HISTOIRE DES ARTS SÉQUENCE 6
TINTIN AU CONGO,
UNE OEUVRE CONTROVERSÉE
Hergé, Tintin au Congo, première version (1931)
Hergé, Tintin au Congo, deuxième version (1946)
Hergé, Tintin au Congo, deuxième version (1946)
« Tintin au Congo, ce fut, pour plusieurs générations d’enfants belges, le
premier contact avec ce fabuleux pays dont ils ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

HDA Tintin

1 233 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 233
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
59
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

HDA Tintin

  1. 1. HISTOIRE DES ARTS SÉQUENCE 6 TINTIN AU CONGO, UNE OEUVRE CONTROVERSÉE
  2. 2. Hergé, Tintin au Congo, première version (1931)
  3. 3. Hergé, Tintin au Congo, deuxième version (1946)
  4. 4. Hergé, Tintin au Congo, deuxième version (1946)
  5. 5. « Tintin au Congo, ce fut, pour plusieurs générations d’enfants belges, le premier contact avec ce fabuleux pays dont ils entendaient parler : le Congo. Le Congo que découvre Tintin, c’est naturellement le Congo de Papa et même, à y regarder de plus près, le Congo de Grand-Papa. C’est un pays hostile où les chiens imprudents, comme Milou, s’ils ne regardent pas où ils mettent leurs pattes, risquent de se retrouver dans le ventre d’un boa constrictor au demeurant débonnaire. C’est un pays où les missionnaires à longue barbe bravent les bêtes sauvages pour évangéliser des Congolais, naïfs, crédules, à des milliers de kilomètres de chez eux. [...] Le Congo de Tintin, c’est surtout une sorte de paradis terrestre retrouvé par l’homme blanc qui, il y a trente ans comme aujourd’hui, est à la recherche de cet Eden où il pourrait, enfin, goûter le bonheur d’une humanité fraternelle. Cette humanité fraternelle pour Hergé (et pour les milliers de lecteurs dont il exprime le rêve), c’est celle des Congolais. L’humanité fraternelle est évidement peuplée de gens simples. Et ces gens simples, puisqu’ils sont noirs, ont naturellement des visages épatés et s’ils parlent, ils parlent évidemment « petit nègre » : ce babil que ceux qui n’ont jamais vu l’Afrique que dans leurs rêves et les peuples descendant de l’Afrique que dans les clichés désuets de la Case de l’Oncle Tom, ont prêté aux enfants des hommes à peau noire ! Il y a une chose que les blancs qui avaient arrêté la circulation de Tintin au Congo n’ont pas comprise. Cette chose, la voici : si certaines images caricaturales du peuple Congolais données par Tintin au Congo font sourire les Blancs, elles font rire franchement les Congolais, parce que les Congolais y trouvent matière à se moquer de l’homme blanc « qui les voyait comme cela ! » Clément Vidibio, éditorialiste de la revue Zaïre, décembre 1969.

×