Les enjeux contemporainsdes politiques de jeunesse       Patricia Loncle        Janvier 2009
Plan de l’interventionIntroduction : les paradoxes de la prise en comptede la jeunesse  Définitions de la jeunesse  Les gr...
Introduction
Les paradoxes de la prise en compte de la               jeunesseLes événements des trois dernières années  Émeutes urbaine...
De nombreux discours politiques et médiatiquesUn intérêt politique majeur à tous les niveaux dedécisionOscillation entre 3...
Une fragmentation croissante des lieux de décision  Pas d’instance centrale spécialisée     Qui détermine les objectifs gé...
I. De quelques définitions
Les définitions de la jeunesseTradition américaine : à partir des années 60 > analyse desfaiblesses de l’autorité parental...
Tradition française :  Dans les années 60 : des débats constants sur l’unité et  l’éclatement de la jeunesse (Maurin vs Bo...
L’influence des régimes d’Etat-providence sur la      définition des politiques de jeunesseDans les pays européens, la déf...
Systèmes          Pays      Définition de      Définition du           Définition      Objectif desd’Etat-                ...
II. Les grandes étapes historiquesde la prise en charge de la jeunesse
1870-1958Préoccupations :      hygiénistes,      morales,      de défense de la patrie,      oppositions catholiques/laïcs...
Communes et départements     Investis sous l’influence des philanthropes, du communisme municipal     bureaux de bienfaisa...
1958-1982Préoccupations :  Générales : éradication de la pauvreté, modernisation du  territoire  Spécifiques : organisatio...
Etat :  rationalisation de l’intervention  construction des équipements collectifs  intervention jeunesse adossée à la pol...
A partir de 1982Préoccupations :  Générales : échec des politiques sectorielles > partenariat,  approche transversale  Spé...
Etat  Des politiques de jeunesse de + en + issues des  politiques de la ville (DSQ, OPE, ZEP)  Volonté de lutter contre le...
III. Les enjeux récents despolitiques nationales et locales          de jeunesse
Evolution des domaines d’interventionLe socioculturel déjà largement organisé  Un domaine systématisé progressivement à pa...
Que reste-il de la dimension sociale?  A partir du début des années 80 :  des préoccupations  sociales à l’égard des jeun...
3 préoccupations L’appel à la participation   Raisons :      les jeunes votent peu et se défient de la classe politique  ...
La répression de la délinquance  Un phénomène ancien mais qui prend de l’ampleur depuis  une décennie     Organisé par l’E...
La santé  Un phénomène ré-émergent (préoccupations hygiénistes de la  fin du 19è)  Rappel : 85% des jeunes en bonne santé ...
Evolution des échelons d’interventionDans un contexte général de perte de centralité del’Etat et de recherche de réduction...
Les communes et les départements : les anciensde la prise en charge  Des évolutions favorables    De nombreux services jeu...
Des interrogations néanmoins  Conséquences de la loi du 13/08/04 > transfert partiel ou  total de domaines qui relevaient ...
Les « modernes » ou les politiques de jeunessesaisies par les territoires émergents  Conseils régionaux     Développement ...
Des méthodes innovantes  Renouvellement de l’appel à la participation en  direction de nouveaux publics comme les apprenti...
IV. Enjeux des politiques de jeunesse au            niveau européen
Historique de la mobilisation européenne enfaveur de la jeunesse  Spécificités de la politique européenne de jeunesse :   ...
Au sein de l’Union européenneAvec le Traité de Maastricht (1992), l’article 126introduit une compétence partagée et subsid...
Volet éducation                            Socrates                              1995                            Volet    ...
2001 : Un nouvel élan pour la jeunesse européenneLes défis :          Le vieillissement de la population européenne       ...
Par le mainstreaming :  Une meilleure prise en compte de la jeunesse dans les  autres politiques publiques notamment dans ...
Vers une politique de jeunesse « intégrée »« Après avoir développé une politique centrée sur les domainesde compétence des...
politique intégréede jeunessejeunesse             éducation         emploi              santé             autres          ...
Quelles tendances de la politique européenne de jeunesse?                     de la participation politique au marché     ...
Conclusion générale :des jeunes français particulièrement pessimistesDes positionnements particulièrement préoccupants des...
Votre vision du futur                                                       Je suis sûr d’avoir un bon                    ...
Source: Galland, 2007, p.34
Etes-vous prêts à payer pour les personnes âgées de votre pays?        France                                       11    ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Jeunesse approche historique_et_actualite-1

511 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
511
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
100
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Jeunesse pour l’Europe I : 88-91 Jeunesse pour l’Europe II : 92-94 Ces 2 programmes visaient essentiellement à favoriser les échanges de jeunes Ce 3ème programme comporte 4 dimensions Améliorer la formation des porteurs de projets d’échanges Intégrer la dimension information Emergence d’un service volontaire européen Accent mis sur l’évaluation Socrates : reprend les programmes Erasmus, Linqua, Arion 3 axes prioritaires : la mobilité des étudiants et la promotion de la dimension européenne dans l’enseignement > (Erasmus) Le développement des partenariats européens dans l’enseignement scolaire (Coménius) Le développement d’actions transversales Leonardo : Formation professionnelle (Echanges de jeunes travailleurs, Comett, Force, Eurotecnet-Petra) Soutien à l’amélioration des systèmes de formation professionnelle Soutien à l’amélioration des activités de formation professionnelle Soutien au développement des compétences linguistiques, des connaissances et de la diffusion des innovations
  • La MOC est introduite au Conseil européen de Lisbonne en mars 2000, elle est dite stratégie de Lisbonne Plusieurs thèmes sont concernés : société de l’information, recherche, politique de l’entreprise, politique sociale, éducation Auxquels seront ajoutés : La lutte contre l’exclusion (Nice, décembre 2000) La protection sociale (Stockholm, mars 2001) L’environnement (Göteborg, juin 2001) MOC en matière de jeunesse : Sur proposition de la commission, le Conseil des ministres définit les thèmes prioritaires d’intérêt commun Chaque Etat nomme un coordinateur qui sera l’interlocuteur de la Commission Celui-ci transmet les initiatives politiques, les exemples de bonnes pratiques, les éléments de réflexion prospective La Commission européenne fait une synthèse et la soumet au Conseil des ministres Le conseil des ministres définit des orientations communes et établit des modalités de suivi Le Parlement et les jeunes sont consultés
  • Jeunesse approche historique_et_actualite-1

    1. 1. Les enjeux contemporainsdes politiques de jeunesse Patricia Loncle Janvier 2009
    2. 2. Plan de l’interventionIntroduction : les paradoxes de la prise en comptede la jeunesse Définitions de la jeunesse Les grandes étapes de la prise en charge de la jeunesse en France Les évolutions des politiques nationales et locales Les enjeux des politiques européennesConclusion
    3. 3. Introduction
    4. 4. Les paradoxes de la prise en compte de la jeunesseLes événements des trois dernières années Émeutes urbaines de l’automne 2005 Manifestations lycéennes de décembre 2008 et anti-CPE printemps 2006Prise de conscience accélérée de : Situations de précarisation Sentiment d’injustice chez les jeunesUne ou plusieurs jeunesse(s)? Des jeunes lycéens et étudiants d’une part? (avec une image plutôt positive ou du moins légitime) Et des jeunes de banlieue de l’autre? (avec une image de jeunesse délinquante)
    5. 5. De nombreux discours politiques et médiatiquesUn intérêt politique majeur à tous les niveaux dedécisionOscillation entre 3 figures Jeunesse ressource Jeunesse à protéger Jeunesse menace pour l’ordre public Avec des valences particulières en fonction des périodes/ des lieux considérés
    6. 6. Une fragmentation croissante des lieux de décision Pas d’instance centrale spécialisée Qui détermine les objectifs généraux des politiques de jeunesse en France? Tous les échelons de décision concernés Europe : positionnement transversal Etat : Education, justice Régions : Apprentissage Départements : dispositifs d’urgence (FAJ et FSL) Communes : domaine socioculturel, sport… Et de nombreuses compétences partagées, contractuelles Les missions locales et plus largement l’emploi La lutte contre la délinquance Les actions « politiques de la ville » La santé…
    7. 7. I. De quelques définitions
    8. 8. Les définitions de la jeunesseTradition américaine : à partir des années 60 > analyse desfaiblesses de l’autorité parentale et de l’émergence de la culturejuvénile (subculture). Déclin des analyses ∕∕ aux déclins desmouvements contestatairesEn Europe : années 60 > débuts de l’analyse sociologique de lajeunesse. Plusieurs traditionsBritannique : découverte des jeunes prolétaires et de ladélinquance juvénile La sous-culture est envisagée comme une possibilité de négocier des espaces symboliques avec d’autres groupes sociaux un moyen de résister à la domination des classes sociales dominantes
    9. 9. Tradition française : Dans les années 60 : des débats constants sur l’unité et l’éclatement de la jeunesse (Maurin vs Bourdieu) Années 90 : l’allongement de la jeunesse et la déconnexion des seuils d’accès à l’autonomie professionnelle, logement, mise en couple (Galland) Une institutionnalisation du statut juvénile accentuée par les institutions éducatives (Lahire) Sociologie de l’expérience (la Galère, les lycéens, les quartiers d’exile, Dubet)
    10. 10. L’influence des régimes d’Etat-providence sur la définition des politiques de jeunesseDans les pays européens, la définition de la jeunesse commecatégorie d’action publique apparaît très liée à la nature desrégimes d’Etat-providence : Quand les régimes d’Etat-providence pratiquent une distribution universelle des allocations la définition de la jeunesse > un accent particulier sur les accomplissements personnels et les parcours biographiques. Quand les régimes d’Etat-providence sont moins protecteurs la définition de la jeunesse apparaît sur-déterminée par les questions d’accès à l’indépendance, en particulier économique.
    11. 11. Systèmes Pays Définition de Définition du Définition Objectif desd’Etat- la jeunesse chômage des du politiquesprovidence jeunes problème d’emploiSous-protecteur EspagneIt Pas de définition Marché du travail Pb structurel Des réformes large alie claire segmenté, pas de pour la trajectoires reconnaissance formelles d’un statut de la jeunesseLibéral/ UK Indépendance Dépendance/ Pb individuel Employabilitéminimal économique ExclusionCentré sur France Conformation aux Qualifications/ Pb individuel Apprentissagel’emploi All normes sociales Problèmes Formation PB dominantes individuels professionnelleUniversel Dk, Développement “Pas prévu” Pb individuel Éducation et Suède personnel (le jeune est dans le et structurel politique de la système éducatif) jeunesse
    12. 12. II. Les grandes étapes historiquesde la prise en charge de la jeunesse
    13. 13. 1870-1958Préoccupations : hygiénistes, morales, de défense de la patrie, oppositions catholiques/laïcsUne prise en charge reposant essentiellement sur Les œuvres et les mouvements de jeunesse Patronages (1830) Unions chrétiennes de jeunes gens et de jeunes filles (1867) Colonies de vacances (1881) Scoutismes (1910) Jeunesses catholiques spécialisées : JOC (1926), JAC et JEC (1929) Auberges de jeunesse (1929)
    14. 14. Communes et départements Investis sous l’influence des philanthropes, du communisme municipal bureaux de bienfaisance et d’hygiène municipal Premiers corps d’inspecteurs de l’assistance publique Grandes disparités (mise en œuvre et relation avec le secteur associatif)Etat progressivement + présent : quadrillage du territoire, peu d’intervention directe lois sur l’Ecole (1882) et la Conscription obligatoire et universelle (1872) Front populaire Léo Lagrange > sous secrétariat aux loisirs et aux sports Gouvernement de Vichy > secrétariat d’Etat à la jeunesse, Georges Lamirand puis Georges Pelorson A la libération > bureau des mouvements de jeunesse et de l’éducation populaire, René Basdevant et Jean Guéhénno
    15. 15. 1958-1982Préoccupations : Générales : éradication de la pauvreté, modernisation du territoire Spécifiques : organisation de l’encadrement de la jeunesseOrganisations de jeunesse toujours importantes mais enmutation Professionnalisation Cogestion jusqu’en 1966 puis prestations de service Cofinancement des postes d’animateurs (FONJEP, 1964) Rationnalisation de la profession d’éducateurs spécialisés (convention collective, 1966)
    16. 16. Etat : rationalisation de l’intervention construction des équipements collectifs intervention jeunesse adossée à la politique sociale et à la politique culturelleCommunes : Construisent leurs politiques dans les « interstices » de l’intervention étatique Développent fortement le secteur socioculturel (MJC, Clubs Léo Lagrange, 1000 clubs) En fonction des endroits, importance de la CAF, des Centres sociaux
    17. 17. A partir de 1982Préoccupations : Générales : échec des politiques sectorielles > partenariat, approche transversale Spécifiques : chômage et délinquance des jeunesOrganisations de jeunesse en perte de vitesse Recherche d’un second souffle : grands frères, associations de jeunes Multiplication des initiatives locales Perte d’influence des fédérations nationales d’éducation populaire
    18. 18. Etat Des politiques de jeunesse de + en + issues des politiques de la ville (DSQ, OPE, ZEP) Volonté de lutter contre le chômage des jeunes (Missions locales) et leur délinquance (CCPD)Communes Des politiques locales de jeunesse qui prennent de l’envergure dans les grandes villes Organisation du partenariat entre les différents acteurs (jeunesse/ville/insertion/délinquance) Réflexion plus systématique à partir des quartiers politiques de la ville
    19. 19. III. Les enjeux récents despolitiques nationales et locales de jeunesse
    20. 20. Evolution des domaines d’interventionLe socioculturel déjà largement organisé Un domaine systématisé progressivement à partir des années 1960 Une réponse souvent connexe à d’autres problèmes Le travail salarié des femmes > couvrir le temps libre des enfants et adolescents Assurer la paix sociale dans les quartiers urbanisés > « blousons noirs » Aujourd’hui, prise en charge organisée, même dans les petites communes
    21. 21. Que reste-il de la dimension sociale? A partir du début des années 80 :  des préoccupations sociales à l’égard des jeunes Chômage  Délinquance dans les banlieues Des réponses multiples : Missions locales, ZEP, politiques de la ville, opérations anti-été chaud, conseils communaux de prévention de la délinquance Approche globale, transversale, territoriale et collective A partir du milieu des années 90 :  d’influence de cette dimension Retrait progressif de l’Etat Individualisation du traitement des populations Mouvement de sanitarisation du social
    22. 22. 3 préoccupations L’appel à la participation Raisons : les jeunes votent peu et se défient de la classe politique se mobilisent dans le secteur associatif mais dans les associations locales à fonctionnement horizontal De ce fait, les municipalités multiplient les Conseils locaux de jeunes Limites Initiatives formelles Faible représentativité des jeunes concernés Budgets exsangues Thématiques de consultation étroites Statut généralement consultatif Faible prise en compte des recommandations des jeunes
    23. 23. La répression de la délinquance Un phénomène ancien mais qui prend de l’ampleur depuis une décennie Organisé par l’Etat Système de répression renforcé, surveillance plus organisée Programmes d’action des préfets en région Repris par les collectivités locales Institutionnalisé par le la loi de mars 2007 sur le traitement de la délinquance Cible prioritaire : les jeunes issus de l’immigration catégorisés de manière simpliste Résultat d’une double évolution L’individualisation des problèmes sociaux Une société vieillissante, encline à se protéger
    24. 24. La santé Un phénomène ré-émergent (préoccupations hygiénistes de la fin du 19è) Rappel : 85% des jeunes en bonne santé Jeunes : les cibles principales des politiques de prévention, notamment locales Des jeunes sur exposés aux risques? Des jeunes captifs des messages de prévention? Expériences multiples : maisons de l’adolescence, réseaux locaux de prévention et de promotion de la santé, PAEJ, prévention des conduites de consommation à risque… La jeunesse, part à la fois précieuse et dangereuse de la population, soumise à une injonction de préserver son « capital santé »
    25. 25. Evolution des échelons d’interventionDans un contexte général de perte de centralité del’Etat et de recherche de réduction des coûtsLa jeunesse : une des cibles légitimes de l’interventiondes collectivités localesLa jeunesse > raccourci avec le dynamisme des éluslocaux > outil de construction territorialeEvolution des modalités d’action publique > +d’administrations de mission Multiplication des politiques locales de jeunesse aux différents échelons de décision
    26. 26. Les communes et les départements : les anciensde la prise en charge Des évolutions favorables De nombreux services jeunesse permettant des actions intégrées Multiplication des délégations jeunesse depuis 95  de l’expertise à l’égard des questions de jeunesse Meilleur affichage et renforcement de l’action globale Travail en réseau toujours plus dense (s’appuyant partiellement sur l’INJEP) Une logique de territorialisation souvent très aboutie (quartiers, unités territoriales)
    27. 27. Des interrogations néanmoins Conséquences de la loi du 13/08/04 > transfert partiel ou total de domaines qui relevaient de l’Etat FAJ et FSL aux départements Apprentissage aux régions Missions locales et Civis, répartitions peu claires et concurrences entre acteurs Intéressant du point de vue de l’adaptation des dispositifs aux réalités territoriales Quid de l’importance accordée aux jeunes dans un contexte de forte pression financière (notamment pour les Conseils généraux)? Risque d’accroissement des inégalités de traitement d’un territoire à l’autre
    28. 28. Les « modernes » ou les politiques de jeunessesaisies par les territoires émergents Conseils régionaux Développement d’initiatives, notamment en direction de la participation des jeunes lycéens et apprentis Les pays Déploiement de politiques de promotion de la santé en direction des jeunes Les communautés de communes Accroissement des compétences, notamment en direction du transport, du logement et de la lutte contre la précarité
    29. 29. Des méthodes innovantes Renouvellement de l’appel à la participation en direction de nouveaux publics comme les apprentis Appui sur des instruments comme le diagnostics partagés dans le cas des pays ou le mainstreaming dans le cas de l’Agenda 21 de l’agglomération rennaiseDes politiques le + souvent contractuelles etterritorialisées avec un renforcement deslogiques multi-niveaux
    30. 30. IV. Enjeux des politiques de jeunesse au niveau européen
    31. 31. Historique de la mobilisation européenne enfaveur de la jeunesse Spécificités de la politique européenne de jeunesse : Primauté du Conseil de l’Europe sur l’Union européenne en matière de jeunesse pas une tentative d’harmonisation ou de coordination de politiques nationales existantes conçue comme une politique européenne en tant que telle jusqu’à la fin des années 80 > des institutions de représentation et de participation des jeunes émergence d’une sphère institutionnelle créant une communauté de politique publique européenne
    32. 32. Au sein de l’Union européenneAvec le Traité de Maastricht (1992), l’article 126introduit une compétence partagée et subsidiaire enmatière de jeunesse « la Communauté contribue au développement d’une éducation de qualité encourageant la coopération entre Etats membres et si nécessaire, en appuyant et en complétant leur action tout en respectant pleinement la responsabilité des Etats membres pour le contenu de l’enseignement et l’organisation du système éducatif, ainsi que leur diversité culturelle et linguistique » La Commission présente un programme JEUNESSE pour l’Europe III > un programme global ouvert aux enjeux des pays de l’Est
    33. 33. Volet éducation Socrates 1995 Volet formation professionnelle Leonardo 1994 Article 126 : codécisionet majorité qualifiée Article 127 : coopération Volet jeunesse Jeunesse pour l’Europe III 1995
    34. 34. 2001 : Un nouvel élan pour la jeunesse européenneLes défis : Le vieillissement de la population européenne L’allongement de la jeunesse La méfiance à l’égard des structures politiques Le sentiment d’éloignement des centres de décisionUne nouvelle ambition : Par la méthode de coordination ouverte, promotion de : La participation des jeunes L’information Le volontariat des jeunes Une meilleure connaissance du domaine de la jeunesse
    35. 35. Par le mainstreaming : Une meilleure prise en compte de la jeunesse dans les autres politiques publiques notamment dans Éducation, apprentissage tout au long de la vie, emploi, intégration sociale, Lutte contre le racisme et la xénophobie, Autonomie des jeunesInstrument : le programme JEUNESSE
    36. 36. Vers une politique de jeunesse « intégrée »« Après avoir développé une politique centrée sur les domainesde compétence des ministres de la jeunesse (le ‘youth work’,l’éducation informelle et non formelle, la citoyenneté active ...), lemoment est venu de développer des mécanismesinterministériels efficaces, afin de mettre en oeuvre une politiquede la jeunesse qui s’intéresse à tous les aspects essentiels du bien-être des jeunes : l’éducation, l’emploi, l’inclusion sociale, la santé,le logement, la lutte contre les discriminations, la culture, lacitoyenneté ... » (Mairesse, Forum 21, 2007, p. 47)
    37. 37. politique intégréede jeunessejeunesse éducation emploi santé autres secteurs Coopération et coordination sur les questions liées à la jeunesse: Structures interministérielles et projets, coordinateurs de jeunesse Plans jeunesse et initiatives politiques sur les questions de jeunesse Projets conjoints et activités avec d’autres secteurs Siurala, 2005, p. 12
    38. 38. Quelles tendances de la politique européenne de jeunesse? de la participation politique au marché Référentiel dit de « participation Référentiel dit de marché politique »Valeurs Citoyenneté politique Citoyenneté de marché Politique > mode d’insertion dans Insertion sociale se fait par la société l’économique (mobilité, employabilité) Réponse universelle à la ? Réponse individualisée aux pbs jeunesse > génération spécifiques des jeunesInstruments/ Participation institutionnelle Partenariats techniquesrecettes d’action (cogestion/consultation) Contractualisationpublique Soutien aux structures Soutien aux projets représentatives Actions ciblées sur catégories déterminéesSystème d’acteurs Système fermé : représentation Système multi-niveau politique Interactions fortes des sphères Séparation entre sphères européenne, nationales et régionales européenne et nationale
    39. 39. Conclusion générale :des jeunes français particulièrement pessimistesDes positionnements particulièrement préoccupants des jeunesfrançais à l’égard de la société et des institutions françaises Une population qui se sent exclue par les autres générations Une population qui doute de l’avenir qui lui est réservé par la société françaiseComment faire évoluer la prise en charge publique pour éviter cetype d’éloignement?Quand de multiples éléments relatifs à La société L’Etat-providence La prise en charge publique Les valeurs et les perceptions des jeunesConcourent à cette distance?
    40. 40. Votre vision du futur Je suis sûr d’avoir un bon Mon futur est prometteur travail à l’avenir (%) (%)Danemark 60 60USA 54 60Suède 49 43Chine 43 56Allemagne 36 34Espagne 32 36France 26 27Japon 5 9 Source : de Singly, 2007, p. 9.
    41. 41. Source: Galland, 2007, p.34
    42. 42. Etes-vous prêts à payer pour les personnes âgées de votre pays? France 11 Japon 15 Espagne 21 Pologne 24 Allemagne 25 Italie 25 Taïwan 27 Suède 27 Royaume-Uni 27 Etats-Unis 32 Finlande 34 Danemark 35 Estonie 36 Norvège 41 Inde 50 Russie 56 Chine 63 0 10 20 30 40 50 60 70 source : de Singly, 2007, p. 9

    ×