0. conf pléiade30nov

1 043 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 043
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
544
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

0. conf pléiade30nov

  1. 1. Anne PAUPE & Marie-Anne PAVEAUQuelques remarques sur les catégories d’interdisciplinarité, pluridisciplinarité et transdisciplinarité
  2. 2. – discipline et scienceFabiani 2006 : 11Nous prenons pour allant de soi que “discipline” et “science” sont équivalentes pour désigner l’ensemble des relations entre des objets et des personnes qui font la spécificité d’un domaine de savoir ou d’un programme de recherche.– discipline et universalitéFabiani 2006 : 11On admet sans difficulté le caractère universel de la notion de discipline pour désigner un corps de savoir étendu comme articulation d’un objet, d’une méthode et d’un programme, d’un côté, et comme mode d’occupation reconnaissable d’une cofiguration plus vaste (i.e. l’ensemble des opérations de savoir à un moment donné du temps), de l’autre.
  3. 3. – discipline et division & spécialisation du travailFabiani 2006 : 12[…] parler de discipline, c’est désigner l’activité scientifique comme une forme particulière de la division du travail dans le monde social. La notion rend évidentes et palpables à la fois l’organisation quotidienne de la recherche et de l’enseignement, fondée sur la délimitation d’un type d’objetet larépartition de tâches spécifiques, et la cohérence d’un horizon de savoir entendu comme maîtrise cognitive croissante d’un objet préalablement défini comme limité.– discipline et autonomieMorin 1994 : en ligneBien quenglobée dans un ensemble scientifique plus vaste, une discipline tend naturellement à lautonomie, par la délimitation de ses frontières, le langage quelle se constitue, les techniques quelle est amenée à élaborer ou à utiliser, et éventuellement par les théories qui lui sont propres.
  4. 4. – discipline, formation et style épistémologiqueChevallard 1988 : 101Une formation épistémologique (au sein d’un univers culturel déterminé) est constitué par un triplet [institution, domaine de réalité, savoir]. Les trois instances composant une formation épistémologique ne sont pas indépendantes : un domaine de réalité n’existe que dans le cadre d’une institution et en association avec le savoir (de l’institution) relatif à ce domaine de réalité (l’institution pouvant être l’univers culturel lui-même) […]Une formation épistémologique relève d’un style épistémologique déterminé, associé à un certain régime de savoir (ou régime épistémologique). Quand il n’y a pas d’ambiguïté, on parlera plus simplement du style (épistémologique) d’une institution (sous-entendu : relativement à un certain savoir).
  5. 5. – CNRS  – CNU  – AERES  
  6. 6. 4.1. INTERDISCIPLINARITÉDumas 1999LINTERDISCIPLINARITÉ PAR LA THÉORIELa science normale nous a habitués à la fermeture disciplinaire comme première exigence théorique. Le découpage de lobjet, lisolement de la partie du tout est une condition préalable à toute théorisation. Non seulement cette réduction peut-elle permettre un séjour au royaume des abstractions, mais elle assure la possibilité de vérification expérimentale. […]Des morceaux de théorie peuvent voyager et éclairer des zones dombre dun savoir naissant, mais jamais une théorie ne pourra être importée en bloc.
  7. 7. EXEMPLE D’INTERDISCIPLINARITÉ PAR LA THÉORIE : LA NOTION DE MÉMOIRE DISCURSIVE, HISTOIRE/ PHILO ET AD (et MATHS)a. interdiscours Pêcheux 1975b. mémoire discursive Courtine 1981 < Foucault & Norac. mémoire interdiscursive hors AD Lecomte 1981d. mémoire interdiscursive AD Moirand années 1990=> une bonne intégration interdisciplinaire
  8. 8. LINTERDISCIPLINARITÉ PAR LOBJETDumas 1999Quen est-il de lobjet ? Pourrait-on fédérer des disciplines différentes « à linvitation » dun objet ? La réponse ici doit être plus nuancée. Ce sont les théories qui président à la construction de lobjet. Elles le font par réduction de la réalité à ses déterminations les plus essentielles. Les visées de connaissance peuvent être différentes, mais lobjet demeure le même prétexte. Par ailleurs, aucune discipline ne peut prétendre la propriété exclusive dun objet. […]Nous entrevoyons ici la raison fondamentale pour laquelle lobjet pourrait être le lieu à partir duquel linterdisciplinarité devient impérieuse. Cest quand lobjet apparaît dans une complexité inédite que les diverses disciplines linterrogent.
  9. 9. EXEMPLE D’INTERDISCIPLINARITÉ PAR L’OBJET : LA SOCIOLINGUISTIQUE– objet : le langage, fait langagier, fait social– sociolinguistique : les linguistes travaillent en sociologie/avec le social mais linverse nest pas symétriquement vrai– sociologie du langage lancée par Achard linguiste dans les années 1980– ethnométhodologie qui vient des anthropologues et sociologues avec une conception des énoncés différente de celle de la linguistique=> une asymétrie interdisciplinaire
  10. 10. LINTERDISCIPLINARITÉ PAR LA MÉTHODOLOGIEDumas 1999Les sciences humaines sont unifiées par la méthode, quelle soit quantitative ou qualitative. Et lintervention de ces méthodes dans la démarche dexplication est largement indépendante du contenu de lobjet à connaître. Par conséquent, une discipline gardera sa vocation et sa visée qui en font une spécialisation. Linterdisciplinarité nest lobjet daucune censure du point de vue du « transport » des méthodes.
  11. 11. EXEMPLE DINTERDISCIPLINARITÉ PAR LA MÉTHODOLOGIE– traitement automatique du lexique/ discours < linguistique : linguistique, sociologie, info-com, science politique– récit de vie/ethnobiographie < ethnologie : sociologie, anthropologie, sciences de l’éducation, analyse du discours=> une interdisciplinarité restreinte
  12. 12. 4.2 PLURIDISCIPLINARITÉUne discipline « pilote »Juxtaposition de disciplinesComplémentarité des disciplinesCf. schéma Dangas 2012 : restent des zones d’ombre
  13. 13. Geoff King, American Independent Cinema (Bloomington, Indiana UP, 2005):Chapitre 1 : IndustryChapitre 2 : NarrativeChapitre 3 : FormChapitre 4 : GenreChapitre 5 : Social, Political and Ideological Dimensions
  14. 14. THEBAUD Françoise, Histoire des femmes en Occident 5, Le XXe siècle (Paris, Plon, 1992)9 historiennes4 sociologues1 politologue1 hispaniste1 philosophe1 littéraire1 spécialiste de cinéma soviétique
  15. 15. •  JACOB Christian (sous la dir. De), Lieux de savoir. Espaces et communautés (Paris, Albin Michel, 2007)•  «  Expérience du champ dans sa spécificité. On en fixe la topographie en recourant à une panoplie d’instruments et de filtres qui, selon les cas, font ressortir telle texture, tell couleur, tel détail. Histoire sociale, anthropologie, géographie, ethnographie, histoire des religions, philosophie, épigraphie, histoire et sociologie des sciences, prosopographie, analyse de discours, sémiologie, etc.  : l’éclectisme est de règle, l’empirisme est assumé. 0n ne saurait ouvrir de nouvelles portes sans essayer de nombreuses clés. » (14)
  16. 16. 4.3. TRANSDISCIPLINARITÉ– circularisation des savoirs : aspect méta, le savoir se constitue en connaissance de la connaissance, interrogeant la notion de savoir- < Piaget 1970– Nicolescu, Morin années 1990, le CIRET (Centre international de recherches et d’études transdisciplinaires)– liée à la notion de pensée complexe
  17. 17. Nicolescu 1996La transdisciplinarité concerne, comme le préfixe "trans" l’indique, ce qui est à la fois entre les disciplines, à travers les différentes disciplines et au-delà de toute discipline. Sa finalité est la compréhension du monde présent, dont un des impératifs est l’unité de la connaissance.La structure discontinue des niveaux de Réalité détermine la structure discontinue de l’espace transdisciplinaire, qui, à son tour, explique pourquoi la recherche transdisciplinaire est radicalement distincte de la recherche disciplinaire, tout en lui étant complémentaire. […]  En revanche, la transdisciplinarité s’intéresse à la dynamique engendrée par l’action de plusieurs niveaux de Réalité à la fois. […] La transdisciplinarité, tout en n’étant pas une nouvelle discipline ou une nouvelle hyperdiscipline, se nourrit de la recherche disciplinaire, qui, à son tour, est éclairée d’une manière nouvelle et féconde par la connaissance transdisciplinaire. Dans ce sens, les recherches disciplinaires et transdisciplinaires ne sont pas antagonistes mais complémentaires.=> vers le changement social, économique et politique de la planète
  18. 18. Dacos 2012------ Message transféréDe : Marin Dacos <marin.dacos@openedition.org>Répondre à : Marin Dacos <marin.dacos@openedition.org>Date : Tue, 27 Nov 2012 07:55:45 +0100À : dh <dh@cru.fr>Objet : [DH] Digital_HumanitiesBonjour,Vient de paraître, un livre sur notre transdiscipline.Bien cordialement,Marin
  19. 19. About the AuthorsPeter Lunenfeld is Professor of Design Media Arts at UCLAAnne Burdick is Department Chair of Graduate Media Design at Art CenterCollege of DesignJohanna Drucker is the Breslauer Professor of Bibliographical Studies atUCLA in the Department of Information Studies and a book artist and visualpoet.Todd Presner is Professor of Germanic Languages and Comparative Literature at UCLA, where he also chairs the program in Digital Humanities.Jeffrey Schnapp is the faculty director of metaLAB (at) Harvard, where heis Professor of Romance Literatures, teaches at the Graduate School ofDesign, and serves as faculty codirector of the Berkman Center for Internetand Society.
  20. 20. – This collaboratively authored and visually compelling volume explores methodologies and techniques unfamiliar to traditional modes of humanistic inquiry – including geospatial analysis, data mining, corpus linguistics,visualization, and simulation – to show their relevance for contemporary culture.– The authors argue that the digital humanities offers a revitalization of the liberal arts tradition in the electronically inflected, design-driven, multimedia language of the twenty-first century.
  21. 21. RéférencesChevallard Y. 1988, « Esquisse d’une théorie formelle du didactique », Communication au Premier colloque franco-allemand de didactique des mathématiques et de l’informatique (CIRM, Marseille, 16-21 novembre 1986). Paru in C. Laborde (éd.), Actes, La Pensée sauvage, Grenoble, p. 97-106Darbellay F., Paulsen T., 2008, Le défi de linter- et transdisciplinarité : concepts, méthodes et pratiques innovantes dans l’enseignement et la recherche, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandesDarbellay F., Origgi G., 2010, Repenser l’interdisciplinarite, Genève, Éd. SlatkineDumas B., 1999, « Les savoirs nomades » Sociologie et sociétés, vol. 31, n° 1. 51-62.Fabiani J.-L., 2006, « A quoi sert la notion de discipline ? », dans Qu’est-ce qu’une discipline ?, Enquête, Paris, Editions de l’EHESS, p. 11-34.Feldman J., 2002, « Objectivité et subjectivité en science. Quelques aperçus », Revue européenne des sciences sociales, http://ress.revues.org/577Jacob C., 2007, (sous la dir. De), Lieux de savoir. Espaces et communautés, Paris, Albin MichelKing G., 2005, American Independent Cinema, Bloomington, Indiana UPLunenfeld P; (et al.), 2012, Digital humanities, MIT Press.Morin E., 1994, « Sur linterdisciplinarité », Bulletin Interactif du CIRET Centre International de Recherches et Études transdisciplinaires, n° 2 : http://basarab.nicolescu.perso.sfr.fr/ciret/bulletin/b2c2.phpNicolescu B., 1996, La transdisciplinarité. manifeste, Monaco, Éditions du Rocher.Sperber D., 2010, « Pourquoi repenser l’interdisciplinarité ? », dans Darbellay, Origgi 2010Thébaud F., 1992, Histoire des femmes en Occident 5, Le XXe siècle, Paris, Plon
  22. 22. Les slides des conférences du 18.10 et du 30.11 sont en ligne sur le carnet de recherche : La pensée du discours http://penseedudiscours.hypotheses.org/

×