AVATIVUT : l’environnement
nordique à portée de mains

19 février 2014

Chercheurs
Ghislain Samson*
Département des scienc...
Ici le Nord!

2
1) Origine de l’expérience
Défis de la science au Nord
•
•
•
•
•

Intérêt accru pour le Nord
Changements rapides
Discontin...
1) Origine de l’expérience
Connecter la science et l’éducation
•
•
•
•
•

Année Polaire Internationale (2007-2009)
UQTR et...
1) Origine de l’expérience
TEK
• Observation
• Expérience
• Informel
• Famille
• Connaissance locale
• Traditionnel
• Adap...
1) Origine de l’expérience
• Apprendre la science, c’est acquérir la culture de la science
(Aikenhead et Jegede, 1999; Mad...
1) Origine de l’expérience
Décolonisation de la science
• Interactions « science-jeunes-communautés »
• La Science au gran...
1) Origine de l’expérience
Décolonisation de la science
• Enrichissement mutuel entre la science occidentale et les
savoir...
2) Description de l’expérience
Objectifs
1. Stimuler l’intérêt des jeunes Inuit pour la science et la technologie
2. Contr...
2) Description de l’expérience
AVATIVUT
Situations d’apprentissage et d’évaluation (SAÉ)
•
•
•
•

Productivité des petits ...
2) Description de l’expérience
AVATIVUT
•
•
•
•

Protocoles scientifiques
Rencontres avec les aînés
Sites expérimentaux
Po...
2) Description de l’expérience
Portail Internet Avativut

http://www.cen.ulaval.ca/avativut
•
•
•
•

Sauvegarde et consult...
2) Description de l’expérience
Capsules vidéo (Français, Anglais, Inuktitut)
http://www.cen.ulaval.ca/avativut/fr_videober...
2) Description de l’expérience
Étapes
Étape 1: Partenariat
Un partenariat universitaire (UQTR, INRS, CEN, ULaval)
Un parte...
2) Description de l’expérience
Étapes
Étape 2: Consultations
•
•
•
•
•

Enseignants et élèves
Communautés
Atelier intergén...
2) Description de l’expérience
Étapes
Étape 3: Financement
•
•
•
•
•
•

Programme NovaScience (MEF)
Programme PromoScience...
2) Description de l’expérience
Étapes
Étape 4: Convaincre la Commission scolaire!
• Résolution des commissaires
• Rencontr...
2) Description de l’expérience
Étapes
Étape 5: Développement du matériel et validation
•
•
•
•

Version 1: Trois niveaux
V...
2) Description de l’expérience
Étapes
Étape 6: Implantation de la SAÉ
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•

Choix et installation des sites...
3) Rôles et responsabilités
Consultation

Chercheurs

Commission
scolaire
Kativik

Communauté

Savoir traditionnel

Dévelo...
3) Rôles et responsabilités
Inuit holistic lifelong learning model

Conseil canadien sur l’apprentissage, 2007 www.ccl-cca...
4) Accès aux résultats de recherche
Connaissances acquises:
•
•
•

Concepts et méthodes scientifiques
Savoirs traditionnel...
5) Conditions gagnantes
Besoins
•

Développer des programmes et des activités
scientifiques adaptés au contexte nordique

...
5) Conditions gagnantes
Perception par les élèves
• Ils apprécient faire les sorties sur le terrain pour la
prise de donné...
5) Conditions gagnantes
Contribution de ce projet à la communauté
• Éducation scolaire en lien avec les problématiques de
...
5) Conditions gagnantes
Défis auxquels je fais face
• Adaptation de l’enseignant à un type
d’enseignement plus « main à la...
6) Retombées dans le milieu
DÉCOLONISATION DE LA SCIENCE ET DE L’ENSEIGNEMENT DES
SCIENCES AU NUNAVIK: ÉTUDE DE CAS DU PRO...
7) Bilan de l’expérience
Les bons coups
•
•
•
•
•

Partenariats efficaces et complémentaires
Consultation continue
« Timin...
7) Bilan de l’expérience
Difficultés rencontrées
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•

Financement
Tournées sur le terrain (Coûts, logist...
7) Bilan de l’expérience
Leçons à tirer
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•

Prendre en compte les réalités et les contraintes locales
Éco...
Rayonner!
• Entrevues à la radio locale
• Affiches, dépliants, site internet
• Participation à la table ronde sur la reche...
Nakurmiimmarialuk-Merci!

32
33
Quelques références bibliographiques
Ballard H.L. et al. (2008). Integration of local ecological knowledge and conventiona...
35
36
37
38
« Although many Aboriginal children come to school
speaking English, it would be false to assume they are
also thinking in...
D’autres programmes semblables
• ROPED (Réseau d'observation des poissons d'eau douce)
• GARAF (Groupe d’aide pour la rech...
SAÉ

État d’avancement

Implantation

Les Petits fruits

Finalisée

2012-2013

Les Glaces

Finalisée

Janvier 2014

La Tél...
• Michel Allard et Tania Giberyen
• Département de géographie, Université Laval
et Centre d'études nordiques

42
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Avativut : l’environnement à portée de mains

436 vues

Publié le

Publié dans : Formation
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Avativut : l’environnement à portée de mains

  1. 1. AVATIVUT : l’environnement nordique à portée de mains 19 février 2014 Chercheurs Ghislain Samson* Département des sciences de l’éducation, UQTR Esther Lévesque, José Gérin-Lajoie* et Émilie Hébert-Houle* Département des sciences de l’environnement, UQTR et Centre d'études nordiques Monique Bernier et Yves Gauthier* INRS – Centre Eau Terre Environnement et Centre d'études nordiques Partenaire Commission scolaire Kativik (Dave Mc Mullen et Véronique Gilbert*)
  2. 2. Ici le Nord! 2
  3. 3. 1) Origine de l’expérience Défis de la science au Nord • • • • • Intérêt accru pour le Nord Changements rapides Discontinuité des données Distance et coûts Projets éphémères 3
  4. 4. 1) Origine de l’expérience Connecter la science et l’éducation • • • • • Année Polaire Internationale (2007-2009) UQTR et le suivi de la végétation de la toundra INRS et le suivi de la glace Collaboration avec les communautés et les écoles (outreach) Demande spécifique des enseignants 4
  5. 5. 1) Origine de l’expérience TEK • Observation • Expérience • Informel • Famille • Connaissance locale • Traditionnel • Adaptation Science • Théorie • Enseignement • Formel • École • Connaissance du Sud • Technologie • Performance Trouver un équilibre entre les deux approches 5
  6. 6. 1) Origine de l’expérience • Apprendre la science, c’est acquérir la culture de la science (Aikenhead et Jegede, 1999; Maddock, 1981). • Cette acquisition de la culture scientifique provoquerait une résistance de la part des élèves autochtones, puisqu’elle est perçue comme une tentative d’assimilation par une culture étrangère (Aikenhead, 2001). • Cette culture, propre à la science, est vue comme venant s’opposer aux savoirs écologiques traditionnels (TEK – Traditional Ecological Knowledge), c’est-à-dire au « corpus de savoirs et de croyances accumulés et transmis, par le moyen de la culture, tout au long des générations et qui porte sur les relations des êtres vivants entre eux (incluant les êtres humains) et avec leur environnement » (Berkes, Folke, et Gadgil, 1993, p. 2). 6
  7. 7. 1) Origine de l’expérience Décolonisation de la science • Interactions « science-jeunes-communautés » • La Science au grand air! • Usage de la langue maternelle • Matériel pédagogique adapté à l’environnement et la culture : du local au global • Développement de l’identité culturelle des jeunes 7
  8. 8. 1) Origine de l’expérience Décolonisation de la science • Enrichissement mutuel entre la science occidentale et les savoirs autochtones • Enseignants à titre de facilitateurs entre les barrières culturelles (concept de l’enseignant Courtier en culture) • Développement des compétences et du leadership chez les jeunes
  9. 9. 2) Description de l’expérience Objectifs 1. Stimuler l’intérêt des jeunes Inuit pour la science et la technologie 2. Contribuer à la persévérance scolaire 3. Développer une approche « mains à la pâte » (Hands-on) 4. Récolter de véritables données de recherche liées au territoire des Inuits et aux changements climatiques 5. Mettre en place un suivi environnemental à long terme au Nord 5. Établir un lien avec la culture inuite 6. Intégrer les aînés Inuit (IQ) 7. Implanter le nouveau matériel dans le curriculum en science et technologie du secondaire au Nunavik 9
  10. 10. 2) Description de l’expérience AVATIVUT Situations d’apprentissage et d’évaluation (SAÉ) • • • • Productivité des petits fruits Suivi de la glace Comprendre le pergélisol (en développement) Représentation spatiale du territoire (en développement) 10
  11. 11. 2) Description de l’expérience AVATIVUT • • • • Protocoles scientifiques Rencontres avec les aînés Sites expérimentaux Portail Internet – Base de données – Forum de discussion • Capsules vidéo didactiques (trois langues) 11
  12. 12. 2) Description de l’expérience Portail Internet Avativut http://www.cen.ulaval.ca/avativut • • • • Sauvegarde et consultation des données Base de données Centralisation des protocoles, vidéos, photos, cartes, données, etc. Forum d’échanges (interclasses et classes-scientifiques) 12
  13. 13. 2) Description de l’expérience Capsules vidéo (Français, Anglais, Inuktitut) http://www.cen.ulaval.ca/avativut/fr_videoberry.aspx Capsule Mission Glace, version Beta: http://youtu.be/UN3PnP7UPWY 13
  14. 14. 2) Description de l’expérience Étapes Étape 1: Partenariat Un partenariat universitaire (UQTR, INRS, CEN, ULaval) Un partenariat Sciences environnementales – Sciences de l’éducation Un partenariat Nord-Sud (Commission scolaire Kativik) 14
  15. 15. 2) Description de l’expérience Étapes Étape 2: Consultations • • • • • Enseignants et élèves Communautés Atelier intergénérationnel de Quaqtaq Institut culturel Avataq Commission scolaire Kativik 15
  16. 16. 2) Description de l’expérience Étapes Étape 3: Financement • • • • • • Programme NovaScience (MEF) Programme PromoScience (CRSNG) Agence spatiale canadienne Centre d’études nordiques Affaires Autochtones et Développement du Nord ArcticNet 16
  17. 17. 2) Description de l’expérience Étapes Étape 4: Convaincre la Commission scolaire! • Résolution des commissaires • Rencontre à Montréal • Rencontre à Kuujjuaq 17
  18. 18. 2) Description de l’expérience Étapes Étape 5: Développement du matériel et validation • • • • Version 1: Trois niveaux Validation par Avataq, CSK, Enseignants Adaptation au format CSK Version 1000!!! 18
  19. 19. 2) Description de l’expérience Étapes Étape 6: Implantation de la SAÉ • • • • • • • • • • Choix et installation des sites expérimentaux Fabrication de matériel / Trousse de terrain Instrumentation des sites expérimentaux Présentation du projet aux écoles et communautés Lien avec tous les enseignants en S&T Rôle accru de la CSK Traduction du matériel Support pendant l’activité Retours après l’activité Révision du matériel 19
  20. 20. 3) Rôles et responsabilités Consultation Chercheurs Commission scolaire Kativik Communauté Savoir traditionnel Développement École Implantation Réalisation 20
  21. 21. 3) Rôles et responsabilités Inuit holistic lifelong learning model Conseil canadien sur l’apprentissage, 2007 www.ccl-cca.ca 21
  22. 22. 4) Accès aux résultats de recherche Connaissances acquises: • • • Concepts et méthodes scientifiques Savoirs traditionnels Compréhension de leur environnement et de sa variabilité Accès aux connaissances: • • • • • Activités « mains à la pâte » Capsules vidéo didactiques Portail Internet Contacts et échanges avec des scientifiques Retours aux classes 22
  23. 23. 5) Conditions gagnantes Besoins • Développer des programmes et des activités scientifiques adaptés au contexte nordique • Développer des activités qui s’adaptent au contexte de « langue seconde » 23
  24. 24. 5) Conditions gagnantes Perception par les élèves • Ils apprécient faire les sorties sur le terrain pour la prise de données • Ils aiment mettre en lien des compétences et connaissances traditionnelles avec le travail scolaire • Ils se sentent valorisés car ils réalisent un travail scolaire qui aura des retombées réelles pour leur village et pour les scientifiques 24
  25. 25. 5) Conditions gagnantes Contribution de ce projet à la communauté • Éducation scolaire en lien avec les problématiques de changements climatiques que connaissent les communautés nordiques • Implication et éducation des élèves pour une meilleure compréhension de leur environnement • Développement d’aptitudes et de compétences scientifiques pouvant être réinvesties dans un emploi local • Communication et apprentissage bidirectionnel avec les aînés 25
  26. 26. 5) Conditions gagnantes Défis auxquels je fais face • Adaptation de l’enseignant à un type d’enseignement plus « main à la pâte » Le lien avec les scientifiques • Facilité par le site Internet Avativut 26
  27. 27. 6) Retombées dans le milieu DÉCOLONISATION DE LA SCIENCE ET DE L’ENSEIGNEMENT DES SCIENCES AU NUNAVIK: ÉTUDE DE CAS DU PROJET AVATIVUT ÉMILIE HÉBERT-HOULE Direction : Esther Lévesque Co-Direction : Ghislain Samson MAÎTRISE EN SCIENCES DE L’ENVIRONNEMENT Mesure de la perception et de l’impact des SAÉ auprès des élèves http://youtu.be/FpZ9xjq0Dsw 27
  28. 28. 7) Bilan de l’expérience Les bons coups • • • • • Partenariats efficaces et complémentaires Consultation continue « Timing » parfait (Réforme, financement, besoins du milieu) Capsules vidéo Bénéfices à l’école, à la communauté scientifique et aux communautés locales 28
  29. 29. 7) Bilan de l’expérience Difficultés rencontrées • • • • • • • • • • • Financement Tournées sur le terrain (Coûts, logistique, durée, aléas) Synchronisation des SAÉ avec calendrier scolaire Enseignement par blocs (répartition des contenus) Classes multi-niveaux, français 3ème langue! Ressources débordées à la CSK Communication avec les enseignants Taux de roulement du personnel Entrée de données S’assurer de la qualité des données scientifiques Assurer la pérennité! 29
  30. 30. 7) Bilan de l’expérience Leçons à tirer • • • • • • • • • • Prendre en compte les réalités et les contraintes locales Écouter les enseignants et les élèves Diversifier les thématiques et les approches Impliquer les gens du milieu Développer un bon partenariat Former les enseignants Partager et diffuser les résultats Viser la pérennité du programme Faire rayonner le projet Innover! Persévérer, persévérer… persévérer! 30
  31. 31. Rayonner! • Entrevues à la radio locale • Affiches, dépliants, site internet • Participation à la table ronde sur la recherche en éducation pour les Inuits (Février 2013) • Participation à l’Expo-science autochtone 2013 • Finalistes au prix Inspiration Arctique 2013 • Symposium sur le transfert des connaissances en éducation 2014 31
  32. 32. Nakurmiimmarialuk-Merci! 32
  33. 33. 33
  34. 34. Quelques références bibliographiques Ballard H.L. et al. (2008). Integration of local ecological knowledge and conventional science : a study of seven comunity-based forestry oarganization in the USA, Ecology and society, 13(2) : 37 [online] URL : http//www.ecologyandsociety.org/vol13/iss2/art37/ Black, P.L. et al (2008). Medicinal plants used by of Qikiqtaaluk, Baffin Island, Nunavut, Botany, 86 : 157-163. doi : 10.1139/B05-052 Gilchrist, G. et al. (2005). Can local ecological knowledge contribute to wildlife management? Case studies of migratory birds, Ecology and society, 10(1) : 20 [online] URL : http//www.ecologyandsociety.org/vol10/iss1/art20/ Gilchrist, G. and Mallory, L.M. (2007). Comparing expert-based science with local ecologial knowledge : what are we afraid of? Ecology and society, 12(1) : r1 [online] URL : http//www.ecologyandsociety.org/vol12/iss1/resp1/ Riseth, J.A. et al. (2010). Sámi traditional ecological knowledge as a guide to science : snow, ice and reindeer pasture facing climate change, Polar Record, Cambridge University Press, 1-16. doi:10.1017/S0032247410000434 Samson, G., Gérin-Lajoie, J., Lévesque, E., Gagnon, J.-F., Gauthier, Y. et Cuerrier, A. (2013). Le rapport aux savoirs en contexte inuit. Esprit critique, 17, 94-109. http://www.calameo.com/read/0009930031c89fc3f57ec 34
  35. 35. 35
  36. 36. 36
  37. 37. 37
  38. 38. 38
  39. 39. « Although many Aboriginal children come to school speaking English, it would be false to assume they are also thinking in English ways. » (Lunney Borden, 2012) « By participating through new and social medias […], students are no longer primarily consumers of content… they are content creators. » (Wilmarth, 2010) « All future citizens, individually and as a collective, will face challenging problems and be involved in complex decision-making. » (Munroe et al.,2013) Science Literacy Aboriginal knowledge Humanities Technology Mathematics
  40. 40. D’autres programmes semblables • ROPED (Réseau d'observation des poissons d'eau douce) • GARAF (Groupe d’aide pour la recherche et l’aménagement de la faune) • GLOBE (http://www.globe.gov/) 40
  41. 41. SAÉ État d’avancement Implantation Les Petits fruits Finalisée 2012-2013 Les Glaces Finalisée Janvier 2014 La Télédétection En développement (50 %) 2014-2015 Le Pergélisol En développement (40 %) 2014-2015 41
  42. 42. • Michel Allard et Tania Giberyen • Département de géographie, Université Laval et Centre d'études nordiques 42

×