SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  20
9 choses que vous ne savez
(sûrement) pas sur les origines
de la dette …
…et que vous
découvrirez dans :
L’argent virtuel n’est pas nouveau, au fait, c’est même
l’origine de la monnaie
En effet, la monnaie a été inventée en 600 avant JC, mais les lignes
de crédits, les bâtons de pointage (Cf. photo) et les taux d’intérêts
composés sont eux, apparus vers 3500 avant JC. Pour une grande
partie de l’histoire humaine, la monnaie n’était qu’un outil de
comptabilité qui n’était pas utilisé pour acheter et vendre des
biens.
L’argent devient alors un moyen de calcul des crédits et des dettes.
L’instrument de calcul des dettes le plus commun dans les temps
anciens était le « bâtons de comptage » : une pièce de bois entaillée
pour indiquer les sommes dus, que l’on cassait en deux parties par
la suite. Dans l’Angleterre médiévale, la partie conservée par le
créancier était appelée « Stock » tandis que le débiteur gardait le
« Talon » (un peu comme avec les chèques d’aujourd’hui).
Les « stocks » passaient de mains en mains, et devenaient, de fait
de l’argent. Bien sûr ils étaient impossibles à contrefaire car jamais
deux bâtons ne se cassent de manières identiques.
Le terme grec pour ces entailles est « symbolon », d’où le
mot français « symbole » dérive. En Chine, ce même type de bâton
était appelé « fu », et signifie aussi et encore « symbole ».
Le marché et la monnaie sont apparus comme des effets secondaires
aux opérations militaires des gouvernants
Et oui : si les systèmes de crédit a si bien servi depuis des
milliers d'années, pourquoi la monnaie fut-elle créer ? Le
consensus des historiens est : pour payer les soldats.
Originellement c’était eux qui étaient le plus susceptible de
parcourir de grandes distances avec des morceaux d’or et
d’argent, à la recherche des bonnes choses de la vie, et – étant
lourdement armés et itinérant – étaient les dernières personnes
au monde à qui un marchant jugeait bon de faire crédit.
Aussi, les dirigeants ont réalisé qu’ils avaient simplement à
normaliser les morceaux de métal, y apposer leur sceau et les
donner aux soldats. Et puis ils ont exigé de tous leurs sujets de
leur payer des taxes avec cette monnaie, ils avaient alors
trouvé le parfait moyen de forcer les habitants à nourrir et
supporter la charge de l’armée. En faisant cela, les marchés
impersonnels étaient nés.
Cependant, pour une grande partie de l'histoire humaine, ces
marchés ont eu tendance à exister principalement aux côtés
des armées - les gens ordinaires ont continué à mener leurs
activités quotidiennes principalement par le crédit.
•
Pour éviter les crises sociales, les rois sumériens amnistiaient
périodiquement toutes les dettes, il s’agissait alors
d’«effacer les tablettes »
Les emprunts à taux d’intérêt remontent à l’aube de l’histoire
mésopotamienne, et ils ont rapidement créé d’énormes
problèmes. Les fermiers pauvres empruntaient aux marchands
et aux fonctionnaires et tombaient dans l’incurie, voyant leurs
vignobles, moutons et éventuellement leurs femmes et leurs
enfants enlevés comme remboursement de la dette. En
conséquence, un grand nombre prenaient la fuite, rejoignant
les groupes semi-nomades sur les bords du désert. Face au
risque de crise sociale, les rois sumériens ou babyloniens
annoncaient périodiquement des amnisties générales. Il
s’agissait d’ « effacer les tablettes ». Toutes les dettes de
consommation étaient déclarées nulles (les dettes
commerciales n’étaient pas touchées), les terres revenaient à
leurs propriétaires d’origine et les otages rentraient dans leur
famille.
D’ailleurs, le premier mot « liberté » connu dans toutes les
langues, le sumérien amargi, signifie littéralement « retour à la
mère » – sans doute parce que tous les enfants gardés comme
payement de la dette étaient autorisés à rentrer chez eux.
Notre tradition démocratique et constitutionnelle a été
largement le fruit de rebellions contre la dette.
En Grèce et dans la Rome antique, les premiers conflits
dont nous avons connaissance ont eu lieu à propos de la
dette. Plutôt que de fuir, les roturiers endettés étaient
plus à même de se révolter – ou, dans le cas de Rome,
de se retirer en dehors de la ville en menaçant de faire
défection en masse, tant que les patriciens ne
répondaient pas favorablement à leurs requêtes. Les
réformes de Solon (590 av J.C.) – qui ont conduit les
Athéniens sur les chemins de la démocratie, avec son
délicat équilibre des pouvoirs – étaient une réponse aux
demandes d’allègement de la dette. Mais les anciennes
cités-état n’ont jamais été disposées à suivre l’exemple
du Moyen-Orient d’annuler entièrement les dettes.
Ils tendaient plutôt à penser que les dettes à
rembourser étaient une responsabilité de l’ordre du
sacrée.
Les grandes religions et philosophies ont commencé par rejeter
l’idée que la dette devait être la base de la morale.
La dette ayant été, de tout temps, au cœur du débat
politique, il n’est pas étonnant que les grandes
religions et les textes philosophiques de l’Antiquité
aient dû composer avec. Les mots « dette » et
« péché » en Hébreu, Sanskrit et Araméen étaient en
fait les mêmes. Dans tous les cas, la conclusion est
que toute morale qui se résume à payer ses dettes
est insuffisante. Le « Notre père » se lit réellement
« Pardonne-nous nos offense, comme nous
pardonnons à ceux qui nous doivent de l’argent ».
Bien sûr nous ne le faisons pas. Mais cela implique
tout de même que nous sommes tous des pécheurs
qui détiennent des dettes.
•
L’investissement capitaliste puise son origine dans le bouddhisme
chinois de l’époque médiévale
Quand les grandes religions ont repris en main la régulation des affaires
économiques au cours du moyen-âge, ils ont instauré des mesures de
protection pour les débiteurs. L’islam et le Christianisme interdisaient
complétement le prêt à intérêt. Le bouddhisme a toujours été plus tolérant
sur le sujet. Les monastères bouddhistes ont été les premiers à instaurer
des boutiques de prêteurs sur gages, pour donner aux pauvres une
alternative aux usuriers locaux.
Ils développèrent aussi l’idée de la « dette de lait ». Chaque homme a une
dette infini envers sa mère pour le lait qui la nourri dans les premières
années de sa vie, et la seule façon de la rembourser était de racheter son
âme de l’enfer. Ce qui pouvait être accompli en faisant une donation
« éternel » et en son nom à un monastère local – par exemple pour soutenir
un moine qui priera pour elle. Ces dons étaient éternels parce que l’argent
n’était jamais dépensé mais prêté, ce qui permettait au moine de vivre
avec les intérêts. En conséquence, entre 500 et 800 après JC, les dotations
monastiques sont devenus les premières formes de capital financier. Ils
prirent une importance telle sur l’économie locale – en absorbant tout
l’argent (qui était parfois fondu pour ériger des statues de Bouddha) –que
les gouvernements devaient intervenir périodiquement pour libérer des
milliers de serf et faire fondre les statue pour produire à nouveau de la
monnaie.
C’est dans l’Islam médiéval que l’on trouve les origines du
marché libre
Une grande partie de la popularité des tribunaux islamique médiévaux
venait du fait qu’ils ont réussi à réglementer le commerce du Mali
jusqu’à Bornéo. Ceci en permettant la création de système de crédits
étendus, basés sur la confiance et ne dépendant d’aucun
gouvernement – de fait, recouvrant près de la moitié du globe. Ils
apportaient aussi d’importantes protections aux débiteurs, en
commençant par l’interdiction des taux d’intérêts, de l’esclavage pour
dette, du servage et de tous les autres fléaux traditionnels du Moyen-
Orient.
Le résultat fut la création progressive du premier marché libre du
monde, avec les idées que le marché était bon, que les gouvernements
étaient un mal nécessaire et que ces deux entités devaient se
développer le plus indépendamment possible. Adam Smith semble
avoir pris beaucoup de ces exemples (l’usine de pin), et même
certaines lignes, depuis des sources de la Perse médiévale.
Le papier monnaie n’est rien d’autre que la circulation de
dettes issues des guerres
Le système de banques centrales qui régit encore les affaires financières
mondiales est une parfaite illustration du mariage entre guerriers et
financiers. En 1694, un consortium de marchand de Londres a fait un prêt
de 1,2 million de £ au roi William pour qu’il puisse partir en guerre contre
la France. En échange, ils eurent le droit de créer la « Banque
d’Angleterre » et de prêter l’argent que le roi devait en émettant des billets
de banque. Ce prêt n'a jamais été remboursé. Il ne pouvait pas l’être, ou
l'ensemble du système monétaire britannique cesserait d'exister.
Le système américain actuel, où l'argent est imprimé non par le
gouvernement, mais par la Réserve fédérale, est juste une autre version du
même système. Beaucoup plus de fumées et de miroirs ont été ajoutés,
mais en dernière analyse, les dollars ne sont que des reconnaissances de
dette émis par le gouvernement et diffusés par la banque centrale –
principalement pour financer les dépenses militaires.
Si la dette américaine disparaissait, le système financier lui-même serait
certainement paralysé.
Les révolutions d’aujourd’hui sont aussi, comme elles l’ont
toujours été, des insurrections contre la dette.
La vague de fermentation révolutionnaire au Moyen-Orient se
concentre souvent sur les mêmes questions. En Égypte, le
soulèvement a commencé en réaction à la brutalité policière.
Un problème qui touchait de plus en plus de gens depuis que
le gouvernement de Moubarack avait essayait de remplacer
les prestations sociales par le micro-crédit – dont la police
était devenue l’office de recouvrement.
Il est intéressant de constater que le gouvernement Saoudien,
craignant une contagion, a récemment annoncé une amnistie
générale des dettes envers le royaume, s’imposant comme le
premier état moderne à revenir à l’approche de la
Mésopotamie antique pour faire face aux troubles sociaux :
l’«effacement des tablettes ».
Et bien plus encore dans la traduction française du best seller international
passionnant, écrit par l’anthropologue David Graeber, leader des Occupy Wall Street
et figurant parmi les 100 personnes les plus influentes du monde pour le magazine
Time.
Un ouvrage indispensable !
Dette : Les 5000 premières années (éditions Les Liens qui Libèrent)

Contenu connexe

En vedette

Les musées de lyon
Les musées de lyonLes musées de lyon
Les musées de lyon
adrianyo
 
Practica modelos clasticos
Practica modelos clasticosPractica modelos clasticos
Practica modelos clasticos
pacozamora1
 
Outils de facilitation pour le scrum master marseille
Outils de facilitation pour le scrum master marseilleOutils de facilitation pour le scrum master marseille
Outils de facilitation pour le scrum master marseille
Goood!
 

En vedette (20)

La jeunesse au coeur de nos actions - 25 avril 2013
La jeunesse au coeur de nos actions - 25 avril 2013La jeunesse au coeur de nos actions - 25 avril 2013
La jeunesse au coeur de nos actions - 25 avril 2013
 
libro complementario esc sab 22/12/2012
libro complementario esc sab 22/12/2012libro complementario esc sab 22/12/2012
libro complementario esc sab 22/12/2012
 
Les musées de lyon
Les musées de lyonLes musées de lyon
Les musées de lyon
 
Practica modelos clasticos
Practica modelos clasticosPractica modelos clasticos
Practica modelos clasticos
 
Family business news_mars2013
Family business news_mars2013Family business news_mars2013
Family business news_mars2013
 
Conférence inaugurale Biblissima (A. Paravicini Bagliani)
Conférence inaugurale Biblissima (A. Paravicini Bagliani)Conférence inaugurale Biblissima (A. Paravicini Bagliani)
Conférence inaugurale Biblissima (A. Paravicini Bagliani)
 
Introduction aux évaluations en milieu de travail
Introduction aux évaluations en milieu de travailIntroduction aux évaluations en milieu de travail
Introduction aux évaluations en milieu de travail
 
Proyecto comenius 1
Proyecto comenius 1Proyecto comenius 1
Proyecto comenius 1
 
Les perspectives de la curation de contenu dans le Web 2.0
Les perspectives de la curation de contenu dans le Web 2.0Les perspectives de la curation de contenu dans le Web 2.0
Les perspectives de la curation de contenu dans le Web 2.0
 
Bullying en las aulas
Bullying en las aulasBullying en las aulas
Bullying en las aulas
 
Courtier
CourtierCourtier
Courtier
 
Soirée Débat : 20 octobre 2015 - Actionnariat Familial - Bruxelles
Soirée Débat : 20 octobre 2015 - Actionnariat Familial - BruxellesSoirée Débat : 20 octobre 2015 - Actionnariat Familial - Bruxelles
Soirée Débat : 20 octobre 2015 - Actionnariat Familial - Bruxelles
 
Inde venir opportunités d'affaires
Inde venir opportunités d'affairesInde venir opportunités d'affaires
Inde venir opportunités d'affaires
 
Family business news_janv2013
Family business news_janv2013Family business news_janv2013
Family business news_janv2013
 
Controler sa telephonie
Controler sa telephonieControler sa telephonie
Controler sa telephonie
 
Ppt pc esp
Ppt pc espPpt pc esp
Ppt pc esp
 
Jeanne d'arc
Jeanne d'arcJeanne d'arc
Jeanne d'arc
 
La abuela de Pablo
La abuela de PabloLa abuela de Pablo
La abuela de Pablo
 
CPR 11-12 PIALE Francés
CPR 11-12 PIALE FrancésCPR 11-12 PIALE Francés
CPR 11-12 PIALE Francés
 
Outils de facilitation pour le scrum master marseille
Outils de facilitation pour le scrum master marseilleOutils de facilitation pour le scrum master marseille
Outils de facilitation pour le scrum master marseille
 

Similaire à 9 choses que vous ne savez (sûrement) pas sur l'origine de la dette

Caisse d'Epargne, 200 ans d'innovation
Caisse d'Epargne, 200 ans d'innovationCaisse d'Epargne, 200 ans d'innovation
Caisse d'Epargne, 200 ans d'innovation
Décideurs en Région
 
(E book) le retour au standard or antal fekete - pierre jovanovic escroc - ...
(E book) le retour au standard or   antal fekete - pierre jovanovic escroc - ...(E book) le retour au standard or   antal fekete - pierre jovanovic escroc - ...
(E book) le retour au standard or antal fekete - pierre jovanovic escroc - ...
freemens
 
Ppt les US et le monde 2014
Ppt les US et le monde 2014Ppt les US et le monde 2014
Ppt les US et le monde 2014
jmdbt
 
2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf
2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf
2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf
NadineHG
 
Chapitre 3 monnaie et credit
Chapitre 3 monnaie et creditChapitre 3 monnaie et credit
Chapitre 3 monnaie et credit
Paul Mendy
 

Similaire à 9 choses que vous ne savez (sûrement) pas sur l'origine de la dette (20)

E-banking - L'E-transformation de la Banque
E-banking - L'E-transformation de la BanqueE-banking - L'E-transformation de la Banque
E-banking - L'E-transformation de la Banque
 
Préhistoire de la Finance
Préhistoire de la FinancePréhistoire de la Finance
Préhistoire de la Finance
 
Caisse d'Epargne - Histoire de marque - Le Parisien
Caisse d'Epargne - Histoire de marque - Le Parisien Caisse d'Epargne - Histoire de marque - Le Parisien
Caisse d'Epargne - Histoire de marque - Le Parisien
 
Caisse d'Epargne, 200 ans d'innovation
Caisse d'Epargne, 200 ans d'innovationCaisse d'Epargne, 200 ans d'innovation
Caisse d'Epargne, 200 ans d'innovation
 
Crise financiere
Crise financiereCrise financiere
Crise financiere
 
(E book) le retour au standard or antal fekete - pierre jovanovic escroc - ...
(E book) le retour au standard or   antal fekete - pierre jovanovic escroc - ...(E book) le retour au standard or   antal fekete - pierre jovanovic escroc - ...
(E book) le retour au standard or antal fekete - pierre jovanovic escroc - ...
 
Ppt les US et le monde 2014
Ppt les US et le monde 2014Ppt les US et le monde 2014
Ppt les US et le monde 2014
 
Union européenne et république romaine tardive : crise, catastrophe, reconstr...
Union européenne et république romaine tardive : crise, catastrophe, reconstr...Union européenne et république romaine tardive : crise, catastrophe, reconstr...
Union européenne et république romaine tardive : crise, catastrophe, reconstr...
 
2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf
2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf
2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf
 
Forum financier de wallonie picard 2021 10 04 - v4 fr revu bc
Forum financier de wallonie picard   2021 10 04 - v4  fr revu bcForum financier de wallonie picard   2021 10 04 - v4  fr revu bc
Forum financier de wallonie picard 2021 10 04 - v4 fr revu bc
 
cours
courscours
cours
 
Creation monetaire - cours
Creation monetaire - coursCreation monetaire - cours
Creation monetaire - cours
 
Chapitre 3 monnaie et credit
Chapitre 3 monnaie et creditChapitre 3 monnaie et credit
Chapitre 3 monnaie et credit
 
Origine des communes
Origine des communesOrigine des communes
Origine des communes
 
Hfe
HfeHfe
Hfe
 
Argent 2
Argent 2Argent 2
Argent 2
 
Argent 2
Argent 2Argent 2
Argent 2
 
Eco mon 1
Eco mon 1Eco mon 1
Eco mon 1
 
République Romaine Et Guerres Puniques
République Romaine Et Guerres PuniquesRépublique Romaine Et Guerres Puniques
République Romaine Et Guerres Puniques
 
CM Relations internationales 2016.pdf
CM Relations internationales 2016.pdfCM Relations internationales 2016.pdf
CM Relations internationales 2016.pdf
 

9 choses que vous ne savez (sûrement) pas sur l'origine de la dette

  • 1. 9 choses que vous ne savez (sûrement) pas sur les origines de la dette … …et que vous découvrirez dans :
  • 2. L’argent virtuel n’est pas nouveau, au fait, c’est même l’origine de la monnaie
  • 3. En effet, la monnaie a été inventée en 600 avant JC, mais les lignes de crédits, les bâtons de pointage (Cf. photo) et les taux d’intérêts composés sont eux, apparus vers 3500 avant JC. Pour une grande partie de l’histoire humaine, la monnaie n’était qu’un outil de comptabilité qui n’était pas utilisé pour acheter et vendre des biens. L’argent devient alors un moyen de calcul des crédits et des dettes. L’instrument de calcul des dettes le plus commun dans les temps anciens était le « bâtons de comptage » : une pièce de bois entaillée pour indiquer les sommes dus, que l’on cassait en deux parties par la suite. Dans l’Angleterre médiévale, la partie conservée par le créancier était appelée « Stock » tandis que le débiteur gardait le « Talon » (un peu comme avec les chèques d’aujourd’hui). Les « stocks » passaient de mains en mains, et devenaient, de fait de l’argent. Bien sûr ils étaient impossibles à contrefaire car jamais deux bâtons ne se cassent de manières identiques. Le terme grec pour ces entailles est « symbolon », d’où le mot français « symbole » dérive. En Chine, ce même type de bâton était appelé « fu », et signifie aussi et encore « symbole ».
  • 4. Le marché et la monnaie sont apparus comme des effets secondaires aux opérations militaires des gouvernants
  • 5. Et oui : si les systèmes de crédit a si bien servi depuis des milliers d'années, pourquoi la monnaie fut-elle créer ? Le consensus des historiens est : pour payer les soldats. Originellement c’était eux qui étaient le plus susceptible de parcourir de grandes distances avec des morceaux d’or et d’argent, à la recherche des bonnes choses de la vie, et – étant lourdement armés et itinérant – étaient les dernières personnes au monde à qui un marchant jugeait bon de faire crédit. Aussi, les dirigeants ont réalisé qu’ils avaient simplement à normaliser les morceaux de métal, y apposer leur sceau et les donner aux soldats. Et puis ils ont exigé de tous leurs sujets de leur payer des taxes avec cette monnaie, ils avaient alors trouvé le parfait moyen de forcer les habitants à nourrir et supporter la charge de l’armée. En faisant cela, les marchés impersonnels étaient nés. Cependant, pour une grande partie de l'histoire humaine, ces marchés ont eu tendance à exister principalement aux côtés des armées - les gens ordinaires ont continué à mener leurs activités quotidiennes principalement par le crédit. •
  • 6. Pour éviter les crises sociales, les rois sumériens amnistiaient périodiquement toutes les dettes, il s’agissait alors d’«effacer les tablettes »
  • 7. Les emprunts à taux d’intérêt remontent à l’aube de l’histoire mésopotamienne, et ils ont rapidement créé d’énormes problèmes. Les fermiers pauvres empruntaient aux marchands et aux fonctionnaires et tombaient dans l’incurie, voyant leurs vignobles, moutons et éventuellement leurs femmes et leurs enfants enlevés comme remboursement de la dette. En conséquence, un grand nombre prenaient la fuite, rejoignant les groupes semi-nomades sur les bords du désert. Face au risque de crise sociale, les rois sumériens ou babyloniens annoncaient périodiquement des amnisties générales. Il s’agissait d’ « effacer les tablettes ». Toutes les dettes de consommation étaient déclarées nulles (les dettes commerciales n’étaient pas touchées), les terres revenaient à leurs propriétaires d’origine et les otages rentraient dans leur famille. D’ailleurs, le premier mot « liberté » connu dans toutes les langues, le sumérien amargi, signifie littéralement « retour à la mère » – sans doute parce que tous les enfants gardés comme payement de la dette étaient autorisés à rentrer chez eux.
  • 8. Notre tradition démocratique et constitutionnelle a été largement le fruit de rebellions contre la dette.
  • 9. En Grèce et dans la Rome antique, les premiers conflits dont nous avons connaissance ont eu lieu à propos de la dette. Plutôt que de fuir, les roturiers endettés étaient plus à même de se révolter – ou, dans le cas de Rome, de se retirer en dehors de la ville en menaçant de faire défection en masse, tant que les patriciens ne répondaient pas favorablement à leurs requêtes. Les réformes de Solon (590 av J.C.) – qui ont conduit les Athéniens sur les chemins de la démocratie, avec son délicat équilibre des pouvoirs – étaient une réponse aux demandes d’allègement de la dette. Mais les anciennes cités-état n’ont jamais été disposées à suivre l’exemple du Moyen-Orient d’annuler entièrement les dettes. Ils tendaient plutôt à penser que les dettes à rembourser étaient une responsabilité de l’ordre du sacrée.
  • 10. Les grandes religions et philosophies ont commencé par rejeter l’idée que la dette devait être la base de la morale.
  • 11. La dette ayant été, de tout temps, au cœur du débat politique, il n’est pas étonnant que les grandes religions et les textes philosophiques de l’Antiquité aient dû composer avec. Les mots « dette » et « péché » en Hébreu, Sanskrit et Araméen étaient en fait les mêmes. Dans tous les cas, la conclusion est que toute morale qui se résume à payer ses dettes est insuffisante. Le « Notre père » se lit réellement « Pardonne-nous nos offense, comme nous pardonnons à ceux qui nous doivent de l’argent ». Bien sûr nous ne le faisons pas. Mais cela implique tout de même que nous sommes tous des pécheurs qui détiennent des dettes. •
  • 12. L’investissement capitaliste puise son origine dans le bouddhisme chinois de l’époque médiévale
  • 13. Quand les grandes religions ont repris en main la régulation des affaires économiques au cours du moyen-âge, ils ont instauré des mesures de protection pour les débiteurs. L’islam et le Christianisme interdisaient complétement le prêt à intérêt. Le bouddhisme a toujours été plus tolérant sur le sujet. Les monastères bouddhistes ont été les premiers à instaurer des boutiques de prêteurs sur gages, pour donner aux pauvres une alternative aux usuriers locaux. Ils développèrent aussi l’idée de la « dette de lait ». Chaque homme a une dette infini envers sa mère pour le lait qui la nourri dans les premières années de sa vie, et la seule façon de la rembourser était de racheter son âme de l’enfer. Ce qui pouvait être accompli en faisant une donation « éternel » et en son nom à un monastère local – par exemple pour soutenir un moine qui priera pour elle. Ces dons étaient éternels parce que l’argent n’était jamais dépensé mais prêté, ce qui permettait au moine de vivre avec les intérêts. En conséquence, entre 500 et 800 après JC, les dotations monastiques sont devenus les premières formes de capital financier. Ils prirent une importance telle sur l’économie locale – en absorbant tout l’argent (qui était parfois fondu pour ériger des statues de Bouddha) –que les gouvernements devaient intervenir périodiquement pour libérer des milliers de serf et faire fondre les statue pour produire à nouveau de la monnaie.
  • 14. C’est dans l’Islam médiéval que l’on trouve les origines du marché libre
  • 15. Une grande partie de la popularité des tribunaux islamique médiévaux venait du fait qu’ils ont réussi à réglementer le commerce du Mali jusqu’à Bornéo. Ceci en permettant la création de système de crédits étendus, basés sur la confiance et ne dépendant d’aucun gouvernement – de fait, recouvrant près de la moitié du globe. Ils apportaient aussi d’importantes protections aux débiteurs, en commençant par l’interdiction des taux d’intérêts, de l’esclavage pour dette, du servage et de tous les autres fléaux traditionnels du Moyen- Orient. Le résultat fut la création progressive du premier marché libre du monde, avec les idées que le marché était bon, que les gouvernements étaient un mal nécessaire et que ces deux entités devaient se développer le plus indépendamment possible. Adam Smith semble avoir pris beaucoup de ces exemples (l’usine de pin), et même certaines lignes, depuis des sources de la Perse médiévale.
  • 16. Le papier monnaie n’est rien d’autre que la circulation de dettes issues des guerres
  • 17. Le système de banques centrales qui régit encore les affaires financières mondiales est une parfaite illustration du mariage entre guerriers et financiers. En 1694, un consortium de marchand de Londres a fait un prêt de 1,2 million de £ au roi William pour qu’il puisse partir en guerre contre la France. En échange, ils eurent le droit de créer la « Banque d’Angleterre » et de prêter l’argent que le roi devait en émettant des billets de banque. Ce prêt n'a jamais été remboursé. Il ne pouvait pas l’être, ou l'ensemble du système monétaire britannique cesserait d'exister. Le système américain actuel, où l'argent est imprimé non par le gouvernement, mais par la Réserve fédérale, est juste une autre version du même système. Beaucoup plus de fumées et de miroirs ont été ajoutés, mais en dernière analyse, les dollars ne sont que des reconnaissances de dette émis par le gouvernement et diffusés par la banque centrale – principalement pour financer les dépenses militaires. Si la dette américaine disparaissait, le système financier lui-même serait certainement paralysé.
  • 18. Les révolutions d’aujourd’hui sont aussi, comme elles l’ont toujours été, des insurrections contre la dette.
  • 19. La vague de fermentation révolutionnaire au Moyen-Orient se concentre souvent sur les mêmes questions. En Égypte, le soulèvement a commencé en réaction à la brutalité policière. Un problème qui touchait de plus en plus de gens depuis que le gouvernement de Moubarack avait essayait de remplacer les prestations sociales par le micro-crédit – dont la police était devenue l’office de recouvrement. Il est intéressant de constater que le gouvernement Saoudien, craignant une contagion, a récemment annoncé une amnistie générale des dettes envers le royaume, s’imposant comme le premier état moderne à revenir à l’approche de la Mésopotamie antique pour faire face aux troubles sociaux : l’«effacement des tablettes ».
  • 20. Et bien plus encore dans la traduction française du best seller international passionnant, écrit par l’anthropologue David Graeber, leader des Occupy Wall Street et figurant parmi les 100 personnes les plus influentes du monde pour le magazine Time. Un ouvrage indispensable ! Dette : Les 5000 premières années (éditions Les Liens qui Libèrent)