Successfully reported this slideshow.
Pensées.
Il est d’étranges événements qui ne sont pas
tous relatés, il est des hasards qui ne dépendent
pas des hommes, il...
comparaison de celui qui a peut-être eu un début et
qui ne s’arrêtera pas, parce que l’une de ces
créatures, dite « intell...
Prologue!
Il y a eu pour chaque grand projet sur notre
belle Terre, des hommes qui ont poussés leur
raisonnement au-delà d...
qui les met au-dessus du pecus vulgum.
L’Histoire à venir ne sera bâtie encore une fois
que sur cette constatation : le co...
Chapitre 1 Afars.
Juin 1977 La République de Djibouti avait
gagné son indépendance plutôt pacifiquement, la
langue et un b...
Cette ville Blanche de Tadjourah était
caractérisée par ses minarets, ses monts chauves et
gris au loin et ce bord de mer ...
Les Afars avec leurs règles (Maqda),
s’occupaient à résoudre leurs problèmes de police,
de morale, de respect de la vie. I...
traditions !
Ils avaient un respect infini envers leur Dardar,
car il effectuait des jugements selon leurs lois et
non cel...
était leur Dieu. Les Français avaient essayés de
leur vendre Jésus en tant que Dieu alternatif, mais
dans le livre sacré é...
Un événement unique se préparait sur la plage
de Tadjourah où des Afars, tous cousins
originaires de la tribu d’Ablé venai...
prendre cette nuit du 10 Novembre 1977, la
décision finale de ce voyage, tout d’abord vers
leurs frères Afars des lieux re...
assistaient des boulangers, bouchers, selliers,
forgerons, croque morts !
Les cousins et Mohamed, tenant compte de leur
ni...
ingénieurs, architectes.
A l’époque de la colonisation… oui ! Mais
c’était fini ! Ils avaient frôlés malgré tout le
confor...
et de transmettre leurs connaissances où ils
pensaient être les plus utiles ; auprès de leurs
frères Afars illettrés et au...
Certains souriaient à cette drôle d’idée. Ils ne
se sentaient pas concernés !
Ce soir Mohamed expliquait tout son plan à
s...
ses compatriotes. Il ne lui restait plus qu’à
convaincre sa femme de s’occuper du quotidien à
Tadj !
« Toi Abdallah « l’in...
les premiers jours. N’oublie pas tes flèches ton arc
et ton couteau !
« Toi, Abdelaziz la boussole, les casseroles…
« Toi ...
que nous allons divulguer la parole d’Allah et que
nous reviendrons chargés de gloire. »
Tous en cœur ils rajoutaient :
« ...
au moins la moitié préférerait leur pauvreté, leur
dénuement ici à Tadj, car la mer les nourrissait. Ils
savaient qu’il y ...
A parcouru tes éternels rivages
Frappé de tes embruns amers
Et de la brise chaude de ta mer.
Sur les rives de tes plages b...
Pour arriver jusqu’ici :
En route d’Ethiopie…
Patrie de tous mes frères et amis…
Je suis Afar et j’en suis fier
Ma langue ...
Le village se réveille et se ravive
Par la brise sifflante, effleurée
La crête des vagues rondement caressées
Deviennent b...
dattiers
Entraînés dans les filets d’Eole, s’éveillant à
moitié.
Un instant de silence étonnant
Célèbre la naissance du jo...
Tâchent la nature
Lorsque le regard descend
Vers le fond de vallée
Où repose isolée,
Une maison carrée.
Une terre arrangée...
Au sein de tes déserts
Au fond de nos vallées
Perdues et desséchées
Tu imprègnes la vie
Par tes puits oasis
Et tes sources...
le jour de leur départ.
*
Mohamed l’organisateur en chef de cette future
épopée, voulait avoir de bons lecteurs, de futurs...
Les puanteurs de fientes, d’urines se
mélangeaient avec les odeurs des animaux vivants,
des viandes de poissons et de vola...
Un jour Ahmed ayant déposé des sacs de sel
« empruntés » au Lac Assal, s’aperçut, tenant
compte des amoncellements de chos...
nomades arrivaient dans Tadj par le Sud en
provenance de Djibouti…
Mohamed avait bien fait d’attendre : les
chameliers ava...
langue natale, d’une autre tribu que Mohamed ne
connaissait peut être pas.
Mohamed se mit à genoux devant lui en se
frappa...
Mohamed se sentant ridiculisé par les propos
du chamelier lui répondit.
« Si tu te moques de moi et de mon Dieu… »
Il s’ar...
Chapitre 2 Nasa. Cap
Kennedy…
Comme d’habitude, 7 jours sur 7, le Kennedy
Space Center Visitor Complex s’ouvrait sur des
m...
Joan Kilt était la Directrice de cette
gigantesque organisation où se mêlaient un passé
proche à l’échelle de l’Histoire e...
spatiale.
Au début, rien n’avait été facile, plus les
succès couronnaient les expéditions, plus elle se
sentait ridicule a...
d’entretien des bâtiments.
Il avait bien sûr rêvé, comme beaucoup, de
monter au-dessus des montagnes, des gratte-ciel,
des...
mentionner en premier !
De ce fait il avait négligé le reste de sa visite ;
pour une fois il allait compter totalement sur...
pour lui serrer chaleureusement la main…
« Alors Jerry, quoi de particulier à noter sur
notre « plancher des vaches » ?
Ja...
« Savez-vous ce que je désirerais le plus au
monde à l’occasion de cet événement, vous qui me
côtoyez depuis plus de 20 an...
Joan reprit la main, reposant sa question
d’origine.
« Savez-vous ce que je désirerais le plus au
monde à l’occasion de ce...
Elle répéta encore se retournant en souriant !
« Vous avez carte blanche. »
Jerry abasourdi par cette rencontre
exceptionn...
Chapitre 3 Rencontre chez
SpaceX
Hawthorne (Californie). 3684 km du Kennedy
Space Center Visitor Complex...
Après ce long ...
malgré tout le poids des ans dans son corps, à
l’intérieur…
Mais pourquoi elle ? Elle avait voyagé en first
aux frais de S...
d’autres domaines plus confidentiels proches du
gouvernement… L’idée de la guerre lui était
insupportable !
*
Le jour vena...
semblait particulièrement anxieux, le
développement de SpaceX dépendant de la
réussite de la réalisation d’un cahier des c...
Visitor Complex !
Elle n’avait jamais pensé qu’elle serait un jour
à nouveau en présence de Barack Obama Président
en exer...
évidence, venait de quitter sa fonction d’accueil,
laissée désormais à un subalterne.
Jeffrey Archery se dirigea vers le P...
Elle commença à comprendre lorsque ses
vieux amis astronautes commencèrent à pénétrer
dans la salle !
Bruce Mac Candless
A...
*
Le nombre d’invités semblait atteint car le
Directeur venait d’entrer dans cette immense salle
et se dirigeait vers un p...
Parfaitement orchestrée, l’entrée du Président
fit battre les cœurs des invités… Enfin ils allaient
savoir…
« Messieurs, c...
revenir vivant sur Terre !
Je tiens à remercier nos amis décédés qui ont
joués les pionniers et qui hélas ne sont pas
reve...
la société SpaceX qui nous a convoqué.
Jeunes et vétérans, vous tous … »
Il parcourt du regard l’assistance avec
respect…
...
de vous informer au mieux ! Tout ce qui a été dit ou
qui sera commenté restera entre nous évidemment,
sinon nous aurions c...
Ce travail vous l’imaginez n’était pas simple.
Je vais être très vulgaire mais vous allez vite
comprendre la difficulté qu...
l’espace, dans le vide… »
Sarcastique, avec un léger sourire, il
poursuivit :
« Heureusement la demande ne concernait que
...
homme de l’espace ne font pas partie de notre
job. »
Jack souriait, observant l’auditoire, attendant
que son histoire atte...
« Non, il a un fonctionnement vital réduit qui
commence à évoluer morbidement, seulement au
bout de 6 mois… ».
Des voix s’...
travail dans l’espace et marchant avec aisance…
Un incroyable décor futuriste de station spatiale et
de travailleurs de l’...
l’espace au froid ou à la chaleur extrême,
permettra un séjour rallongé de 50%
supplémentaire en appliquant des méthodes d...
Chapitre 4 Secrets volés
A son retour de Hawthorne, Joan Kilt avait
repris son activité ayant au fond d’elle ce secret
qu’...
en poussant la porte.
Parfois il se souvenait de discussion « à bâtons
rompus » sur des sujets aussi divers que la vie, le...
l’annonce de sa retraite l’avait fait sortir de son
habituelle réserve !
Elle découvrait donc un nouveau Jerry et
pensait ...
*
Cinq minutes après l’heure du RDV Jack
Lados entrait, le visage reflétant une étrange et
énigmatique émotion.
« Je viens...
appuyée…
Un peu surprise malgré tout elle nota et décida
de retarder tous ses entretiens de la journée.
Ce rendez-vous qui...
Cet immense immeuble était quelconque, bâti
sur deux étages, constata le peu de véhicule,
essaya de repérer la voiture de ...
légèrement à la porte de la chambre 23.
Cet hôtel était quand même isolé et elle n’avait
vu personne !
La porte s’ouvrit e...
Le premier avait clairement dit :
« Nous voulons savoir ce que vous avez fait
lors de votre voyage à Hawthorne !!! »
Pitoy...
dans le parking VIP ?
Elle avait mis en place toutes les mesures pour
éviter l’entrée de voyous de voleurs de fraudeurs
su...
réseau de bouclage d’information ! ».
A nouveau plaquée sur le lit, Joan Kilt essayait
d’appeler au secours, mais aucun so...
ne parle pas on la tue quand même… ».
Un jet d’adrénaline parcourut le corps de Joan
qui réussit à s’échapper de son empri...
Les vautours de l’espionnage tournaient, ils
pénétraient là où on les attendait le moins et
restaient pacifiques, en létha...
Helicoide extrait 75 pages   Pierre st Vincent
Helicoide extrait 75 pages   Pierre st Vincent
Helicoide extrait 75 pages   Pierre st Vincent
Helicoide extrait 75 pages   Pierre st Vincent
Helicoide extrait 75 pages   Pierre st Vincent
Helicoide extrait 75 pages   Pierre st Vincent
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Helicoide extrait 75 pages Pierre st Vincent

1 028 vues

Publié le

Une rencontre improbable entre peuple aborigène, le peuple Afar d'Afrique et la technologie spatiale !

Publié dans : Art & Photos
  • Soyez le premier à commenter

Helicoide extrait 75 pages Pierre st Vincent

  1. 1. Pensées. Il est d’étranges événements qui ne sont pas tous relatés, il est des hasards qui ne dépendent pas des hommes, il est des histoires perdues qui ne seront jamais racontées, il y a les histoires inventées qui auraient pu se réaliser ou qui ne le sont pas encore… Le destin de l’homme est pour chacun un mystère ! Combien de temps faut-il pour bâtir une destinée hors du commun qui sera intégrée par l’Histoire ? Le temps qui nous accompagne n’est rien en
  2. 2. comparaison de celui qui a peut-être eu un début et qui ne s’arrêtera pas, parce que l’une de ces créatures, dite « intelligente », aura accompli une mission sur la Terre ou dans le cosmos et aura laissé une infime empreinte. Dieu existera-t-il encore à l’extrémité du bout du bout ? * La terre n'appartient à personne, il faut juste penser qu'elle est en vie par notre présence. Elle vit ses pulsations que nous ne comprenons pas, elle ignore les nôtres... Nos échanges sont faits par rapport à nous humains. Nous pensons qu'elle, la Terre, pourrait nous supporter éternellement... Nous sommes liés à elle par des liens du temps... Nos racines ne sont que le fait du hasard... Nos territoires et nos maisons ne sont que bâtis sur le sang de nos ancêtres...Si la terre nous rejette c'est parce que nous y vivons... Tout n'est pas immuable et établi... Nous Sommes des nomades et rien de plus à l'aune tu temps.
  3. 3. Prologue! Il y a eu pour chaque grand projet sur notre belle Terre, des hommes qui ont poussés leur raisonnement au-delà de la raison humaine ou scientifique et ceux qui n’attendaient rien de la réflexion, sinon de vivre tout simplement là où leur naissance les avait déposée, le nez dans un dur quotidien au sein de la nature. Il y a des humains qui n’ont vécus et ne vivent que par rapport aux préceptes de leurs Dieux et de leurs religions… Tout est ainsi depuis la nuit des temps, enfin peut être pas tout à fait ! Il y a les autres, philosophes, banquiers, ingénieurs, médecins, juges, commissaires, homme politiques, militaires, P.-D. G., maîtres à penser qui portent la destinée de ces pays dits développés… Si vous observez ces derniers ils sont tous une fonction qui les transforme et leur donne un statut
  4. 4. qui les met au-dessus du pecus vulgum. L’Histoire à venir ne sera bâtie encore une fois que sur cette constatation : le comportement de l’homme peut s’accommoder de toutes les situations lorsqu’il se trouve dans des circonstances hors du commun, hors de ses croyances, hors de son univers quotidien !
  5. 5. Chapitre 1 Afars. Juin 1977 La République de Djibouti avait gagné son indépendance plutôt pacifiquement, la langue et un brin de civilisation française avaient marqué son empreinte dans l’ancien Territoire des Afars et des Issas. L’Islam, pacifique progressait. Tadjourah, étalait mollement sa blancheur sur les côtes du Golfe d’Aden… La mer y était bleue, les pécheurs remontaient des pêches mirifiques sous un soleil de plomb. On était sur la corne d’Afrique, Rimbaud un siècle et demi plus tôt y avait fait un séjour et en était tombé amoureux… La colonisation avait surtout servi à la capitale Djibouti quelques kilomètres plus loin…
  6. 6. Cette ville Blanche de Tadjourah était caractérisée par ses minarets, ses monts chauves et gris au loin et ce bord de mer au sable blanc… Plus loin il y avait Ambobo, une perle sauvage, et vers le nord-ouest en direction de l’Ethiopie il y avait Randa perchée sur ses montagnes. Les Faransawi (Français), à l’époque coloniale, s’y rendaient pour avoir un peu de fraîcheur pendant les vacances par des étés « de plomb » Tous ces lieux étaient des paradis que la civilisation n’avait pas trop touchés, surtout vers Randa. Dans la ville de Tadj calme et paisible qui avait reçu quelques éclats de la révolution pour l’obtention de l’indépendance, vivaient les Afars. Ils conservaient, malgré leur nouvelle appartenance à l’Islam pour beaucoup, farouchement leurs habitudes rituelles et séculaires, leur « Dardar » le sultan, leurs règles de vie acquises durant des millénaires… *
  7. 7. Les Afars avec leurs règles (Maqda), s’occupaient à résoudre leurs problèmes de police, de morale, de respect de la vie. Ils vivaient en harmonie avec la nature et se nourrissaient de leur (lah) bétail et se déplaçaient, pour ceux qui n’étaient pas devenus sédentaires, en longues caravanes de (gala) chameaux. La transhumance leur permettait d’accompagner le bétail qu’ils devaient nourrir au fil de longs voyages vers l’Ethiopie ou les pays frontaliers… Ils étaient issus de plusieurs tribus : (Illigler, Hassoba, Ablé (divisé en deux : data-ablé et assa- ablé), Adaili (tribu du sultan de Tadjourah), Haissamalé, Adnito, Arolasso, Seika, Farka, Takile, Adokom, Dabamela…), le Sultan était une sorte de Roi qui les fédérait. Les Afars ne se trouvaient pas seulement en République de Djibouti, mais leurs tribus considéraient que des territoires jusqu’à Awash en Ethiopie, leur appartenaient. Un territoire entier en Ethiopie portait le nom de ce peuple fier de ses
  8. 8. traditions ! Ils avaient un respect infini envers leur Dardar, car il effectuait des jugements selon leurs lois et non celles trop compliquées que les Français avaient voulus leur imposer. Le lac Assal apportait le sel journalier, lequel était l’objet de troc et était véhiculé par de longues caravanes spécialisées transportant le sel d’Ethiopie vers Djibouti en longues files vivant au rythme du jour et de la nuit… Au centre de cette ville il y avait un vieux café où les gens se réunissaient. Là des projets se bâtissaient dans la chaleur torride des mois d’été, en fait l’été durait de mars à novembre ! On parlait de sa famille, des derniers ragots, de l’état de ses bêtes, ils parlaient de la pêche, de la sécheresse qui brûlait les quelques touffes d’herbes qu’il fallait aller chercher sur les hauts plateaux on se séparait à l’heure de la prière… Le Khat cette herbe qui faisait oublier le présent circulait et personne ne prenait conscience des ravages qu’elle provoquait ! On partait à la mosquée 5 fois par jour et Allah
  9. 9. était leur Dieu. Les Français avaient essayés de leur vendre Jésus en tant que Dieu alternatif, mais dans le livre sacré écrit en Arabe que personne ne comprenait, il était écrit que Jésus était seulement un prophète… Le Coran était une « bible » et ce qui y était écrit avait été dicté à Mahomet par Allah ! Les missions catholiques étaient quand même appréciées car il y avait des médecins et des infirmières qui s’occupaient des gens très malades, moyennant de petits services… * Qui avait converti ce peuple des Afars et des Issas à l’islam ? Mystère. De l’autre côté du golfe, il y avait l’Arabie Saoudite et le Yémen… et plein de grandes nations arabes… Ceci expliquait peut être cela ! On mourrait jeune, le regard perdu dans d’autres mondes en d’autres lieux, Khaté par le mauvais sort… *
  10. 10. Un événement unique se préparait sur la plage de Tadjourah où des Afars, tous cousins originaires de la tribu d’Ablé venaient se réunir quelques soirs… Ils allumaient un feu de bois et chacun portait une part de nourriture. Leurs yeux noirs brillaient et ils parlaient fort et chantaient le nez vers les étoiles « le Hora » ou « le Lalee ». Le départ des Faransawi (Français) les avait fait réfléchir à la force de l’union. Mohamed Omar Hussein qu’ils avaient choisis comme chef, les avait convaincus de le suivre dans une aventure vers l’est vers les tribus aborigènes de la forêt tropicale… Ils devraient abandonner femmes et enfants et se procurer chacun comme base de leurs ballots un vénéré Coran. Personne ne savait qui lui avait suggéré cette idée, mais chacun pensait que ce voyage serait moins cher qu’un pèlerinage à la Mecque et serait surtout bien plus utile au grand « peuple de tous les croyants musulmans. ». Une vingtaine était là ce soir et ils devaient
  11. 11. prendre cette nuit du 10 Novembre 1977, la décision finale de ce voyage, tout d’abord vers leurs frères Afars des lieux reculés de la République de Djibouti ainsi que d’Ethiopie, puis vers le fin fond de la forêt tropicale : la tribu Baka. Pourquoi Mohamed avait il choisi cette tribu ? Mystère ! * Mohamed et ses cousins avaient réussi à faire des études dans des établissements Français d’avant 1977. Ces études ne leur servaient à rien dans la ville, car, à part des postes de fonctionnaires, les autres cultivaient leur petit lopin de terre, partaient à la gillabi (pêche), élevaient poules, canards, chèvres et lapins, servaient de berger au cheptel du Sultan, extrayaient ou transportaient le sel du Lac Assal vers les villes… partaient en transhumances dans les montagnes vers Randa, mendiaient, commettaient des larcins... Beaucoup avaient repris les métiers où ils
  12. 12. assistaient des boulangers, bouchers, selliers, forgerons, croque morts ! Les cousins et Mohamed, tenant compte de leur niveau du certificat d’études auraient pu prendre des fonctions importantes, comme percepteurs d’impôts, postiers, pompiers, voire Imam ! Mais les places avaient été prises de force et quasi la majorité dans cette ville vivait chichement. Les gouverneurs Français et leurs sbires avaient vécus sur le dos des autochtones, mais il fallait le reconnaître, de petits emplois avaient été créés avant 1977 comme : chauffeur, cuisinier, gardes, ils étaient souvent logés et nourris… * Ils vivaient la dépression qui avait fait disparaître la tutelle Française… Et les Faransawi avaient laissés des places libres qui ne pouvaient être remplies par les natifs Afars de Tadj. Que leurs restaient-ils comme perspectives maintenant qu’ils avaient vu les Français occuper des fonctions enviables de très haut niveau comme députés, ministres, enseignants, docteurs,
  13. 13. ingénieurs, architectes. A l’époque de la colonisation… oui ! Mais c’était fini ! Ils avaient frôlés malgré tout le confort et l’opulence des pays riches ! Ils les avaient observés rouler dans de belles voitures, aller s’installer dans de belles villas le long de la mer… Ils avaient connu l’envie d’autres choses, auxquelles ils ne pouvaient accéder… Les seuls riches qui gardaient des privilèges, après le départ des Faransawi, étaient dans l’entourage du Sultan et constituaient sa cour et ses « ministres ». De nombreux emplois tournaient autour du palace luxueux du Dardar… Un reste de faste rituel ! Les Dardars se succédaient familialement entre frères ou enfants et en cas de stérilité les cousins germains… Eux pouvaient aller faire de belles études à l’étranger ! * Tenant compte de cette situation critique d’après colonisation, Mohamed Omar Hussein et ses compatriotes avaient décidés de quitter la ville
  14. 14. et de transmettre leurs connaissances où ils pensaient être les plus utiles ; auprès de leurs frères Afars illettrés et auprès de frères noirs au fin fond de l’Afrique. Pour eux qui comprenaient l’arabe et le fransawi, ils allaient enseigner ces deux langues… Le Coran était une source de science et de bon sens inépuisable, selon eux et chacun devraient s’en munir, quitte à le voler ! On n’allait pas les punir pour de si petits vols, surtout pour une aussi bonne cause ! L’un d’entre eux, Bachar venait d’avoir une idée de génie : « Et si on capturait l’Imam, ça nous éviterait de trouver des Corans, je suis sûr qu’il n’y en a pas un seul en français à Tadj et l’Arabe ne nous est pas accessible à tous ! On n’a pas le temps d’aller à Djibouti en chercher un en fransawi!». Tous en cœur avaient trouvé l’idée ingénieuse ! «Oui dit Abdelaziz, nous allons travailler pour Allah, prenons quelqu’un qui le connaît mieux que nous ! ».
  15. 15. Certains souriaient à cette drôle d’idée. Ils ne se sentaient pas concernés ! Ce soir Mohamed expliquait tout son plan à ses cousins et collègues ! Ces interruptions l’agaçaient, mais il devinait que s’il n’amendait pas ce projet de la capture de l’Imam, l’idée allait faire son chemin et il ne contrôlerait plus rien ! « On en reparle demain, mais c’est une bonne suggestion ! » ; L’assemblée s’était tue devant l’acceptation implicite. L’instigateur de l’idée avait décidé déjà de le faire avec son voisin, à la dernière prière de la veille du départ! Mohamed devant le silence revenu, continua son projet… « Toi Ali tu te chargeras des chameaux, voilà l’argent pour en acheter 5 (3 mâles, 2 femelles) et fait attention à leur âge, on les accompagnera le temps qu’on en trouve de moins cher à Randa. Inch Allah » Ali avait eu ses directives. Il s’était éloigné de
  16. 16. ses compatriotes. Il ne lui restait plus qu’à convaincre sa femme de s’occuper du quotidien à Tadj ! « Toi Abdallah « l’instituteur » Il l’appelait ainsi parce que ce métier était son rêve, trouve nous au moins trois livres en Français sur Voltaire ou Diderot ou Rimbaud… un dictionnaire Anglais Français, arabe, Afar… Prend des livres avec des images pour leur donner une idée du monde où l’on vit… Trouve- nous des disques, des cassettes et un tourne- disque… Une batterie électrique… des piles ! Pour le Coran je le rappelle, chacun devra en avoir un ! Nous allons apporter de la culture à de moins cultivés que nous…». Mohamed s’était déjà approprié « ses peuples » dans l’échange qu’il imaginait : culture contre soumission, les Français l’avaient bien fait eux… « Toi Ahmed, ton père était berger alors tu nous ramèneras 3 chèvres et 1 bouc qui puissent nous faire des chevreaux un « ana'tu » et une « lema » et trois agneaux tendres pour nous nourrir
  17. 17. les premiers jours. N’oublie pas tes flèches ton arc et ton couteau ! « Toi, Abdelaziz la boussole, les casseroles… « Toi Bachar… et il confiait à chacun une mission ! Les 20 présents sur la plage voyaient leur projet se préparer ! Ils ne pensaient qu’à s’occuper, loin de la « chienlit » résultant du 22 juin… Mohamed leur avait déjà fait apporter ici toutes leurs économies… Il redistribuait l’argent après avoir fait de longues analyses de la somme récoltée et de ce qu’on pouvait immédiatement en tirer d’économique et d’utile… La date du voyage se rapprochait et ceux qui n’avaient pas osé en parler à leur famille sentaient venir les difficultés du départ, ils devraient abandonner leurs mères âgées ; leurs femmes et leurs enfants, certains avaient dépassé la cinquantaine comme Basim et Abdelaziz… Mohamed leur disait à chaque fois « Dites-leur
  18. 18. que nous allons divulguer la parole d’Allah et que nous reviendrons chargés de gloire. » Tous en cœur ils rajoutaient : « Et il faut qu’on dise que nous reviendrons riche aussi, sinon nous nous ferions étriper au retour…». Mohamed savait que selon sa pensée et pour implanter la religion, il fallait trouver des conjointes sur place, faire des enfants qu’ils élèveraient selon leurs préceptes… entrer dans une autre vie ailleurs à 2500km de là. Il savait que tous n’arriveraient pas au bout en Afrique tropicale dans la forêt. Il y aurait des malades, voire des morts ! Lui était une force de la nature, célibataire, il n’envisageait pas de revenir mais il ne l’avait dit à personne… Il comptait sur le temps et sur Allah, et aussi sur le Dieu chrétien ; c’est pour cela qu’il avait demandé une bible à l’instituteur ! On ne sait jamais… s’ils passaient sur des terres où régnait Issa (Jésus) le prophète. Il savait aussi que parmi les vingt de ce soir,
  19. 19. au moins la moitié préférerait leur pauvreté, leur dénuement ici à Tadj, car la mer les nourrissait. Ils savaient qu’il y avait de plus démunis qu’eux ! Mohamed avait confié des missions à ceux en qui il avait toute confiance ! Il comptait au moins sur les 10 à qui il avait confié les missions les plus compliquées… Pour ne pas perdre de leurs faibles connaissances, en attendant le jour du départ, ils devaient lire et réciter après chaque prière des strophes de leur adar-abeh (poète) préféré Afar lui aussi… En récitant leur aar adar (poème) ils avaient le cœur qui gonflait et ils comprenaient ce qu’ils perdaient et n’imaginaient pas où ils allaient, mais ils se sentaient lâchés ici à Tadj, comme des orphelins de la nation, pas des chômeurs, oui des laissés pour compte ! Tadjourah la belle… Mon regard d’enfant sauvage
  20. 20. A parcouru tes éternels rivages Frappé de tes embruns amers Et de la brise chaude de ta mer. Sur les rives de tes plages blondes, J’ai jeté des pierres de brume Qui rebondissaient sur l’onde Puis s’enfouissaient d’écume… Cette ville est mienne désormais Avec son passé d’esclaves Ses immenses mosquées Sur la route sainte tracée D’un frère de Mahomet… Avec Manfred le tristement connu Trafiquant d’armes… qui tuent. Rimbaud y a vécu heureux Traçant dans la mer et les cieux Ses sonnets merveilleux… Mon père et ma mère Ont franchis des frontières
  21. 21. Pour arriver jusqu’ici : En route d’Ethiopie… Patrie de tous mes frères et amis… Je suis Afar et j’en suis fier Ma langue sublime est restée En mon âme, ancrée de sa beauté, Comme ces nobles vaisseaux Qui gîtent au gré de l’eau. Tadjourah, berceau de ma jeunesse ! Certains d’entre eux venaient d’Ambobo et Ambobo avait été célébrée… Quand les deux grands Golfes chauds Se rejoignent à la pointe des hérons, Lorsque venant de Tadjourah ma ville Mon regard s’imprègne d’Ambobo, Mon éternelle et sauvage idylle, Lorsque l’aurore proche et humide Teinte le ciel de son encre tachée
  22. 22. Le village se réveille et se ravive Par la brise sifflante, effleurée La crête des vagues rondement caressées Deviennent brusquement, des lames effilées… Lorsque 5 heures sonnent Se mélangent les chants du coq Et l’appel de notre Dieu, Les premiers croyants sortent hagards De leurs rêves merveilleux… Alors dame nature laisse la place à regret Aux chants des moteurs torturés Projetant leurs empreintes de fumées. Succède alors, aux brisants de la mer qui s’arrêtent, Un brouhaha confus des hommes et de leurs bêtes Ils se frottent les yeux, touristes ou autochtones, Regardant les longues chevelures des palmiers
  23. 23. dattiers Entraînés dans les filets d’Eole, s’éveillant à moitié. Un instant de silence étonnant Célèbre la naissance du jour de retour Et du soleil qui chauffe tes atours… Il y avait aussi ceux venant de Bankoualé et que le poète avait chanté… L’oasis de Bankoualé S’étale, clairsemé! Poussent dans cette terre Des îlots d’arbres verts Des palmiers solitaires Leurs chevelures plantées Très haut en leur sommet. Des huttes, de bois et de ramages, Pour touristes en voyage, Des pétales rouges
  24. 24. Tâchent la nature Lorsque le regard descend Vers le fond de vallée Où repose isolée, Une maison carrée. Une terre arrangée en espalier S’élève au flanc d’un mont ridé, Produisant la subsistance Des fermiers et bergers… Des calaos au bec crochus Epris de solitude Apparaissent, étrange En ce lieu si reclus… A quelques minutes de marche à pieds, Murmure une source, au cœur d’un rocher Et dévale embrumée… une cascade enchantée… Nature tu accroches ta vie Au flanc de nos montagnes
  25. 25. Au sein de tes déserts Au fond de nos vallées Perdues et desséchées Tu imprègnes la vie Par tes puits oasis Et tes sources bénies Et l’homme y survit ! Animaux : serpents Chameaux, ânes bâtés Oiseaux, papillons, insectes Et tes prolifiques semences S’imbriquent étrangement Dans ton sein de jouvence ! Ils intégraient toutes ces images et pour occuper leurs soirées au coin du feu, ils disaient des poèmes et chantaient des chansons de leur folklore… Il y avait ceux qui voulaient partir et ceux qui étaient circonspects et tremblaient pour annoncer
  26. 26. le jour de leur départ. * Mohamed l’organisateur en chef de cette future épopée, voulait avoir de bons lecteurs, de futurs instituteurs, de futurs Imams… Il ne ménageait pas sa peine ! Il voulait que les gens gardent l’image de leur village pour que ce souvenir les incite à revenir, leur tâche accomplie… Son plan avançait, ils regroupaient chameaux et petit bétail dans un enclos à la limite de Tadjourah en direction du palais du Dardar. Les vingt concernés par la « croisade » les surveillaient à tour de rôle comme la prunelle de leurs yeux… les viandes étant rares en cette période. Le voisinage se demandait ce qui pouvait motiver ce regroupement d’animaux beuglants, bêlants et blatérants… Ils récoltaient, chacun leur jour, le lait des chèvres, mettaient à sécher les poissons et des viandes de volailles qu’ils ne pouvaient transporter vivant.
  27. 27. Les puanteurs de fientes, d’urines se mélangeaient avec les odeurs des animaux vivants, des viandes de poissons et de volailles qui séchaient et dont les effluves s’envolaient vers la mer ou les montagnes, selon la volonté du vent… Ceux du jour qui assurait le tour de garde souhaitaient vraiment que Mohamed prenne rapidement sa décision de partir ! Mohamed haussait la voix et disait que tout n’était pas prêt et que ce n’était pas sa faute si les chameaux et les chèvres avaient été achetés trop vite ! Des nuées de grosses mouches s’étaient installées sur les dos des chameaux et des chèvres que les pauvres animaux chassaient d’un revers de cou ou d’un coup de queue… * Mohamed faisait le point de l’avancement chaque soir et selon la catégorie, regroupaient les divers documents de leur sacerdoce dans des caisses en bois qu’ils fabriquaient de toute pièce…
  28. 28. Un jour Ahmed ayant déposé des sacs de sel « empruntés » au Lac Assal, s’aperçut, tenant compte des amoncellements de choses et autres, qu’ils étaient bel et bien en train de préparer une nouvelle arche de Noé… Il demanda même avec une pointe d’humour : « Dis-moi Noé, chef tu crois qu’après ça il va y avoir le déluge à Tadj ? ». Mohamed, était plus pragmatique que disposé à sourire et se disait qu’il allait falloir s’arrêter d’empiler et il calculait et pesait les quantités rassemblées… Il était temps de savoir si les hommes et les bestiaux allaient pouvoir porter cela ! * Alors qu’il se posait ses questions, une caravane d’au moins 20 chameaux, le dos vidés des immenses sacs de sel, acheminés sûrement vers Djib et transportaient en retour principalement du blé dur, des fèves, et du riz, beaucoup moins volumineux ! Chèvres, brebis, agneaux, et leurs bergers
  29. 29. nomades arrivaient dans Tadj par le Sud en provenance de Djibouti… Mohamed avait bien fait d’attendre : les chameliers avaient sûrement besoin d’argent, d’eau ou de nourriture. Il avait repéré deux petits chameaux qui tétaient encore et qui étaient peut-être achetables à un bon prix… * Mohamed leva les bras au ciel, IL avait entendu ses prières ! Allah était avec eux, Mohamed allait leur demander des conseils pour leur aventure et se demandait s’ils (lui et ses futurs nomades prêcheurs) ne pouvaient pas se joindre à cette caravane, auquel cas il fallait harnacher rapidement tout ce qui pouvait être transporté à dos de chameaux et ce qui devait être partagé entre les futurs « prédicateurs »… Mohamed s’avança vers le premier caravanier et lui demanda s’il était le responsable. L’homme était sûrement Afar car il parlait sa
  30. 30. langue natale, d’une autre tribu que Mohamed ne connaissait peut être pas. Mohamed se mit à genoux devant lui en se frappant la poitrine face contre terre, puis éleva les mains vers le ciel en criant : « Merci, merci Allah, tu es grand et tu aides ton serviteur », et il se mit à réciter des sourates… Son interlocuteur étonné le regardait en se retournant vers ses frères chameliers, désignant Mohamed psalmodiant. Il dit clairement en Afar à ses amis : « Encore un qui me baiserait les pieds s’ils ne sentaient pas aussi mauvais ! », joignant les paroles d’un geste du doigt qui signifiait « byakit (malade) ». Les chameliers qui avaient rejoint le chef de caravane riaient aux éclats comme des enfants… Il prit le bras de Mohamed et l’aida à se relever… « Dis-nous où se trouve le puit pour nous donner à boire et abreuver les bêtes… ».
  31. 31. Mohamed se sentant ridiculisé par les propos du chamelier lui répondit. « Si tu te moques de moi et de mon Dieu… » Il s’arrêta là et réfréna sa honte et sa colère et oublia ses projets momentanément… S’il voulait se joindre à eux il devait garder son calme. D’un geste rageur il fit signe aux chameliers de le suivre… Il attendrait que tous se soient imprégnés d’eau et alors il proposerait de partir en leur compagnie ? Sûrement le lendemain à l’aube… Mohamed prenait ses rêves pour la réalité…
  32. 32. Chapitre 2 Nasa. Cap Kennedy… Comme d’habitude, 7 jours sur 7, le Kennedy Space Center Visitor Complex s’ouvrait sur des masses de visiteurs avides de rêves. Rien à voir avec les lieux d’amusements habituels habités par Minnie et Mickey ! Là des millions de curieux sérieux, d’enfants aux yeux scintillants, visitaient ce fabuleux centre aéronautique… Il y avait le risque toujours présent, d’espions infiltrés, de dangereux terroristes, aucun des visiteurs n’y pensaient, bien qu’un impressionnant mais discret dispositif de sécurité soit en place.
  33. 33. Joan Kilt était la Directrice de cette gigantesque organisation où se mêlaient un passé proche à l’échelle de l’Histoire et un présent où la conquête spatiale ne se trouvait pas seulement dans les livres de Tintin. Tout ce qu’elle avait comme responsabilité sur ce site avait eu lieu en vraie grandeur, avec ses conquêtes et ses déceptions, ses grands disparus au fin fond de l’espace ou dans des expéditions hasardeuses ou dans des attentats ! Elle était fière chaque jour de ce qu’elle amenait comme science vulgarisée, comme outils instructifs, comme événements quand elle réussissait à faire venir les « anciens », ou des directeurs de programmes en cours, actifs et pédagogues… Elle adorait créer des événements dont elle était l’instigatrice ! Elle avait récupéré ce job après avoir essayé de devenir astronaute… Il y avait eu un choix, des meilleurs hélas, elle avait toujours était à la limite de partir, mais la destinée en avait décidée autrement… Alors elle avait sauté sur cette opportunité de développement de la vulgarisation
  34. 34. spatiale. Au début, rien n’avait été facile, plus les succès couronnaient les expéditions, plus elle se sentait ridicule avec ce projet embryonnaire qu’on lui avait confié… Et puis il y avait eu cette coupe dans le budget pour la conquête spatiale. Elle avait réalisé alors que les hommes politiques cherchaient à rentabiliser ce site à partir de ce qui existait ! * Le site avait été créé dans un vaste espace le long de l’Indian river. De son bureau situé dans le Kennedy Space Center Visitor Complex, elle apercevait au loin les structures de lancement des fusées… C’était un plat pays… Son site à elle avait une telle étendue, qu’une visite sérieuse ne pouvait se faire en moins de 8 heures. Tous les matins elle faisait avant la date fatidique des 9 heures le point avec son bras droit Jerry : un vieux de la conquête spatiale mais un « rampant » qui avait fait sa carrière dans les différents services au sol, dont les prestations
  35. 35. d’entretien des bâtiments. Il avait bien sûr rêvé, comme beaucoup, de monter au-dessus des montagnes, des gratte-ciel, des nuages, voire des cieux ! Il connaissait par cœur le site, mais l’endroit qu’il aimait le plus était le centre de simulation… Il avait bien sûr tout essayé et il estimait que son job finalement sur le plancher des vaches avait un attrait hors du commun… De toute manière la retraite dont il repoussait l’échéance, par manque de qualification des prétendants à son poste, était à sa porte et il pouvait l’ouvrir quand il le voulait. Comme chaque jour il grimpait les marches du building de direction et accédait après avoir repris son souffle au bureau de la Directrice Joan Kilt. Ce matin à la première heure il avait retrouvé un enfant, un « resquilleur » enfermé dans la navette Atlantis en exposition ! Personne n’avait alerté le centre ? Pourquoi ? La police venait juste de prendre en charge ce jeune garçon… Un tel événement, rare, il allait évidemment le
  36. 36. mentionner en premier ! De ce fait il avait négligé le reste de sa visite ; pour une fois il allait compter totalement sur le sérieux de ses collaborateurs ! Kilt, le nom que portait sa patronne, était un patronyme, qui, affecté à une femme, lui créait un problème qu’il n’avait jamais su franchir ! « Avait-elle une petite culotte ou pas, comme les hommes Ecossais? » Avant sa retraite il aurait sa réponse, il aurait le courage de le lui demander ; cette femme avait tout pour elle, une brillante intelligence, un don inné de l’organisation, une beauté encore acceptable, mais… il lui manquait l’humour, d’après lui évidemment ! Donc avant de frapper à la porte, cette question entraînant cette image stupide lui apparaissait encore une fois, lui faisant oublier l’événement du matin ! En poussant la porte son visage, inéluctablement, s’éclairait d’un sourire qui plaisait beaucoup à Joan Kilt, lorsqu’elle se levait
  37. 37. pour lui serrer chaleureusement la main… « Alors Jerry, quoi de particulier à noter sur notre « plancher des vaches » ? Jamais il ne l’avait vu en habit féminin. Ce matin elle avait enfin enfilé un tailleur de marque dont la jupe plissée laissait deviner enfin un corps agréable de femme ! Jerry ne put s’empêcher de froncer les sourcils d’étonnement. « Eh bien quoi Jerry, que se passe t’il on dirait que vous avez vu un OVNI ou… ma remplaçante ? Dans 2 mois je prends ma retraite ; je vais répondre à des centaines d’interrogations tenant compte de cet événement ! Tout d’abord je ne suis pas Ecossaise malgré ma rousseur et mes grains de beauté, et… je porte une petite culotte… » Jerry s’était assis, à l’énoncé de cette rafale d’informations, surtout la dernière ! « Mais Boss, vous êtes irremplaçable, vous allez m’obligez à penser à la mienne… retraite ». Joan sourit énigmatiquement :
  38. 38. « Savez-vous ce que je désirerais le plus au monde à l’occasion de cet événement, vous qui me côtoyez depuis plus de 20 ans ? Jerry n’arrivant pas à placer une parole, bêtement lui répondit ce qu’il n’aurait jamais osé avant cette information : « Vous mettre en Kilt ? » Joan en entendant cette réponse totalement imprévue, fronça les sourcils. « Jerry, quelle réponse inattendue venant de vous, feriez-vous partie de ceux qui colportaient des informations salaces à mon encontre ? » Jerry rougit comme un écolier pris en flagrant délit de copiage ou de plaisir solitaire ! Il pensa au fond de lui : « Putain ! Mais quand va-t-elle arrêter d’être inquisitrice avec tout le monde ? » Ce matin, Jerry se trompait sur l’état d’âme de sa patronne, car instantanément elle éclata de rire, ce qu’elle n’avait jamais fait encore ! * Partis dans cette discussion oiseuse, ils oubliaient le présent…
  39. 39. Joan reprit la main, reposant sa question d’origine. « Savez-vous ce que je désirerais le plus au monde à l’occasion de cet événement, vous qui me côtoyez depuis plus de 20 ans ? ». Jerry ne comprenait pas ce qu’il devait répondre, balourd qu‘il était avec les femmes… Devant l’air surpris et gêné de son collaborateur, après quelques instants elle continua : « Je veux un voyage vers les étoiles et je suis invité à titre exceptionnel et honorifique… demain, à participer à une réunion chez un sous-traitant de la Nasa. Ce que je vais découvrir devrait me redonner confiance dans l’avenir de la conquête spatiale mais restera ultra secret… Vous avez carte blanche en cas d’incidents pour juger de la meilleure solution applicable ici. ». Joan se leva, prit une sacoche de business en cuir élégante et se dirigea vers la sortie.
  40. 40. Elle répéta encore se retournant en souriant ! « Vous avez carte blanche. » Jerry abasourdi par cette rencontre exceptionnellement brève, se demandait quel pouvait être le type d’événement pouvant provoquer un tel enthousiasme chez Joan !
  41. 41. Chapitre 3 Rencontre chez SpaceX Hawthorne (Californie). 3684 km du Kennedy Space Center Visitor Complex... Après ce long voyage en avion, l’excitation de Joan était à son comble. Qu’allait- elle découvrir au siège de cette société SpaceX qui puisse encore l’étonner ? Elle y avait des amis, d’anciens de la Nasa qu’elle avait côtoyé, mais aucun n’avait voulu la briefer ne serait-ce qu’une seconde sur l’objet de ce déplacement… Tenant compte de son départ à la retraite proche, elle savait qu’on ne pouvait lui reproposer un poste, elle avait 67 ans bien qu’elle en paraisse 10 de moins extérieurement, mais elle ressentait
  42. 42. malgré tout le poids des ans dans son corps, à l’intérieur… Mais pourquoi elle ? Elle avait voyagé en first aux frais de SpaceX, on était venu la chercher à son Hôtel 5 étoiles et elle avait été accompagnée dans une petite visite de ville et pour un dîner dans un grand restaurant Français… Elle aimait bien la France mais elle ne connaissait que Kourou Guyane ! Elle avait entendu parler de la cité de l’espace à Toulouse et s’y était rendue virtuellement et de bons « amis » lui envoyaient des images des dernières modifications de ce site « ridiculement petit » à ses yeux. Les Européens se débrouillaient mais avaient joués dans des petits créneaux, commercialement rémunérateurs… Mais la France comme l’Amérique, la Chine, le Japon, ne pouvaient se passer de ces outils fabuleux qu’étaient les fusées pour des raisons purement militaires et stratégiques… Elle n’aimait pas savoir que l’espace était l’objet de tactiques militaires et aussi dans
  43. 43. d’autres domaines plus confidentiels proches du gouvernement… L’idée de la guerre lui était insupportable ! * Le jour venait de se lever sur Hawthorne, on ne pouvait deviner si cette journée du mercredi 15 Juillet 2015 allait être chaude ou pluvieuse. L’esprit de Joan, dès l’éveil, s’était remis à gamberger ! Plus que 2 heures avant le rendez- vous… Elle n’était pas dans l’anxiété mais dans l’excitation ! Si elle avait été sélectionné dans sa jeunesse comme astronaute potentielle, c’est qu’elle avait semblé ignorer la peur ! Elle avait vite découvert qu’elle avait des limites et c’est sûrement quelques paniques incontrôlées au cours des entraînements qui l’avaient peu à peu éloignées des grandes missions spatiales… L’heure approchait minute par minute… A l’entrée du bâtiment de direction, le Directeur en personne recevait les invités et
  44. 44. semblait particulièrement anxieux, le développement de SpaceX dépendant de la réussite de la réalisation d’un cahier des charges démentiel, voire irréel, proposée par la Nasa. SpaceX avait gagné l’appel d’offres et venait de réussir ce pari qu’il définissait comme ça : « SpaceX a terminé le travail de Dieu ». En saluant Joan par un léger sourire à la vue de son badge, il lui fit signe de se diriger vers une hôtesse pour sa prise en charge… * Alors qu’elle arrivait au niveau de l’hôtesse elle se retourna, mue par une de ses intuitions… A cet instant sortant d’une voiture banalisée, elle vit sortir… Obama, le Président ! Il était entouré par ses gorilles et se dirigeait vers le Directeur… puis vers elle et l’hôtesse… Puis vers elle personnellement, lui tendant la main… Etrange cette rencontre ! Jamais elle n’aurait imaginée de le rencontrer en ce lieu, ni de le revoir en personne après sa visite au monument érigée en mémoire de JF Kennedy, chez elle, sur son territoire, là-bas au Kennedy Space Center
  45. 45. Visitor Complex ! Elle n’avait jamais pensé qu’elle serait un jour à nouveau en présence de Barack Obama Président en exercice des Etats-Unis d’Amérique ! Il la regarda franchement dans les yeux et lui sourit : « Vous n’y êtes pas allée là-haut, moi non plus ! » Il levait les yeux vers le haut en tendant le bras pointant l’index… « Mais nos rôles sont importants aussi. N’est- ce pas ? ». Joan surpris de cette prise de contact se posa la question de savoir de quel là-haut il parlait ! Obama continuait de lui parler, devinant ses interrogations. « Je parle de l’espace évidemment, Joan je suis ravi de vous voir à nouveau, nous avions besoin d’un complément d’avis technique de haut niveau, mais féminin… ». * Tout ceci s’était produit brièvement et le Directeur qui n’attendait que le Président de toute
  46. 46. évidence, venait de quitter sa fonction d’accueil, laissée désormais à un subalterne. Jeffrey Archery se dirigea vers le Président qui échangeait avec Joan et lui appuya discrètement mais chaleureusement sur l’épaule en disant… « Barack nous vous avons aménagé, selon vos recommandations un salon VIP en attendant votre discours d’introduction. » * Barack allait faire l’introduction d’une réunion où elle était invitée… Joan se fit conduire en salle de réunion, qui, au premier coup d’œil pouvait bien recevoir 100 personnes. Là se trouvaient déjà plusieurs individus inconnus et visiblement, plusieurs membres assurant la sécurité… Un buffet sympathique était dressé à la disposition des participants. Joan ne comprenait toujours pas, mais elle était ravie que sa présence ait été connue du Président. Il lui suffisait d’attendre… *
  47. 47. Elle commença à comprendre lorsque ses vieux amis astronautes commencèrent à pénétrer dans la salle ! Bruce Mac Candless Adamson James, Buzz Aldrin, Thomas Akers, Altman Scott, etc. tous titulaires d’un long séjour dans l’espace. Plus ses vieux copains arrivaient, plus elle se disait que ce qu’elle allait entendre concernait une avancée spatiale majeure… Elle alla saluer Buzz qui l’avait invité. Puis elle rencontra Thomas Akers avec qui elle avait eu une liaison assez longue. Eux, les astronautes à la retraite, avaient reçus directement l’invitation de la maison Blanche ! Au milieu d’autant de connaissances elle se disait que certainement plusieurs la pistonnerait pour son voyage tant attendu dans l’espace… Bien sûr, au vu de son âge elle ne pouvait s’attendre à un voyage jusqu’à la station spatiale Internationale, mais, peut être, allait-elle découvrir quelque chose de nouveau créé dans une société de droit privé ?
  48. 48. * Le nombre d’invités semblait atteint car le Directeur venait d’entrer dans cette immense salle et se dirigeait vers un pupitre central… Il tapa sur son microphone de corps pour en écouter la résonance et fit le discours de bienvenue… Plus aucun bruit ne filtrait désormais ! Sa voix s’élevait dans ce silence étrange où chacun retenait sa respiration… « Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis Jeffrey Archery, Directeur général de SpaceX. Nous avons conduit un projet unique dans les annales du monde connu. Je l’ai appelé sans que ce soit péjoratif pour le Créateur « l’homme parfait », vous comprendrez pourquoi après le speech de notre vénéré Président des Etats-Unis qui s’est déplacé pour vous l’expliquer… A tous, vétérans de la Nasa, membres de l’équipe de notre projet, je vous souhaite la bienvenue… Maintenant je donne la parole à Barack Obama !».
  49. 49. Parfaitement orchestrée, l’entrée du Président fit battre les cœurs des invités… Enfin ils allaient savoir… « Messieurs, ce projet que le Directeur a appelé « l’homme parfait » est une étape fondamentale pour la reprise du programme spatiale Américain, car nous allons bâtir des bases spatiales de plus en plus éloignées de notre planète. Les hommes qui vont participer à ces missions et à ces développements de l’homme dans l’espace seront précieux au point que nous ne voulons en perdre aucun… Nous serons néanmoins toujours des aventuriers avec des risques réduits au maximum… Aucun des participants à cette aventure ne devra périr et se perdre dans l’espace, car chaque homme a droit à une sépulture digne. Il y a eu des guerres et hélas il y en a encore mais nous avons trop transformé notre humanité en chair à canon… Je déclare que moi Président des Etats-Unis, tout homme envoyé dans l’espace et en mission hors des navettes ou des stations orbitales, devra
  50. 50. revenir vivant sur Terre ! Je tiens à remercier nos amis décédés qui ont joués les pionniers et qui hélas ne sont pas revenus. Je m’incline respectueusement devant les parents, époux épouses, enfants et amis de ces chers disparus… Michael P Anderson, David Brown, Chalk Kalpana, Clarck Laurel, Virgil Grissom, Rick Husband,William McCool...” Joan venait de décrocher son esprit de cette énumération qui lui donnait les larmes aux yeux … Elle attendait l’essentiel, mais pensa un instant que son nom aurait pu être ce jour dans la bouche du Président, dans cette liste de morts… Barack Obama continuait son discours et venait d’aborder le fil de ce qu’elle attendait impatiemment, « Tous ceux qui partiront et sortiront en mission dans l’espace et de facto seront hors de notre territoire, devront revenir chez eux… La Nasa a confié une mission fondamentale à
  51. 51. la société SpaceX qui nous a convoqué. Jeunes et vétérans, vous tous … » Il parcourt du regard l’assistance avec respect… « Ce projet ne pouvait être ignoré plus longtemps, car nous avons choisi l’homme qui deviendra « l’homme parfait » et il partira en mission dans 15jours.Tous ici vous êtes de la race des aventuriers, certains sont grands pères, certains comme Joan Kilt nous aident financièrement tout en inculquant et formant des milliers de visiteurs à la culture de l’espace. Nous ne pouvions l’oublier car elle aussi avait voulu être astronaute… Elle aussi va partir en retraite comme beaucoup d’entre vous… Il est temps pour moi de parler de l’homme parfait, ou, l’homme qui ne pourra plus mourir dans l’espace ! Comme je n’ai pas tout compris, sinon la finalité, je passe la parole au chef de cet incroyable projet… je nomme Jack Littlefoot ! A vous Jack. Quant à moi je dois vous quitter et délègue à Jeffrey Archery et Jack Littlefoot le soin
  52. 52. de vous informer au mieux ! Tout ce qui a été dit ou qui sera commenté restera entre nous évidemment, sinon nous aurions convoqués nos amis journalistes… ». Jack en entendant son nom, se lève, se dirigeant lentement vers le pupitre, attendant le départ du Président. On sent un homme timide, la cinquantaine, les yeux pétillants d’intelligence. Il porte des lunettes d’écailles noires, est de grande taille porte un pantalon blanc et une chemise légère à rayure bleue. Il se dirige vers le micro sur pied, qu’il empoigne maladroitement… Le directeur général le rejoint pour affirmer son soutien indéfectible. « Je m’appelle Jack Littlefoot, mais je chausse du 45. Mon projet s’appelle « l’homme parfait », mes collaborateurs et notre cher Directeur disent « SpaceX a terminé le travail de Dieu » n’y voyez aucun sarcasme vis-à-vis de notre seigneur et maître… »
  53. 53. Ce travail vous l’imaginez n’était pas simple. Je vais être très vulgaire mais vous allez vite comprendre la difficulté que nous avons résolue. » Joan buvait les paroles de Jack mais il laissait trop traîner… 100 personnes attendaient… Le Directeur à ce stade se rapprocha de Jack et lui glissa quelque chose à l’oreille. Le chef de projet reprit : « Messieurs de la sécurité nous vous demandons de bien vouloir sortir, mais votre protection doit rester assurée selon les termes de votre mission… ». Jack attendit quelques minutes puis continua : « Donc j’ai dit vulgaire, mais aussi délicat… Il ne savait comment entrer dans sujet du cahier des charges défini par la Nasa… « En gros l’homme est imparfait comparé au poisson par exemple qui urine, chie et baise dans son milieu naturel, lequel est conçu pour cela… Donc notre mission a été de finaliser l’homme non seulement pour l’adapter dans certaines situations dramatiques dans l’atmosphère terrestre, dans
  54. 54. l’espace, dans le vide… » Sarcastique, avec un léger sourire, il poursuivit : « Heureusement la demande ne concernait que de faire vivre sur lui-même, l’humain pendant 6 mois en ne permettant qu’un amaigrissement au plus de 10kgs !» Les gens de l’assemblée ne réalisaient pas la teneur des propos de Jack… « Oui les futures stations orbitales ne seront pas situées à plus de 6 mois de voyage les unes des autres, donc tout homme séparé par accident de la station où il effectue une mission externe devra vivre où qu’il soit, en pouvant éviter tous les objets dangereux pendant 6 mois, en respirant, en se déplacent en mangeant, déféquant et urinant… Heureusement que l’on ne nous a pas demandé de lui permettre de se masturber pendant ce laps de temps ! Les rencontres entre Dieux, déesses et ce futur
  55. 55. homme de l’espace ne font pas partie de notre job. » Jack souriait, observant l’auditoire, attendant que son histoire atteigne les invités et les fassent sourire… « Donc je crois que tout le monde a compris le challenge ! Si vous êtes là ce n’est pas pour vous raconter notre challenge, mais bien de vous dire le résultat, et le Président l’a dit, l’homme parfait sera habité par un humain normal… Vous me suivez toujours ? » Un brouhaha commençait à monter de la salle et il s’apprêtait à recevoir des questions qui allaient surgir évidemment… Les auditeurs commençaient à lever leurs bras… « Ai-je bien compris : l’homme parfait n’a plus de fonctionnement vital… mais il est capable de rester en vie 6 mois n’importe où ? Ce n’est pas cohérent… Comment faites-vous ?». Jack reprit l’invité :
  56. 56. « Non, il a un fonctionnement vital réduit qui commence à évoluer morbidement, seulement au bout de 6 mois… ». Des voix s’élevaient parmi les scientifiques : « Il est où ce mec parfait ? Qui a eu cette idée saugrenue ? » Jack attendait des questions positives… Il désigna un autre participant… « Donc il est nourrit pendant 6 mois et vulgairement il urine et défèque dans une combinaison ignifugée protégée contre les froids extrêmes. Le rêve quoi ! ». Jack sentait monter en lui une colère sourde… « Pensez-vous Monsieur et vous autres qui êtes silencieux que notre but était de paraître ridicule à vos yeux ? ». Le Directeur se dirigea vers le fond de la salle jugeant que personne ne pouvait imaginer leur homme parfait… Il frappa deux coups sur la paroi qui s’ouvrit laissant apparaître une étrange créature ressemblant aux tenues actuelles de
  57. 57. travail dans l’espace et marchant avec aisance… Un incroyable décor futuriste de station spatiale et de travailleurs de l’espace travaillant en apesanteur apparut, alors qu’une musique aérienne accompagnait le tout. La créature s’avançait avec une facilité ridicule dans une combinaison qui aurait due peser 200kgs. Il était évident que l’homme, puisqu’il s’agissait d’un humain à l’intérieur, se mouvait en état de pesanteur. ». Jack s’écarta pour laisser à l’assemblée la totalité du champ de vision alors que la salle devenait une navette incluant les 100 invités. Jack laissa à ses invités le soin d’apprécier la mise en scène qui les avait laissé cois. Il reprit la parole : « Cet homme-ci est presque parfait car il a subi toutes les simulations et tests possibles sur Terre et se présente devant vous avec 6 mois de fonctionnement. Entre le début de nos études et aujourd’hui de nouveaux matériaux nous ont permis de préciser que le temps prévisible dans
  58. 58. l’espace au froid ou à la chaleur extrême, permettra un séjour rallongé de 50% supplémentaire en appliquant des méthodes de léthargie artificielle à la personne en état de danger. Je vous invite à nous suivre dans ce décor et pour ceux que ça intéresse, il y aura la liste des tests effectués sur cet habit vital dans l’avenir de la conquête spatiale. Sachez qu’un essai à partir de la station internationale sera fait dans 15 jours… Merci d’accueillir Jeremy Thumb… Comme vous le remarquerez cette mission a été managée par moi qui m’appelle Little foot (petit pied) et sera exécutée par un Thumb (pouce)… ». Personne ne releva ce dernier trait d’humour ! Les invités attendaient la fin du discours pour aller constater l’existence de cette tenue ultra légère et aux caractéristiques si surprenantes…
  59. 59. Chapitre 4 Secrets volés A son retour de Hawthorne, Joan Kilt avait repris son activité ayant au fond d’elle ce secret qu’elle avait envie de partager. Jerry, son bras droit, venait faire son rapport chaque matin et lui avait posé beaucoup de questions qu’elle avait détournées en disant que cela concernait sa retraite. Jerry lui avait fait remarquer que sa retraite était organisée par ses amis du site et que si d’autres s’en occupaient, il fallait le lui dire… * Le 3éme jour suivant son retour, elle adopta une attitude de réserve inhabituelle ! Jerry s’en aperçut et fit ses rapports avec froideurs, perdant son sourire charmeur du matin
  60. 60. en poussant la porte. Parfois il se souvenait de discussion « à bâtons rompus » sur des sujets aussi divers que la vie, le bonheur, leurs familles… Quelques fois de petits secrets étaient révélés. Cette semaine qui avait suivi son retour était distante, avec une économie de mots, de geste, de la retenue, voire de l’agressivité… Joan ne pouvait partager son secret, mais l’insistance de Jerry à le connaître avait motivé cette réserve dans laquelle elle s’était enfermée ! Elle l’avait comme collaborateur depuis 15 ans et il lui avait été imposé… A part son éternel sourire, elle ne savait rien de Jerry, sauf qu’il avait appelé Tom, son fils né d’un premier mariage raté. Sauf ce détail, elle ne savait rien de lui ! Elle non plus n’avait rien laissé percer de sa vie personnelle et c’était bien ainsi. Elle regrettait amèrement leurs relations d’avant son voyage, mais sa joie d’un tel honneur ressenti pour cette invitation à Hawthorne, de
  61. 61. l’annonce de sa retraite l’avait fait sortir de son habituelle réserve ! Elle découvrait donc un nouveau Jerry et pensait que ses petits secrets lâchés précédemment avaient gâché des relations de travail normales ! Il lui restait peu de jours avant la date de sa retraite et elle pourrait supporter la froideur de Jerry, qu’elle lui rendait bien ! Ce matin, Jerry ayant demandé une journée de repos, elle attendait le rapport d’un de ses collaborateurs, que lui avait recommandé son bras droit récemment et suivait son évolution avec intérêt… Elle consultait sa montre avec anxiété car elle avait rendez-vous avec Thomas Akers qui lui avait signalé son passage dans le complexe. Il devait se voir tout de suite après le passage de Jack Lados (Ce collaborateur s’appelait ainsi) vers 10h. Décidemment elle regrettait le départ temporaire de Jerry et sa précision « horlogère ! ».
  62. 62. * Cinq minutes après l’heure du RDV Jack Lados entrait, le visage reflétant une étrange et énigmatique émotion. « Je viens d’apercevoir Thomas Akers qui se garait dans le parking VIP, tenant compte de notre tenue de fonction il m’a demandé à travers la grille si je connaissais une certaine Joan Kilt ? Ma réponse par l’affirmative l’a rassuré, ayant oublié son smartphone, il m’a demandé de vous prévenir qu’il préférait faire la visite incognito avant de vous rencontrer comme prévue à 10 heures, mais pas au bureau ici ! ». Reprenant son souffle, visiblement ému, il reprit: Il préfère tenant compte de « vos liens »vous rencontrer au Motel 6 Coco Beach 11h chambre 23, un endroit discret où il ne risquera pas d’être reconnu… * Thomas avait été un amour d’été, alors qu’elle était jeune et belle ; sa rencontre récente à Hawthorne s’était terminée par une accolade
  63. 63. appuyée… Un peu surprise malgré tout elle nota et décida de retarder tous ses entretiens de la journée. Ce rendez-vous qui apparaissait comme un souvenir de vieux copains, se transformait-il en rencontre amoureuse ? Elle n’y était pas opposée ! Elle se regarda dans la glace et décida qu’elle était « potable » au travail et que Thomas l’accepterait comme ça ! Il y avait bien longtemps qu’un homme ne s’était pas intéressé à elle… « Un peu de piment dans la vie », pensa t’elle, « Ne se refuse pas ! Surtout venant d’un aussi bel homme…». La réunion avec Jack se déroula alors qu’elle pensait sans cesse à cette rencontre proche. Vers 10heures 15 elle décida de se rendre au rendez-vous, seule, sans son « chien de garde », contournant les consignes de sécurités pourtant strictes ! * Joan Kilt arrêta son véhicule dans l’immense parking de ce motel quelques minutes plus tard.
  64. 64. Cet immense immeuble était quelconque, bâti sur deux étages, constata le peu de véhicule, essaya de repérer la voiture de Thomas par l’identification de sa plaque minéralogique, puis conclut qu’il avait dû prendre une voiture de location. Elle ouvrit sa porte qui fut heurtée violemment par un vent chaud. Elle jura en tentant de la fermer et se dirigea vers la chambre 23. De l’autre côté de la rue, la mer frappant la langue de terre où était situé le motel, faisait un bruit sourd. Ce mois d’août était particulièrement venteux. Elle prit son téléphone et donna un appel au comptable en chef qu’elle avait oublié de prévenir de son absence ! Ce rendez-vous inopiné l’avait totalement perturbé. Le téléphone sonna longtemps et finalement elle laissa un message. Le temps de la communication elle s’était trouvée devant la porte. Son cœur s’était mis à battre la chamade comme si elle était adolescente… Elle frappa
  65. 65. légèrement à la porte de la chambre 23. Cet hôtel était quand même isolé et elle n’avait vu personne ! La porte s’ouvrit et elle aperçut l’espace d’un instant, deux individus cagoulés. Sans comprendre elle se trouva projeté sur le lit ! Elle pensa immédiatement à un viol… puis à un vol. Les individus devaient s’être trompés de cible. Puis elle comprit quand une arme se trouva braquée sur elle, que le sujet attendu était bien elle… Ses tempes et son cœur frappaient fortement tout à coup ; elle cherchait à comprendre… L’un des agresseurs se mit à parler dans une langue qu’elle identifia comme Russe, puis le second traduisit ses propos. Joan venait de comprendre qu’elle était « tombée dans un guêpier » mais elle ne comprenait toujours pas pourquoi ! Elle réfléchissait à toute vitesse et se demandait comment elle allait sortir de cette situation maintenant partiellement éclairée…
  66. 66. Le premier avait clairement dit : « Nous voulons savoir ce que vous avez fait lors de votre voyage à Hawthorne !!! » Pitoyablement, tremblante de peur, elle répondit qu’elle avait été invitée avec des amis astronautes à la retraite par SpaceX à un repas où chacun avait raconté ses expériences passées… Le but était publicitaire et un reportage allait bientôt paraître dans les revues spécialisées et sur les chaînes de télévisions… Elle avait raconté ça blême de peur et la voix tremblotante. Ses agresseurs ne bougeaient pas et le traducteur rapportait ses propos en Russe. Au fond d’elle-même un brin de confiance remontait, les temps de traduction… Elle commençait à songer comment elle pouvait se tirer vivante de ce guet-apens. Il s’agissait vraisemblablement d’espions de l’est… Désormais assise, elle observait les lieux, mais au fond elle essayait de comprendre qui avait su que Thomas était à Cap Canaveral, comment et qui avait confié cette information à Jack Lados
  67. 67. dans le parking VIP ? Elle avait mis en place toutes les mesures pour éviter l’entrée de voyous de voleurs de fraudeurs sur le site mais n’avait pas imaginé d’éventuels espions intéressés par un site qui prônait la vulgarisation des conquêtes de l’espace… Soudain, après un silence glacial, elle comprit que ces explications ne convenaient pas… Nouvel échange dans un Russe où le ton calme et posé du début commençait à monter crescendo, jusqu’à l’hystérie… Celui qui parlait anglais commença calmement : « Mon ami dit que vous vous foutez de sa gueule, qu’on a jamais vu le Président des Etats- Unis se rendre à un repas de retraités… Si vous continuer à vous moquer de nous ! » Il s’arrêta un instant puis sortit un couteau qu’il appuya sur la veine jugulaire, criant quasiment… « C’est la dernière fois que je répète la question… Qu’avez-vous appris de cette réunion qui a motivé la venue du Président Obama, vous voyez nous avons des indicateurs partout et un
  68. 68. réseau de bouclage d’information ! ». A nouveau plaquée sur le lit, Joan Kilt essayait d’appeler au secours, mais aucun son ne sortait de sa bouche. Hystérique son agresseur commençait à être ordurier. « Vas-tu parler salope, que sais-tu de si secret ! ». Joan changea de stratégie, repoussant le couteau elle montra qu’elle voulait parler, mais qu’elle ne pouvait pas ! Un coup de fil se présenta alors sur l’appareil du Russe. Il allait laisser un peu de temps à Joan pour essayer de s’échapper, le couteau n’étant plus appuyé sur sa jugulaire. Un sourire éclaira alors son visage. Il posa le téléphone sur le lit et prononça alors des mots qu’elle avait déjà entendus… Ces mots elles venaient de les comprendre, ils ne laissaient rien augurer de bon ! « Si elle ne parle pas on la tue, nous avons désormais d’autres moyens pour tout savoir, nous avons pris Thomas Akers dans nos filets… Si elle
  69. 69. ne parle pas on la tue quand même… ». Un jet d’adrénaline parcourut le corps de Joan qui réussit à s’échapper de son emprise. Elle se leva et se précipita sur la porte, appuya puérilement sur la clenche. Le dernier coup de fil avait signé son arrêt de mort. Elle sentit tout d’abord un choc violent qui déclencha immédiatement une douleur fulgurante dans son dos, puis un voile puis plus rien… Une dernière pensée s’infiltra en elle « personne ne saura que je ne suis pas Ecossaise ! ». Elle ne saurait jamais qui avait pu la trahir… Elle n’avait pas reconnu la voix du Russe… Il s’appelait Jerry Igorovitch, il avait été son plus proche collaborateur, il avait introduit un ami auprès de Joan, Jack Ladosky. Leur plan était simple et pertinent ! Elle était morte pour rien, peut-être pour assouvir un vieux rêve celui de monter là-haut en navette… Elle allait bientôt y être par un autre moyen.
  70. 70. Les vautours de l’espionnage tournaient, ils pénétraient là où on les attendait le moins et restaient pacifiques, en léthargie pendant des dizaines d’années ! Ils étaient pires que des loups silencieux et rodaient partout… Le tour de Thomas allait venir… Le projet de « L’homme parfait » avait du souci à se faire !

×