Le grand quotidien du Sud-Est
- Publicité/Annonces : 04 93 18 70 00 - Abonnement : www.varmatin.com/abonnement ouRédaction...
Draguignan18, bd Clemenceau - Tél. 04.94.50.90.30
Eurosud publicité : 04.94.19.33.22 - draguignan@nicematin.fr
Accès
deVil...
U
ne cérémonie dans l’inti-
mité, sans fastes, en pré-
sence de ceux qui tra-
vaillent quotidiennement à ses
côtés : Viole...
Dracénie
D
ernièrement réuni, le
conseil a approuvé
les comptes de ges-
tion dressés par le tréso-
rier municipal et les c...
Dracénie
E
xceptionnellement,
les Médiévales ouvri-
ront leurs ateliers du
Site d’Arcus, quartier de
La Chabotte aux Arcs,...
Dracénie - Pays de Fayence
P
our sa 20e
édition, le
festival « Cantar lou
païs » accueillait à
Seillans plus d’une cen-
ta...
Francis GRESSE
Achat Or à Fréjus 237 rue des Moulins
Achète, vend et paie comptant. Bijoux,
pièces, lingots, débris.
Tél :...
Draguignan ̈̈ SSppoorrttss
U
ne délégation du
Draguignan course
orientation s’est dé-
placée dimanche dans les
Alpes-Marit...
CentreVar3, place Saint-Louis, 83170 Brignoles - Tél. 04.94.69.67.10
Eurosud publicité : 04.94.69.67.20 - brignoles@nicema...
Saint-Raphaël41, bd de la Libération - Tél. 04.94.19.33.00 - Eurosud : 04.94.19.33.22 - saint-raphael@nicematin.fr
Accès
d...
Saint-Tropez Jeudi 23 avril 2015
var-matin
L
a scène se passe fin
novembre dernier à
Saint-Tropez. Une bru-
tale montée de...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Pages locales draguignan 150423

5 459 vues

Publié le

Pages locales de Var-matin Draguignan du 23/04/2015

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 459
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4 411
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pages locales draguignan 150423

  1. 1. Le grand quotidien du Sud-Est - Publicité/Annonces : 04 93 18 70 00 - Abonnement : www.varmatin.com/abonnement ouRédaction : draguignan - pays de fayence 04 94 50 90 30 varmatin.comjjeeuuddii 2233 aavvrriill 22001155 Europe : état d’alerte par Denis Jeambar P 24 Le gouvernement a validé les zones de passage de la nouvelle ligne, phasée d’ici à 2050. Des options contestées par l’association TGV Développement. P 18 (PhotoFrançoisVignola) Sur les rails? LIGNE NOUVELLE MARSEILLE-NICETERRORISME Villejuif : un projet d’attentat déjoué P 22 DRAGUIGNAN Jean-Paul Pierrot, quarante ans de gastronomie P 6 LES ARCS Portes ouvertes sur le Moyen Âge dimanche P 8 LIGUE DES CHAMPIONS Monaco : pas d’exploit face à la Juventus P 26 Des jeunes d’Arménie à Draguignan P 2 À 5 CENTENAIRE DU GÉNOCIDE (PhotoB.D.) UNEPUBLICATION DUGROUPENICE-MATIN3:HIMKQD=]UVWUW:?a@e@m@d@k; 20638-0423-1,20€ 1,20 € Italie : 1,80 € N° 24490- -
  2. 2. Draguignan18, bd Clemenceau - Tél. 04.94.50.90.30 Eurosud publicité : 04.94.19.33.22 - draguignan@nicematin.fr Accès deVillas Enrobésnoirsoucolorés Gravillonnage-Bordures JP.BERNABO 04.94.72.57.08 Particuliers Professionnels 2 015, année du cente- naire du génocide Ar- ménien, donnera lieu à des commémorations d’une dimension particu- lière. À Draguignan, de- main à 17 heures, devant la stèle du Jardin Anglès, il y aura certainement un peu plus d’émotion et de monde que d’habitude. Il y aura aussi bien sûr en nombre, les Arméniens de la ville. Mais pas seule- ment. Depuis deux jours a débarqué de Yerevan un groupe d’une dizaine de jeunes, pour la plupart des collégiens, qui participe- ront à ces cérémonies. En attendant ils ont été ac- cueillis lundi après-midi dès leur arrivée, par le maire Richard Strambio. Celui-ci les a reçus dans son bureau et le ton était plutôt à la rigolade avant de se faire plus solennel quand tout le monde s’est retrouvé dans la salle des Cordeliers. « C’est un plai- sir de vous recevoir à Dra- guignan où la communauté arménienne fait partie in- tégrante depuis toujours, de l’histoire de la ville », décla- rait le maire avant de faire symboliquement un pas en arrière pour mettre en avant Gérard Tavitian, qui se trouvait juste à côté de lui. Et sans qui rien n’au- rait été possible. Un bel engagement Comme l’homme est trop modeste pour le dire, ce sont ses potes qui parlent pour lui, « Gérard s’est beaucoup investi pendant des mois pour trouver des soutiens financiers à ce pro- jet », confiait Jean-Louis Arnéodo. Il faut dire aussi qu’une prise de con- science a considérable- ment changé la vision des choses chez cet Arménien de Draguignan, plus mo- tivé jusque-là par la pétan- que que le don de soi. « C’est vrai que je ne m’inté- ressais qu’aux boules et plus l’année dernière à l’oc- casion d’une cérémonie de- vant la stèle du jardin An- glès, je n’en revenais de voir le peu de monde qu’il y avait. Du coup ça m’a donné l’envie de m’inves- tir dans l’association de Georges Aïvayan, l’Amicale Arméniens de Draguignan et sa région ». Dans sa tâche, il a été aidé par Dominique Franceshi qui lui a ouvert des por- tes chez les Lions (1) et Rotariens de la ville. Les- quels ont mis généreuse- ment la main à la poche. Permettant ainsi à tous ces jeunes d’Arménie, accom- pagnés par Eva Parsa- danyan, de passer huit jours agréables sur Dragui- gnan et ses alentours, avant de participer aux commémorations dracé- noises du massacre de leur peuple. B. D. (1) Les clubs Pierre de la fée et de Saint- Hermentaire. Arrivé de Yerevan, un groupe d’une dizaine de jeunes, pour la plupart des collégiens, participera demain aux cérémonies commémorant le centenaire du génocide Arménien Les jeunes de Yerevan ont été chaleureusement accueillis à leur arrivée en mai- rie par Richard Strambio. (Photos B. D.) Bienvenus chez nous, enfants d’Arménie Ils ont dit Linda Mkhitaryan, 16 ans « Ce n’est pas la première fois que je viens en France, je suis déjà allée à Paris avec l’association des Français et rapatriés de France en Arménie. C’est une très belle ville mais Draguignan aussi... dans un style différent ». « Draguignan est une très belle ville » Inesa Sahakyan, 17 ans « C’est la troisième fois que je viens dans votre pays et j’aime beaucoup la langue Française. Parmi les livres que j’ai lus, j’apprécie particulièrement Le Petit Prince de Saint- Exupéry et Zadig de Voltaire ». « J’aime la langue française »
  3. 3. U ne cérémonie dans l’inti- mité, sans fastes, en pré- sence de ceux qui tra- vaillent quotidiennement à ses côtés : Violette son épouse, son fils Benjamin qui s’apprête à re- prendre l’affaire familiale avec celui qui en sera le nouveau chef, Benjamin Couzi, et l’apprenti Kevin Berkeim. Au milieu, la sta- ture imposante de Jean-Paul Pier- rot qui a donné son nom à l’au- berge de la route de La Motte, voici 25 ans. Ce matin-là, deux personnalités ont fait le déplacement pour lui remettre la médaille d’or du Tra- vail qui récompense 40 ans de métier. Jacques Charrette, prési- dent adjoint de l’Académie natio- nale de cuisine et des métiers de bouche, l’une des plus importan- tes associations professionnelles de l’Hexagone représentée au- jourd’hui dans nombre de pays étrangers; et Dominique Weber, membre fondateur de ladite aca- démie, en 1975 à Draguignan, et présidente d’honneur. Des journées de 16 heures… Une amie, surtout, de ce chef gé- néreux et passionné au point qu’il ne compte plus, depuis long- temps, les heures passées aux fourneaux : « J’ai commencé à 14 ans et j’en ai bientôt 62. Une fois, avec mon épouse, on a calculé qu’on avait trav illé 16 h par jour pendant plus de 15 ans! Mais le temps a passé tout seul, sans qu’on s’en aperçoive… » Pour Jean-Paul Pierrot, l’aventure a débuté en 1966, quand il com- mence son apprentissage au res- taurant de l’hôtel Vignon de Paris. Il décroche son certificat d’apti- tude professionnelle (CAP) de cuisinier au lycée parisien Jean- Drouant avant de passer d’un éta- blissement à l’autre afin de mieux acquérir les techniques et l’ex- périence de la profession. En qualité de commis, il travaille ainsi dans les restaurants « Café de l’Est » et « Brice » de Paris, puis part au « Casino de la forêt » du Touquet. Tout naturellement, il monte en grade : le voilà chef de partie, de retour dans la capitale où il exerce ses talents à « La Table du roy », « La Quetche », au « Coly- sée », à « L’Automobile club de France » et à « La Pergola. » Pour Jean-Paul Pierrot, le temps est venu de voler de ses propres ailes. Il y a 40 ans, il descend sous le soleil varois qu’il ne quittera plus. Une première « Auberge Pierrot » à Bargemon Dans un premier temps, il prend la gérance d’un restaurant à Bar- gemon, « La Crémaillère » qui de- viendra vite la première « Au- berge Pierrot » de sa carrière, mais surtout son tout premier restaurant sur la place du village. Quinze ans plus tard en compa- gnie de Violette, une Varoise pure souche native de Seillans, ils s’installent à Draguignan où ils rachètent le restaurant « Côté jar- din », rebaptisé ensuite « Tourne- broche » et qui sera finalement la nouvelle « Auberge Pierrot » que les gourmets connaissent bien, pour y apprécier l’hiver (outre la délicieuse cuisine du chef) la cha- leur d’un grand feu de cheminée et aux beaux jours la quiétude et la fraîcheur d’une terrasse buco- lique entourée d’arbres. Un quart de siècle plus tard, le chef titré Maître-restaurateur laisse donc à son fils un établisse- ment à la solide réputation, qui af- fiche le Label qualité délivré par la préfecture. Mais parions que le nouveau médaillé d’or ne sera ja- mais très loin des pianos et des tables de son « Auberge » ! EMERIC CHARPENTIER Le propriétaire de « L’auberge Pierrot » vient de recevoir la médaille d’or du Travail, remise par l’Académie nationale de cuisine. Elle récompense 40 ans de carrière au service de la gastronomie Entouré de son épouse, de son fils et de son équipe, Jean-Paul Pierrot a reçu médaille et diplôme des mains de Dominique Weber et Jacques Charrette, au nom de l’Académie nationale de cuisine. (Photos E.C.) Jean-Paul Pierrot : un chef en or massif Empreinte de simplicité, la remise du diplôme et de la médaille d’or à Jean-Paul Pierrot n’a pas échappé à une tradition plus solennelle au sein de l’Académie nationale de cuisine : le chef a ainsi réitéré le serment qui suit. « Devant vous, maîtres et disciples, en ce jour solennel, je fais le serment de transmettre mon savoir, de mettre en valeur les femmes et les hommes compétents, d’aider et d’encourager les jeunes professionnels, et, enfin, d’œuvrer efficacement au sein de l’Académie nationale de cuisine avec l’appui de votre expérience et le respect de l’esprit qui l’anime. » Serment solennel Une deuxième cérémonie s’est déroulée dans la mati- née, marquant l’arrivée de Mathieu Casanova au sein de l’Académie nationale de cuisine en qualité de mem- bre d’honneur. Né à Saint-Raphaël, il a effec- tué son pré-apprentissage en 1993 au CFA des Arcs- sur-Argens avant de rejoin- dre la brasserie familiale à Puget-sur-Argens où il a oc- cupé tous les postes (cui- sine, plonge, service, bar). Il y est resté jusqu’en 1993 avant de lancer sa propre affaire en octobre de cette même année à Draguignan, le restaurant « El M », déjà bien connu des amateurs de bonne cuisine. Mathieu Casanova, membre d’honneur Draguignan Mathieu Casanova, nou- vel « académicien ». Jeudi 23 avril 2015 var-matin
  4. 4. Dracénie D ernièrement réuni, le conseil a approuvé les comptes de ges- tion dressés par le tréso- rier municipal et les comp- tes administratifs de l’eau et de l’assainissement ainsi que du budget communal 2014 (Christian Luque s’est abstenu), puis a voté le budget 2015. Pour l’eau et l’assainissement, il s’équi- libre en recettes et dépen- ses à 199742,26 € en exploi- tation et à 264412,06 € en investissement. Dans le budget communal les recet- tes et dépenses s’équili- brent à 1537519,84 € en fonctionnement et à 852614 € en investissement. Le budget s’élève à 2390133,84 €. Le conseil a ensuite donné son accord pour le main- tien de crédits pour l’em- ploi de 12 contrats aidés en 2015 et décidé de ne pas augmenter les taxes loca- les soit : taxe d’habitation 11 %; foncier bâti 13,25 %; non bâti 98 %. Le produit attendu s’élève à 147329 €. Les taxes pour la participa- tion aux travaux d’eau 1200 €, aux travaux d’assainis- sement 3500 €, la conces- sion de 30 ans 1000 €, les droits de place 7,69 €/m2, les vacations funéraires 23 €, sont stables. Laure Ber- dugo a voté contre le taux des travaux d’assainisse- ment. Les subventions aux associations s’élèvent à 27500 € soit pour l’ASL Nartuby 110 €, association Lei Gimerri 2500 €, crèche Dorémi 19000 €, coop sco- laire 760 €, société de chasse 600 €, Amaac 300 €, collège Figanières 180 €, fondation du patrimoine 50 €, CCAS 4000 €. Christian Luque et Laure Berdugo se sont aussi abs- tenus sur l’approbation par le conseil à adhérer à un groupement de comman- des coordonné par la CAD pour des prestations pré- sentées et le projet de con- vention. Mais à l’unanimité les élus sollicitent auprès du conseil général la dota- tion de 30000 € pour les petites communes. B. G. Les impôts locaux restent inchangés La commune ne subira pas d’augmentation des taxes cette année. (Photo B. G.) CHÂTEAUDOUBLE Annick est arrivée sur le canton de Comps en 1993 pour développer le porte- feuille commercial ban- caire de ce qui s’appelait encore «La Poste». À l’époque, elle travaillait de Vidauban à La Bastide avec douze bureaux de poste à charge. Le canton comptait alors deux bu- reaux de poste, deux re- ceveurs, une agence pos- tale et trois facteurs. An- nick était receveur à La Bastide, à Comps mais aussi conseiller financier. Le bureau de Trigance de- puis est devenu une agence postale commu- nale suivi par celui de La Bastide en 2009, qu’An- nick supervisait en asso- ciation avec la municipa- lité. Une nouvelle carrière Le canton compte désor- mais deux agences posta- les et un bureau de poste principal, le courrier, quant à lui, est désormais rattaché à la DOTC de Nice (Direction opération- nelle territoriale du cour- rier). Le poste de direc- teur d’établissement du terrain de Comps qu’An- nick occupait ne sera pas renouvelé. La vie continue à Comps, Béatrice Gior- dano au guichet poursuit l’accueil et le conseil à la clientèle. « J’éprouve une certaine nostalgie quant au contact avec la clientèle, la proxi- mité avec les gens, ces vil- lages et paysages que je traversais lorsque j’arpen- tais les routes. C’était un choix de vie, d’autres ou- vertures et postes à respon- sabilité m’avaient été pro- posés mais j’ai souhaité rester vivre ici. Je reste à La Bastide où je réside de- puis 1993. Une nouvelle carrière commence pour moi. Je vais devenir tra- ductrice ce qui me permet- tra de travailler depuis chez moi », explique An- nick. M. P. Annick Battesti a pris sa retraite De gauche à droite : Annick Battesti, Béatrice Gior- dano, Sabrina et Patricia, factrices. (Photo M.P.) COMPS-SUR-ARTUBY Adventi Voce s’est produit, ce dimanche, à l’église Saint- Victor. Cette chorale dyna- mique d’une quarantaine de chanteurs amateurs dirigés par Alexis Duffaure, a inter- prété un programme musi- cal de qualité dans lequel on a pu entendre en pre- mière partie, de la musique sacrée, avec gospels, negros spirituals, ave maria, en se- conde partie , de la musi- que populaire avec du jazz vocal ou traditionnel... Les bénéfices de cette mani- festation ont été reversés à l’association « Les P’Tits Loups » regroupant l’an- cienne crèche et « Les Re- nardeaux »... Le projet est de rénover en- tièrement la cuisine de la première crèche construite en 1994. Les jeunes enfants profitent, dans cette structure, des services d’une cuisinière, alors que généralement, des plateaux sont livrés pour les repas. J. G. Adventi Voce se produit pour « Les P’tits Loups » La chorale Adventi Voce, à l’église Saint-Victor. (Photo J. G.) TRANS-EN-PROVENCE Jeudi 23 avril 2015 var-matin
  5. 5. Dracénie E xceptionnellement, les Médiévales ouvri- ront leurs ateliers du Site d’Arcus, quartier de La Chabotte aux Arcs, ce dimanche. Le public pourra franchir les portes du temps pour se retrou- ver, entre 10 h et 12 h et de 14 h à 17 h, au cœur du Moyen âge. Gentes dames et preux chevaliers ne se- ront pas de sortie pour cet événement printanier mais les visiteurs découvriront mieux encore que les no- bles personnages. Au rez- de-chaussée, les adultes s’intéresseront plus spé- cialement à la construc- tion des grands décors, la création de Griffons mon- tés sur échasses ou à la réalisation de la terrible Vouivre dont devra se mé- fier le fils du Seigneur Rai- mon Béranger, comte de Provence, dans sa quête de l’idéal. Les enfants préféreront surveiller les allées et ve- nues de Dragonium, le monstre cracheur de feu qui sortira de sa torpeur hivernale pour exprimer, de chaleureuse façon, son plaisir à jouer la vedette. À l’étage, les hôtes fémini- nes seront enchantées par l’excellence des couturiè- res bénévoles qui doivent concevoir et réaliser quel- que 150 costumes d’ici les 17, 18, 19 et 20 juillet. Le long week-end durant le- quel les Festes du Castrum d’Arcus battront leur plein. Ce sera la première occasion de montrer au public les arbres de la Forêt magique et les ani- maux qui la peupleront. Un bonheur ne venant ja- mais seul, même aux temps médiévaux, à 11 h, les 35 lauréats du 7e con- cours de dessin, organisé sur le thème du Bestiaire fantastique dans les éco- les locales, recevront leur prix en présence des fa- milles. Un joyeux prétexte pour savourer, après coup, Ar- cusienne, Hypocras et au- tres boissons médiévales, avec ou sans alcool. Pour venir sans difficulté : depuis le carrefour des Quatre-Chemins, emprun- ter la route de Taradeau. Au bout de la longue ligne droite se situe un impo- sant stock de bois, sur la gauche. Il suffit d’emprun- ter le chemin opposé. 100 m plus loin vous serez par- venus à destination. Portes ouvertes sur le Moyen âge Josiane Bonnaud met la dernière touche à l’écureuil qui rejoindra ses copains de la Forêt magique. (Photo D. R.) LES ARCS-SUR-ARGENS La semaine dernière, les amoureux de la peinture ont eu l’opportunité de décou- vrir les travaux de Mme Bou- rel à l’office de tourisme. Une occasion bien venue pour se faire connaître dans le coin. En effet, après 13 ans de beaux-arts en Belgique, 5 ans de peinture et 8 de gra- vure, cette artiste a beau- coup voyagé. Et c’est ainsi que sa carrière a pris son envol, enchaînant les expositions en Belgique mais aussi dans les pays voi- sins, en Hollande notam- ment. Ses travaux font émerger cette notion de découverte, elle-même les définit comme en perpétuel mouvement. L’aspect figé d’un tableau ne l’inspire pas, prônant ainsi le côté vivant et réa- liste de l’élément qu’elle veut partager. La plupart de ses œuvres sont sur le thème de la na- ture, ce dernier qu’elle dit vouloir représenter à sa façon avec pour caractéris- tique dominante l’obscurité. Les tableaux ne sont pas peints d’une manière léchée et fine mais plutôt garnis et généreux de matière accen- tuant ainsi le mouvement. Mme Bourel se réjouit de la possibilité qu’offre aux ar- tistes la municipalité d’ex- poser gratuitement pour le seul plaisir de ses habitants et d’avoir donc pu partager sa passion en toute simpli- cité en ces lieux. K. P. La peinture s’expose à l’office de tourisme Mme Bourel, présente pour expliquer ses œuvres à l’office du tourisme. (Photo K. P.) LORGUES Après l’approbation du compte de gestion, du compte administratif, les élus se penchaient sur le « gros morceau » de la soi- rée, les différents budgets primitifs. Avant cela, Jean- Pierre Camilleri présentait et faisait approuver les nou- velles opérations d’investis- sement 2015. L’adjoint aux finances regroupait par « genre » les différentes opéra- tions. Ainsi sur le budget de la commune une enveloppe de 35000 € environ sera consacrée aux bâtiments communaux, 93000 € à la voirie avec entre autres le piétonnier route de Vidau- ban et la chaussée de la Co- lette, et 10000 € pour l’agenda accessibilité. 25000 € seront nécessaires sur le budget de l’eau pour la re- prise des réseaux sous le gué des Moulins et en assai- nissement 45000 € pour l’étude et la canalisation des eaux usées à La pouponne, 30000 € consacrés au schéma directeur des eaux usés. Les budgets enregistrent comme partout la baisse des dotations de l’État qui passe cette année à 150000 € soit 43000 € de moins que l’an dernier. Pas de nouvel emprunt Le budget de la commune dégage environ 56000 € d’autofinancement avec, belle surprise, un reliquat 2013 d’environ 270000 €. Le budget de la commune s’équilibre à 3145366 €, celui de l’eau à 1112051 €, l’assainissement à 376814 €. Il était décidé de ne pas faire pour l’instant de nou- vel emprunt et vu les taux attractifs, de renégocier les anciens. Toutes ces déci- sions étaient prises à l’una- nimité de même une attri- bution forfaitaire aux éco- les de 42 € par élève dont 6 pour la coopérative. Quant aux différentes taxes, le maire assurait qu’elles ne subissaient aucune augmen- tation. F. H. Les investissements au programme TARADEAU Si les scolaires vidauban- nais ne manquent pas, grâce à leurs professeurs et au soutien des collecti- vités de découvrir le monde avec des voyages en Angleterre, Italie, la ré- ciproque est également vraie. Le collège Paul- Émile Victor dirigé de main de maître par Delphine Loyer a ainsi reçu cette fois une quarantaine de jeunes turinois. Cela se fai- sait dans le cadre d’échan- ges entre correspondants, les élèves de « l’instituto cena » amenés par leur professeur de français, Mme Paschero étant ac- cueillis par les italophiles d’Edith Marena. Si la dé- couverte du collège vidau- bannais haute qualité envi- ronnementale était au pro- gramme, c’est autour d’un pique-nique sur la base nautique que jeunes ita- liens et français ont oublié la barrière de la langue, gommé leurs différences et fait avancer l’Europe. F. H. Les voyages forment la jeunesse Des jeunes turinois accueillis par leur correspondants vidaubannais. (Photo F. H.) VIDAUBAN Une vraie performance pour Anne Marlange qui à elle seule a transporté pendant 1h30 le public au XIXe siècle et loin de ses conventions désuètes. Pour cette cin- quième représentation théâ- trale de la saison, Guy de Maupassant était à l’hon- neur avec « Un goût de bai- sers sous les étoiles ». Qua- tre nouvelles, La serre, Im- prudence, L’enfant et Sauvée, « vécues » par Anne Marlange dans un décor et avec des accessoires raffi- nés comme l’imposait l’épo- que. Les spectateurs ont ainsi assisté aux péripéties de quatre couples avec leurs travers et leurs pas- sions et des portraits de femmes tellement différen- tes mais qui aspiraient à une certaine liberté. Le prochain rendez-vous donné par le service culturel et associatif de la commune proposera une rencontre avec la Com- pagnie Rassegna qui inter- prétera des chants, flamen- cos, napolitaines, grecs, cor- ses... choisis parmi différentes traditions musi- cales de Méditerranée. N. C. Des nouvelles surprenantes de Maupassant Anne Marlange. (Photo N. C.) Jeudi 23 avril 2015 var-matin
  6. 6. Dracénie - Pays de Fayence P our sa 20e édition, le festival « Cantar lou païs » accueillait à Seillans plus d’une cen- taine de chanteurs tradi- tionnels de la région : le groupe Balandrin de Nice, Capodastre de St Jeannet, Damont Davau de Cabris, Lo cercle de La Seyne, La Farigouleto de La Garde et les chanteurs de Car- delina, du canton de Fayence, animateurs du festival, menés par Pa- trick Meyer et Marlène Hosan. De 11 heures du matin à 17 heures, tous ces grou- pes se sont confrontés dans une joute vocale amicale : la « targa des cantaïres ». Ils ont fait vivre et revivre des chants traditionnels à plusieurs voix où pointaient ici et là des arrangements aux sonorités très contempo- raines. En fin d’après-midi, La Ro- quette avec ses 5 chan- teuses professionnelles venues d’Arles, invitées d’honneur du XXe festival, se lançaient dans une dé- monstration décoiffante de la vitalité des polypho- nies provençales contem- poraines. Une belle éner- gie, des arrangements très contemporains, tout en restant dans la simpli- cité et la complicité avec les spectateurs. À les en- tendre, on se dit que les polyphonies provençales n’ont pas fini de nous sur- prendre. Et la journée s’est termi- née par un « baleti » en- diablé, mené par Henri Maquet qui mariait avec bonheur et virtuosité le galoubet et les sons elec- tro. En présence de Serge Leibovitz, adjoint à la cul- ture, l’équipe de l’associa- tion Cantar lou païs et de Cardelina a chaleureuse- ment remercié tous les participants ainsi que la commune de Seillans et son maire pour son ac- cueil, en leur donnant ren- dez-vous « à l’an que ven » pour la 21e édition. V. L. Les polyphonies provençales contemporaines Dimanche toute la journée, Seillans recevait le festival «Cantar lou pais». (Photo V. L.) SEILLANS De l’éveil musical des pe- tits à la chorale des grands adultes, les élèves de l’école communautaire de musique ont joué en audi- tions publiques ce dernier week-end à la salle de l’Amicale. En deux repré- sentations pour satisfaire un nombreux public, le concert a débuté vendredi soir avec l’atelier Jazz dont le niveau atteint est suffi- sant pour s’appeler désor- mais « Jazz’Ic ». Avec les encouragements du public, la formation a joué différentes étapes de l’histoire du jazz dans un répertoire de styles variés : dixieland, bossa-nova, blues. Puis la rythmique du big- band a accompagné Yan- nick Lopez, élève adulte de la classe de chant sur des standards comme « You are the sunshine of my life », « Fever », « Georgia on my mind »... La soirée s’est poursuivie avec un inter- mède de trompette de la classe de David Tallent et ses trompettistes en herbe qui ont joué un beau rag- time « par cœur » et aussi de la variété avec les ate- liers de musiques actuel- les de David Tallent avec treize musiciens/chanteurs dont un formidable « Happy days » des B. Bro- thers avec le look chapeau- lunettes noires. Trois chanteuses, Mélanie (une fidèle), Julia et Julie, ont aussi conquis le public en représentant avec brio l’atelier variétés des jeu- nes. Dimanche en fin de journée, autour de la direc- trice Corinne Martin et plu- sieurs professeurs, la classe d’éveil musical, les chorales enfants et adultes ont charmé le public en au- ditions des petites forma- tions. Un beau succès. Musique et chants en deux auditions L’histoire du jazz par l’atelier « Jazz’Ic ». (Photo R. P.) LE MUY Début février, la nouvelle est annoncée dans le bul- letin municipal « Toninfo » : les festivités estivales, mises en place depuis 50 ans dans le village, n’au- ront plus lieu, faute de per- sonnel. C’est sans compter sur la volonté de certains de vouloir maintenir ces ren- dez-vous traditionnels. La première, Priscillia Lacour, se rend à la mairie, ren- contre le maire et propose de lancer une campagne de recrutement pour créer une nouvelle association. Le 19 février, une trentaine de volontaires se retrouve pour une première réu- nion d’information. Le 25 février, un nouveau bureau est formé. Le 7 avril, l’association « Fêtes notre village » est of- ficielle auprès de la pré- fecture. Elle est constituée de Priscillia Lacour, la pré- sidente ; Antoine d’Inguim- bert, le trésorier, adjoint à Claudine Cordeil- Tachdjian et Pascal Rou- ges, la secrétaire, adjoint à Mylène Laurent. Ils sont entourés d’une quinzaine de bénévoles de 20 à 80 ans, tous unis pour la dynamique antonaise autour d’un calendrier de manifestations prévues de mai à décembre dans les espaces extérieurs du parc Fustier ou dans la toute neuve salle des fêtes. C. C. Le nouveau comité des fêtes est installé La présidente Priscillia Lacour (à gauche au premier rang) et les membres du bureau de la nouvelle association. (Photo C. C.) SAINT-ANTONIN Malgré la crise qui semble toucher les festivals de musique dans la région, l’association « Festival des Ferrières » maintient son programme estival (1 ) en produisant le groupe va- rois « Guitars ZZ ». S’inscrivant dans le cré- neau entre la fête locale et les festivités de la libéra- tion du 15 août, ce concert événementiel, prévu le 9 août sur la place du Rou- cas, est en quelque sorte un retour aux sources pour l’équipe d’organisa- teurs bénévoles autour du président Daniel Stalenq qui avaient déjà reçu ce groupe au quartier des Ferrières, lors de la pre- mière édition du Festival en 2006. Tête d’affiche de la mani- festation, « Guitars ZZ » jouera son répertoire « Re- menber the shadows » de sons mythiques légendai- res : Man of mystery, Big Boy, Dakota, Shindig et bien sûr Apache pour des années 60 ainsi que « Pe- tite fleur », « Eléonor rigby », de production plus ré- cente (2003). Pour accueillir plus de fans nostalgiques et un public plus large de jeunes à la découverte des sons d’époque des guitares Fen- der, ampli Vox (de 1964), électro acoustique Taka- mine, la 10e édition de ce concert sera proposée sur la place du Roucas. Pour financer ce projet 2015, l’association orga- nise une nouvelle tombola dont les billets sont en vente chez les commer- çants locaux. Contact 04.94.54.67.37. R. P. Les « Guitars ZZ » sont de retour Jeudi 23 avril 2015 var-matin
  7. 7. Francis GRESSE Achat Or à Fréjus 237 rue des Moulins Achète, vend et paie comptant. Bijoux, pièces, lingots, débris. Tél : 04.94.51.05.78 Achat Or à St Raphaël Or & Collection 95, rue de Châteaudun. Achat bijoux, pièces, lingots et débris. Tél : 04.94.54.58.85. Tél : 06.09.49.60.56. Sébastien CRISCI Terrassement. Enro- chement. VRD. Loca- tion de bennes de 4m3 à 15m3. Nettoyage de chantier. Petite maçon- nerie - Débrousaillage. Création de jardin. Fréjus. Tél : 04.94.44.43.89. Tél : 06.10.25.36.01. sebastien.crisci@sfr.fr ARTISAN LORRAIN Dominique Gallmann effectue tous travaux de toiture, couverture, charpente, gouttières, PVC, maçonnerie gé- nérale. Devis gratuit. Tél : 06.66.08.49.90 ASFALT Goudronnage noir ou coloré pour abords de villas et voies d’accès, etc...Gravillonnage - Bordure. Devis gra- tuit. LA FARLEDE Tél. 04.94.35.30.87 www.asfalt.fr GOUDRONNAGE DE PROVENCE Accès de villas. Enro- bés noirs ou colorés. Gravillonnage. Bordures. Particuliers et Professionnels. BRIGNOLES Tél. 04.94.72.57.08 www.goudronnage-de-provence.fr MAKADAM Spécialiste de l’accès de villa depuis plus de 20 ans. Enrobé noir et coloré. Goudronnage et gravillonnage. makadam83@wanadoo.fr Tél : 04.94.19.90.91 Fax : 04.94.40.82.47. PEINTURE CARDINALE Tous travaux de pein- ture, neuf et rénova- tions : volets, façades... Devis gratuit. VA- RAGES; Tél. 06.10.86.25.22 Mail : aneka@hotmail.fr www.peinturecardinale.com ANTIQUITÉS JARDINS RÉNOVATION RÉNOVATION Dracénie - Pays de Fayence ̈̈ SSeerrvviicceess Les jeudis de l’emploi Tous les jeudis, Var-matin, en partenariat avec Pôle emploi, vous propose une sélection d’offres d’emploi actualisées sur le bassin. Pour postuler et vous informer sur vos droits, rendez-vous sur www.pole- emploi.fr Carreleur faïencier mosaïste h/f en CDI Autonome sur votre poste, vous avez en charge des chantiers neufs ou Rénovation dans le Var et les Alpes-Maritimes. Vous effectuez la pose de carrelage, mosaïque, dalles. LLiieeuu ddee ttrraavvaaiill :: DDrraagguuiiggnnaann Expérience exigée de 3 ans. Permis B, véhicule léger exigé. Salaire indicatif mensuel de 1560 €, sur 12 mois. Rémunération proposée suivant votre expérience. Durée hebdomadaire de travail 35 h. Numéro de l’offre 026KZYZ Boucher h/f en CDI Vous êtes chargé de la découpe et vente de viandes Vous travaillez aussi le dimanche matin LLiieeuu ddee ttrraavvaaiill :: TTrraannss--eenn-- PPrroovveennccee Expérience : débutant accepté. Niveau : CAP, BEP ou équivalent exigé. Salaire indicatif mensuel de 1685 €, sur 12 mois. Durée hebdomadaire de travail 35 h. Numéro de l’offre 026KSPY Responsable adjoint de magasin de grande distribution h/f en CDI Sous la responsabilité directe du chef de magasin, vous êtes garant du bon fonctionnement du magasin, tant au niveau opérationnel que commercial. Vos missions s’articulent autour de différents domaines tels que; l’animation et l’organisation du travail de l’équipe, la bonne tenue du magasin, la mise en valeur des produits, la gestion de l’encaissement, la réception, la mise en rayon. Vous effectuez le suivi des flux de marchandises, la gestion des stocks, l’inventaire. Vous êtes réactif, dynamique et fiable. Vous avez envie de découvrir un véritable métier de terrain. Notre politique de formation et d’évolution interne vous permettra de progresser rapidement au sein de notre entreprise. Niveau : bac à bac +2. LLiieeuu ddee ttrraavvaaiill :: DDrraagguuiiggnnaann Expérience exigée de 2 Ans en grande distribution, en restauration rapide ou dans un secteur proche. Salaire indicatif mensuel de 1759 € sur 13 mois + chèque repas + mutuelle. Durée hebdomadaire de travail 35 h. Horaires variables. Numéro de l’offre 026KNLH Ouvrier paysagiste h/f en CDI Vous assurez l’aménagement des allées, cours, terrasses chez des particuliers. Vous préparez les sols avec des outils manuels et engins de terrassement (bobcat, mini- pelle). Vous appliquez des revêtements (enrobés rouge et noir, dallages, pavages, émulsion…). Vous avez le sens des responsabilités aussi bien en équipe qu’en autonomie. LLiieeuu ddee ttrraavvaaiill :: LLeess AArrccss Salaire indicatif horaire de 10 €. Durée hebdomadaire de travail 35 h. Numéro de l’offre 026LNCH Serveur de bar brasserie h/f en CDI Vous intervenez sur le service du matin, du lundi au samedi. Vous maîtrisez l’utilisation de la machine à bière et à café. Vous êtes également en charge du service au comptoir et en salle. Commandes au carnet. L’amplitude horaire est de 7 h à 11 h, à définir avec l’employeur. LLiieeuu ddee ttrraavvaaiill :: LLee CCaannnneett-- ddeess--MMaauurreess Salaire indicatif horaire de 9,61 €. Durée hebdomadaire de travail 24 h. Numéro de l’offre 026LTBN Conseil + pole emploi : Vous avez travaillé ce mois-ci ? Pensez à le déclarer Envoyez les photocopies de vos bulletins de salaire en précisant votre nom et votre numéro identifiant. Même si vous ne disposez pas de votre bulletin de salaire au moment où vous enregistrez votre déclaration, vous devez déclarer le salaire que vous allez percevoir, le nombre de jours où vous avez travaillé, le nombre d’heures que vous avez effectuées pour le mois écoulé. Ces éléments permettront de calculer votre indemnité. Pour en savoir plus :www.pole-emploi.fr Bureaux (location) ° DRAGUIGNAN. ST-LEGER. Idéal profession libérale, loue bureau 3P 55m2, RdC, wc, lave-mains. Loyer mensuel 680 € ttc mensuel. PARTICU- LIER Tel: 06.60.65.82.15. Viagers VIAGER LIBRE OU OCCUPE, vente-à- terme, nue-propriété. VIAGER CONSULT, votre spécialiste sur Saint-Raphaël. Tél.04.94.55.98.72/ 06.61.37.48.98 www.viager-consult.com En bref LES ARCS Concert Vendredi 24 avril à 19h30, récital de mélodies slaves et russes, chansons traditionnelles, airs classiques... par le duo Kalinka, Boris Skhakoumidov et Natalia Tomilova au piano, accordéon et mandoline russe (domra), chant, à l’hôtel-restaurant Le Logis du Guetteur. Tarif : récital seul : 20€. Soirée (repas + concert) : 35€. Expositions - Jusqu’au 15 mai, « Au fil du temps », exposition sur les personnages arcois, en centre-ville et boulevard Gambetta, par M. José Rubio. - Du 25 avril au 11 mai, exposition sur la Résistance de 39-45 aux Arcs, dans la chapelle Saint-Pierre du Parage, par l’association des Anciens Combattants VIDAUBAN La plaine des Maures à la médiathèque Dans le cadre d’une exposition sur la réserve naturelle de la plaine des Maures, la médiathèque communautaire propose vendredi 24 de 18h30 à 21 h une conférence diaporama « La Faune des Maures » pour une découverte des secrets des différents milieux du massif et de sa faune. Café-théâtre Le théâtre du boulevard propose vendredi et samedi soir à partir de 20h30 précises son café-théâtre avec des sketches à gogo à la salle polyculturelle. Entrée 7 €, réservations au 04.94.99.41.30. LE MUY Animations au Club House Le week-end prochain, le Tennis club muyois organise des journées animations pour tous : - Samedi 25 avril dès 14h30 pour les jeunes : chasse aux œufs, jeux, animations et goûter vers 16 h. - Dimanche 26 avril à 9h30 (constitution des équipes) pour les adultes : tennis et pétanque en double à la mêlée; à 13 h, repas. Chacun apportera une entrée et un dessert que l’on mettra en commun. Invitation à tous. Pour le dimanche et pour des besoins d’intendance, Il est souhaitable d’envoyer votre participation et le nombre de personnes par mail à : tcmuyois@numericable.fr TARADEAU Boules La Boule Taradéenne organise un concours de pétanque, 2x2 choisis, le dimanche 26 avril à 14 h. Inscriptions sur place. AUPS Lucette Ponçin : dédicaces Lucette Ponçin signe son livre « La vallée du Verdon avant le lac » vendredi 25 avril à 10 h à la librairie « Caractères Libres ». Journée dégustation à la Tuillière Samedi 25 avril de 10 h à 19 h Liliane et Sylvie Mailaender organisent leur 3e journée dégustation à la Tuillière : confitures, chutneys, sirops, accompagnés de crêpes et de fromages ainsi que des créations artisanales. Contact 06.11.01.04.17. COMPS Repas avec le foyer rural Le foyer rural Léo Lagrange organise son traditionnel repas pieds et paquets dimanche 26 avril à 12 h à la salle polyvalente; après midi dansant avec le trio « Mélodie » Music +, du musette à nos jours. Tarif plein : 24 €; adhérent : 20 €. Menu spécial enfants : 5 € jusqu’à 12 ans. Rens. 06.28.52.50.67. TRANS Concours de chant Un spectacle Concours de chant : « Un chant pour un enfant », se déroulera dimanche 26 avril à 16h30, salle polyvalente. Entrée : 7 € par personne; 10 € pour 2 personnes. FAYENCE Vide grenier du football club Dimanche 10 mai se tiendra au stade Intercommunal un vide-greniers. Contact et inscription : 06.08.62.81.02 ou 06.07.77.83.10. TOURRETTES Rallye de voitures anciennes Dimanche 26 avril, la 3e balade de printemps organisée par le David HRTeam (David Historic Rallye Team) à partir de 10 h départ Tourrettes à Monaco. SEILLANS Le salon de mai L’office de tourisme organise le salon de mai qui se déroule du 23 avril au 10 mai. Cette année, le thème est « Murs des villes, murs des champs». Cette expo, qui se tiendra dans les salles du Couvent et du Cercle, permet à des peintres de la région de s’exprimer sur un sujet choisi, avec des techniques très différentes : huiles, pastels, acrylique, aquarelles, techniques mixtes, sculptures etc. Un jury de professionnels sélectionnera plusieurs artistes qui seront primés par des lots d’articles des beaux-arts. Rens. 04.94.76.85.91. Jeudi 23 avril 2015 var-matin
  8. 8. Draguignan ̈̈ SSppoorrttss U ne délégation du Draguignan course orientation s’est dé- placée dimanche dans les Alpes-Maritimes au col de Braus dans le cadre de la quatrième manche du chal- lenge PACA qui servait de support au championnat de la ligue de Provence. Un lieu chargé d’histoire (li- bération de la Provence septembre-octobre 1944). Sur des parcours techni- ques et des circuits courts mais à fort dénivelé, les re- présentants du club sous- préfectoral se sont remar- quablement bien compor- tés dans leurs catégories respectives (180 partici- pants au départ, 11 clubs). Au sommet de leur art Sur le circuit D (2, 7 km, 180 m de dénivelé, 14 pos- tes), Jean-Pierre Campos s’est adjugé la première place en H65 (2e sur le cir- cuit à 49 secondes du lau- réat). De son côté, Pierre Segondy termine à la cin- quième place en H65 (9e sur le circuit). Sur le circuit C (3,5 km, 200 m de dénivelé, 17 postes), Gilles Jacquesson s’est oc- troyé une probante troi- sième place à 1 minute et quarante secondes du se- cond. Sur vos tablettes Prochain rendez-vous le di- manche 31 mai à Salignac (04) pour le compte de la cinquième manche du challenge PACA. En attendant, deux cou- reurs du Draco (Jean- Pierre Campos et Pierre Se- gondy) vont affronter l’élite nationale sur trois jours sur le territoire Lo- dévois et Larzac : le 1er mai au Caylar, le 2 mai à Saint- Jean-de-la-Blaquière, le 3 mai dans la forêt de l’Es- candorgue. Les Dracénois auront très certainement fort à faire en terrain inconnu et de- vront être au top pour se classer aux toutes premiè- res places. J. L. Le Draco, boussole à la main, au col de Braus Jean-Pierre Campos (premier à droite) s’est imposé en H65 sur le circuit D. (Photo J. L.) ORIENTATION L’édition 2015 du tournoi des jeunes de l’ASPTT Dra- guignan se poursuit chaque soir au complexe des Inca- pis. On assiste à de belles confrontations dans toutes les catégories d’âge. Les résultats - 15-16 ans garçons : Costa bat Roubaud (6/4, 6/1), Fabre bat Quillivio (6/3, 4/6, 6/4), Delgarde bat Perret (5/7, 6/3, 6/1). - 14 ans garçons : Van de Velde bat Lanteaume (6/2, 6/0), Brasseur bat Muret (6/3, 6/4). - 17-18 ans garçons : Gon- calvez bat Figuiere (6/1, 7/5). J. L. Contact au 07.62.59.41.93. Pas de répit pour les jeunes aux Incapis Tom Goncalvez et Bastien Figuiere en 17-18 ans. ASPTT DRAGUIGNANTENNIS Louis Le Beon et Killian Brasseur en 13-14 ans. (Photos J. L.) Le week-end dernier s’est déroulé à Saint-Raphaël le championnat régional des benjamins à l’épée. Les couleurs du Cercle d’es- crime dracénois ont parti- culièrement brillé à la lec- ture du palmarès. La palme reviendra toutefois de droit à Félix Robotti qui s’est octroyé la première place. Pluie de satisfac- tions À noter derrière, Vald Pou- zet-Oprean (7e ), Baptiste martel (12e ), Dara Talbot (17e ). Chez les filles, les ré- sultats sont également plu- tôt sympathiques avec Ma- thilde Munier (6e ), Taina Jerent (8e ), Paloma Delsol (13e ). Les championnats de zone auront lieu le 25 mai à Narbonne. Par ailleurs, il est à noter les 2 et 3 mai les champion- nats de France épée (ca- dettes) pour Lina Chau ainsi que le 17 mai à La Garde pour le compte des toutes catégories en équi- pes de deux (mixte). J. L. Félix Robotti sur la plus haute marche du podium Les couleurs du CED ont été à l’honneur dimanche à Saint-Raphaël. (Photo J. L.) ESCRIME Les échos sportifs Gymnastique rythmique La Dracénoise organisera une initiation à la gymnastique rythmique, le lundi 27 avril, de 17 heures à 19h30 pour les représentants de l’association Dracénie sport adapté au complexe Saint- Exupéry. Tennis Tout dernièrement, a eu lieu au complexe des Négadis une réunion d’informations concernant la tournée de tennis de cet été. Une expérience exceptionnelle avec logement au Tennis club de Villeneuve-Loubet et six tournois dans les Alpes- Maritimes du 15 au 29 août. Des places sont encore disponibles (même extérieurs au TCD). Pour de plus amples renseignements, se rapprocher d’Antoine Badet au 06.07.27.05.58. Randonnée Les Randonneurs Dracéniens organiseront, dimanche, une sortie journée à la Crête du Crémont (D : 2, km : 15, déniv : 650 m) avec G. Dauvissat ainsi qu’une randonnée à thème au Rayol-Canadel «Le domaine fête le printemps» (km : 1à, déniv : 360 m) puis visite guidée des jardins avec C. Peyraud. D’autre part, il est à noter pour la journée du mardi 28 avril le challenge Michel Vandenbussche. Une course d’orientation par équipes au Pont de l’Endre. Football Amis supporters du Sporting club Dracénie, ne pas oublier que vos favoris accueilleront, samedi, à 18 heures, au stade Raoul- Brulat, leurs homologues de Gardanne en championnat de division d’honneur régionale. Jeudi 23 avril 2015 var-matin
  9. 9. CentreVar3, place Saint-Louis, 83170 Brignoles - Tél. 04.94.69.67.10 Eurosud publicité : 04.94.69.67.20 - brignoles@nicematin.fr Accès deVillas Enrobésnoirsoucolorés Gravillonnage-Bordures JP.BERNABO 04.94.72.57.08 Particuliers Professionnels Le tour de tables de la foire BRIGNOLES U ne petite faim? Gar- dianne de taureau, cassoulet et chou- croute auront de quoi vous mettre en appétit. Le choix est large : des spécialités lettones aux plats typique- ment régionaux, en pas- sant par les apéros impro- visés en bout de comptoir, les visiteurs sont invités à l’évasion culinaire. SIMON SAÏDI ET CHANAËL CHEMIN Photos : frank muller Chez les fidèles Au comptoir Marre des mets franco-français? La foire pro- pose de découvrir des saveurs plus exoti- ques, comme ces sandwichs lettons, compo- sés de saucisses, de choux et d’oignons. Situé dans le hall 2, le stand Lettonie vend sa for- mule à 5 euros, bière du pays inclu. Le stand charcuteries d’Italie exposant ses produits dans le grand espace qui lui est dédié, pro- pose également des sandwichs « jambon de pays-fromage » pour une bouchée de pain. Voyages voyages Dans un style plus original et amusant, il y a l’apéro au comptoir. Le principe est simple : il suffit de composer soi- même son menu en se ravitaillant auprès des nombreux stands gastronomiques. Tous proposent un large choix de bons produits du terroir. Huîtres, fromages, charcuteries ou encore salades de pois chiches peuvent être consom- més sur place et s’accompagnent parfaitement d’un sub- til blanc de Correns ou encore d’un bon rouge des co- teaux varois. Conviviaux et sympathiques, ces apéros improvisés sédui- sent aussi par leurs avantages. Peu onéreux, il en coûte une petite dizaine d’euros par personne. Manger bon et pas cher est donc toujours possible. Au détour des allées, il n’est pas rare de croiser ces stands dont s’échappent de délicieuses odeurs qui éveillent les pa- pilles. A l’instar de «l’allée marchande », où se côtoient sous le même chapiteau le sud- ouest, la Camargue et la Corse. Le restau- rant « Les Camarguais » met en avant ses meilleuresviandes,dontlecélèbrepavéde taureau du pays, apprécié pour sa finesse en bouche et réputé pour sa tendresse. Côté Sud-ouest, c’est le canard qui honore les plats. En magret, en confit ou en sa- lade,onlemangeàtouteslessauces.Enfin, chez Giovannoni, les savoureux plats cor- ses sont à l’honneur. Mais bien manger a un coût : comptez 18 euros en moyenne pour un plat, ce qui n’est pas à la portée de toutes les bourses.
  10. 10. Saint-Raphaël41, bd de la Libération - Tél. 04.94.19.33.00 - Eurosud : 04.94.19.33.22 - saint-raphael@nicematin.fr Accès deVillas Enrobésnoirsoucolorés Gravillonnage-Bordures JP.BERNABO 04.94.72.57.08 Particuliers Professionnels D u théâtre à huit euros, on en rede- mande. Ça tombe bien car la troisième édition des Rencontres théâtrales de Saint-Raphaël, à parta- ger entre amis ou en famille, s’est étoffée : vingt et une pièces sont proposées du 24 avril au 10 mai. Le pro- gramme fait la part belle aux comédies, pour rire en ou- bliant tous ses soucis. Une belle panoplie de com- pagnies locales qui, en plus d’être talentueuses, sont gé- néreuses. Elles font don de places gratuites pour les personnes en difficulté. Les membres de l’association Les Amis de Saint-François- de-Paule retireront les pla- ces offertes par les compa- gnies auprès du boulanger Maoro du boulevard du gé- néral Leclerc pour les redis- tribuer aux familles en pré- carité. De la prose et des épées Les compagnies sont aux anges : « Nous avons doublé le nombre de spectacles et nous mettons à disposition des compagnies les lieux, salle Félix-Martin et audito- rium du centre culturel gratui- tement. La salle et le matériel et le régisseur. Nous avons aussi ouvert une salle “Lou Safranié”, juste en face du centre culturel, dans la rue du Safranié afin que les ac- teurs puissent se retrouver et partager. Ils peuvent égale- ment tenir une permanence dans le hall du centre culturel afin de promouvoir leur pièce et de rencontrer leur public », a détaillé Guillaume Decard, adjoint a maire, dé- légué à la culture et con- seiller général. « C’est un plaisir de proposer ces rencontres aux Ra- phaëlois et d’accompagner les compagnies du territoire. Tout le monde participe car nous avons construit ce pro- jet ensemble, avec les com- pagnies. Et je voudrais aussi les associer lors d’une visite du théâtre Le Forum pour en- visager d’autres projets pour 2016. Car nous avons un pu- blic pour le théâtre sur le sec- teur ». Le programme est al- léchant dès le 24 et le 25 avril avec « Les Cheva- liers des roches rouges » qui savent manier la prose aussi bien que l’épée. En costume d’époque Louis XIV, ils jouent un duc aigri et ses femmes et croisent le fer dans de grands combats scénarisés. C’est très drôle tout comme la fameuse « histoire de oufs » de la très douée compagnie de l’Étin- celle. Cette succession de quiproquos de Pierre Sau- vil, mise en scène par Do- minique Auzet promet une soirée déjantée. Nerval, Aragon,... Didier Beaumont a écrit une pièce originale Le passager de 10h09. Avec sa compa- gnie « grain de scène », il jouera la trentième après avoir tourné dans tous les festivals de la région Paca. Là encore, pas question de s’ennuyer. On ne sortira pas morose non plus avec la comédie du célèbre Eric Assous Le Bonheur présenté par Les scènes d’Argens, une com- pagnie pugétoise. Rapt, « dramatiquement drôle », Le mariage de made- moiselle, une heure trente de rire, de l’immense Michel Heim dont les dialogues sont si savoureux… et bien d’autre encore. Enfin, le Lien défait pour compléter de façon plus lit- téraire et intimiste ces ren- contres. Julien Ettori y est un passeur de textes. Ac- compagné d’une violoncel- liste et d’une pianiste, il montre que la poésie est ac- cessible à tous et son inter- prétation d’Apollinaire, Ner- val, Heine, Aragon… émer- veille son public. JOCELYNE JORIS jjoris@nicematin.fr Mise en bouche. Galère, mystère… presbytère! vendredi 24 avril à 20h30, auditorium Saint-Exupéry. 1001 lames, samedi 25 avril à 17 h, auditorium Saint- Exupéry. Une Histoire de ouf! samedi 25 avril à 20h30, salle Félix-Martin. Les Papys Boomers : dernière tournée, dimanche 26 avril à 20h30, salle Félix-Martin. Réservationsàl’accueilducentreculturel, du mardi au samedi de 14h à 18h. Tél. : 04.98.11.89.00 - billetterie@ville- saintraphael.fr Tarif unique : 8 euros - GratuitépourlespectacleHaroldetMaude du lundi. La troisième édition s’est particulièrement étoffée avec 21 pièces de théâtre. Au programme essentiellement des comédies à partager entre amis ou en famille pour oublier tous ses soucis Les rencontres théâtrales pour rire à Saint-Raphaël Un programme très alléchant pour cette troisième édition qui démarre samedi. (Photos Philippe Arnassan)
  11. 11. Saint-Tropez Jeudi 23 avril 2015 var-matin L a scène se passe fin novembre dernier à Saint-Tropez. Une bru- tale montée des eaux tou- che certains secteurs de la cité. Heureusement, aucun drame n’est à dé- plorer à l’issue de ces inon- dations, même si de nom- breuses personnes se sont retrouvées bloquées et n’ont pu regagner leur do- micile. Mais cette situation était suffisamment grave pour que les services de la com- mune se mettent en alerte, prêts à tout moment à ac- tiver le fameux plan com- munal de sauvegarde des- tiné à mettre en sécurité les habitants et leurs biens. Pour être paré à toute éventualité, la Ville a fait le choix d’éditer un Di- crim (Document d’infor- mation communal sur les risques majeurs). Une pre- mière à Saint-Tropez, sous la férule de Magali Dragon et Pierre Bey, directeurs- adjoint des services tech- niques. Un guide pour quoi faire ? Distribué depuis lundi à la population, le Dicrim pré- sente les phénomènes sus- ceptibles de toucher la cité et divulgue la marche à sui- vre et les bons réflexes à avoir. « Nous ne voulons alarmer personne, tempère le conseiller délégué aux travaux Claude Haute- feuille. C’est un guide d’in- formation pour que les ha- bitants connaissent la mar- che à suivre. » Pour rappel, la Ville travaille avec Météo France et «Predict» lors de chaque intempé- rie. Quels risques à Saint-Tropez ? C’est devenu une évidence au fil des années : l’inonda- tion constitue le risque na- turel numéro 1, avec des ruisseaux comme le Ber- gon, l’Estagnet ou la Bouillabaisse pouvant bru- talement entrer en crue. Dans la même lignée, la submersion marine, en rai- son du vent d’Est, peut né- cessiter une surveillance accrue du littoral. Feux de forêts (bois du Capon), in- cendie de bateau dans le port, éboulements de ter- rains ou secousses sismi- ques : l’éventail des ris- ques est large dans la cité. Le tsunami est même ré- pertorié. « Des études ont prouvé que la côte méditer- ranéenne pouvait recevoir des vagues très importan- tes, venues des Alpes-Mari- times ou des côtes nord-afri- caines. On a recensé tous les points hauts, où la popu- lation pourrait se réfugier », note Magali Dragon. Quels précédents ? La dernière inondation de grande importance re- monte à une dizaine d’an- nées. Ces derniers temps, les eaux étaient montées, en moyenne une fois par an, mais sans conséquen- ces trop fâcheuses. Con- cernant les incendies, un bateau s’était embrasé dans le port en 2010. Im- pressionnant, ce type de sinistre aurait pu avoir des répercussions terribles, entre la propagation sur les autres navires et l’éma- nation de fumées toxiques à l’intérieur du village. Heureusement, il n’en a rien été. Feu toujours, un départ avait été enregistré à la Citadelle au début des années 2000. Dans son histoire récente, Saint-Tropez a donc été re- lativement épargné par les aléas naturels. Pourvu que ça dure. YOANN TERRASSE Le mythique village a beau être un havre de paix, il se trouve tout de même exposé à des risques comme les inondations, les incendies ou... le tsunami. La Ville vient de sortir un guide d’information Le phénomène de submersion marine est répertorié parmi les risques naturels majeurs susceptibles de frapper la cité tropézienne. Sur ce cliché, une montée importante des eaux s’était produite en novembre dernier. (Photo DR) Des risques naturels majeurs peuvent toucher Saint-Tropez La date n’a pas été dévoi- lée, mais la Ville prévoit d’organiser, cette année, un exercice grandeur na- ture pour s’exercer autour de son plan communal de sauvegarde. Incendie majeur, tremble- ment de terre ou inonda- tion : rien n’a encore filtré sur la teneur de cette si- mulation. Comme pour de vrai, le PC de crise sera installé aux tennis muni- cipaux et le gymnase du Moulin-Blanc fera office de salle d’hébergement. En haut de la pyramide, on retrouve une cellule décisionnaire composée du maire, du directeur gé- néral des services, du chef de cabinet et du directeur des services techniques. Ce sont eux qui ont le pouvoir de mettre en ac- tion le plan communal de sauvegarde et de prendre des décisions majeures. Pour alerter les Tropé- ziens en cas de risque na- turel majeur, les sirènes de la mairie et de la ca- serne des pompiers re- tentiront puissamment et longtemps. Sur ce dispositif d’alerte de la population juste- ment, une troisième si- rène sera installée prochainement au stade des Salins. Exercice grandeur nature De retour à St-Tropez pour son 25e anniversaire, le salon « Vivre Côté Sud » est l’événement d’ouverture de saison. Rencontre avec sa directrice Florence Colonna. Pourquoi fêter les 25 ans du salon à Saint-Tropez? C’est un clin d’œil intéressant, un retour aux sources. Et une belle opportunité car Saint- Tropez représente un phénomène d’attraction exceptionnel. Pour la ville, c’est l’occasion de bénéficier d’un événement haut de gamme pour lancer la saison. Êtes-vous satisfaite de la date du rendez-vous? Absolument. Elle coïncide avec le moment où les propriétaires ont des envies de renouveau et où les résidents secondaires rouvrent leurs habitations. Vos exposants habituels vous ont-ils suivis? Notre noyau de fidèles est présent, ce qui représente 40 % des stands. Comment fonctionneront les coachings? Pour la partie décoration, des stylistes et spécialistes font le voyage avec une banque d’images importante. De façon à aider le visiteur à définir ses goûts et établir un cahier de tendances. Pour la partie jardin, les paysagistes de Derbez sont à la disposition du public pour répondre à toutes les questions, de l’abri au look d’une terrasse. Il est conseillé d’amener plans, photos et vidéos. Comment définissez-vous l’art de vivre dans le Sud? Tout tourne autour du soleil, de la vie tournée vers l’extérieur. Une certaine notion du beau, de l’authentique. Un art subtil d’utiliser les savoir- faire traditionnels en y incorporant tous les procédés, les techniques et les matériaux actuels. Ce phénomène est représentatif du Sud dans beaucoup de domaines, comme celui de la viticulture. Rien n’est fossilisé, tout est en constante évolution. C’est cette formidable adaptabilité qui fait l’art du Sud. RECUEILLI PAR C. G. La salon Côté sud commence demain : « Le sud, une certaine notion du beau » Florence Colonna. Remerciements Très touchés et émus par les nombreuses marques d’affection et de sympathie adressées lors du décès de Madame Joséphine BORRELLI-ALFIERI Ses enfants, petits-enfants, ar- rière-petits-enfants, parents pro- ches et alliés, remercient tous ceux qui les ont soutenus pen- dant ces moments. Ils tiennent aussi à remercier chaleureusement et sincèrement tous les personnels des Platanes pour l’extrême attention appor- tée à « Fifine », pendant son sé- jour et encore plus lors des der- niers instants.

×