COMMUNIQUÉ	
  DE	
  PRESSE	
  
FONDATION	
  POLAIRE	
  INTERNATIONALE	
  
BRUXELLES,	
  LE	
  11/02/2014	
  
PRESS@POLARFO...
Il	
  découle	
  donc	
  de	
  l’application	
  de	
  cet	
  arrêté	
  :	
  	
  
-

que	
  la	
  présidence	
  du	
  Conse...
technique	
   et	
   administrative.	
   	
   Il	
   s’agit	
   d’une	
   équipe	
   très	
   restreinte	
   et	
   optimi...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La Fondation polaire internationale répond aux critiques dont elle est l'objet

459 vues

Publié le

Communiqué de presse de la Fondation polaire internationale

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
459
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La Fondation polaire internationale répond aux critiques dont elle est l'objet

  1. 1. COMMUNIQUÉ  DE  PRESSE   FONDATION  POLAIRE  INTERNATIONALE   BRUXELLES,  LE  11/02/2014   PRESS@POLARFOUNDATION.ORG   MISE   AU   POINT   DE   LA   FONDATION   POLAIRE   INTERNATIONALE   SUR   LES   CRITIQUES   RECURRENTES   NON  FONDEES  RELATIVES  AUX  REGLES  DE  GOUVERNANCE   Depuis   plusieurs   années,   la   Fondation   Polaire   Internationale   (IPF)   fait   l’objet   de   critiques   répétées   émanant   du   haut   fonctionnaire   fédéral,   Philippe   Mettens,   homme   politique   et   Président   du   Comité   de   direction  du  Service  public  fédéral  Politique  scientifique  (BELSPO).   Il   n’appartient   pas   à   la   Fondation   d’émettre   des   supputations   sur   les   objectifs   personnels   et/ou   politiques   qui   guident   ces   critiques   médiatisées,   par   contre,   il   est   du   devoir   de   la   Fondation   de   rétablir   quelques  vérités.     L’Etat   belge   a   souhaité   déléguer   ses   responsabilités   et   activités   en   Antarctique   à   un   partenariat   entre  le  privé  et  le  public  paritaire  et  équilibré.     Le   Secrétariat   Polaire   est   un   Service   d’Etat   à   Gestion   Séparée   (SEGS)   créé   par   Arrêté   Royal   en   2009,   sous  l’égide  de  Mme  Sabine  Laruelle,  Ministre  en  charge  de  la  Politique  scientifique  de  l’époque.       Deux  acteurs  sont  réunis  au  sein  de  cette  structure  de  partenariat  public-­‐privé  novatrice,  l’Etat  belge   et  la  Fondation  Polaire  Internationale,  fondation  d’utilité  publique  créée  en  2002.    Le  Roi  a  donc  fixé   les  règles  de  gouvernance  suivantes  :     - Le  Conseil  stratégique  du  Secrétariat  Polaire  sera  composé  paritairement  de  douze  membres,   six  issus  du  secteur  privé  et  six  issus  des  cabinets  ministériels  des  différents  ministres   impliqués  dans  ce  projet  (Chancellerie,  Politique  scientifique,  Affaires  étrangères,  Défense,   Environnement)   - Le  Secrétariat  Polaire  aura  la  responsabilité  des  programmes  scientifiques  des  pays  tiers  qui   seraient  accueillis  à  la  station  Princess  Elisabeth   - La  présidence  du  Conseil  stratégique  du  Secrétariat  Polaire  sera  attribuée  dans  un  premier   temps  au  secteur  privé  (avec  un  principe  d’alternance  après  5  ans).    Le  président  sera  nommé   par  le  ministre  compétent,  ne  sera  pas  rémunéré  et  ne  disposera  pas  de  voix  prépondérante.   - l’administration  fédérale  (BELSPO)  ne  siège  pas  au  Conseil  stratégique  du  Secrétariat  Polaire,   mais  son  ministre  organise  le  contrôle  des  documents  et  le  président  du  SPF  Politique   scientifique  dispose  d’une  voie  de  recours  auprès  du  Ministre  en  cas  de  décision  qui  serait   contraire  à  la  légalité.  
  2. 2. Il  découle  donc  de  l’application  de  cet  arrêté  :     - que  la  présidence  du  Conseil  stratégique  du  Secrétariat  Polaire  est  temporairement  attribuée  à   la  Fondation  Polaire  internationale   - que  le  Ministre  nomme  Alain  Hubert  à  la  présidence     Il   est   donc   totalement   erroné   de   prétendre   qu’il   existe   un   conflit   d’intérêt   au   sein   du   Secrétariat   Polaire.     La   constitution   de   son   conseil   stratégique   et   la   nomination   de   son   président   respectent   les   règles   de   droit   et   reflètent   la   volonté   de   l’Etat.   Interrogée   en   2011   par   le   Président   du   BELSPO   à   ce   sujet,   la   Ministre   lui   a   répondu   par   voie   écrite   officielle   que   la   place   tenue   par   la     Fondation   Polaire   internationale   et   Alain   Hubert   au   sein   du   Secrétariat   Polaire   résultait   bien   de   l’effet   de   la   loi   en   ajoutant   qu’il   pouvait   être  :   «  rassuré   sur   la   régularité   du   Secrétariat   Polaire   et   des   organes   qui   le   composent   ainsi   que   sur   la   légalité   des   intérêts   de   M.  Alain   Hubert   et   de   la     Fondation   Polaire   internationale  au  sein  de  celui-­‐ci.  »     Malgré  l’appel    de  la  Ministre  compétente  en  2011  pour   régler   ce   différend   car   «  il  met  en  péril  le  bon   fonctionnement   de   ce   dernier   [le   Secrétariat   polaire],   et   à   terme,   le   rayonnement   international   de   la   station   polaire   Princess   Elisabeth   et   les   investissements   consentis   par   l’Etat   belge   en   Antarctique  »,   force  est  de  constater  qu’en  2014,  soit  trois  années  plus  tard,  cette  exhortation  est  restée  vaine.     Le  financement  des  activités  en  Antarctique  est  totalement  contrôlé  et  audité   Outre   les   contestations   relatives   aux   règles   de   gouvernance,   la   même   voix   s’élève     au   sujet   du   financement  des  activités  évoquant  soit  de  la  mauvaise  gestion,  soit  des  prises  illégales  d’intérêt.   La   situation   est   en   réalité   simple   et   saine.     Les   travaux   de   la   station   Princess   Elisabeth   ont   été   achevés   en   2010   et   ont   été   financés   principalement   par   des   fonds   privés.     Dans   le   cadre   des   campagnes   annuelles,   l’Etat   belge   finance   des   opérations   et   de   la   recherche   par   le   biais   d’une   dotation   (et   non   subsides)  au  Secrétariat  Polaire  (3  millions  d’euros  de  fonds  publics  sur  un  budget  total  opérationnel   de  plus  de  4,5  millions,  le  surplus  étant  entièrement  financé  par  l’IPF  et  ses  partenaires  privés).   Le  budget  est  défini  et  approuvé  par  le  Conseil  stratégique  du  Secrétariat  Polaire  et  les  opérations  sont   exécutées   par   la   Fondation   Polaire   Internationale,   «  partenaire   privilégié   de   l’Etat  »   mandaté     par   Arrêté  Royal  pour  gérer  les  opérations  dans  la  limite  de  ce  budget.    Le  Conseil  Stratégique  valide  entre   autres   les   rémunérations   et     les   services   récurrents   tels   l’ingénierie,   les   travaux   d’électricité   et   de   menuiserie,   le   recours   à   du   personnel   saisonnier   et   permanent,   attachés   à   l’entretien   et   la   gestion   P/2
  3. 3. technique   et   administrative.     Il   s’agit   d’une   équipe   très   restreinte   et   optimisée.     En   vue   de   ne   pas   alourdir  le  budget  de  la  Fondation  avec  des  coûts  de  salaires  fixes,  la  presque  totalité  des  membres  de   l’équipe   facturent   leurs   prestations   en   tant   qu’indépendant   à   titre   personnel   ou   à   travers   une   société,   c’est  le  cas  d’Alain  Hubert  et  d’autres.    Il  ne  s’agit  donc  pas  des  prises  illégales  d’intérêt,  mais  d’une   simple   et   juste   rétribution   pour   services   rendus.     Par   ailleurs,   la   Fondation   fait   appel   à   des   sous-­‐ traitants  en  vue  d’obtenir  les  meilleurs  produits  ou  services.    Il  est  vrai  que  certains  fournisseurs  sont   des  parties  liées  à  la  Fondation,  mais  comme  l’écrit  l’auditeur  Ernst  &  Young  dans  son  rapport  2013,   «  le   benchmark   des   coûts   montrent   que   les   prestations   facturées   par   ces   différents   fournisseurs   le   sont   à  des  conditions  du  marché  ».    Le  même  auditeur  précise  également  de  manière  générale  que  les  coûts   d'opérations  sont  de  «  deux  à  quatre  fois  moins  chers  que  les  autres  bases  comparables  ».    Enfin,  outre   le  contrôle  en  amont    du  Conseil  stratégique  du  Secrétariat  Polaire,  les  différents  services  de  l’État  (y     compris   l’ISI)   ont   pu,   depuis   plusieurs   années,   contrôler   et   auditer   l’ensemble   des   factures   liées   à   la   gestion  de  la  station  Princess  Elisabeth  et  du  Secrétariat  Polaire.   ***   En   conclusion,   il   apparaît   clairement   que   les   critiques   uniques   et   répétées   depuis   2011   à   l’encontre   du   Secrétariat  Polaire  et  de  la  Fondation  Polaire  internationale  sont  infondées.    A  la  lumière  des  récents   événements,     la     Fondation   Polaire   internationale   étudie   actuellement   les   procédures   judiciaires   qu’elle  pourrait  introduire  pour  défendre  sa  réputation.       A   l’aube   de   ces   cinq   années   d’existence   et   en   pleine   campagne   polaire,   il   est   regrettable   de   voir   l’image   de   la   station   Princess   Elisabeth,   reconnue   au   niveau   international,   ternie   de   la   sorte   sans   relâche.  Il  est  grand  temps  d’y  mettre  fin.               P/3

×