L’actualité	  High-­‐Tech	  de	  la	  semaine	  :	  un	  dîner	  pas	  con	  du	  tout,	  Techcrunch	  et	  Livefyre,	  Ne...
Lundi : Tout sauf un dîner de consDans un monde où la concurrence fait rage, dans un monde du web où lamonétisation se fai...
Mardi : Techcrunch revoit son site web, acte 1Techcrunch, comme beaucoup de plateformes de blogging, avait cédé auxsirènes...
Mercredi : Netflix et Youtube sassocient dans le deuxièmeécran                               On savait que le "second écra...
Jeudi : Twitter lance Vine, une nouvelle application de videoJe vous ai parlé de Streamweaver dans cette rubrique, où il s...
Vendredi : Watsi, la première startup à but non lucratif deYCombinatorIl faut toujours finir sur une note positive, et je ...
Voilà, c’est fini, à la semaine prochaine pour de nouvellesactualités et aventures !
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L’actualité High-Tech de la semaine : un dîner pas con du tout, Techcrunch et Livefyre, Netflix+Youtube=DIAL, Vine et Twitter, YCombinator et Watsi

363 vues

Publié le

Le Journal de la Silicon Valley
http://blogs.lexpress.fr/silicon-valley/

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
363
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L’actualité High-Tech de la semaine : un dîner pas con du tout, Techcrunch et Livefyre, Netflix+Youtube=DIAL, Vine et Twitter, YCombinator et Watsi

  1. 1. L’actualité  High-­‐Tech  de  la  semaine  :  un  dîner  pas  con  du  tout,  Techcrunch  et  Livefyre,  Netflix+Youtube=DIAL,  Vine  et  Twitter,  YCombinator  et  Watsi  LE 27 JANVIER 2013La rubrique organique pour vous donner la température de laSilicon Valley (garantie 100% non sous-traitée) et l’occasion detémoigner sur des tendances… à moins que ce soit juste du buzz: à vous de juger !
  2. 2. Lundi : Tout sauf un dîner de consDans un monde où la concurrence fait rage, dans un monde du web où lamonétisation se fait rare et où laudience dirige tout, rien de mieux quunpetit gueuleton entre bons amis pour se réconcilier, se donner des petitscoups de main sur des idées ou du business, ou des bons tuyaux pour despetits placements en bon père de famille (il suffit de consulter les levées defonds initiales des startups qui font de la Silicon Valley un paradis pourjeunes nouveaux riches pour comprendre comment ça marche). Il est trèsrare que je reprenne des articles vus ça et là sur Business Insider (çaressemble un peu trop pour moi à du Paris Match du web), mais cettephoto était trop belle pour que je lignore. Marissa Mayer (Patronne deYahoo!), Dave Morin (CEO de Path et investisseur dans des startups),Drew Houston (CEO de Dropbox), Dick Costolo (CEO de Twitter), JeremyStoppelman (CEO de Yelp), Johnny Ive (SVP chez Apple), Mike Cassidy(Directeur chez Google sur des projets tels que les lunettes ou le véhiculeautonome)... Mais où est donc Facebook ?! Nothing more to report.
  3. 3. Mardi : Techcrunch revoit son site web, acte 1Techcrunch, comme beaucoup de plateformes de blogging, avait cédé auxsirènes de Facebook pour insérer des commentaires sur ses posts avec lapromesse de leffet "kisscool" : une plus grande facilité pour saisir descommentaires, à savoir moins de frictions pour senregistrer, et puis,dailleurs, qui na pas de compte Facebook aujourdhui, donc lassurance decombattre lun des nerfs de la guerre sociale : lengagement. Clairement, ilest vrai que cest très simple de poster des commentaires sur ce type deblogs, les diffuser automatiquement sur Facebook et donc très commodeauprès de lintelligentsia tech pour mettre en copie des personnes quipeuvent favoriser le buzz autour de votre prose. Ceci étant, cestmalheureusement aussi lassurance de récupérer du spam, ou mieuxencore, de lattaque en règle sur votre produit bien loin des règles depolitesse dusage... qui nexiste plus depuis bien longtemps dailleurs surInternet! Techcrunch, qui a décidé daméliorer un certain nombre dechoses sur son site web (cest quand même le site numéro 1 danslécosystème des startups, standing oblige), a donc choisi lastartup Livefyre pour assurer la gestion des commentaires, startup située àquelques blocs dans San Francisco. Un bon petit coup de pouce, et un boncoup de pub ! A vous de tester...Techcrunch sur Twitter : @Techcrunch
  4. 4. Mercredi : Netflix et Youtube sassocient dans le deuxièmeécran On savait que le "second écran" était unegrande tendance du moment, mais de là à imaginer que Google via sesequipes de Youtube et Netflix travailleraient ensemble sur un nouveauprotocole... Le second écran, cest lintégration dune tablette, dunsmartphone en interaction lors du visionnage dun programme sur satélévision. Ca veut dire jouer, communiquer et échanger lorsque lonregarde une émission, un match de sport, un film... La télévision ayant dumal à se renouveler du fait de ses sources de financement, de lamultiplication des canaux de diffusion, dInternet qui prend de plus en plusde place, il a donc fallu intégrer un nouvel acteur pour entrer dans la scène.Lidée du protocole imaginé par Youtube et Netflix, lun des principauxacteurs de la diffusion de films sur Internet aux États-Unis, est daider lesdéveloppeurs travaillant sur des applications de second écran à se lancersur des télévisions et autres produits connectés. Sony, Samsung, Hulu et laBBC entre autres ont déjà rejoint le projet. Les chaînes de télévisionfrançaise, à notre connaissance, et ce malgré de fréquents trajets dans laSilicon Valley, ne sont pas dans la liste. Pourquoi cette alliance ? "Nousvoulons faire avancer cette industrie" ont ils déclaré après avoir été plutôtdiscrets jusquà présent. Lunion fait la force en quelque sorte : peu detemps après que Netflix ait appris que Youtube travaillait sur le sujet, ladécision était prise de joindre les efforts. "Discovery and launch" : ceprotocole devrait servir à faciliter la connexion à la télévision depuis lesmartphone par exemple, et également la découverte sur les différentsprogrammes disponibles (ce qui va aider sérieusement les développeursgrâce à ce nouveau standard)... En clair, lidée est de concurrencer Airplay,et donc Apple et proposer une offre plus complète favorisant lécosystèmede développements autour de leurs plateformes.Article sur GigaOm pour en savoir plus : "The story behind Dial..."Le site de Dial : DIscovery And Launch
  5. 5. Jeudi : Twitter lance Vine, une nouvelle application de videoJe vous ai parlé de Streamweaver dans cette rubrique, où il sagissaitdenregistrer des vidéos sous différents angles : et voilà que Twitter sy metaussi... via une startup rachetée lannée dernière, Vine. Comme quoi, et jene cesserai de le répéter ici et ailleurs, la Silicon Valley est définitivementun endroit où les projets sinspirent les uns des autres, comme partoutailleurs, en France ou en Allemagne. La manipulation est assez tactile, pourun résultat que je trouve au final beaucoup moins intéressant que leproduit développé par Lightt par exemple... dautant que cela ne se partagepas encore sur les réseaux sociaux... Malgré leur relative expériencedInternet , que ce soit en marketing comme (et surtout en éxécution), riennest fait quand il sagit pour une société comme Twitter de sortir de sondomaine de compétence, et racheter une société nest pas toujours lasolution. Dautant plus que Facebook a rapidement retiré la possibilité derechercher ses amis sur leur plateforme pour empêcher de favoriser leffetviral : pas folle la guêpe, pas deffet daccélération daudience à espérer dece coté... Même le contenu pornographique semble avoir décidé de venirleur casser la modération ces derniers jours. Dure la vie de startup !Le blog de Vine : Vine.co
  6. 6. Vendredi : Watsi, la première startup à but non lucratif deYCombinatorIl faut toujours finir sur une note positive, et je suis heureux de parler de lapremière startup à but non lucratif financée par YCombinator, lincubateurde Paul Graham qui fait souvent lactualité dans la Silicon Valley, par sonoriginalité, son coté précurseur, sa personnalité... même si ça me faitbizarre de parler de financer du "non-profit" dans un écosystème où lemodèle économique est déjà une grande enigme, alors le non lucratif...Mais soyons positif et parlons de Watsi, dont lobjet est de permettre à desdonateurs de financer des traitements médicaux pour ceux qui nen ont pasles moyens. Il sagit là daider les pays en développement à sattaquer à lafracture médicale, en clair la grande difficulté de permettre à despopulations au Malawi, en Éthiopie ou au Kenya de se soigner avec destraitements quels quils soient, même au moindre coût... Point important :100% de la donation sert au financement du traitement des personnes quise déclarent sur le site, que lon choisit personnellement et à qui on peutdonner au moins $5, et il est proposé de faire un suivi sur la façon dont letraitement se déroule. On parle ici dopérations un peu lourdes, quipeuvent coûter $200, $400. Même si le projet semble à priori fantastiquehumainement, et que Paul Graham avoue avoir trouvé en Watsi "une desutilisations les plus révolutionnaires quil ait vu sur Internet", cetteexposition de candidats déclarés aux soins crée un sentiment trouble etsurtout ne doit pas nous faire oublier que la solution à ce problèmedramatique de laccès aux soins est plus un problème à régler de façonglobale plutôt quindividuelle, et quil ne faut pas relâcher leffort . Maisrestons positif, avons nous dit.Watsi sur Twitter : @Watsi
  7. 7. Voilà, c’est fini, à la semaine prochaine pour de nouvellesactualités et aventures !

×