Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
VI. Les vœux secrets
(1)
Qui punit le corps est insane. Car là est
vu le petit fossé, et...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
VI. Les vœux secrets
(2)
C’est certes un point de vue insensé de
tenir responsable de la...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
VI. Les vœux secrets
(3)
La chose que tu hais et crains, que tu
abhorres et veux, le cor...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
VI. Les vœux secrets
(4)
Le corps représente le fossé entre le
petit bout d’esprit que t...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
VI. Les vœux secrets
(5)
La maladie est colère passée sur le
corps, afin qu’il souffre. ...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
VI. Les vœux secrets
(6)
Que ceci soit ton accord avec chacun : que
tu sois un avec lui ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

VI. Les vœux secrets

166 vues

Publié le

Un Cours en Miracles - Le Texte
UCEM
Chapitre 28 - LE DÉFAIRE DE LA PEUR

Publié dans : Spirituel
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

VI. Les vœux secrets

  1. 1. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR VI. Les vœux secrets (1) Qui punit le corps est insane. Car là est vu le petit fossé, et pourtant il n’est pas là. Il ne s’est pas jugé lui-même, et il n’a pas fait de lui-même ce qu’il n’est pas. Il ne cherche pas à faire de la douleur une joie ni à trouver un plaisir durable dans la poussière. Il ne te dit pas quel est son but et il ne peut pas comprendre à quoi il sert. Il ne rend pas victime, parce qu’il n’a pas de volonté, pas de préférences et pas de doutes. Il ne se demande pas ce qu’il est. Ainsi il n’a pas besoin d’être compétitif. Il peut être rendu victime, mais il ne peut pas se sentir lui-même victime. Il n’accepte aucun rôle mais fait ce qu’on lui dit, sans attaque.
  2. 2. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR VI. Les vœux secrets (2) C’est certes un point de vue insensé de tenir responsable de la vue une chose qui ne peut pas voir, et de la blâmer pour les sons que tu n’aimes pas, bien qu’elle ne puisse entendre. Elle ne souffre pas de la punition que tu lui donnes, parce qu’elle ne ressent rien. Elle se conduit de la façon que tu veux, mais jamais elle ne fait le choix. Elle n’est pas née et elle ne meurt pas. Elle ne peut que suivre sans but le chemin sur lequel on l’a placée. Et si le chemin est changé, elle suit aussi facilement une autre voie. Elle ne prend pas parti et ne juge pas la route qu’elle parcourt. Elle ne perçoit pas de fossé, parce qu’elle ne hait pas. Elle peut être utilisée pour la haine, mais elle ne peut pas par là être rendue haïssable.
  3. 3. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR VI. Les vœux secrets (3) La chose que tu hais et crains, que tu abhorres et veux, le corps ne la connaît pas. Tu l’envoies pour qu’il cherche la séparation et soit séparé. Et puis tu le hais, non pas pour ce qu’il est mais pour les usages que tu en as faits. Tu recules devant ce qu’il voit et ce qu’il entend, et tu hais sa fragilité et sa petitesse. Tu méprises ses actions, mais pas les tiennes. Il voit et agit pour toi. Il entend ta voix. Et il est fragile et petit par ton souhait. Il semble te punir, et mériter ainsi que tu le haïsses pour les limitations qu’il t’apporte. Or tu en as fait un symbole des limitations que tu veux que ton esprit ait, voie et garde.
  4. 4. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR VI. Les vœux secrets (4) Le corps représente le fossé entre le petit bout d’esprit que tu appelles le tien et tout le reste de ce qui est réellement à toi. Tu le hais, or tu penses que c’est ton soi, et que, sans lui, ton soi serait perdu. Voilà le vœu secret que tu as fait avec chaque frère qui voudrait cheminer à part. Voilà le serment secret que tu fais à nouveau, chaque fois que tu te perçois toi- même attaqué. Nul ne peut souffrir s’il ne se voit pas lui-même attaqué et perdant par l’attaque. Informulée et inentendue dans l’esprit est chaque promesse de maladie. Or c’est la promesse faite à un autre d’être blessé par lui, et de l’attaquer en retour.
  5. 5. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR VI. Les vœux secrets (5) La maladie est colère passée sur le corps, afin qu’il souffre. C’est l’effet évident de ce qui a été fait en secret, en accord avec le souhait secret d’un autre d’être à part de toi, comme tu voudrais être à part de lui. À moins que vous ne soyez d’accord tous les deux que c’est votre souhait, il ne peut pas avoir d’effets. Quiconque dit : « Il n’y a pas de fossé entre mon esprit et le tien » a tenu la promesse de Dieu, et non son minuscule serment d’être à jamais fidèle à la mort. Et par sa guérison, son frère est guéri.
  6. 6. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR VI. Les vœux secrets (6) Que ceci soit ton accord avec chacun : que tu sois un avec lui et non à part. Il tiendra la promesse que tu as faite avec lui, parce que c’est celle qu’il a faite à Dieu, de même que Dieu la lui a faite. Dieu tient Ses promesses; Son Fils tient les siennes. En sa création, son Père a dit : « Tu es aimé de Moi et Moi de toi à jamais. Sois parfait comme Moi-même, car tu ne peux jamais être à part de Moi. » Son Fils ne se souvient pas d’avoir répondu : «Je le serai», bien qu’en cette promesse il soit né. Or Dieu la lui rappelle chaque fois qu’il ne partage pas une promesse d’être malade, mais laisse son esprit être guéri et unifié. Ses vœux secrets sont impuissants devant la Volonté de Dieu, Dont il partage les promesses. Et ce qu’il substitue n’est pas sa volonté, qui a fait promesse de lui- même à Dieu.

×