Bibliographie sélective
Secteur « Adultes »
Novembre 2014
Bibliothèque G. de Maupassant
5 rue Baléchoux 27140 GISORS – tél...
A l’occasion du centenaire de la Première Guerre
Mondiale, la bibliothèque G. de Maupassant vous
propose dans cette biblio...
Documentaires
Des lendemains qui saignent
Dominique Grange
Casterman, 2009
Cote : 782.42 GRA MUSIQUE ET CINEMA
ex. : 95078...
1918, la terrible victoire
Max Gallo
XO éditions, 2013
Cote : 940.3 GAL
ex. : 95074650
La Grande guerre par "L'Almanach Ve...
matériaux. À partir de l’hiver 1914-1915, cet artisanat va connaître un
développement considérable.
Les soldats de toutes ...
Les « Gueules cassées »
L'expression « gueules cassées » inventée par
le Colonel Picot, premier président de l’Union
des B...
souscription assortie à une tombola, ouverte à la fin de 1925.
Inaugurée par le Président de la République Gaston
Doumergu...
Joffre
Arthur Conte
Perrin, 1998
Cote : 944.081 4 CON
ex. : 95024245
Croquis et dessins de poilus
Somogy, 2002
Cote : 944....
Paris 14-18, la guerre au quotidien
André Gunthert
Paris bibliothèques, 2013
Cote : 944.081 4 GUN
ex. : 95077262
Le Fusill...
Bandes dessinées
La grippe coloniale
Appollo
Vents d'Ouest, 2013
Cote : BD APP
ex. : 2 tomes disponibles
Les pays impliqué...
Sang noir
Frédéric Chabaud
Physalis, 2013
Cote : BD CHA
ex. : 95074489
Mauvais genre
Chloé Cruchaudet
Delcourt, 2013
Cote ...
Mattéo
Jean-Pierre Gibrat
Futuropolis, 2008
Cote : BD GIB
ex. : 2 tomes disponibles
La guerre des Lulus
Régis Hautière
Cas...
Romans
Le feu : journal d'une escouade
Henri Barbusse
Gallimard, 2013
Cote : R BAR
ex. : 95078414
Lourd bilan pour la Fran...
Retour parmi les hommes
Philippe Besson
Julliard, 2011
Cote : R BES
ex. : 95067423
Céléstin Louise, flic et soldat dans la...
14
Jean Echenoz
Ed. de Minuit, 2012
Cote : R ECH
ex. : 95073217
Des Séquelles de longue durée
La zone rouge est le nom don...
Bohemian Flats
Mary Relindes Ellis
Belfond, 2014
Cote : R ELL
ex. : 95077180
Quadrige
Frédéric H. Fajardie
La Table ronde,...
Le Dernier arbre
Tim Gautreaux
Seuil, 2013
Cote : R GAU
ex. : 95074798
Par un matin d'automne
Robert Goddard
Sonatine, 201...
Oeuvres complètes : Le Bataillon de la mauvaise chance
Pierre Mac Orlan
Edito-Service, 1927
Cote : R MAC EN RESERVE
ex. : ...
La Marche de Radetzky
Joseph Roth
Seuil, 2013
Cote : R ROT
ex. : 95074078
Les Champs d'honneur
Jean Rouaud
éd. de Minuit, ...
Horairesd’ouverture
BibliothèqueG.deMaupassant
5rueBaléchoux27140GISORS–tél.0232276089
Mardi13h30–18h30
Mercredi10h00–18h3...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Biblio grande-guerre-2014-complete

677 vues

Publié le

Bibliographie des ouvrages sur la Première Guerre Mondiale disponibles à la bibliothèque de Gisors

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
677
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
87
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Biblio grande-guerre-2014-complete

  1. 1. Bibliographie sélective Secteur « Adultes » Novembre 2014 Bibliothèque G. de Maupassant 5 rue Baléchoux 27140 GISORS – tél. 02 32 27 60 89 La der des ders ? 1914-2014C e n t e n a i r e
  2. 2. A l’occasion du centenaire de la Première Guerre Mondiale, la bibliothèque G. de Maupassant vous propose dans cette bibliographie sélective, des documentaires, bandes dessinées, témoignages et romans abordant tous de près ou parfois d’un peu plus loin, cette guerre qui marqua le 20 e siècle. Quelques parties documentaires, vous proposent également d’en découvrir tout de suite un peu plus sur ce qu’on appellera la « Grande Guerre » mais qu’on espérera surtout être la « Der des Ders »... Les parties documentaires sont principalement tirées de Wikipédia.
  3. 3. Documentaires Des lendemains qui saignent Dominique Grange Casterman, 2009 Cote : 782.42 GRA MUSIQUE ET CINEMA ex. : 95078243 Calligrammes : Poèmes de la paix et de la guerre (1913-1916) Guillaume Apollinaire Gallimard, 1973 Cote : 841 APO ex. : 95012247 De la Grande Guerre au monde contemporain Larousse, 2001 Cote : 909 DEL ex. : 95043840 Histoires insolites de la Grande guerre Julien Arbois City, 2013 Cote : 940.3 ARB ex. : 95077197 La Grande Guerre : 1914-1918 Stéphane Audoin-Rouzeau Gallimard, 1998 Cote : 940.3 AUD ex. : 95024868 La Grande guerre des cartes postales Pierre Brouland Hugo & cie, 2013 Cote : 940.3 BRO ex. : 95077418 Les uniformes et équipements des soldats français ont évolué au cours de la Première Guerre Mondiale. Casquette et pantalon rouges La Guerre franco-prussienne de 1870-1871 est le dernier conflit avant la guerre industrielle. Les uniformes à pantalon rouge sont très voyants, mais c'est sans inconvénient : on cherche à montrer la présence des troupes, plutôt qu'à les cacher aux yeux de l'ennemi. Cet uniforme est celui des soldats français jusqu'en 1915. Casque Adrian et uniforme « bleu horizon » Dès le début de la Première Guerre Mondiale, les armes sont à longue portée, précises ou à répétition. On s'aperçoit vite que les uniformes rouges font de parfaites cibles. Il faut attendre 1915 pour que soit adopté l'uniforme « bleu horizon » et le casque Adrian. Mémoires de la Grande guerre 1911-1915 Winston Churchill Tallandier, 2014 Cote : 940.3 CHU ex. : 2 tomes disponibles La guerre est finie : 100 ans déjà ! Philippe Claudel Italiques, 2013 Cote : 940.3 CLA ex. : 95077239 1914, le destin du monde Max Gallo XO éditions, 2013 Cote : 940.3 GAL ex. : 95073742 1
  4. 4. 1918, la terrible victoire Max Gallo XO éditions, 2013 Cote : 940.3 GAL ex. : 95074650 La Grande guerre par "L'Almanach Vermot" 14-18 Hachette Livre, 2014 Cote : 940.3 GRA ex. : 95077295 Paroles de Poilus : Lettres et carnets du front (1914 - 1918) Jean-Pierre Guéno A vue d'oeil, 1998 Cote : 940.3 GUE EN RESERVE GROS CARACTERES ex. : 95031797 La Grande Guerre 1914-1918 Sélection du Reader's Digest, 2001 Cote : 940.3 GUE ex. : 95038924 Témoin de la Grande Guerre : tous les reportages Albert Londres Magellan & Cie, 2014 Cote : 940.3 LON ex. : 95078694 Les Soldats de la grande guerre Jacques Meyer Hachette Livre, 1998 Cote : 940.3 MEY EN RESERVE ex. : 95024018 14-18 : mille images inédites Pierre Miquel Chêne, 2014 Cote : 940.3 MIQ ex. : 95077792 Reportages de guerre 14-18 Pocket, 2014 Cote : 940.3 REP ex. : 95077659 La Musique au fusil : avec les poilus de la Grande Guerre Claude Ribouillault éd. du Rouergue, 1996 Cote : 940.3 RIB EN RESERVE ex. : 95030497 Arts et littérature de la Grande Guerre Centre national de la documentation pédagogique, 2014 Cote : 940.31 ART FONDS EMPLOI / FORMATION ex. : 95068673 L’artisanat de tranchée Appelé aussi « Art du Poilu » ou « Art des tranchées » –Trench Art par les anglophones – désigne une activité de création artistique manuelle et un art populaire pratiqué – entre autres – par les soldats de la Première Guerre Mondiale, pendant les périodes de répit, entre deux montées au combat. Cette activité artisanale populaire est apparue dès la guerre de 1870 et s’est surtout développée dans les tranchées lors de la Première Guerre Mondiale, période de son apogée, puis dans les camps de prisonniers de la Seconde Guerre Mondiale, pour tromper l’ennui. Elle est similaire à la tradition séculaire des marins qui confectionnent des objets gravés et sculptés en os de baleine et autres 2
  5. 5. matériaux. À partir de l’hiver 1914-1915, cet artisanat va connaître un développement considérable. Les soldats de toutes les puissances combattantes, contraints à l’inaction et à l’immobilité de la guerre de tranchées, disposaient de quantités importantes de métaux, provenant des douilles des munitions tirées sur l’ennemi. La consommation d’obus de 75 mm est démesurée : 3,75 millions sont tirés lors du seul mois de mars 1916 dans le secteur de Verdun. Fin 1916, plus de 60 millions d’obus auront été tirés. Ces hommes fabriquent de nombreux objets de la vie courante (briquets, couteaux, bagues, boîtes à bijoux, tabatières, cannes, objets de piété, portes-plumes, encriers, etc.), ou décoratifs (figurines militaires, maquettes d’avions…) à partir des matières premières trouvées sur place : laiton et cuivre provenant des projectiles (douilles de balles, douilles et têtes d’obus, shrapnels) et de l’équipement individuel (quarts, gamelles, boutons, etc.), aluminium fondu servant à la fabrication de bagues, cuir, tissus, pierre et même paille et autres végétaux. Le bois facile à trouver et ne nécessitant qu’un outillage rudimentaire est un matériau de prédilection. Il permet la création de nombreux objets comme des plumiers, des tabatières, des boîtes à bijoux, des jouets, des cadres à photos, des bas reliefs, etc. Une partie de ces objets est réalisée à l’arrière des lignes de combat par des soldats blessés ou mutilés, dans des ateliers aménagés par l’autorité militaire. Des écoles de rééducation et des associations sont créées, comme « Les Blessés au travail », qui certifient l’origine des objets vendus. Histoire illustrée de la Première Guerre Mondiale Antonella Astorri Place des victoires, 2000 Cote : 940.4 AST EN RESERVE ex. : 95032716 Écrivains combattants de la Grande Guerre B. Giovanangeli, 2004 Cote : 940.4 ECR ex. : 95068542 J'étais médecin dans les tranchées : août 1914-juillet 1919 Louis Maufrais Pocket, 2010 Cote : 940.4 MAU ex. : 95077648 Les Guerres aériennes : 1914-1915 Williamson Murray Autrement, 1999 Cote : 940.4 MUR ex. : 95029918 La Première Guerre Mondiale Robin Prior Autrement, 2001 Cote : 940.4 PRI ex. : 95037845 Images de propagande 1914-1918 ou L'art de vendre la guerre Katherine Quénot Hugo & cie, 2013 Cote : 940.4 QUE ex. : 95077405 3
  6. 6. Les « Gueules cassées » L'expression « gueules cassées » inventée par le Colonel Picot, premier président de l’Union des Blessés de la Face et de la Tête, désigne les survivants de la Première Guerre Mondiale ayant subi une ou plusieurs blessures au combat et affectés par des séquelles physiques graves, notamment au niveau du visage. Elle fait référence également à des hommes profondément marqués psychologiquement par le conflit, qui ne purent regagner complètement une vie civile ou qui durent, pour les cas les plus graves, être internés à vie. Durant la guerre, et après la guerre, en plus des soldats morts laissant en France trois millions de veuves et cinq millions d’orphelins, de nombreux soldats de retour de la guerre ou des hôpitaux étaient gravement handicapés par les séquelles: blessures reçues au front, amputés, mutilés du visage, aveugles, gazés, défigurés, etc... Ces hommes représentaient 6,5 millions d'invalides pour près de 300 000 mutilés à 100 %. En majorité, ces blessés étaient des hommes âgés de 19 à 40 ans. Alors que la reconstruction du pays nécessitait un énorme travail, leur invalidité limitait la main d’œuvre et le temps disponible, ainsi ensuite que la reprise économique du fait de leur incapacité à pratiquer une activité professionnelle et que l’État était contraint à verser à chacun d’eux une pension. Afin de réparer les dégâts physiques et psychosociaux de la guerre, des centres sont ouverts pour proposer des méthodes de camouflage ou de réparation des visages abîmés. L'expression « Gueules cassées » aurait été introduite par le colonel Yves Picot alors qu’on lui refusait l’entrée à un séminaire donné à la Sorbonne sur les mutilés de guerre. Les Hospices de Lyon furent très actifs dans ce domaine. L’Union des gueules cassées L’Armistice fut signée le 11 novembre 1918, mais ce n’est que le 28 juin 1919 que fut signé le Traité de Versailles auquel Georges Clemenceau convia 5 représentants des gueules cassées issus de l’hôpital du Val de Grâce (appelé le « Service des baveux ») de Paris. Ils témoignaient de la violence et de la brutalité de la guerre. Le mutilé se sentait exclu en raison de ses longs séjours qui le coupaient de ses activités d’auparavant dans les hôpitaux, luttant avec les procédés archaïques pour sauver son visage, source de pitié, de dégoût mais aussi quelquefois de sympathie de la part des autres individus. Bienaimé Jourdain et Albert Jugon, deux anciens blessés soignés au Val de Grâce fondèrent le 21 juin 1921 une association, l’Union des Blessés de la Face et de la tête, la préfecture de police de Paris refusant le nom de Gueules cassées. La présidence est confiée au colonel Yves Picot et la vice-présidence à Jourdain. Le 25 février 1927, l’Union est reconnue d'utilité publique. Les difficultés financières du début des années 1920 retardèrent la mise en œuvre du projet de construction d’une maison des défigurés de la face. Ce n'est qu'en 1927 que les gueules cassées purent acquérir un domaine, grâce à une 4
  7. 7. souscription assortie à une tombola, ouverte à la fin de 1925. Inaugurée par le Président de la République Gaston Doumergue le 20 juin 1927, la Maison des Gueules cassées était un château, situé à une quarantaine de kilomètres de Paris. En 1930, l'association créa le centre de recherche maxillo-faciale, à l’hôpital Lariboisière. En 1934, fut acquis le domaine du Coudon près de Toulon. Ces deux domaines accueillaient les pensionnaires de manière définitive, pour les plus atteints d'entre eux, ou temporaire, pour les convalescents notamment. Cependant, ces maisons ne symbolisent pas seulement la fraternité unissant les défigurés, mais aussi une sorte d’exclusion à l’intérieur de la société, une non- intégration d'après guerre. Cette association, qui n'a jamais demandé de subventions publiques, après avoir lancé en lien avec les autres associations de victimes de guerre une souscription nationale assortie d'une tombola (appelée « la dette ») entre 1931 et 1933, fut financée à partir de 1935 par la Loterie Nationale (créée par l'État devant le succès remporté par cette association) qui deviendra plus tard la Française des jeux. Première Guerre Mondiale Hedley Paul Willmott Sélection du Reader's Digest, 2004 Cote : 940.4 WIL ex. : 95060313 Les souterrains de la Première Guerre Mondiale Eric Laforgerie Ysec éditions, 2013 Cote : 940.48 LAF ex. : 95078237 De Lattre Pierre Pellissier Perrin, 1998 Cote : 944.08 PEL ex. : 95024246 La dernière lettre écrite par des soldats français tombés au champ d'honneur, 1914-1918 Grand caractère, 2005 Cote : 944.081 DER GROS CARACTERES ex. : 95067131 Les anciens combattants : 1914-1940 Antoine Prost Gallimard, 2014 Cote : 944.081 PRO ex. : 95077879 1914-1918, la violence de guerre Stéphane Audoin-Rouzeau Gallimard, 2014 Cote : 944.081 4 AUD ex. : 95077820 Les Carnets de guerre de Louis Barthas , tonnelier : 1914-1918 Louis Barthas La Découverte, 1997 Cote : 944.081 4 BAR ex. : 95021300 Verdun : 24 octobre 1916 Arthur Conte O. Orban, 1987 Cote : 944.081 4 CON ex. : 95016945 5
  8. 8. Joffre Arthur Conte Perrin, 1998 Cote : 944.081 4 CON ex. : 95024245 Croquis et dessins de poilus Somogy, 2002 Cote : 944.081 4 CRO ex. : 95046235 Les « Poilus » Poilu, est le surnom donné aux soldats français de la Première Guerre Mondiale. Ce surnom est typique de cette guerre, et ne fut utilisé qu’en de rares et exceptionnels cas pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le mot « poilu » désignait aussi à l’époque dans le langage familier ou argotique quelqu’un de courageux, de viril (cf. par exemple l’expression plus ancienne « un brave à trois poils », que l’on trouve chez Molière, de même les expressions « avoir du poil » et « avoir du poil aux yeux ») ou l’admiration portée à quelqu’un « qui a du poil au ventre ». Dans son ouvrage « L’Argot de la guerre, d'après une enquête auprès des officiers et soldats », Albert Dauzat donne la même explication : « Avant d’être le soldat de la Marne, le « poilu » est le grognard d’Austerlitz, ce n’est pas l’homme à la barbe inculte, qui n’a pas le temps de se raser, ce serait trop pittoresque, c’est beaucoup mieux : c’est l’homme qui a du poil au bon endroit, pas dans la main ! » C’est le symbole de la virilité. Ce terme militaire datant de plus d’un siècle avant la Grande Guerre, « désignait dans les casernes où il prédominait, l’élément parisien et faubourien, soit l’homme d’attaque qui n’a pas froid aux yeux, soit l’homme tout court ». Mais depuis 1914, dit Albert Dauzat qui étudiait l’étymologie et l’histoire des mots, le terme « poilu » désigne pour le civil « le soldat combattant » qui défend notre sol, par opposition à « l’embusqué ». Une version populaire de la signification prétend que le surnom fut donné pendant la Grande Guerre, du fait des conditions de vie des soldats dans les tranchées. Ils laissaient pousser barbe et moustache et, de retour à l’arrière, paraissaient tous « poilus ». Cette version ne peut trouver de fondements que dans les débuts de la guerre, car dès lors que les gaz eurent fait leur apparition, les masques à gaz bannirent la barbe des visages des soldats ainsi que du règlement militaire. Les journaux qui transmettaient les informations sur la guerre et le front étaient directement sous l’autorité de la censure et de l’armée, et n’utilisaient pas ce surnom. D’ailleurs, puisqu’il était interdit de diffuser des images prises en première ligne, celles illustrant journaux et cartes postales mettent en scène des acteurs ou au mieux des permissionnaires, non tenus aux exigences des premières lignes. Un Western entre Beauvais et Rouen pendant la guerre 14-18 Germain Galérant Bertout, 1989 Cote : 944.081 4 GAL EN RESERVE FONDS LOCAL ex. : 95020058 Mon papa en guerre : Lettres de pères et mots d'enfants, 1914- 1918 Jean-Pierre Guéno Les Arènes, 2003 Cote : 944.081 4 GUE ex. : 95057539 6
  9. 9. Paris 14-18, la guerre au quotidien André Gunthert Paris bibliothèques, 2013 Cote : 944.081 4 GUN ex. : 95077262 Le Fusillé Blanche Maupas Isoète, 1994 Cote : 944.081 4 MAU EN RESERVE ex. : 95022192 Mourir à Verdun Pierre Miquel Tallandier, 1995 Cote : 944.081 4 MIQ EN RESERVE ex. : 95014798 Les Poilus : la France sacrifiée... Pierre Miquel Succès du livre, 2005 Cote : 944.081 4 MIQ ex. : 95062401 Images de Poilus : La grande guerre en cartes postales François Pairault Tallandier, 2002 Cote : 944.081 4 PAI ex. : 95049526 Paroles de Verdun : Lettres de poilus Succès du livre, 2007 Cote : 944.081 4 PAR ex. : 95062423 Les Champs de la mémoire : paysages de la grande guerre Anne Roze Le Chêne, 1998 Cote : 944.081 4 ROZ ex. : 95030776 La vie dans les tranchées Centre national de la documentation pédagogique, 2011 Cote : 944.081 4 VIE FONDS EMPLOI / FORMATION ex. : 95071441 La Grande Guerre dans l'Oise Roland André A. Sutton, 2002 Cote : 944.35 AND ex. : 95038707 Biographies L'incroyable énigme d'Anthelme Mangin : L'amnésique des tranchées Jean-Michel Cosson De Borée, 2014 Cote : B COS ex. : 95078130 Les Sept piliers de la sagesse : un triomphe Thomas Edward Lawrence Payot, 1991 Cote : B LAW EN RESERVE BIOGRAPHIES ex. : 95018824 7
  10. 10. Bandes dessinées La grippe coloniale Appollo Vents d'Ouest, 2013 Cote : BD APP ex. : 2 tomes disponibles Les pays impliqués La Première Guerre mondiale a vu s'affronter un nombre important de pays, comptant principalement des puissances européennes et leurs dépendances puis, dans la seconde phase du conflit, des pays extra-européens. Outre les belligérants clairement identifiés à un camp ou un autre, de nombreux pays ont vu leur histoire fortement influencée par le conflit, notamment les États ayant pu accéder à l'indépendance à cette occasion. Au total 23 États souverains internationalement reconnus ont déclaré la guerre à l'Allemagne ou se sont vus déclarer la guerre par celle-ci. Un 24e, Saint-Marin, n'a déclaré la guerre qu'à l'Autriche-Hongrie. Ces États sont appelés généralement les "Alliés". Il est a noté qu’à l’époque, nombreuses sont les puissances européennes ayant des colonies. Celles-ci ont de fait, été engagées dans la guerre, que cela soit par l’envoi de troupe en Europe ou par des affrontements sur leurs territoires notamment en Afrique où les camps ennemis sont chacun présents. La Première Guerre mondiale est l'une des causes principales de la révolution russe, qui entraîne en 1917-1918 l'indépendance (éphémère ou durable) des provinces de l'ancien Empire russe : République populaire ukrainienne, République démocratique de Géorgie, République démocratique d'Arménie, Lituanie, Lettonie, Estonie, Finlande, Pologne orientale. Ukraine, Géorgie et Arménie sont reconquises par la Russie soviétique au cours de la guerre civile russe, pour être ensuite inclus dans l'URSS. Les États baltes (Lituanie, Lettonie, Estonie) sont absorbés par l'URSS nettement plus tard, à l'issue de la Seconde Guerre mondiale. En 1917, sous la pression des militaires, et notamment de l’amiral Tirpitz, le Kaiser se décide à pratiquer la guerre sous-marine à outrance, c’est-à-dire couler tous les navires se rendant au Royaume-Uni, même les neutres. Les Allemands espèrent ainsi étouffer l’économie britannique et la contraindre à se retirer du conflit. En avril 1917, les sous-marins allemands ont déjà coulé 847 000 tonnes, soit l’équivalent du quart de la flotte commerciale française. Toutefois, l’organisation de convois sous la protection de la marine anglaise et le dragage des mines réussissent à émousser l’arme sous-marine. En fin de compte, au lieu de faire baisser pavillon au Royaume- Uni et de terroriser les neutres, la guerre sous-marine à outrance provoque l’intervention américaine. Comme le Royaume-Uni, les États-Unis disposent uniquement d’une armée de métier. Ainsi, lorsque la proposition de guerre du président Wilson devant le Congrès le 2 avril est acceptée, et que les États-Unis entrent en guerre le 6, le président américain doit compter majoritairement sur la base du volontariat pour constituer la force de 1,2 million d’hommes qui n’arrivera en France qu’à partir du mois d’octobre 1917. C’est la fameuse campagne d’affichage ayant pour symbole l’Oncle Sam pointant son index vers le lecteur. On les aura ! : carnet de guerre d'un poilu Barroux Seuil, 2011 Cote : BD BAR ROMANS GRAPHIQUES ex. : 95077287 8
  11. 11. Sang noir Frédéric Chabaud Physalis, 2013 Cote : BD CHA ex. : 95074489 Mauvais genre Chloé Cruchaudet Delcourt, 2013 Cote : BD CRU ROMANS GRAPHIQUES ex. : 95077205 Varlot soldat Didier Daeninckx L'Association, 1999 Cote : BD DAE ex. : 95026743 Les mots de Poilus ! La « cagna » ou « guitoune » : Sorte d'abri de fortune ménagé dans les tranchées : la vie des soldats s'y organise, avec des lits construits en hauteur et superposés, pour gagner de la place et se protéger des parasites qui sont partout : rats,punaises, entre autres. Les « totos » : Ce sont les poux, il faut s'en protéger et les détruire sans cesse, ce qui est est difficile. La « popote » : C'est la cuisine roulante : elle est tenue par des « cuistots » et elle est très attendue. On y remplit sa gamelle. La « gnôle » : C'est de l'eau-de-vie de fruits ou de grain : un alcool fort, mélange de différentes provenances, de qualité variable. C'est un remède contre le « cafard », qu'on a dans la tête. Le « pinard » : Le vin est distribué largement aux poilus : c'est plus sain que l'eau, et la France en produit beaucoup. Et ça change les idées. Beaucoup de soldats sont revenus de la guerre avec des habitudes de boisson, difficiles à inverser. Le « rata » : Une sorte de ragoût à base de haricots ou de pommes de terre. Nourrissant et apprécié de la troupe. Le « singe » : C'est du bœuf cuit, en conserve, considéré comme répétitif, mais très bon. Il y a un ouvre-boîte prévu dans l'équipement des soldats. Le « jus » : C'est le café, qui réchauffe bien les poilus. Quand il n'est pas bon, on dit que c'est du « jus de chaussette », mais on le boit quand même. Le « gros gris » : C'est du tabac en paquet, pour la pipe, coupé très gros. On distribuait aussi des cigarettes de « troupe ». Ceux qui ne fumaient pas les revendaient aux autres. L'« as de carreau » ou « Azor » : L'« as de carreau », c'est le nom donné au sac à dos, à cause de sa forme carrée. On l'appelait aussi « Azor », car il était en peau de chien, disait-on. « Rosalie » : C'est le nom parfois donné à la baïonnette, popularisé par une chanson de l'époque. Le « Lebel » : C'est le fusil le plus courant, d'un modèle déjà ancien. Le « 75 » : Le canon qu'on trouve partout, produit en grande quantité. Les douilles d'obus de 75 mm servent à faire des vases décorés ou toutes sortes d'objets. Shrapnell ou Shrapnel : Obus fusant rempli de balles, du nom de son inventeur, l'anglais Henry Shrapnel (1761-1842). Les combattants adoptent le plus souvent l'orthographe avec deux «l», peut-être plus proche de la prononciation allemande. Les « aéros » : Ce sont les aéroplanes, nom courant à l'époque pour les avions. Les poilus préfèrent prononcer aréo. Les « saucisses » : Ce sont des ballons captifs d'observation, ainsi nommés pour leur forme allongée. 9
  12. 12. Mattéo Jean-Pierre Gibrat Futuropolis, 2008 Cote : BD GIB ex. : 2 tomes disponibles La guerre des Lulus Régis Hautière Casterman, 2012 Cote : BD HAU ex. : 2 tomes disponibles Notre mère la guerre Kris Futuropolis, 2009 Cote : BD KRI ex. : 4 tomes disponibles La grande guerre de Charlie Pat Mills Delirium, 2013 Cote : BD MIL ex. : 7 tomes disponibles Silas Corey Fabien Nury Glénat, 2013 Cote : BD NUR ex. : 2 tomes disponibles Les Folies Bergère Francis Porcel Dargaud, 2012 Cote : BD POR ex. : 95077935 Le Der des ders Didier Daeninckx Casterman, 1997 Cote : BD TAR EN RESERVE ex. : 95022154 Putain de guerre ! Jacques Tardi Casterman, 2009 Cote : BD TAR ex. : 2 tomes disponibles C'était la guerre des tranchées Jacques Tardi Casterman, 1993 Cote : BD TAR EN RESERVE ex. : 95001581 La Véritable histoire du soldat inconnu Jacques Tardi Futuropolis, 1991 Cote : BD TAR EN RESERVE ex. : 95018603 Adieu Brindavoine Jacques Tardi Casterman, 1982 Cote : BD TAR EN RESERVE ex. : 95019609 10
  13. 13. Romans Le feu : journal d'une escouade Henri Barbusse Gallimard, 2013 Cote : R BAR ex. : 95078414 Lourd bilan pour la France Libérée à l'est par l'effondrement russe, l'Allemagne lance toutes ses forces sur le front ouest. C'est un assaut extraordinairement violent et dévastateur. Les alliés reculent profondément, puis lancent une contre-offensive victorieuse. Celle-ci annonce la fin pour l'Allemagne. Le front des Balkans cède aussi, en septembre 1918. L'armée française de Franchet d'Espèrey pourchasse l'ennemi. La Tchécoslovaquie proclame son indépendance en juillet. La Bulgarie et la Turquie jettent l'éponge. L'Allemagne sait que la guerre est perdue : les grèves, mutineries, les émeutes se succèdent. Le 7 novembre, la Bavière fait sécession ; le 9 novembre, la république d'Allemagne est proclamée. Le 11 novembre, l'armistice est signé. En France, il souffle comme un vent d'euphorie. Le retour des prisonniers, puis celui des combattants, prend des allures de fêtes ; mais la réalité reprend vite le dessus : où est la victoire ? Le quart nord-est de la France, qui a servi de champ de bataille, est sinistré. Toutes les usines ont été détruites; 3 millions d'hectares de terre sont impropres à la culture; 800 000 maisons ont été détruites. L'économie est au plus mal. Même les plus aisés sont touchés. La France comptait 500 000 rentiers en 1914. Ils n'ont plus rien, et ils attendront en vain le remboursement des emprunts russes. Les dirigeants français croient en une solution miracle : les vaincus devront tout payer. L'Allemagne, qui compte 2 millions de morts, n'était-elle pas aussi ruinée ? Le bilan humain (dressé par le rapport officiel du député Marin en 1921) est effroyable : 1,4 million de morts (900 par jour) ; 252 900 disparus ; 18 222 morts en captivité ; 145 000 morts de maladie. Près de 36 % de ceux qui avaient entre 19 et 22 ans en 1914 sont morts. Pour l'ouest de la France, on dispose d'un tableau par corps d'armée. •Le 3e corps d'armée (Caen, Le Havre, Rouen) : 298 000 mobilisés, 50 600 morts et disparus •Le 4e corps d'armée (Le Mans) : 236 000 mobilisés, 47 200 morts et disparus •Le 9e corps d'armée (Tours, Angers, Cholet, Saumur) : 333 000 mobilisés, 59 100 morts et disparus •Le 10e corps d'armée (Rennes) : 318 000 mobilisés, 62 100 morts et disparus •Le 11e corps d'armée (Nantes) : 470 000 mobilisés, 87 000 morts et disparus Il faut aussi compter les autres victimes : 3 594 900 blessés ; 600 000 invalides ; 300 000 mutilés et amputés. 42 000 aveugles, 15 000 gueules cassées. On compte environ 600 000 veuves et autant d'orphelins. Le poilu après cinq années de combats qui ont bouleversé sa foi et son être espère qu'il s'agit là de la « Der des Ders ». Des garçons d'avenir Nathalie Bauer P. Rey, 2011 Cote : R BAU ex. : 95064963 Avant le silence des forêts Lilyane Beauquel Gallimard, 2011 Cote : R BEA ex. : 95071048 11
  14. 14. Retour parmi les hommes Philippe Besson Julliard, 2011 Cote : R BES ex. : 95067423 Céléstin Louise, flic et soldat dans la guerre de 14-18 Thierry Bourcy Gallimard, 2014 Cote : RP BOU ex. : 95077819 Comme neige au soleil William Boyd Seuil, 2003 Cote : R BOY ex. : 95046707 L'attente de l'aube William Boyd Seuil, 2012 Cote : R BOY ex. : 95067857 Une lettre de vous Jessica Brockmole Presses de la Cité, 2014 Cote : R BRO ex. : 95068743 Voyage au bout de la nuit Louis-Ferdinand Céline Gallimard, 1996 Cote : R CEL ex. : 95021332 Les âmes grises Philippe Claudel Stock, 2003 Cote : R CLA ex. : 95038502 Les Roses de Verdun Bernard Clavel Albin Michel, 1994 Cote : R CLA ex. : 95005676 L'espion Clive Cussler Grasset, 2013 Cote : R CUS ex. : 95073610 Le Der des ders Didier Daeninckx Gallimard, 1996 Cote : R DAE EN RESERVE ex. : 95021403 Le bois des abeilles Hortense Dufour A vue d'oeil, 2006 Cote : R DUF GROS CARACTERES ex. : 95052715 Le monument : roman vrai Claude Duneton Balland, 2004 Cote : R DUN EN RESERVE ex. : 95041015 12
  15. 15. 14 Jean Echenoz Ed. de Minuit, 2012 Cote : R ECH ex. : 95073217 Des Séquelles de longue durée La zone rouge est le nom donné en France à environ 120 000 ha de champ de bataille où, à cause de dégâts physiques majeurs sur le milieu pendant la Première Guerre Mondiale et en raison de la présence de milliers de cadavres et de millions de munitions non explosées, certaines activités ont été provisoirement ou définitivement interdites par la loi. Alors que la période du tout début de la reconstruction est relativement pauvre en archives, la seule existence de ce zonage permet d’appréhender la difficulté et les enjeux de la reconstruction. Le traitement de la zone rouge a nécessité de : •nettoyer les sols des milliers de cadavres et de restes humains, qui furent — quand leur état le permettait — transportés dans les cimetières, nécropoles ou ossuaires ; •traiter les cadavres d’animaux qui contaminaient les eaux de nappes et de surface ; c’est à cette époque qu’a été étendue la chloration de l’eau par chlore gazeux, alors dite « verdunisation », technique qui avait été expérimentée à Paris en 1911 ; on invente aussi les premières techniques de dépollution et restauration de sols à grande échelle et localement d’inertage, sans encore les nommer ainsi ; •pratiquer le désobusage. Avec le temps, la surface de la zone rouge a été réduite, mais elle n'a pas disparu. Les zones officiellement reconnues concernées par les dégâts de guerre couvraient 11 départements et plusieurs centaines de milliers d'hectares. Seules quelques activités sont autorisées en zone rouge : •la sylviculture (forêt domaniale) en région de Verdun, autour du mémorial de Vimy, •des activités militaires, dont celles du camp militaire de Suippes implanté sur les ruines de cinq villages : Tahure, Ripont, Les Hurlus, Perthes, Le Mesnil, dont un champ de tir en zone de mémoire. •le tourisme de mémoire et culturel. L’agriculture y a été et y reste interdite (théoriquement, car dans les années 2000, on trouve encore des zones de fauches, d’agrainage et de cultures cynégétiques en pleine zone rouge). Elle est interdite en raison des risques liés aux munitions non explosées ou aux résidus toxiques de munitions explosées, ferrailles, barbelés, sapes, risques liés aux résidus chimiques et après guerre aux cadavres humains, etc. Les militaria (armes, munitions ou autres équipements militaires) ont été enlevées, souvent par les habitants eux-mêmes ou par des prisonniers, des travailleurs étrangers (Chinois ou Européens), des volontaires (Quakers) et les démineurs anglais et parfois français, assistés de sociétés ayant obtenu une concession officielle pour la récupération des métaux. Une grande partie des métaux récupérés a fait l’objet d’un commerce alimenté par les besoins urgents de la reconstruction. Aujourd’hui encore la zone rouge demeure une réalité. Elle fait l’objet d’assez peu d’études et « n’apparait » dans l’actualité que dans des cas exceptionnels de découvertes de bombes non explosées, mais c’est oublier les nombreuses munitions traditionnelles ou chimiques ou leurs résidus qui peuvent encore être présents dans le sol et représenter un risque écologique non négligeable. Par ailleurs, un des effets « inattendus » de l’instauration de la zone rouge est l’augmentation de 100 000 hectares des forêts de l’est, représentant 20 % du massif d’origine. 13
  16. 16. Bohemian Flats Mary Relindes Ellis Belfond, 2014 Cote : R ELL ex. : 95077180 Quadrige Frédéric H. Fajardie La Table ronde, 1999 Cote : R FAJ EN RESERVE ex. : 95025921 Chrysis : portrait de l'Amour Jim Fergus Le Cherche midi, 2013 Cote : R FER ex. : 95068496 Dans la guerre Alice Ferney J'ai lu, 2006 Cote : R FER ex. : 95052260 Villa sourire Elise Fischer Calmann-Lévy, 2014 Cote : R FIS Terroir ex. : 95078131 Dieu et nous seuls pouvons : les très-édifiantes et très-inopinées mémoires des Pibrac de Bellerocaille Michel Folco Seuil, 1991 Cote : R FOL ex. : 95029346 La chute des géants Le Siècle 1 Ken Follett Librairie générale française, 2011 Cote : R FOL ex. : 95068368 Dans la main du diable Anne-Marie Garat Actes Sud, 2006 Cote : R GAR ex. : 95048161 Bleus horizons Jérôme Garcin Gallimard, 2013 Cote : R GAR ex. : 95073670 Cris Laurent Gaudé Librairie Générale Française, 2001 Cote : R GAU ex. : 95054998 14
  17. 17. Le Dernier arbre Tim Gautreaux Seuil, 2013 Cote : R GAU ex. : 95074798 Par un matin d'automne Robert Goddard Sonatine, 2010 Cote : R GOD ex. : 95062734 L'architecte du désastre Xavier Hanotte Belfond, 2005 Cote : R HAN ex. : 95044568 Trudi la naine Ursula Hegi Galaade éditions, 2007 Cote : R HEG ex. : 95055102 L'adieu aux armes Ernest Hemingway Gallimard, 2010 Cote : R HEM ex. : 95067400 Un Long dimanche de fiançailles Sébastien Japrisot Denoël, 2004 Cote : R JAP ex. : 95048507 La petite école dans la montagne Michel Jeury R. Laffont, 2005 Cote : R JEU ex. : 95042196 La Vigie : et autres nouvelles Thierry Jonquet L'Atalante, 1998 Cote : RP JON EN RESERVE ex. : 95026988 Orages d'acier : journal de guerre Ernst Jünger C. Bourgois, 1998 Cote : R JUN EN RESERVE ex. : 95027352 Waltenberg Hédi Kaddour Gallimard, 2005 Cote : R KAD ex. : 95048163 Le Comptable indien David Leavitt Denoël, 2009 Cote : R LEA ex. : 95060954 Au revoir là-haut Pierre Lemaitre Albin Michel, 2013 Cote : R LEM ex. : 95074381 15
  18. 18. Oeuvres complètes : Le Bataillon de la mauvaise chance Pierre Mac Orlan Edito-Service, 1927 Cote : R MAC EN RESERVE ex. : 95003697 Profondeurs Henning Mankell Seuil, 2008 Cote : R MAN ex. : 95057232 Des Grives aux loups Claude Michelet R. Laffont, 1979 Cote : R MIC EN RESERVE ex. : 95015655 Graveney Hall Linda Newbery Phébus, 2013 Cote : R NEW ex. : 95073663 La saga des Reavley Anne Perry 10-18, 2014 Cote : R PER ex. : 95078219 Le Temps retrouvé A la recherche du temps perdu 10 Marcel Proust Flammarion, 1986 Cote : R PRO EN RESERVE ex. : 95005917 Le Diable au corps Raymond Radiguet Flammarion, 1986 Cote : R RAD EN RESERVE ex. : 95043529 Une terre d'ombre Ron Rash Seuil, 2014 Cote : R RAS ex. : 95077283 A l'ouest rien de nouveau Erich Maria Remarque Stock, 1999 Cote : R REM ex. : 95031962 A la merci d'un courant violent : une étoile brille sur Mount Morris Park Henry Roth L'Olivier, 1994 Cote : R ROT EN RESERVE ex. : 95004907 16
  19. 19. La Marche de Radetzky Joseph Roth Seuil, 2013 Cote : R ROT ex. : 95074078 Les Champs d'honneur Jean Rouaud éd. de Minuit, 1990 Cote : R ROU EN RESERVE ex. : 95006225 Le collier rouge Jean-Christophe Rufin Gallimard, 2014 Cote : R RUF ex. : 95077645 Un matin sur la terre Christian Signol Albin Michel, 2007 Cote : R SIG ex. : 95053259 Pleurs au fusil Philippe Tabary Le Cherche midi, 2013 Cote : R TAB ex. : 95077833 Les affligés Chris Womersley Albin Michel, 2012 Cote : R WOM ex. : 95072806 17
  20. 20. Horairesd’ouverture BibliothèqueG.deMaupassant 5rueBaléchoux27140GISORS–tél.0232276089 Mardi13h30–18h30 Mercredi10h00–18h30 Vendredi13h30–18h30 Samedi14h00–18h00

×