#DigitalDetox
Journées scientifiques
Université de Nantes
Juin 2016 #JSUN2016 #Battle
Olivier Ertzscheid
Maître de confére...
Quel est le point commun de la génération de développeurs à l’origine des sites /
applications les plus utilisés et sur le...
Tristan Harris. « Philosophe produit »
• L’homme* qui a récemment « dénoncé » cela explique qu’on y apprend des stratégies...
Du numérique « bio » ?
• Tristan Harris conclut en disant qu’il faudra
du temps pour arriver à des technologies
« respectu...
Autre question : que disent ces phénomènes d’addiction de notre société ?
• Que l’information c’est le pouvoir, mais que l...
Vouloir nous distraire, vouloir capter notre attention est une chose.
Mais nous n’avons pas TOUJOURS envie de nous distrai...
Infarctus numérique ?
• Les « notifications » ont pour première vocation d’impulser un "rythme" de connectivité,
c'est à d...
Ce sont (principalement) ces notifications, ces « cadences
cognitives infernales » qui nous intoxiquent.
• La « digital in...
Moralité
• nous n’avons pas besoin de « Digital » Detox parce que nous n’avons pas
d’intoxication au numérique.
• Par cont...
#BonusTracks
10
Passage des NTIC > NTAD > NBIC
• NTIC : Nouvelles technologies de L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION
• NTAD : Nouvelles ...
Digital Detox ou Digital Botox ?
• Avec l’arrivée de l’homme augmenté, des prothèses « grand public » (impression 3D), des...
Restons vigilants ;-)
13
FOMO WYWA YOLO
• On ne vit qu’une fois (YOLO)
• Et.
• Comme on a toujours peur d’avoir manqué qque chose d’important
(FOMO...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Digital Detox

10 791 vues

Publié le

Intervention aux journées scientifiques de l'université de Nantes.
Juin 2016

Publié dans : Formation
  • Soyez le premier à commenter

Digital Detox

  1. 1. #DigitalDetox Journées scientifiques Université de Nantes Juin 2016 #JSUN2016 #Battle Olivier Ertzscheid Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication www.Affordance.info 1
  2. 2. Quel est le point commun de la génération de développeurs à l’origine des sites / applications les plus utilisés et sur lesquels vous passez le plus de temps ? • Ils ont tous assisté aux cours du « laboratoire de persuasion technologique » de l’université de Stanford. 2 http://captology.stanford.edu/
  3. 3. Tristan Harris. « Philosophe produit » • L’homme* qui a récemment « dénoncé » cela explique qu’on y apprend des stratégies semblables à celles qu’utilisent les magiciens : « il s’agit de trouver ces petites asymétries de perception, ces choses qu’un magicien fait et que le public ne voit pas même si c’est devant son nez (…), ça t’enseigne les limites de l’attention et du choix. » • But de ces persuasions technologiques : s’assurer qu’on verra une notification, qu’on aura envie d’ouvrir une application, qu’on finira bien de remplir un questionnaire, qu’on cliquera sur un bouton, etc … • Parce que dans « l’économie de l’attention », le temps passé sur un service / une application est le garant de son succès économique (puisqu’on ne le passe pas chez la concurrence) • * Tristan Harris, ingénieur, embauché par Google comme « philosophe produit » pendant 3 ans avant de démissionner. • Son article : https://medium.com/swlh/how-technology-hijacks-peoples-minds-from-a-magician-and-google-s-design-ethicist-56d62ef5edf3 • Le compte-rendu de Rue89 : http://rue89.nouvelobs.com/2016/06/04/tristan-harris-millions-dheures-sont-juste-volees-a-vie-gens-264251 3
  4. 4. Du numérique « bio » ? • Tristan Harris conclut en disant qu’il faudra du temps pour arriver à des technologies « respectueuses » de notre attention. • Il fait la comparaison avec l’agriculture biologique : – temps qu’il a fallu pour accepter et comprendre que « toutes les nourritures ne se valent pas ». – Que « se nourrir » n’est pas simplement éteindre notre sensation de faim. – Qu’il y a derrière nos choix alimentaires les plus triviaux des enjeux et des ramifications économiques, éthiques, presque « philosophiques » dont chacune peut avoir un impact déterminant sur nous mais aussi sur le monde qui nous entoure. 4 NUMÉRIQUE
  5. 5. Autre question : que disent ces phénomènes d’addiction de notre société ? • Que l’information c’est le pouvoir, mais que l’attention c’est le « contrôle », c’est à dire un pouvoir encore plus grand. • Information is Power. Attention is (under) Control. • 20ème siècle on pensait que contrôler l’information était la source du plus grand des pouvoirs ( « pétrole gris », mass- médias). • 21ème siècle on a compris qu’il est bien plus efficace de contrôler l’attention de millions d’individus. • Problème : ceux qui contrôlent l’attention et ceux qui contrôlent l’information sont un peu les mêmes … • Bref, pour contrôler notre attention on utilise des stratégies de persuasion technologique, invisibles pour nous, nichées au cœur des interfaces, et qui ont souvent pour but de nous distraire en créant de l’addiction. 5
  6. 6. Vouloir nous distraire, vouloir capter notre attention est une chose. Mais nous n’avons pas TOUJOURS envie de nous distraire ou de « prêter attention » à ceci ou à cela. • Il faut donc s’assurer que cette envie sera constamment présente. • Il faut inventer les nouveaux contremaîtres de la distraction. • Cela s’appelle les « notifications ». • http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2014/07/notification-internet-in-medias-res.html 6
  7. 7. Infarctus numérique ? • Les « notifications » ont pour première vocation d’impulser un "rythme" de connectivité, c'est à dire littéralement une "périodicité", une « cadence » comme à l’usine (les sociologues diraient un « habitus »). • Ces notifications sont aujourd’hui entièrement dédiées à la création et au maintien d’une « rente cognitive ». • Refuser ou désactiver ces notifications c’est se placer en situation « d’arythmie » sociale, affective, personnelle, professionnelle. • Et l’arythmie est cause d’infarctus. • Et personne n’a envie de faire un infarctus. Même numérique. 7
  8. 8. Ce sont (principalement) ces notifications, ces « cadences cognitives infernales » qui nous intoxiquent. • La « digital intox » c’est l’inverse de l’obsolescence programmée • Obsolescence programmée : On fabrique nos objets de telle manière qu’ils tombent en panne après un temps défini. • Digital Intox : On « entraîne », on « programme » notre attention pour qu’elle ne tombe jamais en panne, ou qu’elle soit « réactivable » à tout moment. • Voilà ce qu’on apprend dans le laboratoire de persuasion technologique de Stanford. 8
  9. 9. Moralité • nous n’avons pas besoin de « Digital » Detox parce que nous n’avons pas d’intoxication au numérique. • Par contre nous avons besoin d’une grosse détox des stratégies utilisées par « le marketing de la persuasion ». Parce que là oui, nous sommes intoxiqués. 9
  10. 10. #BonusTracks 10
  11. 11. Passage des NTIC > NTAD > NBIC • NTIC : Nouvelles technologies de L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION • NTAD : Nouvelles technologies de L’ATTENTION ET DE LA DISTRACTION • = il s’agit moins, pour ceux qui conçoivent ces technologies, de nous permettre de nous informer et de communiquer, que de fixer notre attention et de nous proposer une liste presque infinie de distractions. • Informer et communiquer ne sont plus que des « moyens » voire des « biais » au service de stratégies de « distraction » ou de « persuasion » marketing. Parmi de nombreux exemples celui du « clickbait » • Et on arrive aujourd’hui aux NBIC (nano-bio-info-cogno technologies) 11
  12. 12. Digital Detox ou Digital Botox ? • Avec l’arrivée de l’homme augmenté, des prothèses « grand public » (impression 3D), des puces RFID sous-cutanées, de l’essor des NBIC (nano-bio-info-cogno technologies), des montres, des lunettes, des vêtements connectés (projet Jacquard de Google et Levis) et même sans tomber dans le fantasme du cyborg ou de l’idéologie transhumaniste, les technologies à l’origine des phénomènes « d’addiction » qui font que l’on parle aujourd’hui de la nécessité d’une « digital detox » vont s’immiscer au sein même de nos vêtements, de notre corps, sous notre peau. • A la manière, et avec quasiment la même « promesse » que les injections de Botox. 12 Rente cognitive + notifications + Stratégies de persuasion + Économie de l’attention Puces RFID sous-cutanées Vêtements connectés Prothèses et imprimantes 3D Interfaces vocales Assistants « intelligents » Aujourd’hui Demain ?
  13. 13. Restons vigilants ;-) 13
  14. 14. FOMO WYWA YOLO • On ne vit qu’une fois (YOLO) • Et. • Comme on a toujours peur d’avoir manqué qque chose d’important (FOMO) • Alors. • Les technologies nous proposent en permanence de voir ce que nous aurions manqué si nous avons été contraints de nous déconnecter (WYWA) • Pour mieux nous rappeler qu’on ne vit qu’une fois (YOLO) • Ad lib. 14 FOMO : « Fear Of Missing Out » WYWA : «While You Were Away » YOLO : « You Only Live Once »

×