Successfully reported this slideshow.
Charles Baudelaire
et
Joseph Mallord 
William Turner
Romanticisme
Le romantisme est un mouvement culturel apparu
à la fin du XVIIIe siècle en Angleterre et en
Allemagne et se ...
J. M. William Turner
Peintre, aquarelliste et
graveur britannique.
Romantique et
précurseur de
l'impressionnisme.
Fils d'u...
Snow Storm: Steam-Boat off a Harbour's Mouth, huile sur toile, 1842
Le Dernier Voyage du Téméraire, 1838, huile sur toile
Charles Baudelaire
Poète français.
Nourri de romantisme,
tourné vers le
classicisme.
Fils de Joseph-François
Baudelaire et...
Ciel brouillé
On dirait ton regard d'une vapeur couvert ;
Ton oeil mystérieux (est-il bleu, gris ou vert ?)
Alternativemen...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Baudelaire et Turner

961 vues

Publié le

Baudelaire et Turner

Publié dans : Formation
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Baudelaire et Turner

  1. 1. Charles Baudelaire et Joseph Mallord  William Turner
  2. 2. Romanticisme Le romantisme est un mouvement culturel apparu à la fin du XVIIIe siècle en Angleterre et en Allemagne et se diffusant à toute l’Europe au cours du XIXe siècle, jusqu’aux années 1850. Turner: 23 avril 1775 - 19 décembre 1851 Baudelaire: 9 avril 1821 - 31 août 1867
  3. 3. J. M. William Turner Peintre, aquarelliste et graveur britannique. Romantique et précurseur de l'impressionnisme. Fils d'un barbier- perruquier et fabricant de costumes.
  4. 4. Snow Storm: Steam-Boat off a Harbour's Mouth, huile sur toile, 1842
  5. 5. Le Dernier Voyage du Téméraire, 1838, huile sur toile
  6. 6. Charles Baudelaire Poète français. Nourri de romantisme, tourné vers le classicisme. Fils de Joseph-François Baudelaire et Caroline Aupick.
  7. 7. Ciel brouillé On dirait ton regard d'une vapeur couvert ; Ton oeil mystérieux (est-il bleu, gris ou vert ?) Alternativement tendre, rêveur, cruel, Réfléchit l'indolence et la pâleur du ciel. Tu rappelles ces jours blancs, tièdes et voilés, Qui font se fondre en pleurs les coeurs ensorcelés, Quand, agités d'un mal inconnu qui les tord, Les nerfs trop éveillés raillent l'esprit qui dort. Tu ressembles parfois à ces beaux horizons Qu'allument les soleils des brumeuses saisons... Comme tu resplendis, paysage mouillé Qu'enflamment les rayons tombant d'un ciel brouillé ! Ô femme dangereuse, ô séduisants climats ! Adorerai-je aussi ta neige et vos frimas, Et saurai-je tirer de l'implacable hiver Des plaisirs plus aigus que la glace et le fer ?

×