SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  128
Services Internet en Entreprise
Cours 2021/2022
Copyright © MEO
Evariste OUEDRAOGO
Introduction
Aujourd'hui, l'explosion des réseaux et de l'internet en entreprise est liée avant tout
aux applications et aux usages.
Le développement croissant des services et des usages à multiplié les besoins de
communication d'information sur les réseaux locaux ou sur l'internet:
- messagerie;
- transfert de fichiers;
- consultation d'informations;
- gestion de transactions;
- réseaux privés virtuels;
- lecture de vidéos;
- réseaux sociaux...
Pour que des données transitent d’un ordinateur « source » jusqu’à un ordinateur
« destinataire », il faut un réseau de câbles, fibres optiques ou faisceaux
hertziens, des équipements pour diriger les données jusqu’à leur destinataire et
connecter les ordinateurs et matériels traversés.
Tout le fonctionnement d’Internet repose sur trois types d’opérateurs:
le prestataire de service, le fournisseur d’accès, l’opérateur de transport.
➢ le prestataire de services propose des services d’accès, messagerie, hébergement de
pages ;
➢ le fournisseur d’accès dispose des équipements permettant la connexion
des équipements de l’abonné d’une part, la connexion de ses équipements à
un réseau Internet d’autre part ;
➢ l’opérateur de transport Internet assure le transport des données à travers
son réseau.
Mais tout repose sur un réseau de câbles utilisés pour Internet ou d’autres types de
données installés et gérés par des opérateurs de câblage.
Au plus proche de l’internaute se trouve le prestataire de service (Internet
Services Provider). Il propose des services de connexions aux internautes.
En échange d’un abonnement, le client dispose au minimum d’une connexion au
réseau Internet et d’une adresse électronique (naba@zoodo.bf) correspondant à
une boîte aux lettres électronique.
Des services complémentaires sont souvent proposés avec ou en plus de
l’abonnement tels qu’hébergement de pages web, WAP, informations thématiques
personnalisées et actualisées.
Le prestataire de service propose une connexion à ses clients, pour cela, il doit être
lui-même connecté à un réseau Internet.
Il loue une connexion Internet à un Fournisseur d’Accès Internet (FAI) et achète un
nom de domaine auprès d’un organisme habilité par une autorité d’administration
Internet.
Trois organismes regroupés au sein de l’ICANN Internet Corporation for Assigned
Names and Numbers (www.icann.org) couvrent l’ensemble des régions.
L’ICANN assure l'attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet, elle
est une autorité de régulation d'Internet. C'est une société de droit californien à but
non lucratif ayant pour principales missions d'administrer les ressources numériques
d'Internet, telles que l'adressage IP et les noms de domaines de premier niveau
(TLD), et de coordonner les acteurs techniques.
Les régions couvertes:
- l’APNIC (www.apnic.net) pour l’Asie et le Pacifique;
- l’ARIN (www.arin.net) pour l’Amérique nord et sud et le sud de l’Afrique;
- le RIPE (www.ripe.net) pour les réseaux européens, y compris le nord de
l’Afrique, le bassin méditerranéen et la Russie.
La plupart des opérateurs assurent au moins 2 des 3 métiers.
Les opérateurs de câblage
➢ un réseau Internet est de type maillé ;
➢ un réseau maillé est un ensemble de liaisons point à point ;
➢ les opérateurs de câblage disposent de liaisons point à point ;
➢ un opérateur de transport Internet peut louer des liaisons à un opérateur de
câblage.
Topologie des réseaux de transport Internet
➢ les réseaux peuvent être de taille régionale, nationale ou internationale;
➢ les réseaux nationaux ont le plus souvent une topologie en pétale ;
➢ pour se connecter au réseau, les clients doivent faire appel à un opérateur
de télécommunication.
Les opérateurs de transport internationaux
➢ le continent nord américain occupe une place centrale dans la topologie
des réseaux Internet mondiaux ;
➢ les liaisons satellites permettent des échanges directs entre l’Europe et
l’Asie.
Trafic et routage
➢ les données traversent le plus souvent plusieurs réseaux d’opérateurs ;
➢ il n’est pas possible de garantir la qualité de la transmission tout au long
des réseaux traversés ;
➢ les temps de traversée d’un réseau d’opérateur sont de quelques centaines
de millisecondes ;
➢ les opérateurs ne peuvent garantir, pour l’instant, les délais de transmission.
Les réseaux satellites
➢ ils permettent de desservir des zones géographiques non câblées ;
➢ ils sont adaptés à une diffusion multipoint (broacasting) ;
➢ ils nécessitent des équipements plus coûteux, notamment pour un particulier
souhaitant émettre.
QCM:
1. Opérateurs Internet : trois métiers
Q1. L’opérateur de transport fournit un service direct :
a) à l’opérateur de câblage b) au fournisseur d’accès
c) au prestataire de service d) à l’internaute
Q2. Le fournisseur d’accès Internet travaille directement avec :
a) l’opérateur de câblage b) le prestataire de service
c) l’opérateur de transport d) l’internaute
Q3. Le réseau Internet est de type maillé parce que :
a) l’internaute a le choix du prestataire de service
b) il est constitué d’un ensemble relié d’opérateurs de transport
c) les données peuvent emprunter plusieurs chemins pour aller d’un point à
un autre
d) les données peuvent emprunter plusieurs réseaux d’opérateurs de transport
2. Les opérateurs de câblage
Q4. La topologie des réseaux Internet des opérateurs de transport de dimension
nationale est de type :
a) en étoile b) en anneau c) maillé d) en pétale
Q5. Un opérateur de câblage gère :
a) des routeurs b) des liaisons point à point
c) des serveurs d’accès distant
3. Topologie des réseaux de transport Internet
Q6. Le réseau d’un opérateur de transport couvre au moins :
a) une ville b) un pays c) une région d) un continent
Première partie I
Généralités et histoire
Généralités
Réseau : une définition
Infrastructure reliant des entités homogènes ou non entre elles.
exemples
- réseau téléphonique
- réseau électrique
- réseau routier
- réseau informatique
Internet : une définition
Réseau de réseaux informatique
en pratique
- relie des ordinateurs
- fournit les services nécessaires
- n’appartient à personne
Définitions
Web, mail, ftp, et autres
Important
Le Web n’est pas Internet.
Web = WWW = World Wide Web
C’est une fonctionnalité utilisant le réseau
Offre accès à des informations
I textes, images, sons, ...
Histoire
Deuxième partie II
Plan
Définitions utiles
Internet
Internet & web
RFC
URI / URL
Intranet
Extranet
Client / Serveur
Architecture d’Internet
Notions de base
Au sujet de OSI...
Encapsulation
Commutation de paquets
DNS
Les principaux services d’Internet
Fonctionnement d’Internet
Définitions utiles
 Internet
 Internet & web
 RFC
 URI / URL
 Intranet
 Extranet
 Client / Serveur
Internet
Un internet est un réseau de réseaux de machines capables de
communiquer par le biais du protocole IP
Internet & web
Ne pas confondre Internet et www/web !
Internet
Regroupement des ordinateurs à travers le monde : c’est un réseau de
réseaux
Web
Service le plus populaire du réseau permettant d’accéder à l’information
sous forme de textes, images, sons, vidéos. . .
RFC
RFC Request For Comment
IETF Internet Engineering Task Force
Guident le développement d’Internet
Aboutissent à la création des protocoles standards d’Internet
URI / URL
URI identifie le nom et l'emplacement d'un fichier ou d'une ressource dans un
format uniforme.
Les URI constituent un moyen standard d’accéder aux ressources par d’autres
ordinateurs sur un réseau ou via le réseau.
Ils sont utilisés par des logiciels tels que Navigateurs Web et P2P programmes de
partage de fichiers pour localiser et télécharger des fichiers.
URL : l'adresse d'une page Web
Intranet
Son accès est limité aux seules personnes autorisées.
Bien que connecté la plupart du temps à internet, c’est un réseau fermé et sécurisé
grâce à l’utilisation d’un pare-feu
Extranet
Partie d’un intranet accessible à l’extérieur de l’entreprise à des personnes
précises (login et mot de passe pour des clients par exemple) sur Internet
Client / Serveur
La relation client / serveur est `a la base de la plupart des communications
sur internet
Architecture d’Internet
 Notions de base
 Au sujet de OSI...
 Encapsulation
 Commutation de paquets
 DNS
Notions de base
Le réseau Internet ne fait que transmettre les paquets
Les extrémités se chargent du reste
Acceptation
Contrôle de la cohérence
……….
Au sujet de OSI
OSI Open Systems Interconnection
Exercice:Classification OSI
Q1. À quel niveau de l’architecture OSI correspond le protocole IP ?
a) niveau 1 b) niveau 2 c) niveau 3
d) niveau 4 e) niveau 5
Q2. À quel niveau de l’architecture OSI correspond le protocole ICMP ?
a) niveau 1 b) niveau 2 c) niveau 3
d) niveau 4 e) niveau 5
Q3. Quel est le protocole de même niveau que TCP ?
a) ARP b) RIP c) RCTP d) UDP e) PPP
Q4. Le protocole UDP utilise une connexion en mode :
a) connecté b) non connecté c) point à point
2. Le protocole IP
Q5. Les adresses IPv4 sont codées sur :
a) 2 octets b) 3 octets c) 4 octets
d) 5 octets e) 6 octets
Q6. Les adresses IP sont réparties en :
a) 3 classes b) 4 classes c) 5 classes
d) 6 classes e) 7 classes
Q7. Quelles sont les fonctionnalités assurées par le protocole IP ?
a) fragmentation b) affectation des ports
c) contrôle de flux d) routage
Encapsulation
Encapsulation et en-tête TCP/IP
Chaque couche du modèle OSI(TCP/IP) a une fonction déterminée.
La couche en cours utilise les services de la couche en dessous d'elle et en offre
pour la couche au dessus d'elle, selon que la trame est envoyé ou reçue.
Ce qui signifie que certaines informations d’une couche peuvent se retrouver dans
une autre. Et, c’est le principe d’encapsulation qui rend cela possible.
De façon directe et simple, l’encapsulation consiste à envelopper les données à
chaque couche du modèle OSI (TCP/IP).
Les données dans le modèle OSI ( TCP/IP) sont enveloppées à chaque couche,
et le nom de l’« unité de donnée » est le nom de l’enveloppe.
Couche Applicative  Unité de donnée = APDU (PDU)
Couche Réseau  Unité de donnée = Paquet
Ces PDUs sont donc une enveloppe contenant 2 choses :
LA DONNÉE en elle-même; et
L’EN-TÊTE spécifique à cette couche
ENCAPSULATION ET EN-TÊTES TCP/IP
Ce SDU devient un PDU après l’encapsulation. La couche Transport ajoute
des informations dans l’en-tête (header) ou le pied (trailer), voire les deux,
au SDU afin de le transformer en un PDU. Ce PDU sera alors le SDU de la
couche Réseau (C-1).
Donc le PDU est un SDU encapsulé avec un en-tête.
DF : Data link
Footer, ou mieux
TRAILER =
remorque;
La couche liaison
a la
particularitéd’ajo
uter ce Trailer.
Commutation de paquets
La commutation de paquets, ou commutation par paquets, ou encore transmission
par paquets, est une technique utilisée pour le transfert de données informatiques dans
des réseaux spécialisés. Elle existe en deux grandes variantes :
les datagrammes (données transmises sans connexions connues dans le réseau), et
les circuits virtuels (données transmises avec connexions connues dans le réseau).
La commutation par paquets est une méthode de regroupement de données qui sont
transmises sur un réseau numérique sous forme de paquets composés d'un en-tête et
d'une charge utile. Les données de l'en-tête sont utilisées par le matériel de mise en
réseau pour diriger le paquet vers sa destination où la charge utile est extraite et utilisée
par le logiciel d'application. La commutation par paquets est la base première des
communications de données dans les réseaux informatiques du monde entier.
DNS
(Domain Name System) service permettant de traduire un
nom de domaine en adresses IP de la machine portant ce nom
Les principaux services d’Internet
Les principaux services d’Internet
Les services d'internet englobent aussi bien le Web et le courrier électronique que les
informations fournies par les groupes de discussion, les news, les forums, mais aussi par
FTP ou Telnet.
Services fournis sur la base de TCP/IP (protocoles):
• La connexion à distance (TELNET)
• L’échange de fichiers (FTP)
• Le courrier électronique ou e-mail (POP3-SMTP)
• Les forums de discussion ou News (USENET)
• Consultation de sites : (HTTP)
World Wide Web ou WWW ou Web
• Les lieux de bavardage ou Chat (IRC)
Fonctionnement d’Internet
QUEL TYPE DE CONNEXION CHOISIR POUR SE CONNECTER A INTERNET?
Que le client soit une grande entreprise, une PME/PMI ou un particulier,
l’objectif est le même : maîtriser les coûts de communication.
Le choix va dépendre du type de service envisagé (fournir et/ou recevoir de
l’information), du volume d’informations à traiter et du temps imparti.
Deux modes de connexion existent :
le mode connecté et le mode non connecté.
Le mode connecté
Il nécessite, préalablement à l’accès à Internet, l’établissement
d’une liaison avec l’opérateur de raccordement à Internet
(prestataire de service ou fournisseur d’accès) à travers un réseau
commuté (réseau téléphonique commuté par exemple).
Dans ce mode, le client ne paie que le temps d’utilisation effectif de la
connexion à Internet. Par contre, il ne pourra accéder à Internet que si
son opérateur dispose d’une ligne libre pour la connexion.
Aux heures de pointe, il faudra patienter et attendre qu’une ligne se
libère.
Le temps d’attente est souvent inversement proportionnel au prix de
l’abonnement.
Plus le rapport du nombre d’abonnés au nombre de lignes d’un
prestataire est grand (over-booking), plus la probabilité de disposer
d’une ligne est faible. Le mode connecté est utilisé pour les liaisons par
le RTC, les GSM et GPRS
Le mode non connecté
Il utilise une liaison permanente entre le client et l’opérateur, que le client se
connecte à Internet ou non.
Le coût est le plus souvent forfaitaire (abonnement mensuel) et/ou au volume de
données échangées (en méga-octets ou Mo).
Certains prestataires incluent dans l’abonnement un volume forfaitaire au-delà
duquel les données supplémentaires échangées sont facturées au Mo.
Dans ce mode, le client est sûr de pouvoir accéder à Internet au moment de son
choix. C’est un mode de connexion quasiment indispensable pour les clients
souhaitant installer dans leurs locaux un serveur web. Celui-ci doit en effet être
accessible en permanence par les internautes.
L’alternative consiste à faire héberger son serveur chez un prestataire.
Cette solution peut s’avérer plus économique, mais moins souple quant à la mise à
jour du site.
Les bonnes questions à se poser en plus des paramètres classiques tels le débit, le
coût de l’abonnement et de la liaison, d’autres paramètres sont utiles pour guider le
choix.
Parmi ceux-ci :
– le taux de disponibilité des lignes du prestataire ;
– le débit disponible entre le prestataire et Internet ;
– le taux d’indisponibilité des services du prestataire (pannes et maintenance) ;
– le temps de remise en service en cas de panne (le taux de panne zéro n’existe pas)
Il faut garder en mémoire le fait que le débit garanti par le prestataire est celui de la
liaison entre ses équipements et ceux de l’abonné, en aucune manière le débit sur
Internet.
Disposer d’un débit supérieur au débit réel entre le prestataire et Internet ou
sur Internet conduit à une sous-utilisation de la liaison avec le prestataire.
Pour un usage professionnel, le moins cher n’est pas toujours le plus économique.
Pour établir un budget prévisionnel fiable, le professionnel a besoin de maîtriser le
coût de sa connexion et de disposer d’un service conforme à ses besoins.
Le coût de la connexion comporte l’amortissement de l’équipement nécessaire,
l’abonnement et le coût des communications.
Le service prend en compte les débits disponibles, dont dépend la durée de la
communication, et la facilité d’établir une connexion (capacité de connexion du
prestataire et taux d’indisponibilité).
C’est donc le rapport (amortissement équipement + abonnement +
communication)/(services) qu’il faudra prendre en compte.
Troisième partie III
Protocoles & Internet
Protocoles
Dans le monde des réseaux, un protocole définit un ensemble de règles suivies par
les équipements dans le but d'échanger des informations. Les formats des
informations font partie intégrante du protocole.
Dans l'organisation d'internet, des protocoles sont associes:
- aux services (HTTP pour le Web, SMTP ou POP pour l'e-mail...);
- a l'établissement d'une liaison entre les systèmes (PPP pour la liaison entre le
modem de l'usager et son FAI, ATM pour les liaisons au cœur d'Internet...).
Protocoles Internet
Protocoles Internet
Protocoles de base
Protocoles de transport
Protocoles de gestion
Protocoles applicatifs
Protocoles Internet
Protocoles de base
•Le protocole “TCP” : ( Transmission Control Protocol ). ...
•Le Protocole “UDP”: ( User Datagram Protocol ). ...
•Le Protocole “ICMP”: ( Internet Control Message Protocol ). ...
•Le Protocole “SMTP” : ( Simple Mail Transfert Protocol ). ...
•Le Protocole “POP” : ( Post Office Protocol ).
Protocoles de transport
Les protocoles de niveau transport sont chargés d’initialiser le dialogue
avec les protocoles de même niveau du destinataire, à la demande des
applications.
1. Pour une application de type navigation, le navigateur demande l’ouverture d’une
connexion sur le port 80 (ouverture de socket). Il fournit donc au protocole de
niveau transport le numéro du protocole utilisé (port destination 80), l’adresse
destination, le numéro de process local (port source) et l’adresse source.
2. Le protocole de niveau transport transmet une demande d’ouverture de connexion
au protocole de niveau réseau. Il lui transmet les adresses sources et destination.
3. Le protocole de niveau réseau va transmettre sur le réseau Internet la demande de
connexion au serveur.
4. Après un mécanisme similaire et une réponse positive du serveur, le protocole
réseau informe le protocole de niveau transport de l’établissement de la connexion.
5. Le protocole de niveau transport initialise la connexion (dimensionnement des
buffers, initialisation du numéro de séquence et de la régulation de flux).
6. Le protocole de niveau transport informe le navigateur que le dialogue avec le
serveur est établi.
Protocoles de gestion
Tous les protocoles de gestion proposent une architecture et des procédures
pour extraire, collecter, transférer, stocker et rapporter les informations de
gestion des éléments gérés.
ICMP fonctionne dans le domaine de la validation des défauts et permet
également le calcul de certaines mesures de performance.
SNMP (Simple Network Management Protocol) est un protocole de couche
application qui couvre les domaines des pannes, des performances et des
actions.
SNMP fournit un schéma de collecte, d’organisation et de communication
des informations de gestion entre les périphériques qui composent un réseau.
WMI propose un modèle permettant de représenter, d’obtenir, de stocker et
de partager des informations de gestion sur le matériel et les logiciels
Windows, à la fois locaux et distants.
Protocoles applicatifs
Principales applications Internet
Service réseau N° de Port Type Commentaire
ICMP 7 TCP/UDP Commandes Ping
Netstat 15 TCP/UDP Etat du réseau
FTP 21 TCP Transfert de fichiers
SSH 22 TCP/UDP SSH Remote Login Protocol
Telnet 23 TCP Connexion via terminal réseau
SMTP 25 TCP Envoi de courrier
DNS 53 TCP/UDP Serveurs de noms de domaine
HTTP 80 TCP Serveur Web
Pop3 110 TCP Réception de courrier
nntp 119 TCP Service de news
ntp 123 UDP Protocole temps réseau
nbname 137 TCP/UDP Service de Nom Netbios
netbios-ssn 139 TCP/UDP Service de Session Netbios
imap 143 TCP/UDP Protocole d'accès messagerie Internet
SNMP 161 UDP Administration de réseau
Quatrième partie IV
Standards sur Internet
Standards sur Internet
SE CONNECTER PAR LE RTC
Le raccordement par le RTC nécessite :
– un modem chargé de la gestion de la liaison avec le modem du
prestataire, du codage des données à transmettre et de leur mise en forme
(trame asynchrone
orientée caractère).
– le protocole PPP (Point to Point Protocol) ;
– le protocole TCP/IP.
Pour que l’ensemble fonctionne, il faut paramétrer tous les protocoles et
établir un lien entre chacun des protocoles contigus. Ce paramétrage et
ces liens (par exemple entre IP et PPP) sont généralement assurés par le
système d’exploitation de manière transparente pour l’utilisateur.
CONNECTER PAR LIAISON SPÉCIALISÉE
Ce mode de connexion est particulièrement utilisé par les entreprises qui disposent
de serveurs web devant être accessibles en permanence depuis Internet. La liaison
entre le client et le fournisseur d’accès Internet sera assurée par un opérateur de
télécommunication.
la liaison entre le client et le FAI est une liaison permanente assurée par un
opérateur de télécommunication ;
➢ les protocoles de transmission les plus utilisés sont SDH (Synchronous Digital
Hierarchy) et WDM (Wavelength Division Multiplexing) ;
➢ pour une liaison multicanaux, le débit disponible sur la liaison du FAI à
l’opérateur télécom est partagé par les clients ;
➢ pour le raccordement, le client doit disposer d’un routeur et des cartes
interfaces permettant la mise en oeuvre des protocoles de l’opérateur de
télécommunication
et du FAI.
Le raccordement par ADSL utilise :
– un modem associé à un filtre ;
– une connexion VPN (Virtual Private Network) en accès distant ;
– le protocole PPTP (Point to Point Tunneling Protocol) ;
– le protocole TCP/IP.
SE CONNECTER PAR ADSL
Opérateurs Internet :
Q1. L’opérateur de transport fournit un service direct :
a) à l’opérateur de câblage b) au fournisseur d’accès
c) au prestataire de service d) à l’internaute
Q2. Le fournisseur d’accès Internet travaille directement avec :
a) l’opérateur de câblage b) le prestataire de service
c) l’opérateur de transport d) l’internaute
Q3. Le réseau Internet est de type maillé parce que :
a) l’internaute a le choix du prestataire de service
b) il est constitué d’un ensemble relié d’opérateurs de transport
c) les données peuvent emprunter plusieurs chemins pour aller
d’un point à un autre
d) les données peuvent emprunter plusieurs réseaux d’opérateurs de transport
Q4. La topologie des réseaux Internet des opérateurs de transport de dimension
nationale est de type :
a) en étoile b) en anneau c) maillé d) en pétale
Q5. Un opérateur de câblage gère :
a) des routeurs b) des liaisons point à point
c) des serveurs d’accès distant
Exercice
Un fournisseur d’accès Internet veut abonner trois entreprises disposant
chacune d’une liaison spécialisée à 512 Kb/s pour des serveurs
web, deux prestataires de service disposant chacun d’une LS à 512 Kb/s
pour leurs clients et 12 prestataires disposant de LS à 128 Kb/s.
Il veut offrir aux entreprises un débit nominal égal à celui de leur LS. Il
estime que les lignes des prestataires sont utilisées à 60 % de leur capacité.
a) Calculer le débit de la LS de type multicanaux qu’il doit louer.
b) Combien de prestataires disposant de lignes 128 Kb/s pourra-t-il
abonner s’il dispose de 3 LS à 2 Mb/s ?
Avancées Technologiques concernant les services Internet avec la 5G
La 5G va permettre d'obtenir des vitesses de connexion à Internet beaucoup plus
rapides qu‘avec 4G. À termes, la 5G sera à la 4G ce que la fibre optique est à
l'ADSL. Le débit de la 5G sera jusqu'à 10 fois plus rapide que le débit en 4G
La 5G s'appuie sur de nouvelles fréquences, permet de répondre à l’explosion du
trafic mobile et d'avoir plus de débit.
la 5G va faciliter l'émergence d'un immense écosystème IoT (internet des objets)
dans lequel les réseaux pourront répondre aux besoins en communication de
milliards d'objets connectés, grâce à un compromis entre vitesse, latence (temps de
réponse) et coût.
La faible latence, une caractéristique autorisant l'interactivité en temps réel des
services utilisant le cloud, est indispensable au succès des voitures sans conducteur,
par exemple. La technologie 5G offre aussi un temps de latence extrêmement faible,
c’est à dire le délai entre l'envoi et la réception des informations.
De 200 millisecondes pour la 4G, on descend à 1 milliseconde (1ms) avec la 5G.
De même, la faible consommation électrique permettra aux objets connectés de
fonctionner pendant des mois ou des années sans assistance humaine.
À la différence des services IoT actuels qui optent pour des compromis en matière de
performances afin de bénéficier au mieux des technologies sans fil actuelles (3G, 4G,
Wi-Fi, Bluetooth, Zigbee, etc.), les réseaux 5G seront conçus pour apporter le niveau
de performance nécessaire à un déploiement massif d'objets connectés.
Cette technologie permettra de proposer un monde parfaitement connecté.
La technologie 5G repose sur 8 exigences techniques:
- Jusqu'à 10 Gbit/s de débit de données - > de 10 à 100 fois plus que les réseaux 4G
et 4.5G
- 1 milliseconde de latence
-1 000 fois plus de bande passante par unité de surface
-Jusqu'à 100 fois plus d'appareils connectés par unité de surface (par rapport à la 4G
LTE)
-99,999 % de disponibilité
-100 % de couverture
-90 % de réduction de la consommation d'énergie du réseau
-Jusqu'à 10 ans de durée de vie de la batterie pour les appareils IoT à faible
consommation
LIVRES
INTERNET: SERVICES ET RESEAUX - Stéphane Lohier, Dominique Présent

Contenu connexe

Similaire à Services Internet en Entreprise 2022.pptx

Animation réseaux et internet en resumé
Animation réseaux et internet   en resuméAnimation réseaux et internet   en resumé
Animation réseaux et internet en resuméelianeycom
 
Cours réseaux informatiques ia2
Cours réseaux informatiques  ia2Cours réseaux informatiques  ia2
Cours réseaux informatiques ia2Amel Morchdi
 
Cours réseaux informatiques iia2
Cours réseaux informatiques  iia2Cours réseaux informatiques  iia2
Cours réseaux informatiques iia2Amel Morchdi
 
Introduction_Reseau.pdf
Introduction_Reseau.pdfIntroduction_Reseau.pdf
Introduction_Reseau.pdfMohamedElbrak2
 
Reseaux+info+bac+lettres
Reseaux+info+bac+lettresReseaux+info+bac+lettres
Reseaux+info+bac+lettresHouas Makram
 
Fonctionnement du réseau
Fonctionnement du réseauFonctionnement du réseau
Fonctionnement du réseaumelaniegenovese
 
Évaluation des performances du réseau 3G : application à la couche réseau
Évaluation des performances du réseau 3G : application à la couche réseauÉvaluation des performances du réseau 3G : application à la couche réseau
Évaluation des performances du réseau 3G : application à la couche réseauAchraf Trabelsi
 
CoursReseauxInfo.pdf
CoursReseauxInfo.pdfCoursReseauxInfo.pdf
CoursReseauxInfo.pdfOULAKBIRIlham
 
Fonctionnement d'un reseau
Fonctionnement d'un reseauFonctionnement d'un reseau
Fonctionnement d'un reseauzan
 
Administration reseau
Administration reseauAdministration reseau
Administration reseauRiadh Briki
 
Cours 1 internet evolution et architecture
Cours 1  internet evolution et architectureCours 1  internet evolution et architecture
Cours 1 internet evolution et architecturefbouyakoub
 
Cha1 introduction
Cha1 introductionCha1 introduction
Cha1 introductionEns Kouba
 
Description des réseaux 4G LTE
Description des réseaux 4G LTEDescription des réseaux 4G LTE
Description des réseaux 4G LTEOussama Hosni
 
Coursrseaux 111019081618-phpapp01
Coursrseaux 111019081618-phpapp01Coursrseaux 111019081618-phpapp01
Coursrseaux 111019081618-phpapp01Fabrice Enock
 
LML Technologie distribue Omnivigil
LML Technologie distribue OmnivigilLML Technologie distribue Omnivigil
LML Technologie distribue OmnivigilLouis-Martin Landry
 

Similaire à Services Internet en Entreprise 2022.pptx (20)

ICDL MODULE 1 Lesson 4
ICDL MODULE 1 Lesson 4ICDL MODULE 1 Lesson 4
ICDL MODULE 1 Lesson 4
 
Animation réseaux et internet en resumé
Animation réseaux et internet   en resuméAnimation réseaux et internet   en resumé
Animation réseaux et internet en resumé
 
Cours réseaux informatiques ia2
Cours réseaux informatiques  ia2Cours réseaux informatiques  ia2
Cours réseaux informatiques ia2
 
Cours réseaux informatiques iia2
Cours réseaux informatiques  iia2Cours réseaux informatiques  iia2
Cours réseaux informatiques iia2
 
Introduction_Reseau.pdf
Introduction_Reseau.pdfIntroduction_Reseau.pdf
Introduction_Reseau.pdf
 
Reseaux+info+bac+lettres
Reseaux+info+bac+lettresReseaux+info+bac+lettres
Reseaux+info+bac+lettres
 
Fonctionnement du réseau
Fonctionnement du réseauFonctionnement du réseau
Fonctionnement du réseau
 
Évaluation des performances du réseau 3G : application à la couche réseau
Évaluation des performances du réseau 3G : application à la couche réseauÉvaluation des performances du réseau 3G : application à la couche réseau
Évaluation des performances du réseau 3G : application à la couche réseau
 
cours-gratuit.com--id-5598.pdf
cours-gratuit.com--id-5598.pdfcours-gratuit.com--id-5598.pdf
cours-gratuit.com--id-5598.pdf
 
CoursReseauxInfo.pdf
CoursReseauxInfo.pdfCoursReseauxInfo.pdf
CoursReseauxInfo.pdf
 
Fonctionnement d'un reseau
Fonctionnement d'un reseauFonctionnement d'un reseau
Fonctionnement d'un reseau
 
Administration reseau
Administration reseauAdministration reseau
Administration reseau
 
Cours 1 internet evolution et architecture
Cours 1  internet evolution et architectureCours 1  internet evolution et architecture
Cours 1 internet evolution et architecture
 
Ccnp securite vpn
Ccnp securite vpnCcnp securite vpn
Ccnp securite vpn
 
Cha1 introduction
Cha1 introductionCha1 introduction
Cha1 introduction
 
Description des réseaux 4G LTE
Description des réseaux 4G LTEDescription des réseaux 4G LTE
Description des réseaux 4G LTE
 
Administration reseau
Administration reseauAdministration reseau
Administration reseau
 
Coursrseaux 111019081618-phpapp01
Coursrseaux 111019081618-phpapp01Coursrseaux 111019081618-phpapp01
Coursrseaux 111019081618-phpapp01
 
Cours réseaux
Cours réseauxCours réseaux
Cours réseaux
 
LML Technologie distribue Omnivigil
LML Technologie distribue OmnivigilLML Technologie distribue Omnivigil
LML Technologie distribue Omnivigil
 

Dernier

Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfSylvianeBachy
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneTxaruka
 
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 37
 
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfPIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfRiDaHAziz
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxJCAC
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfbdp12
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 37
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxMartin M Flynn
 
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfPIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfRiDaHAziz
 
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Gabriel Gay-Para
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx      Film   françaisPas de vagues.  pptx      Film   français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 37
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursStagiaireLearningmat
 
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 37
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
Bernard Réquichot.pptx   Peintre françaisBernard Réquichot.pptx   Peintre français
Bernard Réquichot.pptx Peintre françaisTxaruka
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24BenotGeorges3
 

Dernier (18)

Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
 
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
 
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfPIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
 
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfPIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
 
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
 
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx      Film   françaisPas de vagues.  pptx      Film   français
Pas de vagues. pptx Film français
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceurs
 
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film français
 
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
Bernard Réquichot.pptx   Peintre françaisBernard Réquichot.pptx   Peintre français
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
 

Services Internet en Entreprise 2022.pptx

  • 1. Services Internet en Entreprise Cours 2021/2022 Copyright © MEO Evariste OUEDRAOGO
  • 2. Introduction Aujourd'hui, l'explosion des réseaux et de l'internet en entreprise est liée avant tout aux applications et aux usages. Le développement croissant des services et des usages à multiplié les besoins de communication d'information sur les réseaux locaux ou sur l'internet: - messagerie; - transfert de fichiers; - consultation d'informations; - gestion de transactions; - réseaux privés virtuels; - lecture de vidéos; - réseaux sociaux...
  • 3. Pour que des données transitent d’un ordinateur « source » jusqu’à un ordinateur « destinataire », il faut un réseau de câbles, fibres optiques ou faisceaux hertziens, des équipements pour diriger les données jusqu’à leur destinataire et connecter les ordinateurs et matériels traversés.
  • 4. Tout le fonctionnement d’Internet repose sur trois types d’opérateurs: le prestataire de service, le fournisseur d’accès, l’opérateur de transport. ➢ le prestataire de services propose des services d’accès, messagerie, hébergement de pages ; ➢ le fournisseur d’accès dispose des équipements permettant la connexion des équipements de l’abonné d’une part, la connexion de ses équipements à un réseau Internet d’autre part ; ➢ l’opérateur de transport Internet assure le transport des données à travers son réseau. Mais tout repose sur un réseau de câbles utilisés pour Internet ou d’autres types de données installés et gérés par des opérateurs de câblage.
  • 5. Au plus proche de l’internaute se trouve le prestataire de service (Internet Services Provider). Il propose des services de connexions aux internautes. En échange d’un abonnement, le client dispose au minimum d’une connexion au réseau Internet et d’une adresse électronique (naba@zoodo.bf) correspondant à une boîte aux lettres électronique. Des services complémentaires sont souvent proposés avec ou en plus de l’abonnement tels qu’hébergement de pages web, WAP, informations thématiques personnalisées et actualisées.
  • 6.
  • 7. Le prestataire de service propose une connexion à ses clients, pour cela, il doit être lui-même connecté à un réseau Internet. Il loue une connexion Internet à un Fournisseur d’Accès Internet (FAI) et achète un nom de domaine auprès d’un organisme habilité par une autorité d’administration Internet.
  • 8. Trois organismes regroupés au sein de l’ICANN Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (www.icann.org) couvrent l’ensemble des régions. L’ICANN assure l'attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet, elle est une autorité de régulation d'Internet. C'est une société de droit californien à but non lucratif ayant pour principales missions d'administrer les ressources numériques d'Internet, telles que l'adressage IP et les noms de domaines de premier niveau (TLD), et de coordonner les acteurs techniques. Les régions couvertes: - l’APNIC (www.apnic.net) pour l’Asie et le Pacifique; - l’ARIN (www.arin.net) pour l’Amérique nord et sud et le sud de l’Afrique; - le RIPE (www.ripe.net) pour les réseaux européens, y compris le nord de l’Afrique, le bassin méditerranéen et la Russie.
  • 9. La plupart des opérateurs assurent au moins 2 des 3 métiers. Les opérateurs de câblage ➢ un réseau Internet est de type maillé ; ➢ un réseau maillé est un ensemble de liaisons point à point ; ➢ les opérateurs de câblage disposent de liaisons point à point ; ➢ un opérateur de transport Internet peut louer des liaisons à un opérateur de câblage.
  • 10. Topologie des réseaux de transport Internet ➢ les réseaux peuvent être de taille régionale, nationale ou internationale; ➢ les réseaux nationaux ont le plus souvent une topologie en pétale ; ➢ pour se connecter au réseau, les clients doivent faire appel à un opérateur de télécommunication.
  • 11. Les opérateurs de transport internationaux ➢ le continent nord américain occupe une place centrale dans la topologie des réseaux Internet mondiaux ; ➢ les liaisons satellites permettent des échanges directs entre l’Europe et l’Asie.
  • 12. Trafic et routage ➢ les données traversent le plus souvent plusieurs réseaux d’opérateurs ; ➢ il n’est pas possible de garantir la qualité de la transmission tout au long des réseaux traversés ; ➢ les temps de traversée d’un réseau d’opérateur sont de quelques centaines de millisecondes ; ➢ les opérateurs ne peuvent garantir, pour l’instant, les délais de transmission. Les réseaux satellites ➢ ils permettent de desservir des zones géographiques non câblées ; ➢ ils sont adaptés à une diffusion multipoint (broacasting) ; ➢ ils nécessitent des équipements plus coûteux, notamment pour un particulier souhaitant émettre.
  • 13.
  • 14.
  • 15. QCM: 1. Opérateurs Internet : trois métiers Q1. L’opérateur de transport fournit un service direct : a) à l’opérateur de câblage b) au fournisseur d’accès c) au prestataire de service d) à l’internaute Q2. Le fournisseur d’accès Internet travaille directement avec : a) l’opérateur de câblage b) le prestataire de service c) l’opérateur de transport d) l’internaute Q3. Le réseau Internet est de type maillé parce que : a) l’internaute a le choix du prestataire de service b) il est constitué d’un ensemble relié d’opérateurs de transport c) les données peuvent emprunter plusieurs chemins pour aller d’un point à un autre d) les données peuvent emprunter plusieurs réseaux d’opérateurs de transport 2. Les opérateurs de câblage Q4. La topologie des réseaux Internet des opérateurs de transport de dimension nationale est de type : a) en étoile b) en anneau c) maillé d) en pétale Q5. Un opérateur de câblage gère : a) des routeurs b) des liaisons point à point c) des serveurs d’accès distant 3. Topologie des réseaux de transport Internet Q6. Le réseau d’un opérateur de transport couvre au moins : a) une ville b) un pays c) une région d) un continent
  • 17. Généralités Réseau : une définition Infrastructure reliant des entités homogènes ou non entre elles. exemples - réseau téléphonique - réseau électrique - réseau routier - réseau informatique Internet : une définition Réseau de réseaux informatique en pratique - relie des ordinateurs - fournit les services nécessaires - n’appartient à personne Définitions
  • 18. Web, mail, ftp, et autres Important Le Web n’est pas Internet. Web = WWW = World Wide Web C’est une fonctionnalité utilisant le réseau Offre accès à des informations I textes, images, sons, ...
  • 20.
  • 21.
  • 22.
  • 23.
  • 24.
  • 26. Plan Définitions utiles Internet Internet & web RFC URI / URL Intranet Extranet Client / Serveur Architecture d’Internet Notions de base Au sujet de OSI... Encapsulation Commutation de paquets DNS Les principaux services d’Internet Fonctionnement d’Internet
  • 27. Définitions utiles  Internet  Internet & web  RFC  URI / URL  Intranet  Extranet  Client / Serveur
  • 28. Internet Un internet est un réseau de réseaux de machines capables de communiquer par le biais du protocole IP
  • 29. Internet & web Ne pas confondre Internet et www/web ! Internet Regroupement des ordinateurs à travers le monde : c’est un réseau de réseaux Web Service le plus populaire du réseau permettant d’accéder à l’information sous forme de textes, images, sons, vidéos. . .
  • 30. RFC RFC Request For Comment IETF Internet Engineering Task Force Guident le développement d’Internet Aboutissent à la création des protocoles standards d’Internet
  • 32. URI identifie le nom et l'emplacement d'un fichier ou d'une ressource dans un format uniforme. Les URI constituent un moyen standard d’accéder aux ressources par d’autres ordinateurs sur un réseau ou via le réseau. Ils sont utilisés par des logiciels tels que Navigateurs Web et P2P programmes de partage de fichiers pour localiser et télécharger des fichiers.
  • 33. URL : l'adresse d'une page Web
  • 34. Intranet Son accès est limité aux seules personnes autorisées. Bien que connecté la plupart du temps à internet, c’est un réseau fermé et sécurisé grâce à l’utilisation d’un pare-feu
  • 35. Extranet Partie d’un intranet accessible à l’extérieur de l’entreprise à des personnes précises (login et mot de passe pour des clients par exemple) sur Internet
  • 36. Client / Serveur La relation client / serveur est `a la base de la plupart des communications sur internet
  • 37. Architecture d’Internet  Notions de base  Au sujet de OSI...  Encapsulation  Commutation de paquets  DNS
  • 38. Notions de base Le réseau Internet ne fait que transmettre les paquets Les extrémités se chargent du reste Acceptation Contrôle de la cohérence ……….
  • 39.
  • 40. Au sujet de OSI
  • 41. OSI Open Systems Interconnection
  • 42.
  • 43.
  • 44.
  • 45.
  • 46.
  • 47.
  • 48.
  • 49.
  • 50.
  • 51.
  • 52.
  • 53.
  • 54. Exercice:Classification OSI Q1. À quel niveau de l’architecture OSI correspond le protocole IP ? a) niveau 1 b) niveau 2 c) niveau 3 d) niveau 4 e) niveau 5 Q2. À quel niveau de l’architecture OSI correspond le protocole ICMP ? a) niveau 1 b) niveau 2 c) niveau 3 d) niveau 4 e) niveau 5 Q3. Quel est le protocole de même niveau que TCP ? a) ARP b) RIP c) RCTP d) UDP e) PPP Q4. Le protocole UDP utilise une connexion en mode : a) connecté b) non connecté c) point à point 2. Le protocole IP Q5. Les adresses IPv4 sont codées sur : a) 2 octets b) 3 octets c) 4 octets d) 5 octets e) 6 octets Q6. Les adresses IP sont réparties en : a) 3 classes b) 4 classes c) 5 classes d) 6 classes e) 7 classes Q7. Quelles sont les fonctionnalités assurées par le protocole IP ? a) fragmentation b) affectation des ports c) contrôle de flux d) routage
  • 55.
  • 56.
  • 57.
  • 59. Encapsulation et en-tête TCP/IP Chaque couche du modèle OSI(TCP/IP) a une fonction déterminée. La couche en cours utilise les services de la couche en dessous d'elle et en offre pour la couche au dessus d'elle, selon que la trame est envoyé ou reçue.
  • 60. Ce qui signifie que certaines informations d’une couche peuvent se retrouver dans une autre. Et, c’est le principe d’encapsulation qui rend cela possible. De façon directe et simple, l’encapsulation consiste à envelopper les données à chaque couche du modèle OSI (TCP/IP).
  • 61. Les données dans le modèle OSI ( TCP/IP) sont enveloppées à chaque couche, et le nom de l’« unité de donnée » est le nom de l’enveloppe. Couche Applicative  Unité de donnée = APDU (PDU) Couche Réseau  Unité de donnée = Paquet Ces PDUs sont donc une enveloppe contenant 2 choses : LA DONNÉE en elle-même; et L’EN-TÊTE spécifique à cette couche
  • 62.
  • 63. ENCAPSULATION ET EN-TÊTES TCP/IP Ce SDU devient un PDU après l’encapsulation. La couche Transport ajoute des informations dans l’en-tête (header) ou le pied (trailer), voire les deux, au SDU afin de le transformer en un PDU. Ce PDU sera alors le SDU de la couche Réseau (C-1). Donc le PDU est un SDU encapsulé avec un en-tête.
  • 64. DF : Data link Footer, ou mieux TRAILER = remorque; La couche liaison a la particularitéd’ajo uter ce Trailer.
  • 65.
  • 66. Commutation de paquets La commutation de paquets, ou commutation par paquets, ou encore transmission par paquets, est une technique utilisée pour le transfert de données informatiques dans des réseaux spécialisés. Elle existe en deux grandes variantes : les datagrammes (données transmises sans connexions connues dans le réseau), et les circuits virtuels (données transmises avec connexions connues dans le réseau). La commutation par paquets est une méthode de regroupement de données qui sont transmises sur un réseau numérique sous forme de paquets composés d'un en-tête et d'une charge utile. Les données de l'en-tête sont utilisées par le matériel de mise en réseau pour diriger le paquet vers sa destination où la charge utile est extraite et utilisée par le logiciel d'application. La commutation par paquets est la base première des communications de données dans les réseaux informatiques du monde entier.
  • 67.
  • 68.
  • 69. DNS
  • 70. (Domain Name System) service permettant de traduire un nom de domaine en adresses IP de la machine portant ce nom
  • 71.
  • 72.
  • 73.
  • 74.
  • 75.
  • 76. Les principaux services d’Internet
  • 77. Les principaux services d’Internet Les services d'internet englobent aussi bien le Web et le courrier électronique que les informations fournies par les groupes de discussion, les news, les forums, mais aussi par FTP ou Telnet. Services fournis sur la base de TCP/IP (protocoles): • La connexion à distance (TELNET) • L’échange de fichiers (FTP) • Le courrier électronique ou e-mail (POP3-SMTP) • Les forums de discussion ou News (USENET) • Consultation de sites : (HTTP) World Wide Web ou WWW ou Web • Les lieux de bavardage ou Chat (IRC)
  • 78.
  • 79.
  • 80.
  • 82. QUEL TYPE DE CONNEXION CHOISIR POUR SE CONNECTER A INTERNET? Que le client soit une grande entreprise, une PME/PMI ou un particulier, l’objectif est le même : maîtriser les coûts de communication. Le choix va dépendre du type de service envisagé (fournir et/ou recevoir de l’information), du volume d’informations à traiter et du temps imparti. Deux modes de connexion existent : le mode connecté et le mode non connecté.
  • 83. Le mode connecté Il nécessite, préalablement à l’accès à Internet, l’établissement d’une liaison avec l’opérateur de raccordement à Internet (prestataire de service ou fournisseur d’accès) à travers un réseau commuté (réseau téléphonique commuté par exemple). Dans ce mode, le client ne paie que le temps d’utilisation effectif de la connexion à Internet. Par contre, il ne pourra accéder à Internet que si son opérateur dispose d’une ligne libre pour la connexion. Aux heures de pointe, il faudra patienter et attendre qu’une ligne se libère. Le temps d’attente est souvent inversement proportionnel au prix de l’abonnement. Plus le rapport du nombre d’abonnés au nombre de lignes d’un prestataire est grand (over-booking), plus la probabilité de disposer d’une ligne est faible. Le mode connecté est utilisé pour les liaisons par le RTC, les GSM et GPRS
  • 84.
  • 85. Le mode non connecté Il utilise une liaison permanente entre le client et l’opérateur, que le client se connecte à Internet ou non. Le coût est le plus souvent forfaitaire (abonnement mensuel) et/ou au volume de données échangées (en méga-octets ou Mo). Certains prestataires incluent dans l’abonnement un volume forfaitaire au-delà duquel les données supplémentaires échangées sont facturées au Mo. Dans ce mode, le client est sûr de pouvoir accéder à Internet au moment de son choix. C’est un mode de connexion quasiment indispensable pour les clients souhaitant installer dans leurs locaux un serveur web. Celui-ci doit en effet être accessible en permanence par les internautes. L’alternative consiste à faire héberger son serveur chez un prestataire. Cette solution peut s’avérer plus économique, mais moins souple quant à la mise à jour du site.
  • 86.
  • 87. Les bonnes questions à se poser en plus des paramètres classiques tels le débit, le coût de l’abonnement et de la liaison, d’autres paramètres sont utiles pour guider le choix. Parmi ceux-ci : – le taux de disponibilité des lignes du prestataire ; – le débit disponible entre le prestataire et Internet ; – le taux d’indisponibilité des services du prestataire (pannes et maintenance) ; – le temps de remise en service en cas de panne (le taux de panne zéro n’existe pas) Il faut garder en mémoire le fait que le débit garanti par le prestataire est celui de la liaison entre ses équipements et ceux de l’abonné, en aucune manière le débit sur Internet.
  • 88. Disposer d’un débit supérieur au débit réel entre le prestataire et Internet ou sur Internet conduit à une sous-utilisation de la liaison avec le prestataire. Pour un usage professionnel, le moins cher n’est pas toujours le plus économique. Pour établir un budget prévisionnel fiable, le professionnel a besoin de maîtriser le coût de sa connexion et de disposer d’un service conforme à ses besoins. Le coût de la connexion comporte l’amortissement de l’équipement nécessaire, l’abonnement et le coût des communications. Le service prend en compte les débits disponibles, dont dépend la durée de la communication, et la facilité d’établir une connexion (capacité de connexion du prestataire et taux d’indisponibilité). C’est donc le rapport (amortissement équipement + abonnement + communication)/(services) qu’il faudra prendre en compte.
  • 90. Protocoles Dans le monde des réseaux, un protocole définit un ensemble de règles suivies par les équipements dans le but d'échanger des informations. Les formats des informations font partie intégrante du protocole. Dans l'organisation d'internet, des protocoles sont associes: - aux services (HTTP pour le Web, SMTP ou POP pour l'e-mail...); - a l'établissement d'une liaison entre les systèmes (PPP pour la liaison entre le modem de l'usager et son FAI, ATM pour les liaisons au cœur d'Internet...).
  • 91. Protocoles Internet Protocoles Internet Protocoles de base Protocoles de transport Protocoles de gestion Protocoles applicatifs
  • 93.
  • 94.
  • 95.
  • 96.
  • 97.
  • 98.
  • 99.
  • 100.
  • 101.
  • 102. Protocoles de base •Le protocole “TCP” : ( Transmission Control Protocol ). ... •Le Protocole “UDP”: ( User Datagram Protocol ). ... •Le Protocole “ICMP”: ( Internet Control Message Protocol ). ... •Le Protocole “SMTP” : ( Simple Mail Transfert Protocol ). ... •Le Protocole “POP” : ( Post Office Protocol ).
  • 103. Protocoles de transport Les protocoles de niveau transport sont chargés d’initialiser le dialogue avec les protocoles de même niveau du destinataire, à la demande des applications.
  • 104. 1. Pour une application de type navigation, le navigateur demande l’ouverture d’une connexion sur le port 80 (ouverture de socket). Il fournit donc au protocole de niveau transport le numéro du protocole utilisé (port destination 80), l’adresse destination, le numéro de process local (port source) et l’adresse source. 2. Le protocole de niveau transport transmet une demande d’ouverture de connexion au protocole de niveau réseau. Il lui transmet les adresses sources et destination. 3. Le protocole de niveau réseau va transmettre sur le réseau Internet la demande de connexion au serveur. 4. Après un mécanisme similaire et une réponse positive du serveur, le protocole réseau informe le protocole de niveau transport de l’établissement de la connexion. 5. Le protocole de niveau transport initialise la connexion (dimensionnement des buffers, initialisation du numéro de séquence et de la régulation de flux). 6. Le protocole de niveau transport informe le navigateur que le dialogue avec le serveur est établi.
  • 105.
  • 106. Protocoles de gestion Tous les protocoles de gestion proposent une architecture et des procédures pour extraire, collecter, transférer, stocker et rapporter les informations de gestion des éléments gérés. ICMP fonctionne dans le domaine de la validation des défauts et permet également le calcul de certaines mesures de performance. SNMP (Simple Network Management Protocol) est un protocole de couche application qui couvre les domaines des pannes, des performances et des actions. SNMP fournit un schéma de collecte, d’organisation et de communication des informations de gestion entre les périphériques qui composent un réseau. WMI propose un modèle permettant de représenter, d’obtenir, de stocker et de partager des informations de gestion sur le matériel et les logiciels Windows, à la fois locaux et distants.
  • 108.
  • 110.
  • 111. Service réseau N° de Port Type Commentaire ICMP 7 TCP/UDP Commandes Ping Netstat 15 TCP/UDP Etat du réseau FTP 21 TCP Transfert de fichiers SSH 22 TCP/UDP SSH Remote Login Protocol Telnet 23 TCP Connexion via terminal réseau SMTP 25 TCP Envoi de courrier DNS 53 TCP/UDP Serveurs de noms de domaine HTTP 80 TCP Serveur Web Pop3 110 TCP Réception de courrier nntp 119 TCP Service de news ntp 123 UDP Protocole temps réseau nbname 137 TCP/UDP Service de Nom Netbios netbios-ssn 139 TCP/UDP Service de Session Netbios imap 143 TCP/UDP Protocole d'accès messagerie Internet SNMP 161 UDP Administration de réseau
  • 114.
  • 115.
  • 116.
  • 117.
  • 118. SE CONNECTER PAR LE RTC Le raccordement par le RTC nécessite : – un modem chargé de la gestion de la liaison avec le modem du prestataire, du codage des données à transmettre et de leur mise en forme (trame asynchrone orientée caractère). – le protocole PPP (Point to Point Protocol) ; – le protocole TCP/IP. Pour que l’ensemble fonctionne, il faut paramétrer tous les protocoles et établir un lien entre chacun des protocoles contigus. Ce paramétrage et ces liens (par exemple entre IP et PPP) sont généralement assurés par le système d’exploitation de manière transparente pour l’utilisateur.
  • 119.
  • 120. CONNECTER PAR LIAISON SPÉCIALISÉE Ce mode de connexion est particulièrement utilisé par les entreprises qui disposent de serveurs web devant être accessibles en permanence depuis Internet. La liaison entre le client et le fournisseur d’accès Internet sera assurée par un opérateur de télécommunication. la liaison entre le client et le FAI est une liaison permanente assurée par un opérateur de télécommunication ; ➢ les protocoles de transmission les plus utilisés sont SDH (Synchronous Digital Hierarchy) et WDM (Wavelength Division Multiplexing) ; ➢ pour une liaison multicanaux, le débit disponible sur la liaison du FAI à l’opérateur télécom est partagé par les clients ; ➢ pour le raccordement, le client doit disposer d’un routeur et des cartes interfaces permettant la mise en oeuvre des protocoles de l’opérateur de télécommunication et du FAI.
  • 121.
  • 122. Le raccordement par ADSL utilise : – un modem associé à un filtre ; – une connexion VPN (Virtual Private Network) en accès distant ; – le protocole PPTP (Point to Point Tunneling Protocol) ; – le protocole TCP/IP. SE CONNECTER PAR ADSL
  • 123. Opérateurs Internet : Q1. L’opérateur de transport fournit un service direct : a) à l’opérateur de câblage b) au fournisseur d’accès c) au prestataire de service d) à l’internaute Q2. Le fournisseur d’accès Internet travaille directement avec : a) l’opérateur de câblage b) le prestataire de service c) l’opérateur de transport d) l’internaute Q3. Le réseau Internet est de type maillé parce que : a) l’internaute a le choix du prestataire de service b) il est constitué d’un ensemble relié d’opérateurs de transport c) les données peuvent emprunter plusieurs chemins pour aller d’un point à un autre d) les données peuvent emprunter plusieurs réseaux d’opérateurs de transport Q4. La topologie des réseaux Internet des opérateurs de transport de dimension nationale est de type : a) en étoile b) en anneau c) maillé d) en pétale Q5. Un opérateur de câblage gère : a) des routeurs b) des liaisons point à point c) des serveurs d’accès distant
  • 124. Exercice Un fournisseur d’accès Internet veut abonner trois entreprises disposant chacune d’une liaison spécialisée à 512 Kb/s pour des serveurs web, deux prestataires de service disposant chacun d’une LS à 512 Kb/s pour leurs clients et 12 prestataires disposant de LS à 128 Kb/s. Il veut offrir aux entreprises un débit nominal égal à celui de leur LS. Il estime que les lignes des prestataires sont utilisées à 60 % de leur capacité. a) Calculer le débit de la LS de type multicanaux qu’il doit louer. b) Combien de prestataires disposant de lignes 128 Kb/s pourra-t-il abonner s’il dispose de 3 LS à 2 Mb/s ?
  • 125. Avancées Technologiques concernant les services Internet avec la 5G La 5G va permettre d'obtenir des vitesses de connexion à Internet beaucoup plus rapides qu‘avec 4G. À termes, la 5G sera à la 4G ce que la fibre optique est à l'ADSL. Le débit de la 5G sera jusqu'à 10 fois plus rapide que le débit en 4G La 5G s'appuie sur de nouvelles fréquences, permet de répondre à l’explosion du trafic mobile et d'avoir plus de débit. la 5G va faciliter l'émergence d'un immense écosystème IoT (internet des objets) dans lequel les réseaux pourront répondre aux besoins en communication de milliards d'objets connectés, grâce à un compromis entre vitesse, latence (temps de réponse) et coût.
  • 126. La faible latence, une caractéristique autorisant l'interactivité en temps réel des services utilisant le cloud, est indispensable au succès des voitures sans conducteur, par exemple. La technologie 5G offre aussi un temps de latence extrêmement faible, c’est à dire le délai entre l'envoi et la réception des informations. De 200 millisecondes pour la 4G, on descend à 1 milliseconde (1ms) avec la 5G. De même, la faible consommation électrique permettra aux objets connectés de fonctionner pendant des mois ou des années sans assistance humaine. À la différence des services IoT actuels qui optent pour des compromis en matière de performances afin de bénéficier au mieux des technologies sans fil actuelles (3G, 4G, Wi-Fi, Bluetooth, Zigbee, etc.), les réseaux 5G seront conçus pour apporter le niveau de performance nécessaire à un déploiement massif d'objets connectés. Cette technologie permettra de proposer un monde parfaitement connecté.
  • 127. La technologie 5G repose sur 8 exigences techniques: - Jusqu'à 10 Gbit/s de débit de données - > de 10 à 100 fois plus que les réseaux 4G et 4.5G - 1 milliseconde de latence -1 000 fois plus de bande passante par unité de surface -Jusqu'à 100 fois plus d'appareils connectés par unité de surface (par rapport à la 4G LTE) -99,999 % de disponibilité -100 % de couverture -90 % de réduction de la consommation d'énergie du réseau -Jusqu'à 10 ans de durée de vie de la batterie pour les appareils IoT à faible consommation
  • 128. LIVRES INTERNET: SERVICES ET RESEAUX - Stéphane Lohier, Dominique Présent