SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  35
Télécharger pour lire hors ligne
‫المغربية‬ ‫المملكة‬
‫الشق‬ ‫عين‬ ‫الثاني‬ ‫الحسن‬ ‫جامعة‬
‫الميكانيك‬ ‫و‬ ‫للكهرباء‬ ‫العليا‬ ‫الوطنية‬ ‫المدرسة‬
Royaume du Maroc
Université Hassan 2 Ain-chock
ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ELECTRICITE ET DE
MECANIQUE
Département : Génie mécanique
Filière : Procédés industriels et Plasturgie
Conception et optimisation
du cycle d’injection d’un
carter
Encadré par :
Mr A.HADDOUT
Mme BENHADDOU
Réalisé par :
ERROUBI KANZA
ELFELLAH MAHMOUD
Rapport de projet de CAO
1
Sommaire
Introduction…………………………………………………………………………..2
Cahier de charges…………………………………………………………………..3
Conception de la pièce sur CATIA V5………………………………………5
Analyse de structure………………………………………………………………8
Réalisation du maillage………………………………………………….8
Résultats………………………………………………………………………..11
Choix des matériaux…………………………………………………….…………12
Caractéristiques matières …..……….………………………………..12
Etude comparative..….………………………………………….……….18
Conception de point d’alimentation………………………….……………19
Conception du circuit de refroidissement……….………………………21
Simulation sur Mold Flow………………..…………………………………….29
Détermination du point d’injection optimum………………...29
Optimisation du cycle d’injection.……………………………….….32
Conclusion………………………………………………………………..…………….33
Bibliothèque………………………………………………………………..………….34
2
Introduction
Les matières plastiques sont indispensables et indissociables de notre vie quotidienne. Dans les années
1950/1960, il est apparu que ces matières présentaient un nombre infini de possibilités et elles se sont
donc invitées dans notre vie quotidienne.
L’utilisation industrielle des matières plastiques n’a toutefois débuté qu’au début du XXe siècle. Depuis
lors, l’importance technologique et économique de ces matières n’a cessé de croître, essentiellement
pour deux raisons :
 Les matières premières utilisées pour la fabrication des matières plastiques/synthé- tiques
peuvent être fabriquées à partir de pétrole et/ou de biomasse, produits peu onéreux et
disponibles partout dans le monde ;
 La diversité colossale des matières plastiques offre un large spectre de propriétés et permet
d’élaborer des solutions sur mesure pour les différentes applications.
Les autres matériaux, comme l’acier, les métaux non-ferreux, le béton, le bois, le verre, la céramique,
etc., sont de plus en plus remplacés par les matières plastiques. La puissance et les performances des
produits disponibles sur le marché et qui nous accompagnent au quotidien augmentent sans cesse,
notamment dans les secteurs des transports, de la logistique, des loisirs et des sports, de la médecine
et de la santé, et de la communication. On trouve, ainsi dans le domaine automobile, plusieurs pièces
techniques à base de polymères. C’est dans ce cadre que s’inscrit notre projet : La conception et
simulation d’injection d’un carter.
Toutefois, La conception de pièces injectées est un métier qui consiste à adapter une pièce afin de
faciliter sa fabrication par injection plastique. Cela consiste à concevoir une pièce respectant toutes les
contraintes exigées par la technique d'injection, tout en respectant le cahier des charges.
3
Cahier de charges
 Projet : Conception et optimisation d’injection d’un carter en composites thermoplastiques.
 Travail demandé : Conception sur CATIA V5
Analyse de structure
Choix de matériau
Conception de point d’alimentation
Conception du circuit de refroidissement
Simulation d’injection sur Mold Flow
Optimisation du cycle d’injection
Analyse des paramètres et validation
4
Dessin de définition de la pièce :
5
Conception de la pièce sur CATIA V5
A l’aide du logiciel CATIA V5 on conçois notre pièce dans le module Part Design.
On commence par faire les esquisses des contours principaux :
6
On procède par la suite aux opérations requises pour donner une forme à notre pièce. Ces
opérations se résument dans l’arborescence ci-dessous :
7
Ainsi, on obtient notre pièce conçue sur le logiciel dont la vue en perspective est la suivante :
8
Analyse de structure
Réalisation du maillage :
D’abord, on commence par affecter un matériau à notre pièce, ici c’est le plastique.
Ensuite, on choisit la face fixe de la pièce qui est confondue avec la face du maintien en position de la
pièce. Et on affecte les charges que peut subir le carter au cours de son fonctionnement.
Finalement, on réalise le maillage sur le logiciel de conception et de calcul CATIA V5 avec une taille
des mailles de 5mm.
Les résultats du maillage se présentent comme suit :
9
10
11
Résultat :
Les résultats nous montrent que la pièce subit une contrainte principale de l’ordre de 9.53MPa et
une contrainte du Von-Mises de l’ordre de grandeur de 7MPa.
On constate à partir des résultats fournis par le logiciel que les contraintes maximales du carter sont
inférieures à la charge qu’il subit lors de son fonctionnement.
Ainsi notre pièce ne représente pas de problèmes au niveau de sa résistance aux charges appliquées
en fonctionnement.
12
Choix du matériau
Caractéristiques de quelques matières plastiques :
Le Polypropylène PP
13
14
L'acrylonitrile butadiène styrène ABS
15
Le Polyamide 6 PA6
Le Polyamide 66 PA66
16
Le Polycarbonate PC
17
Le Polystyrène PS
18
Etude comparative :
On compare les propriétés du polypropylène et du polystyrène.
Le tableau ci-dessus nous montre que le polypropylène est de caractéristiques meilleures sur tous les
plans surtout au niveau de la rigidité, la solidité et la résistance à la chaleur.
On précise aussi que le propylène permet des procédés de transformation tel le rivetage, coupage,
soudage, etc
Ainsi, on choisit comme matière première le Polypropylène, plus précisément Sabic PP575 comme
c’est celui disponible dans le laboratoire.
On présente ses propriétés selon la base de données fournie par le logiciel de simulation Mold Flow :
19
Conception de point d’alimentation
Seuil d’alimentation :
Le système d’alimentation est un «moyen nécessaire au procédé pour arriver au but»; il permet
d’acheminer dans l’empreinte du moule, la matière en fusion préparée dans le cylindre d’injection.
Les principaux critères pris en compte pour dimensionner une alimentation sont le poids de la pièce
(volume), la longueur de l’alimentation et l’épaisseur de la pièce (parcours de coulée). Ceux-ci ont en
effet une répercussion sur les exigences en pression, la contrainte thermique durant le remplissage
et la sollicitation de cisaillement. Ils sont restreints par la fluidité limitée de la matière et la sensibilité
des différents types de produit au cisaillement.
En outre, le comportement au remplissage comme par exemple les variations subites d’épaisseur de
paroi, le jet libre sont décisifs pour obtenir une bonne qualité de surface.
Ainsi, on procède maintenant au dimensionnement des canaux d’alimentation.
On calcule le diamètre du seuil par la relation suivante :
Diamètre seuil d’injection = 2/3 épaisseur
D’après le dessin de définition de la pièce, l’épaisseur est de 5 mm.
Donc :
𝒅 𝒔𝒆𝒖𝒊𝒍 =
𝟐
𝟑
∗ 𝟓 =
𝟏𝟎
𝟑
= 𝟑. 𝟑𝟑 𝒎𝒎
Canaux d’alimentation :
Le canal d’alimentation permet d’acheminer la matière plastique depuis la buse machine jusqu’à la
pièce à mouler.
Il est constitué de 2 parties principales :
- La ‟carotte” permet de traverser le bloc empreinte fixe jusqu’au plan de joint. Sa
conicité favorise le démoulage.
- Le canal secondaire permet d’acheminer la matière depuis la carotte au plan de joint jusqu’au seuil
d’injection. Son tracé doit faciliter l’écoulement et garantir une distribution homogène et suffisante.
Il doit être le plus court possible pour limiter les pertes de pression et de
température et de matière.
20
On calcule le diamètre des canaux par la relation suivante :
𝒅 𝒂 = 𝟏. 𝟓𝟑 ∗ 𝑺 𝒎𝒂𝒙 ∗ √
𝐥𝐧(
𝟒
𝝅
∗ 𝜽)
𝐥𝐧(𝟏. 𝟓𝟗𝟗 ∗ 𝜽)
Avec :
𝑺 𝒎𝒂𝒙 : La paroi de pièce la plus épaisse
𝒅 𝒂 : Diamètre de l’alimentation
Et
𝜽 =
𝐓 𝐌 – 𝐓 𝐖
𝐓 𝐄 – 𝐓 𝐖
Tel que :
𝑻 𝑴 : Température de la matière après remplissage
𝑻 𝑬 : Température moyenne de démoulage
𝑻 𝑾: Température moyenne de la paroi de l’empreinte
On a:
𝑻 𝑴 = 𝟐𝟏𝟎°𝑪 𝑻 𝑾 = 𝟒𝟓. 𝟏𝟓°𝑪
𝑻 𝑬 = 𝑻 𝒗𝒊𝒄𝒂𝒕 − 𝟏𝟎° = 𝟏𝟓𝟒 − 𝟏𝟎 = 𝟏𝟒𝟒°𝑪
Donc : 𝜽 = 𝟏. 𝟔𝟔𝟕
Ainsi 𝒅 𝒂 = 𝟔. 𝟕𝟗 𝒎𝒎
Conclusion :
𝒅 𝒂 = 𝟔. 𝟕𝟗 𝒎𝒎
𝒅 𝒔𝒆𝒖𝒊𝒍 = 𝟑. 𝟑𝟑 𝒎𝒎
21
Conception du circuit de refroidissement :
Les moules à injection soumis à des sollicitations fluctuantes et devant satisfaire des exigences de
précision extrêmes font partie des équipements techniques utilisés les plus onéreux. La conception
d’un moule à injection doit être mûrement réfléchie si l’on souhaite qu’il réponde aux exigences
économiques requises.
La rentabilité d’un moule à injection est essentiellement fonction de l’efficacité et de la vitesse de
l’échange thermique qui se fait entre le moule et la matière qui y est injectée.
La qualité de la pièce moulée dépend de manière déterminante d’une évolution de température
locale constamment uniforme d’un cycle à l’autre. La rentabilité d’une production est déterminée de
façon décisive par la faculté du moule à être un bon ou un mauvais échangeur thermique.
En ce qui concerne la transformation, c’est une thermorégulation de moule optimisée qui sera le
facteur essentiel de la réduction des coûts de pièces. L’économie réalisable par une meilleure
thermorégulation du moule est d’environ 10 à 40%.
Pour obtenir une qualité de pièce optimale et réduire la durée de la production, il est indispensable
de connaître les lois qui régissent l’échange de chaleur dans le moule et de les exploiter de manière
ciblée.
En résumé, voici les principales valeurs caractéristiques qu’un concepteur devra calculer pour
concevoir thermiquement un moule.
– le temps de cycle et de refroidissement
– les flux thermiques
– le profil de températures dans la pièce moulée et dans le moule
– la position et la dimension des canaux de thermorégulation
– la température et le débit de l’agent de thermorégulation
– l’homogénéité ou l’erreur de température sur la paroi de l’empreinte
– la capacité de la pompe, de refroidissement et de chauffe de l’appareil de thermorégulation (pertes
de pression dans les canaux de thermorégulation)
– la simulation et la variation des paramètres (températures, matériaux, paramètres de mise en
œuvre)
Les étapes essentielles de conception selon la méthode spatiale d’équilibrage se basent
essentiellement sur les conditions idéalisées sont entre autres:
– des flux thermiques unidimensionnels
– Négligence des processus de démarrage
– valeurs moyennes sur un temps donné (état quasi stationnaire, ce qui signifie que les fluctuations
de température ne sont pas prises en compte)
22
Ces étapes de résument dans le schéma suivant :
23
Calcul :
Calcul du temps-de refroidissement :
On calcule le temps de refroidissement par la relation suivante :
𝑇𝑟𝑒𝑓 =
𝑒2
𝜋2∗𝑎
ln(
4
𝜋
𝜃)
Avec
θ =
TM−TW
TE−TW
Et 𝑇 𝑊 =
𝑇 𝑊 𝑚𝑖𝑛+ 𝑇 𝑊 𝑚𝑎𝑥
2
Or 𝑇 𝑊 𝑚𝑎𝑥
=
𝑏 𝑊∗ 𝑇 𝑊 𝑚𝑖𝑛+ 𝑏 𝑀∗ 𝑇 𝑀
𝑏 𝑊+ 𝑏 𝑀
On a : 𝑇 𝑊 𝑚𝑖𝑛
= 45°𝐶 et 𝑇 𝑀 = 210°𝐶
On calcule b par la relation ci-dessous : 𝑏 = √𝜌 ∗ λ ∗ c
Le moule est à base d’acier non allier donc la valeur de b est : 𝑏 𝑊 = 13,8 . 103
𝑊. 𝑆
1
2. 𝑚−2
. 𝑑𝑒𝑔−1
Pour le polypropylène on a les caractéristiques suivantes :
𝜌 = 0.9
λ = 0.1 − 0.22 (à 13°C)( 𝑊. 𝑚−1
. 𝐾−1
)
c = 1700 − 1900 (J. 𝐾−1
. 𝐾𝑔−1
)
Ainsi, 𝑏 𝑀 = √0.9 ∗ 0.15 ∗ 1800 = 19,4 𝑊. 𝑆
1
2. 𝑚−2
. 𝑑𝑒𝑔−1
Donc 𝑇 𝑊 𝑚𝑎𝑥
= 45.3°𝐶 et par suite 𝑇 𝑊 = 45.15°𝐶
On en conclue que θ =
210−45.15
144−45.15
= 1.667
Ainsi le temps de refroidissement est 𝑇𝑟𝑒𝑓 =15.88 s
Tel que a = 0.12 mm²/s
24
Flux thermiques :
QF + QTM + QL + QK + QStr + QH = 0
QL + QK + QStr = QU (flux thermique vers le milieu ambiant)
On veut calculer le flux thermique introduit dans le moule par la matière chaude, pour ce faire on commence par
calculer le temps de cycle :
𝑡 𝑐𝑦𝑐𝑙𝑒 = 𝑇𝑟𝑒𝑓 + 𝑇𝑟𝑒𝑚 + 𝑇 𝑚𝑎𝑖𝑛𝑡𝑖𝑒𝑛 + 𝑇𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡𝑢𝑟𝑒 + 𝑇𝑓𝑒𝑟𝑚𝑒𝑡𝑢𝑟𝑒
25
On obtient la valeur du temps de remplissage à partir de Mold Flow
𝑇𝑟𝑒𝑚 = 4.78 𝑠
𝑇𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡𝑢𝑟𝑒/𝑓𝑒𝑟𝑚𝑒𝑡𝑢𝑟𝑒 =
𝐶
𝑉
=
2 ∗ 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟 𝑚𝑎𝑥
𝑉
=
2 ∗ 55
30
𝑇𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡𝑢𝑟𝑒/𝑓𝑒𝑟𝑚𝑒𝑡𝑢𝑟𝑒 = 3.67𝑠
𝑇 𝑚𝑎𝑖𝑛𝑡𝑖𝑒𝑛 =
𝑟2
5.78 ∗ 𝑎 𝑒𝑓𝑓 ∗ ln(1.599 ∗
𝑇 𝑚 − 𝑇𝑠
𝑇𝑠𝑜𝑙𝑖𝑑𝑖𝑓𝑖𝑐𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 − 𝑇𝑠
)
𝑇𝑠𝑜𝑙𝑖𝑑𝑖𝑓𝑖𝑐𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 = 170°𝐶
𝑇𝑠 = 45°𝐶 = 𝑡𝑒𝑚𝑝é𝑟𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒 𝑑𝑢 𝑠𝑒𝑢𝑖𝑙
𝑟 =
𝑑 𝑠𝑒𝑢𝑖𝑙
2
=
3.33
2
= 1.665 𝑚𝑚
𝑇 𝑚 = 210°𝐶
𝑎 𝑒𝑓𝑓 = 0.12𝑚𝑚2
𝑠−1
Donc 𝑇 𝑚𝑎𝑖𝑛𝑡𝑖𝑒𝑛 = 5.4𝑠
Ainsi le temps de cycle est de 𝑡 𝑐𝑦𝑐𝑙𝑒 = 4.78 + 3.67 + 5.4 + 15.88
Donc :
𝑡 𝑐𝑦𝑐𝑙𝑒 = 29.73𝑠
26
Ainsi 𝑄 𝐹 =
𝑚 ∆ℎ
𝑡 𝑐𝑦𝑐𝑙𝑒
Or ∆ℎ = ℎ2 − ℎ1 = 600 − 300 = 300
𝑘𝐽
𝐾𝑔
Et m = 147.633g (d’après Mold Flow)
Donc 𝑄 𝐹 = 1.49 𝐾𝑊
As = 2(330 ∗ 200) + 2(330 ∗ 300) = 0.33m²
Q 𝑘 = As ∗ α ∗ (TW − T𝑢)
T𝑢 = 24°𝐶 𝑒𝑡 T 𝑊 = 45°𝐶
Donc Q 𝑘 = 5.544𝑊
Q 𝐿 = A 𝐴 ∗ 𝛽 ∗ (𝑇 𝑊 − T𝑢)
𝐴 𝐴 = 2(330 ∗ 300) = 0.198 𝑚𝑚²
Donc Q 𝐿 = 0.198 ∗ 98 ∗ (45 − 24) = 407.48 𝑊
On néglige Q 𝐻 et Q 𝑠𝑡𝑟 pour avoir enfin Q 𝑇𝑀 = Q 𝐹 − (Q 𝐾 + Q 𝐿)
AN : Q 𝑇𝑀 = 1076.68 𝑊
210°C140°C
h1=300
h2=600
27
Débit du fluide de régulation :
On connaît la quantité de chaleur à éliminer ou à introduire par le fluide de régulation lorsque les flux
thermiques ont été établis.
On veut maintenant calculer la valeur dem 𝑇𝑀.
m 𝑇𝑀 =
Q 𝑇𝑀
𝑐 𝑇𝑀(𝑇𝑒𝑛𝑡𝑟é𝑒 − T𝑠𝑜𝑟𝑡𝑖𝑒)
= 2.06. 10−3
𝑚3
𝑠−1
𝐾𝑔−1
Diamètre des canaux de thermorégulation :
Condition: écoulement turbulent nombre de Reynolds bien supérieur à 2300
28
𝑅 𝑒 =
4m 𝑇𝑀
𝜋 ∗ 𝐷 𝑘𝑘 ∗ 𝜌 𝑇𝑀 ∗ 𝜇 𝑇𝑀
> 2300
𝐷 𝑘𝑘 <
4𝑚 𝑇𝑀
𝜋∗ 𝜗 𝑇𝑀∗2300
𝐷 𝑘𝑘 < 8.14 𝑚𝑚
Ainsi 𝐷 𝑚𝑖𝑛 = 8𝑚𝑚
Position des canaux de thermorégulation
< 10°C
𝛿 < 7.18 𝑐𝑚
𝐴 𝐹 = 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒 𝑑𝑒 𝑙′
𝑒𝑚𝑝𝑟𝑒𝑖𝑛𝑡𝑒 = 0.077 𝑚²
λ 𝑊 = 50.2
W
mK
Acier non oxydable
29
Simulation sur Mold Flow
Choix du point d’injection optimum :
On effectue la simulation d’injection sur différents points d’injection.
On obtient les résultats suivant :
Point d’injection 1
30
Point d’injection 2
31
Point d’injection 3
On remarque que pour les deux premiers points d’injection les lignes de soudures et les bulles d’air
affectent la face fonctionnelle de notre pièce, alors que pour le point d’injection numéro 3 les lignes
de soudures ainsi que les bulles d’air sont moindres et ne se trouvent pas sur la face fonctionnelle.
On conclue que le point d’injection optimum pour notre pièce est le troisième.
32
Optimisation du cycle d’injection
Optimiser le cycle d’injection consiste à diminuer le temps de cycle. Pour ce faire, on a recours à deux
moyens :
 Augmenter le diamètre du canal de refroidissement
On sait que 𝐷 𝑘𝑘 =
4𝑚 𝑇𝑀
𝜋∗ 𝜗 𝑇𝑀∗𝑅 𝑒
ainsi si le diamètre augmente la valeur de 𝑚 𝑇𝑀
augmente aussi.
Or m 𝑇𝑀 =
Q 𝑇𝑀
𝑐 𝑇𝑀(𝑇 𝑒𝑛𝑡𝑟é𝑒− T 𝑠𝑜𝑟𝑡𝑖𝑒)
où tous les paramètres sont constants sauf la valeur de Q 𝑇𝑀
qui doit aussi augmenter.
On sait aussi que Q 𝑇𝑀 = Q 𝐹 − (Q 𝐾 + Q 𝐿) où seul la valeur de Q 𝐹 varie--cette valeur doit
aussi augmenter—selon la relation suivante : 𝑄 𝐹 =
𝑚 ∆ℎ
𝑡 𝑐𝑦𝑐𝑙𝑒
Ainsi on conclue que le temps de cycle va diminuer s on augmente le diamètre du canal.
 Réduire la distance entre le canal du refroidissement et la paroi de l’empreinte
On sait que
Donc si on réduit δ la quantité de chaleur Q 𝐹 va augmenter--sachant que toutes les autres valeurs
sont constantes—pour ne pas dépasser la marge de 10°c condition de l’équilibre thermique entre la
paroi de l’empreinte et la paroi du canal de refroidissement.
33
Conclusion :
Les moules d’injection qui sont bien conçus sur le plan thermique contribuent à réduire les coûts de
production et à la rendre plus fiable.
Le concepteur dispose aujourd’hui d’un grand nombre d’aides et de résultats d’études théoriques et
pratiques qui peuvent être utilisés pour concevoir thermiquement un moule.
Pour obtenir les objectifs cités de la conception thermique du moule, c’est-à-dire
– maintien exact de la température de l’empreinte prévue
– répartition homogène de la température de l’empreinte
– réduction du cycle associée à une grande qualité,
Le concepteur doit connaître les conditions thermiques qui prévalent dans le moule d’injection et
être capable de les influencer comme il le souhaite en modifiant la position des canaux de
thermorégulation.
Outre la position correcte des canaux de thermorégulation, il est alors également essentiel de
déterminer les pertes de pression dans les canaux de thermorégulation et de choisir une unité de
thermorégulation correspondante de capacité suffisante. En effet, ce n’est qu’avec un écoulement
du fluide de thermorégulation suffisant que la chaleur se dissipera dans le moule (ou sera introduite
dans le moule en cas de chauffage).
34
Bibliothèque :
http://sip2.ac-mayotte.fr/IMG/pdf/Les_Matieres_plastiques-2.pdf
Conception d’alimentation pour obtention de surfaces de grande qualité
E. Erlenkämper
Thermorégulation optimisée du moule
Olaf Zöllner
http://christophe.boutry.pagesperso-orange.fr/Site/33D2582B-0286-48D9-A931-920352FD5557_files/caract-
eau.pdf
http://www.goodfellow.com/F/Polypropylene.html

Contenu connexe

Tendances

Copier cours plasturgie (version 00)
Copier cours plasturgie (version 00)Copier cours plasturgie (version 00)
Copier cours plasturgie (version 00)Ahmed Manai
 
Copier cours plasturgie (version 00)
Copier cours plasturgie (version 00)Copier cours plasturgie (version 00)
Copier cours plasturgie (version 00)Ahmed Manai
 
029-3 - CONCEPTION PIECES PLASTIQUE 2010.ppt
029-3 - CONCEPTION PIECES PLASTIQUE 2010.ppt029-3 - CONCEPTION PIECES PLASTIQUE 2010.ppt
029-3 - CONCEPTION PIECES PLASTIQUE 2010.pptChokriGadri1
 
Conception et simulation d'injection d'un combiné téléphonique en polycarbonate
Conception et simulation d'injection d'un combiné téléphonique en polycarbonateConception et simulation d'injection d'un combiné téléphonique en polycarbonate
Conception et simulation d'injection d'un combiné téléphonique en polycarbonateoumaimazizi
 
Cours fabrication mécanique1
Cours fabrication mécanique1Cours fabrication mécanique1
Cours fabrication mécanique1bendrisk
 
Conception d'un convoyeur à bande
Conception d'un convoyeur à bandeConception d'un convoyeur à bande
Conception d'un convoyeur à bandemedrouam
 
Estampage MatriçAge ; Resumé
Estampage   MatriçAge ; ResuméEstampage   MatriçAge ; Resumé
Estampage MatriçAge ; Resuméguest283ba54
 
Fonderie lmentsdinitiation-cours bilakrida
Fonderie lmentsdinitiation-cours bilakridaFonderie lmentsdinitiation-cours bilakrida
Fonderie lmentsdinitiation-cours bilakridaRida BILAK
 
Désignation des matériaux métalliques
Désignation des matériaux métalliquesDésignation des matériaux métalliques
Désignation des matériaux métalliquesRafael Nadal
 
01 résistance des matériaux
01 résistance des matériaux01 résistance des matériaux
01 résistance des matériauxAdilZa2
 
Formations en plasturgie
Formations en plasturgieFormations en plasturgie
Formations en plasturgieTianyi Li
 
Dossier de fabrication mécanique pour un bloc moteur
Dossier de fabrication mécanique pour un bloc moteurDossier de fabrication mécanique pour un bloc moteur
Dossier de fabrication mécanique pour un bloc moteurYounesSALEK1
 

Tendances (20)

Copier cours plasturgie (version 00)
Copier cours plasturgie (version 00)Copier cours plasturgie (version 00)
Copier cours plasturgie (version 00)
 
Copier cours plasturgie (version 00)
Copier cours plasturgie (version 00)Copier cours plasturgie (version 00)
Copier cours plasturgie (version 00)
 
029-3 - CONCEPTION PIECES PLASTIQUE 2010.ppt
029-3 - CONCEPTION PIECES PLASTIQUE 2010.ppt029-3 - CONCEPTION PIECES PLASTIQUE 2010.ppt
029-3 - CONCEPTION PIECES PLASTIQUE 2010.ppt
 
moulage
moulagemoulage
moulage
 
Conception et simulation d'injection d'un combiné téléphonique en polycarbonate
Conception et simulation d'injection d'un combiné téléphonique en polycarbonateConception et simulation d'injection d'un combiné téléphonique en polycarbonate
Conception et simulation d'injection d'un combiné téléphonique en polycarbonate
 
Cours fabrication mécanique1
Cours fabrication mécanique1Cours fabrication mécanique1
Cours fabrication mécanique1
 
Conception d'un convoyeur à bande
Conception d'un convoyeur à bandeConception d'un convoyeur à bande
Conception d'un convoyeur à bande
 
Les composites
Les compositesLes composites
Les composites
 
fabrication mecanique
fabrication mecaniquefabrication mecanique
fabrication mecanique
 
Estampage MatriçAge ; Resumé
Estampage   MatriçAge ; ResuméEstampage   MatriçAge ; Resumé
Estampage MatriçAge ; Resumé
 
Fonderie lmentsdinitiation-cours bilakrida
Fonderie lmentsdinitiation-cours bilakridaFonderie lmentsdinitiation-cours bilakrida
Fonderie lmentsdinitiation-cours bilakrida
 
Tp l3
Tp l3Tp l3
Tp l3
 
usure
usureusure
usure
 
Cours moulage
Cours moulageCours moulage
Cours moulage
 
TP TOURNAGE
TP TOURNAGETP TOURNAGE
TP TOURNAGE
 
Chapitre 7.pdf
Chapitre 7.pdfChapitre 7.pdf
Chapitre 7.pdf
 
Désignation des matériaux métalliques
Désignation des matériaux métalliquesDésignation des matériaux métalliques
Désignation des matériaux métalliques
 
01 résistance des matériaux
01 résistance des matériaux01 résistance des matériaux
01 résistance des matériaux
 
Formations en plasturgie
Formations en plasturgieFormations en plasturgie
Formations en plasturgie
 
Dossier de fabrication mécanique pour un bloc moteur
Dossier de fabrication mécanique pour un bloc moteurDossier de fabrication mécanique pour un bloc moteur
Dossier de fabrication mécanique pour un bloc moteur
 

En vedette

Mécanique et rdm partie1
Mécanique et rdm partie1Mécanique et rdm partie1
Mécanique et rdm partie1imad-sektaoui
 
Emboutissage
EmboutissageEmboutissage
Emboutissagesaded
 
172 Sadt A443323
172 Sadt A443323172 Sadt A443323
172 Sadt A443323youri59490
 
Productivez AMI tolerie fine RENNES
Productivez AMI tolerie fine RENNESProductivez AMI tolerie fine RENNES
Productivez AMI tolerie fine RENNESAMI35
 
'Docslide.fr comptabilite des-societes-au-maroc
'Docslide.fr comptabilite des-societes-au-maroc'Docslide.fr comptabilite des-societes-au-maroc
'Docslide.fr comptabilite des-societes-au-marocMed Dihan
 
Diaporama maquette 1 3
Diaporama maquette 1 3Diaporama maquette 1 3
Diaporama maquette 1 3darkarnor
 
Peuchmaur marine chapitre 04 chimie organique
Peuchmaur marine chapitre 04 chimie organiquePeuchmaur marine chapitre 04 chimie organique
Peuchmaur marine chapitre 04 chimie organiqueMohammed Lahrichi
 
Plan d'action champlain - mesures présentées au Comité mobilité montréal
Plan d'action champlain - mesures présentées au Comité mobilité montréalPlan d'action champlain - mesures présentées au Comité mobilité montréal
Plan d'action champlain - mesures présentées au Comité mobilité montréalPonts Jacques Cartier + Champlain Bridges
 
Examen en chimie organique
Examen en chimie organiqueExamen en chimie organique
Examen en chimie organiqueHassan NAIT-SI
 
Hardware Startups : Accélérez le passage du prototype à la série par Arth...
Hardware Startups : Accélérez le passage du prototype à la série par Arth...Hardware Startups : Accélérez le passage du prototype à la série par Arth...
Hardware Startups : Accélérez le passage du prototype à la série par Arth...TheFamily
 
[Présentation PFE] Conception et implémentation d'un estimateur conjoint de l...
[Présentation PFE] Conception et implémentation d'un estimateur conjoint de l...[Présentation PFE] Conception et implémentation d'un estimateur conjoint de l...
[Présentation PFE] Conception et implémentation d'un estimateur conjoint de l...Yassine Selmi
 
PFE_Presentation
PFE_PresentationPFE_Presentation
PFE_PresentationBrahim Sana
 
Cours fabrication mécanique2
Cours fabrication mécanique2Cours fabrication mécanique2
Cours fabrication mécanique2bendrisk
 

En vedette (19)

L'injection
L'injectionL'injection
L'injection
 
Rapport pfe
Rapport pfeRapport pfe
Rapport pfe
 
Comment parler en public
Comment parler en publicComment parler en public
Comment parler en public
 
Mécanique et rdm partie1
Mécanique et rdm partie1Mécanique et rdm partie1
Mécanique et rdm partie1
 
Emboutissage
EmboutissageEmboutissage
Emboutissage
 
06 Sadt A411
06  Sadt A41106  Sadt A411
06 Sadt A411
 
172 Sadt A443323
172 Sadt A443323172 Sadt A443323
172 Sadt A443323
 
Productivez AMI tolerie fine RENNES
Productivez AMI tolerie fine RENNESProductivez AMI tolerie fine RENNES
Productivez AMI tolerie fine RENNES
 
'Docslide.fr comptabilite des-societes-au-maroc
'Docslide.fr comptabilite des-societes-au-maroc'Docslide.fr comptabilite des-societes-au-maroc
'Docslide.fr comptabilite des-societes-au-maroc
 
Moulage
MoulageMoulage
Moulage
 
31 pf abipa p1
31   pf abipa p131   pf abipa p1
31 pf abipa p1
 
Diaporama maquette 1 3
Diaporama maquette 1 3Diaporama maquette 1 3
Diaporama maquette 1 3
 
Peuchmaur marine chapitre 04 chimie organique
Peuchmaur marine chapitre 04 chimie organiquePeuchmaur marine chapitre 04 chimie organique
Peuchmaur marine chapitre 04 chimie organique
 
Plan d'action champlain - mesures présentées au Comité mobilité montréal
Plan d'action champlain - mesures présentées au Comité mobilité montréalPlan d'action champlain - mesures présentées au Comité mobilité montréal
Plan d'action champlain - mesures présentées au Comité mobilité montréal
 
Examen en chimie organique
Examen en chimie organiqueExamen en chimie organique
Examen en chimie organique
 
Hardware Startups : Accélérez le passage du prototype à la série par Arth...
Hardware Startups : Accélérez le passage du prototype à la série par Arth...Hardware Startups : Accélérez le passage du prototype à la série par Arth...
Hardware Startups : Accélérez le passage du prototype à la série par Arth...
 
[Présentation PFE] Conception et implémentation d'un estimateur conjoint de l...
[Présentation PFE] Conception et implémentation d'un estimateur conjoint de l...[Présentation PFE] Conception et implémentation d'un estimateur conjoint de l...
[Présentation PFE] Conception et implémentation d'un estimateur conjoint de l...
 
PFE_Presentation
PFE_PresentationPFE_Presentation
PFE_Presentation
 
Cours fabrication mécanique2
Cours fabrication mécanique2Cours fabrication mécanique2
Cours fabrication mécanique2
 

Similaire à Conception et optimisation du cycle d’injection d’un carter

Sacmi brochure ccm sfm pmv_pmd
Sacmi brochure ccm sfm pmv_pmdSacmi brochure ccm sfm pmv_pmd
Sacmi brochure ccm sfm pmv_pmdSundar Moorthi
 
Etude, dimensionnement, calcul des structures et conception d’une empileuse s...
Etude, dimensionnement, calcul des structures et conception d’une empileuse s...Etude, dimensionnement, calcul des structures et conception d’une empileuse s...
Etude, dimensionnement, calcul des structures et conception d’une empileuse s...Hamza Ibrahmi
 
Optimisation de la méthode de remplacement des thermocouples encastrés : cas...
 Optimisation de la méthode de remplacement des thermocouples encastrés : cas... Optimisation de la méthode de remplacement des thermocouples encastrés : cas...
Optimisation de la méthode de remplacement des thermocouples encastrés : cas...Donald NJEDOCK
 
Exemple projet amdec
Exemple projet amdecExemple projet amdec
Exemple projet amdecSal Ma
 
SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS.pdf
SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS.pdfSOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS.pdf
SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS.pdfsedmorabet
 
Présentation Eolienne.pptx
Présentation Eolienne.pptxPrésentation Eolienne.pptx
Présentation Eolienne.pptxFLORIAN264869
 
Tablomag n°5 10/2011
Tablomag n°5 10/2011Tablomag n°5 10/2011
Tablomag n°5 10/2011Gimélec
 
présentation MACHINE DE DECOUPAGE CABLE A GRAND SECTION.pptx
présentation MACHINE DE DECOUPAGE CABLE A GRAND SECTION.pptxprésentation MACHINE DE DECOUPAGE CABLE A GRAND SECTION.pptx
présentation MACHINE DE DECOUPAGE CABLE A GRAND SECTION.pptxeyabenbrahem1
 
DIMENSIONNEMENT D’UN BAC DE STOCKAGE D’EAU ANTI INCENDIE : CAS DE L’UNITE DE ...
DIMENSIONNEMENT D’UN BAC DE STOCKAGE D’EAU ANTI INCENDIE : CAS DE L’UNITE DE ...DIMENSIONNEMENT D’UN BAC DE STOCKAGE D’EAU ANTI INCENDIE : CAS DE L’UNITE DE ...
DIMENSIONNEMENT D’UN BAC DE STOCKAGE D’EAU ANTI INCENDIE : CAS DE L’UNITE DE ...Donald NJEDOCK
 
cours_EF_B_ZOUARI.pdf
cours_EF_B_ZOUARI.pdfcours_EF_B_ZOUARI.pdf
cours_EF_B_ZOUARI.pdfKhul12
 
Devoir+corrigé+de+synthèse+n°3+ +génie+mécanique+système+de+grénaillage+et+de...
Devoir+corrigé+de+synthèse+n°3+ +génie+mécanique+système+de+grénaillage+et+de...Devoir+corrigé+de+synthèse+n°3+ +génie+mécanique+système+de+grénaillage+et+de...
Devoir+corrigé+de+synthèse+n°3+ +génie+mécanique+système+de+grénaillage+et+de...Majda El Aouni
 
Université Lean Six Sigma -- Projet Black Belt -- Rémi Bessieu
Université Lean Six Sigma -- Projet Black Belt -- Rémi BessieuUniversité Lean Six Sigma -- Projet Black Belt -- Rémi Bessieu
Université Lean Six Sigma -- Projet Black Belt -- Rémi BessieuXL Formation
 

Similaire à Conception et optimisation du cycle d’injection d’un carter (20)

Sacmi brochure ccm sfm pmv_pmd
Sacmi brochure ccm sfm pmv_pmdSacmi brochure ccm sfm pmv_pmd
Sacmi brochure ccm sfm pmv_pmd
 
Etude, dimensionnement, calcul des structures et conception d’une empileuse s...
Etude, dimensionnement, calcul des structures et conception d’une empileuse s...Etude, dimensionnement, calcul des structures et conception d’une empileuse s...
Etude, dimensionnement, calcul des structures et conception d’une empileuse s...
 
Optimisation de la méthode de remplacement des thermocouples encastrés : cas...
 Optimisation de la méthode de remplacement des thermocouples encastrés : cas... Optimisation de la méthode de remplacement des thermocouples encastrés : cas...
Optimisation de la méthode de remplacement des thermocouples encastrés : cas...
 
Exemple projet amdec
Exemple projet amdecExemple projet amdec
Exemple projet amdec
 
Deversoir
DeversoirDeversoir
Deversoir
 
SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS.pdf
SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS.pdfSOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS.pdf
SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS.pdf
 
Présentation Eolienne.pptx
Présentation Eolienne.pptxPrésentation Eolienne.pptx
Présentation Eolienne.pptx
 
Tablomag n°5 10/2011
Tablomag n°5 10/2011Tablomag n°5 10/2011
Tablomag n°5 10/2011
 
présentation MACHINE DE DECOUPAGE CABLE A GRAND SECTION.pptx
présentation MACHINE DE DECOUPAGE CABLE A GRAND SECTION.pptxprésentation MACHINE DE DECOUPAGE CABLE A GRAND SECTION.pptx
présentation MACHINE DE DECOUPAGE CABLE A GRAND SECTION.pptx
 
DIMENSIONNEMENT D’UN BAC DE STOCKAGE D’EAU ANTI INCENDIE : CAS DE L’UNITE DE ...
DIMENSIONNEMENT D’UN BAC DE STOCKAGE D’EAU ANTI INCENDIE : CAS DE L’UNITE DE ...DIMENSIONNEMENT D’UN BAC DE STOCKAGE D’EAU ANTI INCENDIE : CAS DE L’UNITE DE ...
DIMENSIONNEMENT D’UN BAC DE STOCKAGE D’EAU ANTI INCENDIE : CAS DE L’UNITE DE ...
 
cours_EF_B_ZOUARI.pdf
cours_EF_B_ZOUARI.pdfcours_EF_B_ZOUARI.pdf
cours_EF_B_ZOUARI.pdf
 
Soudage
SoudageSoudage
Soudage
 
Devoir+corrigé+de+synthèse+n°3+ +génie+mécanique+système+de+grénaillage+et+de...
Devoir+corrigé+de+synthèse+n°3+ +génie+mécanique+système+de+grénaillage+et+de...Devoir+corrigé+de+synthèse+n°3+ +génie+mécanique+système+de+grénaillage+et+de...
Devoir+corrigé+de+synthèse+n°3+ +génie+mécanique+système+de+grénaillage+et+de...
 
Pfe Matene 2009
Pfe Matene 2009Pfe Matene 2009
Pfe Matene 2009
 
Pfe Matene 2009
Pfe Matene 2009Pfe Matene 2009
Pfe Matene 2009
 
Pfe Matene 2009
Pfe Matene 2009Pfe Matene 2009
Pfe Matene 2009
 
Pfe Matene 2009
Pfe Matene 2009Pfe Matene 2009
Pfe Matene 2009
 
Pfe Matene 2009
Pfe Matene 2009Pfe Matene 2009
Pfe Matene 2009
 
Pfe Matene 2009
Pfe Matene 2009Pfe Matene 2009
Pfe Matene 2009
 
Université Lean Six Sigma -- Projet Black Belt -- Rémi Bessieu
Université Lean Six Sigma -- Projet Black Belt -- Rémi BessieuUniversité Lean Six Sigma -- Projet Black Belt -- Rémi Bessieu
Université Lean Six Sigma -- Projet Black Belt -- Rémi Bessieu
 

Dernier

BOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatique
BOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatiqueBOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatique
BOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatiqueidelewebmestre
 
Accompagnement de l'agrivoltaisme - Focus sur l'étude système en Merthe et Mo...
Accompagnement de l'agrivoltaisme - Focus sur l'étude système en Merthe et Mo...Accompagnement de l'agrivoltaisme - Focus sur l'étude système en Merthe et Mo...
Accompagnement de l'agrivoltaisme - Focus sur l'étude système en Merthe et Mo...idelewebmestre
 
BOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein air
BOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein airBOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein air
BOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein airidelewebmestre
 
BOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleur
BOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleurBOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleur
BOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleuridelewebmestre
 
BOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pas
BOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pasBOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pas
BOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pasidelewebmestre
 
BOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcins
BOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcinsBOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcins
BOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcinsidelewebmestre
 
BOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitières
BOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitièresBOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitières
BOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitièresidelewebmestre
 
Accompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la Nièvre
Accompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la NièvreAccompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la Nièvre
Accompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la Nièvreidelewebmestre
 
Cadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en France
Cadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en FranceCadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en France
Cadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en Franceidelewebmestre
 
BOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud Porcs
BOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud PorcsBOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud Porcs
BOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud Porcsidelewebmestre
 
Cours polymère presentation powerpoint 46 pages
Cours polymère presentation powerpoint 46 pagesCours polymère presentation powerpoint 46 pages
Cours polymère presentation powerpoint 46 pagesPierreFournier32
 
BOW 2024 - Le bâtiment multicritère porcin
BOW 2024 - Le bâtiment multicritère porcinBOW 2024 - Le bâtiment multicritère porcin
BOW 2024 - Le bâtiment multicritère porcinidelewebmestre
 
anas transcript 111111111111111111111111
anas transcript 111111111111111111111111anas transcript 111111111111111111111111
anas transcript 111111111111111111111111zaidtaim1214
 
BOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VL
BOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VLBOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VL
BOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VLidelewebmestre
 
BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...
BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...
BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...idelewebmestre
 
BOW 2024 - 3-3 - Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...
BOW 2024 - 3-3 -  Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...BOW 2024 - 3-3 -  Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...
BOW 2024 - 3-3 - Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...idelewebmestre
 
Bow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminants
Bow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminantsBow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminants
Bow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminantsidelewebmestre
 
BOW 2024 -3-7- Impact bâtiment stress thermique Vaches laitières
BOW 2024 -3-7- Impact bâtiment stress thermique Vaches laitièresBOW 2024 -3-7- Impact bâtiment stress thermique Vaches laitières
BOW 2024 -3-7- Impact bâtiment stress thermique Vaches laitièresidelewebmestre
 
BOW 2024 - L'écurie ouverte : un concept inspirant pour la filière équine
BOW 2024 - L'écurie ouverte : un concept inspirant pour la filière équineBOW 2024 - L'écurie ouverte : un concept inspirant pour la filière équine
BOW 2024 - L'écurie ouverte : un concept inspirant pour la filière équineidelewebmestre
 

Dernier (20)

BOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatique
BOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatiqueBOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatique
BOW 2024 - 3 1 - Les infrastructures équestres et le changement climatique
 
Accompagnement de l'agrivoltaisme - Focus sur l'étude système en Merthe et Mo...
Accompagnement de l'agrivoltaisme - Focus sur l'étude système en Merthe et Mo...Accompagnement de l'agrivoltaisme - Focus sur l'étude système en Merthe et Mo...
Accompagnement de l'agrivoltaisme - Focus sur l'étude système en Merthe et Mo...
 
BOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein air
BOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein airBOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein air
BOW 2024 - Logement des veaux laitiers en plein air
 
BOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleur
BOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleurBOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleur
BOW 2024 - 3-5 - Des solutions numériques pour se préparer aux pics de chaleur
 
BOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pas
BOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pasBOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pas
BOW 2024 - Dedans/Dehors quand voir ne suffit pas
 
BOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcins
BOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcinsBOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcins
BOW 24 - De la réflexion de groupe à l'immersion dans des bâtiments porcins
 
BOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitières
BOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitièresBOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitières
BOW 2024 - 3-2 - Stress thermique impact vaches laitières
 
Accompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la Nièvre
Accompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la NièvreAccompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la Nièvre
Accompagnement de l'agrivoltaïsme dans le département de la Nièvre
 
Cadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en France
Cadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en FranceCadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en France
Cadre réglementaire et développement de l'agrivoltaïsme en France
 
BOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud Porcs
BOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud PorcsBOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud Porcs
BOW 2024 - 3-6 - Adaptation climat chaud Porcs
 
Cours polymère presentation powerpoint 46 pages
Cours polymère presentation powerpoint 46 pagesCours polymère presentation powerpoint 46 pages
Cours polymère presentation powerpoint 46 pages
 
BOW 2024 - Le bâtiment multicritère porcin
BOW 2024 - Le bâtiment multicritère porcinBOW 2024 - Le bâtiment multicritère porcin
BOW 2024 - Le bâtiment multicritère porcin
 
anas transcript 111111111111111111111111
anas transcript 111111111111111111111111anas transcript 111111111111111111111111
anas transcript 111111111111111111111111
 
BOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VL
BOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VLBOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VL
BOW 2024 -3-9 - Matelas de logettes à eau refroidie VL
 
BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...
BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...
BOW 2024 - 3-8 - Adaptation des bâtiments d'élevages de volailles au changeme...
 
BOW 2024 - 3-3 - Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...
BOW 2024 - 3-3 -  Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...BOW 2024 - 3-3 -  Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...
BOW 2024 - 3-3 - Adaptation des bâtiments pour ruminants au changement clima...
 
Bow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminants
Bow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminantsBow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminants
Bow 2024 - Plein air à l'intérieur des bâtiments d'élevage de ruminants
 
Webinaire lésions podales_04.04.2024.pptx
Webinaire lésions podales_04.04.2024.pptxWebinaire lésions podales_04.04.2024.pptx
Webinaire lésions podales_04.04.2024.pptx
 
BOW 2024 -3-7- Impact bâtiment stress thermique Vaches laitières
BOW 2024 -3-7- Impact bâtiment stress thermique Vaches laitièresBOW 2024 -3-7- Impact bâtiment stress thermique Vaches laitières
BOW 2024 -3-7- Impact bâtiment stress thermique Vaches laitières
 
BOW 2024 - L'écurie ouverte : un concept inspirant pour la filière équine
BOW 2024 - L'écurie ouverte : un concept inspirant pour la filière équineBOW 2024 - L'écurie ouverte : un concept inspirant pour la filière équine
BOW 2024 - L'écurie ouverte : un concept inspirant pour la filière équine
 

Conception et optimisation du cycle d’injection d’un carter

  • 1. ‫المغربية‬ ‫المملكة‬ ‫الشق‬ ‫عين‬ ‫الثاني‬ ‫الحسن‬ ‫جامعة‬ ‫الميكانيك‬ ‫و‬ ‫للكهرباء‬ ‫العليا‬ ‫الوطنية‬ ‫المدرسة‬ Royaume du Maroc Université Hassan 2 Ain-chock ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ELECTRICITE ET DE MECANIQUE Département : Génie mécanique Filière : Procédés industriels et Plasturgie Conception et optimisation du cycle d’injection d’un carter Encadré par : Mr A.HADDOUT Mme BENHADDOU Réalisé par : ERROUBI KANZA ELFELLAH MAHMOUD Rapport de projet de CAO
  • 2. 1 Sommaire Introduction…………………………………………………………………………..2 Cahier de charges…………………………………………………………………..3 Conception de la pièce sur CATIA V5………………………………………5 Analyse de structure………………………………………………………………8 Réalisation du maillage………………………………………………….8 Résultats………………………………………………………………………..11 Choix des matériaux…………………………………………………….…………12 Caractéristiques matières …..……….………………………………..12 Etude comparative..….………………………………………….……….18 Conception de point d’alimentation………………………….……………19 Conception du circuit de refroidissement……….………………………21 Simulation sur Mold Flow………………..…………………………………….29 Détermination du point d’injection optimum………………...29 Optimisation du cycle d’injection.……………………………….….32 Conclusion………………………………………………………………..…………….33 Bibliothèque………………………………………………………………..………….34
  • 3. 2 Introduction Les matières plastiques sont indispensables et indissociables de notre vie quotidienne. Dans les années 1950/1960, il est apparu que ces matières présentaient un nombre infini de possibilités et elles se sont donc invitées dans notre vie quotidienne. L’utilisation industrielle des matières plastiques n’a toutefois débuté qu’au début du XXe siècle. Depuis lors, l’importance technologique et économique de ces matières n’a cessé de croître, essentiellement pour deux raisons :  Les matières premières utilisées pour la fabrication des matières plastiques/synthé- tiques peuvent être fabriquées à partir de pétrole et/ou de biomasse, produits peu onéreux et disponibles partout dans le monde ;  La diversité colossale des matières plastiques offre un large spectre de propriétés et permet d’élaborer des solutions sur mesure pour les différentes applications. Les autres matériaux, comme l’acier, les métaux non-ferreux, le béton, le bois, le verre, la céramique, etc., sont de plus en plus remplacés par les matières plastiques. La puissance et les performances des produits disponibles sur le marché et qui nous accompagnent au quotidien augmentent sans cesse, notamment dans les secteurs des transports, de la logistique, des loisirs et des sports, de la médecine et de la santé, et de la communication. On trouve, ainsi dans le domaine automobile, plusieurs pièces techniques à base de polymères. C’est dans ce cadre que s’inscrit notre projet : La conception et simulation d’injection d’un carter. Toutefois, La conception de pièces injectées est un métier qui consiste à adapter une pièce afin de faciliter sa fabrication par injection plastique. Cela consiste à concevoir une pièce respectant toutes les contraintes exigées par la technique d'injection, tout en respectant le cahier des charges.
  • 4. 3 Cahier de charges  Projet : Conception et optimisation d’injection d’un carter en composites thermoplastiques.  Travail demandé : Conception sur CATIA V5 Analyse de structure Choix de matériau Conception de point d’alimentation Conception du circuit de refroidissement Simulation d’injection sur Mold Flow Optimisation du cycle d’injection Analyse des paramètres et validation
  • 5. 4 Dessin de définition de la pièce :
  • 6. 5 Conception de la pièce sur CATIA V5 A l’aide du logiciel CATIA V5 on conçois notre pièce dans le module Part Design. On commence par faire les esquisses des contours principaux :
  • 7. 6 On procède par la suite aux opérations requises pour donner une forme à notre pièce. Ces opérations se résument dans l’arborescence ci-dessous :
  • 8. 7 Ainsi, on obtient notre pièce conçue sur le logiciel dont la vue en perspective est la suivante :
  • 9. 8 Analyse de structure Réalisation du maillage : D’abord, on commence par affecter un matériau à notre pièce, ici c’est le plastique. Ensuite, on choisit la face fixe de la pièce qui est confondue avec la face du maintien en position de la pièce. Et on affecte les charges que peut subir le carter au cours de son fonctionnement. Finalement, on réalise le maillage sur le logiciel de conception et de calcul CATIA V5 avec une taille des mailles de 5mm. Les résultats du maillage se présentent comme suit :
  • 10. 9
  • 11. 10
  • 12. 11 Résultat : Les résultats nous montrent que la pièce subit une contrainte principale de l’ordre de 9.53MPa et une contrainte du Von-Mises de l’ordre de grandeur de 7MPa. On constate à partir des résultats fournis par le logiciel que les contraintes maximales du carter sont inférieures à la charge qu’il subit lors de son fonctionnement. Ainsi notre pièce ne représente pas de problèmes au niveau de sa résistance aux charges appliquées en fonctionnement.
  • 13. 12 Choix du matériau Caractéristiques de quelques matières plastiques : Le Polypropylène PP
  • 14. 13
  • 16. 15 Le Polyamide 6 PA6 Le Polyamide 66 PA66
  • 19. 18 Etude comparative : On compare les propriétés du polypropylène et du polystyrène. Le tableau ci-dessus nous montre que le polypropylène est de caractéristiques meilleures sur tous les plans surtout au niveau de la rigidité, la solidité et la résistance à la chaleur. On précise aussi que le propylène permet des procédés de transformation tel le rivetage, coupage, soudage, etc Ainsi, on choisit comme matière première le Polypropylène, plus précisément Sabic PP575 comme c’est celui disponible dans le laboratoire. On présente ses propriétés selon la base de données fournie par le logiciel de simulation Mold Flow :
  • 20. 19 Conception de point d’alimentation Seuil d’alimentation : Le système d’alimentation est un «moyen nécessaire au procédé pour arriver au but»; il permet d’acheminer dans l’empreinte du moule, la matière en fusion préparée dans le cylindre d’injection. Les principaux critères pris en compte pour dimensionner une alimentation sont le poids de la pièce (volume), la longueur de l’alimentation et l’épaisseur de la pièce (parcours de coulée). Ceux-ci ont en effet une répercussion sur les exigences en pression, la contrainte thermique durant le remplissage et la sollicitation de cisaillement. Ils sont restreints par la fluidité limitée de la matière et la sensibilité des différents types de produit au cisaillement. En outre, le comportement au remplissage comme par exemple les variations subites d’épaisseur de paroi, le jet libre sont décisifs pour obtenir une bonne qualité de surface. Ainsi, on procède maintenant au dimensionnement des canaux d’alimentation. On calcule le diamètre du seuil par la relation suivante : Diamètre seuil d’injection = 2/3 épaisseur D’après le dessin de définition de la pièce, l’épaisseur est de 5 mm. Donc : 𝒅 𝒔𝒆𝒖𝒊𝒍 = 𝟐 𝟑 ∗ 𝟓 = 𝟏𝟎 𝟑 = 𝟑. 𝟑𝟑 𝒎𝒎 Canaux d’alimentation : Le canal d’alimentation permet d’acheminer la matière plastique depuis la buse machine jusqu’à la pièce à mouler. Il est constitué de 2 parties principales : - La ‟carotte” permet de traverser le bloc empreinte fixe jusqu’au plan de joint. Sa conicité favorise le démoulage. - Le canal secondaire permet d’acheminer la matière depuis la carotte au plan de joint jusqu’au seuil d’injection. Son tracé doit faciliter l’écoulement et garantir une distribution homogène et suffisante. Il doit être le plus court possible pour limiter les pertes de pression et de température et de matière.
  • 21. 20 On calcule le diamètre des canaux par la relation suivante : 𝒅 𝒂 = 𝟏. 𝟓𝟑 ∗ 𝑺 𝒎𝒂𝒙 ∗ √ 𝐥𝐧( 𝟒 𝝅 ∗ 𝜽) 𝐥𝐧(𝟏. 𝟓𝟗𝟗 ∗ 𝜽) Avec : 𝑺 𝒎𝒂𝒙 : La paroi de pièce la plus épaisse 𝒅 𝒂 : Diamètre de l’alimentation Et 𝜽 = 𝐓 𝐌 – 𝐓 𝐖 𝐓 𝐄 – 𝐓 𝐖 Tel que : 𝑻 𝑴 : Température de la matière après remplissage 𝑻 𝑬 : Température moyenne de démoulage 𝑻 𝑾: Température moyenne de la paroi de l’empreinte On a: 𝑻 𝑴 = 𝟐𝟏𝟎°𝑪 𝑻 𝑾 = 𝟒𝟓. 𝟏𝟓°𝑪 𝑻 𝑬 = 𝑻 𝒗𝒊𝒄𝒂𝒕 − 𝟏𝟎° = 𝟏𝟓𝟒 − 𝟏𝟎 = 𝟏𝟒𝟒°𝑪 Donc : 𝜽 = 𝟏. 𝟔𝟔𝟕 Ainsi 𝒅 𝒂 = 𝟔. 𝟕𝟗 𝒎𝒎 Conclusion : 𝒅 𝒂 = 𝟔. 𝟕𝟗 𝒎𝒎 𝒅 𝒔𝒆𝒖𝒊𝒍 = 𝟑. 𝟑𝟑 𝒎𝒎
  • 22. 21 Conception du circuit de refroidissement : Les moules à injection soumis à des sollicitations fluctuantes et devant satisfaire des exigences de précision extrêmes font partie des équipements techniques utilisés les plus onéreux. La conception d’un moule à injection doit être mûrement réfléchie si l’on souhaite qu’il réponde aux exigences économiques requises. La rentabilité d’un moule à injection est essentiellement fonction de l’efficacité et de la vitesse de l’échange thermique qui se fait entre le moule et la matière qui y est injectée. La qualité de la pièce moulée dépend de manière déterminante d’une évolution de température locale constamment uniforme d’un cycle à l’autre. La rentabilité d’une production est déterminée de façon décisive par la faculté du moule à être un bon ou un mauvais échangeur thermique. En ce qui concerne la transformation, c’est une thermorégulation de moule optimisée qui sera le facteur essentiel de la réduction des coûts de pièces. L’économie réalisable par une meilleure thermorégulation du moule est d’environ 10 à 40%. Pour obtenir une qualité de pièce optimale et réduire la durée de la production, il est indispensable de connaître les lois qui régissent l’échange de chaleur dans le moule et de les exploiter de manière ciblée. En résumé, voici les principales valeurs caractéristiques qu’un concepteur devra calculer pour concevoir thermiquement un moule. – le temps de cycle et de refroidissement – les flux thermiques – le profil de températures dans la pièce moulée et dans le moule – la position et la dimension des canaux de thermorégulation – la température et le débit de l’agent de thermorégulation – l’homogénéité ou l’erreur de température sur la paroi de l’empreinte – la capacité de la pompe, de refroidissement et de chauffe de l’appareil de thermorégulation (pertes de pression dans les canaux de thermorégulation) – la simulation et la variation des paramètres (températures, matériaux, paramètres de mise en œuvre) Les étapes essentielles de conception selon la méthode spatiale d’équilibrage se basent essentiellement sur les conditions idéalisées sont entre autres: – des flux thermiques unidimensionnels – Négligence des processus de démarrage – valeurs moyennes sur un temps donné (état quasi stationnaire, ce qui signifie que les fluctuations de température ne sont pas prises en compte)
  • 23. 22 Ces étapes de résument dans le schéma suivant :
  • 24. 23 Calcul : Calcul du temps-de refroidissement : On calcule le temps de refroidissement par la relation suivante : 𝑇𝑟𝑒𝑓 = 𝑒2 𝜋2∗𝑎 ln( 4 𝜋 𝜃) Avec θ = TM−TW TE−TW Et 𝑇 𝑊 = 𝑇 𝑊 𝑚𝑖𝑛+ 𝑇 𝑊 𝑚𝑎𝑥 2 Or 𝑇 𝑊 𝑚𝑎𝑥 = 𝑏 𝑊∗ 𝑇 𝑊 𝑚𝑖𝑛+ 𝑏 𝑀∗ 𝑇 𝑀 𝑏 𝑊+ 𝑏 𝑀 On a : 𝑇 𝑊 𝑚𝑖𝑛 = 45°𝐶 et 𝑇 𝑀 = 210°𝐶 On calcule b par la relation ci-dessous : 𝑏 = √𝜌 ∗ λ ∗ c Le moule est à base d’acier non allier donc la valeur de b est : 𝑏 𝑊 = 13,8 . 103 𝑊. 𝑆 1 2. 𝑚−2 . 𝑑𝑒𝑔−1 Pour le polypropylène on a les caractéristiques suivantes : 𝜌 = 0.9 λ = 0.1 − 0.22 (à 13°C)( 𝑊. 𝑚−1 . 𝐾−1 ) c = 1700 − 1900 (J. 𝐾−1 . 𝐾𝑔−1 ) Ainsi, 𝑏 𝑀 = √0.9 ∗ 0.15 ∗ 1800 = 19,4 𝑊. 𝑆 1 2. 𝑚−2 . 𝑑𝑒𝑔−1 Donc 𝑇 𝑊 𝑚𝑎𝑥 = 45.3°𝐶 et par suite 𝑇 𝑊 = 45.15°𝐶 On en conclue que θ = 210−45.15 144−45.15 = 1.667 Ainsi le temps de refroidissement est 𝑇𝑟𝑒𝑓 =15.88 s Tel que a = 0.12 mm²/s
  • 25. 24 Flux thermiques : QF + QTM + QL + QK + QStr + QH = 0 QL + QK + QStr = QU (flux thermique vers le milieu ambiant) On veut calculer le flux thermique introduit dans le moule par la matière chaude, pour ce faire on commence par calculer le temps de cycle : 𝑡 𝑐𝑦𝑐𝑙𝑒 = 𝑇𝑟𝑒𝑓 + 𝑇𝑟𝑒𝑚 + 𝑇 𝑚𝑎𝑖𝑛𝑡𝑖𝑒𝑛 + 𝑇𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡𝑢𝑟𝑒 + 𝑇𝑓𝑒𝑟𝑚𝑒𝑡𝑢𝑟𝑒
  • 26. 25 On obtient la valeur du temps de remplissage à partir de Mold Flow 𝑇𝑟𝑒𝑚 = 4.78 𝑠 𝑇𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡𝑢𝑟𝑒/𝑓𝑒𝑟𝑚𝑒𝑡𝑢𝑟𝑒 = 𝐶 𝑉 = 2 ∗ 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟 𝑚𝑎𝑥 𝑉 = 2 ∗ 55 30 𝑇𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡𝑢𝑟𝑒/𝑓𝑒𝑟𝑚𝑒𝑡𝑢𝑟𝑒 = 3.67𝑠 𝑇 𝑚𝑎𝑖𝑛𝑡𝑖𝑒𝑛 = 𝑟2 5.78 ∗ 𝑎 𝑒𝑓𝑓 ∗ ln(1.599 ∗ 𝑇 𝑚 − 𝑇𝑠 𝑇𝑠𝑜𝑙𝑖𝑑𝑖𝑓𝑖𝑐𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 − 𝑇𝑠 ) 𝑇𝑠𝑜𝑙𝑖𝑑𝑖𝑓𝑖𝑐𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 = 170°𝐶 𝑇𝑠 = 45°𝐶 = 𝑡𝑒𝑚𝑝é𝑟𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒 𝑑𝑢 𝑠𝑒𝑢𝑖𝑙 𝑟 = 𝑑 𝑠𝑒𝑢𝑖𝑙 2 = 3.33 2 = 1.665 𝑚𝑚 𝑇 𝑚 = 210°𝐶 𝑎 𝑒𝑓𝑓 = 0.12𝑚𝑚2 𝑠−1 Donc 𝑇 𝑚𝑎𝑖𝑛𝑡𝑖𝑒𝑛 = 5.4𝑠 Ainsi le temps de cycle est de 𝑡 𝑐𝑦𝑐𝑙𝑒 = 4.78 + 3.67 + 5.4 + 15.88 Donc : 𝑡 𝑐𝑦𝑐𝑙𝑒 = 29.73𝑠
  • 27. 26 Ainsi 𝑄 𝐹 = 𝑚 ∆ℎ 𝑡 𝑐𝑦𝑐𝑙𝑒 Or ∆ℎ = ℎ2 − ℎ1 = 600 − 300 = 300 𝑘𝐽 𝐾𝑔 Et m = 147.633g (d’après Mold Flow) Donc 𝑄 𝐹 = 1.49 𝐾𝑊 As = 2(330 ∗ 200) + 2(330 ∗ 300) = 0.33m² Q 𝑘 = As ∗ α ∗ (TW − T𝑢) T𝑢 = 24°𝐶 𝑒𝑡 T 𝑊 = 45°𝐶 Donc Q 𝑘 = 5.544𝑊 Q 𝐿 = A 𝐴 ∗ 𝛽 ∗ (𝑇 𝑊 − T𝑢) 𝐴 𝐴 = 2(330 ∗ 300) = 0.198 𝑚𝑚² Donc Q 𝐿 = 0.198 ∗ 98 ∗ (45 − 24) = 407.48 𝑊 On néglige Q 𝐻 et Q 𝑠𝑡𝑟 pour avoir enfin Q 𝑇𝑀 = Q 𝐹 − (Q 𝐾 + Q 𝐿) AN : Q 𝑇𝑀 = 1076.68 𝑊 210°C140°C h1=300 h2=600
  • 28. 27 Débit du fluide de régulation : On connaît la quantité de chaleur à éliminer ou à introduire par le fluide de régulation lorsque les flux thermiques ont été établis. On veut maintenant calculer la valeur dem 𝑇𝑀. m 𝑇𝑀 = Q 𝑇𝑀 𝑐 𝑇𝑀(𝑇𝑒𝑛𝑡𝑟é𝑒 − T𝑠𝑜𝑟𝑡𝑖𝑒) = 2.06. 10−3 𝑚3 𝑠−1 𝐾𝑔−1 Diamètre des canaux de thermorégulation : Condition: écoulement turbulent nombre de Reynolds bien supérieur à 2300
  • 29. 28 𝑅 𝑒 = 4m 𝑇𝑀 𝜋 ∗ 𝐷 𝑘𝑘 ∗ 𝜌 𝑇𝑀 ∗ 𝜇 𝑇𝑀 > 2300 𝐷 𝑘𝑘 < 4𝑚 𝑇𝑀 𝜋∗ 𝜗 𝑇𝑀∗2300 𝐷 𝑘𝑘 < 8.14 𝑚𝑚 Ainsi 𝐷 𝑚𝑖𝑛 = 8𝑚𝑚 Position des canaux de thermorégulation < 10°C 𝛿 < 7.18 𝑐𝑚 𝐴 𝐹 = 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒 𝑑𝑒 𝑙′ 𝑒𝑚𝑝𝑟𝑒𝑖𝑛𝑡𝑒 = 0.077 𝑚² λ 𝑊 = 50.2 W mK Acier non oxydable
  • 30. 29 Simulation sur Mold Flow Choix du point d’injection optimum : On effectue la simulation d’injection sur différents points d’injection. On obtient les résultats suivant : Point d’injection 1
  • 32. 31 Point d’injection 3 On remarque que pour les deux premiers points d’injection les lignes de soudures et les bulles d’air affectent la face fonctionnelle de notre pièce, alors que pour le point d’injection numéro 3 les lignes de soudures ainsi que les bulles d’air sont moindres et ne se trouvent pas sur la face fonctionnelle. On conclue que le point d’injection optimum pour notre pièce est le troisième.
  • 33. 32 Optimisation du cycle d’injection Optimiser le cycle d’injection consiste à diminuer le temps de cycle. Pour ce faire, on a recours à deux moyens :  Augmenter le diamètre du canal de refroidissement On sait que 𝐷 𝑘𝑘 = 4𝑚 𝑇𝑀 𝜋∗ 𝜗 𝑇𝑀∗𝑅 𝑒 ainsi si le diamètre augmente la valeur de 𝑚 𝑇𝑀 augmente aussi. Or m 𝑇𝑀 = Q 𝑇𝑀 𝑐 𝑇𝑀(𝑇 𝑒𝑛𝑡𝑟é𝑒− T 𝑠𝑜𝑟𝑡𝑖𝑒) où tous les paramètres sont constants sauf la valeur de Q 𝑇𝑀 qui doit aussi augmenter. On sait aussi que Q 𝑇𝑀 = Q 𝐹 − (Q 𝐾 + Q 𝐿) où seul la valeur de Q 𝐹 varie--cette valeur doit aussi augmenter—selon la relation suivante : 𝑄 𝐹 = 𝑚 ∆ℎ 𝑡 𝑐𝑦𝑐𝑙𝑒 Ainsi on conclue que le temps de cycle va diminuer s on augmente le diamètre du canal.  Réduire la distance entre le canal du refroidissement et la paroi de l’empreinte On sait que Donc si on réduit δ la quantité de chaleur Q 𝐹 va augmenter--sachant que toutes les autres valeurs sont constantes—pour ne pas dépasser la marge de 10°c condition de l’équilibre thermique entre la paroi de l’empreinte et la paroi du canal de refroidissement.
  • 34. 33 Conclusion : Les moules d’injection qui sont bien conçus sur le plan thermique contribuent à réduire les coûts de production et à la rendre plus fiable. Le concepteur dispose aujourd’hui d’un grand nombre d’aides et de résultats d’études théoriques et pratiques qui peuvent être utilisés pour concevoir thermiquement un moule. Pour obtenir les objectifs cités de la conception thermique du moule, c’est-à-dire – maintien exact de la température de l’empreinte prévue – répartition homogène de la température de l’empreinte – réduction du cycle associée à une grande qualité, Le concepteur doit connaître les conditions thermiques qui prévalent dans le moule d’injection et être capable de les influencer comme il le souhaite en modifiant la position des canaux de thermorégulation. Outre la position correcte des canaux de thermorégulation, il est alors également essentiel de déterminer les pertes de pression dans les canaux de thermorégulation et de choisir une unité de thermorégulation correspondante de capacité suffisante. En effet, ce n’est qu’avec un écoulement du fluide de thermorégulation suffisant que la chaleur se dissipera dans le moule (ou sera introduite dans le moule en cas de chauffage).
  • 35. 34 Bibliothèque : http://sip2.ac-mayotte.fr/IMG/pdf/Les_Matieres_plastiques-2.pdf Conception d’alimentation pour obtention de surfaces de grande qualité E. Erlenkämper Thermorégulation optimisée du moule Olaf Zöllner http://christophe.boutry.pagesperso-orange.fr/Site/33D2582B-0286-48D9-A931-920352FD5557_files/caract- eau.pdf http://www.goodfellow.com/F/Polypropylene.html