Ergué-Gabéric dans
la
Grande Guerre
1914-1918
1
1914 à Ergué-Gabéric
2
Paysans à Quillihuec, vers 1910
3
Les Gabéricois de 1914 sont, pour
environ 60% d’entre eux, des paysans,
Les employés à l...
4
Ergué-Gabéric,
une commune très jeune
5
Histogramme établi par Jean-François Douguet
d’après le recensement de 1911.
A la veille de 1914, la moyenne d’âge des h...
6
Histogramme établi par
Jean-François Douguet
d’après le recensement
de 1911.
7
Jeunes gabéricois posant pour la photo souvenir de leur service militaire,1907.
8
Comment les gabéricois ont
appris la déclaration de guerre
On entendit le tocsin sonner vers cinq
heures de l’après-midi. Mon père me dit :
« je vais monter dans un arbre pour voir
...
10
Photographie d’une
affiche ordonnant la
mobilisation générale.
C’était principalement
les gendarmes qui
avaient mission...
Photo de livret militaire avec fascicule de mobilisation
11
Nul ne reçoit de courrier individuel. Les
instructions à suivr...
12
Le départ à la guerre
Départ de mobilisés de la gare
de Pleyben,
le 2 août 1914.
Coll. Roger Laouenan.
13
300 hommes quittent la commune en
l’es...
14
Jeunes gabéricois lors
de leur conseil de révision, 1917 ou 18. Plus de 600 hommes en tout seront mobilisés
soit enviro...
Yves Le Meur épouse Marie-Joseph
Hélou en 1917. Sur leur photo de
mariage, il pose en tenue de soldat.
Photo de la famille...
René Bolloré et une partie de ses
employés en 1911.
René Bolloré est mobilisé le 4 août
1914 et réformé le 2 novembre
1916...
17
Où sont affectés les mobilisés ?
18
Xe corps (Rennes) 41e RI, Rennes - 48e RI, Guingamp – 70e RI,
Vitré – 71e RI, St-Brieuc
XIe corps (Nantes) 19e, Brest –...
Répartition des Gabéricois par armes
d'après le fichier des morts et extrapolation
Artillerie Cavalerie Génie Marine
0
5
1...
21
Des soldats au bourg
22
80 soldats du 87ème régiment d’infanterie cantonnèrent à l’école « Notre Dame de
Kerdévot » au bourg (aujourd’hui Résid...
23
Les combats
Premiers
combats, en
Belgique (août
1914)
La Marne
(août-
septembre
1914)
Course à la
mer
(novembre-
décembre
1914)
Offens...
25
Les nouvelles du front
Je me porte bien et t’envoie ainsi qu’aux enfants
mes meilleurs baisers. Mes amitiés aux amis.
Ton mari
Bonnard Pierre 26
« Moi, je passe la moitié de mon
temps dans les tranchées, comme
je suis à l’instant. Le jour,
nous sommes assez tranquill...
Mes chers parents
(…)
Nonn quet évit l’aquat d’ioch et pelech emmon
abalamour et veso digoret martesez mes neus fors mad e...
Au fil des phrases...
« Le cafard me remonte sur le dos », Hervé Le Roux
« Que s'est triste ce temps de guerre qui sépare ...
Ceux qui restent
30
Photographie montrant des femmes et des enfants devant le manoir de Pennarun,
au Bourg d’Ergué-Gabéric au début du XXè s.
...
Portrait de Marie-Jeanne Le Saux
de Kerverniou, Elliant.
32
Manoir de
Kerverniou, Elliant.
Mon cher mari,
Je ne puis te di...
33
Photographie de la papeterie d’Odet, au début du XXè s.
Les femmes, déjà nombreuses à la manufacture d’Odet avant la gu...
Le temps des hommages
et des honneurs
Les morts, les blessés
34
35
Le monument aux morts est
inauguré le 11 novembre 1923,
dans le nouveau cimetière
d’Ergué-Gabéric.
L’architecte René Mé...
Les corps des soldats tombés au combat reposent loin du village natal,
dans des nécropoles militaires.
Plus du tiers des c...
37
Le monument
comporte un médaillon
de bronze signé
Charles-Eugène
Breton, auteur de
nombreux monuments
aux morts.
38
Sur chaque face de l’emmarchement du monument aux morts, sont
posées des stèles avec les noms des morts pour la France ...
39
123 « morts pour la France » sont cités sur le monument. Leur nombre
se porte en réalité à 137.
40
Portrait de Pierre-Joseph Barré
Les familles font éditer des documents en mémoire de leurs proches pour
honorer leur so...
41
Ceux qui reviennent vivants
portent longtemps ou toute une
vie, les séquelles des
blessures ou maladies
contractées à l...
42
L’ancien combattant Hervé Herry
reçoit la légion d’honneur en 1936.
A la demande des
Anciens Combattants, le
11 novembr...
43
Portrait de Pierre Quintin, de Kerhuel,
dernier poilu d’Ergué-Gabéric, décédé le 28 avril 1989.
Que reste-t-il aujourd’hui
de la Grande Guerre
à Ergué-Gabéric?
44
45
Plaques en mémoire de combattants,
sur des tombes familiales, au cimetière d’Ergué-Gabéric.
46
Photo d’une plaque avec les portraits
de 32 gabéricois morts au « champ d’honneur ».
Elle se trouve aux Archives Munici...
47
L’église Saint-Guinal compte 3 bannières
offertes par des soldats ou leur famille à la fin de la guerre.
48
Des publications à partir de documents
originaux en lien avec la Grande Guerre
apportent leur lot de précieux
témoignag...
49
Dossier sur le monument aux morts
d’Ergué-Gabéric, paru en novembre 2008.
…font parler les
archives
communales et
généa...
50
Dernières publications d’Arkae, dédiées à la Grande Guerre : juillet et octobre 2014.
Elles apportent un éclairage sans...
51
Ainsi, si de tels documents dorment encore en vieilles liasses dans nos greniers,
n’hésitons pas à contacter les archiv...
Merci
52
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ergué-Gabéric dans la Grande Guerre

1 458 vues

Publié le

Ergué-Gabéric, témoignages de la guerre 14-18 sur la commune. Lettres, photos, démographie

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 458
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
244
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ergué-Gabéric dans la Grande Guerre

  1. 1. Ergué-Gabéric dans la Grande Guerre 1914-1918 1
  2. 2. 1914 à Ergué-Gabéric 2
  3. 3. Paysans à Quillihuec, vers 1910 3 Les Gabéricois de 1914 sont, pour environ 60% d’entre eux, des paysans, Les employés à la manufacture de papier Bolloré, à Odet représentent environ 6%. Des ouvriers d’Odet à la fin du XIXè s.
  4. 4. 4 Ergué-Gabéric, une commune très jeune
  5. 5. 5 Histogramme établi par Jean-François Douguet d’après le recensement de 1911. A la veille de 1914, la moyenne d’âge des hommes d’Ergué-Gabéric est très jeune, dans un département qui est lui-même le plus jeune de France.
  6. 6. 6 Histogramme établi par Jean-François Douguet d’après le recensement de 1911.
  7. 7. 7 Jeunes gabéricois posant pour la photo souvenir de leur service militaire,1907.
  8. 8. 8 Comment les gabéricois ont appris la déclaration de guerre
  9. 9. On entendit le tocsin sonner vers cinq heures de l’après-midi. Mon père me dit : « je vais monter dans un arbre pour voir où il y a le feu ? » A ce moment l’écho des cloches nous parvint aussi de Tourc’h, de Coray et même de Langolen. Mon père descendit alors de son arbre et nous dit : « C’est au pays qu’il y a le feu ». Témoignage de Marie-Anne Le Meur, d’Elliant 9 Clocher de l’église d’Ergué-Gabéric « Pod-Tin », (surnom de Corentin Troalen) crieur communal d’Elliant
  10. 10. 10 Photographie d’une affiche ordonnant la mobilisation générale. C’était principalement les gendarmes qui avaient mission de les poser dans les villes et les villages. C’est la 1ere mobilisation générale de l’histoire de France.
  11. 11. Photo de livret militaire avec fascicule de mobilisation 11 Nul ne reçoit de courrier individuel. Les instructions à suivre en cas de mobilisation, se trouvent sur un fascicule, dans le livret militaire que chaque homme reçoit à l’issue de son service militaire. Fascicule de mobilisation de Alain Quénéhervé de Garsalec.
  12. 12. 12 Le départ à la guerre
  13. 13. Départ de mobilisés de la gare de Pleyben, le 2 août 1914. Coll. Roger Laouenan. 13 300 hommes quittent la commune en l’espace de quelques heures le 2 août 1914. Nombre de gabéricois partent de la gare de Quimper pour rejoindre leur régiment.
  14. 14. 14 Jeunes gabéricois lors de leur conseil de révision, 1917 ou 18. Plus de 600 hommes en tout seront mobilisés soit environ 1 habitant sur 4. 7 parmi ces mobilisés, se sont engagés volontairement entre septembre 1914 et mai 1918.
  15. 15. Yves Le Meur épouse Marie-Joseph Hélou en 1917. Sur leur photo de mariage, il pose en tenue de soldat. Photo de la famille Rannou de Kermorvan (Lestonan) 15 Le départ à la guerre devient un de ces moments solennel où la famille prend la pose. Les combattants et ceux qui restent conservent ainsi le portrait des êtres chers.
  16. 16. René Bolloré et une partie de ses employés en 1911. René Bolloré est mobilisé le 4 août 1914 et réformé le 2 novembre 1916. Le prêtre d’Ergué-Gabéric, l’abbé Le Gall, est lui aussi mobilisé. Il est ici entouré des premiers Paotred Dispount (équipe de foot). 16 La mobilisation touche tout un chacun : paysans, ouvriers, grands patrons, instituteurs, prêtres…
  17. 17. 17 Où sont affectés les mobilisés ?
  18. 18. 18 Xe corps (Rennes) 41e RI, Rennes - 48e RI, Guingamp – 70e RI, Vitré – 71e RI, St-Brieuc XIe corps (Nantes) 19e, Brest – 62e, Lorient - 64e, Ancenis – 65e, Nantes – 116e, Vannes – 118e, Quimper Autres 411e RI (Coetquidan) – le 2e RIC (Brest), les 28e et 35e RAC (Vannes), le 51e RAC, Rennes, le 3e Dragons, Nantes, le 25e Dragons, Rennes, le 2e Cuirassiers (en partie), Pontivy Les régiments bretons
  19. 19. Répartition des Gabéricois par armes d'après le fichier des morts et extrapolation Artillerie Cavalerie Génie Marine 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 8 4 3 2 39 20 15 10 0 100 200 300 400 500 600 104 495 Infanterie Le marin René Huitric Le cuirassier Alain Le Roux de Melennec
  20. 20. 21 Des soldats au bourg
  21. 21. 22 80 soldats du 87ème régiment d’infanterie cantonnèrent à l’école « Notre Dame de Kerdévot » au bourg (aujourd’hui Résidence Bude-Strattton) de septembre à la Toussaint de 1914.
  22. 22. 23 Les combats
  23. 23. Premiers combats, en Belgique (août 1914) La Marne (août- septembre 1914) Course à la mer (novembre- décembre 1914) Offensive de Champagne et Artois (septembre- novembre 1915) Verdun (février- décembre 1916) La Somme (Juillet- novembre 1916) Le chemin des Dames (avril-juillet 1917) Offensives allemandes , printemps 1918 Contre- offensives générales alliées (août- novembre 1918) 0 5 10 15 Décès des combattants gabéricois dans les grandes batailles de la première guerre mondiale
  24. 24. 25 Les nouvelles du front
  25. 25. Je me porte bien et t’envoie ainsi qu’aux enfants mes meilleurs baisers. Mes amitiés aux amis. Ton mari Bonnard Pierre 26
  26. 26. « Moi, je passe la moitié de mon temps dans les tranchées, comme je suis à l’instant. Le jour, nous sommes assez tranquille, la nuit nous sommes tous debout, prêt à recevoir les attaques. Les boches sont à environ 500 m. de nous. Quand on montre la tête, tout de suite ils tirent. Nous de notre côté, nous faisons pareil. Ainsi, on attend la mort à toute heure. » Extrait d’une lettre de Louis Le Dé, de Bodenn 27 Ferme de Bodenn, Ergué-Gabéric
  27. 27. Mes chers parents (…) Nonn quet évit l’aquat d’ioch et pelech emmon abalamour et veso digoret martesez mes neus fors mad et ma à bed d’izan im hroas. A scrivad d’ign eur liser bennag d’eus ar kear ac et gavim berroc’h on hamser. Min à scrivo d’ioch ar muia ma helin. Evit ma s’istrofem indro d’ar kear adarrée. Votre fils qui ne vous oubliera jamais. Garrec Alain Au 87e d’Inf. Traduction :« Je ne peux pas vous écrire où nous sommes parce que la lettre sera ouverte peut-être, mais ça ne fait rien... Ecrivez moi une lettre quelconque sur la ferme et je trouverai le temps plus court. Je vous écrirai le plus souvent que je pourrai. Avec l’espoir que nous retournions à la maison à nouveau… » 28 Alain Garrec, au centre
  28. 28. Au fil des phrases... « Le cafard me remonte sur le dos », Hervé Le Roux « Que s'est triste ce temps de guerre qui sépare les cœurs les plus aimés », Marie-Jeanne Le Bourhis « Voici cinq mois que je t'ai quitté et pour quelle besogne, tuer ses semblables ! », Etienne Le Grand « Réfléchisser donc un peu et écrivez-moi au moins tout les 15 jours ! », Jean Le Saux « Dans les tranchées on ne peut plus travailler, elles sont remplies d'eau et elles ne font que s'ébouler », Jean Le Bourhis
  29. 29. Ceux qui restent 30
  30. 30. Photographie montrant des femmes et des enfants devant le manoir de Pennarun, au Bourg d’Ergué-Gabéric au début du XXè s. 31 Les femmes, les hommes réformés, âgés, les enfants doivent affronter le manque de main d’œuvre, aux champs comme à l’usine, les restrictions.
  31. 31. Portrait de Marie-Jeanne Le Saux de Kerverniou, Elliant. 32 Manoir de Kerverniou, Elliant. Mon cher mari, Je ne puis te dire combien j’avais le cœur gros dimanche en me séparant de toi, en te voyant monter dans ce wagon. (…) Aussi j’attends trop lentement les heures se passer en attendant de tes nouvelles et me voyant trop peinée, il fallait que je te communiquait mes pensées et que je m’entretiens un instant avec toi par écrit puisque s’est impossible de faire autrement. Ta toute dévouée femme qui t’aime de tout son cœuret pense à toi. Marie-Jeanne La douleur de la séparation, l’angoisse quant au sort des maris, pères, frères, fiancés, partis au front est aussi leur lot.
  32. 32. 33 Photographie de la papeterie d’Odet, au début du XXè s. Les femmes, déjà nombreuses à la manufacture d’Odet avant la guerre, y sont encore plus présentes. Elles travaillent 12h par jour.
  33. 33. Le temps des hommages et des honneurs Les morts, les blessés 34
  34. 34. 35 Le monument aux morts est inauguré le 11 novembre 1923, dans le nouveau cimetière d’Ergué-Gabéric. L’architecte René Ménard, qui a dressé les plans de la cité de Keranna, l’a dessiné. Ce monument réutilise un Christ et une partie du socle d’une croix provenant de l’ancien cimetière, autour de l’église.
  35. 35. Les corps des soldats tombés au combat reposent loin du village natal, dans des nécropoles militaires. Plus du tiers des corps des morts pour la France d’Ergué-Gabéric n’a pas été retrouvé sur les champs de bataille. D’où l’importance de ces monuments collectifs pour les familles, au-delà de l’hommage national. Le monument d’Ergué-Gabéric fut entièrement financé par une souscription populaire. 36
  36. 36. 37 Le monument comporte un médaillon de bronze signé Charles-Eugène Breton, auteur de nombreux monuments aux morts.
  37. 37. 38 Sur chaque face de l’emmarchement du monument aux morts, sont posées des stèles avec les noms des morts pour la France en lettres d’or.
  38. 38. 39 123 « morts pour la France » sont cités sur le monument. Leur nombre se porte en réalité à 137.
  39. 39. 40 Portrait de Pierre-Joseph Barré Les familles font éditer des documents en mémoire de leurs proches pour honorer leur souvenir dans l’intimité.
  40. 40. 41 Ceux qui reviennent vivants portent longtemps ou toute une vie, les séquelles des blessures ou maladies contractées à la guerre.
  41. 41. 42 L’ancien combattant Hervé Herry reçoit la légion d’honneur en 1936. A la demande des Anciens Combattants, le 11 novembre devient en 1922, jour férié et jour de remise de médailles et diplômes aux poilus.
  42. 42. 43 Portrait de Pierre Quintin, de Kerhuel, dernier poilu d’Ergué-Gabéric, décédé le 28 avril 1989.
  43. 43. Que reste-t-il aujourd’hui de la Grande Guerre à Ergué-Gabéric? 44
  44. 44. 45 Plaques en mémoire de combattants, sur des tombes familiales, au cimetière d’Ergué-Gabéric.
  45. 45. 46 Photo d’une plaque avec les portraits de 32 gabéricois morts au « champ d’honneur ». Elle se trouve aux Archives Municipales d’Ergué-Gabéric.
  46. 46. 47 L’église Saint-Guinal compte 3 bannières offertes par des soldats ou leur famille à la fin de la guerre.
  47. 47. 48 Des publications à partir de documents originaux en lien avec la Grande Guerre apportent leur lot de précieux témoignages… Ouvrage rassemblant des photographies qu’Etienne Le Grand a prises de la guerre 1914-1918.
  48. 48. 49 Dossier sur le monument aux morts d’Ergué-Gabéric, paru en novembre 2008. …font parler les archives communales et généalogiques
  49. 49. 50 Dernières publications d’Arkae, dédiées à la Grande Guerre : juillet et octobre 2014. Elles apportent un éclairage sans équivalent sur la vie d’une commune, de sa population pendant et à la suite de la Grande Guerre. permettent aux familles de donner une postérité aux photos, à la correspondance et autres témoignages d’aïeux ayant participé à la première Guerre Mondiale.
  50. 50. 51 Ainsi, si de tels documents dorment encore en vieilles liasses dans nos greniers, n’hésitons pas à contacter les archives de notre département ou de notre commune.
  51. 51. Merci 52

×