Quelques
instants sur moi !
•
•
•
•
•

Juriste / Sciences Po
15 ans le public, 8 dans le privé (ESS)
Animateur de Pays de ...
Le programme de
la journée
•
•
•
•

4 points + 1
D’abord : pourquoi le design
Ensuite : comment le design
Les 2 premiers p...
Le quoi ?
•
•
•

•

•

Le design, n'est pas un adjectif (une lampe design),
Le design n'est pas un art (le design de signa...
4 notions dans
cette partie
•
•
•
•

Itération
Désirabilité
Contestation
Créativité
Vive l'échec !
•
•

•
•

veille => compréhension => observation => synthèse => créativité
=> prototypage => test est le sc...
Le facteur
humain
•
•

•

L'ingénieur construit une solution, issue de sa technicité. Le financier dit oui
ou non. C'est a...
La question,
c'est souvent
la question
•
•

•

Ces 2 téléphones sont sortis le même mois, en janvier 2007. L'un d'entre
eu...
La parole à
David Kelley
d'Ideo
•
•
•

Deux choses à retenir de ce film :
1. Quand on raconte une histoire, on captive son...
Avant toute
chose
• Nous allons rentrer dans la présentation des
méthodes de créativité et des outils du design
stratégiqu...
4 étapes
encore
•

Bâtir son brief, au sens où il a été présenté tout à l'heure,

•

Maîtriser le temps de la créativité, ...
Le brief, le pitch,
l'histoire,
bref, le cœur
• Pour pouvoir challenger un brief, il faut l'écrire, et le
rendre compréhen...
La pensée
visuelle
La grammaire visuelle de Dan Roam

Avec la pensée visuelle on
change le texte en dessins.
Plusieurs ava...
Le mindmapping
Le mindmapping permet de
passer de la pensée linéaire à
la pensée visuelle.
Les adeptes de la méthode
QQOQC...
La pensée Post-it

•

•

•

Le Post-it est un ami du créatif. Il
est utilisé avec un gros feutre,
pour ne pouvoir mettre q...
Le piège
du temps
Il n'existe pas de méthode particulière pour cela qui viennent de la
pensée créative.
Simplement, deux r...
Disposer d'un
modèle cohérent
et intelligible
L'étape suivante consiste à traduire
en un modèle systémique et
partageable ...
Business
Model
Canvas
Le Business Modèle Canvas est
une matrice visuelle (canvas)
constituée de 9 blocs qui décrivent
les ...
•

Ce travail permet d'avoir un
panorama complet des enjeux, mais
il va surtout constituer une base qui
va permettre d'ava...
Le blablamètre
C'est un outil de Dan
Roam pour utiliser la
pensée visuelle. Il est
extrêmement utile pour
objectiver la qu...
Une équipe
projet :
Pourquoi ?
On dit qu'un cheval dessiné à plusieurs a toutes les chances de ressembler à
un dromadaire....
Une équipe
projet :
Comment ?
Il va falloir conquérir votre équipe, la motiver et la convaincre.
Le storytelling est une m...
Le storytelling
Le storytelling consiste à mettre en narration. Les grands groupes, comme les
responsables internationaux,...
A FOREST
Dan Roam propose une méthodologie
sur la base de l’acronyme FOREST :
F comme Forme (voir avant), O comme
Opposé (...
Empathie inside
"le problème avec les études de marché, c'est que les gens ne savent
pas ce qu'ils ressentent, ne disent p...
Comprendre :
apprendre, écouter,
analyser, ressentir
• A ce moment du projet, il est utile de mélanger sources
expertes, o...
Avoir une vision
systémique et
inspirante
• Un outil systémique autour du Business Model Canvas va
nous permettre de repér...
Utiliser le
Business Model
Canvas (1/4)
C'est l'espace de conception du projet.
•Etat du marché : segments, besoins,
enjeu...
Soyez Tendance
•

•

Choisissez des sources
inspirantes, des choses
qui sortent du cadre
sans être complètement
étrangères...
La prospective
au présent
•
•
•

•

« La crise, c'est ce qui sépare le vieux du neuf » A. Gramsci
Le monde change à toute ...
Rendre tangible
ses utilisateurs…
Un persona est un modèle, un 
utilisateur virtuel qui doit refléter une 
partie de vos f...
Rendre tangible
ses utilisateurs…
Il existe un moyen mnémotechnique basé sur le mot persona.
•P pour Primaire : on doit po...
… et se poser les
questions qui
vont avec
Grâce à la carte 
d’empathie, on va 
pouvoir faire le 
tour de ses 
utilisateurs...
Avoir une veille
stratégique
opérationnelle
Quand arrive le moment du benchmarking, les équipes souffrent du
caractère lab...
Avoir une veille
stratégique
opérationnelle
Sources d’information : 
•Sites Internet 
professionnels
•Alertes sur mots clé...
Utiliser le
Business Model
Canvas (2/4)
Le fruit du benchmark peut alors permettre
de regarder chacun des éléments des 9
b...
Mais surtout…
Au-delà des études
expertes, qui renseignent
sur les grandes masses
mais rarement sur les
comportements indi...
EMPATHIE
[ ɑ̃pati ] n. f.♦ Faculté de
s'identifier à quelqu'un, de
ressentir ce qu'il ressent.
Les 6 comportements secrets...
L’apport des
analogies
Dans l’exploration, il
peut être utile d’aller
chercher des idées
dans des domaines
connexes à son
...
Le vif du sujet
A ce stade, avec un bon brief de départ, une bonne
équipe et un travail d’observation et de décorticage
de...
Surprise :
4 parties !
• C’est la fin du cycle du design : idéation,
prototype, test avec un ajout : l’évaluation pour
bie...
Step by step
A ce moment de l’aventure, vous avez
beaucoup de matière première qu’il faut traiter
: BMC et ses appendices,...
Les insights
inspirants
Prenez les informations que vous avez pu réunir, reliez les entre
elles, notez ce que ça vous insp...
Génération
d’idées
Vous avez ajouté une nouvelle
couche avec vos insights inspirants.
Avant d’allumer le feu du
brainstorm...
Créer le climat
d’idéation
On obtient de bons résultats dans
une séance d’idéation collective, à
la condition de :
•Evacue...
Outils de
brainstorming
Il y a des tonnes d’outils pour faire un bon
brainstorming. Le principe est de rythmer le
temps, e...
Le retour
du BMC (3/4)
Pour vous soutenir dans la démarche de créativité,
vous pouvez utiliser le Business Model Canvas, e...
Pourquoi le
prototype ?
•

•

Le prototype peut porter sur une partie 
seulement du projet. Il s’agit de se donner un 
out...
La carte des
hypothèses
•

Prenez le temps de révéler vos 
hypothèses et suppositions et 
mappez les dans sur un graphique...
Prototyper
l’intangible
Pour prototyper un objet, on
s’empare de tout ce qu’on
trouve : papier, carton, feutre,
etc.
Pour ...
Tester
Le but du test est de vérifier des hypothèses qu’on ne peut pas vérifier
soi-même. Il faut de nouveau faire appel à...
Dernière étape
avant la mise en
chantier
Une dernière vérification de
votre matrice BMC s’impose
avant de se lancer dans l...
…serait délectable
malheureusement je ne
peux pas la dire et c’est
regrettable…
• La pensée design est surtout utile jusqu...
Quand même…
• « Business Model nouvelle génération » décrit
les deux phases suivantes du projet à travers les
vocables dép...
Gérer les
obstacles
• Pensez à bien raconter
l’histoire aux personnes
qui vont mettre en place
les choses, ainsi qu’aux
pr...
Continuer à
apprendre
En tenant à jour votre espace
de conception, vous
permettrez peut-être de faire
naître l’idée suivan...
Le kit de survie
de la créativité
•
•
•
•
•
•

Business Model nouvelle génération
Bla Bla Bla
L’esprit design
Organisez vo...
Formation créativité
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Formation créativité

2 060 vues

Publié le

Publié dans : Technologie, Business
  • très intéressant
    justement je cherche une manière créative et innovante de présenter l'innovation et la direction que je vais diriger : la direction des projets d'innovation administrative
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici

Formation créativité

  1. 1. Quelques instants sur moi ! • • • • • Juriste / Sciences Po 15 ans le public, 8 dans le privé (ESS) Animateur de Pays de la Loire 2040 Compagnon de route de la 27° Région Directeur de la Plateforme régionale d’innovation du design
  2. 2. Le programme de la journée • • • • 4 points + 1 D’abord : pourquoi le design Ensuite : comment le design Les 2 premiers points le matin, le reste l’aprèsmidi • C’est parti !
  3. 3. Le quoi ? • • • • • Le design, n'est pas un adjectif (une lampe design), Le design n'est pas un art (le design de signature) Le design est donc plutôt un artisanat, qu'on peut appliquer à des produits, à des espaces, à l'informatique, au graphisme, à l'acoustique, mais aussi à la conduite de projet : on appelle ça alors le design stratégique Le design est un mode opératoire non linéaire qui se conduit en fonction de l'utilisateur final du produit ou service qui est mis en œuvre « une démarche créative méthodique qui peut-être généralisée à tous les problèmes de conception » Roger Tallon, dictionnaire Larousse Encyclopédique
  4. 4. 4 notions dans cette partie • • • • Itération Désirabilité Contestation Créativité
  5. 5. Vive l'échec ! • • • • veille => compréhension => observation => synthèse => créativité => prototypage => test est le schéma idéal. Mais si à un moment l'étape suivante remet en cause l'étape précédente (une observation qui remet en cause la compréhension, un test qui met à mal les prototypes, un prototype qui rend tangible la mauvaise idée, un « insight » non détecté dans la veille ...), eh bien on repart en arrière. Dans le design, on est content de se tromper. Ainsi, on exclue des hypothèses, et on restreint le champ d'investigation. L'erreur est une méthode ! « se tromper vite, pour réussir encore plus vite » Tim Brown
  6. 6. Le facteur humain • • • L'ingénieur construit une solution, issue de sa technicité. Le financier dit oui ou non. C'est ainsi que se construisent nombre de produits ou services (avec une étude de marché, mais nous en reparlerons). Et qu'ils échouent. Le designer va ajouter la désirabilité à la faisabilité et à la viabilité. Comment faire pour que le produit ou le service fasse envie ? Rentrent alors en ligne de compte nombre de paramètres (beauté, ergonomie, praticité, image de soi qu'il renvoie, histoire qu'il raconte, …). Cela permet d'éviter la boite noire, spécialité de la silver economy par exemple. Voir « boite noire » dans le design de A à Z
  7. 7. La question, c'est souvent la question • • • Ces 2 téléphones sont sortis le même mois, en janvier 2007. L'un d'entre eux a révolutionné son époque, saurez-vous le reconnaître :-) ? Avant l'Iphone, un portable c'était un écran, un clavier et de la technologie dedans. Tout le monde parlait de convergence, mais Apple l'a fait. Pour pouvoir regarder le web, des films, il fallait un écran plus grand. Un téléphone de poche devait tenir dans la poche, alors Apple a enlevé le clavier. Dans chaque projet, il y a des données de départ pour l'enclencher. En design, on appelle ça le brief. Le premier travail consiste en challenger le brief : est ce vraiment la bonne question, les contraintes que je me donnent sont elles les vrais contraintes, les objectifs sont ils exactement les bons également, etc ?
  8. 8. La parole à David Kelley d'Ideo • • • Deux choses à retenir de ce film : 1. Quand on raconte une histoire, on captive son auditoire 2. La créativité, c'est 5% d'inspiration, 95% de transpiration. Il y a des méthodes pour utiliser sa créativité, qui permettent des résultats même quand on pense ne pas en être pourvu. Ce sera l'objet de cette journée que de les présenter. Nous en testerons quelques unes dans une autre séance Le Ted talk : http://www.ted.com/talks/david_kelley_how_to_build_your_creative_confidence.h tml Creative confidence est un livre des frères Kelley, qui n'est pas encore traduit en français.
  9. 9. Avant toute chose • Nous allons rentrer dans la présentation des méthodes de créativité et des outils du design stratégique. • Une étape existe en amont du schéma présenté tout à l'heure, celle de la mobilisation. • Se mobiliser soi même, et mobiliser les ressources dont on a besoin : temps, appuis, équipe projet. • Il s'agit, avant de se lancer, de réunir les conditions de la qualité.
  10. 10. 4 étapes encore • Bâtir son brief, au sens où il a été présenté tout à l'heure, • Maîtriser le temps de la créativité, et bâtir sa mobilisation en conséquence, • Commencer à rendre tangible le projet grâce à des outils de créativité et de compréhension, • Mobiliser une équipe autour de soi, riches de ses différences et de ses complémentarités
  11. 11. Le brief, le pitch, l'histoire, bref, le cœur • Pour pouvoir challenger un brief, il faut l'écrire, et le rendre compréhensible, à l'image d'un elevator pitch. Je vous propose trois méthodes : • Partir d'un texte de présentation, puis l'affiner grâce à la pensée visuelle • Utiliser le mindmapping • Utiliser la pensée Post-it Ce travail réalisé, vous aurez les bases pour faire votre propre brief et commencer à ébaucher votre histoire...
  12. 12. La pensée visuelle La grammaire visuelle de Dan Roam Avec la pensée visuelle on change le texte en dessins. Plusieurs avantages : •on visualise, et donc on fait marcher sa pensée créative •on relève les ambiguïtés •on trouve les nids à complexité Source : bla bla bla de Dan Roam (video en anglais) Pour les noms, pronoms, adjectifs de qualité, verbes simples, on réalise des portraits. C'est à dire une représentation visuelle simple d'une personne, d'un lieu ou d'un objet Combien ? Où ? Quand ? Pour les adjectifs de quantité, et montrer combien de choses il y a on réalise des diagrammes Pour les prépositions, les conjonctions, pour montrer où se situent les choses on fait des cartes Pour les prépositions et les conjonctions de temps, on fait des chronologies. Pourquoi ? Comment ? Pour les noms complexes et les schémas complet on associe des diagrammes et des cartes dans des graphiques à plusieurs variables qui montrent pourquoi ces choses se produisent Pour les verbes complexes, les schémas complets on associe cartes et chronologies dans des logigrammes qui montrent comment les choses interagissent
  13. 13. Le mindmapping Le mindmapping permet de passer de la pensée linéaire à la pensée visuelle. Les adeptes de la méthode QQOQCCP peuvent faire des ramifications par questionnement sur une page A4, puis compléter, et regarder les liens entre les différentes « patates » de leur feuille. Puis recommencer leur mindmap s'il le faut. Source : « organisez vos idées avec le mindmapping » ou www.petillant.com
  14. 14. La pensée Post-it • • • Le Post-it est un ami du créatif. Il est utilisé avec un gros feutre, pour ne pouvoir mettre qu'une idée/notion par Post-it. Dans cette méthode, on utilise une feuille de paper board, on met en bas la situation actuelle, en haut ce à quoi on veut arriver, et entre les deux les Post-it avec tout ce qui vous vient à l'esprit. Après, on peut réorganiser autant que de besoin.
  15. 15. Le piège du temps Il n'existe pas de méthode particulière pour cela qui viennent de la pensée créative. Simplement, deux recommandations : 1.Avec la méthode itérative, on peut avoir envie de peaufiner ad vitam aeternam son projet. Il faut donc se donner les limites et les tenir. 2.Lorsqu'on embarque une équipe dans un projet créatif, il faut alterner temps forts et temps faibles, sans pour autant trop espacer les premiers. Sinon on court le risque de devoir recommencer. Il faut donc ponctuer l'aventure avec des workshops qui ont vocation à produire de l'idée. Ce qui demande de la préparation.
  16. 16. Disposer d'un modèle cohérent et intelligible L'étape suivante consiste à traduire en un modèle systémique et partageable le fruit de vos premières réflexions Systémique parce qu'abordant la question sous toutes ses formes. Partageable, car il s'agira bientôt de convaincre une équipe projet. Source : « Business Model Nouvelle Génération ». La conférence filmée : http://vimeo.com/15623845
  17. 17. Business Model Canvas Le Business Modèle Canvas est une matrice visuelle (canvas) constituée de 9 blocs qui décrivent les 4 grandes dimensions d’une organisation : Les utilisateurs, l’offre, l’infrastructure et le modèle économique. Utilisé principalement par les start-ups et les grands groupes, il est parfaitement adaptable à l'économie sociale et solidaire et au service public. Pour plus de détails : la fiche technique de Laval Mayenne Technopole
  18. 18. • Ce travail permet d'avoir un panorama complet des enjeux, mais il va surtout constituer une base qui va permettre d'avancer dans le projet, à travers de multiples utilisations, sous de nombreuses formes. • A ce stade, il n'est connu que de vous, il doit maintenant être rendu intelligible pour tout le monde. • Et pour cela, il y a le ...
  19. 19. Le blablamètre C'est un outil de Dan Roam pour utiliser la pensée visuelle. Il est extrêmement utile pour objectiver la qualité d'un texte et sa compréhension. Ce qu'il appelle le vivide ici est la pensée visuelle telle que présentée tout à l'heure.
  20. 20. Une équipe projet : Pourquoi ? On dit qu'un cheval dessiné à plusieurs a toutes les chances de ressembler à un dromadaire. Et c'est certainement vrai si les enjeux et les visions ne sont pas partagées. Il s'agit là pourtant de créer une équipe interdisciplinaire : •Parce qu'on est plus intelligent à plusieurs, et que nous sommes en plein exercice de créativité. Avoir avec soi des expertises différentes est utile. •Parce qu'associer les parties prenantes (collaborateurs, utilisateurs, …) permet d'avoir des visions concrètes, et les méthodes utilisées permettent une parole libérée. •Parce que la créativité nait souvent des pensées différentes lorsqu'on tente de les associer. Et la diversité oblige à la clarté dans les objectifs et les modalités.
  21. 21. Une équipe projet : Comment ? Il va falloir conquérir votre équipe, la motiver et la convaincre. Le storytelling est une méthode judicieuse pour cela. Il vous permettra de donner du sens à votre projet. Décrié en France, il est pourtant un moyen de préciser son projet, et d'en saisir la portée. Il consiste essentiellement à retourner le discours habituel (qu'est ce que je fais, comment je le fais, à quoi ça sert) pour lui donner plus de portée (quel est le sens de ce que je fais, quels moyens j'utilise pour atteindre cet objectif, et à quoi j'aboutis). La pensée visuelle, et notamment l'outil de Dan Roam qui se nomme FOREST, permet de modeler son discours de façon à ce qu'il soit plus convaincant. Sources : « Bla Bla Bla » et la video TED de Simon Sinek: Comment les grands leaders inspirent l'action
  22. 22. Le storytelling Le storytelling consiste à mettre en narration. Les grands groupes, comme les responsables internationaux, se préoccupent de l'histoire qu'ils racontent bien au delà des solutions qu'ils proposent. C'est une méthode fréquente pour les designers qui utilisent les storyboards, les planches de contact entre l'utilisateur et le service/produit, et de nombreux autres outils qui prennent le parti de mettre en histoire les projets. Ces outils sont très puissants pour arriver à bien visualiser le projet, mais ils demandent une pratique qui confine au professionnalisme. Sources : « la méthode storytelling, le guide », les outils du storytelling de servicedesigntools.org, le blog de Sébastien Durand, spécialiste français du storytelling
  23. 23. A FOREST Dan Roam propose une méthodologie sur la base de l’acronyme FOREST : F comme Forme (voir avant), O comme Opposé (la prise en compte des arguments contraires), R comme Reconnaissable, E comme Evolutif (passage du texte au visuel, puis du visuel au texte etc.), S comme Substance (trouver l'idée force, la mettre en premier, puis expliquer les modalités), T comme Toucher sa cible (en adaptant la présentation au public cible).
  24. 24. Empathie inside "le problème avec les études de marché, c'est que les gens ne savent pas ce qu'ils ressentent, ne disent pas ce qu'ils pensent et ne font pas ce qu'ils disent" disait David Ogilvy, qui a créé tout seul la plus grande entreprise de pub du monde au 20° siècle. Pour comprendre l'environnement du projet, il va falloir aller beaucoup plus loin que lire des enquêtes du CREDOC, de l'INSEE ou des écrits savants. Non qu'ils sont faux, ils sont insuffisants : il leur manque le plus souvent l'empathie. En outre, la prospective est un outil majeur en ces temps incertains.
  25. 25. Comprendre : apprendre, écouter, analyser, ressentir • A ce moment du projet, il est utile de mélanger sources expertes, observation in situ et sources inspirantes. • A l'instar de la prospective française, qui place l'humain au centre de ses travaux, là où les USA pratiquent la futurologie en laboratoire, la pluralité des sources mais aussi de la qualité des information (objectives – subjectives, expertes-praticiens-utilisateurs, etc.) sera très utile pour bien comprendre les enjeux, avant de passer à la conception proprement dite.
  26. 26. Avoir une vision systémique et inspirante • Un outil systémique autour du Business Model Canvas va nous permettre de repérer tout l'environnement. Il permettra le cas échéant d'affiner le BMC, et devra être conservé pour pouvoir être reconsulté, revisité, complété, par la suite. • Mais au delà de la systémique, il ne faut pas oublier de se donner des sources inspirantes. Le design a un outil puissant pour ça : la planche de tendance ou moodboard. • Enfin, forts de ces deux éléments, vous pourrez commencer à réfléchir à vos scénarios.
  27. 27. Utiliser le Business Model Canvas (1/4) C'est l'espace de conception du projet. •Etat du marché : segments, besoins, enjeux, … •Etat du secteur : partenaires, homologues, nouveaux entrants, acteurs proches, ... •Prospective : tendances technologiques, sociétales, réglementaire, socio-économique, … •Forces macro-économiques : ressources humaines et matérielles, solidité économique des ressources, ... Prospective Etat du secteur Etat du marché Forces macroéconomiques
  28. 28. Soyez Tendance • • Choisissez des sources inspirantes, des choses qui sortent du cadre sans être complètement étrangères à votre projet, construisez votre moodboard et gardez là quelque part. Ouvrir un Scoopit ou l'équivalent avec des articles inspirants peut également vous aider à garder des sources différentes pour plus tard. Éléments retenus pour un débat sur le  franchissement de la Loire à Nantes
  29. 29. La prospective au présent • • • • « La crise, c'est ce qui sépare le vieux du neuf » A. Gramsci Le monde change à toute vitesse, beaucoup pensent que la crise actuelle, vu son ampleur et sa force est en fait la marque d'un changement de civilisation (lire l’article de Philippe Destatte). Il est urgent de chercher à comprendre ce qui se passe. Certaines sources nous éclairent : Futuribles, Proâme, les Kipp, le café de la prospective, we demain, Soon Soon Soon, Millénaire 3, The lab, Twin Partners, Usbek&Rica, et pour le numérique InternetActu.net On peut aussi chercher des sources nouvelles en s'aidant d'Alertes Google.
  30. 30. Rendre tangible ses utilisateurs… Un persona est un modèle, un  utilisateur virtuel qui doit refléter une  partie de vos futurs utilisateurs. La création de persona permet de se  débarrasser de l’utilisateur lambda, cet  être flou, pour y substituer une  personne aux besoins identifiés,  identifiables et partagés par  l’ensemble de l’équipe‐projet. Il permettra de se poser la question de  sa réaction face au projet dans la  phase de conception.
  31. 31. Rendre tangible ses utilisateurs… Il existe un moyen mnémotechnique basé sur le mot persona. •P pour Primaire : on doit pouvoir faire le lien avec vos observations •E pour Empathie : donnez‐lui un nom et une image, incarnez‐le •R pour Réaliste : posez‐vous la question de savoir s’il est crédible •S pour Singulier : il ne doit pas se chevaucher avec d’autres profils •O pour Objectifs : vous avez vos objectifs, il en a également. Déterminez‐ •les •N pour Nombre : pas plus de 3 ou 4 •A pour Applicable : posez vous la question de son utilisation de votre  projet.
  32. 32. … et se poser les questions qui vont avec Grâce à la carte  d’empathie, on va  pouvoir faire le  tour de ses  utilisateurs Que pense et que ressent‐il ? Ce qui est vraiment important Préoccupations majeures Inquiétudes et aspirations Qu’entend‐il ? Que voit‐il ? Ce que disent ses amis Ce que dit son chef Ce que disent les personnes qui comptent Environnement Amis Ce que le marché propose Que dit et que fait‐il ? Source : Business Model Génération Attitude en public – Apparence Comportement vis-à-vis d’autrui Souffrance Gain Peurs Frustations Obstacles Désirs/besoins Critères de réussite Obstacles
  33. 33. Avoir une veille stratégique opérationnelle Quand arrive le moment du benchmarking, les équipes souffrent du caractère laborieux de l’exercice, les grilles d’analyses réalisées ex nihilo s’avèrent souvent inopérantes en l’état et la communication des homologues est souvent enjolivée (sans parler de la noncommunication sur les échecs). Une veille métier permanente, appuyée sur le web, permet de lever tous ces biais. Les outils de veille utilisés par les spécialistes de l’intelligence économique – et qui font partie intégrante de la vie professionnelle des designers et des métiers de l’innovation – sont utilisables par tous et très rapidement. En quelques mois, on accumule suffisamment d’information pour pouvoir réaliser un benchmarking en profondeur, utile et fructueux.
  34. 34. Avoir une veille stratégique opérationnelle Sources d’information :  •Sites Internet  professionnels •Alertes sur mots clés •#hashtags sur Twitter •Pages sur Facebook •Linkedin/Pulse •Sources d’homologues Agrégateur de flux RSS :  •Flux RSS des sites •Flux RSS des pages FB,  des Scoopit, … •Flux créés avec des  sites spéciaux •Traitement spécial  pour Twitter Sites de favoris :  •Un compte global chez  delicious ou diigo avec  des mots‐clés pour s’y  retrouver (la  folksonomie) •Un compte pour des  agrégations particulières  (veille inspirante, …) chez  Scoopit ou équivalent 
  35. 35. Utiliser le Business Model Canvas (2/4) Le fruit du benchmark peut alors permettre de regarder chacun des éléments des 9 blocs en se posant les 4 questions suivantes : •Exclure : Quels facteurs considérés depuis des années par mon secteur comme des éléments d’efficience puis-je éliminer ? •Atténuer : Quels éléments doivent être atténués ? •Renforcer : Quels éléments doivent être renforcés ? •Créer : Quels éléments, absents jusqu’ici de mon secteur, faut-il créer ? Ce sera une source d’inspiration forte pour l’étape suivante de la conception Renforcer Exclure ‐ coûts + Valeurs Atténue r Source : Stratégie Océan Bleu + BMC Créer
  36. 36. Mais surtout… Au-delà des études expertes, qui renseignent sur les grandes masses mais rarement sur les comportements individuels, une démarche qui emprunte au design va faire appel à l’observation in situ. Entretiens personnalisés à domicile ou au travail, immersions participatives, « vis ma vie », autant de méthodes qui font appel à l’empathie
  37. 37. EMPATHIE [ ɑ̃pati ] n. f.♦ Faculté de s'identifier à quelqu'un, de ressentir ce qu'il ressent. Les 6 comportements secrets de l’empathie définis par Ideo 1.Minimisez votre présence : pour comprendre le point de vue de l’autre, fondez vous dans le décor. 2.Montrez que vous inspirez une écoute de confiance : les pensées authentiques font surface lorsque les  personnes ne se sentent ni évaluées ni jugées. 3.Faites de la curiosité votre guide : suivez les instructions ... jusqu’à un certain point. Creusez les thèmes  qui vous intéressent, n’hésitez‐pas a demander “pourquoi ” et “dites‐moi en plus ”. 4.Ancrez la conversation dans le réel : évitez les généralisations en demandant des exemples. Révélez des  anecdotes spécifiques autour d’évènements précis. 5.Soyez ouverts : votre langage corporel définit le ton que la personne interviewée suivra . Êtes‐vous  anxieux ou confus ? Êtes‐vous ouverts à des chemins inattendus? 6.Cherchez des anecdotes à forte résonnance, non pas des normes évidentes. Ne cherchez pas à valider,  cherchez à générer . Le truc en plus : Pour explorer des solutions nouvelles, allez voir des utilisateurs extrêmes ou marginaux. Pour confirmer des hypothèses, allez voir des utilisateurs types.
  38. 38. L’apport des analogies Dans l’exploration, il peut être utile d’aller chercher des idées dans des domaines connexes à son secteur, qui ont peutêtre trouvé des solutions à des questions qui sont les vôtres.
  39. 39. Le vif du sujet A ce stade, avec un bon brief de départ, une bonne équipe et un travail d’observation et de décorticage des enjeux/contraintes, vous pouvez passer à la conception. C’est là où la créativité est nécessaire. C’est là où la méthodologie est la plus importante.
  40. 40. Surprise : 4 parties ! • C’est la fin du cycle du design : idéation, prototype, test avec un ajout : l’évaluation pour bien être sur que tout ce travail a en définitive du sens. • Chaque étape fait appel à des méthodologies précises, et demande un état d’esprit particulier: bienveillance, curiosité, empathie
  41. 41. Step by step A ce moment de l’aventure, vous avez beaucoup de matière première qu’il faut traiter : BMC et ses appendices, personas, moodboard, résultat des observations empathiques, éventuellement mindmaps, etc. Pour avoir une vision systémique, c’est bien de tout pouvoir voir en un seul coup d’œil. Si vous ne disposez pas d’une pièce dédiée, l’acquisition de grands panneaux permet de déployer quand on travaille, et de ranger dans un coin. Le danger quand on est à ce point, est de vouloir trouver des solutions immédiatement. Le design thinking recommande au contraire à ce moment de décomposer : trouver des insights inspirants, et formuler les questions avant de passer à la créativité.
  42. 42. Les insights inspirants Prenez les informations que vous avez pu réunir, reliez les entre elles, notez ce que ça vous inspire, puis cherchez d’autres relations, et recommencez jusqu’à épuisement. Vous aurez plein d’insights dans lesquels vous pourrez piocher dans la suite de votre démarche de projet.
  43. 43. Génération d’idées Vous avez ajouté une nouvelle couche avec vos insights inspirants. Avant d’allumer le feu du brainstorming, il vous faut réaliser le petit bois des questions qui vous permettront de vous assurer une séance de créativité féconde. Deux outils, à utiliser à partir des insights inspirants : •Comment pourrions nous ? •Et si ?
  44. 44. Créer le climat d’idéation On obtient de bons résultats dans une séance d’idéation collective, à la condition de : •Evacuer tout jugement •Encourager les idées farfelues •Élaborer à partir des idées des autres •Rester centré sur le sujet •Tenir une conversation à la fois •Être visuel •Produire en quantité
  45. 45. Outils de brainstorming Il y a des tonnes d’outils pour faire un bon brainstorming. Le principe est de rythmer le temps, en faisant des exercices nouveaux dès qu’il y a début d’essoufflement. Creative Wallonia en recense de nombreux, tous plus intéressants les uns que les autres : •Association libre •Bissociation •Sous-entendus inversés •Connexions forcées •Consultant virtuels •Avocat de l’ange Il faut surtout se souvenir que pour avoir une ou deux bonnes idées, il faut en avoir de nombreuses mauvaises, et il faut donc lutter contre la peur de l’échec ancrée en chacun de nous.
  46. 46. Le retour du BMC (3/4) Pour vous soutenir dans la démarche de créativité, vous pouvez utiliser le Business Model Canvas, en partant des 4 épicentres de l’innovation RESSOURCES OFFRE USAGERS FINANCES MIX Agir sur l’infrastructure, les  partenariats pour modifier le  modèle économique Trouver des nouvelles  propositions de valeurs qui ont  des impacts sur les autres blocs Retravailler à partir des besoins,  ou de la qualité d’accès aux  solutions proposées Modifier les flux de revenus, les  structures de coût, les  mécanismes de prix, l’assiette  des contributeurs On peut aussi essayer de jouer  sur deux ou plusieurs des  épicentres…
  47. 47. Pourquoi le prototype ? • • Le prototype peut porter sur une partie  seulement du projet. Il s’agit de se donner un  outil pour en apprendre plus sur nos  hypothèses de départ, et notamment les plus  farfelues en permettant aux usagers de réagir  dessus. Lorsqu’on visualise quelque chose, on  met fin à bien des malentendus  Un prototype nous permet de faire du "quick  & dirty”, peu onéreux ce qui permet de  prendre des risques au départ. Deux enjeux dans cette phase : déterminer ce qui doit être prototypé, et être capable de ne pas valider à tout prix une hypothèse sur laquelle on travaille depuis longtemps
  48. 48. La carte des hypothèses • Prenez le temps de révéler vos  hypothèses et suppositions et  mappez les dans sur un graphique  dont les paramètres sont  l’importance pour le projet, et le  caractère peu crédible. Votre but  est de découvrir les hypothèses de  comportement qui sont cruciales  pour le succès de votre solution et  qui en même temps sont difficiles à croire. • C’est celle(s)‐là qu’il faudra tester. Tester  d’abord ici crucial Hyp x Hyp v Hyp y Hyp w Hyp z Hyp u incroyable
  49. 49. Prototyper l’intangible Pour prototyper un objet, on s’empare de tout ce qu’on trouve : papier, carton, feutre, etc. Pour prototyper un service, ou quelque chose d’intangible, il y a les outils comme le storyboard, la carte contact, mais aussi le sketch, la vidéo, etc. Tous ces outils sont décrits sur www.servicedesigntools.org
  50. 50. Tester Le but du test est de vérifier des hypothèses qu’on ne peut pas vérifier soi-même. Il faut de nouveau faire appel à l’empathie dans votre dialogue avec les utilisateurs, et ne pas chercher à valider coûte que coûte. S’il s’agit juste de tester un concept, les designers d’IDEO recommande de raconter l’histoire sous la forme suivante : « Pour [type d’utilisateur] qui a besoin de [liste de besoins principaux] notre  [nom/marque du concept/solution] c’est [catégorie de produit/service/offre]  qui [caractéristiques/fonctionnalités principales]. À la différence de ce que vous avez vous auparavant, notre solution[l’aspect  de votre solution qui va rentrer dans l’histoire]. »
  51. 51. Dernière étape avant la mise en chantier Une dernière vérification de votre matrice BMC s’impose avant de se lancer dans la mise en chantier. « Business Model nouvelle génération » recommande un dernier exercice : passer au SWOT chacun de vos 9 blocs (avec une grille très complète de questions). N’hésitez pas à utiliser le Blablamètre non plus Normalement, vous voilà prêt ! FORCES FAIBLESSES OPPORTUNITES MENACES
  52. 52. …serait délectable malheureusement je ne peux pas la dire et c’est regrettable… • La pensée design est surtout utile jusqu’à la conception. • Pour autant, vous aurez compris qu’il s’agit autant d’une attitude et d’un état d’esprit que de modes opératoires. • Si les seconds vont devenir moins opérants, les premiers vous seront utiles au quotidien pour faire preuve d’agilité.
  53. 53. Quand même… • « Business Model nouvelle génération » décrit les deux phases suivantes du projet à travers les vocables déployer et gérer • Le Canvas est intéressant à garder à l’esprit et à actualiser en fonction du déroulement de ces phases, de votre veille économique et sociale, des éléments prospectifs qui vous touchent, …
  54. 54. Gérer les obstacles • Pensez à bien raconter l’histoire aux personnes qui vont mettre en place les choses, ainsi qu’aux premiers utilisateurs. • Repérez les, choyez les, à l’heure où tout le monde donne son avis sur tout, leur parole est essentielle
  55. 55. Continuer à apprendre En tenant à jour votre espace de conception, vous permettrez peut-être de faire naître l’idée suivante. Penser à continuer de manier l’empathie grâce à de réguliers RER (retour en réalité, terminologie de la 27° Région) : prenez le temps d’observer le service rendu auprès des utilisateurs de temps en temps. L’enjeu est de garder de l’agilité dans le quotidien. Prospective Etat du marché Etat du secteur Forces macroéconomiques
  56. 56. Le kit de survie de la créativité • • • • • • Business Model nouvelle génération Bla Bla Bla L’esprit design Organisez vos idées Le guide Storytelling Stratégie Océan bleu

×