sages au trait démarqués de gravures romantiques, ou des formes directement référées au minimalisme qui constituent le vocabu- laire de base de ses installations. De même, Daniel Richter aspire au sein de sa pratique picturale des systèmes formels indiffé- remment abstraits ou figuratifs, empruntés à divers courants du modernisme comme à l’art populaire. Cet usage d’une esthé- tique explicitement référencée, qui procède moins de la citation que de la symbiose, induit une relation immédiate de l’artiste à des phénomènes passés, astylistique et fondamentalement ana- chronique. Là encore, c’est au registre de l’émotion qu’il est fait appel, non pas dans l’esthétique ou dans la narration portées par l’œuvre, mais par la modalité créative choisie par l’artiste, qui choisit d’annihiler toute distance historique et critique entre l’œuvre et son référent. Le phénomène de la réintroduction du pathos et de l’empa- thie dans l’art n’est pas une manifestation interne au champ artistique, il correspond au contraire à l’exacerbation des sensi- bilités dans les sociétés de ce nouveau siècle. Le XXIe siècle est né sous l’emprise de l’émotion. Au-delà des facteurs objectifs que 10
  • 5. pat h o s e t e m pat h i e sont les guerres, les révisions et les procès historiques conduits durant ces dernières années, auxquels s’ajoute l’angoisse géné- rée par la montée en puissance du terrorisme et les menaces éco- logiques, les mentalités sont désormais marquées par une affectivité démultipliée et une emprise nouvelle du sensible sur la raison. La presse d’opinion a consacré de nombreux articles à cette émergence du sensible et du subjectif dans la vie publique, qui transforme les codes sociaux et les comportements indi- viduels. Se laisser aller aux pleurs, registre le plus tabou dans l’exercice du pouvoir, n’est plus l’exclusive des femmes, dont l’émotivité a longtemps été sujet de raillerie, mais touche aussi les hommes publics représentatifs des plus hautes instances. Dans ce début du XXIe siècle, les hommes politiques comme les chefs d’entreprise pleurent devant les caméras qui, loin de se détourner pudiquement, valorisent tout au contraire cette expression directe d’une humanité fragile. De même l’humour, la colère sont des registres qui s’invitent volontiers au plus haut rang des affaires publiques, sans menacer pour cela la crédibilité de ses acteurs. En réinvestissant le territoire du pathos, l’art se situe donc de plain-pied avec une société qui réagit à la chute des utopies et à l’aspiration à un réenchantement du monde par le dévoilement de la sphère intime. On assiste ainsi, dans la vie sociale, politique, culturelle, à un mouvement de socialisation du subjectif qui cherche sa voie entre un réinvestissement social du religieux et l’essor d’un nouvel humanisme philosophique. « Empathy can change the world » : l’empathie peut transfor- mer le monde, proclamait en 1991, dans une œuvre manifeste, l’une des principales représentantes du courant postconceptuel des années 1980, l’artiste américaine Barbara Kruger. Avec la mutation aujourd’hui opérée du concept vers l’affect, l’art nous propose peut-être une nouvelle méthode pour changer le monde. Une méthode qui se détourne des fondamentaux du 11
  • 6. l a r eva n c h e d e s é m ot i o n s modernisme, sans invalider pourtant les espoirs du projet moderne. Une méthode qui, en abolissant la distance critique du sujet au monde, réinvente un potentiel critique affranchi des cadres ou des dogmes idéologiques.