Les buzzeurs du web belge

1 724 vues

Publié le

Le web peut donner le pire - Chris Bieber, Joharno, Mary-L, Natohé… - comme le meilleur: Freddy Tougaux!

Article publié dans Moustique en mars 2013.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 724
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 388
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les buzzeurs du web belge

  1. 1. 28 03/04/2013ACTUALITÉS LE GAGnutes, mais en vues, en “like” et en“followers”. Pour ces stats, ils sontprêts à tout. Ou plutôt, à rien. Cesersatz des stars de la téléréalité (tuparles d’une dégénérescence…)buzzent du vide, beaucoup de vide.Une inanité artistique inversementproportionnelle à leur prétentiond’être pris au sérieux. La figure ar-chétypique de cette générationLES BUZZEURS DUWEB BELGEe buzz. Voilà le responsable.Un mot passe-partout, deve-nu presque vulgaire, qui anécrosé la vie médiatique etculturelle. À sa trousse, desquidams qui sont en quêtede la moindre minute denotoriété. Sauf quesur Internet, on necompte plus en mi-Vague sosie de Justin Bieber, le Verviétois Christopher a 138.000 fans surFacebook. Auteur d’une chanson improbable (Çavad’aller), le LouviéroisFreddy Tougaux casse la baraque. Buzzer sur le Net, un job comme un autre?double zéro se prénomme Christo-pher Hagelstein. Ou plutôt ChrisBieber, puisque ce Verviétois de 18ans joue depuis deux ans les sosiesdu petit Canadien Justin Bieber.Repéré par un agent et encouragé àfond par ses parents, il enchaîneles séances de dédicaces, loue unelimousine pour faire un tour avecses fans, crée des émeutes, se pro-ChristopherHagelstein aliasChris BieberMOU_1413_028_REG_PIREWEB_DDO.indd 28 29/03/13 13:06
  2. 2. duit en showcase dans des boîtesde nuit et se lance même dans lamusique avec un clip - Accroche-toià moi - dont la musique et le mon-tage réussissent la prouesse d’éga-ler l’abyssale vacuité du texte.Et à force de faire semblant, il finitpar crocheter les portes du “vrai”showbiz. Sans mérite, sinon celuid’une (vague!) ressemblance avecson idole; sans talent, sinon celuide la comédie; mais avec beaucoupde culot. “Christopher est un as dela communication, confie son agentÉloy Dufranne. Il a compris que tantqu’on parle de lui, que ce soit enbien ou en mal, il existe. Et là, ilexiste énormément.”JE BUZZE DONC JE SUISEn effet. Pour preuve, sa fan-basede 138.000 fans sur Facebook et87.000 followers sur Twitter, consti-tuée principalement d’adolescentesen fleur qui le trouvent vraiment“trooop sexy”. Surtout lorsqu’il dé-voile ses fesses sur Internetcomme son idole ou pose nu pourla Saint-Valentin… À côté des grou-pies, sévit une autre communauté,celle de ses détracteurs qui leflinguent allègrement. Résultat, sesvidéos sur Youtube comptabilisentsystématiquement plus de votesnégatifs que positifs. Et les com-mentaires, eux, oscillent entre lamoquerie et l’insulte.Chris Bieber est loin d’être un casisolé. Tous ceux qui exhibent sur leNet un talent tout relatif s’exposentà ces retours de bâton. Et mêmelorsqu’on affirme se produire “pourle fun”, on prend généralement lacritique au premier degré: ”Ça neme touche absolument pas, mais jene comprends pas pourquoi ça lesamuse de critiquer“, confie Mary-L,une ancienne “élue” carolo du web,aujourd’hui reconvertie dans lachanson. “Les frustrés n’ont commedéfense que l’insulte.“Beaucoup choisissent alors de blo-quer la possibilité de commenter oude noter leur vidéo. Pas Chris Bie-ber. “Ce sont les gens qui ne m’ai-ment pas qui me font le plus de pub.Par exemple, grâce à 100 ou 200personnes qui m’ont descendu surTwitter il y a quelques jours, j’ai ga-gné plus de 10.000 followers. Avoirdes jaloux, c’est très important.”Une mauvaise pub est avant toutune pub… In fine, certains arriventmême à en tirer un profit pécuniaire.Joharno, véritable légende du web,est ainsi devenu le premier blogueurbelge payé par Youtube pour sesmonologues devant webcam. Quantà Chris, outre ses prestations rému-nérées (dont la demi-heure peut semonnayer jusqu’à 600 €), ce sontses apparitions en télé, gratuites enBelgique mais pas en France, qui luirapportent. Pas étonnant du coupde le voir multiplier les plateaux:TF1, France 2, France 3, M6, Direct8, Star TV… Même la RTBF et RTL!D’autant que les chaînes sont de-mandeuses… “C’est une éponge àclics, confie Aurore Peignois, une exde RTL, qui l’a interviewé en vidéopour le site de la chaîne. On le nour-rit, mais il nous nourrit aussi.” At-tention cependant à ne pas vampi-riser un garçon qui ne mesurepeut-être pas les conséquences àlong terme… “Le web n’oublie pas.Par exemple, la vidéo où il chante Jel’aime à mourir est visible sur le sitede RTL jusqu’en 2019. Dans sixans, on pourra donc encore sefoutre de sa gueule… Quand unrecruteur tapera son nom surGoogle, quelles seront alors seschances d’obtenir un emploi?” Peude chances que Christopher ac-corde beaucoup d’importance àces considérations: il vient de par-ticiper à sa première téléréalité, Lessosies à Hollywood, diffusée uni-quement en France depuis la se-maine dernière et, nous rapporte-t-on, d’une inertie sans nom. Pourlui, une consécration.DON QUI BUZZEHeureusement, le web n’est passeulement peuplé de ces neverbeen. Il existe aussi des types quise jouent du buzz avec second de-gré et dérision. Comme Freddy Tou-gaux. Qui? “Une espèce de philo-sophe du quotidien, qui donne sesconseils tout faits, sur tout et surrien”, explique son créateur, DavidCreuse, un comédien louviérois de45 ans. Et si Chris Bieber est lecousin spirituel de l’improbableMickaël Vendetta, Freddy Tougauxest, lui, le frère d’armes deLes autres “stars”JOHARNO 600.000 VUESCe baraki patenté, supporterd’Anderlecht, est la 28eper-sonne la plus regardée surYouTube.MARY-L 175.000 VUESRebaptisée la “Shakira fran-çaise” par un twitto sans douteborgne, elle nous en fait voir de“toutes les couleurs” (c’est lenom d’un de ses tubes) avec salingerie fine tout droit sortied’un Cash Converter.NATOHÉ 22.000 VUESOn ne retiendra que cette cri-tique de Pure FM: ”Elle a desyeux qui crient braguette, elleest maquillée comme une ba-gnole tunée, elle est inespérée,elle est parfaite”. La chanteuseverviétoise assume: ”Mon côtéun peu kitsch m’a attiré lesfoudres de nombreuses per-sonnes. Mais ça m’encourage àm’améliorer”.êMathieuBuyseDavid Creuse aliasFreddy Tougaux:2 millions de vuessur le Net.MOU_1413_028_REG_PIREWEB_DDO.indd 29 29/03/13 13:06
  3. 3. 30 03/04/2013ACTUALITÉS BUZZEURS BELGESRémi Gaillard (autre curiositéabsolue du Net) et de son célèbreslogan: “C’est en faisant n’importequoi qu’on peut devenir n’importequi”. N’importe quoi comme lachanson Ça va d’aller. “Une bou-tade“ qui - après un passage surM6 dans La France a un incroyabletalent - va atteindre près de 2 mil-lions de vues. “Certains se défro-queraient ou feraient des choses dedingues au premier degré pour fairele buzz. Ici, rien n’était calculé”, cer-tifie le comédien. Assurément, l’unedes raisons du succès de cettevidéo qui fait du bien.Et Gilles Morin, son producteur etpatron des Kings of Comedy, de ra-conter: “Un jour, on a reçu un mes-sage: ”Mon père est malade d’uncancer, Freddy ne peut-il pas l’appe-ler pour lui dire “Ça va d’aller”?””Mais ce morceau n’est pas seule-ment une chanson thérapeutique,c’est aussi un ultime pied de nez àune certaine frange du web. A millelieues de ces turpitudes, FreddyTougaux s’est fixé un objectif ab-surde: battre le record du milliard devues de la chanson Gangnam Style.”C’est le Don Quichotte du Net, avecdes luttes dérisoires et des combatsperdus d’avance, avance David/Freddy. L’idée, c’est s’attaquer àl’industrie pop coréenne qui, avecsa sous-culture, a écrasé le VieuxContinent…” Lequel se convaincque Ça va d’aller… Parce que,comme le dit Freddy, “chacun chezsoi on est tout seul… Si tu cliques,ça ne fait qu’un clic. Mais quandtous les chacun sont ensemble, çafait tout le monde. Et si tout lemonde clique, on dépasse large-ment un milliard hein”. Imparable.hPierre Scheurette (st.)kFaire le buzz, c’est une obsession?CHRIS BIEBER - Non, mais ça me permet d’exister dans lemonde du showbiz. Si je ne fais pas le buzz, je suismort, on n’entend plus parler de moi, je n’existe plus.kPourquoi est-ce si important?C.B. - Parce que ça a beaucoup d’avantages: je fais desplateaux, je rencontre mes idoles comme Justin ouRihanna, je vais à Los Angeles, je gagne pas mal d’ar-gent, je roule en BMW, je bois gratuit en boîte…kPourquoi t’es-tu lancé dans la musique?C.B. - On m’y a poussé… Moi, je ne sais pas chanter dutout: heureusement que les studios étaient là! Mais lesfans en redemandent. Elles craquent sur mon physiqueet sur les paroles d’amour. J’ai un public assez jeune,donc vite emballé à partir de pas grand-chose.kHonnêtement, tu trouves vraiment que turessembles à Justin Bieber?C.B. - Juste un petit peu quand je mets la casquette etquand je prends la pose… Mais les fans de Justin disentque oui, ce sont elles qui me font douter. En fait, je m’enfous un peu de lui ressembler ou pas… Tant que çamarche.kMérites-tu cette célébrité?C.B. - Non, il y a des chanteurs qui ne sont pas connusmais qui ont beaucoup de talent. Moi, je n’ai pas du toutde talent… Mais j’essaie d’en créer un!kTu es heureux?C.B. - Franchement, je m’éclate. Il y a beaucoup de mo-queries à gauche, à droite, mais ça fait partie du jeu. Etle positif rattrape le négatif. Donc oui, je suis heureux,très heureux.Chris Bieber“FRANCHEMENT,JE M’ÉCLATE”êMOU_1413_028_REG_PIREWEB_DDO.indd 30 29/03/13 13:06

×