Up and Under Hors série spécial rugby féminin

1 403 vues

Publié le

Webzine des blogs indépendants de rugby consacré à la Coupe du Monde de rugby féminin.

Publié dans : Sports
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Up and Under Hors série spécial rugby féminin

  1. 1. Le webzine des sites de rugby indépendants / @magUpAndUnder / septembre 2014 Les fill es et le rugby une histoire d'amour qui dure / Un coeur gros comme ça Allez les Bl eues ! / Ne pas vendre les bois du caribou / Résultats & statistiques Parcours sans faute / Mesdames de bronze / manon André / Les Bleues Bell es Girls Lettre à la FFR / Emily Scarratt / Top 8, Elite 2 et fédérale, tous les programmes Wrwc, 6 Nations, Elite, Fédérale, ... Les filles jouent, La France vibre.
  2. 2. à deux doigts Up&Under n'a pas attendu la Coupe du Monde pour être fan de rugby féminin, de ses joueuses et de ses clubs qui oeuvrent au quotidien pour permettre aux filles de s'adonner à leur passion. C'est pourquoi il nous est apparu comme une évidence de leur consacrer un numéro spécial. Dans ces pages, nous vous proposons donc de revivre la formidable épopée de ces Bleues, qui au-delà de leur 3ème place, ont su conquérir les coeurs des supporters et les faire vibrer avec leur jeu, leur engagement, leur combativité et leur générosité. Et parce que le rugby féminin ne se résume pas à l'équipe de France, sa magnifique vitrine, ce numéro est aussi l'occasion de vous présenter les championnats dont les coups d'envoi vont être sifflés dès le 21 septem-bre, ainsi que les calendriers complets du Top 8 et de l'Elite 2 - Armelle Auclair. En ce début de saison, nous reformulons le voeu que la FFR agisse concrètement pour soutenir réellement le rugby féminin et l'aide à se développer, l'engouement et le succès populaire n'étant désormais plus à démontrer. Ce sera d'ailleurs une condition de sa réussite future à l'échelon international, les Anglaises et les Irlandaises ayant déjà pris de réelles mesures pour franchir un nouveau palier. Le Tournoi des 6 Nations 2015 s'annonce en effet plus relevé que jamais et nul doute que nos Bleues auront à coeur de confirmer leur Grand Chelem. En attendant, et à défaut de pouvoir suivre les matches des championnats de l'Elite sur écran, rendez-vous sur le bord des terrains ! Sophie bajadita.com
  3. 3. 5 Les joueuses du XV bajadita 25 lettre à la ffr bajadita 10 9 All ez 14 Les Bl eues Bell es Girls bajadita La Coupe du Monde en chiffres bajadita 21 27 André Emily Scarratt veut faire tomber les clichés XV Ovalie Manon bajadita les Bl eues ! Renvoi aux 22 13 Un coeur gros comme ça XV Ovalie 12 Ne pas vendre les bois du Caribou avant... XV Ovalie 23 lettre aux bleues bajadita 18 Mesdames de bronze XV Ovalie 4 Les fill es et le rugby, une histoire d'amour qui dure bajadita 11 WRWC 2014 Parcours sans faute pour les Bl eues bajadita 16 C'est vraiment féminin, et c'est vraiment du rugby ! Renvoi aux 22 24 Les Anglaises deviennent pro bajadita 29 Championnat bientôt la reprise bajadita
  4. 4. Si les filles jouent à la Barette depuis 1888, les premières équipes de rugby féminin apparaissent en France en 1965, sous l’impulsion de jeunes lycéennes ou universitaires (pour la plupart), désireuses de contribuer de manière concrète à la vaste campagne menée par l’UNICEF contre « la faim dans le monde ». C’est la première apparition en France d’équipes complètes à XV entraînées souvent par des équipes masculines. 4 Les filles & le rugby une histoire d’amour qui dure… Au fil des ans, quelques équipes s’organisent en association loi 1901 pour pratiquer le rugby. C’est à la demande de ces clubs que naît, en 1970, l’ASSOCIATION FRANCAISE DE RUG BY FEMININ (AFRF ) avec des statuts officiellement déclarés en préfecture de Toulouse. La jeune association réunit alors douze équipes sur la trentaine recensée en France : Tarbes, Pau, Villemur, Béziers, Châteaurenard, Bourg-en-Bresse, Toulouse, Freneuse, Paris, Carqueiranne, Bagnères-de-Bigorre et Carmaux. Dès 1973, l’AFRF tente, par des contacts réguliers, de dialoguer avec la Fédération Française de Rugby, mais ce n’est que le 26 octobre 1982 qu’un protocole d’accord est conclu. C’est cette même année qu’Henri Fléchon crée l’équipe de France féminine, avec l’aval de la FFR . Elle est entraînée par Jacky Leterre et Claude Izoard. Le 16 décembre 1983, le Ministre de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs donne son agrément sur le plan national, le N° 1.S.131. Le 23 mai 1984, l’Association Française de Rugby Féminin devient alors la FEDERATION FRANCAISE DE RUG BY FEMININ . En juillet 1989, au cours du Congrès de Bordeaux, le Président Albert Ferrasse fait officialiser l’intégration du rugby féminin au sein de la FFR en créant une commission féminine. Depuis cette date, les équipes féminines et les clubs féminins font partie intégrante de la Fédération Française de Rugby. A cette époque, le rugby féminin compte environ 500 licenciées réparties dans 20 clubs. On en recense, en mars 2006, plus de 5 000 réparties dans 168 clubs dans toute la France, et environ 13 000 aujourd’hui. La nouvelle et dernière étape marquante de l’histoire du rugby féminin est l’obtention, en janvier 2000, du statut de Sport de Haut Niveau. Trois compétitions officielles rythment la vie de l’Equipe de France Féminine : • Depuis 1991, la Coupe du Monde, dont la première a été officiellement reconnue par le Board en 1998, a lieu tous les quatre ans. La France ne l’a jamais encore soulevée. • Depuis 1995, le championnat d’Europe FIRA . La France a remporté le titre en 1986, 1999, 2000 et 2004. • Le Tournoi des V Nations, qui a débuté en 1999, devenu Tournoi des VI nations en 2001. Dans le cadre de cette compétition, l’Equipe de France Féminine s’est adjugée en 2002 son premier Grand Chelem, un second en 2004 , un troisième en 2005 et un quatrième en 2014. Quant aux clubs, à compter de septembre 2014, leurs équipes sont réparties en deux divisions « Elite » : le Top 8 (ex Top 10) et l’Elite 2 « Challenge Armelle Auclair ». Le reste des équipes, qui, jusqu’à présent, évoluaient en Fédérales 1, 2 et 3, va constituer une poule unique appelée « Fédérale ». Carole Durand-Laurier, Laurence Gagliardini , Marjorie Hans , Annabel Donnadieu et Annick Hayraud Coupe d’Europe 1999 Sophie bajadita.com Photos : Collection de l’ex internationale Carole Durand-Laurier
  5. 5. A moins de 30 jours du coup d'envoi des premiers matches de la Coupe du Monde, la préparation des Bl eues s'intensifie. Les joueuses et le staff se sont retrouvés à Tignes, du 16 au 22 juin, pour leur second stage de prépa. Le 1er juillet, elles se sont déplacées à Valladolid pour un match amical contre l'Espagne, qu'elles ont remporté 37 à 3. Elles ont ensuite battu, le 4 juillet, en match amical toujours, l'Afrique du Sud à Marcoussis, 46 à 8 (7 essais au compteur). 5 Dernière étape : le stage, du 13 au 20 juillet, à Falgos. Contrairement aux deux stages précédents, plus axés sur la prépa physique, celui-ci sera centré sur le jeu et la préparation stratégique. WRWC 2014 les joueuses Les 26 joueuses convoquées pour la Coupe du Monde AGRICO LE Sandrine (Rennes), ANDRE Manon (Blagnac-Saint-Orens), ARRICASTRE Lise (Lons), CHOBET Christelle (Lons), DENADA Ï Marine (Montpellier), DIA LLO Coumba (Bobigny), DJOSSOUVI Koumiba (Montpellier), EZANNO Hélène (Lille), GRAND Laetitia (Lons), GRASSINEAU Camille (Bordeaux), GUIG LION Elodie (Perpignan), IZAR Shanon (Lille), KOITA Assa (Bobigny), LADAGNOUS Caroline (Lons), LE DUFF Christelle (Perpignan), LIEVRE Marion (Bobigny), MAYANS Marjorie (Blagnac-Saint- Orens), MIGNOT Gaëlle (Montpellier), N’DIAYE Safi (Montpellier), PORTARIES Elodie (Montpellier), POUB LAN Elodie (Montpellier), RABIER Sandra (Ovalie Caennaise), RIVOA LEN Yanna (Lille), SA LLES Laetitia (La Valette), TREMOU LIERE Jessy (Romagnat), TRONCY Jennifer (Montpellier).
  6. 6. 6 Sandrine AgricolE 34 ans, centre, Stade Rennais. 78 sélections*. Lise Arricastre 23 ans, pilier gauche, RC Lons. 19 sélections*. Manon André 27 ans, 3ème ligne, Blagnac-Saint-Orens Rugby. 37 sélections*. Christell e Chobet 27 ans, pilier, RC Lons. 31 sélections*. Études en kinésithérapie. Commence le rugby à 11 ans. Fan de la passe au pied. Peintre en bâtiment. Commence le rugby à 12 ans, en UNSS au collège. Fan du raffût. Éducatrice socio-sportive. Commence le rugby à 20 ans. Fan de la prise d’intervalles et du coup d'envoi. Ambulancière. Commence le rugby à 16 ans. Fan de la chistéra. WRWC 2014 les joueuses Marine De Nadai 26 ans, 2ème ligne, Montpellier HRC . 23 sélections*. Cumba Diall o 23 ans, 3ème ligne, AC Bobigny. 22 sélections*. Assistante d’éducation. Découvre le rugby à 5 ans, en accompagnant son père à un entraînement. Fan de contre-ruck. Etudiante. Commence le rugby à 19 ans, grâce à son ancien professeur de sport. Fan du raffût (de Nelson Mandela et de Serena Williams). Koumiba Djossouvi 31 ans, 3ème ligne, Montpellier HRC . 14 sélections*. Hélène Ezanno 29 ans, pilier, Lille MRCV . 31 sélections*. Professeur de sports adaptés. Commence le rugby avec Yannick Nyanga, à la fac, à 24 ans. Fan de placage. Ingénieur de recherche au CNRS . Commence le rugby il y a 6 ans, lors d’un tournoi au sein de son école d’ingénieur (Les Ovalies de Beauvais). Fan de porté en touche et de mêlée. * Nombre de sélections avant la Coupe du Monde.
  7. 7. 7 Laetitia Grand 23 ans, 3ème ligne, RC Lons. 16 sélections*. El odie Guiglion 24 ans, ailier, USAP . 10 sélections*. Camill e Grassineau 23 ans, ailier, Stade Bordelais. 9 sélections*. Shanon Izar 21 ans, ailier, Lille MRCV . 7 sélections*. Serveuse. Commence le rugby à 7 ans à l'école de rugby de Montréjeau. Fan de la passe au pied. Commencé le rugby à 7 ans. Fan de cadrage débordement. Apprentie BPJEPS Sports collectifs. Commencé le rugby à 18 ans, lorsqu’elle arrive sur Bordeaux. Fan de beau placage offensif. Etudiante. Commencé le rugby à 19 ans, en club, mais suivait déjà les matches de son frère. Fan de la chistéra. WRWC 2014 les joueuses Assa Koita 2ème ligne, AC Bobigny. 22 sélections*. Caroline Ladagnous 25 ans, arrière, RC Lons. 39 sélections*. Assistante d’éducation. Commence le rugby à 16 ans. Fan de percussions et de placages (de Mohamed Ali, Nelson Mandela et Martin Luther King). Militaire. Commence le rugby à 18 ans, par curiosité. Fan du « ramassage des pâquerettes. » Christell e LeDuff 31 ans, demi d’ouverture ou centre, USAP . 64 sélections*. Marion Lièvre 23 ans, ailière, AC Bobigny. 8 sélections*. Éducatrice au Comité de Rugby du Pays Catalan. Commence le rugby il y a 23 ans. Fan de la passe au pied. Étudiante en kinésithérapie. Commence le rugby il y a 5 ans, à la fac. Fan du double appui. * Nombre de sélections avant la Coupe du Monde.
  8. 8. 8 Marjorie Mayans 23 ans, centre, Blagnac-Saint-Orens Féminin Rugby. 18 sélections*. Safi N’Diaye 26 ans, 3ème ligne, Montpellier HRC . 24 sélections*. Gaëll e Mignot 26 ans, talonneur, Montpellier HRC . 39 sélections*. El odie Portaries 24 ans, pilier, Montpellier HRC . 26 sélections*. Étudiante. Commence le rugby à 10 ans, en allant voir jouer son frère. Fan de plaquage (et de Jonny Wilkinson). Educatrice spécialisée. Commence le rugby à 12 ans, à Castres, par hasard. Fan de percussions. Éducatrice sportive. Commence le rugby à 7 ans (famille de rugbymen). Fan de lancer en touche. Agent de sécurité incendie. Commence le rugby à 8 ans, en suivant un copain à l’entraînement. Fan de la passe sur le pas. WRWC 2014 les joueuses El odie Poublan 25 ans, centre, Montpellier HRC . 39 sélections*. Sandra Rabier 29 ans, 2ème ligne, Ovalie Caennaise. 62 sélections*. Éducatrice sportive. Commence le rugby à 7 ans, en regardant jouer son père. Fan de chistéra. Militaire dans la Marine. Commence le rugby à 9 ans, avec son père, pratiquant et bénévole au Rugby Club Bocage Virois. Fan de raffût. Yanna Rivoalen 25 ans, demi-de-mêlée, Lille MRCV . 10 sélections*. Laetitia Sall es 31 ans, talonneur, RC La Valette. 87 sélections*. Professeur d’EPS . Commence le rugby à 19 ans, après être passée par l’association sportive du lycée et de l’université. Fan de « fixer pour faire jouer ». Professeur d’EPS . Commence le rugby à 13 ans, grâce à ancien joueur du Stade Toulousain M. Serge Gabernet. Fan de lancer. * Nombre de sélections avant la Coupe du Monde.
  9. 9. 9 WRWC 2014 les joueuses Jessy Trémoulière 21 ans, demi d’ouverture ou arrière, Romagnat. 29 sélections*. Jennifer Troncy 27 ans, demi-de-mêlée, Montpellier HRC . 44 sélections*. Étudiante. Commence le rugby à 16 ans, lors d’une journée d’initiation rugby au lycée. Fan de raffût. Éducatrice sportive. Commence le rugby à 7 ans, grâce à son frère jumeau. Fan de la chistéra. Classement final Stats joueuses & équipes 12ème Kazakhstan 11ème Samoa 10ème Afrique du Sud 9ème Espagne 8ème Pays de galles 7ème Australie 6ème Etats-Unis 5ème Nouvelle-Zélande 4ème Irlande 3ème France 2ème Canada 1ère Angleterre joueuses equipes points Emily Scarratt Angleterre 70 Magali Harvey Canada 61 Kelly Brazier Nouvelle Zélande 45 Niamh Briggs Irlande 40 Ashleigh Hewson Australie 39 joueuses equipes essais Shakira Baker Nouvelle Zélande 6 Selica Winlata Nouvelle Zélande 6 Honey Hireme Nouvelle Zélande 5 Tricia Brown Australie 4 Sioned Harries Pays de Galles 4 equipes Points Nouvelle Zélande 245 Angleterre 184 France 139 Canada 113 Irlande 105 WRWC2014 les chiffres Physiquement et techniquement, on a beaucoup évolué, dans le déplacement des joueuses, du ballon, … la mayonnaise prend bien avec les deux générations, sportivement et humainement. La Coupe du Monde, c’est un élément mobilisateur fort. L’aboutissement de 4 ans de travail, la validation de tout le travail réalisé." Christelle Le Duff ,, * Nombre de sélections avant la Coupe du Monde.
  10. 10. All ez les Bleues ! Le 1er août débute au CNR de Marcoussis la coupe du monde de rugby féminin. Douze équipes vont en découdre pendant un peu plus de quinze jours jusqu’à la finale prévue le 17 août au Stade Jean-Bouin de Paris. Quelle nation succèdera à la Nouvelle- Zélande ? Les Black Ferns sont, cette fois encore, les favorites de la compétition. Mais nos Françaises, sacrées dans le dernier Tournoi, avec un grand chelem à la clé, peuvent nourrir de légitimes ambitions. Après tout, elles joueront à domicile. Encore que cet avantage ne soit quelque peu à nuancer du fait de la localisation des matchs qui se dérouleront pour l’essentiel à Marcoussis. On aurait pu rêver mieux pour une coupe du Monde, sachant que les stades ne sont pas franchement débordés d’occupation à cette période de l’année. Peur de ne pas remplir les gradins ? Indisponibilité des enceintes pour cause de repos de pré-saison pour les pelouses ? Quoi qu’il en soit, le système de navettes gratuites mises en place au bénéfices des détenteurs de billets ne palliera pas le manque de visibilité assez dommageable pour des athlètes qui le méritent amplement. Après une phase de préparation intensive, les joueuses de l’équipe de France sont prêtes à vivre une belle aventure qu’on leur souhaite de terminer de la plus 10 belle des manières, par un titre mondial. Pour cela, il leur faudra franchir la phase de poule. Le groupe des bleues est à leur portée. A la différence de leurs homologues masculines, les équipes Sud-Africaine et Australienne qui seront opposées aux Françaises sont loin d’être des ogresses. En match de préparation, l’équipe de Gaëlle Mignot a ainsi très largement battu les Sud-Africaines (46-8). C’est ensuite que le véritable challenge devrait se présenter, avec la perspective d’affronter peut-être l’Angleterre et certainement la Nouvelle-Zélande pour remporter la compétition. Adversaire traditionnelle des Françaises, qu’elles jouent régulièrement depuis 1991, la sélection anglaise s’est inclinée devant les tricolores à l’occasion du dernier tournoi. Mais elles arrivent bien préparées et ambitieuses. Quant aux « Black ferns » néo-zélandaises, elles paraissent quasi-intouchables, elles qui ont remporté les quatre derniers titres mondiaux. Mais sur un match, dans la magnifique enceinte du Stade Jean-Bouin, qui sait si nos Françaises ne parviendront pas à créer l’exploit ? Avec l’état d’esprit affiché depuis le début de leur préparation, les qualités individuelles et collectives qui les caractérisent et, souhaitons-le, un brin de réussite, cette fameuse « chance du champion » avec laquelle rien n’est impossible, nul doute que nos Françaises sauront aller le plus loin possible dans la compétition et, peut-être, apporter un premier trophée mondial au rugby français. Allez les bleues ! Antoine renvoiaux22.fr Photo : equipesdefrance.fr
  11. 11. WRWC2014 Parcours sans faute pour les Bl eues On se doutait bien que cette rencontre serait la moins facile de la poule. Après avoir surclassé le Pays de Galles et l’Afrique du Sud, les Bleues s’attaquaient en effet à un autre morceau de choix. D’autant plus qu’elles n’avaient plus rencontré l’adversaire du jour depuis le match de classement pour la 3ème place de la dernière Coupe du Monde, en 2010, en Angleterre… match qui s’était de surcroît soldé par une victoire des Australiennes 22 à 8. A Marcoussis, il aura donc fallu 30 bonnes minutes pour que les Bleues réussissent à se libérer, juste après le carton jaune infligé à Shannon Parry, et surtout le 1er essai de pénalité obtenu 5 minutes après. 30 minutes compliquées tant les Wallaroos ont fait bloc et se sont évertuées à priver les Bleues de ballons, mais dont la défense, très solide, solidaire et agressive, bref, intraitable, a permis de n’encaisser aucun essai. C’est alors que les Bleues ont fait parler la puissance de leur pack, sous l’impulsion 11 d’une Safi N’Diaye toujours aussi impressionnante, balayant les Wallaroos sur leur passage, pour concrétiser cette domination en marquant un second essai en force signé Gaëlle Mignot, sur un ballon porté, à la 49e minute. Le score de 17 à 3 n’évoluera plus jusqu’au coup de sifflet final, en dépit d’occasions qui n’arriveront pas à franchir la ligne. On pourra regretter leur insistance à jouer au pré, dans l’axe, à se priver de l’alternance dans le jeu qui avait jusqu’à présent fait merveille, alors que des solutions semblaient se proposer sur les extérieurs. Mais l’essentiel est fait, et bien fait : les Bleues, qui terminent, avec 14 points, premières de leur poule et de l’ensemble des poules (Irlande 13 points, Angleterre 12 points), sans avoir encaissé un seul essai, accèdent à la demi-finale à Jean Bouin, et rencontreront les Canadiennes (sorties meilleures deuxièmes avec 13 points), tandis que l’autre demi-finale opposera l’Angleterre à l’Irlande. L’hémisphère nord semble être déjà le premier vainqueur de cette Coupe du Monde, les Black Ferns, quadruple championnes du monde, battues par les Irlandaises, ayant en effet été sorties, à la surprise générale, de la course au titre par le match nul 13 à 13 des Anglaises face aux Canadiennes. La route vers la finale semble donc toute ouverte aux Bleues, plus favorites que jamais. Nul doute qu’elles ne négligeront pas cette belle équipe canadienne (qui dispose de joueuses de talent à l’image de l’ailière Magali Harvey), qu’elles avaient battue en test-match 27 à 19 à Pontarlier le 2 novembre dernier, mais qui avait pris sa revanche à Amnéville 3 jours plus tard en remportant le match 11 à 6. Le challenge va donc être relevé, de haute intensité compte tenu des enjeux, mais au vu de l’état d’esprit, de sa capacité à bien gérer la pression (sportive et médiatique), des talents et du jeu de l’équipe de France, il semble largement à sa portée ! Sophie bajadita.com Photo : twimg.com
  12. 12. Ne pas vendre les bois du caribou avant… Les femmes de François Ratier auront les crocs. Lui le sélectionneur charentais qui le 11 Août 2013 décrochait la Nations Cup avec ses protégées face à l'Angleterre. Pas de longs discours pour lui mercredi, si ce n'est celui de rappeler aux "Rouge et Blanche" que la planète ovale les voit à l'aéroport Charles de Gaule jeudi matin, parce que les Bleues sont fortes, parce qu'elles jouent à domicile. Cependant ce rôle d'outsider conviendra à merveille aux 12 canadiennes, un peu comme il conviendra aux irlandaises face aux anglaises. Faciles vainqueurs du Samoa et de l'Espagne lors des deux premiers matchs de poule, tenant en échec les anglaises dans un étrange match nul envoyant les Blacks Ferns sur la bande d'arrêt d'urgence, les canadiennes scorent 86 points en 3 matchs pour 27 pions encaissés. Déçues de leur dernière Coupe du Monde où elles terminèrent à la sixième place, alors que quatrième lors des trois précédentes éditions, les canadiennes veulent jouer les troubles faits grâce à leur agressivité et leur bon jeu d'avants, deux armes que les Bleues manient à merveille...La Coupe du Monde en France était le principal objectif de François Raiter depuis sa prise de fonction, ses joueuses veulent la lui offrir...Les Bleues sont prévenues ! Demandez le programme ! Greg XVOvalie.com Photo : Ron Leblanc
  13. 13. WRWC2014 Un coeur gros comme ça ! 13 J'avoue ne pas eu avoir envie d'écrire hier soir à l'issue de cette défaite, qui, je ne pensais pas, pouvait moi aussi, me marquer. Au fil de cette compétition, j'ai appris à regarder ce rugby fait d'envie, de dépassement de soi, d'abnégation, de jeu à la main, de jeu debout, de relances depuis son camp, bref ce rugby fait d'ingrédients qu'eurent jadis nos garçons. J'avoue, comme beaucoup, avoir suivi cet élan, cet engouement, car le Mondial était organisé en France, mais il est vrai que je ne prêtais pas suffisamment attention à vous, si ce n'est le dernier Tournoi des VI que vous avez emporté haut la main. Est-ce vraiment ma faute ? Est-ce votre faute ? Je vais mettre cela sur le dos de la Fédération Française de Rugby et des diffuseurs qui pour moi ne promeuvent pas assez votre section. Hier soir comme tout un chacun, j'avais fait de votre rendez-vous la priorité de ma journée. Il me tardait de rentrer pour m'installer confortablement dans mon canapé suédois pour souffrir avec vous. Quelques jours auparavant, sur ce site, j'avais prévenu qu'il ne fallait pas vendre les bois du caribou...Depuis la fin des matchs de poule, Sandrine Agricole et ses soeurs d'armes rappelaient à l'ordre tous ces journalistes qui voyaient déjà se profiler un crunch en finale. Je me faisais du souci dès le coup d'envoi, je vous ai senti plus nerveuses qu'à l'accoutumée, renvoyant au pied là où il y a quelques temps vous auriez tenté une relance à la main, l'adversaire coriace y était pour beaucoup certes. Mais en même temps, je me rassurais du fait que notre défense était imperméable...C'était sans compter les deux coups de poignard canadien, un par Elisa Alarie qui s'extirpa au ras de la mêlée prenant le périphérique toute seule et l'autre splendide de Magali Harvey partie de son camp pour finir 90 mètres plus loin. Un net écart de 12 points et je ne donnais plus très cher de votre peau, de notre peau. C'est alors qu'un surprenant Jean-Bouin poussa encore plus fort derrière vous, entonnant une Marseillaise qui vous révolta. Deux essais sur ballon porté #MadeInBleueFéminine suffisent à entretenir l'espoir d'un retour fantastique. Mais le jeu au pied aura été votre talon d'Achille tout au long de la compétition et comme un symbole, une transformation manquée de Sandrine Agricole brisa votre rêve, notre rêve, de vous voir prolonger ce match. Même dans vos réactions d'après-match et malgré votre tristesse, vous êtes restées dignes, vous avez tenté de garder ce sourire, le même qui illuminait vos visages ébahis de voir tant de gens derrière vous. J'ai eu moi-même du mal à me contenir tant votre tristesse n'avait rien d'un maquillage de façade. Je me lève ce matin avec un mal au coeur qui ne m'a pas quitté. Je n'ai pas envie de vous dire "À dans quatre ans !" sinon nous aurions manqué quelque chose. J'ai envie de vous dire à très bientôt, et je souhaite de tout mon coeur que votre combat pour votre reconnaissance ne dure qu'un temps, un bref temps, vous le méritez tellement. Greg XVOvalie.com greg
  14. 14. Qui aurait parié qu’en pleine semaine du 15 août à Paris, le stade Jean Bouin serait plein ? I l faut l’avouer, pas grand monde. Mais le XV de France féminin en rêvait et les filles ont concrétisé une partie leur souhait. P remier but atteint : Etre en ½ finale de LEUR coupe du monde ; elles l’ont fait grâce à un parcours exemplaire en phases de poule. Mais au-delà de ce parcours et de ses résultats sportifs, les filles du XV de France ont su séduire et conquérir un public. Et elles partent de loin. Je n’hésite pas à dire que nombreux sont ceux, au sein même des instances dirigeantes, qui pensaient et qui pensent que le rugby n’est pas un sport de filles. Il est certain que le casque et le protège-dents font rarement partis de l’attirail d’un sac à main de gonzesse et beaucoup de détracteurs ironiques ont vite assimilé les plaquages vigoureux de nos avants, à des bains de boue raffermissants pour la peau… Certains sont même venus au stade avec un air goguenard, par voyeurisme probablement, afin de satisfaire leur mâle certitude. Ils se manifestèrent par des blagues de gradins au goût douteux : «Poussez madame, poussez! » lors des mêlées ou « On avait dit, pas les vêtements », à l’occasion de plaquages-découpages musclés. Par bonheur, l’immense majorité a su conserver les blagues habituelles unisexes (« Découpe-la », « On connait ton adresse », « Depuis le début » …), adoubant ainsi le rugby féminin comme étant légal du rugby masculin. E t bêtise de certains et méconnaissance totale des autres, n’ont pas empêché nos Bleues Belles Girls d’être dans le dernier carré du mondial et surtout de se faire connaître et de se faire aimer. A ce titre, les réseaux sociaux ont parfaitement joué leur rôle. Il est vrai que les Bleues Belles Girls séduisent et savent entretenir cette séduction, sur le plan sportif tout d’abord, mais aussi sur le plan communication. Les joueuses sont proches de leur groupe, de leur public et elles le veulent. Chacun a besoin de cet échange, les joueuses et le public. On entend bien que Les Bleues Belles Girls #MadeInBleuesDeFrance 14
  15. 15. Les Bleues Belles Girls #MadeInBleuesDeFrance les réponses aux questions des un(e) s et des autres sont spontanées, sans calcul. Ces sportives de haut niveau sont humaines et chaleureuses, bien loin de certain(e)s qui vivent plus pour leurs caprices ou pour leur image sur papier glacé. Elles, sont dans la réalité, dans la simplicité et ont l’avantage de faire rêver. Du coup, le public les protège et les encense, bien loin de l’hypocrisie de certains instances qui s’auto-congratulent et récupèrent bien vite un succès qui n’est pas leur. Même après la défaite face au Canada, leur dignité force l’admiration. Longtemps le public est resté et les a accalmées, une fois la fin du match sifflé. Chacune s’est d’abord ressourcée dans son clan, dans sa famille éparpillée à chaque coin du stade, avant de signer des autographes ou de répondre aux sollicitations des fans. Jeudi, la gueule de bois a certes dû être difficile à faire passer, mais elles se sont remobilisées, elles se sont promis d’accrocher cette 3ème place et le public 15 les a suivies avec un enthousiasme non retombé. Jamais je n’avais vu et entendu une telle ferveur à l’occasion d’un match de rugby et aujourd’hui mon absence de voix est là pour me rappeler l’immense plaisir que j’ai eu d’avoir été la 16ème Femme. I l n’y a eu aucune langue de bois de leur part. Les Bleues Belles Girls ont, non seulement réagi et gagné, mais elles l’ont fait aussi avec la manière. Il fallait en avoir des tripes pour relancer le jeu à la 79ème minute quand on mène de 2 points!!! Tout était possible : un en-avant, un grattage irlandais qui relance l’ultime offensive des filles au trèfle, une perte de balle… Non, au lieu de conserver le cuir et de botter en touche comme le hurlait le banc et tous ceux présents, elles ont relancé et marqué un essai à la 81ème minute ! C’était leur volonté, leur plaisir, leur match. Qu’on arrête de leur parler de « lot de consolation ». Elles n’ont pas à être consolées ; en 2 semaines elles ont grandi, se sont fait connaître et surtout se sont faites respectées.Ce maillot bleu, c’est leur fierté, leur seconde peau, leur rêve de gosse. « Les filles, dessinez-moi un ballon », aurait pu leur demander le Petit Prince. Ce ballon serait fait de leur amitié et de leur courage, de leur sueur et de leur rage. Ce ballon aurait la forme de leur sourire et leurs larmes. A ujourd’hui et demain, il aura la couleur bleue de leur coeur, blanc de leur esprit et rouge de leur combat. Les Bleues Belles Girls ont écrit une magnifique histoire humaine, une histoire de rugby, tout court. Elles ont écrit leur Présent, laissons-leur écrire l’Avenir avec toujours le même enthousiasme et espérons, le même soutien, et souhaitons qu’à l’automne 2015, il y en est une autre à écrire, toute aussi belle… Mais çà, c’est une autre histoire… de rugby… Sabine bajadita.com Photo : ffr.fr
  16. 16. C’est vraiment féminin, et c’est vraiment du rugby Malheureusement, un faux-pas en demi-finale 16 face aux Canadiennes a brisé le rêve de titre mondial de Gaël Mignot et ses coéquipières. Pourtant, l’obstacle nord-américain semblait largement à la portée des Françaises. Plusieurs motifs ont pu expliquer ce revers largement évitable, même si la valeur des canadiennes était indiscutable tout comme leur succès devant les bleues. On peut estimer en premier lieu que le soudain engouement médiatique et populaire autour de cet événement pourtant débuté dans un relatif anonymat et diffusé sur une chaîne confidentielle du service public, a possiblement eu un impact psychologique sur les bleues. Avec l’élimination des Black Ferns et les perspectives soudaines de trophée pour des Françaises jusque là focalisées sur le podium davantage que sur le titre, Safi N’Diaye et ses copines se sont vues attribuer l’étiquette de favorites. Inutile de dire combien cette situation a pu accroître considérablement la pression pesant sur elles. Crispées en début de match face au Canada, faisant des fautes de main et des choix tactiques discutables, elles ont en outre été mises en difficulté dans un secteur qui figurait pourtant au nombre de leurs points fort, à savoir la mêlée. En délicatesse collectivement, les bleues ont également souffert d’une trop grande inconstance au pied. La défaillance individuelle de Sandrine Agricole devant le Canada ne doit pas occulter les carences régulièrement observées dans ce secteur depuis le début de la compétition. Enfin, sans minimiser les prestations de sa remplaçante Jennifer Troncy, l’absence de Marie-Alice Yahé, qui a dû mettre prématurément un terme à sa carrière avant le début de la compétition, a privé le XV de France d’une demi-de-mêlée expérimentée et sans doute mieux armée pour gérer les temps faibles de son équipe. Malgré tout, contre le Canada comme lors des matchs de poules face au Pays de Galles et l’Australie, les bleues ont su accélérer et retrouver leur rugby en jouant au ras et en privilégiant le combat pour fixer leurs adversaires dans l’axe et progresser tout en minimisant les risques de contre, avant, le cas échéant, d’écarter le ballon. Cette tactique faillit être payante mais, trop tardive, elle laissa les bleues à deux points des Canadiennes. Lors de la petite finale, les joueuses de Nathalie Amiel ont également été secouées et même menées au score. Heureusement, jamais décrochées, elles sont parvenues en définitive à prendre le dessus sur l’Irlande. Une défaite aurait certainement gâché ce qui fut, pendant quinze jours une fête du rugby féminin et plus particulièrement de celui de France. La troisième place obtenue sur des vertus de combat autant que sur le talent des joueuses de cette équipe valide les efforts consentis par ces amatrices pour atteindre l’objectif qu’elles s’étaient assigné. On serait tenté d’ajouter que ce podium mondial permet au rugby féminin français Au terme d’un match compliqué contre de coriaces Irlandaises qui n’étaient pas là par hasard, l’équipe de France féminine de rugby a remporté la petite finale de la coupe du monde. La satisfaction légitime d’une troisième place obtenue pour la première fois depuis 2006 est naturellement occultée par l’espoir de titre qui animait les bleues après l’élimina-tion en phase qualifica-tive de la Nouvelle Zélande, archi-favorite de la compétition.
  17. 17. C’est vraiment féminin, et c’est vraiment du rugby d’envisager positivement l’avenir. Il est malheureusement assez douteux que la belle aventure des bleues change quoi que ce soit à la situation peu enviable dans laquelle il se trouve. Comme on l’a évoqué sur www.Renvoiaux22.fr au lendemain du grand Chelem obtenu en début d’année ou comme l’a décrit très précisément Sophie Surrullo sur le site www.Bajadita.com, la fédération française n’a pas fait grand chose pour favoriser l’essor du rugby féminin de haut niveau. Pis, la réforme des championnats intervenue l’an passé provoque un nivellement par le bas et prive les meilleures françaises des conditions nécessaires à leur épanouissement technique et tactique. Sur le plan médiatique, s’il faut certes saluer les efforts du service public qui a diffusé les matchs des bleues dans cette compétition et lors du dernier Tournoi, on peut craindre que l’ovalie féminine ne retourne à l’anonymat sitôt la Coupe du monde repartie vers l’Angleterre, vainqueur du Canada en finale. Certains signes sont encourageants, comme le recrutement de Marie-Alice Yahé par Canal plus en qualité de consultante, ou les nombreuses marques de soutien manifestées par les joueurs professionnels français dans les médias et sur les réseaux sociaux. Indubitablement, le rugby pratiqué par les bleues pendant la quinzaine ont régalé ceux que le rugby « rentre-dedans » de leurs collègues du Top14 finit par lasser. Néanmoins, la belle bataille remportée par le XV de France Féminin après quinze jours de joutes splendides, loin d’être un aboutissement, n’est qu’une étape vers une réelle reconnaissance de ce sport. D’autres combats seront à livrer. Le problème est qu’ils devront l’être en premier lieu contre la fédération chargée de le promouvoir. On s’en voudrait de terminer ce billet sur une note négative. Aussi adressons-nous les plus chaleureuses félicitations aux tricolores et leur souhaitons de continuer à faire la démonstration que, n’en déplaise à certains, leur sport est vraiment féminin. Et que c’est vraiment du rugby. 17 Antoine renvoiaux22.fr Photo : ffr.fr/ florettepaquerette.com/ twimg.com/ phots.be.com/ rwcwomens.com
  18. 18. WRWC2014 Mesdames de bronze ! Marjorie Mayans. Difficile de se remobiliser après la déconvenue canadienne d'une demi-finale restée en travers de la gorge, mais les Bleues se devaient d'aller chercher cette médaille pour ses soutiens, pour ses supporters, pour elles, pour ses retraitées et pour son avenir. Le public de Jean- Bouin répondit encore présent, fidèle depuis le début de ses phases finales, entonnant une Marseillaise à tue tête. Les françaises sont prises à la garguante dès le coup d'envoi, elles renversent tour à tour de puissantes irlandaises qui investissent la ligne d'en-but française. Elles craqueront une première fois sur un essai de Briggs avant de se révolter sur fameux ballon porté dont elles useront 18 voire même abuseront tout au long de la partie. Malgré le retour au score des tricolores, les irlandaises sentent les Bleues fragiles psychologiquement et imposent une défense inversée qui coûtera sa place à Sandrine Agricole dont les côtes céderont partiellement. Son remplacement est inéluctable, elle quitte le terrain sur civière pour son dernier match. Plus tard Trémoulière, sa partenaire de chambre lui rendra hommage en inscrivant un essai tout en larmes qu'elle lui dédiera. L'instant est poignant. Les Françaises sont agressives dans le sillage d'une Marjo Mayans dézinguant ses adversaires avec férocité. Mais en fin de première, la défense bleue craquera à nouveau laissant la trois-quart centre Davitt profiter d'un rebond favorable et d'un télescopage bleu pour inscrire le deuxième essai du Trèfle. Bien qu'inscrit en fin de première, cet essai ne fragilisera pas le mental de nos filles bien au contraire. Elodie Guiglion inscrira un doublé permettant à la France de monter sur la troisième marche du podium, laissant le XV du Trèfle sur les bas-côté et derrière le Canada second et l'Angleterre Championne du Monde. Photo : who-when-where-photo.blog.leparisien.fr Greg XVOvalie.com
  19. 19. ,, Je crois que les gens ne comprennent pas à quel point toutes les joueuses sur le terrain sont importantes. Ils voient juste la finition, mais le reste de l'équipe fait un travail aussi important. Magali Harvey
  20. 20. 20 L'ailière Magali Harvey élue meilleure joueuse de l'année C'est à l'école secondaire que la québécoise Magali Harvey découvre le rugby, elle qui avait commencé par jouer au soccer. Agée de 24 ans, elle évolue en tant qu'arrière ou ailière dans le Club de rugby de Québec et au sein de l'équipe nationale du Canada de rugby à XV féminin. Elle joue également pour l'équipe nationale à 7 depuis septembre 2010 lors du tournoi de Las Vegas, où elle fait son entrée. Elle a d'ailleurs marqué une pause dans ses études à l'Université St. Francis Xavier pour faire partie de l'équipe qui ira aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016. Sophie bajadita.com Photos : ipcdn.ca/ postmediaprovince.files.wordpress.com/ twimg.com/
  21. 21. Emily Scarratt veut faire tomber les clichés ! 21 La talentueuse centre anglaise, toute récente détentrice de la dernière Coupe du Monde organisée à Paris, souhaite profiter de l'engouement provoqué par cette compétition, pour changer la perception du rugby féminin dans son pays. "Laisse le rugby aux hommes!". Voilà ce que toute rugbywoman a dû entendre au moins une fois dans sa vie, Emily ne s'en cache pas. Son adolescence ne fût pas facile, entourée par ces mecs aux regards machistes. Emily a su faire abstraction de tout cela, elle qui à l'époque, se lança dans ce sport qui en 10 ans a vu doubler son nombre de licenciées. Une industrie fleurissante comme on dit... Emily peut faire valoir ses propres arguments pour convaincre, scorant pas moins de 16 points sur les 21 victorieux en Finale contre le Canada, et affichant un 79% de réussite au pied (un peu mieux que Jonny Wilkinson lors de sa dernière Coupe du Monde). Ces attitudes machistes envers moi ne me dérangent pas, au contraire elles me motivent pour les affronter. Toute personne qui pense que les femmes ne devraient pas jouer au rugby n'a jamais vu un match féminin. Je ne peux que lui conseiller d'en regarder un. Si c'est un vrai fan de rugby, il appréciera". ,,
  22. 22. Emily Scarratt veut faire tomber les clichés ! 22 Greg XVovalie.com Loin des stéréotypes, Emily grandit dans la ferme de ses parents près du Leicestershire. "J'ai commencé le rugby à cinq ans. Mon frère Joe, de trois ans mon aîné et mon père, avions l'habitude de descendre à Leicester Forest quand mon frère avait huit ans. Je n'avais pas l'intention de jouer au rugby, c'était histoire de passer le temps. Quand un jour, un des coaches, m'a demandé si je voulais faire quelques passes avec lui, et en pratiquant, je me suis rendu compte que c'était finalement pas si mal." Jusqu'à son douzième anniversaire, Emily jouait dans des équipes de garçons avant d'intégrer une équipe féminine. Emily avait un certain gabarit et rencontrait des moqueries de la part de ses camarades de classe qui comprenaient pas que ces Photo : independent.co.uk/ telegraph.co.uk Source : rugbymail.com principales préoccupations n'étaient pas ses vêtements, son petit-copain ou encore son maquillage. "Cela ne m'intéressait pas vraiment, à l'inverse de la majorité des filles ce n'était pas le coeur de mes préoccupations. Moi j'adorais jouer au rugby". Malgré des audiences records et un engouement sans précédent, le chemin vers la reconnaissance du rugby féminin est encore long. 48h après avoir remporté le graal à Paris, Emily Scarratt enfilait son costume de professeur de sport dans un collège de Birmingham. Sauf que le périple vers le professionnalisme peut s'accompagner de changements physiques, à l'image des carrures mâles qui ont pris un sacré coup de muscle en l'espace de vingt ans. Tu dois être costaud pour faire du rugby, mais le fait que nous soyons des femmes ne veut pas dire que nous pouvons pas être physiquement sur-développées mais personnellement, je n'ai pas envie de ressembler à ça. Je veux continuer à porter mes robes et être belle..." Pas de doute là-dessus, Emily est toujours aussi belle... ,,
  23. 23. Lettre aux Bl eues 23 Ca y est, la vague est passée. Après le temps de l’action, voici celui de la réflexion… et de la réaction : exprimer et vous dire les émotions et sentiments qui m’ont animée tout au long de cette Coupe du Monde. 1 Le plaisir De vous voir jouer, comme à chaque fois. Avec cette envie, ce coeur, cette détermination et cette force collective qui vous caractérisent, comme à chaque fois. Le plaisir également de voir et de vivre l’enthousiasme de spectateurs, de téléspectateurs et de vos pairs, qui découvraient ou redécouvraient que le rugby féminin était plaisant, intéressant, passionnant à regarder, autant voire même plus parfois que le rugby masculin devenu trop souvent frileux et formaté. Grâce à votre Grand Chelem et à cette 3ème place, vous avez définitivement fait gagner à votre sport ses lettres de noblesse et montré que vous pouviez créer, vous aussi, à Marcoussis et Jean Bouin comme vous l’aviez fait à Grenoble, Blagnac ou Pau, des ambiances de feu, dans des stades pleins. 2 La joie Bien évidemment, à chacune de vos envolées, à chacun de vos points marqués, à chacune de vos victoires. 3 La tristesse De ce match face aux Canadiennes, qui vous a échappé de si peu ... 4 La fierté Parce que vous portez toujours haut et fort votre sport et vos couleurs, toujours avec envie, détermination, disponibilité, intelligence, spontanéité ... et sourires, malgré la pression et même dans la défaite. Votre plaisir de jouer, les filles, est littéralement contagieux ! 5 La surprise De voir autant de médias s’intéresser enfin à vous, même si parfois ils l’ont fait avec beaucoup de maladresse, découvrant, pour la plupart, le rugby féminin, son univers et ses spécificités. Cette nouvelle couverture médiatique, vous la valez bien. Nous le savions depuis longtemps. Il n’en manquait plus à certains que la preuve. C’est chose faite. Les audiences télé et le nombre de spectateurs à Marcoussis et à Jean Bouin en attestent sans doute possible. Je souhaite à présent qu’elle perdure et que le rugby féminin, après avoir été ainsi mis en lumière, ne retombe pas dans l’ombre. Quoi qu’il en soit, nous serons toujours derrière vous. Rendez-vous en septembre pour le coup d’envoi de vos championnats respectifs. En attendant, savourez bien cette 3ème place, que vous êtes allées chercher avec talent, coeur et panache. Il ne me reste qu’à vous remercier de nous avoir fait autant vibrer, dans une ambiance incroyable. Vous avez été une formidable vitrine pour votre sport et pour tous ces clubs, trop souvent oubliés, qui oeuvrent au quotidien, de manière totalement bénévole, à faire vivre le rugby à XV féminin, que ce soit en Elite 1, en Elite 2 – Armelle Auclair ou en fédérales, contre vents et marées. Si vos aînées ont été des pionnières, et ont contribué à faire vivre le rugby féminin, vous avez apporté, de fort belle manière, votre pierre à l’édifice et à l’histoire de votre sport. Sophie bajadita.com Sophie
  24. 24. Les anglaises deviennent professionnelles ! Douze joueuses du squad féminin anglais vainqueur à Paris vont se voir offrir des contrats fédéraux avec la RFU portant à vingt le nombre de joueuses professionnelles potentiellement sélectionnables pour les Jeux Olympiques de Rio Elles seront au nombre de vingt : le squad du Rugby à VII féminin ainsi que 12 joueuses ayant remporté la dernière Coupe du Monde à Paris. On vous parlait hier, lors de notre focus sur Emily Scarratt, que le chemin vers le professionnalisme serait long. Forcé de constater qu'il va être bien plus court pour certaines. Cette décision de créer des contrats fédéraux dans le rugby féminin anglais est motivée par l'envie de la Fédération de garder toutes ses chances de succès face aux autres nations. Des anglaises 24 Greg XVovalie.com Photo : : dailymail.co.uk championnes à Paris, beaucoup sont étudiantes, professeurs, coach personnel, plombier même. Elles ont dû sacrifier leur emploi, prenant des jours chômés non payés, pour pouvoir disputer cette compétition. Désormais avec ces contrats, les filles pourront s'entraîner 5 jours par semaine à Twickenham, prétendre ainsi à un succès dans les World Seven Series, se qualifier pour les JO de Rio sous l'Union Jack et jouer à XV à un haut niveau. Un exemple à suivre pour la France ?
  25. 25. Lettre à la ffr 25 Quel contraste ! Alors que les Anglaises ont été sacrées championnes du monde, la RFU annonce d’ores et déjà la mise sous contrat pro de 20 joueuses à 7, dont 12 évoluent avec le XV de la Rose. Non seulement la RFU prépare de la plus belle des manières son équipe à 7 pour les prochains JO, mais elle donne également aux joueuses du XV concernées des conditions optimisées pour asseoir leur suprématie, si besoin en était, dans leurs rencontres à XV. Un acte concret et pragmatique, doublé d’une portée hautement symbolique : celle d’une belle reconnaissance et d’un témoignage fort de l’estime réelle portée à leur rugby féminin. De l’autre côté de la Manche, chez nous les Gaulois donc, la principale action notable entreprise par la FFR pour aider nos internationales à gagner le titre suprême a été de réduire de manière drastique les matches joués en Elite 1, avec le Top 10 réparti en deux poules de cinq, pour leur donner ainsi de meilleures conditions de préparation. C’est en tous les cas l’argument majeur que vous avez donné pour justifier cette réforme de l’élite, décidée sans consulter les clubs, avant l’été 2013 . Or, force est malheureusement de constater que, sans minimiser la très belle performance des Bleues, cela n’aura servi à rien, si ce n’est à déstabiliser les clubs de l’élite concernés et le championnat. Le Stade Bordelais et Lons en ont durement subi les conséquences. Il suffit en effet de regarder le palmarès de l’équipe de France Féminines pour le constater : 1ère Coupe du Monde à Cardiff en 1991 : France 3ème 2ème Coupe du Monde à Edimbourg en 19 94 : France 3ème 3ème Coupe du Monde à Amsterdam en 19 98 : France 8ème (sur 16 nations engagées) 4ème Coupe du Monde à Barcelone en 2002 : France 3ème (sur 16 nations engagées) 5ème Coupe du Monde en 2006 à Edmonton : France 3ème 6ème Coupe du Monde en 20 10 à Londres : France 4ème 7ème Coupe du Monde en 20 14 à Paris : France 3ème En quoi cette réforme a t-elle donc aidé nos internationales à faire mieux que leurs aînées ? Comment imaginer une équipe de France forte avec des championnats affaiblis par manque de temps de jeu en compétition ? Le jeu en valait-il la chandelle ?… Et que penser de la réforme des championnats de fédérales, décidée elle aussi à la fin du mois de juin de manière unilatérale, sans que les clubs concernés ne soient consultés, qui déstabilise à la fois ces clubs et risque de mettre en danger la santé des joueuses, voire de les dégoûter de jouer au rugby ?… Avec des équipes qui jusqu’à présent jouaient à 12 et qui vont devoir constituer des équipes pour jouer à 15, en se mettant à jouer un autre rugby, avec simplement deux mois pour s’organiser ? Vous auriez voulu décourager les filles de jouer au rugby et les clubs qui les accueillent, vous n’auriez pas mieux fait. 1 / 2
  26. 26. Lettre à la ffr 26 2 / 2 Que penser enfin d’une fédération qui a clamé haut et fort pendant 10 jours son amour du rugby féminin, fédé pourtant grande absente de l’intégration d’un plan de féminisation dans les fédérations où 4 fédé sont déjà engagées (foot, basket, hand et cyclisme), et qui ne compte que deux femmes sur 37 dans son comité directeur et une femme sur 23 élus au bureau fédéral ?… France Féminines a réalisé un très beau parcours, fait vibrer et soulevé les foules. Grâce à cette Coupe du Monde et à sa médiatisation, le public a pu découvrir ou redécouvrir que le rugby féminin était un sport à part entière, plaisant et passionnant à regarder. C’est une belle victoire. Parce que cette équipe a été une vitrine incroyable pour son sport et tous ces clubs, qui oeuvrent au quotidien, de manière totalement bénévole, à faire vivre le rugby à 15 féminin, que ce soit en Elite 1, en Elite 2 – Armelle Auclair ou en fédérales. Les taux d’audience record et les stades pleins en sont désormais, la preuve irréfutable. Vous ne pourrez donc plus dire que le rugby féminin ne se vend pas (d’ailleurs, vous auriez été surpris, je pense, du nombre de vente de tee-shirts, maillots ou autres goodies à l’effigie de la Coupe du Monde et de France Féminines si vous aviez eu l’idée d’en proposer à Jean Bouin). Non seulement il a conquis de nombreux adeptes, mais il a définitivement gagné ses lettres de noblesse. Le problème reste que sans votre soutien clairement affiché, réel et surtout concret, cette médiatisation va très rapidement s’essouffler et l’engouement retomber, alors que les filles ont conquis, avec leur jeu, leur envie, leur fraîcheur et leur panache (qui font tant défaut à notre XV masculin), un large public et sans doute suscité des « vocations » de joueuses. Ils pourraient continuer, par exemple, avec la diffusion de tous les matches du Tournoi des 6 Nations au lieu de deux, de celle des matches de phases finales de l’Elite 1, en les organisant en lever de rideau de matches du Top 14 (et ne venez pas me dire qu’elles vont abîmer la pelouse, celle de Jean Bouin était pratiquement intacte après 3 matches d’affilée), ou par la diffusion en streaming vidéo live de certaines affiches du Top 8. Ou encore, et c’est la moindre des choses, par une communication régulière sur ces championnats qui méritent d’être valorisés. Bref, il y a plein de choses à faire pour toutes ces joueuses (plus de 12 000 licenciées) et leur public, il suffit de le vouloir. Surtout, n’attendez pas que le retard accumulé ne puisse plus être comblé. Parce que messieurs, vous l’avez vécu en direct pendant 10 jours : le rugby féminin, c’est du rugby, et c’est féminin ! Et c’est ça qui plait ! Sophie Sophie bajadita.com
  27. 27. andré manon J'ai l'impression que l'on n'a pas tout perdu. Parler avec Manon André de l'association Rebonds! où elle travaille en tant qu'éducatrice socio-sportive depuis 6 ans nous a immanquablement conduites à évoquer la Coupe du Monde, les clubs et le devenir du rugby féminin que les Bleues ont porté, durant 10 jours, haut et fort. C'est déjà la reprise avec ton club, le Blagnac-Saint-Orens-Rugby Féminin ? Oui, j'ai eu une petite semaine de répit juste après la Coupe du Monde, on a fait un stage ce week-end et le début du championnat va vite arriver. (NDLR Le Top 8 reprend le 21 septembre et le BSORF affrontera l'Ovalie Caennaise). Dans un Top 8, nouvelle configuration à nouveau... Effectivement, puisque l'on revient à 8 équipes au lieu de 10. Comment s'est passé ton retour après cette Coupe du Monde ? Ca a été difficile de se dire que c'est fini. J'avais déjà participé à la Coupe du Monde 27 en 2010 et je m'étais dit que pendant 4 ans, j'allais me donner les moyens de faire celle-ci. Dans ma tête, j'avais donc un objectif sur 4 ans, jusqu'au 18 août, et me dire que ça y est c'est fini, j'ai atteint mon objectif... avec en plus cet événement qui a été grandiose, et une grosse déception de ne pas pouvoir aller en finale et être championnes du monde... Ca a été beaucoup d'émotions sur les huit derniers mois. C'est aussi 4 ans qui s'achèvent, j'ai un peu de mal à dire que c'est fini, et en même temps j'essaie de laisser durer le plaisir. En fait, c'est impossible de couper d'un coup et de passer à autre chose. Même si j'ai repris presque de suite le travail et mes entraînements avec le club. J'ai eu très peu de répit en fait. J'ai l'impression qu'il s'en ait fallu de peu pour que vous alliez en finale. Qu'est-ce qui vous a manqué ? On perd sur 10 minutes de temps de jeu où on prend deux essais, c'est très déstabilisant. Mais pour moi, on ne perd pas que sur ces 10 minutes, en première mi-temps on a eu des temps forts et on n'a pas réussi à concrétiser, on a fait des erreurs stratégiques, et après on relève la tête sur la fin de la seconde mi-temps, mais c'est trop tard. Je n'ai pas de regret sur la préparation de ce match avec le groupe. Ce sont surtout des erreurs stratégiques sur le moment. (silence) Et puis, c'est une équipe en face qui ne démérite pas ! On ne s'était pas donné cette issue. On avait tous les outils. C'est très décevant. Parfois, dans
  28. 28. andré manon J'ai l'impression que l'on n'a pas tout perdu. ces périodes-là, on rêve de matches, de compositions d'équipe, ... Et quand je me suis réveillée le lendemain matin, je me suis dit "ah non, ce n'était pas un rêve, on a vraiment perdu". On a su relever la tête rapidement pour aller décrocher cette 3ème place et on s'est fait plaisir sur ce match.Cela aurait été fantastique, cela aurait été l'apothéose de gagner. Passer de l'ombre à la lumière... ce n'est pas évident. Vous avez bien géré cette nouvelle pression. Et vous avez fait découvrir le rugby féminin, vous avez offert beaucoup d'émotions. J'espère que cela va être suivi d'effet, par la FFR et par les médias notamment. Oui, j'ai l'impression que l'on n'a pas tout perdu. Il y a cette 3ème place, mais il y a eu aussi cette lumière médiatique sur le rugby féminin, même si je pense qu'elle va retomber. Au moins, les gens savent que le rugby féminin existe. Après, si la fédé continue à communiquer sur nous 28 Manon André et Marjorie Mayans. Sophie bajadita.com Photo : : Serge Gonzalez/ rugbyrama.fr comme ils l'ont fait pour cet événement et les médias, à votre image, à s'intéresser à nous, peut-être qu'il sera possible que le public puisse continuer à nous regarder. Que penses-tu des joueuses à 7 anglaises qui viennent de passer pro dont 12 font partie du XV de la Rose ? Ca prouve que c'est par la professionnalisation que le rugby féminin pourra élever son niveau. Ceci dit, les Anglaises avaient déjà beaucoup plus de moyens techniques que nous. Si j'ai bien compris, elles n'étaient pas professionnelles, mais elles avaient à disposition toute l'année un préparateur physique et des accès à des salles de sport. Nous, on se paie une salle de sport, on reçoit des programmes physiques par internet et on se prépare toutes seules. Ces préparations individualisées, je pense que c'est la petite différence qui peut faire le résultat au final. Le fait qu'elles soient pro, cela confirme que les résultats passent aussi par là. Même si je sais aussi que si on passait pro, les valeurs humaines auxquelles je suis très attachée, se dilueraient parce que le plaisir de jouer ne serait plus le seul moteur. Après, quand je vois les états physiques et mentaux dans lesquels je me suis mise pour préparer cette Coupe du Monde, parce que j'ai enchaîné préparation physique, travail, vie familiale, etc., je me dis que parfois, ce n'est pas humain. On se fait mal. Etre pro pourrait réduire ça. J'ai donc un peu peur de la dérive liée à l'argent, mais d'un autre côté on sait toutes d'où on vient. Manon, le mot de la fin... On parlait de la grosse médiatisation. J'espère que cela portera ses fruits dans les clubs. Parce que c'est la base pour avoir une équipe nationale performante. J'espère que les clubs auront les moyens et que l'on continuera à s'intéresser à nous.
  29. 29. Championnats féminins : c'est bientôt la reprise ! Up&Under vous dit tout ce qu'il faut savoir sur le Top 8, l'Elite 2 - Armelle Auclair et la Fédérale unique : clubs, stades où aller voir jouer les filles et calendriers. 29 Manon André et Marjorie Mayans. Sophie bajadita.com Elite 1 C'est le 21 septembre que le coup d'envoi de la nouvelle saison du Top 8 va être donné. Les clubs en lice Montpellier USAP XV Féminin Roussillon Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin Stade Rennais Rugby Lille Métropole RC Villeneuvois L'Ovalie Caennaise AC Bobigny 93 Rugby Rugby Club Valettois Revestois Où all er les voir jouer ? Stade Sabathe, 18 rue Saint Cleophas, Montpellier Stade Roger Ramis, 4 rue du Vilar, Perpignan Stade Ernest Argelès, Descente du Ramier, Blagnac Stade Alain Crubille, rue du Patis Tatelin, Champ Orand, Rennes Stade E. Thery, rue de Ticleni, Villeneuve d'Ascq Stade Helitas, avenue Albert Sorel, Caen Stade Henri Wallon, avenue du Président Allende, Bobigny Stade Félix Rougier, avenue François Duchatel, La Valette du Var
  30. 30. Championnats féminins : c'est bientôt la reprise ! 30 Sophie bajadita.com PROGRAMME Calendrier de la saison (phase de qualification). Attention, les horaires sont susceptibles d'être parfois modifiés 21/09 USAP XV Féminin / Lille Métropole RC Villeneuvois 11 h Montpellier / Stade Rennais Rugby 13 h Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin / L'Ovalie Caennaise 14 h 30 Rugby Club Valettois Revestois / AC Bobigny 93 Rugby 15 h 28/09 AC Bobigny 93 Rugby / Montpellier 15 h Stade Rennais Rugby / USAP XV Féminin 15 h Lille Métropole RC Villeneuvois / Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin 15 h L'Ovalie Caennaise / Rugby Club Valettois Revestois 12 h 12/10 USAP XV Féminin / AC Bobigny 93 Rugby 15 h Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin / Stade Rennais Rugby 15 h L'Ovalie Caennaise / Lille Métropole RC Villeneuvois 15 h Montpellier / Rugby Club Valettois Revestois 15 h 19/10 AC Bobigny 93 Rugby / Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin 15 h Stade Rennais Rugby / L'Ovalie Caennaise 15 h Montpellier / USAP XV Féminin 15 h Rugby Club Valettois Revestois / Lille Métropole RC Villeneuvois 15 h 26/10 L'Ovalie Caennaise / AC Bobigny 93 Rugby 15 h Lille Métropole RC Villeneuvois / Stade Rennais Rugby 15 h Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin / Montpellier 15 h USAP XV Féminin / Rugby Club Valettois Revestois 15 h
  31. 31. Championnats féminins : c'est bientôt la reprise ! 09/11 AC Bobigny 93 Rugby / Lille Métropole RC Villeneuvois 15 h Montpellier / L'Ovalie Caennaise 15 h USAP XV Féminin / Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin 15 h Rugby Club Valettois Revestois / Stade Rennais Rugby 15 h 23/11 Stade Rennais Rugby / AC Bobigny 93 Rugby 15 h L'Ovalie Caennaise / USAP XV Féminin 15 h Lille Métropole RC Villeneuvois / Montpellier 15 h Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin / Rugby Club Valettois Revestois 15 h 31 Sophie bajadita.com Matches retour 30/11 Stade Rennais Rugby / Montpellier 15 h Lille Métropole RC Villeneuvois / USAP XV Féminin 15 h L'Ovalie Caennaise / Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin 15 h AC Bobigny 93 Rugby / Rugby Club Valettois Revestois 15 h 14/12 Montpellier / AC Bobigny 93 Rugby 15 h USAP XV Féminin / Stade Rennais Rugby 15 h Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin / Lille Métropole RC Villeneuvois 15 h Rugby Club Valettois Revestois / L'Ovalie Caennaise 15 h 21/12 AC Bobigny 93 Rugby / USAP XV Féminin 15 h Stade Rennais Rugby / Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin 15 h Lille Métropole RC Villeneuvois / L'Ovalie Caennaise 15 h Rugby Club Valettois Revestois / Montpellier 15 h
  32. 32. Championnats féminins : c'est bientôt la reprise ! 11/01 Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin / AC Bobigny 93 Rugby 15 h L'Ovalie Caennaise / Stade Rennais Rugby 15 h USAP XV Féminin / Montpellier 15 h Lille Métropole RC Villeneuvois / Rugby Club Valettois Revestois 15 h 18/01 AC Bobigny 93 Rugby / L'Ovalie Caennaise 15 h Stade Rennais Rugby / Lille Métropole RC Villeneuvois 15 h Montpellier / Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin 15 h Rugby Club Valettois Revestois / USAP XV Féminin 15 h 29/03 Lille Métropole RC Villeneuvois / AC Bobigny 93 Rugby 15 h L'Ovalie Caennaise / Montpellier 15 h Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin / USAP XV Féminin 15 h Stade Rennais Rugby / Rugby Club Valettois Revestois 15 h 12/04 AC Bobigny 93 Rugby / Stade Rennais Rugby 15 h USAP XV Féminin / L'Ovalie Caennaise 15 h Montpellier / Lille Métropole RC Villeneuvois 15 h Rugby Club Valettois Revestois / Blagnac Saint-Orens Rugby Féminin 15 h 32 Sophie bajadita.com Phases finales A l'issue des phases de poule, les clubs classés 1er, 2ème, 3ème et 4ème seront qualifiés pour les demi-finales. L'équipe classée 8ème affrontera en match de barrage d'accession la 1ère du championnat de l'Elite 2 pour assurer son maintien ou descendre. Les 1/2 finales (1er VS 4ème et 2ème VS 3ème) sont prévues le 26 avril, la finale le 3 mai, sur terrain neutre. Le match de barrage aura lieu, quant à lui, le 10 mai.
  33. 33. Championnats féminins : c'est bientôt la reprise ! ELITE 2 - Challenge Armelle Auclair Cette saison, l'Elite 2 compte 16 clubs, répartis en deux poules géographiques de 8. Elle accueille les deux équipes ayant terminé 8ème et 9ème du Top 10 (2x5) 2013-2014 (Stade Bordelais et Lons) et 6 équipes du championnat de Fédérale 1 2013-2014 (RC Sélestat Giessen, AS Rouen Université Club, Maison Lafitte Saint Germain Poissy, US Neracaise, Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby, Castres Rugby féminin). Comme pour l'Elite 1, le coup d'envoi va être sifflé le 21 septembre. 33 Sophie bajadita.com Les clubs en lice / POULE 1 Rugby Sassenage Isère Lyon OL U RC Sélestat Giessen RC Chilly Mazarin CSM Genevillois Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne AS Rouen Université Club Maison Lafitte Saint Germain Poissy Les clubs en lice / POULE 2 Stade Toulousain Rugby Féminin Castres Rugby Féminin Stado Tarbes Pyrénées Rugby RC Lonsois AS Bayonnaise US Neracaise Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby Stade Bordelais ASPTT Où all er les voir jouer ? Stade des Iles, rue du 8 mai 1945, Sassenage Matmut Stadium, rue Oradour-sur-Glane, Venissieux Stade Grubfeld, rue des Sapins, Sélestat Complexe sportif Jesse Owens, rue de l'Europe, Chilly Mazarin Stade Claude Luboz, Parc des Sports, 201 ave Laurent Cély, Gennevilliers Stade des Pérouses, avenue des Pérouses, Romagnat Stade de l'ASRUC , 37 rue de la Croix Vauboix, Mont Saint Aignan Stade Parc des Sports, avenue Desaix, Maison Lafitte Où all er les voir jouer ? Stade Ernest wallon, 114 rue des Troènes, Toulouse Stade du Rey, rue du Rey, Castres Stade Maurice Trelut, boulevard du 8 mai 1945, Tarbes Stade municipal de Lons, avenue de Pau, Lons Stade Christian Belascain, avenue André Grimard, Bayonne Stade André Duprat, boulevard Pierre de Coubertin, Nérac Stade Bernard Laporte, avenue Flandres Dunkerque, Gaillac Stade Sainte Germaine, rue Ferdinand de Lesseps, Le Bouscat
  34. 34. Championnats féminins : c'est bientôt la reprise ! poule 1 Rugby Sassenage Isère / Lyon OL U 15 h RC Sélestat Giessen / RC Chilly Mazarin 15 h CSM Genevillois / Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne 15 h AS Rouen Université Club / Maison Lafitte Saint Germain Poissy 15 h poule 2 Stade Toulousain Rugby Féminin / Castres Rugby Féminin 15 h Stado Tarbes Pyrénées Rugby / RC Lonsois 15 h AS Bayonnaise / US Neracaise 15 h Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby / Stade Bordelais ASPTT 19 h 30 poule 1 Maison Lafitte Saint Germain Poissy / Rugby Sassenage Isère 15 h Lyon OL U / RC Sélestat Giessen 5 h RC Chilly Mazarin / CSM Genevillois 15 h AS Rouen Université Club / Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne 15 h poule 2 Stade Bordelais ASPTT / Stade Toulousain Rugby Féminin 15 h Castres Rugby Féminin / Stado Tarbes Pyrénées Rugby 15 h RC Lonsois / AS Bayonnaise 15 h Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby / US Neracaise 15 h 34 Sophie bajadita.com PROGRAMME du 21/09 Calendrier de la saison (phase de qualification). Attention, les horaires sont susceptibles d'être parfois modifiés PROGRAMME du 28/09
  35. 35. Championnats féminins : c'est bientôt la reprise ! poule 1 RC Sélestat Giessen / Maison Lafitte Saint Germain Poissy 15 h CSM Genevillois / Lyon OL U 15 h Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne / RC Chilly Mazarin 15 h Rugby Sassenage Isère / AS Rouen Université Club 15 h poule 2 Stado Tarbes Pyrénées Rugby / Stade Bordelais ASPTT 15 h AS Bayonnaise / Castres Rugby Féminin 15 h US Neracaise / RC Lonsois 15 h Stade Toulousain Rugby Féminin / Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby 15 h poule 1 Maison Lafitte Saint Germain Poissy / CSM Genevillois 15 h Lyon OL U / Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne 15 h Rugby Sassenage Isère / RC Sélestat Giessen 15 h AS Rouen Université Club / RC Chilly Mazarin 15 h poule 2 Stade Bordelais ASPTT / AS Bayonnaise 15 h Castres Rugby Féminin / US Neracaise 15 h Stade Toulousain Rugby Féminin / Stado Tarbes Pyrénées Rugby 15 h Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby / RC Lonsois 15 h 35 Sophie bajadita.com PROGRAMME du 12/10 PROGRAMME du 19/10
  36. 36. Championnats féminins : c'est bientôt la reprise ! poule 1 Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne / Maison Lafitte Saint Germain Poissy 15 h RC Chilly Mazarin / Lyon OL U 15 h CSM Genevillois / Rugby Sassenage Isère 15 h RC Sélestat Giessen / AS Rouen Université Club 15 h poule 2 US Neracaise / Stade Bordelais ASPTT 15 h RC Lonsois / Castres Rugby Féminin 15 h AS Bayonnaise / Stade Toulousain Rugby Féminin 15 h Stado Tarbes Pyrénées Rugby / Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby 15 h poule 1 Maison Lafitte Saint Germain Poissy / RC Chilly Mazarin 15 h Rugby Sassenage Isère / Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne 15 h RC Sélestat Giessen / CSM Genevillois 15 h AS Rouen Université Club / Lyon OL U 15 h poule 2 Stade Bordelais ASPTT / RC Lonsois 15 h Stade Toulousain Rugby Féminin / US Neracaise 15 h Stado Tarbes Pyrénées Rugby / AS Bayonnaise 15 h Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby / Castres Rugby Féminin 15 h 36 Sophie bajadita.com PROGRAMME du 26/10 PROGRAMME du 9/11
  37. 37. Championnats féminins : c'est bientôt la reprise ! poule 1 Lyon OL U / Maison Lafitte Saint Germain Poissy 15 h Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne / RC Sélestat Giessen 15 h RC Chilly Mazarin / Rugby Sassenage Isère 15 h CSM Genevillois / AS Rouen Université Club 15 h poule 2 Castres Rugby Féminin / Stade Bordelais ASPTT 15 h US Neracaise / Stado Tarbes Pyrénées Rugby 15 h RC Lonsois / Stade Toulousain Rugby Féminin 15 h AS Bayonnaise / Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby 15 h poule 1 Lyon OL U / Rugby Sassenage Isère 15 h RC Chilly Mazarin / RC Sélestat Giessen 15 h Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne / CSM Genevillois 15 h Maison Lafitte Saint Germain Poissy / AS Rouen Université Club 15 h poule 2 Castres Rugby Féminin / Stade Toulousain Rugby Féminin 15 h RC Lonsois / Stado Tarbes Pyrénées Rugby 15 h US Neracaise / AS Bayonnaise 15 h Stade Bordelais ASPTT / Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby 15 h 37 Sophie bajadita.com PROGRAMME du 23/11 Matches retour PROGRAMME du 9/11
  38. 38. Championnats féminins : c'est bientôt la reprise ! poule 1 Rugby Sassenage Isère / Maison Lafitte Saint Germain Poissy 15 h RC Sélestat Giessen / Lyon OL U 15 h CSM Genevillois / RC Chilly Mazarin 15 h Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne / AS Rouen Université Club 15 h poule 2 Stade Toulousain Rugby Féminin / Stade Bordelais ASPTT 15 h Stado Tarbes Pyrénées Rugby / Castres Rugby Féminin 15 h AS Bayonnaise / RC Lonsois 15 h US Neracaise / Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby 15 h poule 1 Maison Lafitte Saint Germain Poissy / RC Sélestat Giessen 15 h Lyon OL U / CSM Genevillois 15 h RC Chilly Mazarin / Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne 15 h AS Rouen Université Club / Rugby Sassenage Isère 15 h poule 2 Stade Bordelais ASPTT / Stado Tarbes Pyrénées Rugby 15 h Castres Rugby Féminin / AS Bayonnaise 15 h RC Lonsois / US Neracaise 15 h Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby / Stade Toulousain Rugby Féminin 15 h 38 Sophie bajadita.com PROGRAMME du 14/12 PROGRAMME du 21/12
  39. 39. Championnats féminins : c'est bientôt la reprise ! poule 1 CSM Genevillois / Maison Lafitte Saint Germain Poissy 15 h Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne / Lyon OL U 15 h RC Sélestat Giessen / Rugby Sassenage Isère 15 h RC Chilly Mazarin / AS Rouen Université Club 15 h poule 2 AS Bayonnaise / Stade Bordelais ASPTT 15 h US Neracaise / Castres Rugby Féminin 15 h Stado Tarbes Pyrénées Rugby / Stade Toulousain Rugby Féminin 15 h RC Lonsois / Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby 15 h poule 1 Maison Lafitte Saint Germain Poissy / Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne 15 h Lyon OL U / RC Chilly Mazarin 15 h Rugby Sassenage Isère / CSM Genevillois 15 h AS Rouen Université Club / RC Sélestat Giessen 15 h poule 2 Stade Bordelais ASPTT / US Neracaise 15 h Castres Rugby Féminin / RC Lonsois 15 h Stade Toulousain Rugby Féminin / AS Bayonnaise 15 h Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby / Stado Tarbes Pyrénées Rugby 15 h 39 Sophie bajadita.com PROGRAMME du 11/01 PROGRAMME du 18/01
  40. 40. Championnats féminins : c'est bientôt la reprise ! poule 1 RC Chilly Mazarin / Maison Lafitte Saint Germain Poissy 15 h Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne / Rugby Sassenage Isère 15 h CSM Genevillois / RC Sélestat Giessen 15 h Lyon OL U / AS Rouen Université Club 15 h poule 2 RC Lonsois / Stade Bordelais ASPTT 15 h US Neracaise / Stade Toulousain Rugby Féminin 15 h AS Bayonnaise / Stado Tarbes Pyrénées Rugby 15 h Castres Rugby Féminin / Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby 15 h poule 1 Maison Lafitte Saint Germain Poissy / Lyon OL U 15 h RC Sélestat Giessen / Ovalie Romagnatoise Clermont Auvergne 15 h Rugby Sassenage Isère / RC Chilly Mazarin 15 h AS Rouen Université Club / CSM Genevillois 15 h poule 2 Stade Bordelais ASPTT / Castres Rugby Féminin 15 h Stado Tarbes Pyrénées Rugby / US Neracaise 15 h Stade Toulousain Rugby Féminin / RC Lonsois 15 h Deuxième Union Athlétique Gaillacoise Rugby / AS Bayonnaise 15 h 40 Sophie bajadita.com PROGRAMME du 08/03 PROGRAMME du 29/03
  41. 41. Championnats féminins : c'est bientôt la reprise ! Phases finales A l'issue des matches de poules, les clubs classés 1er, 2ème, 3ème et 4ème de chaque poule seront qualifiés pour les 1/4 finales qui auront lieu le 5 avril : Les 1/2 finales sont prévues le 26 avril, la finale le 3 mai. FFEM - Fédérale Féminine à XV Suite à la réforme des compétitions féminines, les championnats de Fédérale 1, Fédérale 2 et Fédérale 3 Féminine ont été supprimés. La FFR a créé un championnat unique appelé Championnat Fédérale Féminine à XV. Ce championnat unique regroupe 13 poules de 8 équipes, à l'exception des poules 8 et 12 qui en comptent 10 et de la poule 11 qui n'en comporte que 6. On nous avait annoncé 113 équipes, il semblerait qu'il n'y en ait plus que 106 à ce jour. 41 Sophie bajadita.com le 1er de la poule 1 > sera opposé au 4ème de la poule 2 le 2ème de la poule 1 > sera opposé au 3ème de la poule 2 le 3ème de la poule 1 > sera opposé au 2ème de la poule 2 le 4ème de la poule 1 > sera opposé au 1er de la poule 2 L'équipe vainqueur du championnat de l'Elite 2 Photo : Anthony Georgis/ fbcdn.net > la 8ème du Top 8 pour accéder à l'Elite 1 affrontera en match de barrage d'accession ou se maintenir. A noter que les deux équipes classées 8ème de leur poule seront reléguées en Fédérale Féminine à XV. Les finalistes du championnat de France de Fédérale Féminine à XV accèderont, quant à elles, à l'Elite 2. La première journée aura lieu le 21 septembre > pour les poules 1, 2, 3, 4, 6, 7, 8, et 12. le 28 septembre > pour les poules 5, 9, 10, 11 et 13. Pour tout savoir sur cette réforme et ses conséquences, rendez-vous dans le numéro 7 d'Up&Under sorti au mois de juillet ou sur bajadita.com
  42. 42. les auteurs qui contribuent régulièrement à up&under Création et réalisation graphiques de ce numéro : Olivier / Tahaacrea.com bajadita.com Bajadita est un site de rugby indépendant. Plus qu’un site de résultats bruts, Bajadita vous propose des articles de fond et d’analyse des rebonds ovales. japonrugby.net La référence du rugby japonais en France depuis 2012. Toute l'actualité sur le rugby japonais / Brave Blossoms / Top League / Ligues Régionales A et B / Ligues Universitaires renvoiaux22.fr Un regard décalé sur le rugby, son actualité nationale et internationale, son histoire et sa culture. lexvnz.com Né en Juin 2013, lexvnz.com est un webzine interactif et indépendant dédié au rugby néo-zélandais, qui méritait bien d’avoir une tribune en France xvovalie.com Les dernières brèves du monde ovale, des zooms sur le Top14, sur le XV de France, des résultats, des bons plans. XV Ovalie ou l'indispensable blog rugby à mettre dans vos signets ! finalesrugby.com C'est (presque) l'intégralité des données concernant les finales des championnats de France de rugby toutes catégories depuis sa création en 1892, de la 1ère division à la 4ème série en passant par les juniors Balandrade... Renvoi aux 22 sudrugby.com Sud Rugby est le site référence des news rugby en provenance de l'hémisphère Sud depuis 2009. Malgré le nombre importants de blogs ou de sites consacrés au rugby, le traitement réservé à sa pratique en dessous de l’équateur reste le parent pauvre de l’information rugbystique francophone. superrugbynews.fr Lancé en mai 2012, Super Rugby News est un site entièrement indépendant. Notre but est simple : fournir des informations en français à tous les amateurs de rugby tel qu’il est pratiqué dans l’hémisphère sud et partager notre passion pour ce rugby-là ! mordusdelacturugby.fr Un site internet d'informations du Top 14 et de la ProD2. @Alexis_Lalarme @MordusActuRugby

×