HYIP:	  quand	  la	  criminalité	  organisée	  se	                     finance	  sur	  Internet	                  ...
                                                                    	                                                     ...
 I)	  Présentation	  du	  marché	  des	  HYIP	  	  Les	   sites	   de	   HYIP	   sont	   très	   disparates	   mais	   leu...
Un	   moniteur,	   comme	   son	   nom	   l’indique,	   est	   chargé	   de	   contrôler	   l’activité	   des	         HYI...
Exemple	  ci-­dessous	  d’un	  HYIP	  diffusant	  sa	  publicité	  sur	  plus	  de	  52	  sites	  différents	  simultanéme...
À	   droite	   de	   cette	   copie	   d’écran,	   un	   exemple	   de	   logo	   type	   repérable	   sur	   les	   pages...
Dès	  le	  deuxième	  jour	  de	  la	  mise	  en	  ligne	  du	  site,	  l’apprenti	  créateur	  avait	  déjà	  15	  mails	...
À	   l’opposé,	  des	   informations	  pourraient	  être	  récoltées	   à	   partir	  des	  déclarations	  de	   revenus,	...
II)	  Des	  HYIP	  hors	  de	  tout	  contrôle	  	  L’opacité	  qui	  entoure	  les	  HYIP	  est	  source	  de	  multiples...
ou	   de	   pertes,	   l’absence	   d’avertissement	   au	   souscripteur	   de	   ses	   obligations	  fiscales.	  	  Aux...
Actuellement,	   les	   HYIP	   surfent	   sur	   la	   vague	   des	   jeux	   en	   ligne	   afin	   d’attirer	   une	  ...
2) Des	  structures	  juridiques	  opaques	          	  Si	  les	  investigations	  sur	  les	  investissements	  supposés...
Registre	  des	  sociétés	  du	  Panama	                                                                                  ...
Certification	  d’immatriculation	  de	  la	  société	  Ireland	  &	  Overseas	  Acquisitions	  LTD	  :	  	               ...
 S’il	   ne	   fait	   aucun	   doute	   que	   de	   véritables	   organisations	   criminelles	   se	   cachent	  derriè...
L’un	   des	   principaux	   procureurs	   anti	   mafia	  italien,	   Luigi	   Vigna	   a,	   par	   la	   suite,	  confi...
Cette	   difficulté	   d’enquêter	   sur	   les	   HYIP	   a	   conduit	   à	   un	   manque	   saisissant	   de	  connais...
 	  Comment	  l’escroc,	  qui	  a	  l’interdiction	  légale	  de	  mener	  des	  activités	  financières,	  a-­‐t-­‐il	   ...
MMM-­‐2011	   possède	   son	   propre	   site	   internet	   pour	   les	   internautes	   français	   (cf.	  copie	   d’...
Ci-­‐après,	  les	  coordonnées	  complètes	  des	  chefs	  n°122	  et	  n°123,	  Victor	  et	  Eric	  :	  	              ...
 Golubov	  ira	  cependant	  plus	  loin	   qu’une	  simple	  attaque	  DDOS	  du	  site	  et	  accèdera	  aux	  données	 ...
Comment	  appréhender	  de	  manière	  globale	  un	  marché	  si	  hétérogène	  ?	  	  	  Ainsi,	   aux	   antipodes	   d...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	         	         	         	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	            ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

HYIP: quand la criminalité organisée se finance sur internet

3 515 vues

Publié le

La criminalité organisée a infiltré de nombreux réseaux du web mais son potentiel de nuisance reste encore très sous estimé dans certains secteurs d’activités.

C’est à l’un de ces secteurs peu étudié et rarement évoqué dans les médias que ce livre blanc a souhaité s’intéresser : les HYIP.

Si ces quatre lettres n’évoquent rien de prime abord, elles représentent pourtant un marché extrêmement développé et structuré qui serait, dans une large proportion, contrôlé par des réseaux mafieux.

Véritable manne financière, les HYIP permettraient à des groupes criminels de financer certaines de leurs activités frauduleuses.

Ce livre blanc propose au lecteur de découvrir les mécanismes de ce marché opaque mais aussi de comprendre la manière dont la criminalité organisée exploite certains HYIP sans ne jamais se dévoiler.

Publié dans : Économie & finance
1 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 515
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
1
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

HYIP: quand la criminalité organisée se finance sur internet

  1. 1.   HYIP:  quand  la  criminalité  organisée  se   finance  sur  Internet     Par  Marie  Garbez                   I) Présentation  du  marché  des  HYIP   1) Un  marché  en  apparence  organisé   2) La  face  cachée  des  HYIP   3) Les  HYIP,  vaste  escroquerie  ou  jeux  spéculatifs  ?     II) Des  HYIP  hors  de  tout  contrôle   1) Des  programmes  d’investissement  invérifiables   2) Des  structures  juridiques  opaques   3) Des  HYIP  source  de  financement  d’activités  criminelles  ?     III) Un  HYIP  atypique  :  le  cas  MMM-­2011   1) La  «  Mavrodi  Money  Machine  »   2) Un  ancien  cybercriminel  en  campagne  contre  MMM-­‐2011                               Tous  droits  réservés   Publié  en  juillet  2011       1  
  2. 2.      La  criminalité  organisée  a  infiltré  de  nombreux   réseaux   du   web   mais   son   potentiel   de   nuisance   reste   encore   très   sous   estimé   dans   certains   secteurs  d’activités.  Tel   est   le   cas   des   «  HYIP  »   qui   seraient,   au   pire,   totalement   contrôlés   par   des  réseaux   mafieux   et,   au   mieux,   seulement   détournés   de   leur   usage   dans   des  proportions  inconnues.    Les  HYIP,  dits  «  High  Yield  Investment  Program  »,  existent  déjà  depuis  plusieurs  années.  Leur  principe  de  fonctionnement  est  simple  :  attirer  des  investisseurs  en  leur   proposant   des   rendements   nettement   supérieurs   aux   taux   du   marché.  N’importe  quel  internaute  peut  participer  à  ce  type  de  programme,  même  pour  des   sommes   très   modiques   (dix   dollars   est   généralement   le   montant   minimal  admis).    Périodiquement,   les   participants   perçoivent   des   intérêts   servis   par   le   HYIP,   au  prorata  du  capital  investi.    Ainsi  présentés,  les  HYIP  se  rapprochent  des  pyramides  financières  car  les  uns  et  les  autres  ont  la  fâcheuse  tendance  à  disparaître  avec  l’argent  des  souscripteurs  lorsqu’ils  n’arrivent  plus  à  honorer  leurs  engagements.    De   telles   déconvenues   se   produisent   généralement   lorsque   l’argent   des  nouveaux  entrants  ne  suffit  plus  à  payer  les  anciens  membres,  le  système  étant  alors  fatalement  voué  à  s’effondrer.    Si,   dans   l’économie   classique,   l’impact   négatif   des   pyramides   financières   est  régulièrement   dénoncé,   celui   des   HYIP   sur   Internet   reste   encore   peu   connu,   ce  qui  permet  à  cette  activité  de  prospérer  dans  un  climat  de  relative  indifférence.  Pourtant,   leur   influence   y   serait   tout   aussi   néfaste   et   leur   force   de   propagation  démultipliée,  les  canaux  du  web  leur  permettant  de  s’affranchir  des  frontières.  Pour  preuve,  une  chaine  de  Ponzi  initiée  en  Russie  en  janvier  2011  réunirait  à  ce  jour  plus  de  30  millions  d’internautes  du  monde  entier.    Ainsi,  que  sait-­‐on  réellement  des  HYIP  ?  C’est  à  cette  question  que  cet  article  veut  répondre,  en  s’immergeant  dans  un  univers  très  fermé.  Si   ce   marché   rudement   concurrentiel   laisse   entrevoir   certains   de   ses  mécanismes   (I),   il   ne   se   dévoile   que   très   difficilement,   laissant   des   questions  essentielles  sans  réponses.  L’argent   des   internautes   est-­‐il   véritablement   investi  ?   Qui   se   dissimule   derrière  ces   sites   internet   de   façades  ?   Le   risque   que   des   organisations   criminelles  financent   leurs   activités   par   le   biais   de   ces   programmes   est   toujours   présent,  l’exemple  des  pyramides  financières  ayant  démontré  que  la  menace  était  réelle.  (II)  Dans   tous   les   cas,   le   gain   financier   n’est   pas   l’unique   finalité   des   créateurs   de  HYIP,   certains   donnant   même   une   portée   «  philosophique  »   à   leur   programme,  comme  par  exemple  «  détruire  le  système  financier  mondial  »  (III).         2  
  3. 3.  I)  Présentation  du  marché  des  HYIP    Les   sites   de   HYIP   sont   très   disparates   mais   leur   but   à   tous   est   analogue  :  convaincre   en   quelques   minutes   un   internaute   d’investir,   quitte   à   parfois  ressembler  à  de  véritables  spots  publicitaires.  Concernant  les  taux  de  rendement  proposés,  il  n’existe  aucune  règle  préétablie  :  de   2%   à   plus   de   5  000%,   c’est   à   l’internaute   de   faire   son   choix,   même   si   des   taux  trop  avantageux  laissent  craindre  un  effondrement  rapide  du  HYIP.  Les  intérêts  sont  payés  chaque  jour,  chaque  semaine  ou  chaque  mois  et  peuvent  parfois   être   multipliés   si   le   souscripteur   se   charge   de   recruter   d’autres   membres  pour  le  compte  du  programme.    Exemple  du  HYIP  «  Oil  Growing  »,  chargé  de  spéculer  sur  le  cours  du  pétrole  pour  des  profits  atteignant  par  exemple  130%  en  une  journée  :        Au   fil   du   temps,   le   marché   des   HYIP   a   édicté   ses   règles   et   ses   codes   qui,   bien   que  non  obligatoires,  exposent  celui  qui  ne  les  respecte  pas  à  une  éviction  rapide.  L’évocation  du  cas  d’un  internaute  piqué  par  la  curiosité  que  suscitent  les  HYIP  permettra  de  comprendre  le  réel  fonctionnement  de  ce  milieu  qui  peut  se  révéler  très   agressif   (2).   Mais   il   convient   d’abord   de   présenter   les   HYIP   dans   leur  globalité  (1),  puis  d’évaluer  la  part  de  participation  des  internautes  français  à  ces  jeux  spéculatifs  (3).     1) Un  marché  en  apparence  organisé    Lorsque  le  créateur  d’un  programme  d’investissement  à  haut  rendement  achève  la   mise   en   page   de   son   site   web,   vient   alors   le   temps   d’engager   de   fortes  dépenses  concernant  deux  éléments  majeurs  :  la  publicité  et  une  protection  anti  DDOS.    -­‐   La   publicité.   Sans   elle,   le   HYIP   ne   peut   acquérir   une   notoriété   suffisante   afin  que  des  internautes  acceptent  d’y  déposer  des  fonds.  Cette   dernière   utilise   deux   supports   majeurs  :   les   moniteurs   et   les   forums  spécialisés.     3  
  4. 4. Un   moniteur,   comme   son   nom   l’indique,   est   chargé   de   contrôler   l’activité   des   HYIP.   Leur   mode   de   surveillance   est   calqué   sur   celui   des   agences   de   notation.   Ainsi,   un   HYIP  peut  être  évalué  comme  un  très  bon  payeur  et  bénéficier  du  tant  convoité   triple   A   ou   être   déclassé   jusqu’à   D   lorsque   ce   dernier   n’honore   plus   ses   engagements.     Exemple:   à   gauche,   un   site   de   placement   rémunérateur,   à   droite   un   autre   en   cessation  de  paiements.               Les  forums,  eux,  n’évaluent  pas  de  la  qualité  d’un  HYIP.  Ils  assurent  uniquement   leur   promotion   par   la   vente   d’espaces   publicitaires.   Ces   derniers   peuvent   atteindre   des   montants   non   négligeables.   Ainsi,   pour   bénéficier   d’une   bannière   publicitaire   située   en   haut   d’un   forum   durant   30   jours,   il   est,   par   exemple,   nécessaire  de  débourser  400  dollars.             Sachant   qu’un   HYIP   se   doit   d’être   présent   sur   le   maximum   de   sites   promotionnels   afin   d’attirer   les   internautes,   les   frais   engagés   peuvent   rapidement   atteindre   plusieurs   milliers,   voire   dizaine   de   milliers   d’euros   par   mois.           4  
  5. 5. Exemple  ci-­dessous  d’un  HYIP  diffusant  sa  publicité  sur  plus  de  52  sites  différents  simultanément  :            -­‐   Tous   les   efforts   que   le   créateur   d’un   HYIP   mobilise   dans   la   publicité   peuvent  être   anéantis   en   quelques   heures,   si   ce   dernier   ne   se   dote   pas   d’un   dispositif  fondamental  :  une  protection  anti  DDOS.    Régulièrement,   les   HYIP   sont   en   effet   victimes   de   dénis   de   service   qui   bloquent  totalement  l’activité  du  programme.  Les  investisseurs  ne  peuvent  plus  accéder  à  leurs  comptes  et  il  n’est  plus  possible  de  retirer  des  fonds  ni  d’en  déposer.  Cette  situation  peut  perdurer  indéfiniment  et  ce,  tant  que  la  demande  de  rançon  exigée  par  les  attaquants  n’est  pas  satisfaite.  Généralement,   ce   type   de   chantage   porte   ses   fruits   car   le   propriétaire   ne   peut  que  difficilement  se  résoudre  à  abandonner  son  site  web.      Exemple   de   statistiques   fournies   par   un   HYIP.   Avec   52   611   membres   et   environ   4  millions   de   dollars   de   dépôts   disponibles,   ce   programme   pourrait   constituer   une  cible  de  choix  pour  des  pirates.          Une   solution   a   néanmoins   été   trouvée  afin   de   se   prémunir   contre   ces   «  hold-­‐up  »  intempestifs  :   se   doter   d’une   protection   anti   DDOS,   ce   recours   ne   permettant  cependant  pas  d’éviter  toutes  les  nuisances  avec  certitude.         5  
  6. 6. À   droite   de   cette   copie   d’écran,   un   exemple   de   logo   type   repérable   sur   les   pages  d’accueil  des  HYIP  :  «  DDoS  Protection  ».        Au  vu  de  ces  éléments,  le  marché  des  HYIP  semble  parfaitement  organisé  entre,  d’une  part,  la  surveillance  exercée  par  les  moniteurs  et,  d’autre  part,  les  actions  menées  par  les  investisseurs  eux-­‐mêmes.  En   effet,   ces   derniers   n’hésitent   pas   à   certifier   du   sérieux   d’un   programme   en  envoyant   régulièrement   des   preuves   de   paiements   dans   des   forums   spécialisés  (copies  d’écrans  ou  photos  par  exemple).  La  réalité  est  cependant  bien  différente.      2)  La  face  cachée  des  HYIP    Si   un   HYIP   ne   peut   évoluer   seul,   faut-­‐il   pour   autant   faire   confiance   aux   autres  acteurs  du  milieu,  uniques  garants  de  sa  légitimité  ?  La   réponse   semble   incontestablement   négative.   Ces   jeux   d’argent,   déjà  extrêmement   risqués,   le   seraient   aujourd’hui   encore   davantage   du   fait   de   la  généralisation  considérable  de  la  corruption.  Des   moniteurs   harcèleraient   en   permanence   les   propriétaires   de   HYIP   afin   que  ces   derniers   leur   versent   de   l’argent,   à   défaut   leur   programme   rétrograderait  rapidement  d’un  triple  A  à  un  D.  Plusieurs   propriétaires   de   HYIP   n’hésiteraient   plus,   de   leur   côté,   à   rétribuer  grassement  les  moniteurs  afin  de  bénéficier  d’une  excellente  notation  alors  que  leur  site  web  ne  se  livre  à  aucune  activité  d’investissement  réelle.    L’information  délivrée  aux  internautes  est  dès  lors  fréquemment  falsifiée,  même  si   certains   moniteurs   essaient   de   garder   à   tout   prix   leur   indépendance   et   de  continuer  à  délivrer  des  avis  impartiaux.    Un   internaute   a   eu   l’idée   de   révéler   au   grand   jour   ce   que   certains   suspectaient  déjà  secrètement1.  L’idée  était  simple  :  mettre  un  HYIP  en  ligne  et  attendre  patiemment  la  suite  des  évènements,  sans  démarche  publicitaire.    L’expérience   a   tout   d’abord   confirmé   que   les   internautes   n’investissent   pas   à  l’aveugle  dans  un  HYIP  car,  au  total,  seulement  70  dollars  ont  été  envoyés  dans  le  compte  du  site.    Cependant,   la   réaction   la   plus   intéressante   a   eu   pour   origine   les   autres   acteurs  du  milieu.                                                                                                                  1  http://m.ecommerce-­‐journal.com/     6  
  7. 7. Dès  le  deuxième  jour  de  la  mise  en  ligne  du  site,  l’apprenti  créateur  avait  déjà  15  mails  dans  l’adresse  contact  indiquée  pour  l’occasion.  Uniquement  des  demandes  d’argent.    Des   membres   reconnus   de   forums   dédiés   à   l’étude   des   HYIP   ou   des   moniteurs  exigeaient   le   versement   d’une   «  gratification  »   en   échange   d’un   avis   positif   sur   le  programme.  Les  montants  demandés  allaient  de  100  à  900$.  Certains  proposaient  même  de  fournir  de  fausses  preuves  de  paiements.  En  cas  de  refus  à  ces  exigences,  la  menace  était  de  dénigrer  le  programme  afin  de  décourager  tout  investisseur  potentiel.  Le  propriétaire  du  HYIP  fictif  ayant  refusé  de   payer,   les   menaces   ont   été   mises   à   exécution   et   les   avis   négatifs   ont   afflué   sur  de  nombreux  forums.        3)  Les  HYIP,  vaste  escroquerie  ou  jeux  spéculatifs  ?    Ainsi   révélé,   le   marché   des   HYIP   apparaitrait   comme   une   vaste   escroquerie   au  sein  de  laquelle  aucun  internaute  ne  peut  espérer  engranger  des  bénéfices.  Une   différence   majeure   s’observe   néanmoins   entre   les   victimes   de   chaînes   de  Ponzi   de   l’économie   classique   et   les   victimes   de   HYIP  :   dans   les   HYIP,   chaque  participant  est  pleinement  conscient  du  risque  auquel  il  s’expose  ce  qui  n’est  pas  toujours  le  cas  dans  l’économie  réelle.  Ici,   la   crédulité   n’est   pas   de   mise   et   les   pyramides   financières   sont   envisagées  comme   un   jeu   dans   lequel   il   est   possible   de   s’enrichir   ou,   du   moins,   de   percevoir  un  complément  de  revenus.  Pour   le   comprendre,   il   suffit   d’observer   le   comportement   des   internautes  français  adeptes  des  HYIP.    Une   petite   dizaine   de   forums   français   sont   dédiés   à   l’étude   de   ces   programmes   à  haut  rendement,  le  plus  important  d’entre  eux  regroupant  4  500  membres.  À   la   lecture   des   nombreux   commentaires,   le   HYIP   serait   presque   un   actif   comme  les   autres,   à   condition   de   placer   ses   fonds   de   manière  judicieuse.  Par   exemple,   certains   sont   friands   du   «  Golden   Game  »  :  dans  cette  stratégie,  ce  qui  est  primordial,  c’est  de  réussir  son   entrée   dans   un   HYIP,   mais   surtout   sa   sortie.   Son  entrée,   afin   que   le   HYIP   soit   encore   suffisamment  rentable   pour   payer   ses   membres   mais   aussi   sa   sortie  afin   de   retirer   ses   fonds   avant   que   le   HYIP   ne   disparaisse  avec  la  cagnotte.  Au   Golden   Game,   jugé   comme   risqué,   d’autres   préfèrent  disperser   leurs  fonds   sur   une   dizaine   de   HYIP   différents  en  attendant  d’évaluer  lesquels  sont  vraiment  rémunérateurs.    Combien   d’argent   les   internautes   français   peuvent-­‐ils   dépenser   dans   ces   jeux  spéculatifs  ?   L’évaluation   des   pertes   est   très   difficile   et   ce,   d’avantage   que   pour  une   pyramide   financière   habituelle  :   conscients   des   risques,   les   souscripteurs  déçus  portent  rarement  plainte.     7  
  8. 8. À   l’opposé,  des   informations  pourraient  être  récoltées   à   partir  des  déclarations  de   revenus,   certains   ne   désirant   pas   dissimuler   leurs   gains   mais   éprouvant   les  plus  grandes  difficultés  à  déterminer  dans  quelle  catégorie  indiquer  ces  entrées  d’argent.          S’il  n’existe  aucun  chiffre  en  la  matière,  l’un  des  rares  procès  où  un  créateur  de  HYIP   a   été   confronté   à   la   justice   à   permis   de   disposer   de   certaines   données   pour  le  moins  intéressantes.  À   la   barre,   M.   Nicholas   A.   Smirnow   devait   rendre   compte   de   l’activité   de   son  programme,   «  Pathway   to   Prosperity2  »,   censé   investir   dans   les   casinos   et  l’immobilier.  Les  participants  au  projet,  suivant  la  durée  de  leur  dépôt,  pouvaient  espérer  des  retours  sur  investissements  dépassant  les  1  000%.  Entre   2007   et   2009,   plus   de   40  000   souscripteurs,   situés   dans   120   pays  différents  (dont  la  France),  ont  ainsi  perdu  70  millions  de  dollars  lorsque  le  HYIP  de  M.  Smirnow  a  disparu  de  la  Toile.  Les   documents   confidentiels   fournis   par   certaines   sociétés   de   paiements  utilisées   par   le   HYIP   ont   permis   de   révéler   que,   parmi   les   nombreux   perdants,  une  minorité  avait  néanmoins  tiré  profit  de  cette  affaire.  Ainsi,   en   mai   2008,   5  000   des   25  000   clients   du   programme   étaient   alors  bénéficiaires,  2500  d’entre  eux  ayant  déjà  réalisé  un  profit  net.    Un  expert  s’est  intéressé  aux  onze  plus  grands  bénéficiaires  du  programme  (de  200  000  a  plus  de  2  millions  de  dollars)  qui,  en  tout  logique,  auraient  dû  être  des  gestionnaires   de   fonds,   des   institutions   financières   ou   des   banques  d’investissements  si  le  HYIP  se  livrait  à  une  activité  économique  authentique.  Après  analyse,  aucun  d’entre  eux  n’était  chargé  d’investir  pour  le  compte  de  M.  Smirnow   et,   plus   inquiétant,   plusieurs   de   ces   bénéficiaires   n’ont   tout   bonnement  pas  pu  être  localisés  ce  qui  pose  avec  acuité  la  question  de  la  traçabilité   de  ces  flux  financiers.                                                                                                                                2  THE  UNITED  STATES  DISTRICT  COURT  FOR  THE  SOUTHERN  DISTRICT  OF  ILLINOIS  –  28  Mai  2010  –  Case  10-­‐11-­‐6147-­‐CSP     8  
  9. 9. II)  Des  HYIP  hors  de  tout  contrôle    L’opacité  qui  entoure  les  HYIP  est  source  de  multiples  soucis  pour  les  États  qui  peuvent   difficilement   empêcher   ces   sociétés   de   se   développer   sur   Internet,  même  les  plus  nocives  d’entre  elles.  Ce   caractère   insaisissable   se   traduit   par   deux   éléments   fondamentaux  :   les  programmes   d’investissements   proposés   (1)   et   la   structure   juridique   des   HYIP  (2).  Cette   volonté   de   dissimulation   permet   de   s’interroger   sur   l’identité   réelle   des  créateurs   de   HYIP,   l’ombre   de   la   criminalité   organisée   planant   sur   plusieurs   de  ces  programmes  (3).     1) Des  programmes  d’investissement  invérifiables    Les   programmes   d’investissement   proposés   par   les   HYIP   n’ont   de   limite   que  l’imagination   et   proposent   de   s’enrichir   par   le   biais   de   moyens   classiques  (métaux   précieux,   pétrole,   forex,   spéculation   boursière)   mais   aussi   plus  originaux  comme  par  exemple…  des  désinfectants  anti  anthrax3.    Ce   type   de   HYIP   avait   vu   le   jour   en   2001   à   la   suite   de   l’envoi   d’enveloppes  piégées  contaminées  par  le  bacille  du  charbon  à  des  sénateurs  américains  et  à  de  grands  médias  américains.    Tous   les   HYIP   naissent   et   disparaissent   sans   ne   jamais   rendre   compte   de   leurs  activités  et  seule  une  minorité  d’entre  eux  est  soumise  à  des  vérifications  lorsque  le  nombre  des  victimes  atteint  une  ampleur  importante.  Un  lent  travail  d’enquête  débute  alors  pour  les  autorités  :  investigations  dans  de  multiples  pays,  analyse  de  la  viabilité  du  programme,  recherche  des  bénéficiaires  et  des  fonds  détournés,  témoignage  des  victimes  etc.    Des   résultats   probants   sont   rarement   obtenus   en   comparaison   des   efforts  déployés,   de   multiples   obstacles   empêchant   ces   enquêtes   d’aboutir.   Le   manque  de  coopération  internationale  en  est  la  raison  majeure,  la  vérité  étant  rarement  établie  sur  la  réalité  de  ces  programmes.    Face  à  ce  constat  d’échec,  certains  États  ont  instauré  des  mesures  radicales  afin  de  réduire  le  nombre  de  ces  HYIP  qui  pullulent  sur  le  web.    Ainsi,   en   Jamaïque,   une   loi   a   été   proposée   afin   de   responsabiliser   les   citoyens4.  Ce   pays,   qui   a   perdu   12,5%   de   son   PIB   en   2008   suite   à   l’effondrement   de  plusieurs   pyramides   financières,   désire   à   tout   prix   empêcher   la   survenance  d’une  nouvelle  catastrophe.  Désormais,  tout  internaute  qui  aurait  des  motifs  sérieux  de  croire  qu’un  HYIP  est  engagé   dans   des   faits   de   blanchiment   d’argent   s’expose   à   une   peine   d’un   an   de  prison   et   jusqu’à   un   million   de   dollars   d’amende   s’il   décide   malgré   tout   d’y  investir.  Ces   «  motifs   sérieux  »   se   composent   de   deux   éléments   principaux  :   l’absence  d’enregistrement  du  HYIP  auprès  des  autorités  compétentes  et,  en  cas  de  gains                                                                                                                  3  http://www.finra.org/  4  http://everyjoe.com/work/hyip-­‐investors-­‐may-­‐face-­‐money-­‐laundering-­‐charges-­‐162/     9  
  10. 10. ou   de   pertes,   l’absence   d’avertissement   au   souscripteur   de   ses   obligations  fiscales.    Aux   États-­‐Unis,   le   législateur   s’est   attaqué   aux   systèmes   de   paiement   utilisés   par  les  HYIP,  interdits  d’accès  au  territoire  américain  depuis  mars  2012.  Tant  que  ces  derniers  (la  plupart  implantés  dans  des  paradis  fiscaux),  ne  font  pas  la   démarche   d’obtenir   le   statut   d’intermédiaire   financier   auprès   du   FinCEN5,  toute   transaction   monétaire   initiée   avec   un   citoyen   américain   sera   lourdement  sanctionnée6.  La   menace   semble   prise   au   sérieux   par   ces   opérateurs   qui   risquent   la   saisie   de  leur   compte   bancaire   à   l’étranger,   la   condamnation   à   des   amendes   mais,   aussi,   la  qualification  de  charges  criminelles  à  leur  encontre.    Exemple  d’une  annonce  diffusée  par  un  opérateur  apprécié  des  HYIP  sur  son  site  internet  :  «  À  partir  du  19  mars  2012,  nous  n’acceptons  plus  les  ordres  d’achat  et  de  vente   provenant   des   États-­Unis.   Cette   mesure   est   causée   par   une   nouvelle   loi  américaine  prenant  effet  au  31  mars  2012.  Si  vous,  ou  votre  banque,  êtes  aux  États-­Unis,  vous  serez  affectés.  Les  autres  pays  ne  sont  pas  concernés.  »        L’instauration  de  telles  mesures  n’est  pas  encore  prévue  dans  l’Hexagone  et  peu  d’actions  sont  entreprises  pour  l’instant  contre  les  HYIP.  Dès   lors,   ces   derniers   n’hésitent   pas   à   démarcher   directement   des   internautes  français,   même   pour   des   activités   nécessitant   normalement   la   délivrance   d’un  agrément.  Par   exemple,   les   HYIP   proposant   d’investir   sur   le   marché   des   changes   (Forex)  exercent   en   totale   infraction   car   l’Autorité   de   Contrôle   Prudentiel   devrait  normalement  les  certifier.  En  pratique,  ils  ne  sont  pas,  ou  très  peu  dérangés.  Ponctuellement,   l’ACP   publie   des   communiqués   mettant   en   garde   les   éventuels  investisseurs  mais  aucune  action  répressive  n’est  véritablement  entreprise.   En   2011,   l’allemand   Cardona   Soler   est   arrêté   par   les   autorités   espagnoles   après   avoir   escroqué  ses  clients  de  plus  de  300  millions  de  dollars.  Son  HYIP,  Finanzas  Forex,  a,  en  effet,   subitement  disparu  sans  rembourser  le  capital  des  souscripteurs,  seuls  les  intérêts  ayant  été   versés.  De  nombreux  internautes  français  étaient  clients  de  ce  programme,  très  populaire  en   Europe  et  en  Amérique  du  Sud.                                                                                                                    5  Financial  Crimes  Enforcement  Network  6  http://www.financialregulatoryreport.com/financial-­‐services-­‐regulation-­‐-­‐-­‐us/fincen-­‐releases-­‐new-­‐electronic-­‐filing-­‐report-­‐for-­‐certain-­‐covered-­‐entities/     10  
  11. 11. Actuellement,   les   HYIP   surfent   sur   la   vague   des   jeux   en   ligne   afin   d’attirer   une  nouvelle   clientèle,   plusieurs   millions   de   français   jouant   régulièrement   à   des   jeux  d’argent  sur  le  web.  «  Win-­‐Gaming  »  est  l’un  de  ces  programmes  typiques.  À  la  lecture  des  33  pages  du   programme   envoyées   aux   souscripteurs,   il   ne   fait   aucun   doute   que   Win-­‐Gaming  est  une  chaine  de  Ponzi,  l’argent  des  nouveaux  entrants  servant  à  payer  les   anciens   membres.   Le   «  plus  »   de   ce   programme,   est   qu’il   offrirait   des   bons  afin   de   jouer   sur   des   sites   de   jeux   en   ligne   indiqués   comme   des   partenaires,   tous  agrées  par  l’ARJEL,  l’Autorité  de  régulation  des  jeux  en  ligne.  Tous   ces   sites   sont   très   connus   des   joueurs   français  :   BetClic,   PMU.fr,  PartyPoker.fr  etc.            Afin  de  vérifier  de  l’authenticité  de  ce  programme,  un  mail  a  été  envoyé  à  chacun  de   ces   sites   de   jeux,   leur   demandant   si   “Win-­‐Gaming”   était   connu   de   leurs  services.  PartyPoker  a  été  le  premier  a  nous  répondre:  “Win-­‐Gaming”  n’est  en  aucun  cas  un  de  leurs  affiliés.    Ci-­‐dessous,  une  partie  du  mail  de  réponse  de  PartyPoker.fr  :           11  
  12. 12. 2) Des  structures  juridiques  opaques    Si  les  investigations  sur  les  investissements  supposés  des  HYIP  sont  si  difficiles,  c’est   parce   que   les   propriétaires   de   ces   sites   internet   s’abritent   derrière   un  enchevêtrement  de  sociétés  écrans,  rendant  toute  vérification  impossible.  Ne  pouvant  alors  être  qualifiés  avec  certitude  de  pyramides  financières,  les  HYIP  sont  à  l’abri  de  toute  sanction  pénale.    Les   montages   juridiques   utilisés   sont   l’œuvre   de   véritables   professionnels,  l’exemple  d’  «  Eurex  Trade  »,  l’un  des  HYIP  les  plus  côtés  du  moment,  permettant  de  comprendre  le  défi  qui  se  pose  aux  États.    Eurex   Trade,   HYIP   spécialisé   dans   le   Forex,   propose   ses   services   aux   internautes  du     monde   entier   depuis   février   2011.   Le   site   est   d’ailleurs   disponible   dans   de  multiples   langues  :   français,   anglais,   russe,   allemande,   italien   et   espagnol   (cf.  copie  d’écran  ci-­‐dessous).  Ce  programme  fait  le  bonheur  des  internautes  car  depuis  sa  mise  en  ligne,  il  n’a  jamais   manqué   à   ses   obligations   et   rémunère   ses   souscripteurs   à   dates  régulières.        Pour  découvrir  qui  se  cache  derrière  Eurex  Trade,  il  suffit  de  consulter  le  registre  des  sociétés  du  Panama,  pays  dans  lequel  le  programme  est  enregistré.  Trois  sociétés  offshores  se  révèlent  être  directrices  de  ce  programme  :  «  Ireland  &   Overseas   Acquisition   LTD  »   (Iles   Vierges   britanniques),   «  Milltown   Corporate  Services  LTD  »  (Iles  Vierges  britanniques),    et  «  Inhold  LTD  »  (Nouvelle  Zélande).                     12  
  13. 13. Registre  des  sociétés  du  Panama          Les   trois   sociétés   offshores   appartiennent   à   deux   citoyens   lettons   mondialement  connus  :  Erik  VANAGELS  et  Stan  GORIN.  Ces  derniers  ont  défrayé  la  chronique  dans  leur  pays  après  que  des  journalistes  d’investigation  aient  découvert  que  ces  deux  individus  sont  à  la  tête  de  plus  de  300   sociétés   offshores   dans   le   monde,   impliquées   dans   de   nombreux   scandales  de   corruption,   de   blanchiment   d’argent,   de   trafics   d’armes   et   autres   activités  illicites.    Erik   Vanagels   et   Stan   Gorin   ne   sont   pas,   en   fait,   de   richissimes   criminels   (plus   de  10   milliards   de   dollars   auraient   été   blanchis   au   travers   de   leurs   sociétés7.),   M.  Vanagels  étant  d’ailleurs  un  sans  abri.  En   réalité,   il   s’agit   d’identités   volées,   le   prestataire   de   services   «  International  Overseas  Services  »  ayant  été  identifié  comme  le  «  distributeur  officiel  »  de    ces  sociétés   «     Vanagels   et   Gorin  »,   devenues   avec   le   temps   un   véritable   gage   de  qualité  dans  le  milieu  criminel.                                                                                                                            7  http://economiccrimeintelligence.wordpress.com/2012/01/20/the-­‐vanagels-­‐connection-­‐the-­‐story-­‐of-­‐the-­‐homeless-­‐billionaire/     13  
  14. 14. Certification  d’immatriculation  de  la  société  Ireland  &  Overseas  Acquisitions  LTD  :        International   Overseas   Services     n’ouvre   pas   des   sociétés   offshores   à   n’importe  quel   candidat,   la   journaliste   lettonne   Natalie   Sedletska   en   ayant   fait  l’expérience8.   Se   faisant   passer   pour   une   importatrice   de   voitures,   celle-­‐ci  déclare  vouloir  posséder  sa  propre  société  offshore  pour  ne  pas  payer  de  taxes.  La  réponse  qui  lui  a  été  adressée  est  sans  appel  :  «  Nous  travaillons  seulement  par  recommandations,  adressées  par  nos  clients  permanents.  En  Lettonie,  comme  dans  n’importe   quel   pays   de   l’Union   Européenne,   les   règles   anti   blanchiment   sont   très  strictes   donc   si   quelqu’un   pouvait   vous   recommander   nous   aurons   une   discussion  plus  sérieuse.  »    Liste   des   juridictions   dans   lesquelles   International   Overseas   Services   propose  l’enregistrement  de  sociétés  offshore  :      Comment   ce   réseau   tentaculaire,   établi   au   cœur   d’un   pays   européen,   peut-­‐il  perdurer   depuis   tant   d’années  ?   Et   ce,   d’autant   plus,   que   plusieurs   affaires  concernant  ce  réseau  ont  connu  une  résonnance  internationale  (cf.  encadré).     En   septembre   2008,   le   navire   «  FAINA  »   a   été   pris   en   otage   par   des   pirates   somaliens.   À   la   surprise   générale,   33   chars   d’assaut   T-­‐72,   des   lances   grenades   et   des   munitions   ont   été   découverts   à   bord   avec   pour   destination   officieuse   le   sud   Soudan,   alors   sous   embargo.   Le   gouvernement  ukrainien  fut  très  embarrassé  par  cette  affaire,  le  capitaine  du  navire  et  les  marins   se   révélant   être   de   nationalité   ukrainienne.   À   l’époque,   peu   de   recherches   seront   faites   sur   le   propriétaire   de   ce   navire,   la   société   panaméenne   «  Waterlux   AG  »,   elle   même   détenue   par   deux   autres  sociétés,  «  Cascado  AG  »  et  «  Systemo  AG  »  dont  les  présidents  et  trésoriers  ne  sont  autres        que….    E  rik    V  anagels    e  t    S  tan    G  orin.                                                                                      8  TVi  Latvia     14  
  15. 15.  S’il   ne   fait   aucun   doute   que   de   véritables   organisations   criminelles   se   cachent  derrière  ces  myriades  de  sociétés,  plusieurs  questions  se  posent  avec  insistance.  Pourquoi   ces   dernières   ont-­‐elles   besoin   de   créer   des   HYIP  ?   D’autres  programmes  similaires  ont  en  effet  déjà  pu  être  liés  avec  certitude  à  «  Vanagels  et  Gorin  »  comme  par  exemple  Forextime.com  ou  Rockford  Funding9.  Dans  quel  but  l’argent  des  internautes  est-­‐il  collecté  ?  Sert-­‐il  à  financer  d’autres  activités   criminelles  ?   Où   les   propriétaires   de   ces   HYIP   poursuivent-­‐ils  uniquement  un  but  financier  ?  Pour   la   plupart   des   HYIP   aucune   réponse   satisfaisante   ne   peut   être   apportée  mais   de   nombreuses   pyramides   financières   se   sont   révélées   clairement  impliquées  dans  des  affaires  criminelles.       3) Des  HYIP  sont-­‐ils  source  de  financement  d’activités  criminelles  ?    De   plus   en   plus   de   voix   s’élèvent   pour   que   chaque   HYIP   fasse   l’objet   d’une  vérification   préalable   auprès   de   l’Organisation   Internationale   des   Commissions  de  Valeurs10  (OICV).  Il   est   en   effet   inconcevable   que   des   sites   internet,   sous   couvert   de   proposer  d’obscurs  investissements,  collectent  de  l’argent  dans  des  proportions  inconnues  avec  une  finalité  indéterminée,  le  tout  dans  un  total  anonymat.    Le   risque   que   des   organisations   criminelles   exploitent   des   HYIP   afin   de   se  financer  mais  aussi  de  blanchir  des  fonds  est  omniprésent,  car  ces  phénomènes  se  sont  vérifiés  de  nombreuses  fois  concernant  les  pyramides  financières.    En   ce   domaine,   le   cas   de   l’Albanie   est   révélateur.   En   1997,   une   vingtaine   de  sociétés   pyramidales   détiennent   les   deux   tiers   de   l’épargne   de   la   population  (environ   1,5   milliards   de   dollars),  avec  le  soutien  du  gouvernement  qui  incite  les  citoyens  à  vendre  leurs  biens  pour  participer  au  «  miracle  albanais  ».  Le  président  Sali  Berisha  les  qualifiera  même  «  d’hirondelles  du  capitalisme  »,  cet  enthousiasme   débordant   étant   entretenu   par   la   société   «  Vefa   Holdings  »,   qui  contribue  alors  généreusement  au  financement  de  sa  campagne  électorale.  Ce   système   instable   réussit   à   perdurer   plusieurs   années  :   l’argent   des   citoyens  est   alors   investi   dans   des   activités   criminelles   hautement   rentables   (trafic   de  drogue,  d’armes,  de  médicaments,  contrebande  de  pétrole),  dont  une  partie  des  bénéfices  sert  à  maintenir  à  flot  les  pyramides  financières.  Payer  les  souscripteurs  n’est  cependant  pas  la  première  priorité  des  malfrats  et  l’inéluctable   se   produit  :   le   système   s’écroule   plongeant   alors   le   pays   dans   le  chaos.  Lors  d’émeutes,  plus  de  2  000  personnes  périront.  Dans  ce  désordre  généralisé,  38  000  armes  de  poing,  226  000  kalachnikovs,  25  000   mitrailleuses,   2   400   lance-­‐roquettes,   3   500   000     grenades   et   3   600   tonnes  dexplosifs  se  volatilisent11.                                                                                                                  9  http://www.reportingproject.net/proxy/en/the-­‐latvian-­‐proxies  10   Les   missions   de   l’OICV   sont   multiples  :   renforcer   la   transparence   des   marchés   de   valeurs  mobilières,  protéger  les  investisseurs,  faciliter  la  coopération  entre  les  régulateurs  afin  de  lutter  contre  le  crime  financier.11  http://www.serbianna.com/columns/michaletos/020.shtml     15  
  16. 16. L’un   des   principaux   procureurs   anti   mafia  italien,   Luigi   Vigna   a,   par   la   suite,  confirmé  la  participation  du  syndicat  du  crime  organisé  italien  dans  les  systèmes  pyramidaux   albanais12.   500   à   800   millions   de   dollars   auraient   en   effet   étaient  transférés   sur   les   comptes   bancaires   de   ces   organisations   ou   vers   des  partenaires  albanais  établis  en  Italie.  La  société  «  Vefa  Holdings  »    a  d’ailleurs  fait  l’objet  d’une  enquête    pour  ses  liens  présumés  avec  des  organisations  mafieuses  siciliennes  et  calabraises.      Depuis,  les  exemples  n’ont  cessé  de  se  multiplier,  le  dernier  en  date  concernant  l’organisation  criminelle  «  Brothers’  Circle  ».  Mondialement   actifs,   les   Brothers’   Circle   sont,   depuis   quelques   temps,   très  surveillés  par  les  autorités  américaines,  le  Département  du  Trésor  ayant  décidé  en   février   2012   de   prendre   des   mesures   supplémentaires   à   leur   encontre   (gel  des  avoirs  notamment)13.  Impliqués   dans   de   nombreux   trafics   (stupéfiants   et  métaux   précieux),   ces   derniers   coordonnent  également   plusieurs   réseaux   criminels   et  interviennent   en   tant   que   médiateurs   lorsque   des  conflits  surviennent  entre  différents  groupes.  Un   des   personnages   clefs,   Aleksey   Zaytsev,   s’est  récemment   illustré   pour   avoir   conçu   une   importante  pyramide   financière   nommée   «  Business   Club   Rubin  »  dont   la   promotion   était   très   active   sur   Internet   (cf.  copie  écran).  Ayant  son  origine  à  Saint-­‐Pétersbourg,  la  pyramide  s’est  rapidement  propagée  dans  de  nombreux  pays  (dont  plusieurs  situés  en  Europe).  Une  perte  de  deux  milliards  de  roubles  est  à  déplorer  en  Russie,  le  préjudice  global  restant  quant  à  lui  inconnu.  Il  ne  fait  pas  de  doute  qu’une  partie  de  cet  argent  a  bénéficié  aux  Brothers’  Circle.    Si   les   pyramides   financières   se   révèlent   particulièrement   bien   utilisées   par   la  criminalité   organisée,   les   HYIP   leur   apporteraient   quant   à   eux   des   avantages  supplémentaires  :  -­‐   Ces   derniers   permettent   une   source   de   financement   similaire   (l’argent   des  souscripteurs),   pour   des   conséquences   moins   spectaculaires   (aucun   risque   de  crise  économique  ou  de  contestation  sociale).  -­‐   Des   fonds   peuvent   être   récoltés   beaucoup   plus   rapidement   que   dans   une  pyramide  classique.  Il  suffit  pour  cela  de  payer  généreusement  les  moniteurs  et  les   internautes   s’empresseront   d’effectuer   des   dépôts,   attirés   par   l’illusion   du  triple   A.   Nul   besoin   de   convaincre,   d’apporter   des   preuves   ou   d’organiser   des  réunions  de  souscripteurs,  ce  qui  est  impératif  dans  l’économie  classique.  -­‐  Dissimulés  dans  des  paradis  fiscaux,  les  HYIP  ne  font  que  très  rarement  l’objet  d’enquêtes.  Le  risque  d’assister  à  la  confiscation  de  leurs   revenus  frauduleux  est  ainsi  minime.                                                                                                                    12  http://www.independent.co.uk/news/the-­‐gangster-­‐regime-­‐we-­‐fund-­‐1278436.html  13  http://www.treasury.gov/press-­‐center/press-­‐releases/Pages/tg1430.aspx     16  
  17. 17. Cette   difficulté   d’enquêter   sur   les   HYIP   a   conduit   à   un   manque   saisissant   de  connaissance  de  ce  milieu,  empêchant  d’évaluer  sa  réelle  menace.  Par   exemple,   en   2007,   le   HYIP   «  Evolution   Market   Group  »   alerte   les   autorités  financières   de   nombreux   pays   mais   rien   n’est   entrepris   contre   la   société  panaméenne.   En   France,   l’Autorité   des   Marchés   Financiers   publiera   d’ailleurs   un  bulletin  d’alerte.          En   réalité,   c’est   une   intervention   diligentée   par   la   Drug   Enforcement  Administration  qui  facilitera  la  fermeture  de  ce  programme  :  en  effet  les  comptes  bancaires   de   l’un   des   dirigeants   seront   saisis   dans   le   cadre   d’une   enquête   pour  trafic  de  drogue  et  blanchiment  d’argent14.  Au   total,   59   comptes   bancaires,   294   lingots   d’or   et   9   véhicules   de   luxe   seront  saisis  à  cette  occasion.      III)  Un  HYIP  atypique  :  le  cas  MMM-­2011    Alors  que  l’ensemble  des  propriétaires  de  HYIP  cultive  une  discrétion  absolue,  il  en  est  un  qui,  au  contraire,  cherche  à  tout  prix  à  accrocher  la  lumière.  Depuis   janvier   2011,   celui-­‐ci   multiplie   les   interviews   et   les   déclarations  provocantes  afin  que  le  monde  entier  entende  parler  de  son  programme  «  MMM-­‐2011  ».  Cet   habitué   des   plateaux-­‐télé   n’en   est   pas   à   son   coup   d’essai  :   Serguei   Mavrodi  s’est   en   effet   déjà   illustré   dans   le   passé   pour   son   goût   des   escroqueries  financières.  Russes  et  américains  ont  été  ses  principales  victimes,  les  premiers  par  le  biais  de  son  programme  pyramidal  «  MMM  »  et  les  seconds  en  souscrivant  à  son  étrange  bourse  virtuelle  «  Stock  Generation  ».  Après   une   brève   carrière   politique,   quelques   mois   de   prison   et   la   rédaction   de  plusieurs   romans,   le   «  Madoff   russe  »   est   de   retour,   et   sa   stratégie   de  communication   semble   efficace   car   30   millions   d’internautes   auraient   déjà  souscrit  à  son  nouveau  projet.                                                                                                                    14  http://www.justice.gov/usao/flm/programs/vw/EMG/EMG.html     17  
  18. 18.    Comment  l’escroc,  qui  a  l’interdiction  légale  de  mener  des  activités  financières,  a-­‐t-­‐il   pu   échafauder   ce   nouveau   projet   sans   alerter   les   autorités  ?   Une   étude   du  fonctionnement   de   MMM-­‐2011   permet   de   comprendre   le   subterfuge   employé  par  le  prétendu  homme  d’affaires  afin  de  passer  outre  cette  interdiction  (1).  Face   à   la   propagation   de   cette   pyramide   financière   sur   le   web,   un   ancien  cybercriminel  a  décidé  de  s’opposer  ouvertement  à  Serguei  Mavrodi  et  de  gêner  ses   activités.   Les   États   sont   en   effet   trop   lents   selon   lui   à   prendre   des   mesures  coercitives   contre   ce   programme,   plusieurs   ayant   même   décidé   de   ne   pas  interdire  MMM-­‐2011  sur  leur  territoire  (2).      1)  La  «  Mavrodi  Money  Machine  »    MMM-­‐2011   a   tout   d’un   HYIP   typique.   Le   site   web   officiel   propose   aux  internautes   de   s’enregistrer   et   de   bénéficier   de   taux   exceptionnels   en  investissant  dans  une  des  devises  de  leur  créateur,  le  «  Mavro  »,  dont  la  valeur  ne  ferait  que  croître  face  au  rouble  russe  et  au  dollar.    Selon   ses   dires,   Mavrodi,   en   créant   MMM-­‐2011,   serait   à   la   poursuite   d’un   but  noble,   presque   philanthropique.   Loin   de   vouloir   s’enrichir   au   détriment   de   ses  souscripteurs,   le   russe   rechercherait   «  l’apocalypse   financière,   l’effondrement   du  système  financier  contemporain  parce  qu’il  est  injuste.  La  situation,  quand  les  uns  ont   des   milliards   et   d’autres   n’ont   rien,   est   injuste.   Donc,   l’objectif   final   est  l’amélioration  du  monde,  le  communisme».      Afin  de  se  soustraire  à  son  interdiction  de  s’adonner  à  des  activités  financières,  ce  dernier  a  eu  une  idée  simple  :  que  toutes  les  transactions  se  réalisent  entre  les  membres   directement.   Un   nouvel   inscrit   enverrait   donc   le   montant   de   son   dépôt  initial   à   un   membre   plus   ancien.   Puis   lorsqu’un   autre   désirerait   quitter   le  programme   il   transférerait   à   une   personne   intéressée   ses   «  mavro  »   qui   en  échange  le  paierait  par  virement  bancaire,  cash,  chèque  etc.    Dans   les   faits,   Serguei   Mavrodi   serait   donc   simple   spectateur   de   sa   pyramide  financière.   Pourtant,   en   s’inscrivant   à   son   programme,   la   réalité   semble   bien  différente.       18  
  19. 19. MMM-­‐2011   possède   son   propre   site   internet   pour   les   internautes   français   (cf.  copie   d’écrans).   Après   avoir   rempli   un   formulaire   d’inscription,   un   certain   Victor  prend  très  rapidement  contact  avec  nous  et  nous  invite  à  discuter  sur  Skype.          Immédiatement,   ce   dernier   nous   met   en   garde  :   MMM-­‐2011   est   une   chaîne   de  Ponzi.   Loin   de   se   soucier   de   notre   sécurité   financière,   Victor   ne   fait,   en   réalité,  que   suivre   à   la   lettre   les   directives   de   Mavrodi.   Chaque   souscripteur   doit   être  conscient   des   risques   afin   de   ne   pas   pouvoir   accuser   par   la   suite   le   créateur  d’escroquerie.  La   mise   en   garde   est   cependant   très   édulcorée   car   Victor   nous   promet   que   le  système  fonctionne  à  la  perfection  et  ne  peut  en  aucun  cas  s’effondrer.    Nous  demandons  ensuite  à  quel  internaute  envoyer  l’argent  pour  s’inscrire  et,  à  ce  moment  précis,  nous  découvrons  que  Victor  sera  l’unique  bénéficiaire  de  nos  envois.  Le  principe  sera  le  même  pour  les  retraits.  MMM-­‐2011   se   révèle   soudainement   beaucoup   plus   liberticide   que   prévu   et   les  explications  de  ce  dernier  ne  feront  que  confirmer  ce  sentiment.  Victor   est   en   réalité   «  un   chef  »   selon   la   terminologie   employée   dans   le  programme.   Il   existerait   des   «  chefs  »   pour   10,   100,   1  000,   10  000,   100  000  internautes,   chacun   recevant   les   gains   de   ses   membres   mais   en   les   transférant  aux  chefs  situés  au  niveau  supérieur.  Au   sommet   de   la   pyramide,   Mavrodi   aurait   pour   mission   de   réaliser   des  «  consultations  ».  Un   département   de   contrôle   serait   chargé   de   vérifier   qui   effectue   les  transactions,  chacun  des  membres  du  département  étant  choisi  par  Mavrodi  lui-­‐même.  L’escroc   russe   est   finalement   beaucoup   plus   impliqué   dans   la   gestion   de   sa  pyramide  qu’annoncé  et  il  devient  évident  que  ce  dernier  est  le  destinataire  final  de  l’argent  des  souscripteurs.    MMM-­‐2011   emploi   de   nombreux   chefs,   leur   nombre   atteignant   148   personnes  uniquement  pour  l’activité  du  programme  hors  de  Russie  et  des  anciens  pays  de  l’Union  soviétique.  La  France  répertorie  quant  à  elle  deux  chefs,  Victor  mais  aussi  un  certain  Eric.  Leurs   mails,   numéros   de   téléphone   et   pseudonymes   sur   Skype   sont   indiqués   sur  le  site  officiel  du  HYIP  afin  de  pouvoir  aisément  les  contacter.       19  
  20. 20. Ci-­‐après,  les  coordonnées  complètes  des  chefs  n°122  et  n°123,  Victor  et  Eric  :          En   France,   les   pyramides   financières   sont   pourtant   interdites   par   la   loi   mais   rien  ne  semble  pour  le  moment  gêner  l’activité  des  deux  entremetteurs.    2)  Un  ancien  cybercriminel  en  campagne  contre  MMM-­‐2011    C’est   cette   inaction   des   autorités   qui   a   profondément   agacé   un   homme   bien  connu  des  médias  :  Dimitri  Golubov.  Aujourd’hui   reconverti   dans   la   politique   et   créateur   de   son   propre   parti,  l’ukrainien  est  surtout  connu  dans  le  monde  entier  pour  avoir  été  l’un  des  plus  grands  hackers  de  données  bancaires.          Son  combat  contre  Mavrodi  lui  aura  coûté  son  poste  de  fonctionnaire.  Convaincu  qu’  «  avec   les   terroristes   financiers   il   faut   lutter   radicalement   et  catégoriquement  »,   l’homme   décide   de   bloquer   l’accès   au   site   «  serguey-­‐mavrodi.com  ».   Cette   action   est   entreprise   afin   d’empêcher   les   nouvelles  inscriptions,   qu’une   campagne   de   spams   visant   les   États-­‐Unis,   la   Belgique   et  l’Angleterre  encourage  depuis  plusieurs  semaines.     20  
  21. 21.  Golubov  ira  cependant  plus  loin   qu’une  simple  attaque  DDOS  du  site  et  accèdera  aux  données  personnelles  de  Mavrodi  en  le  piratant.  Une   surprise   de   taille   déconcerte   alors   l’ancien   cybercriminel  :   une  correspondance   entre   Mavrodi   et   plusieurs   ambassades   démontre   que   ce  dernier  envisage  de  quitter  au  plus  vite  la  Russie…  avec  un  passeport  lituanien,  au  nom  de  «  Viktoras  Glebas  ».    Ci-­‐dessous,  la  copie  du  passeport  publiée  dans  les  médias  :        Mavrodi,  aucunement  déstabilisé  par  cette  attaque,  ira  jusquà  se  plaindre  dans  une   lettre   ouverte   aux   dirigeants   ukrainiens.   Il   ne   sera   pas   non   plus   sans  rappeler   à   Golubov   que,   compte   tenu   du   passé   cybercriminel   de   celui-­‐ci,   il   n’a  aucune  leçon  à  recevoir  d’un  voleur.  Golubov,   excédé,   prononcera   alors   dans   un   débat   télévisé   cette   phrase   qui   lui  coûtera   son   poste  :   «  Je   veux   m’adresser   aux   politiques   ukrainiens   et   dire   que   si  vous  n’arrêtez  pas  cette  personne,  il  va  vous  voler  l’argent  qu’il  DOIT  vous  voler.  »    Il   y   a   en   effet   lieu   de   s’interroger   sur   l’inaction   des   États,   en   particulier   de   la  Russie,  face  au  cas  MMM-­‐2011.    Loin   de   vouloir   encourager   une   nouvelle   pyramide   financière,   la   Russie   se   dit  désemparée   car   MMM-­‐2011   ne   possède   aucune   structure   juridique   et   n’est  enregistrée   dans   aucun   pays.   Comment   serait-­‐il   possible   de   mettre   un   terme   à  quelque  chose  qui  n’existe  pas  ?  Certains  hommes  politiques  ont  ainsi  déclaré  attendre  que  le  nombre  de  victimes  soit   suffisant   pour   agir.   Cet   évènement   ne   devrait   pas   tarder   à   survenir,   les  exemples   tragiques   d’investisseurs   déçus   se   multipliant   dans   la   presse  internationale.      MMM-­‐2011   peut   sembler   très   différent   du   fonctionnement   des   autres   HYIP,  mais,  en  réalité,  il  n’existe  pas  deux  HYIP  semblables.  Durant   cette   enquête,   c’est   cette   disparité   qui   s’est   révélée   la   plus   surprenante  mais  aussi  la  plus  problématique.     21  
  22. 22. Comment  appréhender  de  manière  globale  un  marché  si  hétérogène  ?      Ainsi,   aux   antipodes   des   HYIP  présentés   précédemment,  certains   font   preuve   d’une  relative   transparence   et  s’établissent   même   au   cœur   de  l’Union  Européenne.  Tel   est   par   exemple   le   cas   de  «  Felmina   Alliance  »,   un   HYIP  allemand   très   apprécié   des  internautes   dont   les   comptes  bancaires  se  situent  à  Hambourg.  Les   taux   de   rendement   proposés   aux   souscripteurs   ne   semblent   pas  déraisonnables,  ces  derniers  ne  dépassant  jamais  les  2%.    Ci-­‐dessous,  détails  des  coordonnées  bancaires  de  Felmina  Alliance  :        Les  autorités  allemandes  sont-­‐elles  au  courant  de  l’existence  de  ce  programme  ?    Cette   transparence   affichée   n’est   en   effet   en   rien   un   gage   de   sécurité   et   il   n’est  pas  établi  que  des  organisations  criminelles  ne  puissent  être  aux  commandes  de  ces  programmes  aux  apparences  plus  «  légitimes  ».    Il   devient   urgent   qu’une   surveillance   constante   soit   exercée   sur   ces   sites  spéculatifs,   qui   n’hésitent   plus   à   s’éloigner   des   paradis   fiscaux   pour   venir   opérer  dans  des  pays  européens,  au  plus  près  des  internautes.  L’Organisation   Internationale   des   Commissions   de   Valeurs   semble   être   toute  indiquée   pour   cette   lourde   tâche.   Seule   une   réponse   internationale   peut  permettre  de  lutter  contre  ce  flot  de  HYIP  aux  structures  éparses,  répartis  dans  le  monde  entier.  Les  HYIP  constituent  un  exemple  de  plus  de  la  facilité  qu’apporte  aux  criminels  le  web,   par   la   vitesse   d’exécution   qu’il   procure,   par   l’absence   de   véritables   règles  juridiques  et  de  limites  frontalières.                         22  
  23. 23.                                                               23  

×