Pauline BeauvillierManon Bord                                       Synthèse de documents                        Evolution...
devient fondamental au niveau universitaire. Le développement des classes européennespar exemple prouve l’expansion et la ...
Ce graphique offre plusieurs données : le nombre d’apprenants du français (en pourcentage)et le pourcentage l’apprenant en...
Par ailleurs, la promotion du français dans le monde peut revêtir les formes les plus diverseset variées.La création des A...
Si le français ne peut se mesurer à l’anglais dans les domaines économiques et commerciaux,elle trouvera sûrement une plac...
l’extérieur — « la domination économique et           CE1. « Il y a une quinzaine d’années, il nepolitique du monde » par ...
susciter la constitution d’un Collectif              langue française par les Français eux-intersyndical pour le droit de ...
Annexe 2
Annexe 3
Annexe 4"Le français a toutes les ressourcesnécessaires pour se réinventer"Xavier North, délégué général à la langue franç...
langues sur la planète. Ce quil est important de    Québec, en communauté française de Belgiquenoter, cest que le français...
et radié de lAcadémie française], de Céline et      desmots comme arabesque, fresque, sonnet,de ses pamphlets. Ce qui a fa...
Comment la langue française va-t-elle                 de nos villes, dans les quartiers de nos grandesévoluer, selon vous ...
3. Un atout pour sa carrière professionnelleParler français et anglais, c’est un atout pour trouver un emploi auprès des n...
Bibliographie   Le Monde Diplomatique, mensuel, août 2010   La bataille des langues, manière de voir, n°97, février-mars 2...
Synthèse de documents: Evolution de la langue française dans le monde
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Synthèse de documents: Evolution de la langue française dans le monde

9 215 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
9 215
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
38
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Synthèse de documents: Evolution de la langue française dans le monde

  1. 1. Pauline BeauvillierManon Bord Synthèse de documents Evolution de la langue française dans le mondeQuand il s’agit de débattre sur le futur de la langue française dans l’Europe ou dans lemonde, on se retrouve confronté à deux « écoles » : les pessimistes et les optimistes.Les pessimistes sont ceux qui pensent que le français, dépassé par l’anglais est fortementmenacé de disparaître. Les optimistes, quant à eux, voient dans le français, LA langue del’avenir, la seule capable de rivaliser avec l’anglais.Nous sommes donc en mesure de nous demander quel destin l’avenir réserve t-il à la languefrançaise dans une société anglicisée.C’est à l’aide d’un corpus de cinq documents que nous allons tenter de répondre à cettequestion.Dans une première partie, nous verrons comment la langue française est en perte de vitessedans le monde, ce grâce aux documents en annexe 1 et 2.Puis nous serons forcé de constater que dans certains domaines, le français garde sonimportance ou continue d’évoluer dans le monde (annexes 3, 4 et 5)La langue anglaise prend le dessus sur le français. On observe une régression de l’utilisationde la langue française au niveau international et européen. Dans son article intitulé « Lesélites sacrifient la langue française » publié en 2010, par Gaston Pellet, grand défenseur dela langue française. Par ailleurs, il est l’administrateur du sitewww.defenselanguefrancaise.org, il est également membre du bureau du Collectif UnitaireRépublicain pour la Résistance, l’Initiative et l’Emancipation Linguistique (C.O.U.R.R.I.E.L).Son constat est clair, la langue française est en danger. Selon lui, le français serait en périldans différents domaines (formes aspects). Dans notre quotidien, nous sommes confrontés àune anglicisation des termes français que ce soit dans les publicités ou dans notrelangageparlé. Le danger dans ce cas, deviendrait (serait) la banalisation de ces termes quinous semblent familiers voir courants. De plus, l’anglais prend une place importante dansnotre éducation, il n’est plus facultatif mais bien obligatoire dans notre cursus scolaire puis
  2. 2. devient fondamental au niveau universitaire. Le développement des classes européennespar exemple prouve l’expansion et la nécessité de l’anglais comme langue decommunication internationale. En effet, l’anglais est présenté comme la langue unique pourcommuniquer au niveau international que ce soit dans le commerce, les échangeséconomiques et même la recherche. La langue anglaise est une langue de travail commune.Au sein même de l’Union Européenne, la langue française a des difficultés à maintenir sapopularité. Selon l’annexe 2, l’article intitulé « De l’usage du français dans l’UnionEuropéenne » rédigé par Marie Christine Simonet,journaliste free-lance à Bruxellesetspécialiste matières premières et fret, le français ne fait pas l’unanimité. En effet, onconstate que l’utilisation du français dans les organisations de l’Union Européenne a diminuédû à l’entrée de nouveaux pays. Cet élargissement a rendu difficile la communication entreles pays, l’anglais est devenu la langue commune pour débattre des différents sujets dansl’Union Européenne. L’usage de l’anglais s’est répandu au point de rédiger des documents ausein de l’Union Européenne en anglais par des agents francophones. Cela soulève unproblème d’éthique dans la communauté européenne, on observe une pénurie d’interprèteétant donnée la place prépondérante de l’anglais, les échanges lors des réunions se font enanglais. Par conséquent le français perd peu à peu de son importance sur la scèneinternationale et même au sein de l’Union Européenne.Certes, le français a parfois du mal à se frayer un chemin dans une société de plus en plusgouvernée par le monde anglophone et donc en proie à des anglicismes de plus en plusfréquents.Mais est-ce pour autant qu’elle est condamnée à devenir au même titre que le latin, lalangue de toute une aire géographique destinée à disparaître ? Nous avons de fortes raisonsd’en douter.Si la langue française a de plus en plus de mal à séduire les européens, elle connaitcependant une très forte expansion dans d’autres zones géographiques.Prenons en exemple le graphique présenté en annexe 3. Ce document est extrait d’undossier sur la francophonie d’un hors-série du quotidien Le Monde en partenariat avec LaVie, hebdomadaire chrétien d’actualités.
  3. 3. Ce graphique offre plusieurs données : le nombre d’apprenants du français (en pourcentage)et le pourcentage l’apprenant en tant que langue étrangère entre 2007 et 2010. Ces chiffressont d’autant plus pertinents qu’ils sont classés par zones géographique.On peut donc y lire une confirmation de l’évolution négative du nombre d’apprenants de lalangue française en Europe, ce chiffre ayant baissé de 7% pour les apprenants de la langueet de 17% d’étrangers apprenant le français, ce en l’espace de 3 ans.Cependant on peut se réjouir de l’évolution positive de la langue française sur le continentafricain. En effet, le nombre d’apprenants dans les régions d’Afrique subsaharienne et del’océan Indien aurait connu une progression de 31,5% et de 18,8% pour les apprenants dufrançais comme langue étrangère.L’Afrique du Nord et le Moyen-Orient connaissent eux aussi une évolution du nombred’apprenants du français, à savoir une augmentation de 16,6% d’apprenants et de 16,9%d’apprenants du français comme langue étrangère.Ce phénomène s’explique notamment par une hausse du taux d’alphabétisation dans lespays d’Afrique. Quant aux pays d’Asie, l’évolution de la langue française est explicable par lavolonté de trouver une alternative au modèle anglo-saxon.Ces données peuvent être appuyées par le document de l’annexe 4. Dans cet entretien parudans le quotidien Le Monde, Xavier North affirme que « daprès les projections, on comptera700 à 750 millions de francophones dans le monde en 2050, dont 500 millions en Afrique ».Selon lui, cela est effectivement expliqué par l’alphabétisation mais également la croissancedémographique de ces pays d’Afrique.Xavier North est depuis 2004 le délégué général à la langue française et aux langues deFrance au sein du Ministère de la Culture et de la Communication. Dans cet entretien, ilévoque l’avenir de la langue française et assure que la France ne pâtit pas complètement dela popularité de la langue anglaise. Il explique que l’on a souvent emprunté des mots del’anglais et que notre langue ne disparait pas pour autant, il illustre cette idée en évoquantProust et les mots anglais qu’il utilisait dans « A la recherche du temps perdu », ces motsparaitraient aujourd’hui désuets dans notre langue. Il tente par ailleurs de prouver que lefrançais est une langue suffisamment riche pour trouver de nouveaux instruments afin decontinuer son évolution. Xavier North évoque notamment les populations qui ont choisi lalangue française pour tout ce qu’elle représente, et non pas seulement comme une languede communication.
  4. 4. Par ailleurs, la promotion du français dans le monde peut revêtir les formes les plus diverseset variées.La création des Alliances françaises et autres centres culturels français implantéspartout dans le monde ont pour but de promouvoir la langue française et de répandre laculture française à l’étranger. Tous les moyens sont mis en action pour séduire le plusd’étrangers ou de francophones possible.Le document de l’annexe 5 en est un exemple. Il s’agit de «7 bonnes raisons pour les parentsd’élèves et les directeurs d’écoles de faire le choix du français » apparaissant sous formed’affiches ou de dépliants diffusés par le Ministère des Affaires étrangère et européennesdans les Alliances Françaises et les centres culturels français du monde entier. Ces courtesphrases sont destinées à attirer des profanes de la langue française afin qu’ils deviennent denouveaux apprenants. Cette campagne met l’accent sur la culture française sous toutes sesformes. On fait appel à des lieux communs sur la culture française tels que les chansonsd’Edith Piaf connues dans le monde entier, ou encore sur la cuisine ou la littérature. Onincite également à venir faire du tourisme en France ou à étudier dans les grandesinstitutions françaises telles que la Sorbonne ou HEC.Le but n’est pas de faire connaître la France mais plutôt de propager la culture française àl’étranger sur un arrière-plan d’ordre économique (comme relancer le tourisme afin que laFrance garde son rang de pays le plus visité au monde.Lorsque l’on évoque les organisations internationales promouvant le français, il estinévitable de parler de l’Organisation Internationale de la FrancophonieOutre la promotion de l’usage de la langue française, cette organisation regroupant 75 Etatsa un réel pouvoir politique décisionnel dans de multiples domaines. L’idée n’est pasuniquement d’étendre l’usage du français dans le monde, mais plutôt d’instaurer la paix, ladémocratie et de défendre les droits de l’Homme, en quelques sortes, revenir auxfondamentaux de la Déclarations des droits de l’Homme. Comme il y a, selon X. North, plusieurs « anglais » (l’anglais de la communicationinternationale ou l’anglais de la recherche…) on peut maintenant affirmer qu’il y a bienplusieurs langues françaises et qu’elles ne connaissent pas la même évolution.On peut penser que la culture française, qui s’est façonnée à travers les siècles et qui a eu unjour, une influence internationale (à partir de l’époque des Lumières), continuera de séduirede plus en plus de populations.
  5. 5. Si le français ne peut se mesurer à l’anglais dans les domaines économiques et commerciaux,elle trouvera sûrement une place importante dans la culture.Annexe 1Les élites sacrifient la langue françaiseL’utilisation de l’anglais se banalise en France et dans de nombreux pays. Ce phénomèneancien est aujourd’hui porté par la mondialisation de l’économie, dont l’anglo-américain est lalangue véhiculaire. Si la classe dirigeante semble l’encourager, des résistances s’organisent.Par Gaston Pellet, décembre 2010Depuis qu’existent les relations entre peuples, visible pour qu’on s’interroge. Le problème neles penseurs, gens de lettres et savants se sont semble pourtant pas embarrasser l’Académieheurtés au problème de la langue. En Europe, française. Son site prétend qu’« il est excessifpour surmonter la difficulté, ils avaient adopté de parler d’une invasion de la languele latin. Langue ancienne complexe, elle française par les mots anglais ». Pour lesprésentait l’avantage d’exprimer toute la Immortels, « les emprunts à l’anglais sont unfinesse d’une pensée, mais le grand phénomène ancien », connu avant même leinconvénient d’être réservée à l’élite. Le XVIIIe siècle ; il y aurait même lieu de s’enfrançais, d’abord utilisé comme langue de féliciter puisque « certains [d’entre eux]prestige par l’aristocratie européenne, s’imposa contribuent à la vie de la langue ». Leurau XIXe siècle comme une langue coloniale, fréquence s’accélérerait cependant depuis uneau détriment des langues et idiomes locaux, cinquantaine d’années, reconnaît l’Académie.dont beaucoup ont disparu ou sont en voie dedisparition. Dans son Dictionnaire amoureux des langues (Plon, 2009), le linguiste Claude HagègePar un curieux retour des choses, la langue consacre un chapitre aux langues en danger,française serait-elle en passe de subir le même dans lequel il inclut le français. Le professeursort ? Son envahissement par ce qu’on appelle honoraire au Collège de France décèle deuxdésormais le « tout-anglais » est suffisamment menaces essentielles. L’une proviendrait de
  6. 6. l’extérieur — « la domination économique et CE1. « Il y a une quinzaine d’années, il nepolitique du monde » par les Etats-Unis — et s’agissait que d’une initiation que nousl’autre, interne, serait le fait des « élites » non découvrions en CM1 et CM2... »,raconte unconscientes, des intellectuels et des marchands. enseignant, ajoutant que, parallèlement, « lesIl dénonce « la substitution pure et simple rapports révèlent que nos élèves sont mauvaisd’une langue par une autre ». en français, mais que rien n’est fait pour relever le niveau ».Le gouvernementLes atteintes au français se multiplient projetterait même de faire dispenser certainesjusqu’au sommet de l’Etat. Ministre de disciplines directement en anglais au lycée —l’économie, Mme Christine Lagarde reçut ainsi comme c’est déjà le cas à l’université et dansle prix de la Carpette anglaise en 2007 pour la plupart des écoles de commerce réfractairesavoir communiqué en anglais avec ses services aux exigences de la loi Toubon de 1994. Le(elle s’est aussi vu attribuer le sobriquet de président de la Conférence des grandes écoles,« Christine The Guard »). Mme Valérie le directeur général de l’Ecole supérieure desPécresse, ministre de l’enseignement supérieur sciences économiques et commercialeset de la recherche, fut, quant à elle, primée en (Essec), des directeurs d’écoles d’ingénieurs,2008 pour avoir déclaré que le français était des présidents d’université se relaient pour« une langue en déclin » et qu’il fallait briser le réclamer un « aménagement » de la loi.tabou de l’anglais dans les institutionseuropéennes ainsi que dans les universités de Le tout nouveau Sciences Po de Reims délivrel’Hexagone. désormais la totalité de son enseignement en anglais. Tel organisme s’affiche comme « TheLa presse n’est pas en reste. Ainsi Christophe French Institute of International Relations »,Barbier, directeur de rédaction de tel autre se baptise « Paris School ofl’hebdomadaire L’Express, a-t-il déclaré, le Economics ». Dans l’actualité de13 juin 2008, que l’Europe dispose d’« un outil l’enseignement en histoire économique, onde communication commun (…), l’anglais. On trouve par exemple ce message adressé à unepourrait d’ailleurs l’utiliser pour faciliter tout universitaire de Paris-VII : « Chers Collègues,ça en mettant dans sa poche, avec le mouchoir nous sommes en train de finir de déposer lapar-dessus, une fierté un peu dépassée ». Ce Full Proposal de notre demande de création detype d’argument pénètre, à leur insu, ceux qui réseau COST Europeanmonetary unification,effectuent un distinguo pertinent entre l’anglais fromAntiquity to modern times (EMU) »... Onet le « globish ». Ce sabir anglo-américain, très portraiture les défenseurs du français enutile pour les échanges, serait inoffensif dès victimes du syndrome de Fachoda, mais, à lalors que nous n’avons pas affaire à une lecture de ces lignes, de quel côté se trouve lavéritable langue, mais à un simple code de caricature ?communication. Cependant, ce choix, loind’être naturel, est culturel, et nous Les chercheurs sont, quant à eux, sommés decommençons à utiliser l’anglais — et non plus publier en anglais s’ils veulent avoir quelqueseulement le globish — pour communiquer chance d’être lus. En outre, appuyé par le(mal en général) en tant que Français avec des patronat européen, le protocole de Londresnon-anglophones… La langue française risque d’octobre 2000 fait de l’anglais la languede devenir secondaire en France même. internationale de travail et d’échange au seinFiction ? « Comme on est tous bilingues, ce de l’Office européen des brevets.n’est pas la peine de traduire ! », s’estexclamée joyeusement la journaliste de France L’anglais envahit aussi la vie quotidienne. LesInfo le 31 janvier dernier, après plusieurs grandes surfaces l’affichent. Carrefour s’estphrases en anglais du président d’un géant subdivisé en Carrefour Market, City,américain de l’informatique… Discount ; une filiale d’Auchan est devenue SimplyMarket. Dans l’industrie, Renault PoidsCes phénomènes, qu’on pourrait croire isolés, lourds a cédé devant Renault Trucks, la filialeaccompagnent des attaques concrètes contre la de distribution s’intitule Renault Retail Group,langue française. L’enseignement de l’anglais les « briefings » internes se tiennent en english.est ainsi préconisé depuis la grande section de Les petites et moyennes entreprisesla maternelle et il est obligatoire depuis le n’échappent pas au mouvement, au point de
  7. 7. susciter la constitution d’un Collectif langue française par les Français eux-intersyndical pour le droit de travailler en mêmes ?… » A quoi l’un de ses collèguesfrançais en France. Dans le petit commerce, les répond : « Non, les Français ne sabordent pasenseignes affichent Cash Converters, City la langue française : ce sont les Européens quiPlantes, Urban Souvenirs et autres New Shop. se sabordent en sacrifiant tout (langue, argent,A voir la profusion des magasins en -land, zones d’influence) au profit des Américains. »City- et -center, on saisit vite que l’imagination Ces évolutions se produisent alors que len’y gagne pas toujours. Les services publics — douteux débat sur l’identité nationale aou ce qu’il en reste — sont-ils préservés ? La confirmé que, pour beaucoup de Français,Poste affirme : « I Love L.A. » pour l’élément déterminant de celle-ci n’est autrepromouvoir son Livret A, la SNCF propose ses que leur langue.billets « TGV-Family », France Télécominvente le « Time to move ». Nos enfants, qui Le parti pris de l’anglais est directement lié àne savent plus qu’electronic ou optical n’est la quête des affaires. En effet, les chevaliers depas français, ne sont pas oubliés : le « drive » l’industrie et du commerce international ontles conduit à l’aire de jeux et bientôt au besoin d’une langue de communication qui« gamespace ». facilite les échanges. Ils adoptent logiquement celle que leur impose l’impérialisme dans leL’Union européenne chapeaute le mouvement. contexte de la mondialisation capitaliste.Parmi les vingt-trois langues officielles, le L’Europe de la « concurrence libre et nonfrançais, l’anglais et l’allemand sont reconnus faussée » construit méthodiquement l’outil ducomme langues de travail (règlement du tout-libéralisme afin de parvenir au6 octobre 1958). On observe toutefois, depuis dépassement des nations dont la langue est leune douzaine d’années, une régression de symbole. On notera, à ce propos, les attaquesl’emploi du français et de l’allemand. Eurostat, gouvernementales contre tout ce qui neservice des statistiques de la Commission concourt pas à la formation du profit et esteuropéenne, diffuse ainsi, depuis avril 2008, sa donc considéré essentiellement comme unepublication Statistiques en bref uniquement en charge : les centres culturels à l’étranger,anglais. Comme le remarque George Parker, l’étude des langues orientales, des languesdu Financial Times, « on a de plus en plus anciennes, etc.l’impression de vivre, à Bruxelles, dans undominion de la Couronne ». Une conférence Les catégories populaires et les personnesintitulée « Adequate information management âgées comptent parmi les premières victimesin Europe : The EU and the challenge of de cette politique. Les voici tenues de s’adaptercommunication » « présente la particularité dans leur vie de tous les jours, sans avoird’être monolingue. Anglophone, devrais-je forcément les moyens de suivre ni d’assimilerdire… (…) Il va sans dire que personne n’est les déformations de la langue, qui leur devientchoqué au sein de la Commission par cet peu à peu étrangère. Enracinées dans le mondeunilinguisme arrogant ». du travail, des forces nouvelles se mobilisent et la résistance linguistique, associée à laComme beaucoup de personnalités résistance sociale, prend forme. Au-delà deeuropéennes, Mme Anna Maria Campogrande, l’enjeu national, c’est l’ensemble des languesprésidente d’Athéna et fonctionnaire à la de la planète, y compris l’anglais lui-même,Commission européenne, s’interroge : « Qui qui se voient dépouillées au profit de cetpeut faire quelque chose contre cet idiome bâtard qu’est l’anglo-américain.incompréhensible et avilissant sabordage de la
  8. 8. Annexe 2
  9. 9. Annexe 3
  10. 10. Annexe 4"Le français a toutes les ressourcesnécessaires pour se réinventer"Xavier North, délégué général à la langue française et aux langues de FranceA loccasion de la Semaine internationale de la languefrançaise et de la francophonie, Xavier North, agrégé,normalien et délégué général à la langue française et auxlangues de France, se félicite de la progression du français àtravers le monde. Et réfute, au passage, lidée selon laquelle lalangue de Molière, trop figée, courrait un danger face àlanglais.Comment le français se situe-t-il par [estimé par lOrganisation internationale de larapport à dautres langues internationales ? francophonie à environ 220 millions en 2010], il figure, selon les classements en vigueur,Le français a le privilège, avec langlais, dans un peloton dune douzaine de langues.lespagnol et le portugais, dêtre lune des Cest loin dêtre négligeable, dautant que lagrandes langues de diffusion internationale. Du France ne représente que 1 % de la populationpoint de vue du nombre de ses locuteurs mondiale et quil existe quelque 6 000-6 500
  11. 11. langues sur la planète. Ce quil est important de Québec, en communauté française de Belgiquenoter, cest que le français a connu une et en Suisse –, le français est perçu comme unévolution très importante de son statut. outil de développement, daccès au savoir ; unPendant longtemps, deux ou trois siècles, il a outil qui permet dassurer la promotioneu une prétention à luniversalité. Aujourdhui, personnelle via lascension professionnelle. Leil se veut plutôt une langue dinfluence français apparaît aussi comme une langue demondiale, ce qui nest pas la même chose. Bien liberté. En témoigne limage qui est la siennesûr, ce changement de statut est souvent dans les pays du Maghreb. En dehors deinterprété comme un recul, voire un déclin. lespace francophone, je crois quil sagit plutôtMais cette image est fausse car le français, de la recherche dun modèle alternatif, commesous leffet conjugué de lalphabétisation et de je le suggérais précédemment.lexpansion démographique, est une langue qui,en chiffres absolus, continue de progresser. Quelle est justement limage globale duCest notamment le cas en Afrique [daprès les français ?projections, on comptera 700 à 750 millions defrancophones dans le monde en 2050, dont 500 Tout a été dit – et son contraire – sur lemillions en Afrique]. français. Certains ont soutenu que cétait une langue qui se distinguait par son élégance ou saY a-t-il des aires culturelles où le français a clarté [dAlembert, Rivarol]. Dautres en ontparticulièrement progressé ? fait la critique [Fénelon, La Bruyère, Lamartine]. Ce sont là des jugements qui sontSi lon observe ce qui se passe au-delà du nécessairement subjectifs. Ce que lon peut direpérimètre traditionnel de la francophonie, on objectivement, cest que la langue française estconstate que le français progresse dans des une langue qui, assez tôt dans son histoire, àespaces où lon ne sattendrait pas à ce que ce partir du XVIe siècle, a été codifiée, dans lesoit le cas. Je pense en particulier à lAfrique sens où elle a pu sadosser à des dictionnaires.anglophone, et notamment à lAfrique du Sud, Cest lune des raisons pour lesquellesoù lapprentissage et le développement du lAcadémie française a été créée (voir encadré)français sinscrivent dans une politique de bon ; Académie qui, dailleurs, nest pas la premièrevoisinage : le pays cherche à se désenclaver et en Europe, puisque lAccademiadellaCrusca aà travailler en relation plus étroite avec été créée à Florence en 1583.lAfrique francophone. Mais le français sestégalement fortement développé ces dernières Claude Hagège, professeur au Collège deannées sur le pourtour asiatique, ainsi que dans France, rappelle que le français étaitles pays du Golfe. Dans ce dernier cas, cela naguère investi dune "mission civilisatrice".sexplique par la volonté de sadosser à un Quen est-il aujourdhui ?modèle alternatif au modèle anglo-saxondominant. Le meilleur exemple est sans doute Lexpression de "mission civilisatrice" estcelui dAbou Dhabi. Ce nest pas un hasard si profondément entachée par la périodeune antenne de la Sorbonne sy est implantée coloniale. Personne ne dirait donc aujourdhuien 2006 et si un accord intergouvernemental a que le français a une mission civilisatrice. Pourété signé en mars 2007 pour développer le ma part, je suis extrêmement sceptique àLouvre Abou Dhabi [ce musée doit légard des discours selon lesquels le françaisthéoriquement ouvrir ses portes à lhorizon serait porteur de valeurs. Aucune langue ne2013]. Cest assurément le signe dune porte des valeurs, on lui attache des valeurs. Lefrancophilie ou, en tout cas, dun intérêt pour la français est ainsi la langue de la DéclarationFrance. des droits de lhomme, de Voltaire, de Rousseau, de Victor Hugo, mais cest aussi laComment expliquer cet engouement pour le langue de Robert Brasillach[écrivain engagéfrançais ? au côté de lAllemagne nazie, il fut condamné à mort et fusillé à la Libération] et de CharlesDans laire de la Francophonie du Sud – la Maurras[homme politique et écrivain, sonnuance est importante parce que les soutien au régime de Vichy lui valut dêtreproblématiques sont évidemment différentes au condamné en 1945 à la détention perpétuelle
  12. 12. et radié de lAcadémie française], de Céline et desmots comme arabesque, fresque, sonnet,de ses pamphlets. Ce qui a fait le rayonnement entre autres]. La nouveauté, cest que lede la langue française, cest lensemble des français, dans la langue courante, a plusœuvres qui se sont construites en elle : des emprunté à langlais au cours de ces dix ouœuvres littéraires et philosophiques, des quinze dernières années quil ne lavait fait auœuvres de pensée, mais aussi les travaux de cours du demi-siècle, voire du siècle écoulé.nos moralistes et les grands discours politiques Ce qui est également remarquable, cest quecomme ceux de Montesquieu. Pensons aussi ces emprunts sont quasi exclusifs. En effet,aux grands orateurs de la Révolution française, hormis langlais, le français nemprunte queà Lamartine au milieu du XIXe siècle, à Victor très peu aux autres langues, si ce nest peut-êtreHugo, dont laura peut se fairesentir encore à larabe compte tenu des flux migratoires etaujourdhui, notamment en Amérique latine. des échanges entre les deux rives de laAu Venezuela, le président Hugo Chavez a Méditerranée. Mais une langue étant unainsi fait traduire et distribuerLes Misérables organisme vivant, rien ne dit quun granddans les écoles. Grâce à ce corpus dœuvres, on nombre de mots anglais que nous utilisonsa fini par attacher à la langue des valeurs aujourdhui continueront à lêtre dans dix,démancipation, de liberté. Cest la raison pour vingt, trente ou cinquante ans. Prenonslaquelle il est souvent dit que le français est la lexemple de Proust : dans A la recherche dulangue des Lumières ou la langue des droits de temps perdu, il utilisait des termes anglais quilhomme. nous paraîtraient aujourdhui totalement surannés.A vos yeux, le français joue-t-il un rôlecrucial dans la construction de lidentité Pourquoi emprunte-t-on de manière sinationale ? massive à langlais ?Je parlerais didentité culturelle plutôt que Cela est dû à la formidable pression quexercedidentité nationale. En effet, il ne faut pas cette langue, qui a prospéré dans desoublier que le français nest pas seulement la proportions beaucoup plus importantes que lelangue des Français, mais aussi celle du français. Pour preuve, il y a aujourdhui cinqQuébec, de la communauté française de fois plus de locuteurs danglais en Chine – etBelgique et de populations qui ne se jentends par là des personnes ayant unereconnaissent pas nécessairement dans une maîtrise au moins partielle de la langue – quilidentité française ; des populations qui se sont y a dhabitants en Grande-Bretagne ! Langlaisapproprié la langue et qui voient en elle un sest imposé comme une langue globale, uneinstrument de liberté et, particulièrement dans langue de communication internationale pourles pays du Sud, de développement. Ce quil toute une série déchanges. Cest ce que lonfaut bien comprendre, cest quune langue nest appelle assez volontiers le "globish", mais quipas quun outil de communication, cest aussi est en grande partie une fiction parce queune manière dexprimer un rapport collectif langlais daéroport na rien de commun avecavec le monde. La Semaine de la langue langlais de la recherche scientifique ou celuifrançaise a dailleurs justement pour thème des entreprises.cette année le lien de solidarité quinstaure unelangue partagée. Cette tendance récurrente à emprunter à langlais ne reflète-t-elle pas une certaineDu fait du nombre croissant demprunts à rigidité de la langue française et de sonlanglais, certains linguistes affirment que la vocabulaire ?langue française est en danger. Partagez-vous ce constat ? Ce nest pas notre vocabulaire qui est en cause, cest notre place économique, notre capacitéJe ne pense pas que la langue française se dinnovation. La langue est portée par destrouve en danger, car elle na pas cessé réalités économiques, des faits très objectifs :demprunter aux diverses langues du monde, la puissance économique, commerciale, etcomme au XVIe siècle avec litalien même, le cas échéant, militaire.[notamment dans le domaine des arts, avec
  13. 13. Comment la langue française va-t-elle de nos villes, dans les quartiers de nos grandesévoluer, selon vous ? agglomérations ou dans les commissions de terminologie. Cest une langue en constanteJai tout à fait confiance dans la capacité du évolution. Il ny a quà voir le nombre defrançais à exprimer les réalités du monde termes ou de mots nouveaux qui font leurcontemporain et celles du monde à venir. Je entrée chaque année dans les dictionnairescrois quil possède en lui toutes les ressources pour sen convaincre...nécessaires pour se réinventer, sur les trottoirsAnnexe 5 7 bonnes raisons pour les parents d’élèves et les directeurs d’écoles de fairele choix du français1. Apprendre une seule langue ne suffit pasDans le monde d’aujourd’hui, parler une seule langue étrangère ne suffit pas. Un élève quiparle plusieurs languesmultipliera ses chances sur le marché de l’emploi dans son proprepays et au niveau international. Apprendre uneautre langue, c’est acquérir une richessesupplémentaire et s’ouvrir d’autres horizons, personnels et professionnels.2. Le français est, avec l’anglais, la seule langue parlée sur les 5 continentsPlus de 200 millions de personnes parlent français sur les 5 continents. Le français est unegrande langue decommunication internationale. C’est la langue étrangère la plus largementapprise après l’anglais et la neuvièmelangue la plus parlée dans le monde. Le français estaussi la deuxième langue étrangère la plus enseignée aumonde après l’anglais, et sur tous lescontinents. La Francophonie regroupe 68 États et gouvernements. La France dispose enfindu plus grand réseau d’établissements culturels à l’étranger où sont dispensés des cours defrançaisà plus de 750 000 personnes.
  14. 14. 3. Un atout pour sa carrière professionnelleParler français et anglais, c’est un atout pour trouver un emploi auprès des nombreusesmultinationales françaises etfrancophones dans des secteurs d’activités variés (distribution,automobile, luxe, aéronautique...). La France, cinquième puissance commerciale, attire desentrepreneurs, des chercheurs et les meilleurs étudiants étrangers.4. La découverte d’un univers culturel incomparableLe français est souvent considéré comme la langue de la culture. Tout cours de françaiss’accompagne d’un voyage culturel dans le monde de la mode, de la gastronomie, des arts,de l’architecture et de la science. Apprendre le français, c’est aussi avoir accès en versionoriginale aux textes des grands écrivains français comme Victor Hugo ou Marcel Proust et depoètes illustres comme Charles Baudelaire ou Jacques Prévert. C’est pourvoir aussi écouterdes acteurs comme Alain Delon ou Juliette Binoche... c’est enfin avoir le plaisir decomprendre et de chanter les chansons d’Édith Piaf ou de Charles Aznavour.5. Un avantage pour étudier en FranceParler français permet de poursuivre des études en France dans des universités réputées (LaSorbonne, l’UniversitéPierre et Marie Curie...) ou dans les grandes écoles (HEC,Polytechnique, ESSEC), souvent à des conditionsfinancières très avantageuses. Les élèvesmaîtrisant le français peuvent également sous certaines conditionsbénéficier de bourses dugouvernement français pour suivre un troisième cycle d’études en France dans touteslesdisciplines et obtenir un diplôme internationalement reconnu.6. Visiter Paris et la FranceLa France est le pays le plus visité au monde avec plus de 70 millions de visiteurs par an.Avec des notions defrançais, il est tellement plus agréable de visiter Paris et toutes lesrégions de France (de la douceur de la Côte d’Azuraux sommets enneigés des Alpes enpassant les côtes sauvages de la Bretagne) mais aussi de comprendre laculture, lesmentalités et l’art de vivre à la française. Le français est tout aussi utile lorsqu’on visitel’Afrique, la Suisse,le Canada, Monaco, les Seychelles...7. La langue des relations internationalesLe français est à la fois langue de travail et une des deux langues officielles à l’ONU, àl’UNESCO, à l’OTAN, dans l’Union européenne, au Comité International Olympique, à la CroixRouge Internationale. Le français est la langue deplusieurs instances juridiquesinternationales. La maîtrise du français est indispensable pour toute personne quienvisageune carrière dans les organisations internationales.
  15. 15. Bibliographie Le Monde Diplomatique, mensuel, août 2010 La bataille des langues, manière de voir, n°97, février-mars 2008 La langue française dans le monde en 2010, Nathan, 2010 Yves Montenay, La langue française face à la mondialisation, Les Belles Lettres, 2005. L’atlas des minorités, Hors-série Le Monde/La Vie, 2011Sources Internet Défense de la langue française :http://www.defenselanguefrancaise.org/ Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), site officiel : http://www.francophonie.org/ France diplomatie, ministère des affaires étrangère et européennes : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/francophonie-langue- francaise_1040/index.html Journal Le Monde, http://www.lemonde.fr/ Blog, le français en partage, http://lefrancaisenpartage.over-blog.com/ Alliance Française de Paris, http://www.alliancefr.org/

×