Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

Pluralisme des modes numériques de participation des habitants

358 vues

Publié le

Présentation donnée par le professeur Dominique Boullier dans le cadre de la 27ème Journée de rencontre du Genève Lab le 26 mars 2019

  • Soyez le premier à commenter

Pluralisme des modes numériques de participation des habitants

  1. 1. Pluralisme des modes numériques de participation des habitants Dominique Boullier Digital Humanities Institute Genève 26/03/2019
  2. 2. Quel enjeu démocratique? • Rééquilibrer la démocratie… – et ne pas se contenter de la représentativité qui génère souvent une oligarchie, cf. Aristote • …sur des dossiers techniques urbains – qui supposent une expertise sans devenir une démocratie technocratique • …avec une forte publicité – pour un public transformé en opinion mais aux capacités d’expression augmentées par les réseaux sociaux
  3. 3. Les formats de la démocratie et les appuis du numérique Incertitude Certitudes AttachementsDétachement Démocratie dialogique (les collectifs d’exploration et de composition ) Démocratie d’opinion (Les médias) Démocratie technocratique (Les experts) Démocratie représentative (les partis et les élus) 3
  4. 4. Les modes numériques de participation • 1/ complaining apps • 2/ crowdsourcing, collection de données • 3/ conversations, réseaux sociaux • 4/ plates-formes de débat • 5/ budgets participatifs et gestion de projet
  5. 5. 1. COMPLAINING APPS: UN AMORÇAGE
  6. 6. Les alertes, l’expertise ordinaire 6
  7. 7. Statut du public: lanceur d’alerte ordinaire permanent FixMyStreet, FixMaVille, Zueri wie neu, Signalez- nous Yverdon-les-Bains,, ActivezMontreal, etc. Format Open 311
  8. 8. Limites des complaining apps • Logique de clients qui se plaignent • Encouragement aux plaintes • Nivellement du type de problème • Absence de débats sur les causes des problèmes • Charge de travail pour les équipes • Réduction de la participation aux habitués
  9. 9. 2. CROWDSOURCING , DATA COLLECTION: LA SAGESSE DES FOULES ?
  10. 10. 10 Statut du public: contributeur à la connaissance
  11. 11. 11 Un ancrage territorial défini par des pratiques
  12. 12. Au-delà du règne des capteurs et des modèles/ systèmes de la démocratie des experts 12
  13. 13. Les atouts des applications de contribution • Un apprentissage collectif dans la longue durée qui peut faire communauté • Une focalisation sur la donnée ou sur les observations et non sur les avis, opinions et commentaires • Un statut durable qui peut être exploité ensuite pour des opérations plus ponctuelles
  14. 14. 3. SONDAGES, CONVERSATIONS, RÉSEAUX SOCIAUX ET AUTRES SUPPORTS D’EXPRESSION
  15. 15. Statut du public: il s’exprime! • Modèle opinion: sondages avec échantillons représentatifs sur les préférences des individus au sein d’une population connue • Ou modèle réplications: collecte de traces d’expression de comptes qui se propagent et génèrent des réplications et du buzz
  16. 16. Sondage pour le projet Pole Gare à Lausanne (N=1530)
  17. 17. Questionnaire pour Helsinki Survey Map (par Maptionnaire)
  18. 18. L’utilisation des cartes comme dispositif de cadrage collectif
  19. 19. Suivre les conversations
  20. 20. 21 Tout écouter?
  21. 21. 22
  22. 22. Atouts et limites des opinions et des expressions • Techniques d’alerte et de coordination mais pas de débat • Diversité des outils à disposition mais limites du traitement linguistique • Si représentativité = expressions cadrées; si expressions ouvertes = modération nécessaire
  23. 23. 4. PLATES-FORMES DE DÉBAT
  24. 24. Statut du public: les citoyens débattent • Decidim Barcelona, MeuRio, Decide Madrid, • Neighborland, Stadt Nürtringen, Fluicity, • EngagingPlan/ EngagingApps (Urban Interactive Studio)
  25. 25. Des outils numériques de délibération ( et non seulement de modélisation) Le formatage des débats publics à travers les cartes 30
  26. 26. Debate graph http://debategraph.org Les traces des débats autour d’ “issues” Dominique BOULLIER - Enjeux sociopolitiques du numérique. Séance No.5 31
  27. 27. Des architectures similaires de débat… 32
  28. 28. ….pour des finalités différentes 33
  29. 29. … reposant sur des principes différents: Open source ou propriétaire Open source 97Network, CaptainFact, Demodyne, Bluenove, Framaligue, Eurofordocs, Mieux voter, Collectif Tiriad, Tribute, Voxe (pour son comparateur), 7 Milliards d’Urbanistes… Propriétaires Cap Collectif, Citizaction, CitizenLab, Civocracy, D21, Datagora, Fluicity, ID City, Vooter, Zemus… 34
  30. 30. Mais l’IA est là… aussi! 35
  31. 31. L’importance de l’historique et de la discussion: le contradictoire! 36
  32. 32. On line et on site: d’autres équipements sont possibles Les débats mobiles de What Time is IT
  33. 33. Enjeux et limites des plates-formes de débat • Élargir le public…. mais accepter des formats de contribution divers • Pouvoir s’exprimer…. mais vérifier les effets du débat et des contributions: très difficile en général • Tous les sujets possibles…. mais moins de contrôle hors des thèmes de proximité • Un bilan très mitigé dans Participedia
  34. 34. 5. BUDGET PARTICIPATIF ET GESTION DE PROJET
  35. 35. Statut du public: co-décideur et gestionnaire
  36. 36. Atouts et limites des budgets participatifs • Éviter des effets visibles, démontrer le pouvoir d’agir du collectif • Apprentissage de la hiérarchisation et de la décision • Effet de captation par des citoyens experts • Réduction des ambitions pour des raisons de faisabilité
  37. 37. CONCLUSION UNE CULTURE PARTICIPATIVE S’INSTITUE DANS TOUS LES MOMENTS, DANS TOUS LES FORMATS DANS LA DURÉE ET NON AU COUP PAR COUP

×