22 01/08/2012Commercialisé en 1992, le téléphone portable a multiplié succèset excès. Retour sur une technologie qui a cha...
23quête révèle que les SMS les plusenvoyés sont le célèbre “t’es où?” etsa réponse toute trouvée “j’arrive”.Certains messa...
24 01/08/2012Tueurde fourmisDes centaines d’études ont été consa-crées aux effets néfastes des ondesGSM sur notre santé, e...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

GSM - 20 ans de folie

576 vues

Publié le

Article publié dans Moustique en juillet 2012.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
576
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
288
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

GSM - 20 ans de folie

  1. 1. 22 01/08/2012Commercialisé en 1992, le téléphone portable a multiplié succèset excès. Retour sur une technologie qui a changé nos vies,jusqu’à nous rendre complètement accros.’était le 1erjuillet 1991.Muni d’un prototype detéléphone portableNokia, le Premier mi-nistre finlandais HarriHolkeri appelle la maireadjointe de la ville deTampere. Le contenude cette conversationest dérisoire au regardde la révolution amorcée: le GSM(pour Global System for Mobile com-munications) vient de naître. Et l’an-née suivante, il est commercialisé.Vingt ans plus tard, le mobile consti-tue un des objets les plus usuels etindispensables de notre quotidien.De un milliard en 2000, le nombred’abonnements est passé de nosjours à 6 milliards, dont 5 rien quedans les pays en voie de développe-ment. Avec le prix des terminaux enbaisse constante et des réseaux tou-jours plus étendus, le nombre deGSM dépassera très bientôt celui dela population mondiale. En Belgique,le cap est d’ores et déjà franchi.Cette omniprésence a conduit à biendes changements dans nos compor-tements. “Alors que, jusque-là, ilsétaient plutôt pudiques, les gens ontcommencé à étaler leur vie privée enpublic”, juge l’écrivain Phil Marso, or-ganisateur des Journées mondialessans téléphone portable (chaque 6,7 et 8 février). Thierry Desmedt, pro-fesseur de communication à l’UCL,explique: “Celui qui téléphone, c’estcelui qui montre aux autres qu’il aencore du réseau, au sens social”.C’est là tout le paradoxe d’un outil decommunication qui nous pousse deplus en plus à interagir avec les gensque l’on connaît mais de moins enmoins avec notre voisin proche. “Voirdes couples au restaurant, avec leursmartphone posé à côté de leur as-L’APPEL DU SUCCÈSGSMsiette, prêts à répondre à tout ins-tant, je trouve ça terrible”, s’émeutPhil Marso.T’ES OÙ? J’ARRIVE!Le portable à table reste un sujetd’agacement pour beaucoup de gens,à commencer par les parents. Pasfacile d’exclure du repas familial la“troisième main” des ados, celle quimaintient leur réseau intime à portéede doigts. D’autant que ces pères etmères ont été confrontés, dès le dé-but des années 2000, à ce qu’on abaptisé la “génération des pouces”:ces adolescents tapant une quantitéincroyable de mots à la minute, sansmême regarder l’écran. “Leurs mes-sages ne contiennent souvent aucuneinformation, relève Thierry Desmedt.Ils servent juste à vérifier que l’autreest toujours là. Le GSM joue le rôle decordon ombilical.” D’ailleurs, une en-1985Premier cellulaire qui mérite le quali-ficatif “mobile”: signé Motorola, ilquitte l’auto et le format valise. Sonautonomie: une heure.1995Lancement duGSM en Belgique.1998Proximus lance son service SMS.Cette année-là, dans le monde, ilse vend plus de mobiles que de voi-tures et d’ordinateurs réunis.Ouverture commercialedu service GSM sur leréseau public.1992Inspiré par le “communicateur”de la série Star Trek, le télé-phone à clapet apparaît, enmême temps que le vibreur.199620ANS DACTUALITÉS L’ANNIVERSAIREMOU_3112_022_REG_GSM_DDO.indd 22 30/07/12 13:45
  2. 2. 23quête révèle que les SMS les plusenvoyés sont le célèbre “t’es où?” etsa réponse toute trouvée “j’arrive”.Certains messages s’avèrent toute-fois autrement plus importants. Selonune étude britannique, une personnesur dix se serait ainsi déjà fait larguerpar texto. “Le portable nous rendlâches”, estime Phil Marso. Et quedire de ces patrons qui licencientleurs employés par SMS? La pratique,certes cavalière, est légale en Bel-gique et de plus en plus courante. Elleest aussi un signe supplémentaire dupoids que le GSM fait peser sur lemonde du travail. La limite, aupara-vant assez nette, entre vie privée etprofessionnelle est devenue floue.Les patrons peuvent joindre leursemployés à tout moment, y comprisle week-end et pendant les vacances.Et à l’heure des puces GPS permet-tant de géolocaliser les utilisateurs,la pression et le contrôle risquent des’accentuer. Faudrait-il un garde-foupour prévenir tout harcèlement télé-phonique en dehors des heures detravail? Après tout, en Allemagne, lessyndicats de Volkswagen ont obtenude la direction que leurs salariés nesoient plus sollicités par e-mail entre18h15 et 7 h le lendemain…Véronique, elle, ne craint pas d’êtrecontactable à tout instant. Aucontraire, sa hantise, c’est de se re-trouver hors réseau. “Si j’oublie montéléphone en allant au boulot, je faisdemi-tour illico. Quitte à arriver en re-tard”, avoue cette accro de 26 ans.Elle fait partie des 72 % de Belgeséquipés d’un smartphone quiconfessent ne jamais sortir sansleur précieux engin. Et,comme 40 % desutilisateurs,2000L’antenne externe disparaîtavec le très populaire Nokia3210. On compte un milliard deGSM sur le globe.2007Sortie de l’iPhone, le premier té-léphone d’Apple, avec interfacetactile. Une révolution qui boostele marché du smartphone.DEMAINLe GSM servira demoyen de paiementet même de titre detransport.Apparition du WAPqui permet d’accé-der à Internetdepuis son GSM.1999La plupart desmodèles disposentdésormais d’unefonction photo.2001Le monde compte six milliardsd’abonnés. Chaque seconde, plusde 50.000 SMS sont échangés.2012S DEFOLIEêEn 1992, aurait-on pucroire que nous fini-rions par nous sentirtout nus sans nos té-léphones portablesintelligents?GettyImagesMOU_3112_022_REG_GSM_DDO.indd 23 30/07/12 13:46
  3. 3. 24 01/08/2012Tueurde fourmisDes centaines d’études ont été consa-crées aux effets néfastes des ondesGSM sur notre santé, et notammentsur les liens supposés entre micro-ondes et cancer. Sans déboucher tou-tefois sur des certitudes. N’empêche,certaines d’entre elles interpellent.Comme en 2008, lorsque Dirk Adang,chercheur à l’UCL, montre que les ratsexposés aux ondes GSM perdent la mé-moire et meurent prématurément…Tout récemment, c’est vers les fourmisque s’est tournée une équipe de l’ULB.Soumis à un générateur d’ondes, lesinsectes se sont mis à marcher avecdifficulté, à manger peu, puis finale-ment, incapables de rentrer au nidaprès avoir trouvé de la nourriture, àmourir les uns après les autres.“Mon travail montre que le rayonnementaffecte particulièrement la membrane etles cils de la cellule, puis à travers eux,le système nerveux”, explique la biolo-giste Marie-Claire Cammaerts, initia-trice de cette recherche. “Or, nous leshumains, nous disposons de cellulescillées dans notre oreille. Elles sont in-dispensables à l’équilibre et à l’audition.Et elles sont très fragiles…” La cher-cheuse estime que son étude sur lesfourmis pourrait mettre en évidencedes effets préoccupants du GSM surl’homme: “Des problèmes d’audition,des maux de tête ou de la fatigue, et àlong terme, une diminution de la mémo-risation”. Des chercheurs avaient déjàprouvé qu’un GSM placé au cœurd’une ruche entraînait la mort detoutes les abeilles, donnant un échoglaçant à cette prophétie qu’on seplaît à attribuer à Einstein: “Si lesabeilles venaient à disparaître, l’huma-nité n’aurait plus que quatre années de-vant elle”. De quoi donner toute sa lé-gitimité au principe de précaution.elle surfe aussi aux toilettes.“Mais aussi dans mon bain, à table,en voiture et même devant un film enamoureux. Ce qui a le don d’énervermon compagnon.” Et quand on serisque à lui demander si elle pourraitvivre sans, Véronique répond du tacau tac: “J’aurais l’impression d’avoirun bras en moins…”. Elle n’est pas laseule: outre-Manche, un tiers des 16-24 ans préférerait se passer de sexe,de chocolat ou de boissons chaudes(le sacro-saint tea time) plutôt que deGSM. Cette véritable dépendanceporte un nom: la “nomophobie”,contraction de “no mobile phobia”,c’est-à-dire la peur panique de ne pasavoir son portable à portée de main.Sans rire, c’est une pathologie préoc-cupante. Les symptômes? Respira-tion difficile, nausée, tremblements,crises d’angoisse…À props de ces accros aux mobiles,Thierry Desmedt évoque, lui, le “syn-drome de la caserne de pompiers”:“Dans l’attente d’un appel, ils sont enstand-by permanent”. Avec un effetpervers: cette situation de stress nuità la capacité de planifier et à poserdes choix autonomes, car toute tâchepeut être remise en question par unappel impromptu. Qu’il soit réel ouimaginaire, d’ailleurs! Un phénomène,anodin mais symptomatique, est ap-paru ces dernières années: la “vibra-tion fantôme”. Sans doute en avez-vous déjà eu l’expérience: vous avezl’impression que votre téléphonevient de vibrer mais lorsque vous lesaisissez, aucun message, aucunappel. C’est votre cerveau qui vous ajoué un tour. Pour Pierre Schepens,chef de l’unité de psychiatrie de l’hô-pital Saint-Pierre (Bruxelles), c’est “lapreuve qu’on n’est jamais totalementapaisé et serein dans l’instant”.Alors forcément, dans un tel état,quand on égare son joujou, on de-vient fou. Selon une récente étudeaméricaine, 73 % des gens pa-niquent, 14 % se sentent désespé-rés et 7 % tombent carrément ma-lades. On s’étonnera donc à peineque trois sondés sur cinq jugentplus grave de perdre leur GSM queleur portefeuille ou les clés de leurmaison. “Quand on égare son réper-toire d’amis, c’est comme si, symbo-liquement, on n’avait plus d’amis”,décode Pierre Schepens. D’autantqu’avec la convergence des ser-vices sur smartphone, ce dernierest devenu un véritable couteausuisse. Voire un journal intime. “Onmet énormément de soi dans cesappareils: textes, photos, vidéos,musique, confirme le psychiatre.C’est devenu le prolongement deson identité.”EN DÉSINTOXCe glissement de l’appareil du “pure-ment” utilitaire vers l’affectif peutêtre dangereux. Exemple extrêmemais édifiant: en 2008, deux Espa-gnols de 12 et 13 ans ont dû êtreadmis dans une unité de pédopsy-chiatrie parce qu’ils restaient rivés àleur GSM 5 à 6 heures par jour, cequi les a conduits à l’échec scolaire.L’addiction au portable, un hôtel hautde gamme de Chigaco a décidé des’y attaquer. Il propose une cure dedésintoxication à ses clients accrosau BlackBerry. Un marché sans nuldoute prometteur, lorsqu’on sait que,demain, nos téléphones portablescontiendront toujours plus de don-nées personnelles, voire administra-tives, et serviront même de terminalde paiements.h Pierre ScheuretteCES COUPLESAU RESTO,AVEC LEURSMARTPHONEÀ CÔTÉ DELEURASSIETTE,PRÊTS ÀRÉPONDRE,C’ESTTERRIBLE.êACTUALITÉS L’ANNIVERSAIREIsopixCorbisMOU_3112_022_REG_GSM_DDO.indd 24 30/07/12 13:46

×