Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

M1 2019 - devenir enseigt-s5-evolution systeduc-2019

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Consultez-les par la suite

1 sur 136 Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Similaire à M1 2019 - devenir enseigt-s5-evolution systeduc-2019 (20)

Plus par Philippe Watrelot (15)

Publicité

Plus récents (20)

M1 2019 - devenir enseigt-s5-evolution systeduc-2019

  1. 1. Les évolutions récentes du système éducatif Séance 5 “être enseignant” Réformes passées, actuelles et à venir… Formation des M1du Master MEEF-SES Mardi 15 octobre 2019
  2. 2. L’évaluation de ce module• Une dissertation au choix parmi 2 (à la maison) • Sur un sujet pédagogique ou de connaissance du système éducatif • l’évolution du métier d’enseignant • les enjeux du socle commun… • l’École française et l’égalité des chances • Aider, accompagner, pansement ou sous-traitance ? • etc. • Avec des documents
  3. 3. Qu’est-ce qu’être enseignant aujourd’hui ? Pourquoi devenir enseignant ? L’ Éducation Nationale, c’est quoi ce mammouth ? L’ Éducation Nationale, combien ça coûte ? Comment aider à apprendre ? Quelles sont les différents courants pédagogiques ? Est-ce que l’école est juste et efficace ? Et ailleurs, comment ça se passe ? Comment le métier et le système ont-ils évolué ? Y a t-il différentes conceptions du métier ? Le métier c’est seulement dans la classe ? Tout seul, en équipe ? Dans sa seule “discipline” ? Accompagner, aider, c’est aussi le métier ?
  4. 4. 2 avril 2014 47…
  5. 5. 27 aout 2014 33…
  6. 6. 17 mai 2017
  7. 7. Début Fin Nom et titre de la personnalité 5 octobre 1958 8 janvier 1959 Jean Berthoin 8 janvier 1959 23 décembre 1959 André Boulloche 23 décembre 1959 15 janvier 1960 Michel Debré 15 janvier 1960 23 novembre 1960 Louis Joxe 23 novembre 1960 20 février 1961 Pierre Guillaumat 20 février 1961 15 avril 1962 Lucien Paye 15 avril 1962 15 octobre 1962 Pierre Sudreau 15 octobre 1962 28 novembre 1962 Louis Joxe 28 novembre 1962 6 avril 1967 Christian Fouchet 6 avril 1967 30 mai 1968 Alain Peyrefitte 30 mai 1968 10 juillet 1968 François-Xavier Ortoli 10 juillet 1968 23 juin 1969 Edgar Faure 23 juin 1969 7 juillet 1972 Olivier Guichard 7 juillet 1972 28 mai 1974 Joseph Fontanet 28 mai 1974 5 avril 1978 René Haby 5 avril 1978 22 mai 1981 Christian Beullac 22 mai 1981 19 juillet 1984 Alain Savary 19 juillet 1984 20 mars 1986 Jean-Pierre Chevènement 20 mars 1986 12 mai 1988 René Monory 12 mai 1988 2 avril 1992 Lionel Jospin 2 avril 1992 29 mars 1993 Jack Lang 29 mars 1993 4 juin 1997 François Bayrou 4 juin 1997 28 mars 2000 Claude Allègre 28 mars 2000 7 mai 2002 Jack Lang 7 mai 2002 31 mars 2004 Luc Ferry 31 mars 2004 31 mai 2005 François Fillon 2 juin 2005 18 mai 2007 Gilles de Robien 18 mai 2007 23 juin 2009 Xavier Darcos 23 juin 2009 10 mai 2012 Luc Chatel 16 mai 2012 2 avril 2014 Vincent Peillon 3 avril 2014 26 aout 2014 Benoit Hamon 27 aout 2014 17 mai 2017 Najat Vallaud Belkacem Cinquième République 33… Le temps de l’école est-il celui du politique ?
  8. 8. Réformite ? Immobilisme ?
  9. 9. « tout se passe comme si l’on pouvait tout changer dans l’Education nationale sauf l’enseignement lui-même. Toutes les réformes sont possibles sauf la réforme pédagogique, malheureusement c’est la plus importante »
  10. 10. I- les principales évolutions de l’École
  11. 11. st-elle devenue un enjeu central au cours du Mettre en œuvre la démocratie S’adapter aux bouleversements économiques « La société est coupable de ne pas donner l’instructio Victor Hugo, Les Misérables, 1862
  12. 12. ❝ Quand Jules Ferry prend l’instruction publique, l’école est déjà gratuite pour les deux tiers des élèves et pratiquement tous les enfants de 8 à 10 ans vont à l’école. Le vrai changement est de la rendre obligatoire de 6 à 13 ans : l’obligation est une prolongation de la scolarité. L’important dans les lois de 1881 et 1882 c’est l’affirmation des principes et la laïcité qui fait rupture, alors que la gratuité et l’obligation prolongent l’action des gouvernements antérieurs et des communes. Ces lois changent d’ailleurs peu ce qui se passe dans les écoles en dehors du catéchisme qui en sort.❞ Antoine Prost in Dictionnaire de l’éducation PUF 2008
  13. 13. Lois Ferry (1881-1882) principe de gratuité principe de la laïcité (enseignement non-religieux principe de l’obligation (7-13ans) principe de l’universalité (éducation des filles)
  14. 14. Un Tournant dans l’histoire du système éducatif « L’institution éducative abandonne officiellement la sé Pierre Merle, La démocratisation de l'enseignement, 20
  15. 15. Source : F. Dubet, L'École des chances : qu'est-ce qu'une école juste ?, Seuil, 2004 Intégration sociale Sélection des élites (classement) finalité éducative 3 finalités de l’École
  16. 16. L’allongement de la scolarité obligatoire RAPPEL sur la scolarité obligatoire 1882 : 13 ans 1936 : 14 ans 1959 : Réforme Berthoin Scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans
  17. 17. Massification ou démocratisation ?
  18. 18. Massification ou démocratisation ?
  19. 19. 1959: scolarité obligatoire à 16 ans et loi Debré 1963: Loi Fouchet : Création des CES (Clgs d’enseigt secondaire) 1969 et 1972 : création des corps de PEGC et de certifiés 1975 : collège unique (Loi Haby) 1982 : éducation prioritaire et création des MAFPEN 1982-1985: lois de décentralisation 1985 : création du baccalauréat professionnel 1989 : loi d’orientation sur l"éducation dite loi Jospin et création des IUFM 2005 : loi d’orientation “Fillon” : mise en place du socle commun 2013 : Loi d’orientation et de programmation de refondation de l’École.
  20. 20. 1975 : La loi HABY réforme les structures. Elle instaure le collège unique (mais jusqu’en 5eme….) L’objectif est de faire augmenter très rapidement le nombre d’élèves accédant au niveau BAC + 2. 1989 : La loi JOSPIN réforme les méthodes et place l’élève au centre du système scolaire. On demande aux enseignants de s’adapter aux élèves et pas l’inverse. On instaure les cycles et on crée les IUFM 2005 : La loi FILLON réforme les contenus. Le socle commun de connaissances et de compétences fait partie de la loi d’orientation pour l’avenir de l’école (23/04/2005). Le décret du 12/07/2005 définit les contenus du S3C. 2012-2013 : après une consultation pendant l’été 2012, une loi “de refondation de l’École” est adoptée en juin 2013. Elle donne la priorité au primaire et reconstruit la formation des enseignants. 2019 : vote d’une loi pour une “école de la confiance” présentée par JM Blanquer. Elle officialise l’extension de la scolarité obligatoire à 3 ans. Les grandes lois d’orientation
  21. 21. Paul Langevin Henri Wallon 1946 -1947 C’est la période de l’élaboration du Plan Langevin Wallon de réforme de l’enseignement Paul Langevin, le physicien, puis après son décès, Henri Wallon, le psychologue, président les travaux d’une commission d’experts qui définit les finalités de l’Ecole : «former l’homme, le travailleur, le citoyen »,et propose une scolarité secondaire organisée en trois cycles : - cycle commun 7 /11 ans - cycle d’orientation 11/ 15 ans - cycle de spécialisation 15/ 18 ans - 3 cycles pour l’enseignement supérieur Le rapport affirme aussi le droit à la formation permanente. Ce plan reste aujourd’hui une référence quasi mythique pour le monde de l’enseignement. Plusieurs de ses dispositions seront mises en place progressivement. La rupture politique après 1947 avec les communistes (dont étaient proches certains experts de la commission) et la pression du « baby boom » le feront passer au second plan.
  22. 22. Jean Berthoin 1959 Réforme Berthoin - prolongation de la scolarité jusqu ‘à 16 ans ( délai d’application en1967,pour laisser le temps d’absorber la vague de nouveaux élèves ) - création de 3 cycles : élémentaire 6/11 ans, d’observation 11/13 ans, 2 d cycle 15/18ans - Deux filières sont distinguées l’enseignement général et l’enseignement professionnel.
  23. 23. Christian Fouchet Le cycle d’orientation 14/15 ans est instauré 4 voies en parallèle : - enseignement classique (lycées avec latin) - enseignement moderne long (lycée sans latin avec seconde langue) - enseignement moderne court (les Cours Complémentaires et les Collèges d’Enseignement Général, CEG) - les classes de transition, CPPN (classes préprofessionnelles de niveau) et CPA (classes préparatoires à l’apprentissage ) qui accueillent des élèves en échec scolaire à la fin du primaire ou après la cinquième (CPPN,CPA). 1962 Réforme Fouchet
  24. 24. Après le CM2 les élèves peuvent fréquenter : - un lycée après examens d’entrée en 6° et y suivre des études longues jusqu’au brevet en 3° ou plus jusqu’au bac en lycée, encadrés majoritairement par des enseignants licenciés maîtres auxiliaires ou titulaires (adjoints d’enseignement), certifiés ou agrégés (plutôt les classes de lycée) - un cours complémentaire (6°et 5° ).Ils peuvent être orientés en 4° en CEG ou Lycée (souvent avec un examen dans ce cas) ou en enseignement professionnel (CET) ; leurs enseignants sont majoritairement des instituteurs qui se sont spécialisés en classes de transition CPPN CPA ou bivalents (PEGC, professeurs d’enseignement général des collèges qui suivent une formation spécialisée en Ecole normale) - un CEG (collège d’enseignement général dont la structure est la plus proche des collèges qui vont être crées) de la 6° à la 3° et des 1962 Réforme Fouchet
  25. 25. 1ère étape : La réforme Berthoin (cycle commun de de 2ème étape : la naissance du secondaire pour tous en 1963 (création des collèges d’enseignement second 3ème étape : la mise en place du collège unique en 1975 (réforme Haby) Vers le collège unique
  26. 26. Alain Peyrefitte et Edgar Faure 68 et après… Le colloque d'Amiens en mars 1968 (donc avant mai !) propose de supprimer les notes chiffrées pour “lutter contre un système élitiste”. Cette réforme est appuyée par Alain Peyrefitte. En 1969, la circulaire du 6 janvier évoque la relativité de la note et l'illusion de sa précision « les études docimologiques dont l'origine est antérieure à 1930 et qui se sont multipliés dans les 20 dernières années ne laissent aucun doute sur le caractère illusoire d'un tel raffinement dans la précision de la note et du classement obtenu » Le ministre de l'Éducation nationale de l'époque Edgar Faure décrète dans cette circulaire que « la notation chiffrée peut être abandonnée sans regrets ». C'est le 9 juillet 1971 (circulaire 71-228) que les notes sur 20 sont à nouveau prônées dans les classes qui comportent un examen (3ème, terminale).
  27. 27. René Haby 1975 Réforme du collège unique dite “réforme Haby” La loi HABY du 11 Juillet 1975 met fin à la ventilation des élèves à la sortie de l'école primaire entre les premiers cycles des lycées, les collèges, les collèges d'enseignement (CEG) et prévoie que tous les élèves issus du cours moyen seconde année (CM2) doivent entrer en sixième dans un collège unique et dans des classes hétérogènes destinées à éviter les effets de ségrégation, souvent sociale. Une démocratisation s'opère au plan qualitatif. Article 4 : "Tous les enfants reçoivent dans les collèges une formation secondaire. Celle-ci succède sans discontinuité à la formation primaire en vue de donner aux élèves une culture accordée à la société de leur temps. Elle repose sur un équilibre des disciplines intellectuelles, artistiques, manuelles, physiques et sportives et permet de révéler les aptitudes et les goûts". Article 7 : "Des aménagements particuliers et des actions de soutien sont prévues au profit des élèves qui éprouvent des difficultés"
  28. 28. Elle s'inscrit dans le prolongement des réformes qui affectent la durée de la scolarité obligatoire et l'unification des enseignements post-primaire . La prolongation de la scolarité obligatoire jusqu'à 16 ans, une des grandes orientations de la réforme Berthoin (59), ne devient effective qu'en 1967; supprimant l'examen d'entrée en sixième, elle est à l'origine de la démocratisation de l'accès à l'enseignement secondaire. La réforme Fouchet (1963) organise l'orientation dans les collèges d'enseignement secondaire (CES) par la mise en place des classes de quatrième et troisième pratiques, qui constituent avec les classes de sixème et de cinquième de transition une filière de ségrégation scolaire et sociale. La réforme Haby se caractérise d'abord par la suppression des filières de relégation : "les nouveaux collèges, qui se substituent aux classes de premier cycle des lycées, aux collèges d'enseignement secondaire et aux collèges d'enseignement général, sont désormais investis d'un double mission : donner à tous les jeunes français une même culture de base et préparer leur orientation". L'orientation se fera désormais par le jeu des options choisies en quatrième, options d'enseignement général ou à caractère préprofessionnel. une évolution plus égalitaire dans sa forme que dans dans sa mise en oeuvre concrète : supprimant les filières de l'intérieur, elle souligne les disparités entre collèges. 1975 Réforme du collège unique
  29. 29. Alain Savary Ministère d’Alain Savary 1981-1984 Arrivée de la gauche au pouvoir. Des moyens pour créer de nombreux postes d’enseignants sont dégagés, dès l’automne 1981 par un collectif budgétaire. 1982 : création des Mafpen 1982 : mise en place des ZEP lancement d’établissements expérimentaux Alain Savary démissionne en 1984 s’estimant désavoué par François Mitterand après le recul devant les manifestations de défense de l’enseignement privé sur la réforme de la Loi Falloux.
  30. 30. 1985 création des Bacs Professionnels 1986 Entrée en vigueur de la décentralisation dans l’éducation nationale. Les collèges dépendent du financement des départements, les lycées des conseils régionaux. Jean-Pierre Chevenement Jean-Pierre Chevenement 84-86 “Calmer le jeu” “80% d’une classe d’âge au bac”
  31. 31. La loi Jospin • « L'éducation est la première priorité nationale. » • “l’élève au centre du système” • «Conduire d'ici à dix ans l'ensemble d'une classe d'âge au minimum au niveau du CAP ou du BEP et 80 % au niveau du baccalauréat.» • Instauration des cycles • création des IUFM Loi no 89-486 du 10 juillet 1989 d'orientation sur l'éducation
  32. 32. • Création du conseil national des programmes • orientation : choix des familles • Des “instituteurs” aux “professeurs des écoles” • échec de la “revalo” La loi JospinLoi no 89-486 du 10 juillet 1989 d'orientation sur l'éducation
  33. 33. La loi “Fillon” • socle commun • maintien du collège unique (jusqu’en 3e) • évolution des instances (conseil pédagogique, démocratie lycéenne,…) Loi n° 2005-380 du 23 avril 2005
  34. 34. La loi Fillon : 89 articles La loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école (23 avril 2005) comporte 89 articles . Parmi ceux ci l'article 9 définit le "socle commun" (sujet suivant) mais il y a aussi d'autres articles sur lesquels on peut s'attarder...
  35. 35. Droit à l'expérimentation Article 34 Projet d'école ou d'établissement pour 3 à 5 ans“Sous réserve de l’autorisation préalable des autorités académiques, le projet d’école ou d’établissement peut prévoir la réalisation d’expérimentations, pour une durée maximum de cinq ans, portant sur l’enseignement des disciplines, l’interdisciplinarité, l’organisation pédagogique de la classe, de l’école ou de l’établissement, la coopération avec les partenaires du système éducatif, les échanges ou le jumelage avec des établissements étrangers d’enseignement scolaire. Ces expérimentations font l’objet d’une évaluation annuelle.”
  36. 36. Conseil pédagogique Art. 38 Dans chaque établissement public local d’enseignement, est institué un conseil pédagogique. « Ce conseil, présidé par le chef d’établissement, réunit au moins un professeur principal de chaque niveau d’enseignement, au moins un professeur par champ disciplinaire, un conseiller principal d’éducation et, le cas échéant, le chef de travaux. Il a pour mission de favoriser la concertation entre les professeurs, notamment pour coordonner les enseignements, la notation et l’évaluation des activités scolaires. Il prépare la partie pédagogique du projet d’établissement. »
  37. 37. Liberté pédagogique Art 48 “La liberté pédagogique de l’enseignant s’exerce dans le respect des programmes et des instructions du ministre chargé de l’éducation nationale et dans le cadre du projet d’école ou d’établissement avec le conseil et sous le contrôle des membres des corps d’inspection.”
  38. 38. Le socle commun
  39. 39. • “Économie de la connaissance” • Espace éducatif européen • Harmonisation des diplômes • Culture de l’évaluation Le processus de Bologne
  40. 40. Le processus de Bologne • adoption d’un système de diplômes aisément lisibles et comparables • adoption d’un système qui se fonde essentiellement sur deux cycles principaux, avant et après la licence • mise en place d’un système de crédits, comme celui du système ECTS • promotion de la mobilité en surmontant les obstacles à la libre circulation des étudiants, des enseignants, des chercheurs et des personnels administratifs • promotion de la coopération européenne en matière d’évaluation de la qualité • promotion de la nécessaire dimension européenne dans l’enseignement supérieur Vingt-neuf pays ont signé la déclaration de Bologne le 19 juin 1999 (d’où le nom de l’ensemble du Processus). La Déclaration énonce les objectifs suivants :
  41. 41. Des références anciennes qui font écho à la notion de socle 1792 :décret sur l'organisation générale de l'instruction publique Condorcet. Lois Ferry de 1881 et 1882 : "Il ne s'agit pas d'embrasser tout ce qu'il est possible de savoir, mais de bien apprendre ce qu'il n'est pas permis d'ignorer". Jules Ferry Le socle commun s'inscrit dans l'histoire
  42. 42. Une histoire récenteUne démarche hésitante qui aboutit à la définition du socle 1959: instauration de la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans 1975 : La réforme Haby, création du collège unique avec annonce de la nécessité de définir un savoir commun ou savoir minimal De 1975 à 2005 : 30 années de débat avec publication de nombreux rapports : •rapport Lesourne en 87 « éducation et société de demain », •Bourdieu/Gros en 89 « principes pour une réflexion sur les contenus d’enseignement », livre blanc collège Bouchez en 93, •rapport Fauroux « pour l’école » en 96, •rapport du conseil Education du conseil européen en 2001 « objectifs concrets futurs des systèmes d’éducation et de formation »,
  43. 43. Bourdieu en 1985, préconise dans son chapitre intitulé « L’unité dans et par le pluralisme » : Des programmes nationaux devraient définir le minimum culturel commun, c’est-à-dire le noyau de savoirs et de savoir-faire fondamentaux et obligatoires que tous les citoyens doivent posséder. Cette formation élémentaire ne devrait pas être conçue comme une sorte de formation achevée et terminale mais comme le point de départ d’une formation permanente. Elle devrait donc mettre l’accent sur les savoirs fondamentaux qui sont la condition de l’acquisition de tous les autres savoirs et sur la disposition à acquérir des savoirs
  44. 44. Des "socles" dans le mondeApproches intégratives en Belgique : décret « mission » avec mise en place des « socles de compétences », mise en cohérence des programmes et construction d’outils d’évaluation (cf. travaux de Bernard REY). Articulation compétences/domaines disciplinaires au Québec avec la réforme du « renouveau pédagogique : évaluer pour mieux enseigner, être évalué pour mieux apprendre » qui place l’évaluation des compétences comme élément central du nouveau dispositif d’apprentissage. Dossier d’évaluation au centre des réformes en Suisse romande : évolution de structures de l’école et de la politique d’évaluation du travail des élèves avec réflexion sur les curricula (plan cadre romand PECARO). L’évaluation est axée sur les objectifs d’apprentissage fixés, elle est transparente et globale avec un axe fort autour sa dimension
  45. 45. Deux textes de référence Cadre européen : le cadre européen de référence de 2004 qui définit « des compétences clés pour l’apprentissage tout au long de la vie qui devraient être transférables et donc applicables à diverses situations et contextes, et multi fonctionnelles : en ce sens qu’elles puissent être utilisées pour atteindre plusieurs objectifs, résoudre des problèmes de genre divers et pour accomplir des tâches différentes ». Cadre français : la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’École du 23 avril 2005. Elle fait suite aux recommandations du Haut Conseil pour l’Éducation et elle institue un socle commun pour la scolarité obligatoire.
  46. 46. Un contexte européen Proposition de recommandation du Parlement européen et du Conseil de l'Union européenne en matière de « compétences clés pour l'éducation et l'apprentissage tout au long de la vie» [10/11/2005]
  47. 47. Le Conseil de l'Europe considère la ou les compétences « comme l'aptitude générale basée sur les connaissances, l'expérience, les valeurs, les dispositions qu'une personne a développées par sa pratique de l'éducation » . Conseil de l'Europe
  48. 48. Le Conseil de l'Europe considère la ou les compétences « comme l'aptitude générale basée sur les connaissances, l'expérience, les valeurs, les dispositions qu'une personne a développées par sa pratique de l'éducation » . Conseil de l'Europe
  49. 49. 8 compétences clés Du conseil de l’Europe • Communication dans la langue maternelle • Communication dans une langue étrangère • Culture mathématique et compétences de base en sciences et technologie • Culture numérique • Apprendre à apprendre • Compétences interpersonnelles, interculturelles et compétences sociales et civiques • Esprit d’entreprise • Sensibilité culturelle Remplacé par “Autonomie et initiative” Remplacé par “Autonomie et initiative”
  50. 50. « la scolarité obligatoire doit au moins garantir à chaque élève les moyens nécessaires à l'acquisition d'un socle commun constitué d'un ensemble de connaissances et de compétences qu'il est indispensable de maîtriser pour accomplir avec succès sa scolarité, poursuivre sa formation, construire son avenir personnel et professionnel et réussir sa vie en société ». Loi n°2005-380 du 23 avril 2005 d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école
  51. 51. 56 Les 7 compétences du socle 20051 maîtrise de la langue française 2 pratique d’une langue vivante étrangère 3 compétences de base en mathématiques et culture scientifique et technologique 4 maîtrise des techniques usuelles d’information et de communication 5 culture humaniste 6 compétences sociales et civiques 7 autonomie et initiative
  52. 52. La loi de programmation et d'orientation portant sur la refondation de l'école conserve le principe du socle commun
  53. 53. “Socle commun de connaissances, de compétences et de culture”
  54. 54. La réforme du lycée de 2009
  55. 55. Réforme du lycée de 2009- 2010 Constat d’un lycée marqué par la hiérarchie des filières Constat de l’échec en licence et affirmation d’un objectif d’aboutir à 50% d’une classe d’âge au niveau licence Octobre 2009 présentation du projet de réforme de Lycée auquel est assigné trois objectifs essentiels : - rééquilibrer les filières d’enseignement général, - faciliter les réorientations et - créer deux heures hebdomadaires « d’accompagnement personnalisé » pour chaque lycéen.
  56. 56. Ce projet s’inspire des propositions du rapport de la mission parlementaire de Benoist Apparu, rendu public en mai 2009, et du rapport de Richard Descoings, remis à Nicolas Sarkozy en juin 2009. Chargé d’une « mission de consultation » sur la réforme du lycée en janvier 2009, Richard Descoings a élaboré son rapport à l’issue d’une phase de consultations et de débats organisés dans 80 lycées de 76 départements. Il succède au projet de réforme présenté par le précédent ministre de l’éducation, Xavier Darcos, mis en échec en décembre 2008 par les mouvements de contestation des lycéens et enseignants (entre autres sur le bac). Jean-Paul De Gaudemar Richard Descoings et Xavier Darcos Réforme du lycée
  57. 57. Et les SES dans tout ça ?• 16 décembre 2008 : 1ère réforme du Lycée (Darcos) annonce de l'entrée des SES dans le tronc commun • 17 décembre 2008 : Xavier Darcos, ministre de l'Éducation Nationale annonce que la réforme du lycée est "reportée"... • septembre 2010 mise en place de la réforme du lycée par Luc Chatel : Les SES ne sont plus dans le tronc commun...
  58. 58. La “Refondation de l’École”
  59. 59. Impatiences.... Constat partagé ?
  60. 60. Concertation durant l'été 2012
  61. 61. 25 juin 2013
  62. 62. Les enjeux de la refondation Redonner à l'école les moyens de son ambit Priorité à l'école maternelle et primaire Repenser le temps scolaire Formation des enseignants Evolution du métier enseignant Evolution des contenus d'enseignement Faire évoluer la gouvernance de l'E.N.
  63. 63. La réforme des rythmes...
  64. 64. Réforme de la Formation
  65. 65. Des IUFM aux ESPÉ
  66. 66. La loi de programmation et d'orientation portant sur la refondation de l'école conserve le principe du socle commun Le Conseil Supérieur des Programmes a redéfini ce socle commun
  67. 67. “Socle commun de connaissances, de compétences et de culture” + Continuité école collège
  68. 68. Priorité au primaire
  69. 69. Le 8 mars 2015
  70. 70. 15 mai 2015
  71. 71. Que s’est-il passé entre temps ?
  72. 72. Le 13 avril le CSP publie les projets de programmes pour les cycles 2, 3 et 4
  73. 73. Introduction du politique itiq
  74. 74. Pastiche… La presse se déchaîne
  75. 75. La réforme du collège et des programmes…
  76. 76. Accompagnement personnalisé Interdisciplinarité et travail en équipe Climat scolaire Autonomie et marges de manœuvres Enseignement + précoce des langues 4000 postes d’enseignants supplémentaires seront créés pour accompagner la réforme. Liaison école/collège
  77. 77. Enseignements Pratiques Interdisciplinaires Huit thèmes : • développement durable ; • sciences et société ; • corps, santé et sécurité ; • information, communication, citoyenneté ; • culture et création artistiques ; • monde économique et professionnel ; • langues et cultures de l'Antiquité ; • langues et cultures régionales et étrangères. Co-intervention Pédagogie de projet Évaluation dans le cadre du brevet ? Développer l’oral
  78. 78. Les enjeux… • Poursuivre l’oeuvre du collège unique • faire évoluer les postures professionnelles et les pratiques pédagogiques • donner plus de souplesse à un système rigide “faire confiance” • différencier les approches • logique curriculaire • lutter contre l’échec et les inégalités
  79. 79. Et l’école inclusive ?
  80. 80. La loi du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté » La loi de refondation de l’école du 8 juillet 2013 a posé les fondements de l’école inclusive en ces termes : « Le service public reconnait que tous les enfants partagent la capacité d’apprendre et de progresser. Il veille à l’inclusion scolaire de tous les enfants, sans distinction. » 2005 et après…
  81. 81. « En France, il existe peu de données fiables sur les conditions de scolarisation des élèves en situation de handicap, sur leur réussite scolaire et sur leur devenir ou encore sur la capacité des aménagements et l’efficacité des soutiens. L’éducation inclusive s’en trouve résumée statistiquement à un accès physique aux établissements scolaires.» Le Cnesco pointe le « déficit de formation des agents, tant sur le plan de
  82. 82. Jean-Michel Blanquer (le 33ème…)
  83. 83. Depuis le 17 mai 2017… • Assouplissement de la réforme des rythmes • Assouplissement de la réforme du collège • Classes de CP en Rep + à 12 (puis CE1) • Gel de la mise en place du PPCR • Modification de l’accès à l’enseignement supérieur (ParcourSup) • Dispositif “devoirs faits” au collège (et primaire l’an prochain) • Évaluations en CP-CE1 • Mise en oeuvre d’une réforme du bac (et du lycée ! ) • Réforme (à venir) de la formation
  84. 84. ParcourSup
  85. 85. Octobre 2017
  86. 86. 2019 2020 Sept. Oct. Nov. Dec. Jan. Fev. Mars Avril Mai Juin Juillet Retour au Lycée ! 14/09 Réunion Parents Profs On commence à penser au bac ! Entretiens avec les PP Conseils de classe 1er T (fiches dialogues) 23/11 Forum du supérieur Janvier Ouverture de ParcourSup (Saisie des voeux) 25/01 Journée Portes Ouvertes Bac Blanc Conseils de classe 2e T “Fiche avenir” et avis Conseil et PP Mars Fin de la saisie des voeux + confirmation 👍 A fond les révisions ! Fin Mai 1ères propositions de ParcourSup Conseils de classe 3e T (fin mai -début juin) 2e semaine juin Épreuves du bac ! Fin juin Reprises propositions de ParcourSup Phase complémentaire Résultats 👩🎓👨🏻🎓👩 🏻🎓👨🏻🎓 🏻📃 D’après une frise de l’Étudiant, l’infographie de ParcoursSup et le calendrier du lycée Corot
  87. 87. La réforme du Bac et du lycée
  88. 88. 24 janvier 2018 Remise du rapport Mathiot
  89. 89. 14 février 2018 Le ministre rend ses arbitrages et présente en conseil des ministres sa réforme du bac et du lycée
  90. 90. http://quandjepasselebac.education.fr/
  91. 91. A vous de jouer !
  92. 92. En conclusion…
  93. 93. Le temps de l'éducation est un temps long. Il supporte mal les raccourcis médiatiques et les commentaires politiques rapides

×