Le doctorat, une temporalité
complexe à gérer
Gilles Brougère
Le doctorat une activité protéiforme
•  Le doctorat est à la fois une activité de recherche
(un travail) et une formation ...
Le doctorat : une activité
protéiforme (selon l’enquête)
•  Travail direct pour la recherche doctorale (pour la
« thèse »)...
Le doctorat : une activité
protéiforme (selon l’enquête)
•  Communications et articles : Ecriture et correction
d’articles...
Le doctorat : une activité
protéiforme (selon l’enquête)
•  Activités scientifiques hors thèse : Séminaire du
laboratoire,...
Le doctorat : une activité
protéiforme (selon l’enquête)
•  Tâches administratives liées au doctorat : Conseil du
labo, Ge...
Le doctorat : une activité
protéiforme (selon l’enquête)
•  Tâches incertaines quant à leur lien avec le doctorat :
Aide d...
Un apprentissage qui utilise toutes
les dimensions
•  Des apprentissages formels : des cours ou
séminaires à finalité éduc...
Les conséquences en matière
temporelle
•  Cela suppose du temps ou des temps
variés
•  Maîtriser une diversité de tâches
•...
Des rapports différenciés au
temps
•  Prendre avec prudence ces résultats du fait de la
difficulté de définir ce qui relèv...
Des rapports différenciés au
temps
•  30,25 h/semaine : un contractuel qui semble s’inscrire dans
une vie étudiante très f...
Des rapports différenciés au
temps•  45,25 h/semaine : Contractuel en 2e année, qui présente
un total horaire important av...
Quelques enseignements
•  Difficultés de certains à mobiliser un temps plein sur le
doctorat
•  Intérêt de faire un bilan ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Intervention Gilles Brougère

639 vues

Publié le

Intervention Gilles Brougère

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
639
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
359
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Intervention Gilles Brougère

  1. 1. Le doctorat, une temporalité complexe à gérer Gilles Brougère
  2. 2. Le doctorat une activité protéiforme •  Le doctorat est à la fois une activité de recherche (un travail) et une formation à la recherche (de façon en partie indissociable) •  L’activité de recherche est elle-même protéiforme •  A cette activité de recherche s’ajoutent des activités de formation spécifique au doctorat (nous reviendrons sur la question de la formation ou de l’apprentissage) •  Une enquête exploratoire sur l’emploi du temps et les activité des doctorant.e.s d’Erasmes (toutes SHS/humanités)
  3. 3. Le doctorat : une activité protéiforme (selon l’enquête) •  Travail direct pour la recherche doctorale (pour la « thèse ») : recueil de données, composition de corpus, revue de littérature, développement du cadre théorique, construction de bases de données, consultation d’articles, écriture et correction, réalisation de graphiques, gestion des références bibliographiques (par exemple dans une base Zotero), transcription d’entretiens, contacts par e-mail pour le terrain, recherche de livres dans différentes bibliothèques, rédaction de fiches de lecture, veille et recherches internet, conception de guides d’entretiens et de questionnaires, préparation de Ma Thèse en 180 secondes, préparation d’une présentation de sa thèse, redéfinir son projet de recherche, activités cliniques, relecture du carnet de recherche, préparation de communication, participation à l’activité d’une association de façon à nouer des liens pour accéder au terrain, rencontre avec son directeur ou sa directrice de
  4. 4. Le doctorat : une activité protéiforme (selon l’enquête) •  Communications et articles : Ecriture et correction d’articles (mais en sciences éco cela fait intégralement partie de la thèse), proposition de communication, recension d’ouvrage, préparation de communication, intervention séminaire •  Formations et conférences : Préparation du TOEC, Réunion BNF et visite des coulisses, Datstream, Formation « Démarrer un blog scientifique », participation à une rencontre/débat en lien avec la thématique de la thèse, participation à des conférences ou des colloques comme auditeur, ateliers dans le cadre du laboratoire, séminaire de M2, Formation à distance (MOOC), Ecoute d’un enregistrement de séminaire, formation à Zotero
  5. 5. Le doctorat : une activité protéiforme (selon l’enquête) •  Activités scientifiques hors thèse : Séminaire du laboratoire, participation à la création d’un groupe de recherche et de formation, organisation d’une journée d’étude, coordination d’un numéro de revue, présentation d’un ouvrage dirigé. •  Activités d’enseignement (et leur préparation ou tâche liées) : Vacations ou mission d’enseignement, formations dans un cadre professionnel (ex. hôpital), préparation validation L2, •  Activités sociales : Rencontre avec des collègues (Cifre), rencontre avec professeurs et doctorants à l’étranger, apéritif entre doctorants, rencontre avec une doctorante pour discuter de nos thèses, discussion de l’avancement de la recherche avec différentes personnes, réseautage
  6. 6. Le doctorat : une activité protéiforme (selon l’enquête) •  Tâches administratives liées au doctorat : Conseil du labo, Gestion mail et planning, Elections E.D., préparation du dossier bourse de mobilité Erasme, organisation des déplacements •  Autres tâches liées au doctorat : Participation à une groupe de travail sur le doctorat, cette enquête, Tri et lecture des mails et anciens documents thèse, réparation de son matériel informatique (globalement entretien de son matériel et mise en place de logiciels), vulgarisation dans différents contextes (dont professionnels ou par rapport au terrain), analyse de pratiques
  7. 7. Le doctorat : une activité protéiforme (selon l’enquête) •  Tâches incertaines quant à leur lien avec le doctorat : Aide d’une doctorante pour sa thèse, soutient pour son mémoire d’un étudiant de master, discussions informelles autour de la thèse lors de sorties, activités artistiques qui peuvent avoir un lien avec la recherche [pose la question d’activités plus ou moins reliées à la thèse et la difficulté de considérer le temps de façon dichotomique] •  Où commencent, où s’arrêtent les activités liées au doctorat, qu’est-ce qui relève de l’activité professionnelle, qu’est-ce qui relève de la formation ?
  8. 8. Un apprentissage qui utilise toutes les dimensions •  Des apprentissages formels : des cours ou séminaires à finalité éducative explicite •  Une multitude d’apprentissage en situations plus ou moins formalisées : socialisation (ou apprentissage tacite), apprentissages fortuits, apprentissage accompagné (apprenticeship), autoformation, etc. •  Selon les spécialistes de ces questions les modalités de tels apprentissages dit informels renvoient à : l’observation, la participation (guidée ou non, analysée en termes d’engagement et d’affordance), l’exploration (curieuse, guidée ou serendipe)
  9. 9. Les conséquences en matière temporelle •  Cela suppose du temps ou des temps variés •  Maîtriser une diversité de tâches •  Etre moteur de ses apprentissages car cela suppose participation et exploration (et non réception et transmission) •  Quelques exemples de la diversité du rapport au temps
  10. 10. Des rapports différenciés au temps •  Prendre avec prudence ces résultats du fait de la difficulté de définir ce qui relève ou ne relève pas du doctorat. •  44,5 h/semaine : un salarié à temps partiel qui travaille beaucoup de week-end •  31,5 h/semaine : un contractuel qui prend conscience du problème à l’occasion de l’enquête : « La réalisation de ce planning en précisant le temps passé et la relation avec la thèse m'a permis de constater que je ne consacre pas suffisamment de temps à la thèse et qu'il me frauderait des échéances (objectifs) à court terme pour la finalisation de ma thèse. »
  11. 11. Des rapports différenciés au temps •  30,25 h/semaine : un contractuel qui semble s’inscrire dans une vie étudiante très festive et a du mal à entrer dans une logique professionnelle. Dit rencontrer des problèmes de motivation, mais que de réaliser ce relevé l’a contraint de se mettre à sa table de travail •  33,5 h/semaine : une contractuelle : « En faisant attention au nombre d’heures “officiellement” dévouées à travailler sur ma thèse : en moyenne, 33 h/semaine, la première pensée serait de se dire, que non, je ne suis pas à temps plein sur ma thèse. Et pourtant, j’y pense à chaque fois que j’ai une conversation qui s’approche de près ou de loin de mon sujet, d’un questionnement, d’un thème que j’aborde. Dans les transports en commun, j’ai toujours un livre ou une publication sur moi, et 50% du temps c’est en rapport avec ma thèse. »
  12. 12. Des rapports différenciés au temps•  45,25 h/semaine : Contractuel en 2e année, qui présente un total horaire important avec une logique qui conduit à compenser par les week-end des jours avec peu ou pas d’activités. •  63 h/semaine : Un contractuel qui utilise les longs voyages en train (entre Paris et sa ville d’origine mais aussi avec ses terrains répartis sur toute la France) pour travailler. A noter qu’il appartient à une famille d’universitaires •  31 h/semaine : temps faible qui pourtant intègre son activité d’enseignement en tant qu’ATER •  53 h/semaine : un ATER ex contractuel qui dit avoir de grandes difficultés à travailler pour sa thèse, les autres tâches (vacations enseignement, direction d’un numéro de revue) envahissant le temps de ce perfectionniste.
  13. 13. Quelques enseignements •  Difficultés de certains à mobiliser un temps plein sur le doctorat •  Intérêt de faire un bilan personnel sur son investissement temporel et l’usage du temps (attention aux impressions fausses en la matière) •  Utiliser la diversité des tâches, se donner des objectifs intermédiaires, faire des échéanciers, prendre au sérieux la question de la gestion du temps. •  Importance d’avoir un cadre de travail et certains salariés disposent de ce cadre qui peut être un atout •  Dans certains cas la description témoigne d’une errance, celle des lieux influant sur celle du temps, où se combine le plaisir d’une grande liberté et le vide d’une absence de contraintes. •  D’autres entretiens conduisent à penser que cette question

×