Anomalies verticales modifie

7 867 vues

Publié le

1 commentaire
10 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
7 867
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
338
Commentaires
1
J’aime
10
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Anomalies verticales modifie

  1. 1.  UNIVERSITÉ SAAD DAHLEB **BLIDA** DÉPARTEMENT DE CHIRURGIE DENTAIRELes Anomalies
  2. 2. Plan de travail• Introduction• Rappel sur la croissance du massif facial• La dimension verticale• Terminologie• LES ELEMENTS DE DIAGNOSTIC• DIAGNOSTIC DES ANOMALIES• TRAITEMENT DES ANOMALIES• CONCLUSION
  3. 3. La face doit avoir un équilibre tant sur le planesthétique que sur le plan fonctionnel. Les canonsde la beauté ont permis, dans un premier temps, deprendre conscience de cet équilibre. Léonard deVinci préconisait déjà une forme danalysepermettant à lartiste de créer un visage agréable.Cet équilibre, repris ensuite comme référence, est larègle de la statuaire antique.Les dysmorphose du sens vertical se définissentcomme des troubles de proportions verticales soitpar excès soit par défaut .• Il s’agit d’anomalies pouvant impliquer lacroissance des bases squelettiques, des arcadesalvéolo-dentaires, ou des deux a la fois.• Ces anomalies du sens vertical se rencontrentrarement isolées.la majorité des auteurs fait état demalformation associées du sens sagittal et du senstransversal .
  4. 4. • Figure 1 Schéma tiré de La dimension verticale de létageinférieur de la face par Robert Samoian, repris par E.Cambier. Conception de légalité entre les trois étagesde la face.•• Figure 2: Conception de légalité entre les trois étagesde la face. Le frontal, le nasal, le buccal. TR = Trichion,NS = Nasion cutané, SN = Point sous-nasal, ME = Pointmenton (Schéma tiré de La dimension verticale delétage inférieur de la face par Robert Samoian, reprispar E. Cambier).
  5. 5. Rappelsurla croissancedu massif facial
  6. 6. • Définition de la croissance :• La croissance est une série dechangements anatomiques etphysiologiques de la vie prénatale àl’age adulte.Définition de la maturation :C’est le processus de différenciation destissus grâce aux quels un organedevient pleinement apte à remplir safonction.
  7. 7. • Le type facial est rigoureusementdéterminé dès la naissance au plustard, avant la fin de la premièreannée de la vie la croissance esttrès rapide au début de la vie 78% etde la hauteur définitive est atteinteà 5 ans il reste un ajustementpossible d’environ 20% entre 5 et 20ans.
  8. 8. LADIMENSIONVERTICALE
  9. 9. Dimension verticale:Est la hauteur de l’étage inférieur de la face, mesurée entre lepoint sous nasale et le bord inférieur du menton.Dimension verticale occlusale :C’est la hauteur de l’étage inférieure de la face pendantl’occlusion terminale habituel d intercuspidation.Dimension verticale de repos:C’est la hauteur de l’étage inférieur de la face ; la mandibuleétant en position de l’équilibre tonique du complexe neuromusculairel’espace libre molaire:C’est l’espace qui sépare les faces occlusaux des dents maxillaireset mandibulaires lorsque la mandibule est en équilibre musculaire
  10. 10. A - Provoquant une diminution de la D.V.O.1° - Causes inhérentes au patient- infra-alvéolie dentaire molaire.- interposition linguale (déglutition atypique) classe II,-abrasion par bruxisme.2° - Causes inhérentes au patient ou au praticien- perte de molaires et de prémolaires non compensée,- résorption de los alvéolaire du corpus chez des édentés anciens.3° - Causes imputables au praticien- reconstitutions prothétiques ayant sous évalué la D.V.,- les meulages occlusaux intempestifs et exagérés.B - Provoquant une augmentation de la D.V.O.1°- Reconstitutions prothétiques augmentant la D.V.O,2°- Béance antérieure par pulsion linguale3°-Classe III
  11. 11. • Terminologie de la dimension verticale :IZARD:• •Au niveau des bases osseuses :infra/supra-gnathie:• Insuffisance ou excès du développementvertical des mâchoires.• •Au niveau des zones alvéolaires :infra/supra- alveolie• Insuffisance ou excès du développementvertical de l’os alvéolaire.• •Au niveau occlusal : infra/supra-clusion
  12. 12. • Terminologie des troubles verticauxdes bases osseuses :• •SHUDY 1963-1964 : hyper /hypo-divergence• •SASSOUNI 1969 : open bite/deep bite• •RICKETTS 1968/1970 :dolicho/méso/brachy-faciale• •MULLER 1970 : EVA (excès verticalantérieur) – EVT (excès vertical totale)• •BJORK : rotation antérieure /postérieure• •OPDEBEECK ET BELL 1978 : long /shortface syndrom (syndrome face longue etsyndrome face courte)
  13. 13. Les élémentsdediagnostic
  14. 14. INTERROGATOIREDes renseignements d’ordre médical général ainsi que l’antécédent dentaire .EXAMEN CLINIQUE :De face;On appréciera la hauteur de l’étage inferieure par rapport au étage supérieure.La mesure de ces étages se fait soit directement sur le sujet à l’aide d’un piedcoulisse.De profil :on appréciera le profil cutané, l’orientation du bord inférieur de lamandibule.
  15. 15. EXAMENS FONCTIONNELLESEXAMEN DE LA VENTILATION :L’examen insiste à vérifier le type de ventilation (nasal, orale oumixte),a noté la présence de végétation adénoïde et amygdalehypertrophiées et l’existence de déviation de la cloisonpour mettre en évidence une pathologie de la ventilation oral ilexiste plusieurs test:Le test de rosenthalLe test du miroirReflexe narinaire :l’étroitesse des fosses nasales etl’hypotonicité des ailes du nez.Enfant respirateur oral. Noter
  16. 16. PARAFONCTIONS•La succion de pouce•Succion de la lèvre inferieur•Mordillement d’objets….etc
  17. 17. EXAMENS COMPLEMENTAIRESphotos
  18. 18. Analyse de DOWNS : Axe-YC’est l’angle NA-S-GN, sa valeurmoyenne est de 59°±3.Analyse de WENDELL WYLIE:Etudie l’equilibre des deux etagesde la face.Analyses céphalométriquesAnalyse de TWEED:L’Angle FMA:valeur moyenne27±4°.
  19. 19. DIAGNOSTICDESANOMALIES
  20. 20. ANOMALIESBASALES
  21. 21. LES EXCES VERTICAUX :L’ excès vertical correspondant à un excès de développementosseux des maxillaires dans le sens vertical avec une croissancesa tendance vertical ce qui entraine une accentuation de facelongue .Examen cliniqueDe face De profil
  22. 22. En occlusionlocclusion labiale peut se faire grâce à la contraction exagérée desmuscles oro-faciaux, en particulier des muscles mentonniers quiprésentent alors cette surface caractéristique : dite en « peaudorange ».
  23. 23. EXAMEN ENDOBUCCAL :Les perturbations entraînées par les Excès Verticaux sonttellement importantes que les arcades sont très différentes.INTRA-ARCADEINTER-ARCADE
  24. 24. Examen fonctionnelAu repos•Posture linguale basse ou avec interposition au repos quiaccompagne une ventilation orale.•Macroglossie éventuelle.
  25. 25. En fonction•Les parafonctions aggravatrices.•Phonation : troubles phonatoires avec chuintement antérieur.•Respiration souvent buccale ou mixte.•Déglutition atypique avec interposition linguale entre les arcadeset contraction des muscles oro-faciaux permettant dassurerlocclusion labiale.
  26. 26. la localisation de lexcès de croissance peut se situer au niveau:- De la hauteur maxillaire postérieure ou/et de la hauteur maxillaireantérieure.- De la hauteur mandibulaire postérieure ou/et de la hauteurmandibulaire antérieure.Signes télé radiographiques
  27. 27. Lhyperdivergence peut être associées avec :•les types squelettiques : classe I, II et III .•Bi protrusion.•Endognathie.FORME CLINIQUES ASSOCIEES
  28. 28. Facteurs générauxHéréditaires :•Au niveau de la mandibule : corrélation père - enfant•Au niveau de la hauteur faciale : corrélation mère - enfantFacteurs locaux1-Insertion et tonicité musculaire :2-Activité des muscles masticateurs :lors de la déglutition une activité des muscles abaisseurs sus-hyoidiens (Genio,Stylo,Mylo-hyoidien) plus importante chez leshyperdivergentETIOLOGIE :
  29. 29. Facteurs fonctionnels :1-Les troubles respiratoires :•La respiration buccale entraîne un abaissement notable de lamandibule induisant une égression supplémentaire des dents. Lerésultat est une augmentation de la hauteur faciale.2-Interposition linguale :Lassociation de linterposition linguale et Excès Vertical est trèsfréquente.
  30. 30. Entre l’excès vertical antérieure et total.Entre excès vertical antérieure et insuffisance post.Entre excès vertical antérieure et infra-alvéolie antérieure.Entre béance fonctionnelle et squelettique.DIAGNOSTIC Différentiel:
  31. 31. EXAMEN CLINIQUE :LES INSUFFISENCES VERTICALESIl s’agit d’une insuffisance de croissance au niveau squelettiqueavec une direction a tendance horizontale correspondant à uneaccentuation du type face courte.De face De profil
  32. 32. Endobuccal
  33. 33. Au repos-Musculature très forte-Activité importante du temporal postérieur en ICM (favorisant lebruxisme, )•Phonation perturbée: troubles darticulation des "S" et "D"•Anomalies du chemin de Fermeture fréquente : Latéropositionmandibulaire.Examen fonctionnel
  34. 34. Signes télé radiographiques
  35. 35. DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE-Héréditaire +++.-rôle de l’enveloppe musculaire :•Sassouni, dans le cas du type deep bite:- la chaîne verticale postérieur est puissante.-La sangle ptérygo-masséterine est large, s’étend en avantdes dernière molaires, dont elle assure le contrôle verticalen limitant leur égression.•Muller, une forte activité musculaire du faisceau antérieurde temporal peu être à l’origine d’une diminution de lahauteur faciale.Diagnostic Différentiel:CLII/2.Infra-alvéolie M.Supra-alvéolie incisives.
  36. 36. ANOMALIESDENTO-ALVEOLAIRES
  37. 37.  •La face harmonieuse ou courte. •Présence de stomion avec quelquefoisune éversion de la lèvre inf avec sillon labioMentonnier marqué. •Profil droit ou légèrement concave.•Il s’agit d’un excès de développement vertical de la régionalvéolaire antérieur, caractérisé par un recouvrementexcessif des incisivesSignes faciauxSUPRA-ALVEOLIE ANTERIEURE
  38. 38.  • le recouvrement incisif est excessif. •les bords libres des incisifs inferieurs en ICM peuvent rentreren contacte avec le cingulum des incisives supérieurs ,ou avecles papilles rétro incisives dans les cas de supraclusion vraie. •De même les incisives supérieurs peuvent buter sur les colletsvestibulaires inf. •La courbe de Spee, peut être normale ou inversée au maxillaire. •espace libre molaire est généralement augmenté.Signes occlusaux:
  39. 39. -FMA est souvent diminué.-I/ F normal ou diminué.-i/m normal ou diminué.-Les lèvres sontgénéralement en retrait parrapport à la ligne ’E’.Signes télé radiographiques
  40. 40. Diagnostique étiologiqueLes causesdentairesLes causesalvéolairesLes causesbasales Mauvaiseapposition desincisivessupérieures. Augmentationanormale del’angulationcorono-radiculairedes incisivessupérieures. Croissance verticalde bloc incisiveexagérés. biretro-alveolieoubiproalveolie. Infra-alveoliemolaires. Manque de contactentre les blocsincisivesantagonistes liées àune anomalieosseuse tel que : Larétro-mandibulie. Développementvertical inférieur àla moyenne de l’osalvéolairepostérieure.
  41. 41. •CLII/2.•Deep bite squelettique.•Supraposition isolée due à l’absence de dentsantagoniste (égression)•Infra alveolie molaire due à une microdontie ou àl’interposition des joues ou de la langue.•Bi-retroalveolieDC DIFFERENTIEL
  42. 42.  hauteur de l’étage inférieur dela face normale. Tonicité labiale diminuée. Béance labiale. Profil droit ou convexe. Contraction excessive de lahouppe du menton lors de lafermeture buccale. Sourire édenté. Incisives >peu ou pas visibles.INFRA-ALVEOLIE ANTERIEURE:Il s’agit d’une insuffisance de développement vertical de la régionalvéolaire antérieure, caractérisée par une insuffisance ou uneabsence de recouvrement incisif (appelé aussi Béance antérieure).Signes faciaux :
  43. 43.  Over bite nul ou négatif. Béance antérieur. Souvent proalvéolie uni ou bi maxillaires. Bords libres des incisives n’est pasfonctionnels. courbe de Spee exagéré au maxillaire superieur. pro glissement mandibulaire en raisond’absence de guide antérieur.Signes occlusaux ;
  44. 44. Signes télé radiographiques Etage inférieur de la face normal. Axe Y, FMA : normal. I/F: augmenté. I/m: augmenté. I/i: diminué. Déglutition infantile. Respiration buccale avec langue basse. Habitudes déformantes : succion dupouce, de la lèvre infSignes fonctionnels :
  45. 45. L’étiologie est le plus souvent d’origine fonctionnelle : Immaturité des fonctions orofaciales .( pathologies musculaires, myopathies... ou retard dévolutionpsychique) Au niveau local, cest très souvent en rapport avec un défaut decomportement de la langue : langue protrusive (déglutition,phonation, position de repos) due a une obstruction de laventulation; interposition latéral de la langue . Succion digitale difficulté biologique de la formation del’os alvéolaire(atrophie).ETIOLOGIE
  46. 46.  Pro alvéolie ou biproalveolie. Dysplasie coronaire.Diagnostic differentielle
  47. 47. Espace Libre Molaire augmenté. (4 à 6 mm)Supra clusie incisive.Courbe de Spee inversée au max et exagérée à lamandibule.Infraclusion ou béance latéraleSignes faciauxSignes occlusaux étage inférieur diminué. angle goniaque fermé.
  48. 48.  Microdentie molaires. interposition linguale : on retrouve les empreintes desdents sur les bords latéraux de la langue. interposition jugale : par tic de succion ou demordillement jugale.Signes fonctionnelsDiagnostique étiologiqueElle est d’Origine fonctionnelle Par interposition linguale latérale au repos et pendantla fonction ,ce qui va entrainerl’absence de formationdos alvéolaire dans le sens vertical. Dentaire : ankylose dentaire avec absence deformation dos alvéolaire.Diagnostique différentiel :
  49. 49. TRAITEMENTDESANOMALIES
  50. 50. Surveillance prénatalePériode post-natale  Favoriser :- Allaitement au sein- Rééducation des fonctions- Éviter les pertes prématuréesdents de laits
  51. 51. Différents dispositifs thérapeutiquesutilises dans le sens verticalLesthérapeutiquesfonctionnellesLesthérapeutiquesmécaniquesLesThérapeutiquesChirurgicales
  52. 52. Avec béance sans béance
  53. 53. ingression des molaires supérieures.Provoquer un changement de la direction decroissance en favorisant une rotation antérieure dela mandibule.elle a une action :De rotation antérieure de lamandibule,le menton s’avance et remonte,l’angle facial augmente.De changement d’orientationde la croissance condylienne,celle-ci devient plus antérieure.
  54. 54. Pratique d’un traitement par extraction programméeextractions des canines de laits : alignement des incisives ;extractions des premières molaires de lait : mise en place des premièresprémolaires ;extractions des premières prémolaires : mise en place des canines définitives.En cas de béance étendue :16, 26, 36 et 46En cas de proalvéolie associée14,24Dans les cas sévères, : 16, 26, 14, 24, 34 et 44.ou bien 16, 26, 36, 46,14, 24, 34 et44.Les extractionsutilisation des technique multi attaches pour redresserles axes dentaires et mésialer les molaires, associées àdes extractions.
  55. 55. Le système de force mis en jeu dans cecas est une composante verticaled’égression qui tend à augmenter descouronnes cliniques des incisives sousl’effet du « TIP-Forward » (ingressiondes molaires). Le tip-foward seraaugmenté jusqu’à obtenir uneégression suffisante cest-à-dire unover bite normal.Il est ligaturé au niveau de toutes lesdents, comporte une spire (boucles enhélice) mésiale à la dent de 6ans, etun tip-foward en arrière de cettespire.L’arc égressifs de base de Ricketts :Arc égressifs de base de Burston :
  56. 56. Ce traitement orthodontiquesera renforcé par destractions inter maxillairesverticales si l’action de cesdifférents dispositifs estinsuffisante.
  57. 57. C’est un traitement de compensationUtiliser pour traiter la béance antérieureExercée par des élastiques tendus entre les deux arcades,Les points d’accrochage sont sur deux ou 4 incisivessupérieure et inférieure vestibulaire ou linguale.
  58. 58. On utilise un dispositif fixe de façon à ingresser les incisives, cettecorrection doit tenir compte de la position du stomion par rapport aubord libre des incisives, du sourire gingival, et de la courbe de Spee.Des contrôles radiologiques sont nécessaires car l’ingressionétant un mouvement anti-physiologique, et des risques de résorptionradiculaire peuvent apparaître en cas d’applications de forcesimportantes.Il est semblable à celui du précédant en tenant compte de cetteparticularité.(le sourire gingivale)Traitement orthodontique
  59. 59. Traitementchirurgical
  60. 60. Intervention sur les tissusduresOstéotomiebasse de Lefort IOstéotomiesegmentaireOstéotomieSegmentaired’élevationposterieurOstéotomieSegmentaired’abaissementantérieureOstéotomied’élévationde Lefort IOstéotomied’élévationde Bell
  61. 61. Le tracé de lostéotomie reproduit les traits defracture du type LEFORT I, complète par ungriffon osseux et abaissement de linfrastructure maxillaire.Ostéotomie de type Le Fort Id’avancement avec repères verticaux.
  62. 62. extraction 18, 28 le trait de section passe au dessus desmolaires et prémolaires, résection osseuse au dessus dece plan de coupe permet de démineur la dimensionverticale et lélévation du bloc réséqué (Technique deSCHUCHART )
  63. 63. indiquée pour les cas d’hypsomaxillie avec souriregingival C’est le meme principe de l’osteotomie basse de le fort Isauf que la greffe osseuse n’est pas necessaire.Resultat:réduit la dimension verticale
  64. 64. Intervention sur les tissusduresA la mandibule
  65. 65. Ostéotomie sagittale des deuxbranches horizontalespermet également la réduction de la béance etraccourcissement de la hauteur faciale.
  66. 66.  La section dirigée obliquement, en bas et enarrière, elle est indiquée en cas d’infragnatieassociée à une prognathie mandibulaire.
  67. 67. intervention sur les tissus mous Ablation des végétations Amygdalectomie Glossotomie :Qui est indiquée en cas delangue volumineuse
  68. 68. En classe IL’equiplan deplanasLes activateursLes forces extrabuccales atraction cervicaleLa fronde occipitomentonnierehorizontalLe masquede delaireTraitement orthopedique
  69. 69. Traitement orthodontiqueLa correction peut se faire:soit à l’aide d’arcs continus :(Edgwise) tip-back :ingression des incisives et égression des molaires) aprèspréparation d’ancrage,soit à l’aide d’arcs segmentés,(Ricketts) qui semble laplus efficace : segments d’arcs latéraux de molaireà prémolaires. Arc de base reliant les molaires aux incisives.
  70. 70. les brackets sont collés sur les faces palatines desdents supérieures qui comportent pour lesantérieures une petite surface plane dite « plan demorsure », destinée a recevoir le choc occlusal desdents antagonistes.Inspirée de la technique précédente, les butéesont faites d’une masse de composite colléesur les faces palatines des incisives et parfoisdes canines maxillaires, leur face occlusale estplate et reçoit le contact occlusal des incisivesmandibulaires.Traitement orthodontique
  71. 71. Effets des brackets de Kurz et des butées rétro incisives :1)Ingression incisive et égression molaire (surtout mandibulaire).
  72. 72. En classe II: allant de la canine supérieure à la 1ère molaireinférieure .En classe III: allant de la canine inférieure à lamolaire supérieureEffets:Ils entrainentl’égression molaireLes élastiques intermaxillaires
  73. 73. La chirurgie est réalisée comme dernier recours, dans les cas sévèresne répondant pas aux traitements précédents.antérieure et basilaire pour réduiresupra-alvéolie et augmenter lahauteur mentonnière. La resectionosseuse sous-apicale sert degreffon sous-mental.ostéotomie horizontale basilaire•avec interposition d’un greffon osseux : pour augmenter la hauteur dumenton dans les cas sans supraclusie.Double ostéotomie alvéolaire
  74. 74.  Plaque de Hawely Tooth positionner Goutiere thermo formécontentionLa période de contention est indispensable pour stabiliser tous lesmouvements dentaires et squelettiques réalisés.But:Elle est destinée à maintenir ou parfaire les résultats obtenus et àéviter la récidive des anomalies.La durée: de la contention est fonction de la gravité de l’anomalie.En open biteune plaque de Hawley .C’est une plaque palatine possédant une surfaceretro-incisive de surocclusion pour lutter contre la fermeture del’articulé .
  75. 75. En orthodontie les anomalies verticales accompagnentsouvent celles du sens sagittal, et transversal enaugmentant le préjudice esthétique et en compliquantleurs traitements.De ce fait, il est très important de connaitreparfaitement leurs signes ,qu’ils soient cliniques ouradiologiques, leurs étiologies et les conséquences desfonctions perturbées sur la sphère oro-faciale,conclusionAutant que chirurgien dentiste généraliste il fautcomprendre et dépister des anomalies dentaires ousquelettiques chez le jeune enfant, afin de prévenir lafamille, de traiter certaines anomalies s’il en a lacompétence ou orienter le patient vers l’orthodontiste,il restera à ce dernier à décider du meilleur choix de lapériode du traitement.
  76. 76.  Bassigny.F:Manuel d’odf,EditionMASSON1989. BEQUIN.D:La DV en O.D.F;orthodontiefrançaise vol60,Mai1989. CHAKER.G:Détermination des valeurscéphalometriques de référence de l’enfantalgérois,typologie du squelette cranio-facial dans le sens vertical,Thèse;1986. Château.M:Orthopédie dento-facial;basesfondamentales,1994.
  77. 77.  Ferrigno.JM:DV;aspectsphysiologiques;EMC22008c15,2000. LANGLADE.M:Sens vertical:revue d’odfvol18n II,Avril1984. LARABA.S:DC en ODF;opu 1989.SENS VERTICAL ; opu 2011/2012 Loreille.JP:croissance cranio-faciale;EMC23455c10;1996. Richter.M:Insuffisances et excèsverticaux;EMC22006G10,2002. Théveet:A propos deshyperdivergents,Orthodontie françaisevol71n 3;2000.
  78. 78. MerciDe votreattentio

×