Aurore Sockeel                                                                               2011 - 2012Julien Magré      ...
I.   L’entrée de la Chine dans l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce)L’entrée de la Chine à l’OMC aura d’énormes impact...
II.    La Chine ne joue pas « le gendarme du monde » - Nouvelles possibilités d’alliancesJusqu’à présent, les Etats-Unis o...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cartes fortes à prendre (chinois)

2 170 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 170
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
122
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cartes fortes à prendre (chinois)

  1. 1. Aurore Sockeel 2011 - 2012Julien Magré Semestre 3Geoffrey BarceloDossier de GéopolitiqueCartes fortes à prendreA l’heure de la mondialisation la Chine a tout intérêt à posséder certains avantages afinde pouvoir rester compétitive et de ne pas se faire écraser par les autres pays. Parexemple nous verrons qu’à l’instar d’une association avec des pays émergents, uneentrée au sein de l’OMC pourra fortement aider la Chine grâce à un transfert detechnologie ou des partenariats avec des pays présentant des similitudes politique etéconomique avec celle-ci.
  2. 2. I. L’entrée de la Chine dans l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce)L’entrée de la Chine à l’OMC aura d’énormes impacts. En effet, jusqu’à présent, laChine avait un commerce fermé et limitait ses importations et ses exportations. Ainsi,par le biais de barrières tarifaires (taxes douanières, impôts...) et non tarifaires (quotas,normes...) la Chine protégeait son marché intérieur. De plus, les investissements àl’étranger étaient également très limités. De ce fait, une adhésion de la Chine à l’OMCobligerait celle-ci à revoir tout son système économique tout en s’ouvrant au commercemondial. Cette ouverture nouvelle permettrait alors un renouveau du commerce chinois,resté inchangé durant des années.Certains accords ont permis un bond en avant pour l’entrée de la Chine dans l’OMC,ceux-ci ayant été conclus entre la Chine et les Etats-Unis.  Avant cela, les échangesentre ces deux puissances étaient révisés chaque année. Les Etats-Unis limitant leurimportations et exportations avec la Chine qui suivait le même procédé. Suite à cesaccords, la Chine s’est ouverte en supprimant ses barrières et permet de plus, à sesentreprises du marché domestique, de fixer des accords bien plus conséquents avecles Etats-Unis. Par la suite, avec son entrée dans l’OMC, la Chine libéralise de manièreplus générale son commerce extérieur avec tous les autres pays de l’organisation. Cesdernières réformes ont permis à la Chine d’investir bien plus à l’étranger et ainsi,d’étendre sa présence internationale en dynamisant très fortement sa part dans lecommerce mondial.On constate dans le tableau suivant que l’adhésion de la Chine à l’OMC a énormémentinfluencé sur son commerce industriel.
  3. 3. II. La Chine ne joue pas « le gendarme du monde » - Nouvelles possibilités d’alliancesJusqu’à présent, les Etats-Unis ont toujours eu le mot fort lors de débats et accordsautour des problématiques internationales. Aujourd’hui, la Chine cherche à étendre soninfluence afin de créer une sorte de contre-pouvoir face aux Etats-Unis. Dans cetteoptique, la Chine n’étant pas le seul pays aux velléités expansives dans les débatsinternationaux, celle-ci trouve aisément des alliés comme Cuba, ou les pays émergentsd’Afrique (Gabon, Algérie, Lybie…). Ces pays ayant tous une importante puissancefinancière notamment grâce à leurs ressources naturelles, ceux-ci, en s’associant avecla Chine obtiennent un poids très important au niveau international.Un autre moyen pour la Chine de trouver des alliés est le rachat des créances et dettesd’autres pays. On trouvera dans cette optique l’exemple de la Grèce qui avait par lepassé, beaucoup critiqué la Chine notamment concernant le non-respect des Droits del’Homme par cette dernière. Toutefois, la Grèce s’étant retrouvée dans de gravesdifficultés financières, la Chine lui a accordé son aide (Ex: Port d’Athènes...) ce quioblige désormais la Grèce à ne plus critiquer son créancier Chinois. Cette influencefinancière chinoise, qu’elle prenne la forme d’un échange de services ou d’un chantagefinancier, permet néanmoins à de nombreux pays de rester stable ou même deremonter la pente.III. S’accaparer la technologie de qui et comment ?Une obligation légale est faite aux entreprises souhaitant délocaliser leur production enChine, celles-ci devant partager certaines connaissances techniques et certains savoir-faire avec les entreprises locales avec qui elles travaillent. De plus, ce processus de«Localisation» est encore renforcé par la mise en place de quotas d’employés chinoispour faciliter ce partage (Ex: Peugeot, Thomson, Michelin...)IV. Jouer sur les similitudes du système politique ou économique avec certains pays.Prenons l’exemple cubain. Cuba est un état socialiste dont la Constitution définit le PartiCommuniste de Cuba comme la force dirigeante supérieure de la société et de l’Etat.L’économie est contrôlée par l’Etat et est planifiée par celui-ci. Cuba développe lesindustries de services, le tourisme, le nickel, la production de pétrole et de gaz, lestransferts de fonds et le secteur médical et pharmaceutique.La Chine est un Etat communiste avec un doublement du pouvoir dirigeant par le PartiCommuniste ce qui est similaire à la gouvernance cubaine. Au niveau de l’économie, laChine développe l’agriculture, les vêtements, la chimie mais diminue la production depétrole et de métaux.La Chine et Cuba ont donc un réel point commun au niveau du système politique etpeuvent être complémentaires au niveau économique.

×